Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Entre cousins [ pv. Shizuna ]

Kaguya Sunao
Kaguya Sunao

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Dim 3 Juin 2018 - 11:30

Pas d’échappatoire


Chiant. Profondément enquiquinant, depuis le coup bas de son paternel le contraignant à rester dans l’enceinte du village, Kaguya Sunao ne pouvait plus se défiler des affaires familiales. Déjà qu’il n’était pas friand des interactions avec ses comparses, trouvant que ses paires mollissaient avec le temps, alors si en plus il devait se coltiner une visite chez son oncle… Ah… Le frère de son père, un sacré grincheux doublé d’un connard, cela pouvait semblait étrange du point de vue de Sunao qui, pour rappel, n’était pas forcément plus tendre. Mais selon lui, il avait deux sortes de connards, les bons et les mauvais, lui se considérait dans le premier cas, son oncle le second. Pour ajouter plus de piment à la situation, si la petite famille se payait une petite visite, cela voulait signifier qu’ils risqueraient de tomber sur leur cousine. Kuyrem et Nanako, frère et sœur de Sunao, étaient plutôt ravies que de revoir leur cousine, ce qui n’était pas le cas de leur ainé…

° ° °

- Pfffffff, quelle guigne…
- Tiens toi à carreaux, fiston. ( Oda ne se retourna pour prêter attention aux simagrées de son fils. ) Je suis certains que ça fera plaisir à votre oncle que de vous revoir.
- Cause toujours, je ne veux plus avoir affaire avec lui, protesta Sunao. Et je sens qu’on va s’amuser comme des petits fous avec Shizuna… Tu vois, des discussions philosophiques ou je ne sais quelle activité oratoire !

Le groupe se présenta devant un portail, au sein du quartier des Kaguya. Oda et Amasa, les parents, guidaient la marche et s’étaient fait beaux pour l’occasion. Cela valait aussi pour les plus jeunes des enfants, Kuyrem habituellement droit et impeccable, à l’image d’un prince, quant à Nanako, rayonnante et pétillante dans son petit kimono rose. Suano quant à lui… Il avait le mérite d’avoir fait l’effort de mettre un kimono noir et enfiler un manteau blanc et bleu. Par contre il ne se privait pas de fumer de sa pipe à opium, et qu’importe ce qu’on pourrait lui dire à ce sujet. Il n’était pas question qu’il se tienne à carreau pour un oncle qu’il ne supportait pas. D’autant que, pour compléter le tableau, il avait un regard mauvais, vraiment mauvais…

~ ~ ~

Fort heureusement, les salutations avec le maitre des lieux furent courtes, et les adultes responsables s’étaient isolés dans leur coin pour discuter affaire. Les trois enfants, grands pour la plupart, avaient été invité à patienter dans les jardins, attendant la venue de leur cousine. Suite à un caprice de Nanako, le grincheux qu’était Suano dû la porter sur ses épaules et la garder ainsi tout le long de sa promenade le long des jardins. Son frère Kuyrem lui fit la remarque de lâcher sa pipe à opium, sous prétexte que les fumées remonteraient au nez de sa petite sœur. Le blond refusa, il en fut de même pour mademoiselle qui affirma que les remontés avaient de bons effets sur elle. La belle paire qu’ils formaient là…

La cavalière et sa fière monture profitèrent de l’instant pour observer le cadre botanique et donner un nom hideux à chaque plante qu’ils venaient à croiser. Une activité enrichissante tant elle permettait d’apprendre de nouveaux mots, mais aussi qui s’avérait efficace pour tuer l’ennui. Il fallait bien l’avouer, contrairement à la sérénité de Kuyrem, les deux autres s’emmerdaient sec et très vite quand il se fallait de patienter…
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Shizuna
Kaguya Shizuna

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Dim 3 Juin 2018 - 12:08
Entre cousins
Une réunion de famille. Mon oncle, sa compagne et ses enfants qui viennent à la maison. Une idée de mon père ? Je ne sais pas. Celui-ci ne me parlant aucunement des affaires du clan étant une déception pour lui... Un jour peut-être il m'acceptera et me permettra d'être un peu plus au courant de ses projets et autre choses qu'il fait. Mais pour l'heure, je reste pour lui toujours une nuisible qu'il voudrait voir disparaître. Et ces derniers temps, son espoir semble tendre à cela. Entre l'attaque des Hyosa où j'ai prit part et où j'ai été salement blessée à l'épaule, puis ma mésaventure avec Zhou qui m'a fait gagné un petit séjour à l'hôpital... Comment dire qu'il a pu espérer assez facilement ne plus être déranger par ma présence.

Soupirant alors que je fais face à la glace dans ma chambre, je remets correctement mon bandage à l'épaule avant de terminer de m'apprêter en enfilant un kimono clair au motif fleurit. Attachant le obi autour de ma taille correctement, mettant peut-être un peu trop ma poitrine à l'évidence. Je ne serais définitivement jamais similaire à un homme sauf si je passe ma vie sous henge... Ce qui pourrait dans un sens, satisfaire mon paternel mais qui serait compliqué sur le long terme... Puis même comment justifier ce fils soudain par exemple... et mon père serait au courant de la supercherie dans tout les cas, alors non, ce n'est pas faisable... C'est le seul que je devrais trompé, mais c'est le seul avec qui, il m'est impossible de le faire.

L'ennui.

Terminant de m'apprêter en attachant ma cascade capillaire verte en une queue basse sur le côté gauche de ma tête, je finis par quitter ma chambre. L'endroit le plus calme que je connais, bien que... Parfois mon père y fasse un peu trop intrusion pour me faire ses reproches habituels.

Taisant mes ressentiments, je descends les escaliers avec quelque temps de retard, les adultes étant déjà occupés à converser... Je trouve l'excuse d'apporter le thé pour pouvoir saluer mon oncle et ma tante. Servant rapidement une tasse à chacun des adultes avant de quitter la pièce. Entendant alors quelque propos de mon oncle à mon égard pour tenter, encore une fois, de calmer son frère vis à vis de sa vision de moi. Il tente de le flatter. En vain. Mon père n'est pas un homme à aimer la flatterie, surtout quand elle me concerne, mais peut-être qu'un jour, elle aura quand bien même raison de lui.

Quittant alors la demeure pour aller dans le jardin où se trouve d'ors et déjà mes deux jeunes cousins, je reste surprise en voyant la tignasse blonde de Sunao. Sous la surprise, je reste immobile, observant ce cousin qui m'a bien trop longtemps captivé et qui me fascine encore aujourd'hui. Celui a qui j'aimerais davantage ressembler, celui qui aurait tellement plus à mon père, bien qu'ayant fait pas mal de conneries ses derniers années... Expliquant la raison de ma surprise de e revoir étant donné que cela fait des saisons que je n'ai plus eu l'occasion de le voir. "Su... Nao ?" Murmurais-je malgré moi sous la surprise, ne réalisant point que je venais de prononcer son prénom à voix haute...



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2348-silent-voice#16698 http://www.ascentofshinobi.com/u115
Kaguya Sunao
Kaguya Sunao

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Sam 16 Juin 2018 - 18:53

Vraiment elle ?


La scène s’était passée si vite, et pourtant, la réalisation de chacun était d’une telle lenteur… Brisant le pénible exercice d’attente des invitées, la cousine tant désirée finit par aller à leur rencontre, se révélant dans les jardins. Fidel à lui-même, Kuyrem, dans le respect du protocole, se leva du banc et s’inclina avec un profond respect, tout en grâce. Quant à leur petite sœur, toujours enthousiaste, elle bondit de son grand frère sans le prévenir afin de se blottir contre sa cousine à qui elle enviait sa physique quasi-parfaite. Puis vint la réaction tant attendue de l’ainé de la fratrie qui se retourna lentement. Il fixa la verte de son regard froid et sombre, la pipe à opium en bouche ne signe d’irrespect qui fit grincer des dents son frère. Mais, l’épice de cette histoire ne venait pas du protagoniste masculin, l’attention se porta sur Shizuna qui a sa propre surprise venait de prononcer le nom du premier. Elle venait de parler. Laissant planer un silence de surprise. Le regard du grincheux avait miraculeusement changé, il en avait même stoppé sa consommation d’opium un court instant. Non loin de lui, Kuyrem aussi ne savait comment réagir, ne réalisant pas qu’il venait d’entendre sa cousine comme l’on s’émerveillait aux premières paroles d’un nouveau-né. Nanako quant à elle ne laissa planer son silence qu’un très léger instant avant de sautillant devant Shizuna avec son grand sourire :

- Tu reparles Shizuna, c’est génial !!! On a trop de trucs de filles à se raconter, on va rattraper le temps perdu, cousine !

Une main se posa sur l’épaule de la jeune fille qui fut écarté du chemin par Sunao, tel un rustre avec un minimum de respect pour sa famille. Mais cette situation l’intriguait au plus haut point puisqu’il considérait sa cousine comme une cause perdue, et ce depuis bien longtemps. Alors l’entendre s’exprimer faisait naitre en lui un sentiment peu commun, une sorte de compassion et de réconfort qu’il n’avait pas l’occasion d’affirmer. Bien entendu, il lui était impossible de sourire à la belle dame qu’était devenu Shizuna, déjà qu’il venait de mettre de côté son idée de lui cracher de la fumée d’opium au visage. Le simple fait qu’elle est fait usage de ses cordes vocales lui évitait pareille humiliation, Sunao le savait bien, cruel comme il était, la docilité de la verte ne lui aurait porté aucun préjudice par la suite. Le grand blond en kimono rapprocha son visage du sien, se détournant un instant pour cracher sa fumée à l’écart et reprendre son étrange inspection. L’homme évalua le profond regard d’émeraude de la demoiselle, qui constituait l’une des principales sources d’expressivité pour compenser son mutisme forcé.

- Bien… Bien… Bien… Qu’avons-nous là, souffla Sunao, notre petite sirène aurait recouvré la voix ?

Le ton hautain et provocateur agaça fortement Kuyrem qui fit un pas en pensant pouvoir s’interposer, étrangement, sa sœur l’en empêcha, fascinée par ses retrouvailles entre son frère et sa cousine.

- Elle a bien grandie la docile petite cousine qui trainait avec nous, annonça le blond en l’inspectant des pieds à la tête, s’arrêtant un plus long moment sur la poitrine. Je me demande bien ce qui a pu arriver depuis mon départ, personne ne m’avait prévenu d’une aussi importante nouvelle à mon retour. Shizuna se remet à parler, un scoop. Il semblerait que ta cause ne soit pas tout à fait perdue. ( Il porta à la bouche sa pipe et inspira profondément, visiblement trop pour lui qui fit une grimace par la suite. ) Peuh’, tu as toujours le don de captiver l’attention malgré ton effacement. Mais je trouve cela trop gros, ma chère, ce n’est pas la Shizuna que je connais, aussi belle sois-tu. Je refuse de croire que ma cousine reparle, impossible.

Le Kaguya se retourna en fermant les yeux, pensif, son frangin serrait le poing, n’approuvant aucun des dires du blond. D’une part, il ne lui faisait pas l’honneur de salutations, d’autre part, il ne lui adressait la parole que pour la faire culpabiliser. Mais Kuyrem était un homme sage, malgré son jeune âge, son frère avait don de l’énerver, mais il ne préféra pas intervenir, fondant ses espoirs en Shizuna qui arriverait à surprendre à nouveau Sunao en démentant ses dires.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Shizuna
Kaguya Shizuna

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Dim 17 Juin 2018 - 1:22
Entre cousins
Des mots de trop, voilà ce que je venais de prononcer. Bien qu'en réalité, il ne s'agisse là que du prénom de mon cousin, mais cela suffit amplement à faire comprendre à tout ceux présent dans le jardin que je suis capable de parler, que j'ai retrouver de la voix ou je ne sais trop quoi. Néanmoins, il ne faut pas crier victoire trop vite, car la réaction de ma cousine me met fort mal à l'aise. Parler de ce qu'elle me dit là n'est pas réellement quelque chose qui me tente et cela me fait d'autant plus regretter d'avoir laisser échapper ma surprise de revoir mon cousin Sunao.

C'est d'ailleurs lui qui vient à mon secours d'une bien étrange façon. Si j'espérais un preux chevalier sur un noble destrier, je n'ai en réalité droit qu'à un dragon empli de haine et aux crocs acérés.

Soutenant son regard, comme je peux le faire avec quiconque, que je parles ou non, je ne détournerais pas les yeux, surtout pas face à lui alors qu'il se permet déjà de me critiquer. Je sais qu'il ne m'aime pas alors que moi je l'admire ou admirais, je ne sais plus rendu là où nous en sommes. Je peux juste dire que je regrette d'avoir un jour eu une sorte de petit beguin pour lui. C'est un sale type, je le sais bien, mais en même temps, je ne peux m'empêcher de voir cette force qui me manque en lui et qui me fait au final le jalouser d'une certaine façon.

Écoutant donc ses mots, je reste de marbres alors qu'il se permet de critiquer et de lorgner sur mon physique d'une façon peut commune. Néanmoins, malgré ses reproches, il s'est quand même perdu dans son discours en laissant entendre un compliment, bien que celui-ci à mes oreilles sonnent plus comme un défaut. Belle. Toute femme serait ravie, je pense de l'entendre lui dire cela, mais moi, je ne peux apprécier ce terme, pas alors que cela se rapporter à ce que je suis, c'est à dire une femme. Ce que mon père me reproche d'être.

Je serre les dents un instant alors qu'il s'écarte de moi pour savourer peut-être sa victoire. Que devais-je faire ? Lui répondre et me ridiculiser en lui faisant entendre que je galère à articuler n'ayant plus parler depuis de bien trop longue année ou bien rester silencieuse et simplement lui donner raison ? Deux possibilités, un seul choix possible.

"Co... Comme t..on re-retour." Répondis-je alors tant bien que mal. Si le fait que je parle lui semblait impossible, moi c'était le revoir ici, en face de moi, dans ce jardin qui me paraissait impossible. Ne me serais-je pas en réalité endormie avant l'arrivée de mon oncle et de sa famille pour rêver de lui ? Oui, cela serait fort possible car jamais au grand jamais il aurait laissé entendre un pseudo-compliment à mon égard et ce même s'il sait que je ne l'apprécierais pas. Donc tout ça, est tout bonnement impossible...

Pourtant, les poings serrer, les ongles meurtrissant la paume de mes mains me font bien sentir que je ne suis pas dans le pays des rêves, mais belle et bien dans la réalité. Une réalité sombre et moqueuse. Une réalité dont je me passerais bien.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2348-silent-voice#16698 http://www.ascentofshinobi.com/u115
Kaguya Sunao
Kaguya Sunao

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Lun 18 Juin 2018 - 22:36

Rattraper le temps perdu


A distance convenable, une bonne dizaine de mètres, Sunao s’était retiré, faisant dos à l’assemblée. Il souffla un long et profond filet de fumée d’opium, observant une grande plante à la fleur bleue devant lui, comme s’il désirait s’isoler dans sa bulle. Il était certain, cela était tout bonnement impossible que cette femme soit Shizuna, du moins, pas celle qu’il eut connue. Cette même cousine qu’il ne supportait pas… Un miracle soudain, les frères et sœurs purent apprécier de nouveau le timbre doux et mal assuré de la demoiselle aux longs cheveux verts.

Le blond pivota légèrement la tête, sa mèche masquant son regard, signifiant qu’il avait parfaitement entendu. Sa bouche restait de marbre, pas la moindre émotion. Il détourna de nouveau le regard et souffla une nouvelle fois, tira une profonde inspiration au travers de sa pipe qui, sous la pression de ses deux doigts, se fêla dans un craquement distinct. Pourtant, il ne pesta pas, comme à son habitude. Il ne dit rien, préférant s’éloigner de nouveau. Kuyrem perdit patience et alla à sa poursuite, laissant sa petite sœur avec leur surprenante cousine. Nanako tressaillit en voyant ses frangins aussi énervés. La cadette tira la manche de Shizuna, à présent qu’elles étaient seules :

- Désolé… A propos de Sunao… Il- Je suis certain qu’il t’aime bien dans le fond… Je lui fais confiance…

~ ~ ~

Plus loin dans les jardins, Kuyrem rattrapa son ainé par l’épaule, le contraignant à se retourner. Son poing se serra en voyant la tronche impassible du blond qui lui délivra un regard hautain, cependant, le plus sage des deux ne céda pas à la tentation, et refusa d’abimer le visage de Sunao.

- Qu’est-ce qu’il te prend ?! Comment peux-tu te permettre d’être aussi exécrable ?!

Aucune réponse. Le Kaguya avait toujours le regard mauvais et défiant. Kuyrem serra les dents et attrapa l’odieux personnage par le col, le soulevant et plaquant contre le mur.

- Parles, bon sang !
- Qu’attends-tu de moi, Kuyrem ? Que je me confesse ? Tu veux jouer les durs devant notre cousine, tu as bien raison, la revoila qui parle en plus de ça, quel triste jour…
- Mais qu’est-ce qu’il ne va pas dans ta tête ?! ( Le cadet mit son poids contre le blond, le pressant contre le muret. ) Tu n’es qu’un rustre, Sunao, je ne sais pas ce qui me retiens de t’en coller une pour cet affront.
- Ta bêtise, répliqua le concerné d’un sourire narquois.

Au tac-o-tac, Kuyrem asséna un crochet au visage, un geste de rage facilement calculable que son ainé put dévier non sans mal, un choc entre Kaguya qui fit vibrer le mur. Sunao afficha de plus belle son sourire satisfait :

- Regarde toi mon vieux, tu pètes finalement les plombs, un délice que de te voir dans cet état. ( Il le repoussa en souffla un futon au visage de Kuyrem, lui faisant lâcher prise. ) Mais nous n’allons pas nous battre, pas aujourd’hui.
- Tu n’es qu’un monstre.
- Je le sais, et m’en félicite. Contrairement à toi, je me refuse à voir les bons côtés, ça m’évite la déception. ( Le blond tenta de reprendre une bouchée de sa pipe à opium, sans succès, complètement fêlée, inutilisable. ) Exception faite… Aujourd’hui… ( Il regarda pensif ce morceau de bois dans le creux de sa main. ) J’avais rarement eu ces sentiments à la fois : désillusion, joie, échec.
- Qu’est-ce que tu racontes, tu ne vas pas te prendre pour un philosophe tout d’un coup ?!
- Supposons que si, alors laisse au philosophe un peu de calme pour réfléchir, baisse d’un ton.

Kuyrem grogna mais s’exécuta, reculant d’un pas en se tenant la main, pourtant son énervement envers son frère ne l’avait pas quitté, bien au contraire.

- Nous sommes dans une impasse, songea Sunao avant de se rectifier. Plutôt, JE suis dans une impasse… Shizuna vient de prouver qu’elle était encore capable…
- Laisse-moi deviner, de « chanter » tu allais dire ? Je te connais assez pour enfoncer les gens jusqu’au bout.
- Visiblement non, tu ne me connais plus, Kuyrem. Toujours ancré à l’image que tu avais de moi quand je perdais mon temps à Kiri. Rester entre ces murs t’aura étriqué l’esprit, tu n’es qu’un têtard qui n’aura jamais quitté la marre.
- Une allusion des plus basse…
- C’est un fait indéniable, mais je ne m’intéresse pas à ton cas, tu es un grand garçon à présent, quoiqu’un peu trop attacher à la maison. Un parfait exemple de comment gâcher son potentiel.
- Soit, pesta Kuyrem, revenons à Shizuna, de quoi serait-elle capable selon toi ?
- Elle a parlé, se faisant, c’est un gigantesque doigt d’honneur qu’elle vient d’indirectement d’adresser à son enculé de paternel, pour mon plus grand plaisir. ( Ces paroles non soutenues feront grincer de plus belle les dents du cadet. ) Enfin elle brise ses chaines, c’est incroyable.
- Cela n’a aucun sens, pourquoi être aussi odieux avec elle alors que tout ceci t’arrange finalement ?

Sunao se lâche les babines en donnant une tape sur l’épaule de son frère. Il rit doucement et se contenta de rejoindre les jardins, escorté par Kuyrem qui n’avait toujours pas eut sa réponse. D’un pas décidé, il se reposta devant Shizuna, l’air impassible, lui arrachant au bond d’un long moment de silence un sourire qui en disait long :

- Il en aura fallu du temps pour que tu te réveilles. ( Alors, il lui tendit la main, visiblement pour la serrer, à la différence qu’il courba son petit doigt, un code de leur enfance de camaraderie que seul lui, Kuyrem et Shizuna pouvaient comprendre. ) Il est révolu l’époque où j’avais l’impression de parler à un mur, je retrouve enfin notre petite cousine de la belle époque, quand tu avais encore un peu le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Shizuna
Kaguya Shizuna

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Mar 19 Juin 2018 - 19:50
Entre cousins
Maladroite, voilà comment je suis devant eux. Parlant peu et surtout de façon mal assurée, j'ai la boule au ventre parce que je sais parfaitement qu'il me juge et qu'il risque de me tomber à nouveau sur la gueule pour me faire des remarques. Il est comme ça Sunao et on le changera plus. Néanmoins, je le crains bien moins que mon paternel et je redoute réellement que lui, il apprenne cela. J'ignore réellement comment il réagirait en apprenant que j'ai recommencé à parlé. Il risque de me faire de nouveaux reproches, changeant ainsi un peu de disque et de refrain, mais cela reste toujours la même chose, des reproches et un refus de sa part de me reconnaitre comme sa seule héritière et comme une Kaguya respectant ses critères uniquement parce que je ne suis pas un garçon. Il aurait préféré Sunao ou bien Kuyrem.

Un soupire franchit mes lèvres alors que les garçons s'éloignent pour s'expliquer alors que je me retrouve seule avec Nanako et qu'elle tente de défendre le plus vieux de sa fratrie. Que pourrais-je répondre à cela ? Que j'en doute ? Que je sais parfaitement que ce n'est pas le cas ? Après tout, il n'y a pas beaucoup de Kaguya qui m'apprécie réellement et au final, personne ne reconnait ma véritable valeur. Pas même Sunao ou son frère, et ce même si enfant on passait beaucoup de temps ensemble.

Je reste donc silencieuse, chose qui ne perturbe pas plus la petite étant donné que jusqu'à présent, elle a été habitué à mon silence. Comme tout le monde. Un mutisme qui a duré de trop longue année et je ne sais même pas si en réalité, elle avait déjà eu l'occasion de m'entendre parler un jour ou plutôt si elle avait un souvenir de ma voix... Après tout, moi-même je ne m'en souvenais pas jusqu'il y a peu.

Ils finissent par revenir et je suis tenté d'esquisser un mouvement de recule quand le blond s'avance vers moi en tendant la main. Mais quand je vois son geste, je me fige un instant. Incrédule de celui-ci et plus encore de ses mots. Ainsi donc il a garder de bon souvenir de moi malgré tout les mots qu'il a pu dire contre moi ? C'était montré assez abject avec moi après le début de mon silence. Néanmoins, malgré son geste, il ne peut s'empêcher de me faire un reproche assez faux. Il n'a jamais parlé à un mur, j'ai toujours cherche à lui répondre, par des gestes ou même par écrit... Alors me comparé à un mur alors qu'avec lui, j'ai réellement fait beaucoup d'effort. Je détourne la tête, ne répondant pas à son geste, une façon de lui montrer en silence, comme depuis des années, qu'il a encore gaffé. Je l'ai toujours beaucoup affectionner, c'est pourquoi je ne peux pas rester de marbre face à ses paroles, ses attaques verbales et ce malgré l'entrainement quotidien que j'ai avec mon paternel... Avec mon cousin, c'est différent.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2348-silent-voice#16698 http://www.ascentofshinobi.com/u115
Kaguya Sunao
Kaguya Sunao

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Mer 20 Juin 2018 - 23:46

Sunao gentil ? Impossible…


Tiens ? Encore une fois une situation inattendue qui le laissa comme un gland à tendre cette main dans le vide. Le blond ne cherche même pas à comprendre le ressenti de sa cousine, à quoi bon, le résultat est qu’il se ridiculise devant tout le monde en restant de marbre. Comme si cela ne suffisait pas, la verte détourne le regard et l’ignore tout simplement, un châtiment amplement mérité vu de l’extérieur. Heureusement pour lui, il est marchand avant d’être shinobi, sa principale qualité étant : l’impatience. Mais pour le coup, il va falloir la prendre à l’envers et retirer sa main sans rien dire. Self-Control. Surtout ne pas se montrer désagréable, elle reste sa cousine. Sunao se contente juste de tourner la tête vers son frère, ayant une conversation rien qu’en se fixant mutuellement en silence. Juste une dizaine de secondes, Kuyrem comprend que son frère a besoin de régler cela seul. Il faudra un instant au plus sage des deux pour se décider à accéder à la requête, après tout, aussi infame pouvait-il être, Sunao ne lèverait jamais la main sur Shizuna. Accompagné de la petite sœur, le duo s’en alla, optant pour une visite de la maison, laissant le blond et la verte.

° ° °

Pas un mot, pas un son. Cela faisait un bon moment qu’il n’avait rien dit, s’installant seulement en tailleur devant le bassin, fixant son reflet à la surface de l’eau. L’envie lui prenait de vouloir faire des ricochets, mais ça serait renforcer sa mauvaise image du moment. Il lui en aura fallut du temps pour remarquer que Shizuna était devenue aussi chiante que son frangin, à croire que seulement lui était resté le même de la belle époque…

- Incroyable, ça me trou le cul cette situation… ( De façon assez surprenante, le ton n’était plus le même… ) Moi qui pensais régler mes problèmes en prenant le large. Quand je reviens j’en ai plus sur le dos.

La tentation devient trop forte, il attrape un galet prêt de lui et le balance avec une trop grande force dans la marre, faisant s’élever une large gerbe de flotte. Décidemment, il semblait sincère, et semblait vraiment agacé.

- Je suis connu. Je suis riche. Je ne suis pas à plaindre. Et me voila avec cette drôle d’impression que de mettre tromper, sur toute la ligne. ( L’homme ramasse un autre galet, qu’il se contente pour l’instant de faire rebondir dans sa main. ) Quel gâchis. ( Sunao adresse un regard mélancolique à la verte, lui faisant comprendre qu’elle était visée. ) J’y croyais à l’époque, quand on était gamin. Le monde nous appartenait, à porté de main. Je me disais que… Nous finirions par finir au sommet, tous les trois.

Il désigna d’un hochement de la tête la place vacante à côté de lui. A présent, le blond possédait un second galet dans le creux de la main, il les faisait rouler l’un contre l’autre.

- Par contre, je te préviens, ça me fait chier de faire ça, trop ouvert, ce n’est pas moi… Putain… ( Sunao soupira et inspira en pensant avoir encore sa pipe à opium, alors que non… ) Je vais être cash, je t’en ai toujours voulu pour se mutisme. Mais encore, ce n’est rien quand on connait la cause. Mon père peut être une épine dans le pied de temps à autre, mais quand on compare au tient, que je te plains… Quel être exécrable, sans doute pire que moi, ajouta le blond avec une pointe d’humour.


Dernière édition par Kaguya Sunao le Dim 1 Juil 2018 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Shizuna
Kaguya Shizuna

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Lun 25 Juin 2018 - 17:02
Entre cousins
Toujours silencieuse après l'avoir délibéremment ignoré, je regarde son frère et sa soeur s'éloigner pour nous laisser parler. Comme si on avait réellement des choses à se dire. Comme s'il pouvait faire preuve d'une véritable gentillesse à mon égard. Sauf qu'on sait tout les quatre que ce n'est pas absolument pas possible. Ce ne serait pas Sunao alors. Que diable m'a-t-il donc prit d'avoir un béguin pour lui quand j'étais plus jeune ? C'était et c'est, d'ailleurs toujours, un sale type.

Néanmoins, je l'observe et reste un peu interloqué face à la posture qu'il prend devant l'étang. Une posture montrant un certain mal être non ? Non, je dois me fourvoyer car ce n'est pas possible qu'il agisse de la sorte. Pourtant, il se met à parler et à ouvrir d'une certaine façon son coeur ? J'ai du mal à y croire. Cela doit juste être une nouvelle entourloupe de sa part et rien d'autre.

Toujours muette, je m'approche de lui, venant m'agenouiller à ses côtés suite à sa demande silencieuse après ses propos, montrant une certaine remise en question de sa part, même si cela semble être impossible, encore une fois. Que peut-il bien se passer dans sa tête ? Voilà la véritable question que je me pose, parce qu'il ne peut pas me partager ses états d'âme de la sorte, ou du moins, j'ai réellement du mal à y croire.

Observant les galets, je finis par en saisir un, l'empêchant ainsi de continuer de malmener les deux. "La vie... Est pas finie." Murmurais-je alors doucement en fixant l'eau devant moi, étant donné que je ne me vois pas le regarder en disant cela. Après tout, je cherche à lui donner encore un peu d'espoir là ? Il n'a pas à parler comme un vieux pour qui la vie est déjà toute tracée et surtout, qui est déjà finie parce qu'après tout, nous sommes encore novice et jeune quand on voit nos parents. Nous finirons peut-être comme eux, ou bien même au dessus d'eux. Cependant, je ne lui détailles pas mes pensées, non pas parce que je ne veux pas, plutôt, parce que je ne me sens pas de le faire, doutant de mes mots et de mon articulation . Après tout, je n'ai plus l'habitude de parler et j'ai réellement du mal à le faire. Il faudrait à la limite que je demande à quelqu'un de m'apprendre à bien parler à nouveau, mais j'ignore réellement qui aurait la patience de faire cela dans le dos de mon père, car je ne suis pas réellement désireuse qu'il sache que je reparle même si je me rends bien compte qu'il le saura tôt ou tard....

L'écoutant alors parler de mon père et le critiquer, j'hausse un peu les épaules. "Il n'est pas si mauvais que ça." Le défendis-je dans une phrase assez maladroite dans sa prononciation. Alors qu'en réalité, je ne devrais pas le défendre, mais il reste mon père et même s'il est mauvais, il prend quand même soin de moins d'une certaine façon...




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2348-silent-voice#16698 http://www.ascentofshinobi.com/u115
Kaguya Sunao
Kaguya Sunao

Entre cousins [ pv. Shizuna ] Empty
Dim 1 Juil 2018 - 15:09

Offre


Aussi surprenant que cela pouvait paraitre, Sunao avait un profond respect pour la famille malgré son apparent détachement. Il y avait comme toujours des exceptions, pourtant il tenait à ces gens plus qu’à quiconque. Cela semblerait débile pour le premier venu, mais pour ce Kaguya qui détestait et méprisait le monde qui l’entourait, le fait qu’il ait un minimum d’attache redonnait espoir, bien que mince. Alors que le blond avait opté pour la confidence envers sa cousine, l’expérience ne fut pas des plus concluante pour lui puisque l’homme se laissa aller de tics nerveux, comme aux niveaux des paupières semblant incontrôlables. Décidemment, faire ce genre de chose ne lui ressemblait aucunement, mais il se devait de le faire, une force paranormale l’y poussait. Et encore, une certaine mélancolie le gagnait quand il tournait la tête en direction de Shizuna, dans le fond, il ne lui révélait que très peu de chose. La vie en mer l’avait changé pour le meilleur comme pour le pire, mais l’ainé ne se sentait pas d’attaque pour détailler ses multiples périples et confrontations. Ce qu’il fallait retenir de son histoire et de sa situation du moment, c’était que Sunao se félicitait de pouvoir repartager des moments avec ses proches, lui qui avait plusieurs fois manqué de ne plus jamais revenir, sinon entre quatre planches. Comme le fit rappeler la verte, dans un élan de sagesse et un gros effort d’élocution, la vie continuait pour eux deux, il n’était pas nécessaire d’autant se morfondre. *Aaaah… Cette Shizuna… Elle semble encore aussi naïve quant à la réalité de ce monde, si seulement elle pouvait sortir de l’enceinte du village et découvrir ce qui s’y passe vraiment…* Une réflexion que garda pour lui Sunao, il ne serait pas bien venu qu’il l’enfonce à nouveau.

C’est sa réponse concernant son paternel qui surpris le grand blond, contre toute attente, la verte prenait sa défense. Le Kaguya en resta bête un instant, aurait-il eut un changement radical dans le comportement de cet adulte en son absence ? Non, impossible, aussi improbable que Sunao se serait mit à faire du babysitting bénévolement. De fait, il ne comprenait pas vraiment Shizuna, serait-elle de ce genre de philosophie qui rappel que l’on n’a qu’un père ? Certes, cela se tenait, d’autant qu’il ne lui restait plus grand-chose… Comme pour effacer cette malheureuse réplique qui n’avait aucun sens aux yeux du garçon, il se fabriqua une pipe en os avec l’une de ses côtes. Il l’attrapa et commença à la garnir d’herbe et à faire fumer l’ensemble, une bouchée, et tout serait oublier…

- Voilà qui est surprenant, souffla Sunao en fixant le bout de la marre. Enfin, tu es mieux placer que moi pour juger cet homme, il n’empêche que j’en garde pour l’instant une bien trop mauvaise image. ( Il se redressa en s’étirant. ) Bien trop mauvaise pour que j’aille le saluer d’ailleurs, il faudrait me payer pour ça.

Un long filet opaque souffla entre ses dents, formant une sorte de sculpture artistique frivole devant son visage. Il chassa cet œuvre d’un revers de la main et posa son regard dans celui de Shizuna, pour le coup, en baissant la tête :

- J’en profite pour te demander, tu ne t’intéresserais pas au sake par le plus grand des hasards ? Y’a de l’argent à se faire, et une fois de nouveau chûnin je pourrais reprendre le large. ( Il indiqua de la tête la direction où étaient partis son frère et sa sœur. ) J’aurais bien proposé à Kuyrem, mais il est trop ancré au domaine, et ça ne l’intéresse pas. Quant à Nanako, elle est bien trop jeune, et ma mère refuserait que je la prenne sous mon aile. Pffff… Comme si un malheurs pouvait arriver en ma présence, une légende urbaine, je te le dis.
Revenir en haut Aller en bas

Entre cousins [ pv. Shizuna ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: