Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Au cœur de la pluie [Pv : Ryoko Gōten]


Lun 4 Juin 2018 - 14:08
Un jour comme un autre, maussade, le genre de jour où on se demande s'il va pleuvoir ou non. Un ciel menaçant, pourtant, rien ne semble encore venir. La jeune femme fait les cent pas, étrange au vu de la récente utilisation de l'apaisement sur celle-ci. Pourtant... La maisonnée est trop calme, elle n'a rien à faire et l'interdiction de rêvé inclus par le marquage qui la scelle, qui a pour but premier d'être une punition et non un dernier recourt la laisse sans occupation. Habituellement, elle reste inactive et immobile quelques parts, mais ce soir la sans explication ce n'est pas le cas... Si bien qu'elle a commencé à lire, étudier, mettre à l'écrit ses souvenirs et faire l'inventaire de ses sceaux de stockages.

C'est en faisant ceci qu'elle est retombée sur un en particulier... Les affaires de Soyokaze, c'est vrai qu'avec tout ce foutoir elle ne l'avait jamais remis aux autorités compétentes. Ce n'est pas comme s'il en avait besoin là où il se trouve. Du coup, elle a pris une bonne heure pour admirer et entretenir l'arme et la prothèse de bras de celui-ci. Pas qu'elle ait réellement mérité cela, mais il fallait bien que quelqu'un les conserve n'est-ce pas ?

À bien y pense, que savait-elle de cette arme ? Rien, même pas son nom en fait... En a-t-elle un en fait ? L'indifférence et l'oubli s'étaient mués en une sorte de curiosité, non, un simple besoin d'information. Ce n'est pas comme si son pays manquait de samouraï qu'elle pourrait contacter, néanmoins, Takumi a évoqué avec elle le nom d'un épéiste qu'il a côtoyé à Tetsu et qu'il a ramené... Il n'est pas si commun d'avoir la possibilité de rencontrer des personnes d'un autre village dans des circonstances purement pacifiques.

Ainsi, c'est vêtu d'un simple, mais élégant kimono à la teinte évoquant un ciel et arborant ici et là quelques nuages blancs qu'elle parcourt calmement la ville. Laissant des clones et ses parents s'occuper de ses petits, de temps en temps il faut savoir couper le cordon, mais pas trop tout de même. Pour cette fois, pas de sceau, pas de matériel ou objet caché puisque le but est bien de montrer patte blanche et ne pas sembler plus belliqueuse qu'elle ne l'est. Dans ses bras, entouré d'un long et soyeux drap de soie et noeud avec précision, le sabre attend. Ce n'est pas elle qui le dégainera de toute manière, espéreront alors que sa patience est grande, enfin c'est un objet donc... Bref.

Sur son épaule, il y a une tortue, Kurokame est particulièrement calme et presque silencieux depuis qu'elle est marquée, en même temps l'idée de parler à une poupée de chaire ne l'enchante ni ne l'intéresse outre mesure. Il la sert par devoir et fidélité, mais n'apprécie pas tellement son état actuel, sans rien pouvoir y faire.

Elle arrive devant l'adresse que son ancien supérieur lui a donnée. Toujours aussi inexpressive, comme si elle portait un masque de chaire représentant son propre visage. Ses yeux semblent presque morts et son corps est plongé en permanence dans une sorte de somnolence à cause de l'interdiction de dormir. Elle retire ses souliers, frappe délicatement à la porte et d'une voix monotone.

"Ryoko-san, excusez-moi de venir vous voir sans rendez-vous. Pourrait-on avoir un entretien s'il vous plaît ?"

C'est vrai qu'elle aurait pu demander à Takumi de l'introduire auprès de lui ? Enfin soit, ce qui est fait est fait. Elle attend sagement une réponse. Finalement l'orage gronde et les premières gouttes commencent à tomber.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mar 5 Juin 2018 - 2:23
Pfiouu… Quelle journée de merde, il faisait vraiment très moche avec des risques d’orages. En haute montagne il valait mieux rester chez soit quand il y avait des orages car si un éclair frappait, on serait au première loges. Du coup j’étais resté dans le domaine Hyuga à visiter le coin, ces gens aux yeux blanc étaient plutôt flippant en vérité. En plus ils me regardent comme un pestiféré tout ca parce que j’ai des yeux noir, la bande de raciste. Les Hyûgas étaient un clan vachement riche, tout me semblait luxueux dans leur domaine. Je faisais les 100 pas comme un imbécile dans la demeure de mon hôte, je ne savais pas trop quoi faire aujourd’hui. Takumi était encore parti voir sa fleuriste, rien qu’il me lâchait pour sa belle lui…Mais je ne pouvais pas lui en vouloir, c’était quand même lui qui était mon hôte à présent. Du coup je me suis mis à lire des petits écrits sur l’histoire d’Iwa et sa situation actuelle… Les choses ne semblaient pas se passer comme je l’imaginais dans ce voyage, le Tsuchikage semblait ne plus être vraiment apprécié de tout le village. Cela me faisait penser à ce qu’il se passait à Kirigakure en ce moment même. Je passait ma mains dans les différents étages de la bibliothèque de mon hôte afin de trouver le prochain livre qui me plairait, j’avais du temps à tuer aujourd’hui alors autant s’informer. Je ne voulais pas causer de tort à Takumi, mais avoir des informations sur la situation d’Iwa me permettrait d’avoir des sujets afin d’essayer d’arranger les choses entre Kiri et le village de la roche. J’était en plein dans ma lecture du moment quand j’entendais quelqu’un taper doucement à la porte. Je ne connaissais pas du tout cette voix monotone mais elle me connaissait, Iwa avait déjà inventé les machines !? Impressionnant. Je me précipitait donc à la porte et l’ouvrit tout doucement.

“Euuh on se connait... ?”


Je ne l’avais jamais vu, parce que honnêtement je m’en souviendrais en fait. Non, non ce n’est pas ce que vous croyez bande de pervers, mais les marques qu'elle avait sur le visage… C’était un Fuinjutsu non ? Bon j’avoue que cette demoiselle est carrément canon, mais pas de problème vous savez très bien comme je suis. J’ouvre donc la porte et lui fait signe d’entrer, elle n’allait pas rester seule alors qu’il commence à pleuvoir. Attendant qu'elle passe la porte pour la refermer je me tournais vers sont dos car j’y avais vu un truc pas banal : une tortue. Elle était donc accompagné d’une tortue ?! Cette femme était très étranges, comme sans émotion. Cette tortue devait être son animal de compagnie, enfin bon les tortues c’est pas la meilleur compagnie que j’ai vu. Cette demoiselle semblait être venu pour moi, je me demandais bien d’où est-ce qu’on pouvait bien se connaître. L’invitant dans la pièce que Takumi m’avait aménagé, je lui proposait une chaise pour s’asseoir près de la grande table.

“Dites-moi toi, euuh… ? “ lui disais-je en la laissant finir la phrase pour se présenter

J’entendais l’orage grondait à travers la fenêtre et c’était plutôt violent, j’esperait que cette femme voulait un truc qui allait nous occuper un bon de temps parce que vu son attitude de zombie cela risque d’être super long... La demoiselle sorti un katana, mon regard ne put s’empêcher de bloquer dessus, c’était incontestable que ce sabre était d’une très grande beauté. Que voulait-elle faire avec ce sabre ? La suite au prochain épisode...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Mar 5 Juin 2018 - 18:49
"Escuse ma rudesse Ryoko-san, je suis Shuuchuu Chiryou, Chunin et Iryô-nin bien que je viens à ta rencontre pour des raisons purement personnelles."

Puisqu'il a demandé le tutoiement, elle change immédiatement la forme de ses propos, néanmoins cela n'a pas la moindre incidence sur le ton insipide et sans vie de ses phrases. Sur son épaule, la tortue fait une révérence à son tour.

"Salutation Ryoko-san je suis Kurokame, enchanté."

Elle reste la où lui dit d'aller, sans la moindre once de sentiment apparent, elle pourrait très bien porter un masque lisse et blanc. Du coup, il pourrait très bien douter de ses paroles, ce serait difficile de lui en vouloir, tout comme il pourrait être surpris de cette impression qu'elle donne, comme une léthargie ne voulant pas la quitter.

"Excuse moi encore de passer ainsi à l'improviste, c'est Hyûga-sama qui m'a informé de ta présence. Donc non, nous ne nous connaissons pas, en tout cas pas encore."

Une chaise tendue, elle sort du grand voile en soie l'arme, cause de sa présence en quelques sortes. De toute manière, il louche sur celle-ci presque autant qu'il l'avait fait de toute évidence sur les formes de son invitée et personne ne pourrait lui en vouloir, encore moins la personne concernée. Elle lui tend l'arme en baissant instinctivement la tête en signe de respect.

"J'aurais besoin de ton savoir et ton expertise. Cette arme était en possession d'un membre du Soshikidan, le dénommé Sozokaze. J'aurais pu demander à des Samouraïs de notre contrée, mais le fait que je suis détentrice de celui-ci est moyennement officiel."

Inutile de préciser qu'elle a confiance en Takumi qui lui-même à confiance en lui pour lui révélée aussi ouvertement ce genre d'informations. Elle aurait du le remettre à ses supérieurs, le problème c'est que son supérieur à ce moment-là à trahi Iwa et qu'elle a eu d'autres impératifs l'ayant un peu plus occupée que les affaires d'un ennemi sous les verrous. Un petit sourire se dessine alors sur son visage, le genre d'expression qui d'habitué lui est interdit par son sceau et pourtant.

"Puisque tu as aussi la décence de ne pas me regarder comme un morceau de viande, ce qui est rare de nos jours : n'hésite pas à observer autant que tu le souhaites, tu sembles apte à admirer les belles choses et puisque mon accord explicite est donné ce ne sera pas considéré comme une agression ou quoi que ce soit du même genre. Cela me flatte même."

Dit-elle en desservant juste assez son obi pour laisser ses formes généreuses s'exprimer, sans pour autant franchir la ligne entre l'érotisme et la dépravation. Croisant les jambes de sorte à laisser ça cuise et sa fesse à l'air libre sans que rien de trop ne soit montré... Le tout avec un faux air de femme fatale. La tortue elle ne semble pas réagir outre mesure. Habitude ou rien à faire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 7 Juin 2018 - 13:29
Shuuchuu Chiryou donc… Je me souviendrais de cet étrange personnage qui semblait être un médecin ninja. Pourquoi était-elle venu me rendre visite à moi personnellement ? Mon arrivé au village prenait une tournure plutôt étrange, est-ce que Takumi avait parlé de moi ? Cela devait sûrement être cela, comment aurait-elle su que j’étais au village, mais la véritable question : savait-elle que j’étais un ninja de Kiri ? Enfin un ninja de Kiri… vous me comprenez quoi. Je n’aimais pas les expressions de cette femme, c’était comme si elle était dénué d’âme. Le plus surprenant dans cette histoire c’était cette tortue qui parlais ! Elle se présenta à moi sous le nom de Kurokame, je vous avoue que j’ai sursauté quand je l’ai entendu parler. Un peu surpris, un peu gêné j’ai tout même pris la décence de répondre à leur présentation.

“Enchantée vous deux, moi c’est Goten! haha”

Elle me suivait donc avec son air fantomatique qui honnêtement était très gênant, j’avais l’impression d’être seul, mais observé. C’était encore pire que de se faire chier tout seul en fait, je me demandais pourquoi elle était si peu émotive, lui était t’il arrivé des choses dans la vie ? Est-ce dû à ces étranges tatouages ? Est-ce un traumatisme qui lui ont bridé ses expressions ? Ou peut être que c’était son état naturel et que je me faisais des films. J'espérais que cette tortue ait plus de répondant que cette femme parce que sinon cette entrevue risque vite de tourner à l’ennui.

“Pas de soucis venez, je m’ennuyait un peu à vrai dire…”

Sortant du grand voile en soie une arme des plus belle que j’ai pu voir, Shiruba Kura pourrait presque en être jalouse hahaha ! Non je rigole, mon épée c’est la plus belle de toutes ! Tenant cette lame dans ma main, j'arrivais à en ressortir une certaine noblesse d’âme. Cette l’âme appartient donc à un certain Soyokaze du Soshikidan, cette organisation criminelle venant du pays du feu il me semble. Grand ennemi des villages ninjas d’après ce que j’avais compris, en effet cette lame serait peut être mieux examiné par les Samuraï du pays du Fer car je pense qu’elle en était originaire.

“Est-ce que vous savez d’où venait ce Soyokaze ?”

Cette discussion autour de la lame m'intéressait vraiment, c’était une très belle épée de grande qualité ! Très peu de personnes peuvent se targuer d’avoir une lame comme cela entre leur main, cette épée était légère comme le vent et pourtant elle me semblait tellement résistante. Je vous pourrais voir parler d’épée tous les jours. Cependant les choses commençaient à virer très rapidement sur un autre sujet : Cette Chiryou affichant pour la première fois depuis notre rencontre un sourire venait de m’autoriser à… regarder ses formes !? Je la voyait resserrer son Obi ce qui soulignait ses formes déjà très généreuses, croisant les jambes pour se donner un air de femme fatale. Mais à quoi elle jouait !? Je ne pouvais m’empêcher de rougir et de détourner le regard pour se concentrer sur l’épée, la température grimpa en flèche. Cette soirée d’orage s’annonçait très originale.

“Hmmpf.. euh donc.. Du coup, cette épée…Est-ce que vous maniez les lames ?”

Je tirais mon haut rapidement afin de me faire un petit courant d’air, j’avais chaud et je ne voulais pas retirer ma veste au risque que cela soit pris d’une mauvaise manière. J’avais des principes, et puis j’étais parti de mon village pour remplir une mission. Les relations ce n’étais pas pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Jeu 7 Juin 2018 - 14:26
Kurokame a cru voir un petit sursaut de son interlocuteur, souhaitant être polie avant tout, il se permet une dernière intervention.

"Je m'excuse de vous avoir surpris, il est vrai que les invocations ne sont pas communes."

Et donc, sous-entendu, les animaux intelligents qui parlent. Même sans réaction, c'est le minimum qu'il puisse faire en pensant avoir surpris ce pauvre Goten. Enfin soit... Elle suit quand il lui dit de le faire, en fait, plus qu'un humain, c'est une poupée de chaire qui est en face de lui. On pourrait même facilement dire qu'ironiquement, Kurokame est bien plus humain qu'elle ne l'est dans son état actuel ce qui n'est pas peu dire. Finalement, il examine l'arme, son regard et fin et sa concentration réelle ce qui l'honore. Malheureusement, la ninja n'a pas plus d'information que lui, finalement elle n'attend rien de cette entrevue, mais... Pire que cela, elle ne sait même pas pourquoi elle est venue de base. Une impulsion, une curiosité qui n'aurait jamais dû être présente, muées en besoin d'information qui n'est pas nécessaire.

"Je n'ai aucune information sur lui."

En tout cas aucune pertinente et vérifié. Le fait qu'il soit assimilateur du vent ne changerait pas grand-chose, ce n'est pas comme si c'était une technique ou une pratique héréditaire ou liée à un clan. Elle ne serait donc pas utile, d'ailleurs est venu rapidement le petit moment relativement gênant, surtout au vu de son attitude, de la provocation. La réaction convenue, mais néanmoins honorable de l'épéiste aurait dû la faire réagir. Dans son état normal, la jeune médecin aurait pouffé de rire avec un grand sourire, mais le monstre inhumain qu'elle est devenue n'a pas la moindre once de réaction. Réagissant plus qu'elle ne vit, ayant une autonomie plus que discutable même si parfois certains à coups arrivent.

Aucune réaction ? C'est vrai, à un détail près, il y avait eu un bruit tenu, très discret ressemblant à une fêlure dans une vitre, mais en moins fort, plus subtil. Une goutte noire perla de son front, se mélangeant à une goute de sueur et glissant le long de son visage, passant par son œil sans que cela n'ait l'air de la gêner outre mesure. N'importe quel être vivant aurait fermé son œil par réflexe, la il n'en est rien... Laissant un peu d'encre n'ayant rien à faire là se propager... Elle finit tout de même par prendre un mouchoir en tissus et se frotter le visage pour retirer le tout. On pourrait presque dire que l'effort pour maintenir son état de mort-vivant émotionnel a été si fort pour le sceau, qu'il en a été blessé et laisser s'écouler une larme de sang noir tenue.

"Non, malgré le fait que ma spécialité appelle à une certaine maitrise du Taïjutsu."

Pourtant elle n'a jamais poussé ma maitrise de celle-ci. Étrange choix en effet... Illogique. En disant cela, sans trop de délicatesse, bien que sans le faire méchamment, elle vient prendre une main du guerrier dans les siennes. L'ouvrant, l'examinant, surtout la paume... C'est une main de soldat, elle y reconnait immédiatement le travail, la volonté et l'expérience ici et là. Une main qu'elle trouverait habituellement magnifique, là elle est simplement le témoin, l'indice d'un savoir-faire... Un petit craquement supplémentaire, une goute de plus qui sera essuyée juste après qu'elle ait juste une petite seconde, caressé la paume de sa main, avant de la lui lâcher en esquissant un très court instant un sourire doux... Résorbé comme il se doit par le sceau imparfait.

"Je ne souhaite pas abuser de ton temps..."

Elle se tourne vers la fenêtre, le tonnerre gronde et les vitres tremblent. Bien que cela ne soit pas dans la ville même, un éclair à du tombé dans une vallée proche ou même sur la plaine rocailleuse...

"Mais il est plus présent que je n'erre pas en ville avec un objet métallique par un temps pareil."

Le principe de paratonnerre et d'autopréservation interdit en effet qu'elle le quitte tout de suite. Elle observe sans un mot ni sentiment par la vitre... Au loin, un feu... Il sera vite maîtrisé, mais pourtant, cette simplement vue est suffisante pour obliger un souvenir à remonter à la surface. Un très court instant pendant lequel elle n'avait aucun contrôle, suffisant pour pousser un petit cri de peur et se coller à son interlocuteur... Quand elle reprend le contrôle d'elle, reprenant son expression morte elle se rend compte qu'elle lui tient la manche, comme une petite fille le ferait avec un grand-frère protecteur. Elle le lâche sans cérémonie, essuie une énième goutte d'encre sur sa joue et s'incline pour s'excuser froidement.

Pendant tout ce temps, Kurokame est passé de froid et silencieux à dubitatifs. Sort un Kiseru de sous sa carapace, mais sans l'allumer regardant la scène en pleine réflexion. Puis marmonne comme à lui-même.

"Il est évident qu'un sceau formé à la va-vite soit imparfait... Mais de là à s'effriter aussi vite ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 7 Juin 2018 - 22:37
Sursautant à la présentation de Kurokame, je fut étonné lorsqu’il me parla d’invocation. J’avais cru comprendre que c’était une sorte de ninjutsu spatio-temporel assez spécial dans le monde des ninjas. Je ne savais pas ce que cela pouvait représenter, est-ce une technique pour créer des tortues ? Je ne m’étais tellement peux concentré sur les arts ninjas que je sais à peine user de mon affinité avec le vent c’est pour vous dire.

“ Oh pas de soucis ! Je n’ai jamais d’invocation en réalité ! C’est une sorte de Jikukan-ninjutsu c’est bien cela ?”

J’étais en train d’en découvrir des choses dans le village de la Roche, l’art du Bushido et pourquoi pas les ninjutsu d’invocations ? Peut être moi j’allais pouvoir invoquer des tortues pour combattre ? C’était quand même dingue de savoir qu’il y avait des animaux aussi intelligent que cela non ? Cela voulait peut être dire qu’il y en avait d’autre dans le monde ? Et pourquoi pas des villages d’animaux ? Il fallait que je vois cela de mes propres yeux cela pouvait vraiment être incroyable ! Enfin c’était Chiryou qui était venue me voir, je n’allais pas taper la discussion avec sa Tortue quand même… Cette épée était vraiment très belle et témoignait d’une grande noblesse c’était le maximum que je pouvais dire avec de tel information. Elle ne savait rien sur ce Soyokaze, mais j’en étais sur cette lame devait venir de Tetsu no Kuni. La situation pris très rapidement une tournure tout autre, ajustant son corps afin de paraître encore plus attirante qu'elle ne l'était déjà cette femme était vraiment étrange. Je devais vite reprendre le sujet de base avant que cela prenne une tournure plus adulte, j’étais chez Takumi je devais faire honneur à mon hôte.

“Je suis certain que cette lame provient d’une famille noble de Tetsu no Kuni, elle m’a l’air plutôt ancienne. J’en suis presque jaloux, mais ma Shirube Kura est la plus belle.”

Un bruit très étrange, à peine audible comme si il y avait quelque chose qui s'était brisé. Je regardais attentivement Chiryou et pouvait observer son tatouage couler et se mélanger à de la sueur probablement. Qu’était-il en train de se passer !? Je ne savais pas ce que me voulais cette femme en réalité, j’avais de plus en plus l’impression que cette chose sur son front était une sorte de Fuinjutsu. Chiryou avais beaucoup plus de temps qu'aurait pu mettre la plupart des gens pour s’essuyer son visage. Je devais en savoir plus sur cette étrange marque, qu’est ce qu’elle pouvait bien représenter?

“Tu souhaiterais t’entrainer au Kenjutsu ?”


Cette question était parti très vite, j’aimais tellement l’art du sabre que si je pouvais plus pratiquer je le ferais aussi. Mais que !? Chiryou me prenait la main, ouvrant cette dernière comme pour m’examiner… J’avais oublié qu’elle était un médecin ninja, mais tout de même elle avait des manières étranges de s’occuper d’un patient. Un nouveau craquage, une nouvelle goutte perla sur son front. Esquissant très rapidement un sourire, je ressentait une sensation étrange. Je ne pouvais m’empêcher qu’il y avait quelque chose avec cette marque.

“Oh ne t’inquiète pas Chiryou j’ai tout mon temps, je pense que tu peux rester ici, Takumi ne sera pas contre j’imagine.”

Le tonnerre grondait pas très loin d’ici, je ne pouvais pas prendre le risque qu’elle s’aventure dehors. Pourtant l’inviter à rester ici pour la nuit pouvait être très mal interprété, je n’ai jamais proposé de tel chose à une fille en réalité et puis de toute manière j’avais bien d’autre choses à faire. J’allais faire un effort quitte à passer pour quelqu’un que je ne suis pas.

“Tu ferais mieux de rester ici Chiryou, au moins jusqu’à ce que la tempête ce calme si tu ne vis pas loin.”


Chiryou regardais la foudre par la fenêtre, je m’approchais d’elle afin de fermer les rideaux, peut être que cela pourrait la déranger. Enfin je n’avais pas vraiment l’impression qu’elle ressentait quelque chose par moment. Bien evidemment elle me fit mentir en poussant soudainement un cri tout en se collant à moi pour me tenir la manche. La je vous avoue que la sentir contre moi avait fait monter la température en flèche, je n’avais jamais été aussi proche d’une femme de ma vie. Encore plus étrange elle se reprit très rapidement et s’excusa en s’inclinant poliment. Je lui fit signe que ce n’étais rien, je devais être rouge comme une tomate en ce moment même putain la honte…

Me tournant d’un air interrogatif lorsque la tortue parlait d’un sceau, c'était donc cela .

“Kurokame, Chiryou, il faut que vous m’expliquiez ce qu’il se passe afin que nous puissions continuer l’analyse de cette lame plus sérieusement.”

Fermant les rideaux de toutes les fenêtres, je tentais d’isoler au maximum le bruit de la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Ven 8 Juin 2018 - 2:04
Ainsi, une petite parenthèse se lance sur l'invocation. Puisque le bit de la soirée est, entre autres l'échange d'information, ce n'est pas un souci. Goten allait l'aider par rapport à l'arme, pouvais elle ignorer le fait de l'aider en retour en lui donnant des informations ? Non, pas vraiment, surtout que la tortue elle comme ses consoeurs aiment à guider et à dispenser leur savoir. La ninja presque vivant se contenta de demander "Jikukan-ninjutsu ?" N'ayant pas ou trop peu de connaissance sur le sujet, elle ne pouvait pas aider. Kurokame fit un petit sourire puis s'éclaircit la gorge, prêt à donner plus de détail.

"Si je peux me permettre maîtresse ?"
"Faites donc."
"Il y a un lien ténu et direct entre ces deux disciplines, bien que cela soit plus complexe. Par exemple, l'utilisation de sceaux de stockage dont vous raffolez tant est une utilisation indirecte de ce genre de technique. Le fuinjutsu permet de stocker et faire réapparaitre des objets, l'invocation elle est un ninjutsu spatio-temporel permettant à l'utilisateur de faire venir instantanément à lui des animaux. Cela nécessite de passer un contrat avec une espèce donnée. Par exemple Shuuchuu-sama a signée le pacte de la tortue. Cela nécessité du chakra, le sang du signataire et un sceau particulier."

Pour montrer de quoi il parle, il descend le long de mon épaule et tire mes manches, on peut y voir trois sceaux, un tout petit accompagnant un de taille moyenne sur l'un de mes bras, un de taille plus importante et plus complexe sur le second. Il pointe le plus petit de la griffe.

"Celui-ci est le mien par exemple."

Il saute du bras pour atteindre un meuble, un lit, n'importe quoi de plus confortable et qui n’est pas une partie de mon corps et continue.

"Si d'aventure, vous souhaitiez signer un contrat avec le peuple tortue, je suis à même d'invoquer le contrat et vous le faire signer ou de vous conduire à Ryujin-sama qui sera ravi de la visite d'une personne de votre qualité. Pour une autre espèce, il vous faudrait négocier avec un membre des leurs. Il est évident et c'est vrai pour toutes les races d'invocation, que nous avons des aspects et des capacités divers. Cela ne cette limite pas pour les tortues à transporter de forte charge, par exemple Kenshinkame-san, est capable de se tenir sur ses deux pattes arrière et est un bretteur capable de rivalisé avec certaine fine lame, bien que sa quête pour affiner son art soit sans fin. Malgré ses deux siècles d'existences, il se considère comme étant encore une frêle pousse... Enfin soit, je pense que vous avez compris le principe. N'hésitez pas à poser des questions."

Fier d'avoir pu donner un peu de son savoir, la scène continue comme dans un théâtre, celui de la vraie vie et malheureusement, parfois la réalité est bien plus folle que la plus pure des fictions. Une fois la conversation finie, nous en retournons donc à la lame, mais aussi et surtout par la suite, à l'orage qui semble terrible et menaçant, mais aussi à l'inconfort et l'instabilité causés par un sceau qui ne fut pas fait dans des conditions optimales.

En parlant tout à l'heure d'échange de savoir, il lui proposer de l'entrainer à l'art de la lame. Qu'aurait-elle répondu normalement ? Qu'elle est indigne d'un tel art puisque ce concentrant trop sur d'autres points ? À trop se disperser, on deviens bon en rien, mauvais en tout. Elle se contente de palper ses muscles, analysant son corps avant de dire froidement ce qu'elle en pense de manière tout à fait terre-à-terre.

"Cela fait trop peu de temps que j'ai accouchée. Avoir des exercices trop intenses maintenant serait dangereux."

Ce n'est pas un non pour autant, mais de manière raisonnable, ce n'est pas le moment et ça ne le sera pas avant au moins un ou deux bons mois... Peut-être avant avec du repos et des soins. Puis vain le moment fatidique, le sceau souffrait de plus en plus dans cet entrevu et la vu d'un feu au loin avait été assez violent pour le fragiliser davantage. Au vu de ses réactions, ses interrogations sont légitimes dans un sens, un peu trop curieuses de l'autre.

"Ce sceau n'a aucun rapport avec ma venue ici."

Néanmoins, l'instinct animal de la tortue lui fait dire que l'intérêt de l'homme pour celui-ci pourrait être une bonne chose. Si bien qu'il va essayer d'agir. C'est d'une voix posée qu'il tourne la situation à son avantage.

"Dame Shuuchuu, est-il bien prudent de donner l'impression de cacher des informations, quand votre but est justement d'en quérir ? Est-ce une bonne manière pour émettre une requête ?"
"Non."
"Ce n'est pas comme ci c'était une information confidentielle n'est-ce pas ?"
"Effectivement."
"Bien, donc autant crever l'abcès et passer à autre chose."
"Certes."

Kurokame se tourne donc vers son interlocuteur masculin, prêt à expliquer ce qui doit l'être, tenant entre ses mâchoires la pipe encore éteinte d'ailleurs.

"Il s'agit du sceau de l'apaisement, a la base destinée comme punition pour des personnes ayant commis de grands péchés, sans pour autant perdre leurs savoir-faire ou leurs capacités. Sa subtile, mais fragile hiérarchie et des cocktails de drogue contenue dans celui-ci annihilent tout sentiment positif comme négatif, laissant sa victime dans un état proche de la non-vie. Il interdit également tout songe, raison pour laquelle ses victimes donnent l'impression de somnoler en permanence. "

Il observe un petit instant la kunoichi avant de reprendre.

"Le cas de cette personne est plus singulier. Suite à une série d'évènements plus ou moins traumatisants l'ayant mise dans une grande détresse émotionnelle, Hyûga-sama l'a émotionnellement achevée juste après un accouchement post-maturé ayant épuisé ses forces physiques et mentales... Sa raison s'est brisée et son âme a cédé au désespoir, se laissant littéralement mourir. Le sceau lui a donc était appliqué en urgence pour la maintenir en vie, d'où sa fragilité actuelle."
"Je suis donc une jeune mère célibataire qui malgré la venue au monde de ses deux enfants, n'a pas su maintenir sa pathétique existence. Fin de l'histoire, aucun rapport avec le sabre ou les invocations, passons à autre chose."

C'était dit sans la moindre trace d'agressivité ou même de quoi que ce soit comme on peut s'en douter, surtout auprès de telles révélations. Après, est-ce que la maître des lames laisserait la situation en suspend, sans y mettre son nez, c'était une tout autre histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 21 Juin 2018 - 11:45
Kurokame la tortue qui accompagnait Chiryouu semblait s’y connaître un peu mieux en ninjutsu que sa maîtresse. Malgré le fait que le Jikukan Ninjutsu soit un art que très peu de personne peuvent se targuer de s’approprier. Ce sont des arts très spéciaux et il est très difficile de trouver des personnes capable de l’utiliser de manière originale. La plupart des gens se servent donc de ce ninjutsu d’invocation afin d’établir un lien entre les deux personnes liés comme ici Chiryouu avec Kurokame. Le rite d’invocation nécessite donc du sang, un pacte et du chakra bien évidemment. C’était un art qui m’était complètement inconnu pour tout vous dire, c’était agréable de découvrir cela maintenant que j’étais en pleine période de réapprentissage du ninjutsu. Moi aussi je pourrais donc trouver un clan avec qui faire un pacte, il pourraient m’aider dans tout type de situation ? Kurokame me montrait le sceau de Chiryouu qui était placé sur sa manche

“Intéressant ! J’en apprend chaque jour.”

Kurokame m’avait même proposé de signer le pacte des Tortues, il avait reconnu en moi quelqu’un de bien. Ce fut bien une première fois dans ma vie je crois bien, souriant bêtement je me sentais flatté qu’un inconnu reconnaisse en moi une personne de qualité. Il pourrait m’emmener auprès du maître des tortues afin de me faire signer ce pacte. A vrai dire c’était une offre alléchante, mais je n’étais pas sûr de vouloir faire cela maintenant. En fait je n’avais pas vraiment le temps pour cela dans l’immédiat. Remerciant poliement Kurokame je me devais de refuser. Même si l’optique d’affronter Kenshinkame était très tentante.

“Je ne sais pas trop si cet art est fait pour moi, n’y voyez aucun offense. Je dois réfléchir à votre proposition. Je vous remercie.”


J’avais proposé à Chiryouu de s'entraîner afin de tester cette lame, cependant elle me rétorqua qu’elle venait d’accoucher il n’y avait pas très longtemps. Wait… Elle avait qu’elle âge !? Malgré que les femmes se mariaient tôt chez les civils, nous les ninjas et autres mercenaires ne pouvions décemment pas mener une vie de famille normale aussi jeune. Ce n’était pas vraiment mes affaires je ne m’étalerais pas plus sur le sujet. Cependant le sujet de ce sceau était tout de même des plus inquiétant à mon avis. Chiryouu semblait assez déstabilisé, malgré la voix posé qu'elle avait. Kurokame c’était permit d’intervenir en m’expliquant quelle diablerie était ce fuinjutsu : le sceau de l’apaisement, celui qui annihilerait tout forme d’émotion au sein d’une personne. Elle était en proie à une grande détresse émotionnelle et Takumi semblait avoir un rôle à y jouer dedans. Personnellement, je trouvais que cette fuite n’était pas la solution, surtout si aujourd’hui elle avait deux enfants. Il fallait qu’elle trouve la force de se remettre debout.

“Ce n’est peut être pas mes affaires, mais vous avez deux enfants. Vous devez tenter le tout pour le tout, revivre par sois-même. Si vous ne le faite pas pour vous, faite le pour eux. Votre existence sera pathétique si vous décider de la mettre de côté. Je ne vous connais pas, mais sachez que si vous avez besoin de soutien je pourrais vous en fournir.”

Le cas de cette demoiselle m'attriste vraiment, et celui de ses enfants encore plus. Comme pourraient t’il grandir sans les sentiments de leur mère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Jeu 5 Juil 2018 - 13:19
Kurokame fait une révérence polie a l'épéiste quand il dit poliment devoir réfléchir, avec un sourire espiègle.

"Cette proposition n'a pas de limite temporelle."

La patience des tortues est légendaire et à juste titre, d'ici quelques siècles ce serait toujours valable et cela continuerait certainement bien longtemps après. Enfin soit, maintenant que tout ça est dit et malgré le fait d'avoir demandé de ne pas revenir dessus. Il reparle de son sceau et de ses enfants. Dans l'essentiel il a raison, mais dans un sens, pas du tout.

"N'y voyez nulle offense, mais effectivement cela ne vous regarde pas, a moins que vous ne contiez vous mêler de cette affaire ce qui je pense, n'est pas d'actualité. Je n'ai rien décidé, ce fut une opération effectuée par mes proches pour pallier à un cas qu'ils ont jugé d'urgent et j'ai toute foi en leur décision."

En même temps, j'étais sur le point de rendre l'âme, je ne pourrais pas leur en vouloir d'avoir agi promptement, même si j'étais encore capable de le faire.

"Je vous remercie toutefois pour votre sollicitude."

C'est étrange de se dire qu'une personne venant d'une tout autre nation semble plus intéressée par mon devenir que certain de mon propre village, par le devenir de mes enfants, plus que leurs propres pères... Mais c'est les aléas de la vie, si tout était simple ça se saurait. À bien y réfléchir, maintenant que la pilule est un peu passée, même si je restais dangereusement amoindrie et psychologiquement faible, il y a peu de chance que je sois encore en danger de mort. Évidemment, il ne serait pas sage de tenter le diable en vérifiant cette théorie de manière trop abrupte. Enfin, ce n'est pas comme si j'avais la capacité, l'envie ou le besoin de retirer ce sceau de toute manière.

Je regarde longuement le sabre, j'imagine qu'on ne reviendra pas sur ce sujet tant que l'autre ne sera pas définitivement enterré ? Enfin soit, on en avait fini avec cette magnifique arme, il me semble ?

"J'ai déjà suffisamment abusé de votre temps. Je vous remercie pour votre attention et votre expertise, sur-ce puis-je prendre congé ?"

Serai-ce une fuite ? Difficile de dire le contraire en toute objectivité, même la petite tortue cache mal un léger sourire triomphant. Pas qu'il aime à me voir mal à l'aise, mais que c'est la preuve qu'il y a encore un peu d'humanité en moi qui coule au travers de ce sceau fragile et déjà fissuré. Quelques petits coups en plus le feraient certainement faillir de manière suffisamment douce pour éviter la situation de départ et une tortue sais être obstinée et patiente, plus qu'aucun humain ne le sera jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 9 Juil 2018 - 16:57
Bon… Au moins je sais qu’a tout moment je peux choisir de pouvoir invoquer des tortues afin de m’épauler dans ma vie de ninja. C’était déjà ca non ? Cette soirée prenait des tournures vraiment trop étrange pour moi, je n’avais pas l’habitude de passer du temps comme ça seul avec une fille. Surtout avec son fuinjutsu des plus étranges, pour tout vous dire elle me faisait vraiment énormément de peine et je ne pouvais pas rester tranquille en sachant que ses enfants risquent d’avoir une vie sans amour maternel. Ma raison me disait de fermer ma grande gueule et de lui souhaiter une bonne soirée, mais mon instinct me disait que je pouvais faire quelque chose pour elle, que je devais faire quelque chose pour elle. Chiryou semblait avoir plus confiance dans le choix des autres plutôt que dans le sien c’était bien triste quand même… Enfin qui suis-je pour juger les gens comme ça moi ? Elle ne pouvait pas abandonner lâchement ses enfants au profit d’une vie plus tranquille, être parent c’était assumer la douleur et la tristesse envers et contre tout pour ses enfants.  C’est une bataille continue contre la fatalité de la vie, mais elle ne serait plus jamais seule dorénavant : la famille est le plus beau cadeau qu’on puisse avoir… Et moi j’ai abandonné la mienne juste pour faire le mariole avec mon épée, oui je suis vraiment bête parfois. Cependant c’est quand on a plus les choses en face de nous que nous nous rendons compte de sa réelle valeur.


“Vous ne devriez pas dire ça. Accordez vous si peu d’importance à vos enfants ? Pensez vous qu’il pourront grandir dans de bonne conditions sans recevoir véritablement l’amour de leur mère ?”


Je regardais Kurokame à la recherche d’un peu de soutien de sa part, mais il ne semblait pas vraiment vouloir se mêler de cette histoire à outrance.  Moi je ne savais pas quoi faire, détruire ce sceau et essayer de parler avec la véritable Chiryou ou bien me mêler de mes affaires et la laisser rentrer chez elle. Non… Il y avait un orage bien trop fort pour la laisser partir comme ça et mon instinct de fouteur de merde était beaucoup trop fort, impossible de ne pas mettre mon grain de sel dans cette histoire. La medecin ninja semblait vouloir mettre fin à cette conversation et rentrer chez elle. Instinctivement je lui attrapais le bras et la tirait vers moi, je n’avais vraiment pas fait exprès et je suis vraiment trop mal à l’aise de la voir à quelque centimètres de moi. Je reculais d’un pas et souffla un grand coup avant de l’inviter à s’asseoir. Je lui fit fermer les yeux en passant mes mains sur ses paupières et attrapa mon sabre que je pointant sur son sceau. Elle pouvait sentir le froid de l’acier sur son front, mais elle savait que c’était trop dangereux de bouger dorénavant.  La brume noire parcourais ma lame et se déposa sur le sceau qui commençait à se faire absorber doucement par mon arme. Elle pouvait très bien se retirer, mais elle s’en sortirais avec un sceau plus que instable et une petite coupure sur le front. Je savais pertinemment que ce n’est pas à moi de faire ça, mais que voulez vous…


“Je suis vraiment désolé.”


Je rangeais mon sabre et restait droit, prêt à recevoir ses foudres ou même un coup pourquoi pas. C’était légitime, je suis prêt à l’accepter pour lui permettre d’avancer. Si je pouvais aider ne serait-ce qu’une personne dans ma vie ce serait formidable.


“Tu devrais te reposer maintenant ,de toute manière il est tard et l’orage gronde encore.”

De mon côté je mis de nouveau la main sur cette belle lame, et pris un livre sur les forgerons de Tetsu no Kuni afin de trouver quelque chose de concret. Posé sur un bureau je me mettais à feuilleter les pages en espérant que Chiryou se repose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Lun 9 Juil 2018 - 21:02
Qu'il est prompt à juger sans essayer un instant à réfléchir d'un autre point de vue. Mais c'est le cas d'une majorité de personnes, c'est ce que pense la jeune médecin. Mais elle n'a pas réellement eu le temps d'en dire où pense quoi que ce soit, alors que le sabreur approche sa lame de son front. Chiryou n'a pas réagi à ce geste d'ailleurs, que ce soit par un sursaut de surprise ou même une fois celle-ci bien vu.

Alors qu'il s'excuse, elle reste interrogative, mais ne réagit pas plus que cela. N'ayant pas la possibilité d'avoir de sentiment positif ou négatif, pourquoi la défiance ou la paranoïa devrait faire exemption ? Elle observe le noble acier, la brume, puis dans un bruit de vitre brisé de l'encre coule abondamment de ce qui vient d'être assurément détruit et c'était le but.

Comme le magma qui est libéré d'un coup, une flamme qui vient de briser une vitre et dont l'appel d'air entraine une réaction, un fort taux de sentiment fier et contradictoire l'assaille comme autant de coups de Kunai dans le coeur. C'est si soudain, violent et intense qu'elle en reste crispée, comme prise de paralysie alors que des larmes de douleurs roulent sur ses joues. Elle chancelle, menace de s'écrouler et finalement tombe en avant contre le bretteur, s'accrochant à lui comme à une bouée de sauvetage. La gorge serrée, cherchant de l'air qu'elle n'arrive pas à trouver, s'étouffant.

La jeune femme tombe à genoux, cherchant des repères sans y arriver, cherchant de l'air sans plus de succès tout en étant trop déboussolée pour comprendre quoi que ce soit. La seule chose qu'elle sent, quelle ressent, c'est se torse contre lequel sa tête se trouve et va instinctivement de blottir contre lui, le serrant fort, fondant en larme la voix éteinte par manque d'air et mettant encre et eau salée sur sa tenue qui va avoir bien du mal à être nettoyé assurément.

Puis une fois à bout de force, ce qui n'est pas des plus long, elle s'affale, inanimée, inconsciente. Mais au moins elle respire, même si c'est faible et son coeur bat encore, ce qui comparé à la dernière fois où elle fut sans la béquille qu'est le sceau, est un grand pas en avant. D'ailleurs difficile de ne pas l'entendre respirer, à cause d'encre et de larme s'étant insinué dans sa gorge, elle ronfle ce qui casse bien facilement l'image de la princesse endormie avouons le, mais bon ce n'est pas comme s'il y avait une illusion à maintenir face à cette personne qui ne semblait pas le moins du monde intéressée par la belle et délicate demoiselle, littéralement à ses pieds, belle et sans défenses... Mais non, Chiryou à l'inhabituelle faculté de tomber au pied plus ou moins littéralement de ceux qui ont encore un sens de l'honneur et/ou des principes dans ce vieux monde, au point que ça en deviendrait presque comique.

Une seconde ? Minute ?Heure ? Jour ? Le temps est passé, elle ouvre les yeux, son corps est si lourd qu'elle à l'impression d'avoir une couche de plomb fondu sur sa peau. La demoiselle se réveille, la tête douloureuse, la gorge sèche et la bouche pâteuse.

"Je pensais avoir juré de ne plus toucher à l'alcool... Faible femme."

Semble elle dire, comme une maîtresse ferait la leçon à un enfant perturbant en lui disant que c'est une très vilaine petite, vilain ! Enfin soit. Elle essaye de se lever, mais n'y arrive pas, pourtant elle a bien des besoin à assouvir et sens qu'il va falloir qu'elle se force, cela devient même urgent. Elle essaye de fouiller ses derniers souvenirs... Où est-elle ? Ce n'est pas chez elle, pas l'hôpital ? Où ?

"Takumi ? Pas la peine de regarder ailleurs, je suis habillée... Enfin je crois ? "

Elle vérifie au cas où.

"Sérieusement, un homme bien portant de ton âge ne devrait plus être aussi prude, ça en est presque vexant pour une frêle demoiselle... Tu sais, une belle jeune femme AIME qu'on la regarde... Même si par principe elle dira l'inverse... Takumi ?"

Sa vue est... Trouble, même si son cerveau compense, elle ne se rend pas compte que tout ce quelle perçoit, ce sont des tâches de couleurs grossières, les sont sont diffus et incompréhensible, même sa propre voix. Le contrecoup des drogues du sceau s'étant répendu d'un coup dans son organisme puisque plus contrôlée par le sceau est la, encore heureux qu'elle ai rencontré le monsieur qu'aussi tard, elle a été à deux doigts de l'overdose.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 12 Juil 2018 - 23:06

Au coeur de la pluie




Elle ne réagissait pas, elle ne faisait qu’observer la matière obscure dévorer son fuinjutsu petit à petit. Je ne savais pas comment cela allait terminé toute cette histoire, mais cela ne sonnait pas bon pour moi. De toute façon quoi qu’il arrive cela ne se termine jamais bien pour moi, je suis un peu comme un chat noir en fait. Je me rappelle que Takumi m’avait dit que c’était moi qui provoquais ce genre de situation complètement loufoque.
 
D’un seul coup, m'extirpant de mon flot de pensée, une flamme vient briser une vitre. Oh bordel de merde… Comment je vais expliquer ça a Takumi ? Ce n’est même pas ma faute et je vais encore avoir des problèmes, en plus je n’ai même pas d’argent pour payer tout ça… Bon je dirais que c’est ça faute à elle de toute façon. Un pulsation, son visage se crispe, elle était en train de convulser ou quoi ?! Elle va m’en vouloir elle aussi encore, ce n’est vraiment pas comme ça que je vais réussir à me faire bien voir au village de la Roche moi. La situation s'intensifie, je commençais à perdre le contrôle de la situation la en fait, elle commençait à souffrir de plus en plus. Cette douleur semblait vraiment insoutenable, elle chancelle et tente de s’accrocher à moi, cela me faisait beaucoup de peine à voir en fait. J’essaye de la remettre debout afin qu’elle puisse reprendre ses esprits mais en vain.
 
Elle venait de blottir sa tête contre mon torse, la voix presque inaudible, elle venait de fondre en larme. Elle n’arrivait pas à tenir tant le choc psychologique était trop grand, l’encre s'était infiltrée dans sa gorge, je commençais vraiment à paniquer la en fait… Imaginez qu’elle meure étouffé ? Non ça ira en fait. Tombant à mes pieds inconsciente, je pris l’initiative de la poser sur un lit et de vérifier son pouls.
 
Je ne savais pas combien de temps avait passé depuis qu’elle s'était endormie, moi je me suis simplement posé sur le bureau en étudiant l’épée et lisait quelques livres afin de retrouver l’origine de cette lame. Cependant elle était bel et bien introuvable, qui donc aurait pu créer une telle merveille !? Ah, la voilà qu’elle se réveille ! Elle semble plutôt bien aller, enfin elle semblait complètement à l’ouest.  Elle commençait à croire que j’étais Takumi, elle parlait de nudité… Le contrecoup du sceau semblait lui infliger de gros contrecoups, il valait mieux qu’elle continue de dormir. J'utilisais le fourreau de mon arme et lui donna un coup afin de l’endormir d’un seul coup, il valait mieux qu’elle continue de se reposer.
 
“Dors dors…”
 
Je suis resté sur le bureau toute la nuit sur mes bouquins afin de chercher l’origine de cette lame. Je ne sais pas combien de temps j’ai cherché, mais je me suis endormi comme un imbécile sur le bureau.


Dernière édition par Ryoko Gōten le Lun 23 Juil 2018 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Jeu 12 Juil 2018 - 23:56
Je me réveille à nouveau, il fait jour. Le temps est au beau fixe, le calme après la tempête. J'ai une bosse derrière la tête, de l’encre plein le visage et dans la gorge et... Je me sens... Vivante ?

"Les coups derrière la tête, c'est un mauvais anesthésiant..."

Quoique ça a fait son office de toute évidence. Bon je suis où ? Je fais quoi ? Je récupère le sabre sur le bureau, je suis à peu près certaine que c'est à moi. Oh tien, un homme ? Est-ce que j'aurais... Non, il est habillé, vu sa position, il a travaillé toute la nuit ou au moins étudier. Encore un pudique qui ne profite même pas un peu d'une demoiselle en détresse juste à côté de lui. Iwa, c'est le pays de l'honneur trop bien portant. Quoique moi ça m'arrange en fait.

Je ne le reconnais pas, pas encore, par contre cette chambre. Je le confirme en allant voir à la fenêtre. C'est bien le domaine où j'ai déjà rendu visite à Takumi. Forcement, il a les yeux fermés, je ne peux pas dire s'il est aussi un Hyouga, mais d'instinct je n'ai pas l'impression que c’est le cas.

Bonne chose ou mauvaise ?

J'ai de vagues souvenirs, ça revient petit à petit... J'ai... Cassée la fenêtre, je pense, comment ? Je ne me rappelle plus, ça a un rapport avec son coup ? Non, c'était avant ? Oui... Oui ! Il a fait un truc à mon front, un miroir. Un sceau brisé, de l'encre et...

"Nadame..."

Le sceau de l'apaisée ? Mh... Je vais avoir des discutions a avoir, je pense, je... Je ferais mieux de rentrer, j'ai encore mal, à la gorge, au coeur, à la tête. J'écris un petit mot que je laisse à côté de lui.

Citation :
Merci pour tout,
À bientôt peut-être Kaihō-sha no Goten ♥
PS : Je vais expliquer à Takumi le pourquoi de la fenêtre et la rembourser.

Goten le libérateur, mon humour est de pire en pire, on va mettre ça sous le fait de... De... foutues drogues, je les sens presque encore dans mon sang. Je vais aller lentement, peut-être me faire faire escorté jusqu'a chez moi, il vaut mieux.

Mais avant...

Que tu es vile Chichi, tu sais pertinemment que c'est le genre de personne qui n'appréciera pas ce genre de cadeaux, pas autant qu'un autre. C'est pour ça qu'il le mérite. Ce n'est pas comme s'il m'avait libéré de ma propre lâcheté, sauvé de moi-même au moins en partie. Cela mérite une juste rétribution.

Je m'essuie la bouche au cas ou, puis viens porter mes lèvres doucement contre les siennes.

C'est un guerrier, dans une minute au maximum il est réveillé et il va vouloir me beugler dessus j'en suis certaine.

Je tire la langue et quitte la pièce, mais à ma vitesse... Il pourrait très bien me rattraper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 23 Juil 2018 - 21:37

Au coeur de la pluie




Un long sommeil c’était ce dont j’avais besoin, cette soirée fut forte en émotion. Ce n’était pas la première fois que je me retrouve proche d’une fille, mais c’était bel et bien la première fois que je le fait sans être alcoolisé. Et surtout que je ne m'étais jamais retrouvé aussi proche d’une femme que je venais à peine de rencontrer. C’était une situation plutôt cocasse au vu des valeurs morales que je compte entretenir.


Je me réveille, fenêtre cassée… Bordel de merde… Takumi va me tuer putain. Je me souviens avoir cherché un sabre, j’étais sur une piste à Tetsu no Kuni assez intéressante. Cependant il fallait que je le garde avec mo… Et elle s’est barré avec le sabre en prenant soin de m’embrasser sur la bouche ! Mon premier baiser avec une femme !? Que vais-je devenir ! Je ne pourrais plus jamais épouser une femme sans avoir ce remord toute ma vie, je suis condamné à être sans descendance. Cette femme… Quel vile personnage ! Sans même le savoir elle m’avait condamné au célibat éternel, à la solitude du guerrier a vie. Est-ce que je devrais oublier cet épisode et faire comme si rien ne c’était passé !?


Je ne sais pas si j’y arriverais un jour dans ma vie, mais autant essayer de toute manière je ne sais même pas combien de temps il me reste à vivre. Je décide de me lever tant bien que mal et de la rattraper. Au moins pour récupérer cette lame ou bien de lui proposer à la recherche de son créateur, enfin si il est encore vivant.


Je ne savais pas si elle avait fait exprès de marcher doucement pour que je la rattrappe, mais c’était fait : je lui tirais le bras doucement avant de la lâcher subitement et prendre une distance de sécurité.


“Chiryou-san. Euh… Je ne sais pas trop quoi vous dire… Je voulais avoir l’occasion d’étudier le sabre un peu plus, je pense avoir une piste a Tetsu no Kuni.”

Je restait planté là, tête baissé en essayant d’esquiver son regard avec mon chapeau. Je lui en voulais pour m’avoir fait ça, mais elle ne pouvait pas deviner ce qui pouvait arriver dans ma tête.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Mer 25 Juil 2018 - 12:15
Je sens sa main sur mon bras, dans un cas ordinaire j'aurais certainement sursauté. Mais là, avec ce qui coule dans mon liquide vital une réponse normale n'est pas ce qui peut arriver. Mon coeur bat d'un coup trop fort, la drogue se propage, j'ai la tête qui tourne, un pas mal assuré, je tombe en avant.

Que je finisse au sol ou qu'il me rattrape dans tous les cas, c'est avec une voix affaiblie que je rétorque en premier lieu.

"Fuite ratée..."

Avant de dire plus sérieux et, ou en tout cas en essayant de le faire, avec mon esprit qui s'embrouille et ma vision qui mélange des couleurs qui n'ont pas lieu d'être avec des sensations qui n'existe pas réellement.

Je ne tiens pas plus debout que l'excuse que j'avais pensé à lâcher pour lui avoir dérober un baiser, tant pis on va oublier ça. Il me dit vouloir étudier le sabre plus longuement, j'aimerais bien lui remettre, mais je n'arrive même pas à différencier ma main gauche de ma droite, alors trouver un sceau parmi des dizaines...

"Je vous le ferai remettre quand je ne serrais plus dans un tunnel kaléidoscopique... Je..."

La suite partira en balbutiement avant d'être un mélange étrange et inintelligible de borborygmes. Ma mémoire se mélange tout autant que mes sens, je ne sais plus trop ce qui se passe...

Je me réveil dans mon lit, j'imagine que j'ai finalement pu rentrer chez moi ?Je me demande où est ce guerrier ? J'irai lui emmener le sabre, mais... plus tard, si ce n'est pas déjà fait ? Bref, j'ai besoin de repos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Au cœur de la pluie [Pv : Ryoko Gōten]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: