Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Wrong Turn ▬ Nadeshiko Jun


Mar 5 Juin 2018 - 9:32
Lieu : Pays du Feu.
An : Aux alentours de 202.

. : Wrong Turn : .



Épaisse et sombre ; l’ensemble des forêts du Pays du Feu pouvait cacher bien des secrets… Le morceau de chaire opaque que tu retiras d’un geste vif de tes dents à l’aide d’un ongle noirci par la sève sanglante et la crasse le savait plus que quiconque…

Sans trop savoir pourquoi, les grands archi-démons te conduisirent ici. Turbulence mentale durant un trop plein de goulots vides, le Chakra affaibli, Jashin t’avait intimer de partir pour les terres turbulentes de ce nouveau Pays. Aussi craintif qu’un rat des champs ; tu avais décidé de t’enfoncer dans la sylve ambiante, le temps d’évaluer la situation. Loin des instructions de la civilisation, des conflits qui ne te parlaient plus. Épée de Damoclès au dessus de la dent, la solitude arrivait à briser le sens d’un hère. L’Homme servant au Dieu de la Destruction est prudent ; certains Dieux murmurent craintif… Timoré comme un Genin face à son premier Kunai.
En chasse.

Fin de l’aube comme un glas habituel ; tu foulais d’un pas rapide les cimes des arbres, au dessus d’une couronne de feuillages crevant par chaleur intense, espérant qu’un Dieu pleure de malheur pour se remettre tant bien que mal sur pied. Le hachoir rouillé entre tes dents carnassières, tu avais établi un périmètre de chasse acceptable, te convenant de maigres lapins, quelques canards en migration et parfois, si la chance souriait au carmin versé, une biche offrait son corps. En fin de semaine, un groupe fuyant les perturbations Ninja avait fait signe de trépas.
Ventre gourmand ; ventre content.

Suite à ton départ, tu avais émis domicile dans une cabine discrete mais considérable. Propriétaires disparus, sans laisser aucune trace. Anciens en autarcie totale, des brebis avaient combler le sang aigre de leur vieillesse. Se composant majoritairement de bois, de quelques planches rouillées et de béton mal entretenu, la porte principale donnait sur un léger couloir débouchant sur la cuisine après un virage à 90° sur la droite. Vaste et sale, un buffet nauséabond en constante migration bactériologique semble noircir sur une magistrale table à manger. Placards sommaires, accessoires de découpe en tout genre accrochés aux murs, un nuage mêlant mouches et poussières en vol dans un ballet de compétition. Au fond, un second couloir offrait sur la droite la salle à vivre, seulement servi par une table basse et un tapis bouffé par les mites ainsi que divers insectes. Dépassant du tapis, on devinait un épais cercle gravé à même le sol, formant une crevasse, trois pointes sortant de part et d’autre de la pièce. Quelques bougies, éteintes mais étrangement en bon état perçaient en harmonie l’obscurité du lieu aux fenêtres condamnées. De l’autre côté du couloir, deux pièces : Une maigre salle de bain sans réel système d’eau complétée par une chambre pour deux : Lit sommaire aux draps orduriers.

Comme à ton habitude, tu avais dissimulé quelques pièces à ours, disponible lors de ton aménagement tout compris aux abords de la maison et, sait-on jamais, deux-trois sournois au sein de ton établissement. Tu vivais dans une maison d’hémoglobine, d’atrocité, de transcendance religieuse : Il valait mieux être prudent. Les minutes passèrent alors que l’énervement apparaissait, tu tournais visiblement pour rien, les cibles ayant apparemment fui la zone de chasse. Chétif butin qu’était une fouine brune, l’estomac grondait d’anxiété.

Rentrons nourrir le Maitre. 

Arrêtant la course que tu menais contre une ombre imaginaire, tu commenças un demi-tour immédiat. Dire que même les guerres Ninja arrivaient à faire peur aux animaux ; cela désolait n’importe quel homme de chasse. Ce n’était qu’une affaire de minutes, peut-être bien un arrêt pour vérifier qu’aucun trou de taupe ne naissait dans les parages ? Ça ne prendrait que cinq minutes de plus. Vérification après vérification, ton esprit dément se résignait à véritablement revenir sur tes pas, jonchant maintenant un chemin plus calme que les hauteurs. La journée n’avait pas été productive et l’astre solaire ne résistait plus au charme de Morphée.

Débroussaillant quelques pièces à ours au hasard, tu dépassas l’intérieur d’un buisson percevant afin ta bâtisse. Haussement de sourcil, quelque chose. Une aura. Un changement. Physique. Porte ? Herbe ? Empreinte ?

Instinct.
Démence.

La traque reprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku http://www.ascentofshinobi.com/t3383-ryuuketsu-no-deku-carnet-de-bord

Wrong Turn ▬ Nadeshiko Jun

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: