Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Confrontation [Mekyu Raizen]


Mer 6 Juin 2018 - 16:06
Bien qu’il était en couple depuis quelques jours seulement, Shoran n’en oubliait pas son travail principal. Il était policier, le Kyuubu était et avait toujours été son objectif premier. Le garçon ne laisserait pas l’amour et les sentiments se mettent en travers de son objectif. En plus d’être shinobi, cette responsabilité lui allait comme un gant. Servir et proteger, tel était la devise qu’il s’était donné. Et il tentait du mieux qu’il pouvait se servir le village qui lui avait donc tant donné.

Le Necromancien était dans les bureaux, s’occupant cette fois d’un peu de paperasse. Il fallait avouer qu’être du Kyuubu n’était pas d’être constamment dehors surtout pour un grade. Maintenant qu’il était jonin, les responsabilités s’étaient accentués pour lui et il aimait ça. Pour le coup, il ferma un dossier et s’affala sur la chaise sur laquelle il était posé.

Ce n’était pas des bureaux personnels, il ne pouvait pas lâcher un petit somme comme il l’aurait souhaité. Décide à se dégourdir les jambes, le jonin de Kumo quitta les bureaux et se rendit devant le bâtiment de la police du village. Il y aperçut un visage qui ne lui était pas inconnu... Shoran s’approcha de cette personne.

Raizen. Je pense que nous devons discuter.

Évidemment, Shoran ne le confrontait pas pour rien. Il avait ses raisons.[/justify]

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 14 Juin 2018 - 2:27


Soupirant, Raizen venait tout juste de passer une bonne partie de sa soirée à patrouiller le village. Depuis son retour de Kaze, bien des choses avaient changé notamment ses responsabilités et ses fonctions. Ce qu’il faisait au jour le jour en avait aussi connu les frais tout comme sa perception de certaines situations ou plutôt certaines personnes.

Parlant de ses personnes, en route vers la sortie des bureaux du Kyuubu, il eut le plaisir d’en rencontrer une d’entre elles, Shoran. À la base, il n’avait jamais rien eu contre cet homme jusqu’à ce que celui-ci décide de faire quelque chose qu’il ne supportait pas : impliquer le rôle et le statut dans une situation dans laquelle il ne pouvait se contenter de ne rien faire. Certes, il comprenait sa perception, sa vision et d’où il venait. Pourtant, il avait détesté ce geste à son endroit, lui rappelant ainsi qu’un vulgaire rôle décidait du sort de plusieurs, quel que soit le degré de compétence des individus.

Ce genre de situation était catastrophique, surtout que la règle numéro 1 en mission était la suivante : Le Chef d’équipe menait une équipe du début jusqu’à la fin sauf en-cas particuliers. Les cas particuliers étaient de nature assez rare, mais restaient tout de même importants à prendre en considération. Le manque d’expérience et la nécessité de faire appel à un collègue mieux formé faisaient partie des rôles d’un chef. Autrement, les Kage ne feraient que des erreurs. Se faisant conseillés par des gens qui connaissaient bien souvent mieux leur fonction qu’eux, il était nécessaire de savoir quand une situation devait être déléguée, surtout en cas d’urgence. Pourtant, cet homme avait appliqué de manière aveugle les fondements qu’on lui avait enseignés sans forcément remettre quoi que ce soit en question.

-Parler de quoi ? Si tu viens parler de Kaze, je te le dis d’avance, je ne changerais pas ma position sur le sujet.

Il ne savait pas exactement ce qu’il voulait, mais il l’attendait de pied ferme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 17 Juin 2018 - 15:35
Shoran avait envie d’écouter le point de vue de Raizen. C’était important que les deux s’expliquent, ils n’en avaient pas encore eu l’occasion. Le Necromancien n’avait pas aimé ces prises d’initiatives répétées, sans qu’ils ne se concertent. Il n’était pas du tout contre, mais n’appréciait pas le fait qu’il prenne une décision aussi importantes. Ils représentaient Kumo. Ainsi lorsqu’il croisa Raizen dans les locaux de l’unité de police du village, il se permet de l’interpeller. Le manipulateur des sceaux s’arrêta, parlant du sujet Kaze directement. Il savait. Shoran eut un sourire, se positionnant devant lui.

Que tu changes ou non de position, je m’en fiche. Je te reproche ta prise d’initiatives sans te concerter avec tes équipiers. Tu n’étais que genin, en tant que supérieur hiérarchique en l’absence de Shikarai, c’était à moi de décider.

Sauf qu’avant même de prendre une décision, Shoran aurait évidemment pris le temps d’écouter ce qu’avait à lui dire le Mekyû. Le Necromancien comprenait qu’il était de Kaze, comme lui était de Hi, pourtant les shinobis fonctionnaient sur un type bien précis et il aurait du faire ce qui lui était demandé.

Et si Kumo était contre ce que tu as fait, qu’aurais-tu donc fait ? Trahir ton village ?

Lui demanda-t-il, voulant savoir ce qu’il en pensait évidemment. A ce moment-là, Shoran aurait fait passé le village avant tout mais les choses pouvaient véritablement changé parfois.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 19 Juin 2018 - 3:15


Fixant son supérieur hiérarchique, Raizen ne pouvait s’empêcher de l’observer dans toutes ses manies. Les points qu’il avait amenés étaient certes véridiques, mais il y avait beaucoup trop de possibilités et de si à son goût. De plus, le fait que le tout n’ait pas tourné au vinaigre rendait son argumentaire quelque peu dépassé. Après tout, que se serait-il passé s’il lui avait demandé la permission ? Outre lui dire que cette décision n’était probablement pas de leur ressort, rien ne se serait passé. Certes, il avait fait un arbitrage risqué, mais le tout avait été calculé par la personne la mieux placée pour prendre une telle décision à son avis. Malgré tout, il devait avouer que la hiérarchie restait et demeurait un fait important qu’il n’avait pas vraiment pris en considération sur le moment.

-Que se serait-il passé si je t’avais demandé ton opinion ? Que se serait-il passé si tu m’avais dit que cette décision n’était en aucun cas de notre ressort ?

Fixant celui-ci comme s’il lui posait directement ses questions, il s’arrêta à la dernière seconde afin de lui retourner ce même rictus.

-Il y a beaucoup de supposition qui reste des possibilités. Or, je préfère m’aligner sur les faits que les possibilités. Ton principe est bon, mais la pratique a fait que ma décision, bien que risquée a été possiblement la meilleure pour le moment. Ensuite, seul l’avenir nous le dira, mais le manque de réactivité aurait aussi pu être fatal.

Ne délaissant en aucun cas son regard de celui de Shoran, il poursuivait, armé d’un argumentaire qu’il avait peaufiné à travers tout le retour à Kumo.

-Mais bon, il est vrai qu’en théorie, je n’ai pas respecté les règles qui étaient établies et je suis prêt à en subir les conséquences même si elles auraient pu être pire. Il est vrai que cette décision n’avait pas seulement un impact sur ma personne, mais bien la population. Il est vrai que j’aurais pu me tromper et j’en prends totalement conscience. Toutefois, le statu quo ne faisait pas partie des bonnes solutions et selon moi, c’est le seul fait pertinent qui mérite d’être dénoté parmi toutes les possibilités énoncées.

S’arrêtant alors qu’il trouvait qu’il parlait trop, il feignit avoir terminé avant de tendre la perche vers ce qui risquait de donner une possibilité trop facile pour ne pas être pris.

-Si tu veux mon avis, on ne s’entendra possiblement jamais sur cette prise de décision parce qu’il n’y a ni bonne ni mauvaise réponse, mais que différents points de vue.

SI on veut , c’était l’opportunisme contre le conventionnel, deux courants de pensée qui risquaient constamment de s’affronter.

-Donc, à moins que tu aies un autre sujet qui te tracasse, je n’ai malheureusement plus rien à te dire.

Se faisant tranchant dans ses propos, il n’avait aucunement envie de tourner autour du pot pour une décision qu’il avait prise en parfaite connaissance de cause.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 19 Juin 2018 - 16:34
Shoran était exaspéré du manque de discipline dans les rangs armés du village, ce n’était pas là la première fois qu’il était confronté à ce genre de situations. Sur le moment, le Necromancien avait décidé de ne pas vraiment intervenir pour montrer que Kumo était un village bel et bien solidaire. Se montrer en public n’était pas du tout dans l’intérêt du village, enfin... Il n’en restait pas moins que Shoran était déçu du comportement de Raizen, assez opportuniste pour le coup de son avis. Lui ayant faire part de son avis, le garçon attendait donc une réponse de la part.

Il se serait passé que... Kumo aurait envoyé une délégation pour cela, pour voir ce qu’il en était.

Aussi simple que bonjour, en effet. En tout cas, le manipulateur des sceaux réagissait promptement, m’expliquant sa version des faits. Le jeune homme était en accord avec cela, des propos cohérents mais... le fait qu’il ait outrepassée ouvertement la voie hiérarchique lui restait en travers de la gorge. En tant que Kazejin, il avait bien évidement son mot à dire mais. Il y a toujours un mais.

J’entends bien ce que tu me dis, Raizen. Tu as peut-être raison sur certains points, mais tu as agis sans consentement hiérarchique et c’est un fait grave. Qui plus est les choix que tu as pris ont été fait en fonction de tes origines kazejines, as-tu été objectif ? Je ne saurais le dire, il aurait mieux fallu que d’autres prennent des décisions importantes.

Voilà, il disait clairement ce qu’il pensait. Le jônin regarda son interlocuteur, ce-dernier semblait mettre fin à cette conversation qui n’irait dans aucun sens selon lui.

Sache que je ferai remonter cette insubordination...

De la, Shoran fixa le chuunin, attendant une réaction de sa part.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 20 Juin 2018 - 4:47

Fixant Shoran, plus celui-ci parlait et plus il comprenait la différence qui subsistait entre eux. Si on veut, il était l’idéal, la représentation même de la justice tandis que Raizen était totalement l’opposé. Si Shoran lui reprochait de ne pas avoir suivi la ligne de commande, Raizen lui, s’attaquait à la légitimité de celle-ci, deux points vus qui étaient nés pour être en conflit. Ainsi, bien qu’il ne pouvait en faire mention, il comprenait la raison pour laquelle Asami était attiré par lui malgré sa relation avec Shoran. Dans la structure et la justice, il y avait bien souvent un ennui qui était visible lorsque les règles étaient appliquées de manières trop rigoureuses. Cet homme semblait aussi en subir les frais surtout qu’il n’avait pas lâché prise, allant même à lui annoncer que des représailles seraient possibles.

Sur le coup, Raizen aurait pu réagir de manière totalement défensive et tenter de le dissuader. Il aurait pu s’attaquer à lui avec un autre argumentaire des plus solides. Or, ce n’était pas la bonne approche à avoir. Laissant un léger sourire s’échapper de ses lèvres, il plongea son regard dans ceux de celui qui s’opposait en tous points à sa personne.

-Notre avis a été demandé par mesure de courtoisie pour avoir été impliqué dans ce sauvetage. Malheureusement, le temps qu’une délégation arrive, ils se seraient possiblement entretués ou ça aurait terminé par un manque de position de notre part.

Lâchant un léger rire, il échappa une larme artificielle sur sa joue alors qu’intérieurement, il n’en revenait pas qu’on lui pose cette question.

-Je suis certainement un Kumojin originaire de Kaze qui déteste la religion et tous ses fondements...

Lui donnant soudainement raison, il ramena toutefois la décision qu’il avait prise à sa réalité.

-Par contre, si tu as porté attention aux motifs expliquant mon raisonnement, tu sauras que cette décision a été prise en prenant en considération l’état de la population, ses désirs, mais surtout et avant tout le fait qu’elle croirait difficilement à ce pouvoir ancien après un tel mensonge. C’est pour cette raison que j’ai proposé un nouveau pouvoir aidé dans le secret par un réaménagement de cet ancien mouvement...

Ne lâchant toujours pas prise, Raizen poursuivit.

-Être biaisé aurait pu être intéressant, mais malheureusement, il y a certaines décisions qui ne nous permettent pas de patienter ni d’être cons. Donner mon avis en me basant sur ma propre personne aurait été cataclysmique. J’ai pris le temps de peser les pour et les contres pour tout le monde après cet événement et même si je ne suis pas omniscient, je pense que j’étais la personne possédant le meilleur portrait de la situation.

Ne lui donnant toutefois pas tort, il tenait à le préciser.

-Sache que je ne te reproche aucunement ton argumentaire. Oui, il est vrai que j’ai désobéi et j’en suis désolé. Malheureusement, cette décision fait de moi le chunin que je suis aujourd’hui parce que je n’étais pas chunin au moment où c’est arrivé, mais bien genin, ce qui rend la situation pire. Par contre, ma promotion témoigne le fait que ma témérité a eu un effet positif. Je comprends qu’il y a un cadre et qu’il faut parfois le respecter. Malgré tout, à force d’être confiné à un cadre, on en oublie le fait que la réalité ne fonctionne pas comme en théorie.

Comme s’il n’en avait pas terminé, il en ajouta une couche.

-C’est la différence entre toi et moi Shoran. Tu es le modèle, celui qui s’efforce de suivre les règles, tandis que je les questionne une à une et décide de celle qui me convient et de leur logique. Non, je n’en fais pas qu’à ma tête, je mesure les pour et les contres et propose des choses pour améliorer un système qui, à mon avis manque de flexibilité.

Ne voulant pas parler d’Asami, il ajouta toutefois une métaphore qui saurait expliquer un tas de choses.

-C’est comme un poisson dans un bocal. Lorsque confiné, il se contente de ce qu’il a, mais certains vont un jour tenter de faire le grand saut et s’échapper en prenant le risque de mourir pour découvrir un terrain plus vaste et plus intéressant. Par contre, certains le feront trop tard et même s’ils réussiront le grand saut, ils finiront par mourir pour avoir passé trop de temps confiné dans leur cadre.

Son exemple était précis, bref et prompt. Toutefois, tous les éléments importants avaient été mentionnés.

-Donc, si tu juges que j’ai fait quelque chose de mal, fais-toi le plaisir d’aller le remonter à l’ordre hiérarchique et aux supérieurs. Il y a une raison pour laquelle j’ai été choisi pour cette mission et si tu veux mon avis, suivre les règles de manière aveugle est pardonnable, mais ne maximise en aucun cas les résultats positifs. Certes, le tout peut avoir un impact négatif lors de mauvaises situations, mais tout est une question de gestion de risque.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 20 Juin 2018 - 17:35
Shoran écoutait attentivement les propos du maître des sceaux, la conversation était pour le moment très calme et restait courtoise... pour autant, le jeune homme sentait que tout pouvait s’accélérer entre eux. Bien sûr, le Necromancien allait tenter de calmer les choses, suivre l’ordre des choses et remonter l’information. Cependant, il marquait un point précieux dans son argumentaire. Sa prise d’initiative avait été félicité et récompensé par une montée de grade.

Écoutant ses propos assez intéressants (peut-être vrai), Raizen comparait Shoran à un modèle s’efforçant de suivre les règles, d’être sur le droit chemin. Il le comparait à un poisson dans un bocal, qui se contentait de ce qu’il avait. A l’intérieur de lui, il le savait. C’était ce qui remettait en doute tout ce qu’il avait appris jusqu’à aujourd’hui.

Peut-etre bien. Il sera difficile de te faire comprendre que tu as eu tort, ou inversement. Nous verrons où tout cela nous mène.

Préférant abandonner cette conversation stérile qui n’allait mener à rien. Shoran se trouvait être dans son bon droit pour lui, peut-être qu’il avait tort mais il ne l’assumerait pas. Sur une telle mission, la voie hiérarchique est la plus importante... un jour, il l’apprendra lorsqu’il fera face à ce genre de situation.

Saluant le policier, le jônin tourna les talons pour rentrer à sa demeure.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Confrontation [Mekyu Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: