Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

l'art du bushido x nagamasa mikazuki


Jeu 7 Juin 2018 - 0:19
Cette fois, je ne suis pas en retard. Si tu ne comprends pas ce que je veux dire par là, je t'invite à cliquer sur
(tu remarqueras qu'en tant que super-narrateur, j'ai même accès à des balises pour souligner les messages à mettre en valeur. Tout ça pour tes beaux yeux.)

Kazuma a entendu parler d'une vente d'un sabre particulier sur la place du marché. Lui qui est si loin de tout ce qui peut toucher au bushido, lui qui n'a jamais porté un quelconque intérêt au combat à l'arme, a décidé de s'y intéresser ne serait-ce que par culture. Il est toujours intéressant de savoir comment se forme une arme, comment elle se porte et comment la manier; notamment lorsque l'on est promis à affronter des sabreurs : et cette annonce, qui avait eu lieu il y a une semaine par le biais de distributions de papiers et de notes sur les murs avait de quoi allécher tout bretteur qui se respecte.

Un katana de 69 centimètres, aux ornements magnifiques, aux détails de forge parfaits et au tsuka fait pour le combat avait été annoncé par un très célèbre forgeron, Ria Kuminitsu. Lui qui avait jusqu'alors forgé les sabres de la garde d'élite des daimyos, décide de mettre l'une de ses œuvres en achat publique. Il était évident que beaucoup viendraient principalement pour s'en servir d'art décoratif ─ car il est bien connu que les shinobis sont rarement les plus aisés d'un village ─, mais impossible de mettre de côté le fait que beaucoup de sabreurs seraient désireux d'en savoir plus sur cette œuvre.

Il était là quarante minutes avant le début de la vente aux enchères. Le sabre était recouvert d'une bulle de verre scellée par un grand nombre de fuînjutsus, à la vue de tous mais impossible à dérober (et surtout, ce serait une tentative de suicide, compte tenu du nombre de shinobis présents). La circulation en était presque difficile, il fallait se contenter de sa place, et profiter du mètre et demi d'espace vital, après quoi la foule vous absorbait. Kazuma, quant à lui, était à côté d'une très jolie jeune femme, plus âgée que lui apparemment. Ses vêtements typiques, représentatifs du symbole du clan Nagamasa, indiquaient son appartenance à cette grande famille (et son sabre donnait probablement la raison de sa venue). S'il ne lui adressait pas la parole dans un premier temps, il ne pouvait décrocher son regard d'elle et notamment de son fourreau. Dans sa tête, nombre de questionnements. Peut-être serait-elle sa tuteure dans l'art du bushido.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 17 Juin 2018 - 1:36
L'art du Bushido
Une oeuvre de Ria Kuminitsu mise sur le marché, c'était forcément quelque chose que je me devais d'aller voir. Non pas pour tenter d'enchérir sur la lame, aussi plaisante aurait-elle pu être, mais pour observer et surtout admirer le travaille de ce forgeron. Une curiosité plus qu'un désir de convoitise. Après tout, je me satisfais très bien de mes lames actuelles et n'estime point avoir le besoin d'en acquérir une nouvelle. Surtout en sachant que je me dois encore de récupérer celle de mon défunt père afin de lui rendre son honneur en l'utilisant contre le malandrin lui ayant fait rendre son dernier soupire et ce même si cette dites personnes est mon propre frère. Un frère qui durant de longues années n'a point prit de nouvelles de moi, me laissant seule dans les couloirs de l'académie et allant même jusqu'à me reprocher d'avoir tenu une correspondance avec Shigure, mon autre frère. En réalité, Yoshitsune semblait tout faire pour que je le déteste de plus en plus chaque jour. A croire qu'il désire nourrir ma haine à son égard et pourtant, il ne me semble pas qu'il soit au courant de celle-ci.

Observant donc la précieuse lame sous sa coupe de verre et sous une excellence surveillance, il me faut quelque minutes pour remarquer le regard insistant posé sur moi. Pivotant un peu la tête, je vous observe alors, me demandant bien ce que vous pouvez me vouloir. Votre regard posé sur mon arme. "Vous aurais-je bousculé avec sans faire exprès ?" Une question simple à laquelle je connaissais déjà la réponse. Non, je n'étais aucunement rentré en contact avec vous via mon katana et ce malgré la foule qui nous entoure. Après tout, je sais comment tenir mon fourreau dans la foule pour éviter justement ce genre de désagrément. Il s'agit là, uniquement d'un moyen d'entamer la conversation avec vous autrement que d'un puis-je vous aider ou autre phrase vue et revue. Faisons preuve d'un peu d'originalité bon sang.

hj : désolée pour le temps ><


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

l'art du bushido x nagamasa mikazuki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: