Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[B/OFFICIEL/KIRI] Un second phare dans la Brume

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Jeu 7 Juin 2018 - 13:07
« Dressez-moi la grande voile et ajustez-moi les cacatois, surtout celui de perruche ! »

Hurlais-je en direction des marins alors que le navire faisait grande vogue en direction de l’île de Buntan. C’était un deux mat, l’architecture était pensée pour de la navigation rapide en groupe restreint. Je faisais office de timonière et garder une main sur la barre alors que l’autre ajustait mon ceinturon sur lequel était planté mon Katana. J’avais mes trois armes habituelles, ninjato et wakizashi s’ajoutant à l’arme longue. Ma tenue elle était par contre bien plus adaptée a de la navigation maritime. Je portais un débardeur noir assez court, révélant un petit bout du bas de mon ventre en étant loin du crop top. Un short gris court également me servait de bas. J’avais deux mitaines noires également qui me servait de protection contre toutes les tâches à faire à bord. J’étais douée en navigation, mais le manque de pratique régulière faisait que la peau de mes mains n’était pas assez dure pour que je puisse me permettre de travailler sans gants.

Mon armure se trouvait dans une malle dans le navire, la classique armure de plaques composites avec le casque et masque. Je ne pouvais pas me permettre de venir à une mission d’une telle importance en compagnie de Yui sans mon armure. Cela aurait été la décevoir. Parce que oui, sur le navire se trouvait avec moi ma camarade que j’avais balancé au Kenpei Madoka et ma Cheffe adorée Yui. L’ambiance était aux regards en chien de faïence mais je devais me concentrer sur ma tâche de direction du navire. Nous voguions à travers les flots de l’océan bordant Mizu no kuni, des flots que je commençais à trop bien connaître. Je voyais l’île de de Buntan au loin et effectuais un tribord toute afin de réduire quelque peu l’impact du vent et surtout nous orienter directement. D’un mouvement agile, je quittais la barre pour sauter sur le mat de misaine en insufflant du Chakra dans mes pieds. Grimpant à la verticale, j’allais délier légèrement les cordages et ranger les bonnettes des deux mats afin de réduire la surface d’impact des vents latéraux. J’échangeais un hochement de tête avec la vigie qui me regardait en contrebas avant d’hurler en direction de Yui, où qu’elle soit afin de la prévenir :

« Terre en vue Cheffe ! »


Il fallait ensuite aller ajuster la brigantine le long de la voile trapézoïdale, même si nous n’avions pas d’artimon, l’architecture du navire faisait qu’elle était liée à un beaupré de proue. Elle évitait les changements de direction et à prendre le vent qui s’engouffre de manière irrégulière. Mais la perte de la vitesse des bonnettes impliquait un ajustement sinon nous allions justement commencer à zigzaguer en raison de la puissance du vent pris dans la brigantine. Surtout avec le changement de bord. C’était un gréement carré, donc facile à ajuster avec un bon cordage. J’allais prendre des mesures préventives et hurlait en direction des matelots afin qu’ils adaptent l’allure.

« Serrez-moi les bandes de ris, je veux une allure de croisière pour l’arrivée en direction de l’île ! Quelque chose de calme et souple. »


Je me retournais pour constater mon œuvre en posant une main sur la barre afin d’ajuster la trajectoire de la nymphe qui portait sur les flots. Je pouvais voir sa direction se dessiner fièrement sur l’eau et les petites vaguelettes se former au passage de la coque. J’aimais énormément naviguer comme ma passion pour l’art nautique pouvait le laisser deviner. J’allais coincer la barre dans une position semi latérale à environ douze degrés afin que le changement de direction soit aussi doux que notre allure. D’un petit bond, mon corps se dirigeait sur le bout-dehors afin de me poster sur l’extrémité de se dernier et pouvoir savourer une avancée au premier plan. Nous arrivions sous peu au lieu de la mission et je voulais poser mes yeux en première sur l’objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Jeu 7 Juin 2018 - 17:59
Encore, Encore une nouvelle fois on lui demandait de se réveiller à pas d’heure pour une promenade en bateau ! Madoka ne savait pas du tout qui était ce on, mais elle allait le découvrir rapidement pour qu’il se calme vite fait ! Depuis quelques temps, elle n’avait presque plus de temps à elle pour s’amuser ! Obliger d’aller faire des trucs ! Bon d’accord, la dernière fois, c’était tout à fait acceptable, voir presque amusant, mais quand même. On disait qu’il ne fallait pas abuser des bonnes choses ! Hein ! Alors n’abusons pas ! Comme à son habitude, l’adolescente n’avait pas du tout lu le rouleau de papier sur lequel il y avait sûrement marqué l’ordre de mission, le jour et l’heure. Sans doute qu’Atsumi l’avait fait pour elle, mais la blanchette avait joué à la carpe, puis à l’ourse, pour finir en étoile de mer. En gros, à la première tentative de réveil, il se trouvait dans le lit une sorte de carpe humanoïde étalée sur le ventre en train de faire des bulles.



Le premier essaie fut un terrible échec pour sa mère adoptive, alors en réaction, la carpe se changea en ours, sous la couette comme en hibernation. La chaleur et la douceur de son lit étaient tellement formidables, pourquoi le quitter ? Pour se promener je-ne-sais-où sur un navire dans le froid et l’humidité ? Non merci ! Elle se rendormit presque immédiatement en se recroquevillant en boule formant une grosse bosse sous la couette. Ce fut là que la deuxième tentative fut effectuée par Atsumi, mais à la moindre tentative de la sortir de la couette, elle grogna simplement bien incapable de parler. Rendez-vous compte, elle n’avait dormit que neuve heures !



Alors que Madoka était déjà en retard, la troisième tentative fut effectuée avec succès. La couette fut immédiatement arrachée du lit, alors l’ours se changea en étoile de mer. Elle étala le plus loin possible ses jambes et ses bras en croix afin de s’accrocher au lit avec le visage contre les draps à refaire des bulles. Cela risquait à nouveau d’arriver à un échec, mais Atsumi sortit son arme secrète ! Elle déposa alors pas loin de son visage un petit déjeuner rapide. Immédiatement, l’étoile de mer releva le nez pour humer la douce odeur de brioche sucré et de thé. Oui parce que dans son monde, les étoiles de mer avaient des truffes pour humer, pas la peine de chercher. Elle sauta alors sur place pour se mettre en tailleur sur son lit avec les yeux grands ouverts, car depuis quelques secondes son ventre grognait d’envie. Comme quoi chez l’adolescente, la faim était plus forte que le sommeil et la fainéantise. Atsumi lui indiqua qu’il fallait qu’elle se dépêche, elle était gravement en retard, mais c’était parfaitement calculé, avec un peu de chances, le navire serait parti sans elle, et elle pourrait aller jouer ! Ce fut alors avec la chevelure hirsute à peine habillée et avec un peu de matériel ninja qu'elle arriva alors avec une heure et demi de retard sur le quai quatre !



Par chance, aucun navire ! Victoire ! À la place, il y avait un gros nuage jaune avec un ours pervers et un enfant étrange habillé de loque affublé d'un drôle de bonnet. Plusieurs bonbons encore dans leurs emballages dancaient sur le nuage, mais aussi sur le quai. Cela devait être un voyage bien plus agréable dans un monde sucré, chaud, doux, et avec de la chance des transats ou des hamacs pour faire la sieste. Elle était tellement contente d'avoir enfin réussi son coup, qu'elle suivit alors un petit bonbon rouge accompagné de deux autres, un réglisse et machmalot, apparemment très énergique. Elle souriait largement d'une manière idiote dans une sorte de petit paradis. Elle allait sans doute se retrouver aux pays des rêves, alors elle se posa au milieu du nuage en se brossant doucement les cheveux, agarde. Le petit bonbon rouge semblait resté face à elle en sautillant, il désirait sans doute se faire manger très vite !



Datalia Madoka • « Ne t'en fais pas, j'adore la fraise, alors je te mangerai en premier ! »




Dit alors Madoka à Yui qui tentait de communiquer, certainement à cause de son retard, mais comme les bonbons ne parlaient pas vraiment, elle n'entendait rien. Elle fit une tendre accolade au bonbon rouge le serrant contre elle en sussotant le coin supérieur droit, qui devait être son épaule pour prouver au bonbon qu'elle n'avait pas menti. Elle se pencha pour chuchoter doucement.



Datalia Madoka • « Ne dit rien au réglisse, mais je déteste ça ! Ça serait con qu'il entende ! »




Dit alors en hurlant afin que Eyana entende parfaitement ses doux mots. Elle relacha alors le bonbons rouges en faisant des bulles à regarder le ciel, mais à chaque coup de brosse à cheveux, son monde idéal commençait à s'effriter, de moins en moins visible. Elle devait se forcer alors en voir de plus en plus trouble en louchant afin de ne surtout rien voir comme changement. Le réglisse très caca boudin s'était mise à la barre du nuage, tant mieux pour elle ! Heuuu lui ! On dit un réglisse ! Petit à petit, le réglisse avait des cheveux, berk ! C'était pour cela alors qu'elle n'aimait pas ça ! Elel venait de comprendre quelque chose, comme quoi, on en apprenait tous les jours. Le réglisse avait maintenant des armes à la ceinture, certainement le goût piquant... Oui voilà le goût piquant. Cependant, au bout d'un moment, alors que le dernier coup de brosse finit de remettre dans l'ordre dans le cafarnaum de son esprit, le nounours sembla partir sur son nuage dans les airs dans un "pom pom pom" caractéristique en compagnie de l'enfant humain.



Datalia Madoka • « Hein ? Mais.... Comment ?... »


Dit alors complètement perdu l'adolescente, elle ne comprenait pas du tout comment elle pouvait ne pas être sur ce putain de nuage ! Elle plissa les yeux longuement en regardant vers le ciel, puis elle commença à entendre les marins, l'air du large, le vent dans les voiles ce n'était clairement pas normal, et elle écarquilla les yeux en s'apercevant qu'elle s'était faite piégée.



Datalia Madoka • « Haaaaaaa ! Mon dieu ! Mais qu'est-ce que je fais là !!! »




Hurla alors Madoka en lâchant sa grosse brosse de à cheveux paniquée. Elle regardait autour alors qu'elle s'appercevzait le navire comme sortir des brumes. Le cri était puissant et désespéré. Quelle était cette magie terrible, où était son paradis !? Le réglisse n'était autre que Eyana la traîtresse ! Comment avait-elle pu ne pas la reconnaître ?



Datalia Madoka • « J'espère bien que tu vas couler dans l'océan avec ton armure ! Les poissons vont te croquer traîtresse ! Vilipandeuse ! Agresseuse ! Sportif ! Et en plus c'est dégueulasse les poissons.... Ils font des bisous dedans ! »




Madoka ne savait pas tellement le véritable terme de baiser, mais bon, ma chanson était comme cela alors ! Elle regardait plusieurs fois Eyana, puis la grande voile, puis une illumination. Elle commença à former le premier mudra du vent en affichant un large sourire si content d'avoir trouver un truc utile à faire. Elle désirait provoquer une grande bourrasque de vent dans la grande voile afin de faire tanguer le navire et faire tomber cette traîtresse dans l'eau, mais acnzt cela il fallait la faire lâcher cette barre !



Datalia Madoka • « Ho regarde Eyana ! Un éléphant rose dans le ciel ! »




Dit alors Madoka en pointant du doigt le ciel au hasard dans le dos d'Eyana. Elle était certaine que cela allait fonctionner, car avec elle cela marcherait !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 7 Juin 2018 - 21:32

Le non-pied marin

Qui l’eut cru ? Une kirijin qui avait peut des navires et du grand large ? Malheureusement ce matin, un charpentier nautique fut tiré de son lit très tôt par le slip pour accompagner une gamine aux cheveux roux qui était par malheurs sa voisine. Limite une effraction, le soleil pointait à peine et le brave gars trainait dans sa cuisine en caleçon, se grattant tranquillement les bourses, prenant son petit café corsé du réveil. C’est alors qu’on toqua à sa porte. Surprit de cette visite de si bon matin, il pensa à une blague en fixant l’entrée de son appart. C’est alors qu’il entendit une forte voix derrière, lui annonçant qu’on avait pour lui une pizza commandée d’un certain Camino Store. Impossible, ce devait être une blague ! Effectivement, mais porte s’ouvrit après un léger clic, signe que la serrure avait été crochetée. Un homme masqué se présenta, une femme en kimono blanc fit irruption dans son dos, attrapa le bonhomme avec son café par le t-shirt et le traina dehors avec lui en laissant un billet de remerciement à son collègue serrurier. A son départ, bien entendu, celui-ci referma la porte s’en entrer, c’était un professionnel. La criminelle ici, c’était Yui qui venait d’embarquer un charpentier en t-shirt/slip…

Deux heures. Deux longues heures que la rouquine contraint le brave monsieur sous la menace à inspecter chaque poutre du bateau qui lui avait été affecté pour la mission du jour. Enlèvement, séquestration, et esclavagisme, trois chefs d’accusation qui pesait sur Yui, mais elle s’en fichait, elle refusait catégoriquement de partir sur un navire qui n’aura pas été inspecté. La mer la terrifiait, surtout quand on devait voguer sur quelque chose hautement inflammable. Durant toute l’opération, la demoiselle resta très proche de son… ingénieur qualifié pour surveiller son travail, et accessoirement éviter qu’il ne s’échappe. Le navire jugé conforme, la rousse rassurée, elle laissa filer sa victime avec une bonne liasse de billets en dédommagement. Quelle chic fille ! Le saviez-vous, ce genre de scène n’était pas si rare quand elle devait se rendre sur une des iles de l’archipel. Sacrée Yui ! Une chunin droite et sans peur !

° ° °

La situation sur le bateau était… désastreuse. Par miracle, l’une de ses deux élèves, les deux personnes encore valident sur ce bateau, savait naviguer, le rôle de capitaine revint à Eyana, en qui la cheffe avait toute confiance. Quant à Madoka… Même si elle délirait, pour changer, elle était montée sur le bateau d’elle-même en les suivant, en plus d’être à l’heure. En effet, la rouquine avait appris à la connaitre, et savait pertinemment que la blanchette n’était pas du genre à regarder l’heure. Alors il suffisait de décaler l’horaire sur sa convocation, faire jouer le jeu à sa mère, et la voir arriver dans les temps en toute insouciance. Bingo ! Bien entendu, Yui avait relevé l’agressivité de leur compagnonne instable mentalement à l’encontre de la seule brune à bord. Une sombre histoire lui avait été remonté il y a quelques jours, comme quoi l’une de ses élèves aurait fait un petit tour au poste… C’était… fâcheux. Mais Yui était une grande fille, une adulte responsable. Alors, sa décision fut de ne pas intervenir, considérant que les parties concernées étaient assez grandes pour régler ça entre elle. De toute manière, la cheffe n’avait guère attention à porter au conflit, trop préoccuper d’être en mer, la petite rousse s’était callée au bout du pont, recroquevillée contre la proue en se berçant de petites chansons rassurantes. Difficile de chasser les images de naufrages ou de grand brasier, aussi avait-elle choisit de ne pas porter d’armure pour cette mission, de peur de la voir couler lors de la traverser. Un simple kimono blanc, comme pour se rassurer elle-même et se porter chance, alors quand Eyana annonça enfin la vision de la terre ferme, le regard de braise de Yui s’illumina. Une chose était sûr, quand ils seront assez proche, elle se jettera dans le sable pour l’embrasser, béni soit la Terre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Ven 8 Juin 2018 - 20:50
À l'horizon se dessine maintenant l'île de Buntan. Une île dont vous avez peut-être déjà entendu parlé dans Kiri à cause des entrepôts de stockage qui s'y trouve, ayant comme première utilisation cela. Néanmoins, le plus intéressant sur cette île n'est pas du tout cela. En effet, comme vous pouvez vous en apercevoir, la faune et la flore sont prédominantes. Cependant, vous pouvez avec aisance remarqué une zone défraîchie où se dresse un petit hameau.

Du peu que vous en savez sur les habitants de cette île, ils sont curieux et adepte de l'apprentissage, pourtant, il reste bien loin du village de Kiri et de l'art de manipuler le chakra. D'une certaine manière, il semble être un peu en retard sur le reste de l'archipel sur ce point. Des croyances bien encrée et des pratiques qui peuvent paraître curieuse pour un étranger mais pourtant pleine de sens. Voilà dans quoi vous vous êtes engagés.

Mais avant de poser les pieds sur l'île, ils vous faudra choisir le choix le plus avisé. Car si vous décidez d'amerrir ici, il vous faudra traverser l'île afin de rendre la création du phare réellement utile en permettant de surveiller uniquement les eaux entre l'île mer et celle-ci. Voir au loin l'ennemi qui approche avant qu'il ne soit dans l'archipel, n'est-ce pas là le plus important ? Néanmoins, vous savez également qu'il est bien plus aisé de naviguer de ce côté-ci de l'île que de l'autre.

Amerrir de ce côté-ci de l'île

Contourner l'île

Autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 9 Juin 2018 - 21:12
Nous étions visiblement du mauvais côté de l’ile, il allait falloir aviser. Yui était dans un catatonique sur le pont et je souhaitais la protéger, mais il ne fallait pas négliger l’avantage que nous avions à être des habitants du pays de l’eau : Notre grande capacité de navigation. Les terres de l’île avaient la réputation d’être garnies et ce n’était pas du tout un élément auquel nous étions habitués donc autant rester sur un domaine que nous maîtrisions : La mer, même si certains d’entre nous ont plus de mal que d’autres.

Mais avant cela, Madoka allait me signaler qu’il y avait un éléphant rose dans le ciel, je n’avais pas de temps à perdre avec ses Genjutsu à la con et encore moins à tomber dans un aussi facilement. Mais voilà qu’elle avait faire tanguer le navire avec une forte bourrasque de vent en plein dans la grande voile. Je me tenais à la barre et faisait confiance à mon équilibre naturel. Sans soucis, je n’étais pas déstabilisée. Mais je voyais un de nos hommes sur les cordages du mat de misaine chuter à la mer. Rapidement je hurlais à la direction du reste de l’équipage.

« Homme à la mer à babord ! Assurez vous qu’il puisse remonter puis armurer moi le navire ! Nous allons faire le tour complet de l’île pour nous rapprocher de l’objectif par la mer ! »


Je lâchais ensuite la barre pour passer à côté de Madoka, lui lâchant un petit regard dédaigneux en soufflant d’un ton hautement suffisant et hautain.

« Presque réussie Gamine, mais t’es visiblement trop conne, trop moche et trop coincée pour te sortir un neuronne capable de réfléchir un minimum correctement de ton cerveau. Ou bien peut être que vu à quel point tu ressemble à de la merde, tu as sortie tout ce qui compose ta tête de ton trou de balle ? »

Je nous avais fait voguer rapidement à babord une fois l’homme récupérer pour contourner l’île. Nous avions réouvert les bonnettes. Je m’en étais occupé personnellement en allant parcourir les bras et marchepied pour dénouer les cordages.

Je restais bien entendu extrêmement vigilante à partir de maintenant surtout dans les manœuvres risquées sur les actions du laideron. Je savais qu’elle allait essayer de s’en prendre à moi à nouveau. Je tins d’ailleurs rapidement Yui au courant de la tentative de la folle lors d’un passage proche de l’endroit où elle se tenait en position latérale de sécurité à subir la vie et tout ce qui se rapprochait du milieu marin pouvait lui faire subir en termes d’angoisse et de crise.

J’allais arrêter ensuite le navire à bonne distance de la plage, à moins que ce côté de l’île dispose d’un ponton et d’un quai. Si c’était une plage, nous allions mettre pied à terre avec une barque que nous prendrions sûrement qu’à trois, voir quatre, peut être laisser un homme d’équipage pour garder la barque justement. J’allais emporter mon coffre d’armure pour enfiler celle-ci une fois à terre. Elle était complète et conçue pour me protéger contre les éventuels problèmes que nous allions peut être rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Dim 10 Juin 2018 - 11:46
Cela provoquait presque du chagrin à Madoka de voir sa capitaine dans un tel état de catatonie. Elle faisait peine à voir dans un coin du navire à ne rien pouvoir faire, mais comme l’on disait, lorsque le chat n’était pas là, les souris pouvaient danser et c’était bien ce qu’elle avait en tête en cet instant ! Elle comptait bien en profiter au maximum. Totalement innocente de la vile manipulation de la rouquine en ce qui concernait le début de cette mission, la blanchette aurait râlée sur une possible mission totalement inconnue, mais là, il y avait plus important. Paramètre de calibrage effectuée, cible acquise, Eyana, nom de code réglisse, il fallait qu’elle se venge de sa traitrise. N’importe quel capitaine aurait tenté de calmer le jeu, mais Yui en était incapable à ce moment-là, alors autant en profiter !

Madoka se fichait pas mal de cette histoire de terre en vue, évidemment que de la terre cela se voyait ! Qu’il était bête celui-là ! Il avait trouvé cela tout seul ? Les terres pas si loin que cela et elles étaient luxuriantes, la belle affaire ! Pour le moment, une seule proie l’intéressait, Eyana. Sa tentative de balayer Eyana du navire à l’aide d’un petit vent n’avait visiblement pas réussi, elle se fichait éperdument qu’un pauvre marin tombait à la mer.

Datalia Madoka • « Mince raté … »


Commenta simplement dans sa barbe l’adolescente en gardant les dents serrées, très énervée visiblement. De petites veines saillantes commençaient à être visible sur son visage, tellement elle commençait à être énerver face à cette femme. Elle afficha un large sourire assez ravie d’avoir réussi à capter la pleine attention de sa proie à mesure qu’elle s’approchait ayant quitté la barre.

Datalia Madoka • « Ne t’en fais pas sale guenon ! Le jour où je voudrais vraiment te mettre en pièce, tu ne l’éviteras pas ! Je me fiche pas mal de ce que l’on peut foutre ici ! Mais tu m’as frappé ! Tu m’as assommé ! Tu m’as même livré ! T’es qu’une traitresse ! »


La jeune fille malaxa du chakra dans ses pieds afin de monter au mat principal du navire se mettant au milieu. Elle était certaine qu’ici, Eyana n’oserait pas l’attaquer d’aucune manière, car sinon cela endommagerait le navire pour de bon.

Datalia Madoka • « Je vais te le faire payer ! Soi en certaine ! Mais moi ça sera les yeux dans les yeux ! Pas comme une fourbe et une lâche ! Et si moi j’ai un trou de balle dans la tête, ben toi t’es as deux ! Et ouais ! »


Dit alors Madoka très assurée de sa réponse cinglante et efficace alors qu’elle montrait deux doigts en les agitant un peu, de peur qu’Eyana ne sache compter sans doute.

Datalia Madoka • « Et tu vas faire quoi maintenant ? Me frapper encore ? Hein ? Je devrais détruire complètement ce navire avec une bonne tornade ! On verra si tu feras encore ta maline ! »


Madoka ne fit pas vraiment attention aux manœuvres, ni vraiment où elle pouvait se trouver. Elle n’avait yeux que pour Eyana, mais elle se tint tranquille pour le moment en restant accroché par les pieds au mat, accroupi. Ne la quittant du regard un instant, prête, à quoi on se demande bien.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 14 Juin 2018 - 20:58

Mer agitée…


Un coup à gauche, un coup à droite, le navire file sur les flots avec l’élégance d’un canard boiteux. Il tangue dans tout les sens, de plus, le ciel se fait sombre, n’augurant rien de bon pour la suite de leur expédition. La rousse qui ne regardait très peu ce qui pouvait bien se passer autours d’elle, préférant se renfermer dans le creux de ses jambes repliées dans son coin du bateau. On dit que les kirijins avaient le pied marin, celle-ci en était le contre-pied, le parfait opposé qui méprisait tout ce qui flottait trop loin des côtes. D’autant qu’un certain chahut commençait à monter non loin sur le pont, mettant ses nerfs à rudes épreuves puisque cela concernait ses deux élèves, décidemment irréconciliables. Sans parler de cette soudaine bourrasque qui n’avait rien de naturel, un coup de vent traitre, les marins l’auraient vu venir, surement le vieux qui s’était installé près de la demoiselle en blanc pour la rassurer du voyage. Celui-ci avait été mis au courant du soucis de la donzelle avec les voyages maritimes et spécialement assigné pour s’assurer que tout se passe bien. Cependant, l’homme au visage fatigué et tiré par l’âge éprouva une profonde lassitude partagée avec sa protégée et assistant aux simagrées des autres femmes à bord, entrainant la chute d’un malheureux par-dessus le bateau.

- Elles me fatiguent, souffla la cheffe en roulant des yeux, ne s’inquiétant nullement de l’homme à la mer déjà prit en charge. Diriger n’a rien d’une partie de plaisir…
- Et comment, avoua son compagnon de voyage expérimenté, j’en ai formé des gamins, et toujours des problèmes… C’est votre première fois ?
- Non, rétorqua la rousse, j’ai pourtant pris en charge une brigade entière à l’armée. Mais tout semble différent à Kiri, et je me rends compte mettre adoucie ces derniers temps…
- Une félicité dans l’état actuel des choses, je ne voudrais pas de feu sur ce navire.
- Croyez-moi, il m’est en ce moment extrêmement difficile de me contenir…

La rivalité qui animait ses élèves n’était pas nouvelle, mais les petites remarques acerbes s’étaient muées en quasi-tentative d’assassinat, et cela depuis l’affaire du poste. Décidemment, laissée les jeunes dames régler ça entre elles mènerait l’expédition à sa perte, et cela Yui ne pouvait se le permettre. Elle remercia l’attention de la brune Eyana qui glissa gentiment ses sentiments quant au comportement de sa cadette délirante, quant à cette dernière, les provocations continuaient de plus belle. La rousse afficha une moue déconcertée, préférant ignorer la querelle un instant. La suite de ce voyage reposerait sur les talents de navigatrice de la shinobi aux portes, mais aussi sur le semblant de raison de la chasseuse de papillon qui pourrait avoir un brin de lucidité évident l’accostage par le fond de leur embarcation.

- Arriverons-nous seulement à terre une dernière fois, demanda la fille au vieux marin, préférant nettement la conversation avec le sage qui lui faisait un peu oublier le fait d’être sur un bateau aux proies aux vagues.
- C’est du solide, aucune inquiétude, mais il serait regrettable qu’on ait à faire un passage en calle sèche pour avoir raclé le fond.
- J’en prendrais la responsabilité, et j’irais remontez des bretelles une fois sur la terre ferme, soyez en sûr…
- Je n’en doute pas, rigola le vieillard. Je l’ai tout de suite su en vous voyant, vous n’êtes pas le genre de femme à vous laisser marcher sur les pieds.
- Certainement pas… ( Yui s’agrippa à un cordage, instinctivement. ) Attention à la vague…

Choix du groupe : Contourner l’ile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Dim 17 Juin 2018 - 15:01
Après les agissements de Madoka face à Eyana, celle-ci se met alors à hausser encore un peu le ton et admet ne pas pouvoir mener une mission dans ces conditions; outrée, elle refuse catégoriquement de continuer et s'en va dans les quartiers inférieurs du navire pour s'y enfermer, laissant clairement entendre que l'équipe continuerait sans elle. Malgré tout, la mission se doit de continuer et le temps passant à une vitesse folle, vous vous rendez compte qu'il est tant de partir. Ainsi, vous arrivez de l'autre côté de l'île et constatez assez rapidement que ce côté-ci de l'île n'est pas aménagé pour accueillir de bateau. C'est la plage à perte de vue. Vous décidez donc de mouiller ici. L'encre jetée, vous gagnez donc la plage avec des barques. Néanmoins, le trajet s'avère assez compliqué, à cause, de la houle des vagues et vous manquez plus d'une fois de finir à l'eau (ou vous y finissez au choix).

Une fois sur la plage et les barques bien remontées pour ne pas qu'elles dérivent et que vous vous retrouviez coincé sur l'île au moment du départ, vous pouvez commencer votre mission.

Explorer les alentours pour chercher l'endroit propice pour le phare

Chercher le hameau le plus proche

Autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 25 Juin 2018 - 22:02
Il y allait avoir un orage, mais là on ne parlait pas de l’animosité entre les deux filles, non, c’était bien plus sérieux que cela. Elle détestait vraiment Eyana, mais c’était de sa faute aussi, elle n’était pas tombée sur son poing par hasard en même temps ! Elle grognait et serrait les dents, elle devait trouver une idée pour l’avoir ou au moins la faire tomber dans l’eau. Elle se fichait éperdument de ce qu’il pouvait arriver à ce pauvre type dans l’eau. Il était marin, alors il devait savoir nager, c’était bien le minimum ! L’adolescente commença à rire doucement dans son coin, alors qu’elle commençait à se frotter les mains doucement.

Datalia Madoka • « Hooooo oui oui … ça y est …. Je sais … un poulpe géant … hihihi »


Madoka semblait avoir trouvée une super idée, elle lisait trop de livres sans doute, mais alors elle recula doucement le long du bateau vers la proue du navire. Elle ne réfléchissait absolument pas à l’eau qui risquait de devenir déchainée un peu plus loin, ce n’était pas son souci, mais l’idée de voir Eyana malmenée par une grosse tentacule poisseuse et visqueuse l’amusait beaucoup. Elle pourrait presque pousser le vice à produire une odeur atroce de fruits de mer pourri tient ! Elle afficha un large sourire, et la blanchette observait autour d’elle avec soin. Elle devait bien penser à son petit scénario, pour qu’il soit le plus crédible. Cependant, et alors qu’elle allait faire entrer en scène un terrible poulpe géant, Eyana fit mine de partir bouder dans son coin. Ce n’était pas possible, et Madoka était presque plus furieuse, elle y avait tant réfléchit ! Au moins une dizaine de secondes.

Datalia Madoka • « Tu …. Tu n’as pas le droit ! Je …. C’est pas vrai ! Reviens ici ! C’est pas juste ! »


Madoka soupira bruyamment, le plus possible, bien décidée à faire partager son grand chagrin avec le plus de monde possible. Elle gonfla ses joues en arrêtant de respirer. Petit à petit, elle devint rouge, mais elle arrêta au bout d’un moment. A quoi bon faire un caprice, quand la personne ne regardait même pas ? Elle tapa du pied, agacée, et elle fit apparaitre une petite pieuvre blanche toute mignonne dans ses bras. Elle se laissa tomber contre le mat dans son dos en soupirant une nouvelle fois. Le temps se gâta pendant un moment, avant de réussir à faire le tour de l’ile. Ce côté-ci était totalement sauvage, rien n’y personne ne semblait y avoir mis les pieds depuis un moment. Seule la plage semblait être de compagnie, avant de laisser une forêt vierge s’étaler à perte de vue. Les marins réussirent alors malgré la situation à rapprocher le navire proche de la côte, l’encre était jetée. L’adolescente continuait à bouder sur la barque qui descendait un petit groupe de marins, elle et sa cheffe de rouquine, qui allait surement reprendre du poil de la bête.

Datalia Madoka • « Elle s’appelle Poulpy … tu veux lui faire un bisou ? »


Demanda alors la jeune fille à Yui en tendant un peu son poulpe dans ses bras, qui agitait doucement les tentacules. Evidemment, c’était une nouvelle fois une de ses illusions dont elle avait le secret. Elle toisait d’ailleurs Yui, qui ne devait pas être très rassurée de voyager sur une si petite coque de noix. Il n’y avait même pas besoin de se basculer à droite à gauche pour générer plus de roulis tant il y en avait naturellement. Le petit groupe finit tout de même à arriver à bon port sur la plage, alors Madoka sauta de la barque sur le sable fin. Immédiatement, elle commença à courir un peu sur le sable fin en écartant les bras, toute contente avec Poulpy à bout de bras. Loin de penser à la mission, elle se focalisait d’avantage d’ailleurs à repérer de magnifique coquillage, qu’elle montrait à son nouvel animal de compagnie.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 28 Juin 2018 - 22:13

Le Feu et la Fureur


De tout ce qui avait pu se passer sur le navire, les marins avaient une peur bleue de la kunoichi aux cheveux de flammes et de son silence imposé quant à la situation à bord. Elle ne dit rien face à la dispute ridicule de ses élèves, la finalité lui laissa un gout d’amertume à la bouche qu’elle se garda de commenter. Des gamines, aucune pour en attraper l’autre. Pour la première fois, la cheffe avait honte de son équipe, et le fit comprendre par sa mine désintéressée lors de leur court voyage en barque pour rejoindre la terre ferme. Ignorant l’adorable céphalopode qu’on agitait sous son nez, la rouquine croisa les bras de toute la traversée, ignorant les commentaires de la blanchette. Cela motiva d’autant plus les marins à pagailler vite, Yui n’était à présent plus qu’une bombe sur le point d’imploser…

Pied à terre, n’ayant plus besoin de leur service, les amoureux de la mer remirent à l’eau leur embarcation pour rejoindre une zone de sécurité acceptable. La cheffe les observa un moment s’éloigner comme si les braves gars avaient la mort aux trousses. Une situation pour la moins cocasse quand on prêtait attention aux seules personnes sur la plage : une loli rousse et une lunatique avec un poulpe. A moins que l’on abandonnât ces folles à leur triste sort, tout était question de point de vu… A présent, la cheffe se devait de continuer la mission avec une coéquipière en moins. Un profond soupir, puis la demoiselle s’en retourna vers Madoka qui s’émerveillait devant des coquillages. Leur tâche risquerait de paraitre long, terriblement long…

Le pas lent et lourd, la petite cheffe semblait devoir chercher au fond d’elle le reste de motivation qui pouvait lui rester pour accomplir leur objectif, finalement, c’était le devoir qui parlait. Elle s’avança vers la gamine et son animal, profitant du peu de hauteur qu’elle pouvait avoir pour lui afficher sa mine sombre, et visiblement insatisfaite. Evidemment, il serait vain de penser que Madoka comprenne la signification de cette toise. Mais Yui devait se faire respecter, d’une manière ou d’une autre. Alors que le poulpe commença à agiter ses tentacules de façon trop mignonne, la rousse craqua, et décida de faire passer un message à l’attention de son élève, prenant le malheureux animal comme exemple. Elle saisit le pauvre poulpe, le retira de la main de la gamine, puis d’une étincelle fit comprendre de véritable sens de l’expression des yeux de merlan frit.

- On veut jouer les durs, Madoka ? ( La question de la rousse n’avait évidemment aucune réponse d’attendue. ) Vous me décevez beaucoup toute les deux, il est grand temps que je reprenne les choses en mains.


Choix du groupe : Rester sur la plage pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Dim 1 Juil 2018 - 8:25
De trois, vous passez à deux. Équipe incomplète et en plein chaos d'organisation. Insubordination flagrante que tout les marins ont pu constater. Largué maintenant sur l'île, vous agissez pour votre équipe et non pas pour la mission. Si le temps ne semble pas compter pour l'instant à vos yeux. Cela n'est point le cas pour celui qui vous observe tapis dans l'ombre de quelques fougères.

Que diable pensez de ce qu'il voit ?
Un navire venant du grand large et non de l'île centrale ;
Deux femmes usant d'art occulte et se querellant sans être sur leurs gardes.

Pour lui, il n'y a qu'une seule solution, prévenir le chef de son village de cette situation plus qu'alarmante. Ainsi vous laissant à vos querelles sans les comprendre, il sonne l'alarme par un chant d'oiseau bien spécifique, que plus loin, un autre guetteur entendra et répétera. Ancienne technique de communication. Pratique et discrète pour les non-initiés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 1 Juil 2018 - 12:47
Madoka était tout d’abord furieuse, moribonde, puis presque inquiète en voyant dans quel état était sa cheffe, mais la présence de Poulpy la rassurait assez, et puis ce n’était pas de sa faute aussi. C’était à cause de cette stupide Eyana qui l’avait tout d’abord frappée sans aucune raison ! La douce et innocente jeune fille aux cheveux d’argent ne cherchait qu’à aider son village et frapper en plein cœur par couardise ! En tout cas, c’était ce qu’elle allait retenir de la situation ! On pouvait dire que le trajet en barque était très rapide, mais l’adolescente se contenta de s’amuser avec sa création. Si Yui ne disait rien, elle avait une sacrée capacité à s’amuser toute seule sans aucun souci. Elle ne se rendait pas compte du tout que sa rouquine de cheffe était vraiment furieuse pour le coup, et il fallait bien avouer qu’elle se fichait éperdument de la mission de toute manière.

Datalia Madoka • « Il est trop beau celui-là ! Il brille regarde ! »


Dit alors Madoka en trouvant de zolies coquillages, qu’elle confiait à Poulpy évidemment, elle n’avait pas huit mains ! Elle s’amusait bien alors sur la plage, sans se poser de questions. Elle souriait largement toute contente en allant d’un endroit à l’autre sans se poser de questions. Toute souriante, lorsqu’elle entendit les pas de Yui, elle se retourna bien vite en tendant un jolie coquillage nacré avec plein de différentes couleurs.

Datalia Madoka • « Tiens regarde ! Il est joli celui-là, un peu de bleu et de violet ! Il est pour toi ! »


Dit alors toute enjouée la blanchette, tandis que Yui faisait la tête. Il était vrai qu’elle ne semblait pas apprécier la mère la rouquine, cela devait être cela sans doute, qu’est-ce que cela pouvait être d’autres de toute manière ? Elle glissa alors le couteau dans les cheveux de Yui, cela lui allait bien avec ses cheveux de feu. Cependant, un drame arriva sous les yeux de la pauvre et innocente chercheuse de coquillages, sa cheffe lui prit son animal, mais ce n’était pas pour jouer non. La rouquine frit littéralement le pauvre céphalopode grâce à son chakra de feu. Ce n’était qu’une illusion, quelque chose qui n’existait pas, mais cela semblait vraiment l’affecter. Elle en avait les larmes aux yeux alors qu’elle se précipita vers son ancien ami.

Datalia Madoka • « Mais …. Mais il ne t’avait rien fait du tout ! C’est méchant ça ! Si tu avais faim …. Ben il fallait demander d’abord ! Pauvre Poulpy …. Il va beaucoup moins bien marcher ! Forcément ! »


Commença par dire Madoka en touchant doucement Poulpy, qui semblait ne plus vraiment être vivant, même pour une illusion. A la question de sa cheffe, elle se gratta la joue doucement cherchant une réelle signification.

Datalia Madoka • « Mais ! C’est totalement injuste ! Elle m’a tapé et fait enfermer ! C’est elle la méchante ! Même que l’on m’a posé plein de questions ! »


Madoka se trouvait être une pauvre victime, innocente dans cette situation injuste, alors elle était loin de penser à rechercher autour d’elle quelque chose ou quelqu’un. Elle ne se rendit absolument pas compte que quelqu’un les espionnait et encore moins signalait en imitant un oiseau. Elle n’était pas une spécialiste des oiseaux et savoir si oui ou non cette race là était du coin, elle en serait bien incapable. Elle gonfla ses joues en croisant les bras comme une petite fille boudeuse. Ses coquillages tombèrent alors au sol à ses pieds, qu’elle admirait du coup avec passion

_________________
Thème:
 


Dernière édition par Datalia Madoka le Dim 1 Juil 2018 - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Dim 1 Juil 2018 - 16:01

Les points sur les « i »


- Qu’importe les excuses, j’en ai assez de vos jérémiades, lança Yui sans pour autant se calmer. Rejeter la faute ne mènera à rien, d’autant que tu manques de crédibilité pour avoir ensuite eut la brillante idée de saboter le voyage. Toi comme Eyana ne valez pas mieux l’une que l’autre, nous sommes en mission, putain ! ( La grossièreté de la rouquine se voyait retranscrit par des flammes naissantes sur son corps et dans ses cheveux. ) Vos comptes il fallait les régler bien avant, et seules, pas en manquant de provoquer un naufrage avec des marins qui n’avaient rien à voir avec vos histoires. Eyana ne perd rien pour attendre, s’enfermer dans une cabine ne la sauvera pas à notre retour. Quant à toi, estimes toi heureuse d’être prise à part et gourmander comme il se doit au plus tôt. Il va falloir grandir un peu ! Cela te concerne tout particulièrement, si la vie de shinobi te contraint plus qu’autre chose, tu devrais songer à rendre ton bandeau une fois de retour à Kiri. ( La cheffe tourna le talon et tapa le sable dans une explosion de flammes épargnant la blanchette. ) Alors arrêtez de me courir sur le système. ( Un regard par-dessus l’épaule, révélant un air véritablement terrifiant. ) Vous ne voudriez pas connaitre la Yui du temps où elle était militaire, je me trompe ?

Evidemment, aucune réponse n’était attendue. La demoiselle furieuse remonta la plage et fixa la végétation avec une intensité similaire à un conquistador venu en quête de richesses et de soif de sang. Elle avait l’air bien fine à présent, son équipe volait en morceaux, il aura fallu qu’elle n’assiste pas une de leur mission et voici le résultat. Yui jeta son dévolu sur une branche de bois flottant qui vola dans les fougères sous la puissance de son coup de pied. Elle avait l’air ridicule, surtout à ses yeux, perdant aisément son sang-froid, méritait-elle vraiment de diriger des shinobis ? La question pouvait se poser, mais seulement quand elles seront rentrées, à présent, il leur fallait effectuer la mission, qu’importe les protestations de Madoka venue ici en touriste. La kunoichi se retourna vers la ramasseuse de coquillages, plus loin sur la plage :

- On va devoir trouver le village le plus proche, on n’arrivera à rien en restant ici à se tourner les pouces. ( Elle désigna le long de la plage et la lisière de la végétation. ) Nos chances de trouver un sentier ou des habitations seront meilleurs si on longe par-là, en général on s’arrange un accès aisé à la mer pour la pêche. Si tu veux améliorer ton cas, Madoka, il serait préférable que tu t’investisses dans cette mission. Sans quoi, tu retourneras au bateau avec un belle et humiliante fessée en guise de punition, le choix t’appartient. Moi, je ne traine plus, on a déjà perdu trop de temps et d’éléments.

Sans plus d’indication, la petite rouquine se mit en chemin, n’attendant pas la décision de son élève. Si elle venait à ne pas la suivre, la fessée allait véritablement tomber… ainsi qu’un mot dans le carnet.

Choix du groupe : Yui passe un savon à Madoka et lui pose un ultimatum. Soit la blanchette la suit et poursuit la mission, soit elle retournera au bateau avec une punition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Dim 1 Juil 2018 - 18:45
Datalia Madoka • « Je voulais juste lui faire la même chose qu’elle ! C’est tout ! De toute manière, je suis habituée que tout le monde se fiche de moi !!! »


Commença alors Madoka à crier en réponse à la monter de ton de sa cheffe, sans la moindre hésitation. Elle avait les veines saillantes, et ce n’était pas du tout de la comédie. Que l’on critiquât ce qu’elle était, c’était une habitude, cela ne lui faisait pas grand-chose, mais par contre, cela ne lui empêchait pas de répondre avec vigueur en ignorant les conséquences.

Datalia Madoka • « Je m’en fiche de cette mission ! Qu’ils la construisent eux-mêmes cette fichue tour ! Je la haïs cette Eyana, comme les autres ! Je m’en fiche de toutes vos histoires ! J’ai jamais rien demandé ! On m’a donné ce bandeau en disant d’aller par-là ! Je me fiche de cette vie stupide ! Je sais très bien que vous m’utilisez tous ! Toi comme tous ceux de ce village idiot ! Vous avez détruit ma vie, si Kiri n’existerait pas, et bien je serais avec ma maman et mon papa ! Voilà ! Tout est de votre faute ! »


Laissa alors libre de sa pleine colère sans aucune restriction en disant enfin à haute voix le fond de sa pensée. Cela faisait des années qu’elle gardait cela pour elle, qu’elle faisait comme elle pouvait pour profiter à sa manière de sa vie, et elle n’allait pas se restreindre pour autant, ce n’était pas du tout le genre. Elle déployait petit à petit une aura de plus en plus violente et agressive, les jointures de ses mains blanchissaient, alors qu’elle prouvait une nouvelle fois qu’elle ne se contrôlait pas vraiment. Elle regardait alors Yui provoquer une explosion de flammes contre le sable, et si elle voulait se battre, la rouquine pouvait toujours essayer. Elle partait au quart de tour, elle ne pouvait se retenir de quoi que ce soit et les menaces ne fonctionnaient guère visiblement. L’adolescente tourna alors les talons en direction de la mer, afin de plonger le pauvre Poulpy dans l’eau, comme sa dernière demeure. Elle se disait qu’il allait se faire manger, surtout qu’il était bien cuit, mais ce n’était pas grave.

Lorsque Yui recommença à lui parler, alors que l’adolescente se tenait à bonne distance, elle gonfla ses joues en devenant un peu rouge, tandis qu’elle boudait littéralement. Elle avait beau maitriser le vent, elle ne savait pas voler, alors pour repérer un village au milieu de la forêt, ce n’était vraiment pas facile. Elle haussait les épaules en suivant à distance, peu lui importait. Elle monta à un arbre le plus haut possible afin d’avoir une vue d’ensemble. Si cela pouvait écourter la mission, c’était tant mieux, mais ce n’était certainement pas pour aider la rouquine, ça non !

Datalia Madoka • « Tu peux toujours essayer de me donner une fessée, on verra combien tu en prendras toi ! »


Répondit alors en guise de défie Madoka en restant dans son arbre, elle avait une magnifique idée de torture en genjutsu derrière la tête. Yui se retrouvait en plus seule, et l’idée d’attaquer sa propre cheffe ne lui déplaisait pas tellement.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Lun 2 Juil 2018 - 19:58
Alors que vous êtes toujours prises dans votre conflit, vous continuer d'être observer. Le premier guet étant rapidement rejoint par un autre et c'est finalement au nombre de quatre qu'ils s'amassent dans un buisson. Incrédules, ils regardent la scène qui se déroulent devant eux. Ils ne comprennent pas les pratiques étrangers que vous avez là. Est-ce une coutume d'outremer que de monter ainsi aux arbres ? Une façon de marquer son territoire ?

Après quelque minutes, encore, alors que votre conflit semble continuer de grandir et que vos coutumes sont de plus en plus suspectes pour eux, ils sont rejoint par le chef de la garde. C'est ainsi, à cinq, qu'ils sortent des broussailles et s'approche de vous, des lances et javelots en main. Allure confiante et décidée, ils savent qu'ils sont sur leurs territoire et ce même s'ils ont eu le loisir d'observer des choses bizarres.



Qui êtes-vous et que venez-vous faire sur notre île ?
Lança alors le chef du petit groupe non pas sans montrer une certaine agressivité, celui-ci n'aimant guère les étrangers.

Continuer votre dispute et ignorer les arrivants

Se montrer agressif envers eux

Être sur la défensive

Rester calme et expliquer la mission

Autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 3 Juil 2018 - 23:02

Avenir incertain…


Comment blâmer cette petite lorsque l’on apprenait son histoire ? Et la blanchette eut bien fait de le lui rappeler en réponse au sermon. Le temps d’un instant, sa cheffe se laissa emporter les sentiments, oubliant de fait le cas de Madoka. Pourtant, la rouquine devait le savoir, son dossier ne lui était pas inconnu, il fallait prendre avec des pincettes cet enfant dans l’âme tant la genin pouvait se révéler déviante et… terrifiante. Son élève n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et sa réponse fut cinglante. Autant dire que si elles avaient été à l’armée comme l’avait connu Yui, la pauvre blanchette aurait bouffé des pompes à n’en plus finir, dans le sable, pour insubordination. Mais il se révélait difficile de comparer l’univers de l’armée régulière à un groupe shinobi, tant la diversité de ce dernier pouvait fortement influencer les événements vers un futur incertain… Néanmoins, malgré cet échec de communication, la cheffe releva tout ce qu’avait pu dire son élève dans son excès de colère réciproque, la rousse garda le silence.

En provocation en s’étant pris pour un singe, Madoka, depuis son arbre perché, ne tenait pas dans son bec un fromage, mais un air de défi envers sa supérieur qui, dans sa tête, ne devait plus vraiment l’être. Il était préférable de ne pas répondre, bien que l’envie la titillât, une ancienne militaire prise de haut, on avait tout vu… Si la blanchette n’était pas aussi effrayante, et si la rouquine ne s’y était pas attachée, la réplique aurait été direct et seule l’une deux serait rentrée à Kiri. Fort heureusement, une sorte d’intervention divine se manifesta depuis les buissons, où cinq hommes firent irruption, lances pointées vers Yui d’un air menaçant. Sur l’instant, la cheffe fut prise de surprise, n’ayant pu remarquer ses individus tapis dans l’ombre depuis lors, ils devaient être de formidables chasseurs pour échapper à sa vigilance. La kunoichi avait ne pas être la plus à l’aise et détection du danger à la manière de certains shinobis, mais elle savait faire attention, pourtant… Yui finit par se retrouver avec des pointes sous le bout de son nez, et un grand bonhomme qui s’avança pour l’interroger sur son identité et ses attentions. Un rapide coup d’œil fit comprendre que Madoka avait été repéré puisque l’arrière garde jetait régulièrement des regards en hauteur vers celle-ci. La rousse tendit le bras en direction de son élève, lui demandant de la laisser gérer cette situation. Puis, elle fit un pas en arrière, les deux bras devant elle incitant au calme, mais aussi pour pouvoir réagir au quart de tour si nécessaire.

- Je me nomme Mikan Yui, missionnée depuis Kiri avec mon élève, comme en témoigne nos bandeaux. ( Elle fit porter l’attention sur le fer marqué accroché à la ceinture. ) Nous cherchons à joindre les habitants de cette ile pour traiter de la construction d’un bâtiment pour surveiller nos côtes, j’ai avec moi les documents officiels pour décrire les tenants de notre mission ici. Aussi je vous demanderais de garde votre calme, tous ensemble, et baisser les armes, nous ne sommes pas ennemis.

Un professionnalisme surprenant, alors qu’il y a peu elle n’était qu’une bouilloire sur le point d’imploser, on pouvait reconnaitre à cette petite dame aux longs cheveux rouges sa capacité à se recentrer. Bien entendu, sous ses airs de diplomates pacifistes, le temps de ses explications, Yui avait eut l’occasion de réfléchir à plusieurs plans d’actions, incluant l’attaque pour l’un, la fuite pour l’autre, voir le mensonge éhonté pour manipuler cette population… en retard visiblement sur ce qu’il se faisait sur l’ile principal. Mais il restait un pépin dans cette histoire, qu’allait faire Madoka à présent ? Risquerait-elle, de façon vindicative, de mettre en péril sa cheffe et lui faire commettre l’irréparable ? Pour une fois, Yui devrait faire confiance à son élève, elle n’avait pas vraiment le choix…

Choix du groupe : Yui est cerné par la garde et leur demande de se calmer tout en expliquant la raison de leur venue. Elle tente de garder le contrôle de la situation, en espérant une bonne réaction de la part de Madoka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Mer 4 Juil 2018 - 12:22
Madoka ne se rendit compte de rien de l’observation de la garde du village camouflée dans la nature de la forêt, elle était bien trop énervée envers Yui pour cela, sans compter que l’observation n’était pas vraiment sa spécialité. Alors qu’elle n’avait yeux que pour la petite rouquine, l’adolescente fut surprise en entendant quelqu’un parler. Elle pencha la tête dans la direction, encore accrochée à l’arbre à l’aide d’un peu de chakra, un exercice simple pour une kunoïshi suffisamment entrainée. Il y avait cinq drôles de types qui sortaient armés dans leur direction. Elle n’avait pas du tout peur de les affronter et encore moins armé de simples armes. Ils ne devaient même pas être des shinobis, c’était ridicule. Avec un air dubitatif, elle les observa comme si elle ne comprenait pas du tout pourquoi venir avec ces morceaux de bois dans la main en guise d’arme.

Datalia Madoka • « Mais c’est qui ceux-là ? »


La blanchette avait bien remarqué cette pointe d’agressivité et de suffisance dans la voix de celui qui parlait, légèrement en avant. Il devait être en chef ou quelque chose comme cela. Elle commençait à espérer que la situation dégénère, car elle était curieuse de voir comment se type ferait contre elles. Madoka descendit alors tranquillement de son arbre en plongeant ses mains dans les poches, comme pour signifier qu’elle n’avait vraiment pas peur. Elle gardait pour le moment une distance raisonnable, mais non sans pencher la tête légèrement en regardant les lances et autres javelots.

Madoka n’avait pas vraiment de notion de chef, de responsable, de respect, elle ne le connaissait tout simplement pas. Yui n’était qu’une femme qui choisissait un lieu et des activités, mais libre à l’adolescente d’en faire quoi que ce soit de toute manière. Elle avait et ferait toujours à sa tête. Elle avait clairement défié Yui de se battre, cela ne la dérangeait pas du tout, mais elle était lunatique. L’intervention de ces drôles de type l’avait distraite, au point de ne pas déclencher un vent capable de trancher dans le vif la situation ou les corps. Elle ne comprit pas vraiment le geste de Yui, comme quoi elle allait prendre en main la situation, ou alors, elle ne voulait pas comprendre. La jeune fille n’avait jamais porté le bandeau de Kiri, mais heureusement Yui si. Ce qui devait être une bonne nouvelle sans doute. Le petit discours de sa cheffe était d’une mièvrerie intense et très diplomatique, ce qui ennuya déjà l’adolescente. Elle passa donc à autre chose en s’approchant de l’homme le plus prêt et toucha le bout de la lance avec son doigt, comme si c’était la première fois qu’elle voyait une arme pareille.

Datalia Madoka • « Ça fait vraiment mal ce machin ? Ca a l’air très encombrant et pas très efficace, nan ? Ce n’est pas trop lourd ? »


Demanda alors en grande professionnelle de tuerie la jeune fille, assez curieuse visiblement. Elle n’était pas partie pour faire un carnage visiblement, et d’un certains côté, c’était une manière plus ou moins subtile de faire comprendre qu’elle était bien plus efficace qu’une fichue lance.

Datalia Madoka • « Et puis, vous avez l’habitude de vous défendre souvent contre des types qui débarquent comme ça ? Non parce que si vous tombez sur des ninjas du même acabit que nous et eux vraiment des étrangers dangereux, il vaut mieux nous prévenir que de tenter avec vos armes hein … »


_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 5 Juil 2018 - 19:38
Une réponse rapide jointe à des possibles preuves. Le chef ne peut qu'apprécier cela et escomper réellement les voir en espérant que ça ne soit pas juste une façon de gagner du temps et de leurs tendre un piège. Pourtant, en écartant l'éventualié d'un traquenard, tout les cinqs ils sont forcé de constater que si l'une des femmes est réceptive et avenante, l'autre, l'enfant, est tout le contraire. Se permettant de toucher l'arme de l'un deux en posant des questions qui pour eux sonnent comme des menaces.

D'un signe de main, ses hommes lui obéisse et les pointes des lances se tendent vers la plus jeune.



Et elle, qui est-elle réellement ?
Parce que si l'aîné s'était présentée, ce n'était pas le cas pour la plus jeune, juste une élève, mais cela est flou. Puis... En parlant d'un bandeau qui n'est pas arboré par la blanche. Comment ne pas douter de cela alors qu'il manque ce détail si significatif à l'île principale de l'archipel et que tous connaissent et peuvent reconnaître à cet instant sur la rouge.



Montrez moi vos documents.
Ordonne-t-il alors toujours sur un ton peu sympathique. N'appréciant que trop peu les remarques de l'enfant, les armes en bois étant toujours dirigé vers elle et s'approchant peut-être un peu trop de son visage de façon menaçante. Comme quoi, il n'y avait pas que le chef qui n'appréciait pas les remarques de l'adolescente.

Détailler davantage et obéir

Montrer une forme de résistance

Autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 9 Juil 2018 - 23:12

Directives


Bon sang, mais à quoi pouvait penser cet enfant turbulent ? A rien de bon de toute évidence, la rousse qui s’était donnée du mal pour calmer le jeu n’avait eut que pour résultat, par l’intervention de son élève, qu’une animosité re-boostée et dirigé vers la blanchette. Alors que le leader semblait s’être calmé un instant à l’égard de la cheffe kunoichi, le ton s’était vu remonter de plus belle, à la limite du menaçant. En soit, Yui comprenait l’agacement de la milice, mais elle avait eu sa dose d’énervement pour la journée et décida de montrer les crocs d’une certaine façon. La rouquine se plaça entre les pointes des lances et Madoka et défia du regard les hommes en armes :

- Elle est mon élève, Datalia Madoka, dont son nom est reporté sur notre ordre de mission que voici, fit-elle en remettant le document. Je vous serai gré de ne pas excuser ses manières, mais simplement les ignorer, voyez-vous… ( Elle lança un regard acerbe par-dessus l’épaule à l’encontre de l’ado-lassante. ) L’administration nous contraint à remplir notre cota de salariés déviants et handicapés dans les grandes entreprises…

Alors que la remarque avait don de faire sourire deux à trois individus derrière leur chef, l’un d’entre eux leva la tête pour jeter un coup d’œil au document qui venait d’être remis. A sa rapide lecture, il remarqua l’âge annoté de la rouquine qui leur faisait face, le bougre écarquilla les yeux d’incompréhension. Ce genre de réaction n’échappa guère à la concernée, mais elle se contenta d’ignorer les regards étranges qu’on lui adressait désormais.

- Enfin, reprit-elle après une inspiration, elle est comme elle est. Je n’arrive pas à l’expliquer, mais on finit par s’y attacher, et je ne vous demanderais pas une seconde fois, baissez vos armes. ( Sans attendre plus longtemps la réaction des hommes, elle continua en observant la plage puis l’accoutrement de cet avant-garde. ) Néanmoins, il faut reconnaitre un point aux remarques de mon élève, vous projetez sérieusement de défendre vos côtes avec ce genre d’équipement ? N’y a-t-il pas une milice de l’armée régulière de Mizu no Kuni sur cette ile ?

Choix du groupe : Yui remet les documents et fournit des précisions au chef du groupe. Elle prend cependant la défense de Madoka et fait clairement comprendre qu’ils ne risquaient pas de s’entendre si on pointait une fois encore ces vilains bouts de bois vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Mar 10 Juil 2018 - 11:37
Madoka n’était pas du tout du genre à tendre un piège, surtout contre des adversaires de ce type qu’elle pouvait sans doute occire toute seule sans trop de souci. Peut-être que cela ne se voyait guère, mais elle était une véritable machine de guerre. Elle regardait dubitative la réaction du capitaine de la garde et de ces sbires. Cela commençait à ne plus être drôle du tout avec leur vérification, et bientôt, elle risquait de perdre patience. Lorsqu’elle vit les lances se tendre davantage dans sa direction, la jeune fille commença à sourire de toutes ses dents, assez excitée à l’idée de les combattre sans se poser de questions sur les conséquences. Elle penchait la tête sur le côté en se demandant qu’est-ce qui serait le plus amusant entre les découper en rondelle ou leur faire frire la cervelle. Elle ne les craignait pas du tout, bien au contraire et son aura agressive était de plus en plus perceptible. Lorsque le capitaine demanda qui était votre servante, elle fit un petit coucou de la main avec un sourire enfantin pour seule réponse. Elle savait de toute manière que tout ce qu’elle pourrait dire sur le coup ne serait pas pris au sérieux, alors autant économiser sa salive.

Datalia Madoka • « Je ne porte pas mon bandeau par ce qu’il sert de mangeoire à mon bébé phœnix. »


L’adolescente répondit alors d’un naturel presque dérangeant une phrase apparemment assez étrange ou en tout cas capable de dénoter de l’habitude. Elle était sans doute mal polie, mal élevée ou tout simplement pas du tout élevée plutôt. La situation tendue l’excitait, elle avait eu pas mal de frustration et d’énervement, alors elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelque chose. Alors pourquoi pas sur ces gardes, ce n’était pas un souci moral évidemment. Elle se fichait pas mal que la situation se corsait, tant qu’elle avait la sensation de la dominer. Elle fut en tout cas assez étonnée, alors que la blanchette n’avait pas bougé d’un iota face aux lances, de voir Yui venir la protéger d’une certaine façon en faisant barrage de son corps. Elle hocha la tête lentement au début, assez d’accord sur être son élève pour le coup, mais évidemment, elle regarda en plissant les yeux la rouquine lorsqu’elle l’accusa d’être une handicapée. Elle allait le prendre mal en étant agressive, mais plus fourbe encore, elle décida de jouer le jeu à sa manière.

Datalia Madoka • « Ichiiiiiii ….c’est trop vrai …. J’ai des problèmes à la tête….. Shiiiiiiiii »


Répondit alors Madoka en passant juste la tête sur le côté de Yui en direction du capitaine en prenant un accent proche d’une pathologie très sévère. Elle fit semblant de légèrement bavé sans y faire attention visiblement. Elle pencha la tête et elle refit coucou de la main, en trouvant cela très amusant pour le coup.

Datalia Madoka • « On s’y attache et sans corde en plus ! Hihihi »


Lâcha alors en riant elle-même trouvant sa blague vraiment drôle pour le coup. Elle tira la manche de Yui a plusieurs reprises en abusant de son rôle d’handicaper, afin de bien faire comprendre qu’elle l’avait tout de même mal pris.

Datalia Madoka • « Cheeeeeeef ! J’ai envie de faire pipi … »


Insista alors l’adolescente en parlant bien fort.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Dim 15 Juil 2018 - 14:52
L'aura que la jeune dégageait n'avait rien de bon et franchement, les hommes avaient plus l'envie de la dépecer sur place qu'autre chose, mais leurs chefs le leurs interdisait pour l'instant. C'était le moment de la discussion et de la découverte des intentions et surtout de la lecture de cet ordre de mission que les deux filles avaient. Le sceau de Kiri était correcte, pas une copie de prime abord, mais avec les étrangers, il fallait toujours se méfier.



Suivez-nous
Ordonna-t-il alors aux deux kirijins et leurs tournant le dos, gardant l'ordre de mission de celle-ci entre ses mains pour les conduire durant une longue marche, aux abords de leurs villages, bien que pas assez près pour le voir, mais assez pour risquer de le mettre en danger en cas de contre façon et de mensonge des demoiselles.



Va me chercher l'autre Kirijin.
Un nouvel ordre, mais pas pour les demoiselles, juste pour l'un de ses hommes. Il part alors en courant pour regagner le village et après de longues minutes ou tout un chacun à garder le silence, ils finissent par arriver.

Sans même attendre il s'adresse au jeune homme qui vient d'arriver.



Sont-elles réellement des Kirijins tout comme toi ?
Le garçon était arrivé quelque temps plutôt avec pour ordre de prendre contact avec les indigènes pour continuer de peaufiner ses techniques d'alertes, ayant lors d'une précédente mission montré son intérêt pour cela, il a donc été envoyé ici pour apprendre d'eux et se retrouve maintenant, à jouer les juges pour dire si oui ou non, les deux demoiselles sont des espionnes ou belle et biens des kirijins.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Juil 2018 - 10:38




Réunion de l'équipe 1




Le jeune shinobi de la brume s’étira un peu, après avoir passé un peu de temps à discuter avec les autochtones, il fit quelques étirements et soupira. Il n’avait pas vraiment l’habitude de mission aussi calme, mais bon, de temps en temps, un peu de changement ne faisait pas de mal, non ? C’est ainsi qu’un homme arriva en trombe, demandant à Arima de le suivre, le chef voulait le voir. Quel fût sa surprise en ne voyant non pas une, mais deux de ses connaissances, encore plus Yui. Ses joues rosirent d’ailleurs très légèrement à la vue de celle-ci, mais là n’était pas le moment. Il secoua la tête calmement et s’avança un peu pour sortie de l’ombre et se dévoilé aux deux autres Konoichis de la brume.

- Oui, c’est bon… Yui sensei, Madoka chan.

Il s’inclina légèrement devant les demoiselles afin de les saluer en bonne et dût forme, se redressant ensuite par la suite, les regardant dans les yeux. Il était bien entendu content de les voir, mais, que faisaient-elles ici ? Le village avait jugé bon de lui envoyer des renforts ? Il ne voyait pas l’utilité d’avoir des renforts pour sa mission actuelle, enfin, si l’on pouvait vraiment appeler cela une mission. Il pencha un peu la tête.

- Mais que faites-vous ici ? Ne me dites pas que le village n’as pas reçu mes rapports disant que tout va bien ? Si vous avez besoin d'un coup de main, j'allais rentrer d'ici peu de toute façon

Il soupira un peu, c’est vrai qu’il avait peut-être oublié de temps en temps d’en faire, mais pas assez souvent pour que cela n’alarme le village de la brume, enfin normalement. Surtout qu’il n’était qu’un petit Genin, ce n’était pas comme s’il était un personnage influant ou quelque chose comme ça, loin de là. Sinon, c’était qu’elles étaient elles aussi en mission dans le coin, auquel cas, il irait volontiers donner un coup de main, après tout, il avait plus ou moins terminé ce qu’il avait à faire ici, donc bon, pourquoi s’attarder plus longtemps ? Il ne serait pas tarder à rentrer au village de toute façon.

N’empêche, après réflexion il avait encore du mal à comprendre pourquoi le village l’avait envoyé seul en vue de son grade, ceci dit, dans le fond il s’en fichait un peu, le voyage s’était très bien passer, sans véritable problème majeur, si on enlevait la découverte de son mal de mer évident. Mais ce n’était pas sa faute ! Il n’avait jamais pris la mer, comment aurait-il pût savoir qu’il serait aurait le ventre en vrac durant tout le trajet ? Enfin, au moins, une fois s’être rué sur le sable de la plage et tout vidé derrière un rocher, il se sentait plus léger. Peut-être pouvait-il songer à une technique Chiton pour soigner son mal de mer, avec un peu de chance, c’était quelque chose à envisager après tout. Il soupira un peu et chassa ce « mauvais souvenir » de sa tête, reportant son intention vers les deux femmes, attendant d’en savoir plus quand à la raison de leurs présence ici.









résumé:
 


Dernière édition par Kuronushi Arima le Sam 11 Aoû 2018 - 11:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 20 Juil 2018 - 23:26

Rencontre inattendue


Décidemment, la blanchette savait s’adapter à la situation, peut être un peu trop en imitant à la perfection un déficient mental prononcé. A ce rythme, Yui irait lui changer les couches, comme le fit remarquer son élève en se plaignait de l’arrivée prochaine d’une commission en lui tirant la manche. Ce à quoi la rouquine, tentant tant bien que mal de conserver son sérieux, désigna d’un hochement de la tête le buisson le plus proche en écoutant les paroles du chef de la milice, visiblement toujours méfiant vis-à-vis des demoiselles. Celui-ci conserva l’ordre de mission et exigea l’escorte des kirijin pour une marche assez conséquente pour certains, une formalité pour la militaire qu’était Yui. Le groupe fut stoppé et on demanda à aller quérir un autre kirijin. Un détail qui n’échappa à la cheffe qui haussa un sourcil, étonnant effectivement, elle n’avait pas eu vent d’une équipe en opération dans le secteur ce même jour. Pourtant, telle ne fut pas sa surprise quand une tête reconnue pointa le bout de sa tignasse brune accompagné d’un milicien.

Kuronoshi Arima, la nouvelle recrue de l’équipe n°1 confirma à son arrivé l’identité des dames et s’inclina respectueusement en adressant ses salutations les plus sincères. Reçues et répondues d’une légère inclinaison de la tête de la part de sa sensei, dommage que l’arrivé d’un renfort n’éclipse pas totalement le fiasco qu’eut été ce début de mission.

- Je suis moi-même tout aussi surprise de te voir ici, aucune information ne nous avait été transmise concernant l’affiliation d’un autre opérateur dans la zone, avoua Yui pour répondre aux questions du jeune homme. Nous allons avoir besoin de ton aide, effectivement, en espérant que ton arrivé nos permettra de relancer sur des bases plus saines notre mission.

Loin de vouloir lui transmettre sa mauvaise humeur, elle se força à sourire pour lui assurer que tout allait bien mine de rien. Une vaine opération qui ne devait pas se montrer convaincante, mais l’intention y était. L’avantage de voir Arima rejoindre la troupe serait l’intégration d’une personne en adéquation avec ses pensées, ce qui n’était pas le cas de tout le monde. Après quoi, la rouquine se retourna vers le chef des miliciens en désignant la missive qu’il tenait entre ses mains.

- Bien, je pense que le malentendu est dissipé à présent. Outre le fait que vous ayez pu apprendre nos identités respectives au travers ce pli, les objectifs de notre mission doivent aussi vous être connus à présent. J’espère, sinon je n’exige, votre soutien et participation dans le cadre de la construction de ce phare pour surveiller nos côtes. De toute évidence, l’ile ne doit pas avoir de secret pour vous, peut être connaitriez vous un endroit propice à l’établissement de ce poste de surveillance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2900-mikan-yui-l-inquisitrice-100

Dim 22 Juil 2018 - 12:56
Madoka plissa les yeux en observant le jeu des gardes civiles, les suivre, ben tiens ! Quelle bande de lâches, ils ne désiraient finalement pas se battre, elle avait bien eu raison. Ils se donnaient de grands airs, alors qu’ils n’étaient rien du tout ! Bon d’accord, ils n’étaient pas venus pour tester l’organisation de la garde, ni les défenses du village dans une simulation semi-réelle. C’était bien dommage, et alors la jeune fille se calma petit à petit, son aura redevenant petit à petit neutre. Ce n’était vraiment pas amusant finalement. Elle fit une petite moue boudeuse en regardant sur le côté les mains dans les poches. Elle donnait de temps à autre des coups dans des petits cailloux, et il fallait bien avouer qu’ils ne faisaient pas les malins à être éjecter si loin avec une grande facilité !

Le village de cette ile commençait à poindre le bout de son nez, visiblement les gardes avaient assez confiance pour les amener ici, même s’ils n’auraient pas mis longtemps à trouver cet endroit de toute manière. Elle leva un sourcil en entendant l’histoire de l’autre kirijin ! Elle s’emporta alors rapidement en levant un doigt.

Datalia Madoka • « Ha non hein ! Si c’est l’autre petite conne qui revient faire des bêtises ! Il ne faut pas l’écouter ! Cette gourdasse qui … »


Se lança alors dans un long monologue d’insulte envers une femme visiblement, c’était sans doute les quelques minutes les plus longues de l’histoire, mais alors que Madoka put voir qu’il ne s’agissait pas du tout de la bonne personne. Elle se gratta la joue, perplexe, ses effets étaient sans doute pas encore au point visiblement.

Datalia Madoka • « Ha bha non … lui ça va ! »


Dit alors avec un grand sourire en voyant Arima poindre le bout de son nez en frottant l’arrière de son crâne doucement. Son attitude venait de changer du tout au tout passant du grand énervement à une joie relative. Elle prit alors une pose classe alors qu’Arima parla d’elle comme étant une kirijin. Le chan était étrange, mais l’adolescente répondit par un léger clin d’œil visible par à peu près tout le village et les alentours tant c’était discret. Elle se contenta d’agiter doucement sa main en réponse au salut très protocolaire d’Arima.

Datalia Madoka • « Ils ne sont pas content du tout ! Ils attendaient le rapport et tout et tout ! Mais sans nouvelle, ils se sont dit que le village avait été attaqué, et qu’ils fallaient venir compter les morts, regarde, on a même déjà amené des sacs mortuaires ! »


Madoka fit un mudra dans son dos discrètement en faisant mine de rechercher dans son dos, et elle sortit un sac mortuaire classique qu’elle tenait à une main. C’était un genjutsu, un objet illusoire, et tout cela n’était que pour rire évidemment. Cela l’amusait déjà en train de paniquer de toutes les conséquences, même si elle avait presque oublié leur réelle raison d’être là.

Datalia Madoka • « Tu es une personne clé du village, on ne pouvait pas t’abandonner ! Bon alors ? Combien de mort dans l’attaque ? Dix ? Vingt ? »


Demanda avec sérieux, croyant à son propre mensonge sans aucun souci majeur. Lorsque Yui dit qu’elle était étonnée de le voir ici présent, Madoka prit un air gêné et inquiet.

Datalia Madoka • « Mince … c’était une mission secrète ? Oups … bon ben oubliez tout ça hein ! C’était une blague ! Hahahaha ! »


Tentait visiblement de se reprendre en se forçant à rire une main derrière sa tête, apparemment toute gênée. Elle fit de nouveau plusieurs clins d’œil absolument pas discret avec des mimiques du visage en direction de Yui cette fois-ci. C’était sans doute une preuve, si seulement il y en avait eu besoin, que ce n’était pas une bonne idée de lui dire des éléments importants à garder pour soi. Elle ignora totalement l’histoire du phare, qui ne l’intéressait pas du tout.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 26 Juil 2018 - 18:40
La confirmation d'Arima tombe alors, après quelque discussion entre les kirijins, informant ainsi le chef du petit groupe de soldats aux lances que les deux femmes sont bien des kunoichi et que le papier n'est pas un faux.



La prochaine fois, venez par la terre, parce que par la voie du grand large de ce côté de l'île, on ne peut jamais être sûr.
Souffla celui-ci comme un reproche alors qu'il s'agit là surtout d'un conseil.

Invitant alors d'un geste de la main les deux jeunes femmes à le suivre, ainsi que ses hommes et le jeune Arima, ils pénètre tous dans le village. Laissant alors ses hommes retourner à leurs gardes et autres vacations, ils ouvrent la porte de sa demeure en bois pour inviter les ninja de la brume à l'intérieur.



Entrez donc, nous serons mieux pour parler de votre projet ici.
Il prend alors place près d'une table et soulève le drap qui la couvrait jusque là, dévoilant ainsi un plan de l'île, une cartographie assez sommaire, tout en étant assez représentative.



Ils y a plusieurs endroit qui pourraient possiblement correspondre à vos attentes, à vous de voir ceux que vous voulez allez voir, mes hommes sont à vos dispositions pour cela, 'l'accès à certains points peut s'avérer plus compliqué.
Il indique alors à Yui les différents endroits auxquels ils pensaient, laissant ensuite à la jeune chef d'équipe choisir ce qu'elle désire explorer/faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/OFFICIEL/KIRI] Un second phare dans la Brume

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: