Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Une semaine d'indépendance ! | Oongaku Kara's story [Flashback solo]


Mer 13 Juin 2018 - 20:53
Kara 11 ans, Sora 6 ans, Maison natale, Dans les montagnes du pays de la foudre.

"- Kara.."
"..."
"-Kaa-raa.."
"- Mmh...

Un son particulièrement désagréable parvenait à mes oreilles..

"- KARA BON SANG REVEIL TOI JE DOIS BIENTÔT Y ALLER"

Les cris de ma mère dès le matin, quel plaisir pour bien se réveiller et vous mettre de bonne humeur non ? Les rayons du soleil venaient frapper le haut de mon lit et descendaient petit à petit en direction de mon visage, suivant le levée de l'astre.
Ayant mal dormis comme à mon habitude, je mis du temps avant de quitter mon lit et d'ouvrir la porte à ma mère..
La porte entrouverte, je vis ma mère qui se tenait juste derrière.

"-Kara.. Comment arrives tu à être insomniaque à 11 ans.."
"- Je me le demande tient.. si j'avais pas hérité de ton fichu pouvoir peut-être que j'aurais autre chose que du son dans la tête.."
"- Mon fichu pouvoir hein ? Je note que la prochaine fois je devrais te réveiller à grand coup de cloche ! Et puis, c'est toi qui a voulu que je t'enseigne les bases du Onkyoton, ou je me trompe, mmmh ?"
"- Ouais.. c'est pas faux.."

Il n'y avait pas de bruits dans la maison, la larve dormait encore.

"- Sora n'est pas réveillée encore.."
"- Tu ne crois tout de même pas que j'allais la réveillée pour qu'elle me reste accrochée au bras toute la matinée ? Tu m'a dit que tu allais t'occuper de ta soeur durant mon absence, tu t'en souviens j'espère ?"
"- Mouais.. ouais.."

Ma mère courrait partout dans la maison tout en m'indiquant les choses à faire et ne pas faire, des mises en gardes en cas d'intrusions d'étrangers tout en ramassant avec une de ses main une veste parterre, une sandale sur une armoire tenant une lettre dans la bouche et se coiffant en même temps avec l'autre main, c'était la course à la maison, on peut dire que nous avons le même sens de l'organisation elle et moi. A moitié dans les vapes je ne comprenais qu'un mot sur deux
Je ne m'en souvenais absolument pas du tout, ma mère continua de se préparer, quand à moi, j'endossais à partir de maintenant le rôle de grande soeur.. quelle plaie. J'entra dans sa chambre, elle dormait profondément enroulée dans ses couettes, elle devait avoir froid, sa fenêtre donnait sur le lac ou il y avait plus de vents et d'humiditée, ma soeur était la définition de l'innocence à l'état pure, même si cela me dérangeait parfois de devoir m'occuper d'elle, je prenais beaucoup de plaisir à passer du temps avec cette petite larve.. ce bonheur était réciproque, je pouvais le lire dans son regard quotidiennement.. Je la secoua donc tout doucement pour ne pas la brusquer dès le réveil, petit à petit elle émergea, puis je la fit grimper sur mon dos pour quelle continue à rêvasser sans avoir à marcher, maman me faisait pareil quand j'avais son âge.

Pour le petit-déjeuner, nous nous installions toujours au bord de la falaise sur laquelle notre maison était perchée, quoi de mieux qu'une vue plongeante sur les montagnes de Kaminari no Kuni dès le réveil pour Sora, chaque matinée elle se retrouvait émerveillée par ce spectacle naturelle, les rayons du soleil levant qui passent à travers les formations rocheuses des différents plateaux réparties un peu partout, puis, Sora m'interpella :

"- On..va..être..que..toutes..les..deux..?"
Ses yeux étaient à peine entrouvert, encore dans les vapes du réveil, je lui répondis avec un sourire rassurant;
"- Ouais..On..fera..pleins..de..bêtises.." Elle fit un léger sourire et se blottit contre moi, profitant du lêvé du soleil..

Ma mère quant à elle était sur le point de partir, enfin prête après tout ce chantier, nous l'avions rejoint entre temps, ma soeur et moi, sur le pallier de la porte pour lui souhaiter un bon séjour, en réalité, je n'avais aucun idée de ou est-ce quelle pouvait aller, je ne lui ai même pas demandé à l'époque.. Elle descendit les escaliers, marcha quelques pas avant de poser ses affaires et de faire un demi-tour.. pour nous enlacer, Sora et moi, chose qui n'est pas dans ses habitudes, j'étais pour le moins surprise..

"- Je suis bête, je pars seulement quelques jours et j'ai l'impression de vous abandonner.."

Elle se tourna d'abord vers Sora et la regarda profondément dans les yeux avant de lui dire, en langue des signes;
"-Ecoute..ta..grande..soeur..et.. sois.. sage...je..t'aimes.."
"-Moi..aussi..Maman..je..t'aime..reviens..vite..."

"- Kara.. ma grande, tu es presque une adulte.. je te laisse ta soeur et la maison, je suis désolé de vous laisser comme ça, mais c'est très important, je vais faire de mon mieux pour revenir le plus tôt possible, d'accord"
J'acquiesa en tournant le regard, j'appréhendais son départ, je ne cachais pas mes sentiments face à ma mère, elle voyait que j'étais triste face à son départ, mais elle n'avait pas le choix puis elle me chuchota à l'oreille :
"- Si des personnes vous veulent du mal, n'hésite absolument pas à utiliser ce que je t'ai appris, même si tu dois détruire la maison, je m'en fout, le temps que vous deux allez bien, c'est tout ce qui m'importe.."
"- Pourquoi tu chuchottes, elle n'entend rien.."
"- Aaah oui.. c'est un reflex" Elle ricana nerveusement et fit demi-tour cette fois pour de bon pour le départ, prit son sac à dos et commença à marcher, et s'éloigna petit à petit, elle marchait à reculons tout en nous faisant des grands signes de la main avec un large sourire d'espoir pour nous dire au revoir, puis Sora me tira la manche pour ensuite me tenir la main en me disant d'un air inquiet.. :

"- Maman..prends..la..même..route..du..docteur.."


Ma mère et Sora étaient déjà partis dans cette direction il y a quelques mois déjà, il faut dire que les médecins sont pas faciles à trouver quand on vit éloigner de la population, il devait bien y avoir 1-2 jours de marches pour atteindre un village voisin, à l'époque, c'était une amie de ma mère qui était venu me garder, femme très sympathique dont je ne me rappelle plus le nom.. Ma mère partait donc dans la même direction, mais pour y faire quoi.. ?

"- Elle..est..partie..on..la..reverra..dans..quelques..jours..""Allons..cueillir..des..légumes..pour..ce..midi..."


Dernière édition par Oongaku Kara le Jeu 14 Juin 2018 - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Mer 13 Juin 2018 - 21:02
Jour 3.

Les deux premiers jours se passèrent sans encombres, nous étions deux soeurs, seules, sans mère pour nous courir après, libres et indépendantes pendant un certain temps, tout d'abord, nous n'avons pas vraiment ménager la propreté.. nos chambres étaient sans dessus dessous, notre mère nous avait préparer des ramens à réchauffer ainsi que pas mal de Bentô en attentes, et puis, en aidant Maman, je sais cuisiner quelques petits trucs qui ne sont pas compliquer, ou faire du pain encore, bref nous étions les reines du monde.

C'était l'Heure du repas, je mangeais dehors et Sora était restée à l'intérieur, près de la falaise, profitant la fraicheur du soir, nous avons pas grand-chose à nous raconter alors je suis parti m'isoler un petit moment, jouant un petit air mélancolique, brassant le vent avec ma musique.

Nous étions que des enfants sans défense, n'importe qui pourrait nous vouloir du mal. Maman était au courant de mon rêve, de devenir une très grande Ninja, elle m'enseigna donc les bases du Onkyoton, elle qui le maitrise si bien m'appris tous ce qu'elle pouvait m'apprendre à mon jeune âge sur ce Kekkei Genkai, très fort pour utiliser du Genjutsu, un art Ninja très peu utilisé à cause de ses difficultés à maitriser des jutsus de ce type, je n'en connaissais pas des masses, mais j'avais quelques tours dans mon sac au cas ou..

La nuit fut courte pour moi, j'essayais d'imaginer une activité permettant à Sora d'améliorer sa vue ou ses autres sens, le fait de l'emmener tous les matins au bord de cette falaise, la rassure au fond, en fin de compte, je m'étais assoupis au bord de ma fenêtre en observant les nuages couvrant la pleine lune qui éclairait toute la vallée en dessous de notre maison, les éclats lunaires scintillaient dans les reflets de l'eau.. un paysage poétique.. puis je partis dormir quelques heures avant l'aurore.

En allant se coucher très tard, j'eu du mal à me réveiller le matin.. comme d'habitude..

"- M*rde, déjà le matin.."

Je marchais en direction de l'extérieur, ouvrit la porte, et d'un coup, le soleil fus si intense qu'il m'éblouissais un instant, nous n'étions pas le matin, généralement le matin, ma mère va réveiller Sora.. la position du soleil dans le ciel indiquait plutôt que nous étions en après-midi.. aurait elle attendue tout ce temps dans son lit que je vient la chercher ? Je fis donc marche arrière en direction de sa chambre puis ouvrit sa porte, une masse se distinguait dans le noir, ses volets étaient fermés, à première vue elle était encore dans son lit, il était peut-être temps que je la sorte de là.. Je m'approche doucement pour la secouer.. Je senti quelque chose de mou..

"- Sora..? SORA !?"


Il s'agissait d'une pile de vêtements qui trainaient sous sa couette, sous la panique je courus vers la sortie et hurla son nom si fort que les oiseaux dans les arbres s'envolèrent, mais ça ne servait à rien, elle ne pouvait pas m'entendre.. Je fis le tour de la maison, 1 fois, 2 fois puis 3 sans rien trouver, fouillant les arbres, buissons, toutes les pièces de la maison, elle était introuvable. Je redoutais le pire, qu'elle ai chuté au bord de la falaise, j'y jeta un coup d'œil longeant le précipice, rien.. rien.. encore rien.. puis un léger bruit de caillou frappant l'eau retentissais, je me rapprocha et la retrouva enfin, elle était au bord de la rivière qui se jetait dans le vide des montagnes, à lancer des cailloux dans l'eau. J'étais rassurée.

Je la rejoignis discrètement dans son dos, et lui fit une petite frayeur pour m'en avoir fait une si grande aussi en sortant de nulle part.. Elle sursauta et glissa dans l'eau.. déçue à l'idée de voir les poissons partirent, elle me dit:

"- Les..poissons...Je..voulais..juste..pêcher..et..tu..les..a..fait..fuir..."


"- ça..t'apprendra..à.disparaitre..comme..ça" Lui répondis-je, voyant quelle était triste pour sa poiscaille, je répliqua alors :

"- Tu pêches avec des cailloux toi...?"

"- Je..ne..sais..pas..faire"

"- Ca..se..voit.."
"Maman..possède..une..cânne..dans..le..sous-sol..demain..on..ira..pêché..ensemble.."


Lui proposais-je, un grand sourire s'imprima sur son visage innocent, elle était ravie et brûlante d'impatiente pour le reste de l'après-midi suite à cette proposition de ma part.

La nuit tomba rapidement, les criquets pouvaient s'entendre à des dizaines de mètres à la ronde, la parade nocturne des chauves souris en pleines chasses étaient vachement impressionnants, nous l'observions avec Sora, les volatiles piquaient au sol ciblant les criquets, Nous étions toutes les deux, assises devant la maison, je lui inculquais donc les bases de la peinture corporelle, une de mes passions, je lui expliquais que chacune des couleurs représentaient une humeur, une émotion. Je lui peins tout d'abord la base du masque et la laissa faire le reste, tout en la guidant pour pas qu'elle s'en mette partout, suivis de quelques bavures tout en rigolant, puis des bousculades et pour se terminer en une bataille de peinture..

Épuisée, elle s'écroula de fatigue dans mes bras, je pris quelques instants moi aussi pour la sérrée très fort et lui envoyer tout mon amour.. Je la déposa ensuite dans son lit et nettoya la maison intégralement, en tout cas, nettoyer le plus gros était fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Jeu 14 Juin 2018 - 10:17
Comme à mon habitude, le réveil fut compliqué, j'eu du mal à me sortir de mon lit mais j'entendais Sora courir dans toute la maison, surexcitée à l'idée de pêcher avec sa grande sœur, cette fois ci avec une vraie canne histoire que le défi soit plus abordable.. Ce qui me poussa à sortir enfin de ma chambre, lorsque j'ouvris la porte, elle m'attendait sur le pallier de ma porte, elle avait aussi trouver une épuisette pour pouvoir attraper sans trop de soucis les poissons, maline c'te gamine.

"-Attends..mangeons..avant..de..partir..." Lui disais-je avec les mains tout en baillant.

Elle s'était levée et préparée toute seule sans que je vienne lui prêter un p'tit coup de main, à 5 ans, en étant sourde.. je me sentais.. fière d'elle.. elle commençait à grandir petit à petit, bien évidemment, je repassais derrière elle pour voir ce qu'elle aurait pu oublier.

Une fois le déjeuner engloutis, nous marchions en direction de l'endroit ou nous allions pêcher avec ma sœur.

"- Maman..reviens..bientôt..?"
Me demanda-elle, je lui répondis ironiquement
"- Pourquoi..tu..veux..plus..de..moi...?" ;
...
"- Maman..te..manques..pas..?"


Cela faisait plus de 4 jours que notre mère était partit, bien qu'elle nous ai avertis que son voyage durerait une semaine voir un peu plus, ou moins, je commençais à m'inquiéter, depuis son départ, on aurait très bien pu être observer sans qu'on ne se rendre compte de rien, la forêt derrière la maison était si dense que la lumière du soleil ne passe pas à travers cette forêt et l'autre côté est une grande falaise plongeante sur la vallée, étant donné que je devais surveillée ma sœur, je ne pouvais pas vraiment faire attention à ce qui pouvait se passer autour de nous, dans la nature. Je lui répondis tout simplement;

"- Oui..elle..me..manque..beaucoup."

Nous arrivions enfin à destination, un lac, qui prenait source depuis une chute d'eau des montagnes qui nous surplombaient, entourer de végétation, c'était un endroit magnifique ou la nature régnait en maitre.

"- On..Pêche!..On..Pêche!" Sora sautillait sur place et trépignait d'impatience, je me pris d'un fou rire en la voyant, elle croyait que je me moquais d'elle au début mais non, j'étais simplement heureuse de la voir pleine de joie-vivre.
"- Allez..C'est..parti.."

Après avoir terminer la préparation de la canne, je lui confia, lui montra le geste à pratiquer pour envoyer la ligne, puis de patienter. Ses premiers essais fuent ratés, la ligne se coinçait dans les feuillages, s'accrochait à ses cheveux, bref une catastrophe..Au bout d'un certains moments, le geste devenait automatique et la ligne se lançait parfaitement, je lisais l'enchantement dans ses yeux, sa joie..
Un poisson mordit à l'hameçon soudainement et tira net la ligne et la coupa, Sora fut tiré sur le rebord de l'eau et était trempée et dégoutée.. La pauvre elle prenait du bon temps et la voila mouiller comme un phoque
Je me retenais d'exploser de rire, mais elle était tellement déjà frustrée que je voulais pas la faire sortir de ses gongs

"Heureusement..que..ta..soeur..pense..à..tout.." Je lui tendit des vêtements sec
"Va..te..changer..derrière..les..arbres..j'ai..pas..envie..de..te..voir..nue.." Elle me remercia avec un énorme câlin qui mouilla tout mes vêtements et semblait rassurée de ne plus être trempée.

Des inconnus sur les montagnes, observant les filles (alerte aux pédos)
"- Hey, viens voir un peu.. y'a deux gamines qui pêchent là, elles ne semblent pas être accompagner.."
"- Mmh mmh, en effet.. suivons les"


Fin d'après-midi, nous étions sur le chemin du retour, finalement, la pêche ne fut pas si mauvaise, deux poissons chats ont eu tout de même pitié de nous, et se sont fait avoir facilement à l'épuisette pour le repas du soir.

Je portais Sora sur le dos, fatigué de la journée, il était dans mon rôle de grande soeur de prend soin d'elle, mi réveillé-mi endormi, elle ne voulait pas fermer les yeux pour pouvoir rester avec moi le temps du retour, nous traversions la forêt qui enrobait notre maison, arriver à quelques mètres, je ne fis pas attention à l'entrée, je posa d'abord Sora par terre pour m'étirer un bon coup, à peine le temps de le faire, qu'elle me tira la manche.

"-Ouiii..Je..vais..te..reporter..c'est..bon.."

Elle pointait du doigt la maison, nous eûmes un grand frisson qui présageait rien de bon. La porte était grande ouverte, Sora eu très peur et se blottit contre moi immédiatement pour essayer de se rassurer, je n'avais que 11 ans, je n'étais moi même pas rassurer du tout, les mains tremblantes, suant de peur, nous étions entre notre maison et la forêt. Au moment ou j'entr'aperçu la porte, nous avons reculer immédiatement pour se cacher derrière un arbre, s'il s'agissait de voleur, je préférais ne pas me montrer du tout et les laisser se servir, nos vies avant tout, mais Sora n'était pas du même avis..
"-J'ai..laisser..la..bague..de..maman..à..la..maison.." Sora portait tout le temps sur elle une bague ou il y était écrit le Kanji "amour" un "cadeau" que ma mère lui fit pour sa naissance, elle ne voulait pas que des personnes la vole..elle tenait à cette bague comme à la prunelle de ses yeux. Ni plus ni moins je pris mon courage à deux mains et m'engagea, à pas de loup, vers la maison, j'ordonna à Sora de rester derrière l'arbre et de ne pas bouger, elle me regarda marcher, juste en dépassant un bout de sa tête de l'arbre, elle semblait très inquiète.. Pas plus que moi en tout cas, plus j'avançais, plus je tremblais, la tension était insoutenable, je n'arrivais pas à me rappeler si c'était moi qui avait mal fermé la porte, ou bien.. quelqu'un qui était entrer par effraction. Je pénétra dans notre maison, doucement, toujours sous l'effet de la panique... La table fut renversée ainsi qu'un pot de fleur de Maman, des traces de boues semblaient se diriger vers le garde-manger, à ce moment précis, je me suis souvenus que Maman avait caché un Kunaï ainsi que deux parchemins explosifs dans une cachette de la cuisine..

"-Si des personnes vous veulent du mal, n'hésite absolument pas à utiliser ce que je t'ai appris..."

J'avançais maintenant aussi vite qu'une tortue, je n'avais aucune idée sur ce que j'allais tomber, avec les paroles de ma mère en tête, j'hésitais à aller chercher mon Ney qui se trouvait dans ma chambre pour pouvoir me défendre, mais il aurait fallu retraverser la maison, finalement, au niveau de la cuisine, juste avant le garde-manger, la ou les traces se terminaient, j'ouvris le tiroir et saisissa le fameux Kunaï et laissant les parchemins, maman m'a appris à me défendre avec au cas ou..
Soudain, Sora, à vive allure, courru dans la maison, en pleure, et se jeta sur moi avant de me dire

"-FORET..!"-"BRUIT..!"
Sur le coup, je ne compris pas trop pourquoi elle me disait ça, j'étais complètement focalisé sur ce qui il y avait à l'intérieur de notre maison, et en me rejoignant, elle en avait fait du bruit en courant dans la maison jusqu'à moi, un grognement, froid et grave s'entendait dans le garde-manger, je me tourna..tout dou-ce-ment, puis, un joli petit cochon tout rose, sans défense, inoffensif qui cherchait juste à manger, sortit tranquillement de l'arrière de la cuisine avec encore un bout de pomme sur le groin..

"-Hein..? C'est toi qui a foutu ce bordel ?" Disais-je en m'adressant au cochon..
"-Gruik?"

La nuit tomba et les poissons que nous avions pêchés cuisaient à la broche, le ciel était dégagé et la lune était presque pleine. Sora, à moitié endormi, observait les étoiles depuis la fenêtre de sa chambre et attendait que le repas soit prêt pour manger et aller dormir, moi, j'écrivais quelques poèmes qui me passait par l'esprit. Sora s'endormit directement après avoir terminé son repas, sans même s'être doucher, quelle crade, je la déposa dans son lit, en la bordant bien, avant de la laisser. Je pris mon Ney qui était dans ma chambre, avant de m'installer sur la fenêtre de la pièce principal de notre maison et je me remis à écrire ce que j'avais en tête, puis, commença à chanter;

"Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige,
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige."

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Jeu 14 Juin 2018 - 15:24
Quand, j'entendis un léger bruit dehors, cela semblait provenir de la porte d'entrée, la fenêtre sur laquelle j'étais, donnait sur l'arrière la maison, le bruit s'intensifia, un grattement sur la porte, je me disais sur le coup que le petit cochon serait revenu car la faim le tiraillait vraiment. J'ouvris la porte.

"Bon le cochon, tu vas arrêter de m'emm-" trois Hommes, un mètre quatre-vingt minimum chacun, se tenant face à moi, l'un d'eux tenait un Kunai pointé vers moi.
"Bonsoir demoiselle, j'espère qu'on ne dérange pas?!" Lança le plus imposant des trois, avec un grand sourire vicieux et avança d'un pas lourd.
Immédiatement sans réfléchir, par instinct je referma la porte et ai mis toutes mes forces pour bloquer la porte, je parvins à résister à un choc, mais la seconde charge me propulsa contre le mur et je me cogna la tête, pas assez pour me faire m'évanouir, mais assez pour que j'ai la tête qui tourne pendant quelques secondes, cette intrusion causera la destruction de la porte d'entrée ainsi que le mur, je pouvais entendre qu'un énorme bruit sourd des gravats de la maison qui résonnait dans toute la vallée, le coup qui a détruit l'entrée fit tremblée toute la maison..
Je me releva et courus aussi vite vers les escaliers pour rejoindre Sora, c'était ma première préoccupation, la protéger. Mais l'un deux me rattrapa et de derrière moi, il se retrouva devant moi, sans avoir eu le temps de m'en rendre compte il m'envoya un gros coup de poing dans l'estomac, qui me mit à moitié dans les vapes, vomissant du sang, j'étais sérieusement touchée. Il m'agrippa à la gorge, en m'étranglant d'une bonne poigne, tout en me soulevant de quelques mètres.. Mes pieds ne touchaient plus le sol et je lâcha mon Ney par manque de force.. Les deux autres rentraient dans la maison comme s’ils étaient dans une colonie de vacances, ils observaient minutieusement les différents tableaux accrochés, les fleurs de ma mère ainsi que la décoration murale.. Je ne savais pas pourquoi ils lorgnaient la maison ainsi mais sur le coup je ne pensais qu'à une chose.. Mon regard était tourné vers l'escalier..Sora dormait profondément et je ne pouvais pas l'avertir de fuir, je me sentais impuissante.

"- Ta maison est plutôt jolie, où sont tes parents ?"

Entre la colère et le désespoir me mis à pleurer, effrayé, apeuré, je ne pouvais rien faire.
Quelques instants après, je lui répondis en sanglots et folle de rage de mon impuissance :

"ELLE VA ARRIVER POUR VOUS BOTTER LE CUL"
"- Oooh elle va arriver ? Qui ça ? ta maman ?" Lui et ses deux compères explosèrent de rire pendant une bonne grosse minute puis répliqua
"- Ne t'énerves pas, on ne va pas vous tuer..""Juste vous kidnapper, vous faire du mal et demander une jolie rançon, vous avez l"air tellement bien financièrement, cela ne devrait pas poser problème non !?"

L'Homme qui me tenait serrait de plus en plus fort ma gorge, faisant passer moins d'oxygène, je commençais à suffoquer quand la marche de l'escalier grinça, je tourna le regard dans cette direction, la destruction de la porte d'entrée a dû la réveillée suite au choc..

"-SO..!"..."Sora..."

Elle se tenait en haut des escaliers et était terrorisée par l'état de la maison et par les inconnus, elle semblait complètement perdue, elle se mit à pleurer.. Elle me regardait, entrain d'être étranglée contre le mur, toute bleue par le manque d'oxygène. Nous nous regardions dans le blanc des yeux, comme s’il s'agissait du dernier instant ou je la voyais, je ne pouvais que pleurer, mon Ney était hors de portée.. Dans un élan de désespoir je lui lança avec une main :

"-Sora...Au secours.."

L'un d'eux commençait à monter les escaliers doucement pour essayer de ne pas effrayer Sora..chose raté

"-Salut ma petite, tu as une jolie bague dit donc.."

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH"

Elle poussa un hurlement si soudain qu'il me fit oublier les potentiels tueurs, le cri était si strident et puissant qu'ils s'effondrèrent en se tenant les oreilles, l'un se mit même à saigner, pour je ne sais quelle raison, l'effet ne m'a pas touché et j'étais insensible. J'étais bouche bée, relâchée de l'étreinte de l'Homme, je fixais ma sœur qui émanait cette voix si intense. La douleur du coup de poing se faisait ressentir et je me mis à me tenir le ventre pendant que les étrangers étaient toujours au sol, Sora se mit à courir vers moi en pleurant toutes les larmes de son corps pour essayer de me tirer de toutes ses forces, naturellement elle n'y arriva pas, simplement une façon de me dire qu'il fallait s'enfuir au plus vite en me pointant le trou gigantesque à la place de l'entrée, en sanglot également, je pris d'abord mon Ney et me mis ensuite à la prendre par la main et courir en direction de la forêt.
Ils commençaient à se remettre de ce cri surprise et étaient très perturbés, avant de quitter la maison, j'ouvris le tiroir ou contenait les deux parchemins explosifs

"- même si tu dois détruire la maison, je m'en fout, le temps que vous deux allez bien, c'est tout ce qui m'importe.."

"-Ok, alors maman m'a dit qu'il faut influer un peu de chakra dedans pour les déclencher..." Me disais-je dans ma tête en essayant d'allumer le parchemin, je dis à Sora d'aller dehors sans que je la perde de vue.
"- Ca marche paaaaaaaaas !"
"- Hahahaaa intéressante cette gamine, elle a réussie à nous mettre K.O, finalement, je vais la kidnappé pour moi celle-ci, où sont-elles !?"

Finalement, je parvins à allumer les parchemins, courus dehors puis les balançant dans la maison dans leurs directions en espérant que l'explosion ou bien les décombres les ralentissent, une puissante explosion retentit, le souffle me repoussa jusqu'à Sora qui m'attendait sur le début du chemin que ma mère prit, le bruit se fit entendre à des centaines de mètres à la ronde, la maison était en ruine, un feu commençait à démarrer suite à l'explosion. Nous étions déjà entrain de courir dans la forêt quand les étrangers refont surfaces

"-On c'est fait avoir comme des bleus, allez, on les attrape et on tue ces gamines, elles ont fait exploser leur maison ces folles."

"Cours..Cours..Cours..Cours.." Que je répétais à Sora, de ma seule main libre, je la tirais pour qu'elle ne perde pas la cadence, nous étions dépitées et nous avions nul part ou nous cacher à part derrière des arbres, les hommes nous pourchassaient de loin, la douleur du coup de poing persistait, j'étais mal en point mais je devais supporter cette souffrance si je voulais partir d'ici sain et sauf avec Sora

"- Elles sont là !" L'un d'eux lança un Kunaï en notre direction et si planta au sol juste à mes pieds, en une fraction de seconde je me devais de faire un choix. Dans l'élan de la course, je balança Sora en avant et lui fit un geste de la main pour lui indiquer de continuer de courir, elle courut tout droit en regardant derrière sans aller voir ou elle se dirigeait, quant à moi, je fis demi-tour et dégaina mon instrument de son étuis, ils se trouvaient à une vingtaine de mètres de moi, la portée idéale pour ce jutsu que Maman m'ai appris.



Profitant de cette courte occasion pour mettre les voiles et rejoindre Sora, je me mis à courir en direction d'elle tout en maintenant mon jutsu, mais elle était aller sur le mauvais chemin et se retrouva face à une grande paroi verticale montagneuses, entouré de verdure, je la rejoignis.

"- Sora..tu..vas..bien..?"

Apeurée et au bout de ses forces, elle ne put me répondre.. Je ne savais plus quoi faire, nous étions pris en tenaille, j'étais blessé et Sora n'était qu'une fillette de 6 ans qui ne savait absolument pas se battre et en plus, détestait ça.

"- Bien, bien, bien, vous ne pouvez plus courir maintenant, je dois avoué que tu te débrouilles très bien toi, gamine aux cheveux rose, ton jutsu d'aveuglement était remarquable ce jutsu combinée à une nuit sombre peu s'avérer très efficace, hahaha" Il se mit à rire ironiquement, puis reprit
"- On pensait s'attaquer à des gamines inoffensif, mais on t'as bien sous-estimer, je ne me retiendrai plus. Katon : Boule de feu" En quelques Mudra qu'il exécuta, il créa une énorme boule de feu qui nous fonça droit dessus, si grande quelle m'éblouis, c'était la fin, par reflex, même si je savais que la boule allait me réduire en cendre, je me mis face à Sora, pour la protéger quand tout à coup, une voix familière surgit de nulle part.

BIG AN SAINTE:
 

Un gigantesque mur se dressa soudainement entre les étrangers et nous deux et nous sauva la mise.. Sora pleurait toujours dans mes bras et n'était plus en mesure de faire quoi que ce soit. À première vue il s'agissait d'un mur géant, mais si l'on regardait bien de plus près..

"- OYE C'EST QUOI CA ?! C'EST ENCORE UN COUP DE CES SALES GAMINES !? J'AURAIS DU LES TUER.." Lança le chef mais se fit interrompre brusquement.

*musique épique*

"- TU VAS TUER PERSONNE SALE PETIT MERDEUX.." Cette voix.. je reconnaissais cette silhouette perché en haut de ce "mur", éclairé par la lune, tenant son Kankangui fermement..

"- PETIT MERDEUX !? Qui es-tu pour me traiter de.."

"- JE SUIS OONGAKU BARA, LA MERE IRRESPONSABLE DE SES FILLES !!!"

"- Ma.." Je me mis à fondre en larme, la tension retomba immédiatement face à cette intervention..Sora, toujours recroquevillée sur moi, ne c'était aperçu de rien.. Je la secoua pour lui montrer, qui était enfin de retour. Elle fit un sourire de soulagement avant de se re-cacher

"- Hahaha alors c'est toi la fameuse mère de ses gamines ? Elles sont fans de toi on dirait, voyons voir si tu peux te défendre face à trois ennemis" Dit le chef en ricanant.
"- Pour..qui..POUR QUI ME PRENDS-TU, TU AS OSE.. VOUS AVEZ OSEZ FAIRE DU MAL A MES PRECIEUSES FILLES, JE VOUS LE PARDONNERAIS JAMAIS !" Furieuse à souhait, déjà qu'à la maison je n'ai jamais eu de mal à la mettre en rogne, mais je ne l'avais jamais vue dans cet état.. Ma mère lança des Mudras extrêmement rapidement..

Le "mur" sur lequel elle se trouvait, était tout simplement un amplificateur de son, d'une quinzaine de mètre de hauteur s'élargissant également sur une dizaine de mètres, nous étions cachés derrière cette enceinte qui nous servait de muraille, les jutsus qui étaient liés à celle-ci ne pouvait nous affecter.

Onkyôton, Big An Sainte : Activation:
 


Tout d'un coup, l'enceinte se mit à vibrer, faisant même trembler le sol. L'incompréhension totale, plus rien, plus un bruit, les ennemis étaient prêt à se défendre mais elle bougeait pas, elle restait la, a les regarder..
"-Bien je pensais que ton mur te servirais à quelque chose mais tu n'attaque bien, bien, prépares toi à mourir alors !!" Les trois se mirent à charger en bondissant dans les airs pour atteindre le sommet.
"-La ferme" Elle claqua simplement des doigts, une seule fois, une énorme onde de choc sortit de l'amplificateur, déferlant tout sur son passage, les deux plus faibles se sont vues se faire propulser dans le vide des montagnes, quant au chef, il réussit à tenir bon, il se retrouva dans un buisson, se releva et avança d'un pas déterminé.

"- J'avoue..t'avoir sous estimer.." Il toussa et renchaîna "- Je vais te montrer la vitesse Ahurissante de mon clan, vous allez mourir toutes les tro.."

Onkyôton, la vitesse du son:
 

Cachés derrière l'enceinte, nous ne faisions qu’écouter, il se stoppa net dans sa parole, je ne compris ce qu'il dit à ce moment

"- Mmh ton clan, une vitesse ahurissante ? Laisse-moi rire, juste une faveur, évite de trop saigner quand je retirerais mon kunai de ta gorge, je n'ai pas envie que mes filles voient un bain de sang" Ma mère chuchotait quelque chose, mais je n'arrivais pas à distinguer ces paroles-là

Une grosse minute de silence s'installa, laissant le calme régner un instant

"- Maman ?" L'enceinte disparut d'un coup dans un écran de fumée gigantesque et elle apparue enfin face à nous..

"- KARA ! SORA !"
Elle se mit à courir vers nous pour nous enlacer de toutes ses forces, nous étions fatiguées, désespérées, nos pleures variaient entre la fatigue, la peur, la joie..

"- Je suis sincèrement désolé de vous avoir laisser.."

2 semaines plus tard..


Cet incident laissa en nous des séquelles assez conséquentes, Sora et Moi étions maintenant devenu très craintif du monde étranger, un certains paradoxe quand on veut devenir une Ninja, déjà que nous avions pas l'habitude de voir du monde externe à notre famille.. Le simple fait de rentrer en contact avec quelqu'un était devenu une chose trop dur à imaginer.

Les dégâts étaient au final minimes, la maison eu un départ de feu mais Maman était intervenu assez tôt après régler le compte des étrangers et a pu maitriser le feu, la porte d'entrée et un mur fut cassés ainsi que la cuisine et la pièce à vivre, complètement soufflées par les parchemins, après nos retrouvailles avec Maman, il nous aura fallu à peu près 2 semaines pour remettre la maison en ordre, on peut dire que Maman savait se débrouiller et comptait pour 10. Les événements nous ont très marquer au point d'en avoir oublier que notre mère était partit une semaine, sans nous le dire.

Un beau matin alors que Sora dormait encore, je lui posa la question, et en voyant sa réaction, je savais que quelque chose de mauvais allait se produire.

"- Maman, pourquoi es-tu partis tout ce temps ? Et puis tu n'a pas l'air d'être dans ton assiette.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Lun 25 Juin 2018 - 16:20
"- Maman, pourquoi es-tu partis tout ce temps ? Et puis tu n'a pas l'air d'être dans ton assiette.."

Parfois la vie peu être injuste sans raison apparente, un beau jour tout peut vous tomber dessus.

"- Sora est atteint de Toxoplasmose..." Me dit-elle en fondant en larme tout en s'effondrant dans mes bras, j'avais pour habitude de voir ma mère forte, solide, inébranlable, une femme à fort caractère et qui ne se laisse jamais abattre mais cette fois, c'était au dessus de ses forces
Au départ, je ne savais pas ce qu'était que la Toxoplasmose. Un dangereux virus qui se transmet dans certains aliments, ou bien dès la naissance, il détériore la vue ou l'ouïe, ou bien les deux. Elle me confia quelle était partie à la recherche d'un médecin spécialisé.. Mais aucun ne voulut se charger de Sora.. Certains avaient peurs quelle les contagies.. les deux semaines qui suivies furent éprouvantes pour ma mère, elle devait se remettre de ses mauvaises nouvelles tout en continuant à avancer.

Ces quelques mots ont changés le reste de ma vie.


2 semaines plus tard, anniversaire de Sora, 7 ans.

"Okay..observe..ça"
"C'est..quoi..ça..grande..soeur..?" Me questionna Sora, suivant du regard ce petit objet que j'ai confectionné en cachette,
"C'est..un..Kaleïdoscope"

Ces expériences très simples permettent à Sora de constater et de comprendre le fonctionnement de la vision. Elle pourra comprendre que lorsque les images vues demandent trop de mouvements et de clignements de paupières le cerveau peut être trompé.

"Fixe..ceci..pendant..30..secondes..puis..décris..moi..ce..que..tu..vois"

Les formes en carré induisent une sensation de creux et de profondeur. Sora devrait avoir l'impression que ce qu'elle voit n'est pas plat mais qu'elle est face à une surface creuse. Je lui fit constater en la faisant regarder sur la tranche que la feuille est totalement plate. L'oeil travail en permanence, une expérience sur les yeux pour comprendre les illusions d'optique.
Depuis quelques temps, Sora commençait à jaunir de la peau légèrement et avoir des symptômes ressemblant à ceux de la grippe, son état se détériorait mais elle continuait à se battre et à profiter de la vie.

"-?Jooo~yeuux~ aa~nni~versaire~ Soraaa~?"

Chanta ma mère en apportant un gâteau immense "-Maman..elle entend rien.." lui répondis-je "- Oh, c'est vrai, elle entend pas.. Haha" Elle cachait bien sa tristesse, toujours autant d'humour..
En réalité, ma mère m'avait demandé de m'occuper de Sora le temps d'une matinée, elle lui avait préparée un énorme gâteau ainsi qu'un joli cadeau qu'elle est allée chercher lors de son absence.
Elle lui offrait tout l'amour qu'une mère puisse donnée à sa fille, elle faisait tout pour lui rendre la vie rose, elle se sentait coupable de sa maladie..

Le soir, j'effectua quelques musiques avec mon Ney, des partitions que j'appréciais quand j'étais enfant, assise au bord de la fenêtre de ma nouvelle chambre.. La lune brillait et les grenouilles croassaient si forts que cela raisonnait dans la vallée, j'entendis ma porte s'ouvrir
"- Oui Maman je vais faire moins de br.." Je vis Sora qui fuguait de son lit pour me rejoindre dans ma chambre
"- So..?"
Elle semblait très gênée et voulait me dire quelques chose mais elle n'osait pas

"T'as..fais..pipi..au..lit..?" Lui dis-je de mes deux mains tout en ricanant
"Non.." quelle me répondis
"Qu'est..ce..qu'il..y..a..?"
Elle hésita un court instant, sans doute pas peur que ma mère et moi nous nous fâchions suite à ce quelle allait me dire :
"C'est..jolie.." Mais sur le coup je ne compris pas de quoi elle voulait parler..
"Qu'est..ce..qui..est..jolie..?" Elle se tourna les pouces une ultime fois puis s'élança
"Ta..musique.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Mer 27 Juin 2018 - 12:04
"Quoi.."
Oye, ai-je rêvé ? Ou elle venait de m'avouer qu'elle trouvait ma musique jolie ?
"Sora..comment..?"
Mais il y avait un petit détail que j'avais oublié, elle aussi était une Oongaku. Son Kekkei Genkai c'était sans doute manifesté mais n'ayant pas eu la chance que j'eu à son âge, un enseignement au Onkyôton par Maman, elle ne devait pas se rendre compte qu'il s'agissait du pouvoir héréditaire de notre mère.
"Je..ressens.quelque..chose..quand..tu..joues.." Me dit-elle en hésitant encore, il s'agissait des vibrations sonores, qu'un son pouvait émettre, les personnes normales sont incapables de distinguer ce genre de chose, pareil pour les ultrasons, mais les utilisateurs de Onkyoton sont très sensibles au son, même si elle était atteint de surdité, sa perception des vibrations sonores dans l'environnement qui nous entoure était intact.


Cette nouvelle a permis à notre relation de se souder encore plus, les soirs, elle venait dans ma chambre, m'écouter jouer de mon Ney, la chose la plus surprenante, c'est quelle fredonnait l'air en remuant la tête et les pieds, assise sur mon lit, l'air quelle fredonnait était exactement l'air que je jouais, pour la première fois, j'avais l'impression quelle pouvait m'entendre, mais elle ressentait simplement les vibrations sonores qui parvenaient jusqu'à elle, je lui inculqua même quelques notions de bases du Solfège.
" Et..si..on..composait..notre..musique..à..nous..?" Proposais-je à Sora qui était ravie de mon idée.
"Oui..Oui..!" me dit elle le visage souriant mais fatigué, sa maladie ne faisait que d'empirer jour après jour mais elle gardait la foi.
"J'écris..les..paroles..!" Me dit-elle en dégainant un stylo et une feuille de mon bureau
"Okay..haha" Riais-je de sa motivation qui me surpris un peu.

Quelques jours après :

Un soir d'été, alors que la température ambiante était idéal pour se poser en extérieur de profiter du spectacle nocturne tout en composant notre chanson, accompagnée de Sora, qui.. ce soir là n'était pas très en forme, sa peau n'était plus mate mais bel et bien entièrement jaune, elle avait de la fièvre et une violente toux qui l'empêchait parfois de respirer correctement. Ma mère nous surveillait depuis une fenêtre de la maison, inquiète, elle se préoccupait beaucoup de Sora, même si ce soir là elle n'était pas en forme, elle la laissa aller dehors pour passer un peu de temps et profiter avec moi. Nous avons passées la soirée à composer une partition, elle y a choisie les paroles et moi l'air et la tonalité.
"Génial..cette..musique.." Dis-je à ma sœur "Comment..allons..nous..l'appeler..?" Elle avait le regard presque vide, fixant l'horizon à la recherche de calme et de paix.
Sa respiration commençait à se saccader, elle s'allongea sur moi et semblait avoir des vertiges, ma mère me fit immédiatement la remarque en ouvrant légèrement la fenêtre :
"-Kara..va la mettre dans son lit.."
Puis Sora me montra de ses mains les lettres "KA" et "SO" de l'alphabet Hiragana avec le signe du mélange pour former le "KSOA", et le "RA" reprenait simplement la base des prénoms de notre famille..
"Ksoara...la..musique.." Me fit elle avec ses mains le regard cette fois presque fermé par la fatigue.
"Oui..c'est..un.joli..nom..de..composition" lui rétorquais-je avec un sourire cachant ma peine, je me retenais de fondre en larme car au fond de moi, même si je jouais le jeu pour pas inquiéter So, je savais au plus profond de moi qu'il était bientôt l'heure pour elle..

Finalement, je la pris dans mes bras pour pouvoir la transporter dans son lit, ma mère m'ouvrit la porte pour ne pas galérer, mes pas étaient lourds et lents à ce moment j'espérais sans doute ralentir le temps pour pouvoir éviter le moment redouté.. Ma mère ne pu s'empêcher de verser quelques larmes en me voyant monter les escaliers.
Je la posa délicatement sur son ami de coton, posa ma main sur son front pour vérifier sa température.. elle était bouillante, ses médicaments ne faisaient plus effets ne la calmait plus, malgrès sa température, elle grelottait comme si elle était glacé, son état n'était pas très plaisant à voir. Je la borda dans son lit, éclairé par une simple lampe à huile dont elle avait l'habitude, cette fois, elle n'était pas rassurée me demanda de rester un petit moment avec elle ;
"Reste.."
"Oui.."
Elle promèneait ses yeux sur les visions blanches qui montent dans l'azur comme des floraison, une main dans ses cheveux crépus pour lui faire des papouilles l'autre lui tenant une de ses mains, nous sommes restés comme ceci pendant dix longues minutes en échangeant des regards d'amours, de bienveillance fraternelles. Pour moi la tension montait petit à petit à force de la voir affaiblie mais je ne pouvais rien faire, alors dans un élan de spontanéité, je lui dis sincèrement, avec la force de tout mon amour envers elle, la déclaration la plus sincère que j'ai pu lui faire, tout en craquant et fondant en larme;
"- Je t'aimes..." Lui dis-je donc de vive voix tout en pleurant.. je me retourna soudainement pour ne pas quelle me voit dans cet état, m'essuyant les larmes sur mes vêtements et essayant de respirer calmement.
"- Kara Onee-san.." Un léger, doux et mélodieux timbre de voix sortit de sa bouche, sur le moment je ne me posa aucune question mais j'étais simplement choqué de cette magnifique voix quelle émise alors quelle n'avait jamais parlé de sa courte existence.
"- Moi aussi je t'aimes" Me dit-elle, de sa douce voix qui venait pour la première fois de sortir de sa bouche, mais je la pris tout de même dans mes bras, la serrant si fort pour lui transmettre tout mon amour envers elle.

N'ayant même pas le temps de sortir de ma stupéfaction et de lui répondre, quelle s'était endormie dans mes bras...

Avant de quitter sa chambre, j'éteignis la lampe sur sa table de chevet, avant de rejoindre ma piaule, sur le mètre qui séparait ma chambre de la sienne, se trouva ma mère, les yeux rouges après ses pleures..
"- Maman..?"
"-Mmmh..?" Me répondit-elle en onomatopée, la tête dans les bras.
"- Non rien.." J'ouvris la porte de ma chambre pour m'y installer au bord de la fenêtre, en observant les étoiles, quand l'une d'elles filaient sous mes yeux;

Poème : "Ksoara" (écrit IRL par Maëlle Ranoux, 2016.)
Je me souviens de l’océan
Chaud et doux,
S’entêtant à me séduire,
S’allongeant sur mes rêves.

Face aux torrents agités, crissants, d’ici,
Je me souviens de la vie là-bas,
Légère,
Fluide comme une rivière,
Traversante,
Dans un horizon sans barrière.

Je me souviens aussi,
Du souvenir de vous,
Mes êtres demeures,
Comme des arbres absents,
Dont l’ombre fraîche manquait sur mes rives.

Je me souviens de l’océan.
Je me souviens de vous absents.

Je me souviens encore de ceux,
Là-bas,
Restés sous le soleil ardent,
Sur les rives de ma rivière absente.

Oui, je la reconnais,
C’est la triste mélodie du départ
C’est la joyeuse mélodie de l’ailleurs

Elle me pose, elle m’apaise, elle m’étreint, elle m’appelle,
Elle porte mon chagrin, elle transporte mon espoir.

*

Vos lignes monotones
M’animent !

Vos chemins chauds
M’envolent !

Votre hiver glaçant
M’échauffe !

Votre été bouillant
M’exalte

Vos grises mines
M’amusent !
Vos âmes,
à moi me lient,
à moi m’attachent,
à vous m’attachent.

"..."
Le lendemain, ma mère fut la première à la voir, pâle, elle s'était éteinte durant la nuit. Dépitées, ravagées, détruites, même si nous étions préparées à ça, nous fondions en larmes, ma mère et moi, au bord de son lit, tenant sa main, froide, mais.. Elle laissa un sourire sur son visage avant de nous quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3321-wesh-alors-presentation-oongaku-karatermine http://www.ascentofshinobi.com/t3452-oongaku-kara-carnet

Une semaine d'indépendance ! | Oongaku Kara's story [Flashback solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: