Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Promenade de santé (w/ Madoka)


Jeu 14 Juin 2018 - 16:52

« Le Berserker déchu »



Eloignant les mains de son visages, Inja regardait devant lui la foule de passant. Il venait de remettre en place son bandeau frontal qu'il n'avait pas encore bien l'habitude de porter, non pas que la chose d'indispose, mais il ressentait à certains moments une intense et irrépressible sensation de chatouillement désagréable qui lui procurait l'envie de se gratter. Évidement, il valait mieux pour lui d'éviter d'en arriver là de sorte à éviter tout problème de peau et autres répercussions sur son physique. Le grand homme de presque deux mètres ne pouvait pas se laisser impressionner par une simple erreur de fabrication des bandeaux kirijins, il s'y habituerait rapidement, c'est sûr, mais encore fallait-il que le temps passe pour qu'il en ait une expérience approfondie.

Voilà maintenant quelques minutes qu'il attendait sur la place publique du village caché de la Brume, arrivé en avance, comme à son habitude, tandis que l'heure défilait pour s'approcher au mieux de celle du rendez-vous.

Datalia Madoka, récemment adoptée par une des chûnins du village... Pas banale comme histoire. Les autorités ayant eu de récents ennuies avec son comportement, ils eurent décidé de prendre les devants et de l'envoyer en mission improvisée, totalement inventée pour l'occasion, pour tester ses réelles intentions et son comportement au sein du travail qu'elle est censé effectué quotidiennement. Inja était le parfait élément. Très bon soldat, avec un passé lourd, arrivé lors de la prise de pouvoir des Hyôsa, il était le parfait nouveau jônin à envoyer pour ce genre de tâches ingrates. Après tout, il devait encore faire ses preuves et montrer lui aussi sa loyauté envers le village de Kiri.

L'ordre de mission ne stipulait pas grand-chose, convoquant la jeune genin pour une mission d'escorte assez simple, consistant à amener un marchand et sa charrette jusqu'au village suivant, à à peine quelques kilomètres à vrai dire, une partie de plaisir. Mais ce que seul Inja savait, c'est que certaines embûches improbables viendraient perturber cette promenade de santé.

"Ah. On y est. Elle ne devrait plus tarder maintenant."



Dernière édition par Kagai Inja le Sam 16 Juin 2018 - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Ven 15 Juin 2018 - 8:29

Encore un matin, un matin pour rien ! C'était vrai qu'il fallait le matin pour avoir un après midi, mais là franchement, c'était bel et bien inutile. À quoi bon ce lever tôt si c'était pour être inefficace. Un jour, Madoka en parlerait aux autorités du début des missions à quatorze heure, plutôt que huit, mais pas avant d'avoir vérifier leur intégrité. Elle ne voulait certainement pas donner la recette du bonheur à l'empire papillon ! Cette fois-ci, sa mère adoptive l'avait réveillé si tôt, qu'elle en était tombé du lit avec aucune force. L'adolescente avait l'impression qu'une énorme chape de plomb pesait sur ses épaules, son corps refusait de réagir, alors que son cœur battait la chamade. Elle essayait, mais rien à faire, elle commença à ramper sur le sol, d'autres y arrivaient après tout ! La lutte entre le corps et l'esprit, qui allait gagner ?



Cependant, sa mère adoptive cria à table, et immédiatement, cela allait beaucoup mieux ! Elle se leva d'un coup pour courir dans l'appartement jusqu'à la source de nourriture. Comme quoi, le ventre était plus fort que le corps et l'esprit ! Il fallait le souligner pour de prochaines études. Madoka était habillée comme d'habitude avec sa robe blanche très aérienne, mais elle ne portait jamais son bandeau. C'était sa mangeoire pour son bébé phénix, il fallait comprendre aussi ! Vous n'allez pas retirer la nourriture à un bébé oiseau de feu quand même ? Hein ? Bon... Je préfère...



Le dossier de cette Madoka Datalia était particulier, elle avait été découvert par les forces de Kiri lors de la pacification de l'archipel dans une arène illégale dirigée par des bandits. Elle avait été retrouvé en sale état, mais ses capacités de combat avaient sans doute peser dans la balance pour faire que les autorités choisissent de garder cette enfant dans un orphelinat, et surtout faire le parcourt du parfait petit ninja entre l'académie et quelques missions. Malgré de très nombreux retards ou absences signalés par l'académie, elle avait toujours réussi tous les tests pratiques et les examens. Elle avait été récemment adoptée et sortie de l'orphelinat, incorporée dans deux équipes de ninja successivement. Sa carrière était plutôt courte pour le moment, mais les missions avaient été accomplies.



Madoka arriva alors avec seulement vingt minutes de retard, ce qui était proche du merveilleux pour une jeune fille si occupée qu'elle ! Une femme a besoin de temps pour être prête et parfaite, vous comprenez ? Ce fut alors en baillant d'ennui et sans tellement de motivation qu'elle arriva alors au lieu de rendez-vous. Une grande place avec beaucoup de personnes qui allaient et venaient sans interruption. Elle se demanda même ce que tous ces gens pouvaient bien faire à s'agiter comme cela. Deux choix se présentèrent alors à son esprit, chercher la personne qu'elle devait trouver, ou attendre. Bon, vu qu'elle n'avait rien lu à propos de la mission, ni qu'elle savait qui elle devait trouver, le plus simple était de s'asseoir sur un banc et attendre. Elle était très loin de se douter que tout ceci n'était qu'un test par les hautes instances.


Il y avait bien un drôle de type très très grand avec ma gueule pas tubulaire, mais presque ! Il était sérieusement louche avec son bandeau sur le front à en rien faire. C'était peut-être cette personne, mais inutile de s'emballer. Il faut ménager sa monture pour aller loin. Elle courba ses mains à une trentaine de centimètre dans le vide, afin de créer par illusion un nounours marrons apparemment bien abîmé que tout le monde pouvait voir. Il avait un œil arraché à droite, des traces de coups et la pied gauche absent. Il était sans doute étrange de créer un pareil objet dans ces circonstances, et surtout dans un état pareil. Elle pressait alors sa peluche contre son petit corps en posant son menton contre avec le regard un peu dans le vide.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 15 Juin 2018 - 11:22

« Le Berserker déchu »



Vingt minutes... C'était le nombre de minutes que l'horloge interne du berserker avait pu compter depuis le moment supposé de l'heure du rendez-vous... Mais bon dieu, où était-elle ? Le problème était que la jeune femme n'avait sûrement pas eu vent de l'apparence d'Inja, lui même encore peu connu au sein du village caché de Kiri, il était peu probable qu'elle eut été se renseigner à l'avance sur son physique et qu'on ait pu lui répondre non plus. Arborant une longue cape qui englobait tout son corps entier, dissimulant son armure et ses autres armes, il préférait rester le plus discret possible sur ses capacités au combat qui s'avéreraient évidentes à des yeux experts. C'était simple à vrai dire, poser le regard sur la hache accrochée dans son dos délivrait un indice suffisant.

Mais après un instant à zieuter la foule de passants qui s'activait autour de lui, Inja eut un moment de réflexion : "Une adolescente, jeune femme en devenir, aux cheveux longs". C'était vague, mais correspondait à quelques unes des personnes qui passaient, très peu à vrai dire, mais il pouvait s'agir possiblement d'une d'entre elles. De toute façon, il n'attendrait pas plus, le marchand devait déjà avoir fini de préparer sa charrette depuis un moment et ne supporterait sûrement pas plus d'attente, pas avec ses délais à tenir. Parmi les quelques passants correspondant à la description, une fille attira son attention, non pas allant et venant, mais bien attendant... Bingo ? Il fallait l'aborder pour en être sûr. Mais... non, elle avait un ourson abîmé entre les mains, ce ne pouvait être une ninja missionnée... A moins que...

S'approchant d'un pas léger, Inja arriva rapidement à proximité de l'adolescente, la fixant du haut de ses presque deux mètres avant de prendre la parole, un peu perturbé par la situation.

"Que fait donc une jeune fille avec son ourson, seule sur la place publique, le regard dans le vide ? Ca ne va pas ?"



La réponse, à vrai dire, il s'en foutait. Ce qu'il voulait n'avait rien à voir véritablement avec la sympathie, mais simplement de la prise d'information, bien qu'un grand homme d'une cinquantaine d'années abordant une adolescente puisse porter à confusion dans l'esprit de certains pervers.

Enchainant de plus belle, sans même vraiment laisser le temps à la jeune femme de répondre, préférant ne pas laisser s'installer de climat de malaise, de sorte à dévoiler ses véritables intentions et ne pas perdre davantage de temps.

"Je suis moi-même à la recherche d'une jeune fille qui pourrait correspondre à votre description, une ninja missionnée pour une escorte, mais vous n'êtes pas genin du village n'est-ce pas ? Je ne vois aucun bandeau apparent."



Le ton était lancé et s'il ne s'agissait pas d'un reproche, Inja voulait être sûr de s'adresser à la bonne personne, auquel cas il passerait sûrement son chemin pour en aborder une autre, en bon cinquantaire étrange pour lequel il pouvait passer... Dure, dure, la vie de nouveau jônin responsabilisé.


Dernière édition par Kagai Inja le Sam 16 Juin 2018 - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Ven 15 Juin 2018 - 17:54

Le type louche avec la cicatrice la dévisageait de plus en plus, il avait même une cape pour se cacher. Si cela se trouvait, il avait des bonbons cachés dans le manteau. Elle avait entendu que des personnes tordues en avaient, même si elle n'avait jamais compris en quoi avoir des bonbons sous un manteau pouvait être étrange. Madoka se recroquevilla là où elle était assise en serrant son nounours contre son corps. Elle posa son menton contre ses cuisses relevées contre son corps. Elle avait le regard un peu dans le vide en ne cherchant pas du tout le responsable de la mission. Déjà parce qu'en général, ils venaient tout seuls à elle, et également parce qu'elle s'attendait à une petite rouquine. Bien incapable de penser que cela pouvait être un autre responsable. Elle releva le nez lorsque de l'ombre envahit presque totalement son espace visuel, il y avait ce drôle d'homme camouflé dans son long manteau. Elle était d'ailleurs sans doute bien trop vieille pour garder un doudou ou un jouet, mais le mental de Madoka n'avait pas quitté la petite enfance.



Datalia Madoka • « C'est pas vraiment mon ourson en faite, mais ce n'est pas très important j'imagine. Pour tout dire, je risque de m'ennuyer, je dois partir en mission pfffff... »




Dit alors l'adolescente en soupirant légèrement gonflant ses joues. Elle ne s'attendait pas à une mission très amusante et prenante comme massacrer un groupe de voleurs ou que sais-je encore. Elle ne se posait pas tellement de questions à vrai dire, elle était présente ici et voilà tout. Elle n'était pas très éveillée à ce genre de détails ou connaissances, qui demandaient à être plus mâture ou âgée.



Datalia Madoka • « Ha oui ? Vous aussi vous cherchez quelqu'un ! Ho bha ça c'est amusant alors ! On peut toujours attendre ensemble alors, ça sera bien plus distrayant. J'ai bien une mission, mais je ne sais pas trop en quoi cela consiste, je lis jamais les rouleaux de parchemin que je reçois. »




Dit alors en haussant les épaules Madoka trouvant cela parfaitement normal. Elle ne pouvait imaginer où pouvait se situer le problème.



Datalia Madoka • « Je ne porte jamais mon bandeau de ninja de Kiri, il sert à autre chose en ce moment, mais sinon je suis une super ninja ! Je fais tout plein de vents !.. Et d'autres trucs... »




_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 15 Juin 2018 - 23:13

« Le Berserker déchu »



Inja écoutait attentivement les mots mielleux de la jeune adolescente, pensant avoir des réponses assez rapidement, sans même se rendre compte qu'il s'aventurait dans un sentier bien sinueux. Plus les mots s'échappaient, plus le berserker comprenait qu'il était en face de la personne qu'il recherchait, ou du moins, de ce qui semblait être une vaste blague orchestrée par le village lui-même. Il avait été missionné pour tester la jeune genin, mais à cet instant, il eut la brève impression que c'était lui qu'on avait décidé de tester en l'envoyant au devant d'un maléfice. L'adolescente avait tout pour perturber, déjà par son physique jeune, mais aussi par sa personnalité qui semblait plus proche de celle d'une jeune enfant perdue dans son monde imaginaire, rêveuse et ennuyée. C'était ça oui, elle s'ennuyait terriblement et visiblement la mission qui lui était incombé ne la motivait pas plus que ça.

Lâchant un long soupir, Inja laissa planer un silence alors qu'il ployait un unique genoux sur le sol, juste devant la jeune fille, ses bras croisés a niveau des poignets, reposant sur son deuxième genoux, lui aussi plié, mais ne touchant le sol à aucun moment. De par sa masse, le berserker en imposait toujours autant, bien qu'il se décida de s'adonner à une nouvelle quête : Celle de la compréhension. De toute évidence, c'était elle la fameuse ninja perturbée qu'il était prévu de tester, mais sa nouvelle patience de retraité de guerre lui sussurait de faire quelque chose pour l'adolescente, au moins le minimum pour l'aider.

"Tu sais, tout le monde ne fait pas toujours ce qu'il a envie de faire. Ce qu'il compte dans la vie, c'est de trouver ce qu'il te plaît et d'essayer d'en vivre. Et à défaut de réussir, il t'incombe de faire en sorte que ce que tu es forcé de faire au quotidien devienne une source de motivation grandissante."



Toujours un genou au sol, Inja avança ses deux mains en les faisant pivoter légèrement dans un sens, puis dans l'autre, assez lentement pour qu'il soit simple d'observer les minuscules cicatrices présentes en nombre sur toute la surface de ses membres manuels.

"J'ai été motivé trop longtemps par la guerre. Ce n'est peut-être pas ton truc et ça n'était pas le mien lorsque j'étais jeune, bien que j'eu des prédispositions naturelles pour le combat. Puis un jour, j'ai trouvé le moteur de ma motivation : Une femme. C'est grâce à elle que j'ai pu écumer le continent sans jamais perdre mon envie d'avancer."



Alors que sa voix devenait de plus en plus roque à mesure qu'il abordait le sujet de la femme qui avait partagé une partie de sa vie, Inja sentait que ses souvenirs et son chagrin inavouable étaient toujours présents, bien qu'estompés, ils étaient tout ce qui l'avait fait vivre et combattre lors des trente dernières années, une véritable foi inébranlable qui avait forgé l'homme puissant et sage qu'il était à présent.

Regardant la jeune fille dans les yeux, le berserker sourit un instant. Un sourire bercé par l'émotion qu'il ressentait au visionnage cérébral de certains de ses souvenirs les plus lointains, mais aussi une tentative de remotivation en direction de celle qui semblait correspondre à la description de sa compagne de mission.

"Madoka, c'est ça ?"



Priant intérieurement pour que la question soit rapidement éludée par une réponse affirmative, le gladiateur savait pertinemment qu'il n'avait pas perdu de temps et que si le paysan attendait toujours son escorte, rien ne valait quelques phrases pour aider une jeune fille dans le flou, même inconnue.


Dernière édition par Kagai Inja le Sam 16 Juin 2018 - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Sam 16 Juin 2018 - 16:33
Madoka avait plusieurs facettes, mais très peu de personnes avaient le loisir d’en voir plus de une ou deux, c’était sans doute pour cela que l’on la voyait comme une folle. Cela ne l’intéressait pas du tout que les autres puissent la comprendre, elle était restée dans un mode de penser où elle ne pensait qu’à elle-même comme le faisait tous ceux qu’elle avait pu croiser dans le cours de sa faible existence. Elle ne savait pas trop qui était ce drôle de géant face à elle, alors pourquoi montrerait-elle qui l’adolescente blessée qu’elle était ? Elle pencha la tête doucement sur le côté comme pour voir le monde d’un angle différent, toisant toujours cet homme. Si Inja était là pour tester, sans doute que la blanchette testait également cette personne face à elle. Ce grand homme n’agissait pas comme les autres, habituellement, on la voyait comme folle et ils partaient, mais lui restait, pourquoi ?

Madoka avait tout pour tromper son monde, de par son corps ayant connu de graves sous-nutritions, et sans compter les nombreuses traces de coups, de blessures ou de sévices encore caché pour la plupart sous ses larges vêtements. Son esprit brisé par tant d’expériences traumatisant préférait largement arpenter des mondes plus doux et tendres que la vie réelle si sombre, froide et immonde à ses yeux. Cela ne pouvait être qu’un rêve, qu’un cauchemar, cela ne pouvait être la vie réelle, elle était bien trop sordide. Elle se berçait d’illusion ? Et alors ? Qu’est-ce que cela changeait vraiment après tout ? Elle n’avait appris qu’un seul amusement, elle avait eu pendant son emprisonnement forcé qu’une seule distraction, qui lui donnait l’occasion de sortir de sa prison, d’avoir des avantages si simples et agréables dans la vie, tuer. C’était tout ce qu’elle avait appris, si on tuait, on avait de quoi se laver, des vêtements, des jouets, quelqu’un à qui parler. C’était si simple après tout, surtout lorsque l’on était doué pour cela. C’était peut-être pour cela que lire le contenu de sa future mission ne l’intéressait guère.

Le long silence qu’imposait Inja ne la dérangeait absolument pas, c’était presque comme si elle ne s’en était même pas rendue compte, elle qui était si seule. Bien entendu, elle avait maintenant sa mère adoptive, mais ce n’était pas pareil. Elle se sentait mise à l’écart, de côté de cet étrangement monde fantasmagorique dit du réel. Pourquoi s’en intéressé ? Défendre une grande cause ? Aider les gens qui souffrent ? Elle avait eu tout le loisir de le voir lorsque les forces de Kiri avaient « pacifiées » l’archipel, quel beau résultat ! Elle put regarder cet homme sans avoir l’impression de devoir se démettre une vertèbre, ce qui était du coup beau mieux lorsqu’il se mit à sa hauteur. C’était sans doute un moyen de réussir à capter son attention, à se rapprocher d’elle, mais même si elle ne bougeait pas tellement de sa pose presque catatonique d’une certaine manière, il avait réussi à avoir son attention alors que ses longs cheveux descendaient jusqu’au banc. Bien entendu l’homme semblait être fort, puissant au niveau du corps, mais cela ne lui faisait pas peur, elle qui pouvait atteindre bien plus aisément l’esprit de sa proie.

Datalia Madoka • « Tout n’est qu’une question de choix, pourquoi ne pourrait-on pas faire tout ce qu’il nous plait ? Le manque de force ? Le monde n’appartient qu’à ceux qui sont forts, imposer les choix aux autres, ce n’est pas comme cela que ça marche ? »


Demanda alors Madoka en baissant son regard sur son nounours abimé, comme si elle lui parlait. Elle s’amusait à le faire bouger entre ses mains se dandinant d’une patte à l’autre sur ses genoux relevés. Elle rehaussa son regard sur l’homme lorsqu’il parla de trouver ce qu’il plait à faire.

Datalia Madoka • « Tuer ? Est-ce que cela compte ? Je trouve ça amusant … Quand je tues, on me félicite, on me dit que c’est bien et j’ai des cadeaux. C’est ça la vie de ninja, tuer ou être tuer, et le vainqueur, on lui donne des cadeaux. Il devient un grand héros. Alors, c’est que cela doit être bien, hein ? »


Demanda alors Madoka avec une grande sincérité à cet homme, qui semblait savoir de quoi il parlait. Cela pouvait gravement donner froid dans le dos à entendre un discours pareil sur des lèvres si jeune, mais tout le monde ne vivait pas ce qu’elle avait vécu à son âge également. Lorsqu’Inja montra ses mains à l’adolescente un peu sous toutes les couleurs, elle posa son ourson sur le banc et du bout du doigt, elle toucha les cicatrices en nombre. Il était une évidence alors que cet homme avait vécu quelque chose de similaire. Ce n’était pas qu’elle était touchée par cette vision, de sentir une sorte de compassion à son égard, absolument pas, mais il pouvait comprendre. Elle défait alors un peu sa robe pour sortir un peu un de ses bras sans aucune gêne, vu ce qu’elle avait vécu ce n’était vraiment rien, afin de montrer toutes les cicatrices de toutes sortes qui parcouraient tout son corps. Elle pencha la tête sur l’autre côté afin de lire dans les yeux de cet homme une réaction.

Datalia Madoka • « La guerre ? Je ne sais pas trop … mais dans ma vie, je n’ai appris qu’à me battre, à tuer l’autre ou être tuer. C’est bien pour cela que Kiri après avoir réparer leurs propres erreurs m’a pris dans ses rangs. C’est parce que je sais tuer, non ? Parce que je suis douée pour ça … ça oui … des … prédispositions naturelles. Je crois que c’est quelque chose comme cela que le monsieur m’a décrit. »


Madoka papillonna des yeux doucement, apparemment, ne comprenant pas du tout où voulait en venir cet homme.

Datalia Madoka • « Une femme ? Je dois donc trouver également une femme ? L’envie d’avancer … pour aller où ? »


Posa alors la jeune fille la question, mais c’était sans doute pour elle-même également. Inja avait su pointer le doigt exactement où il fallait, mais sans doute que c’était dû à son passé. A la voix de cet homme, elle pouvait presque deviner qu’elle devait être morte. Quelqu’un d’important dans sa vie, non, elle ne pouvait décidemment pas comprendre.

Datalia Madoka • « Cela fait mal ? Tu te souviens encore de son visage ? De sa voix ? Je ne me rappelle plus vraiment de mes parents, comme s’il y avait un masque flou devant leur image, qui s’estompe petit à petit. »


Demanda alors Madoka sans hésiter à Inja, alors qu’elle reprenait son ourson entre ses mains, comme si elle avait un besoin de tenir quelque chose, même irréel. Lorsqu’Inja lui demanda si elle était bien Madoka, elle hocha la tête doucement encore recroquevillée sur le banc, jouant tranquillement avec son ourson.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Sam 16 Juin 2018 - 21:05

« Le Berserker déchu »



Face aux réponses et questions nouvellement posées par l'adolescente, Inja arbora un large sourire, légèrement émoustillé par le type de réaction dont il était le témoin. Il avait réellement l'impression de voir une enfant perdue et se comportait avec un instinct paternel qu'il s'était caché depuis des années, ayant préféré dissimuler les compétences de possible père fabuleux qu'il aurait été si sa fiancée était encore vivante aujourd'hui. Mais alors qu'il aurait préférer garder ces souvenirs de côté, bien enfouis au fin fond de son esprit, la jeune genin les fit émerger par une simple série de questions, stipulant qu'il était aujourd'hui impossible pour elle de se souvenir du visage de ses propres parents, floutés par une mémoire vacillante, perdant de sa flamme au fil du temps.

Le sourire du berserker qui transmettait alors l'espoir et la chaleur d'un bonheur certain à contempler une fille innocente posant des simples questions liées à sa pureté d'âme, vira de ton pour s'aventurer vers une palette d'émotions corporelles valsant entre le chagrin et l'amertume.

"Je me souviens de son visage oui. Bien que mes souvenirs l'idéalises sans aucun doute depuis plusieurs dizaines d'années. Mais ce ne sont que des bribes de mémoires, des flashs de son visage et de son corps. Je ne peux plus l'imaginer me parler autrement qu'en rêve."



Restant stoïque alors qu'une voix familière se fit entendre derrière lui, Inja continua se prépara à enchâiner, préférant ignorer le paysan qui attendait depuis maintenant presque une demi-heure, alors que celui-ci venait de le reconnaître de dos, impatient de se faire escorter.

"Ecoute... Le tout n'est pas de tuer. Mais de posséder un but, quelque chose qui te motive à donner du meilleur de toi-même pour l'atteindre. Et c'est en suivant une voie que tu te rendras compte de l'utilité de tuer... ou de son inutilité... Nous sommes des shinobis, un très petit pourcentage des habitants de ce monde ont déjà tué un jour, et pourtant, ils arrivent à vivre et même à être heureux."



Alors qu'il finit sa phrase, le berserker prit appuie sur son second genoux pour se relever lentement au même moment où il pouvait discerner les pas du paysan qu'il s'agissait d'escorter depuis l'heure du rendez-vous. Inja tourna la tête à 45 degrés alors que se yeux tentaient de regarder au mieux derrière lui, sans vraiment nettement voir ce qu'il s'y passait, pour utiliser une voix encore davantage grave pour s'adresser à l'impatient.

"Prends donc une nuit à l'auberge en mon nom, on t'escortera demain, vieille homme. un imprévu d'ordre... vital."



Ne demandant pas son reste, le paysan souffla bruyamment avant de s'en aller retourner à ses occupations. Que pouvait-il dire à ça ? Lui-même qui avait été payé pour se faire escorter et donner un sens à cette mission test.

Se re-focalisant sur Madoka, le gladiateur arbora de nouveau un sourire, le même emplit d'espoir qu'il avait quelques minutes plus tôt, alors qu'il tendait la main à la jeune adolescente pour l'aider à se relever, sans même savoir si celle-ci l'utiliserait.

"Tu n'as pas de but Madoka ? Rien dans la vie qui te motive à être ici ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Lun 18 Juin 2018 - 18:32
Madoka ne se rendait pas tellement compte qu'elle était capable de creuser sa propre tombe en parlant si ouvertement avec cet homme inconnu, mais elle était comme cela, l'adolescente n'était pas du genre à calculer quoi que ce soit. Elle ne se sentait pas en danger avec ce jonin, contrairement à ceux de la sécurité de Kiri. Le large sourire de cet homme la rassurait d'une certaine manière, et sans doute qu'il avait un effet paternel sur la blanchette, élément ayant totalement disparu de sa vie depuis bien longtemps. Elle n'agissait certainement pas comme les autres jeunes filles de son âge, bien au contraire. La vie l'avait envoyée de force vers une maturité violente, qui avait sans doute causée tous ces désagréments. Était-ce pardonnable ? Enviable ? Inquiétant ? Sans doute que peu de personnes étaient capables de juger de cela, mais quelque chose me dit que cet homme balafré en connaissait un rayon. Madoka acceptait cet homme dans la distance morale et sociale qu'il avait pris sur adolescente. Il était sans doute difficile de dire quelle limite allait-elle mettre, il fallait avoir beaucoup de psychologie.

La kirijin n'avait pas de limite sociale ou morale, elle ne savait pas tellement ce qui pouvait faire mal ou cela lui passait au-dessus de la tête. Après, elle avait appris à ne pas pleurer ou se désespérer d'une situation. Ce n'était pas comme cela qu'elle se résolvait ou qui permettait la survie. Ce fut ainsi qu'elle toucha là où cela faisait mal, mais elle avait également perdu des personnes précieuses et cet homme était un adulte, alors il devait déjà avoir accepté la situation. Elle avait été si jeune lorsqu'elle avait perdu les seuls repères d'une jeune enfant, qu'elle avait nécessairement basculés vers d'autres, même si ceux-ci étaient chimériques. Alors que le visage de l'adolescente était morne, pas forcément très aimable, elle pouvait observer celui du berserker souriant et chaleureux bien au contraire. Cela lui faisait eu bien d'une certaine manière, même si elle n'en disait rien. Son âme était-elle si pure que cela ? Peut-être bien, sinon elle ne poserait pas ces questions là après tout. Elle réussissait à être si ouverte, car elle sentait que cet homme lui était proche malgré la différence d'années. Elle n'en avait rien montré, mais elle était capable d'une violence sans nom.

Datalia Madoka • « Vous en avez de la chance, peut-être que j'imagine des parents comme quelque chose de merveilleux, mais je ne ressents pas de manque. Je me débrouille sans depuis longtemps. Je ne pense même pas être jalouse d'autres enfants. »


Madoka posa son menton contre ses genoux en fixant le sol.

Datalia Madoka • « J'aime bien rêver, on ne sait jamais ce qui va arriver, c'est étrange, mais au fond, on sait parfaitement où cela veut y venir. On peut voir quelqu'un flou, mais on sait que c'est lui... Ou elle. »


Dit alors Madoka en relevant doucement son regard vers l'homme, lorsqu'elle disait cela. Elle ignora complètement le paysan qui ne souhaitait que finir sa journée, elle s'en fichait complètement. Elle n'était même pas au courant des tenants et aboutissants de cette mission. Lorsqu’Inja parla de l'importance d'avoir un but dans la vie, l'adolescente ne pouvait comprendre. Elle s'était laissé vivre depuis le début de sa courte existence. Elle ne s'était jamais posée la question, on lui donnait des ordres, elle les suivait ou encore elle se faisait plaisir en réaction à chaque stimulus qui croisait sa route.

Datalia Madoka • « Pourtant c'est amusant, enfin je crois, je pense ? Hmmm... En fin de compte... Je ne sais pas trop... »


Dit alors un peu perdue la jeune fille à cet homme en livrant ses pensées un peu comme elles arrivaient.

Datalia Madoka • « Être plus forte offre la liberté, les faibles sont dominés ou meurent, les forts ont le loisir de pouvoir choisir. J’ai tellement tué dans les arènes de combat, que je ne me rappelle plus de tous. Je me demande si c’est grave ou mal … »


Demanda alors Madoka en regardant ses mains, un peu comme si elle pouvait voir le flot de sang que sa peau douce avait pu être souillé. Elle les admirait en les tournants à droite à gauche, d’un côté à l’autre. Elle le voyait vraiment, mais cela ne lui faisait guère peur. Au final, elle était contente et entrainée par l’excitation de la chasse, du combat, mais lorsque c’était finit, ce n’était plus du tout amusant. Une sorte de perversité animale morbide, du fort face au faible, du prédateur et de la proie. Toujours assise sur son banc, elle se pencha doucement pour se découvrir au paysan, et elle lui fit un petit coucou avec un sourire tendre, comme l’aurait sans doute fait une petite fille. Ce n’était guère très important à ses yeux au final. Elle regarda alors la main tendue de cet homme pendant de longues secondes, hésitante. L’adolescente ne savait pas tellement comment elle devrait réagir, mais quelque part, elle avait confiance en lui. Elle accepta alors de tendre sa petite main frêle dans celle massive du combattant. Elle se releva alors lentement en laissant tomber son ourson qui se dématérialisa en traversant tel un mirage le banc. Elle n’avait pas tellement eu le loisir d’avoir des jouets enfermée dans une arène de combat tenue par des malfrats.

Datalia Madoka • « Non pas vraiment … moi je suis ici, car après que Kiri ait tué tout le monde dans l’arène de combat, et bien ils m’ont dit que je servirais à quelque chose ici. Même l’argent des mission, m’en fiche un peu, j’ai pas grand-chose à en faire au final. »


Répondit alors Madoka en haussant les épaules.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Lun 18 Juin 2018 - 22:24

« Le Berserker déchu »



Alors que Madoka acceptait son invitation à se relever, s'aidant de sa main pour prendre une petite poussée et s'élever sur ses deux jambes, Inja continuait d'arborer un sourire nourrit par des émotions à l'instinct paternel. Le petit ourson serré un peu plus tôt entre les mains de la jeune fille s'effondra au sol en disparaissant dans un nuage de poussière lumineux... Une simple illusion. Plus aucun doute maintenant, l'adolescente perdue était bien la shinobi qu'il attendait, seulement, rien ne la motivait à faire les missions auxquelles elle était conviée. Sa raison d'être ici ? Un passé difficile et un croisement de chemins inéluctables qui l'ont amené à atterrir là où ses compétences pouvaient être les plus prisées : La vie de shinobi. Idéale pour utiliser une enfant talentueuse... Mais à quel prix ? Comment juger des événements lorsqu'on ne connait pas toute l'histoire, rien vraiment du contexte et qu'on peut seulement supposer le bon ou le mauvais de chaque action connue, les unes entrecoupées chronologiquement des autres. Puis ces mots... l'arène de combat... si innocents et terribles sortit machinalement de la bouche d'une gamine, car oui, Madoka était réellement une gamine perdue dans un monde de grand, comme si elle n'avait jamais réussie à grandir. Et ces paroles, cette pureté d'âme. Elle ne comprenait rien à sa propre vie, mais elle était là et vivait comme bon lui semblait, un peu happée par des tâches ennuyantes, mais néanmoins obligatoires.

De nouvelles question arrivaient au cervau du berserker, intrigué par ses dernières révélations sur la présumée raison de son engagement au village caché de la Brume.

"Tu as été amenée ici ? Par qui ? Des ninjas du village ?"



Laissant un instant de pause pour que la jeune fille puisse répondre, Inja soupira en regardant la foule autour d'eux, tous pressés par le temps, stressés par les timings et les tâches quotidiennes à exécuter. C'était vrai, ce monde n'avait rien de vraiment joyeux pour une enfant, bien qu'il réside encore assez de belles choses pour réussir à se bâtir une enfance complète... Chose qui ferait du bien à un bon nombre d'adultes sur cette terre. Un peu de relâchement... Le même laisser-aller qu'un enfant innocent peut ressentir sans même en avoir conscience ni se rendre compte de sa chance inouïe... et éphémère.

"Tu es une enfant shinobi Madoka... Tu peux très bien refuser des mission tu le sais ? Tout ça, c'est seulement pour avoir assez d'argent pour survivre. Et c'est sûrement parce que tu ne dis jamais non qu'on te met autant de choses ennuyantes. Même si je peux admettre que même si tu choisis ou non les faire, ça ne changera pas le caractère pompeux de la chose."



Essayant non pas de rassurer, mais bien de trouver les mots justes pour redorer la motivation de la genin, Inja tentait de son mieux de réfléchir par la même occasion à des possibilités de réinsertion pour elle qui n'était visiblement pas attiré par les missions au sein du village. Néanmoins, plus il y pensait, plus il se faisait la réflexion que ses compétences ne seraient pas suffisantes à changer de voie et que si elle avait été recruté, elle, une enfant venue d'une arène, c'était véritablement qu'elle possédait un don au combat qu'il n'était pas possible de laisser endormi. Et puis, si jamais elle aimait ça, d'utiliser ses compétences hors-normes pour son âge... Pourquoi lui en priver. Non, définitivement, ce qui lui fallait était de se trouver.

"La vie n'est pas que remplie d'obligations. Tu es encore jeune, tu as le choix de ce que tu veux faire. Ca ne te plaît pas les missions avec les autres ninjas ? Il n'y a pas autre chose dans la vie qui t'amuse davantage ?"



Tandis qu'ils parlaient, Inja amenait peu à peu la jeune fille avec lui s'aventurer dans les rayons du marché pour profiter de l'endroit pour, pourquoi pas, trouver quelque chose qui amuserait la fillette ou, dans le pire des cas, lui acheter une friandise qui pourrait lui plaîre. Si elle vivait encore comme une enfant, avait-elle encore des envies d'enfant ? Ou était-elle bloquée dans un entre-deux biaisé ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Mar 19 Juin 2018 - 19:19
Inja était peut-être la première personne à sourire en la regardant pas comme un danger potentiel ou une furie doublée d'une folle. Cela changeait drastiquement sa manière de réagir et de parler de la jeune fille. Avait-elle besoin d'une figure paternelle non déviante ? Peut-être bien. En tout cas, elle n'avait plus besoin de son ourson, et cela ne l'a dérangeait pas tellement de montrer ses capacités en illusion, peu importe. S'il était un jonin, cela devait être marqué sur sa fiche si les autorités du village faisaient leur travail. Elle utilisait ses techniques d'illusion naturellement lorsque cela l'amusait principalement, c'était dire comme elle avait l'habitude de tromper ses ennemis avec peu de choses. La vie réelle était bien trop triste et sans intérêt pour qu'elle s'en occupe, alors à quoi bon se déranger pour des faits stupides et ennuyeux, lorsqu'elle pouvait en vivre de nombreux autres bien plus distrayant ?

Datalia Madoka • « Mon arrivée dans ce village ? Hoooo... C'est une longue histoire, qui commença lorsque les forces de Kiri se lança dans l'idée comme ils l'ont appelés de pacifier l'archipel. En gros, ils désiraient la contrôler à la place des bandes de voleurs et d'assassins. J'imagine que cela partait d'une bonne idée, mais le fait d'acculer, de presser dans la violence à pousser ces bandes toujours plus loin, à tenter des folies pour survivre, mais comment être étonné que des tueurs ont des méthodes brutales d'assassins ? »




Demanda alors Madoka un regardant un bref instant, avant de poursuivre sans laisser le temps de répondre.

Datalia Madoka • « C'est pour cela qu'un jour, le village où je vivais fut attaqué par une alliance de bandes désespérés. Ce fut un véritable massacre, des morts partout. Ils tuaient la plupart des hommes, mais ils gardaient les femmes et les enfants. Je... Je crois que mes parents sont morts, mais c'est étrange tout de même, à force d'y avoir penser, je ne ressens plus les mêmes choses, comme si c'était arrivé à quelqu'un d'autre... »




Dit comme réflexion alors l'adolescente en regardant en l'air, laissant le temps d'intervenir en continuant son récit, qui était plqu complet qu'à son arrivée.

Datalia Madoka • « Bien sûr, c'était ces vauriens les coupables, mais c'est bien à cause de Kiri au final tout ça ! Ensuite... Alors que j'étais toute petite, j'ai été vendue à une arène de combats, ils me gardaient tôt le temps dans une prison, seule, mes seules sorties étaient pour les combats. Au début, je ne savais pas trop quoi faire, j'hésitais. On m'avait rien dit après tout à part de tuer l'autre. Cependant, les cris hystériques de la foule me firent rapidement comprendre que j'allais mourir si je ne faisais rien, je n'avais pas le choix. La foule amassée autour de l’arène semblait vraiment apprécié le moment, alors on nous donna des surins de fortunes en métal. Je me rappelle encore parfaitement le visage de mes premières victimes. A chaque fois que je gagnais, j’avais des avantages, à manger, de meilleurs conditions. Alors je m’entraina fortement pour développer mes talents pour tuer, et je pense que je devais être assez douée dans mon domaine. »




Dit alors Madoka avec un sourire béat pour cette période que l’on pouvait voir comme sombre et terrible, mais au final, dans sa façon de voir les choses, c’était une période agréable au final.

Datalia Madoka • « Je ne saurais dire combien de temps cela à durer, mais un jour, les … « grand héros » de Kiri découvrirent l’arène. Ils l’assaillir et ils tuèrent la plupart des malandrins. Les prisonniers durent alors acclamer les grands héros. D’ailleurs, on m’a dit que je devais être heureuse d’être enfin délivrer de ce grand malheur, alors je souris comme on me l’ordonna, même si au final, je ne voyais pas tellement. Ces guerriers ne faisaient que réparer leurs tords, et comme d’habitude, ils partirent peu après pour d’autres aventures, mais … ils ne pensèrent pas du tout à ceux derrière eux. Ca … ils s’en fichaient pas mal, ce n’était pas pour cela qu’ils allaient mal dormir. Des tas d’enfants ou d’autres prisonniers n’avaient pas été libres depuis des années. Ils n’avaient plus rien du tout, où pouvaient-ils aller ? Que pouvaient-ils faire ? Revenir la bouche en cœur dans la …. « Société » ? J’imagine que bon nombre ont recherché le même genre de structures, enfin je n’en sais rien, car moi, j’en avais de la chance. Moi, et les autres combattants, on fut testé par les instances de Kiri. Ils virent rapidement mon « grand potentiel » comme ils disaient. Ça devait être rudement bien, car on me dit encore que j’avais beaucoup de chances, que j’allais être heureuse, le village de Kiri allait prendre sur eux de m’éduquer, de m’apprendre un métier, que j’allais pouvoir être utile pour les autres, enfin ce genre de trucs. »




Finit par dire en haussant les épaules, comme pour signifier qu’elle ne semblait pas être totalement d’accord avec tout cela. Elle regarda alors Inja un bref instant avant de poursuivre son récit. Cela lui faisait du bien de parler de tout cela, un tel bien. C’était comme si elle relâchait une grande pression, des ressentiments qu’elle ne pouvait dire à des gens à une vie plus calme, trop calme, bien trop paisible et agréable. Comment auraient-ils pu comprendre sa souffrance ? Cette impression de ne pas appartenir au même monde ? Elle se sentait si seule dans un monde où tout le monde lui disait d’être heureuse, comme un ordre, comme une obligation. Alors d’accord, elle allait être heureuse, mais à sa manière.

Datalia Madoka • « Alors, je fus collée dans un orphelinat avec d’autres enfants perdus et abandonnés, où les adultes ne faisaient que m’embêter, alors je me suis beaucoup enfui, mais pour aller où de toute manière ? Je n’ai nul part où aller. Alors je revenais après quelques jours, comme une habitude. On me donna une immeeeeeeense chance ! Aller dans l’académie de ninja de Kiri ! Je crois que je ne me suis jamais autant ennuyée de toute ma vie. Je voyais des enfants plus ou moins de mon âge complètement idiot. Ils ne savaient rien faire de leurs dix doigts. Je n’ai alors pas eu de mal à avoir mon diplôme, c’est peu dire. Encore on me dit que j’avais un grand avenir, un grand potentiel, que je devais suivre les ordres, enfin le code ninja quoi. »




Madoka semblait raconter sa terrible vie comme si elle contait les aventures de la dernière héroïne venant d’un film qu’elle avait vu, pourtant c’était bien la sienne. Bien des mots, des sentiments n’avaient plus du tout la même valeur. La souffrance, la mort, la tristesse, tout cela était devenu assez puéril à ses yeux, des détails, des informations comme les autres. C’était une assez longue réponse, mais ses mots sortaient sans aucun filtre, comme le ferait une enfant en bas âge, comme si elle n’avait jamais évolué depuis sa capture.

Datalia Madoka • « Une femme vint un jour et voulut prendre soin de moi, cela fonctionna un moment, mais je ne la vois plus tellement. J’ai eu également un chef d’équipe, il semblait bien m’utiliser, mais il est parti quand le barbu et la glace sont venus. Maintenant, ma cheffe d’équipe est une jeune femme rouquine, elle est plus sympa que le premier, mais elle m’utilise aussi, mais c’est sans doute la même chose pour moi ? Hmmm … je ne sais pas trop au final, mais peu importe, je dois être heureuse de ma chouette vie, hein ? »




Les mots dans une bouche si jeune paraissaient totalement disproportionnés, comme si on lui avait demandé des choses, qui n’étaient pas de son âge. Elle devait grandir rapidement, on attendait peut-être des choses de son côté, mais elle refusait ce monde et il lui rendait plutôt bien. Le peuple qui évoluait autour d’elle n’avait aucune importance, elle ne voyait même pas la foule qui bourdonnait partout autour de cet homme qui la tenait par la main.

Datalia Madoka • « Je n’ai jamais eu l’impression de pouvoir refuser une mission. Dans le code ninja, un ninja doit toujours réussir sa mission, quoi qu’il en coute. Il ne doit pas pleurer, il ne doit pas se plaindre. Un ninja est une arme pour son village. »




Enuméra alors Madoka quelques règles du code ninja qui lui passaient par la tête. Au final, on pouvait penser que son insertion dans la société n’avait jamais eu encore vraiment lieu. On ne lui avait jamais rien demandé, elle n’avait que suivi un chemin tout tracé. Elle était douée dans ce qu’elle faisait, malgré son âge, elle pouvait sans doute vaincre nombre d’adversaires, mais sans doute était-il difficile de l’imaginer ainsi à la voir.

Datalia Madoka • « Votre monde réel, enfin c’est comme ça qu’il s’appelle, il est vraiment trop nul, mais je crois que pas grand monde peut voir tous les autres. »




Madoka haussa les épaules légèrement.

Datalia Madoka • « D’autres choses qui m’amuse ? Je … je ne sais pas trop au final …. J’en sais rien … »




La blanchette observait alors les étals du marché d’un œil presque absent gardant cette main ferme dans la sienne. C’était agréable, rassurant. Elle s’était livrée comme jamais, avait-elle eu tort ? Elle allait vite le savoir si elle pouvait faire confiance en cet homme, ou si elle avait été une nouvelle fois manipulée, utilisée. Sur certains points, elle était parfaitement consciente de beaucoup de choses. Est-ce que sa folie apparente était réelle ? Un jeu ? Encore quelque chose d’autres ? Madoka ne le savait pas elle-même. Comme tous les enfants, et surtout en voyant son corps très maigre, elle semblait aimer les friandises qu’elle pouvait voir dans le marché, mais elle ne demanda rien du tout. Elle était simplement contente de se promener avec cet homme.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 19 Juin 2018 - 22:27

« Le Berserker déchu »



Inja écoutait attentivement le récit de la jeune adolescente, ses pensées se perdant à imaginer des myriades de formes et couleurs valsant pour former des scènes d'horreurs et de chagrin. Une esquisse... Mélange de ses propres souvenirs lointains, ses désillusions passées et les paroles inspiratrices de Madoka. La période du grand banditisme Mizujin... Comment rester indifférent face à cette période qui avait marquée les trente dernières années du berserker. Lui, un gladiateur brillant voué à devenir le futur Chef de son clan et marié à la plus belle femme du monde, sa moitié idéale, la véritable, ça ne pouvait être qu'elle... Et pourtant... Les bandits arrivés sur l'île d'Asosan s'en moquaient de ça... Ils n'en savaient rien même et voulait simplement la richesse et la gloire. Le massacre du village proche du campement gladiateur, celui durant lequel Inja avait perdue sa fiancée, avait été le moteur de ses motivations futures, plutôt passées par rapport au présent. La vengeance était tout ce qu'il recherchait, quitte à tout abandonner de sa vie pour partir écumer le continent à la recherche des criminels... Une seule idée en tête : Faire payer tous ceux qui avaient embrassé le chemin de la facilité, la criminalité.

Tenant la main de Madoka en laissant le plus de place possible entre ses doigts pour éviter d'appuyer trop fort sur ses petites phalanges, Inja était heureux, le chagrin laissait sa place à une sensation de réchauffement au fond de son estomac, le bien-être... Il arrivait à sentir sa propre respiration et l'apprécier... Il était apaisé.

"Plus besoin de réfléchir. Tu es ici maintenant et visiblement... Tu n'as aucune idée de ce que tu voudrais faire... Peut-être est-ce parce que tu fais déjà ce qui te convient le mieux et n'a même pas besoin d'envisager une autre voie... Après tout, tu sembles douée, profites-en. Mais, s'il te plaît, commence à donner ton avis sur les missions qu'on te donne... Je suis presque sûr que tu peux t'amuser dans certaines d'entre-elles... Ou alors, choisis les coéquipiers. C'est primordial pour passer écourter le temps de la tâche."



Pris d'une véritable envie d'offrir une friandise à sa compagne de marche, Inja balaya du regard les divers stands à la recherche de quelque chose d'à la fois agréable à manger pour une enfant, mais pas trop enfantin pour ne pas faire d'erreur dans le cas où elle n'aime pas les friandises. Le plus simple... Se prendre des pommes sucrée, "pommes d'amour" comme ils l'appellent dans certaines contrées, bien que le berserker n'ait jamais vraiment compris la raison d'une telle appellation.

S'arrêtant un court instant devant le marchand qui arborait un chapeau pointu de fête pour enfants, ainsi qu'un large sourire encourageant, Inja finit rapidement la transaction, saisissant de lui-même les pommes en un geste après avoir jeté délicatement une des pièces sur le comptoir du stand. Approchant les deux friandises au niveau de la taille de Madoka, le berserker reprit de plus belle. Il y avait eu un long moment de silence depuis leurs dernières paroles, assez pour les laisser tous les deux profiter du temps ensoleillé, peu agressif, celui d'une matinée douce, annonciatrice d'une belle journée. Dans son enfance, Inja adorait ce genre de températures parfaites pour aller jouer dehors, du moins combattre avec des armes en bois comme ils le faisaient chez les gladiateurs... Un autre exemple de coutumes guerrières.

"C'est pour toi. Si tu n'aimes pas, tu peux la jeter, ne t'empoisonnes pas, il ne faut jamais se forcer à manger quelque chose, c'est le meilleur moyen de tomber malade."



Après l'instant de pause, la conversation avait déviée, du moins, elle s'était apaisée, Inja arborait toujours une expression incomplète, mais qui laissait tout de même paraître une certaine humeur joyeuse. Ses airs de barbares dénotaient, mais il n'était pas possible de tromper l'ensemble du commun des mortels, il s'était véritablement égayé, animé par une flamme paternelle... éphémère... Il le savait. Néanmoins le berserker s'était fait une idée : Il était devenu un ange gardien. Personne ne toucherait plus jamais à Madoka comme elle a pu le subir durant ses années difficiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Mer 20 Juin 2018 - 18:11

L'adolescente ne pensait pas que son passé pouvait être si parlant pour Inja, qui était restée muet sur le sien, mais il était sans doute vraiment touché, sinon il ne réagirait pas comme maintenant sans doute. La blanchette n'avait pas su utiliser ses malheurs passés comme catalyseur de motivation, peut-être car elle n'avait pas eu les clés pour comprendre. Ce n'était vraiment pas très facile pour elle, tant de malheurs, peu de préparation, mais pouvait-on être préparé un jour à tout cela ? Sans doute que cela marquait tout de même l'âme à jamais telle une encre indélébile. Même se venger ne l'intéressait pas tellement, et se venger contre qui ? La bande de voleur ? Ceux qui dirigeaient l'arène de combat ? Les forces de Kiri ? Pour les premières, les grands héros lui avaient déjà volée ce droit, pour les derniers... Cela restait à débattre. Elle n'avait pas encore choisi de chemin irrémédiable, elle était comme à un moment charnière entre l'ombre et la lumière. Le problème était simplement que la plupart ne faisait que l'utiliser comme un pion, comme l'avaient fait les voleurs ou les gestionnaires de l'arène, alors comment vouliez-vous que Madoka fasse la différence ?



Cela pouvait bien paraître horrible, sans doté que beaucoup seraient horrifiés en apprenant cela, d'autres diraient qu'elle ne méritait qu'une geôle sombre et y perdre la clé, mais est-ce que cela l'aiderait vraiment ? Sa mère adoptive était très gentille, compréhensive, mais elle essayait de faire disparaître les mauvaises habitudes, les illusions que se projetaient la blanchette plutôt que de comprendre d'où cela pouvait provenir. Évidemment, sa disparition soudaine de sa vie n'aidait pas, mais Madoka acceptait ce fait et elle avançait. Ce n'était qu'une énième déception que ne la touchait plus vraiment. Il était évident qu'à observer le corps de la jeune fille, elle n'était pas faite pour le corps à corps, sans doute pour cela qu'elle avait développé d'autres capacités. Elle hocha la tête doucement lorsqu'Inja lui dit qu'elle ne savait pas tellement ce qu'elle voulait faire, c'était vrai au final. Elle n'avait jamais eu le sentiment de pouvoir choisir quoi que ce soit.



Datalia Madoka • « Peut-être bien que je devrais continuer à faire ce que je fais tant que cela ne me déplaît pas, suivre son cœur... Hein ? »




Demanda poliment d'une voix douce, plus enfantine que totalement détachée de cette vie dit réelle.



Datalia Madoka • « Faudrait peut-être que je commences à lire ce que je dois faire avant de venir alors... D'ailleurs, on doit faire quoi dans la nôtre ? Si on est que deux, cela doit être une simple ? Hein ? »




Glissa alors l'adolescence un peu gênée pour une fois.



Datalia Madoka • « Choisir mes coéquipiers ? Ho hmmm... Il n'y en a pas beaucoup qui sortent du lot, mais j'aime bien Black Mamba, même si on n'a jamais fait de mission ensemble. Eyana je la déteste ! Elle m'a tapé et elle m'a fait enfermé. J'ai dû m'expliquer face à des gens ! »




Finit par dire vraiment énervée sur la fin Madoka, qui ne la portait pas dans le cœur, elle ne s'en cachait pas. C'était en rapport immédiat avec la mission actuelle après tout, même si elle n'était pas vraiment au courant de ce détail. Son regard s'illumina alors directement alors qu'Inja lui offrir une pomme d'amour. Elle afficha un visage avec de grands yeux ronds en prenant le petit morceau de bois observant avide. Étrangement, elle n'osait pas trop y toucher, alors que son ventre grognait fortement. Elle était une gourmande, et manger des friandises après avoir été tant privé ne faisait qu'en augmenter le plaisir. Elle ne put alors se retenir en mordant dedans lorsque tout deux continuèrent alors à marcher sous un soleil agréable. Il faisait vraiment trop beau pour travailler comme disait l'adage.



Datalia Madoka • « Ho si alors ! C'est trop bon ! Mer... Hmmm.... Hihihihi ! »




Par une habitude venant du fond des âges pour la jeune fille, elle allait le remercier, mais elle s'arrêta avant comme si elle en était incapable, ou peut-être que c'était un moyen de montrer une faiblesse. Quoi qu'il en soit, elle souriait largement en croquant une nouvelle fois dans la pomme d'amour.



Datalia Madoka • « Pour la bouffe, je suis assez ouverte ! »




Précisa alors Madoka, si le besoin se faisait sentir, même si elle mangeait avec appétit comme si elle n'avait pas mangé depuis des jours. Elle se sentait plutôt bien avec cet homme, son apparence de guerrier n'était pas pour la déranger, bien au contraire. Elle avait l'impression que ce Inja comprenait lorsqu'elle parlait de tout ce qui lui passait par la tête et c'était bien la première fois. Elle acceptait très bien sa présence à ses côtés, sans aucune hésitation.



Datalia Madoka • « Vous avez des élèves réguliers ? Vous êtes un officier après tout... Ils en ont la chance... »









_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 20 Juin 2018 - 23:22

« Le Berserker déchu »



Inja appréciait grandement de voir Madoka dans cette attitude, celle d'une petite fille heureuse de pouvoir goûter une friandise gentiment offerte. Il semblait avoir touché dans le mille, la jeune fille aimait réellement ça et ne s'en cachait à aucun moment. Tout deux continuaient à marcher au beau milieu du marché qui se faisait de moins en moins bruyant à mesure du temps, ils arrivaient au bout de celui-ci, leur conversation ayant un effet accéléré sur le temps pour le duo.

Néanmoins, en y réfléchissant, le berserker ne pouvait pas rester sans répondre aux dernières interrogations de la fillette. Si elle devait suivre son coeur ? Bien évidemment, c'est ce que tout le monde devrait faire, à commencer par lui-même, ce qu'il aurait dû faire quand il était jeune pour se ressaisir et éviter de perdre autant d'années enfermé dans un rôle de vengeur anonyme...

"Je pense oui que tu devrais commencer à t'intéresser aux ordres de mission qu'on t'envoie, histoire de t'en faire une idée et de savoir si ça va te plaire... Aujourd'hui, on avait une mission d'escorte, celle du paysan grincheux de tout à l'heure. Mais ne t'en fait pas, tu vas pouvoir rentrer chez toi, je m'en occuperai demain et t'enverrai ta part de la récompense. On a pas besoin d'être deux pour faire ça, c'est absurde."



Plus que tout, Inja savait que la mission était un test pour la jeune fille et s'il aurait du mal à se débrouiller pour expliquer pourquoi la jeune fille n'est pas là aux autres ninjas missionnés, il s'occuperait de rédiger un rapport indiquant la parfaite santé de Madoka. Elle ne l'était visiblement pas, en bonne santé, mais il redoutait grandement que les autorités supérieures décident de la suspendre de son travail ou de l'envoyer voir des spécialistes qui ne comprendraient pas son cas. Non, il fallait la laisser vivre et ne pas l'embêter... L'adolescente avait besoin de compassion, pas d'une discipline militaire, encore moins celle des Hyôsa.

Se reconcentrant sur la toute dernière question, Inja sourit de nouveau, essayant d'être le plus sincère possible avec sa compagne de marche.

"Je suis arrivé il y a quelques mois seulement, si je suis jônin, c'est avant-tout parce que je sais me battre. J'ai encore des preuves à faire au village et je n'ai pas encore d'élèves."



Comment faire une analyse plus poussée que celle-ci, Inja avait accédé à son garde au sein du village lord de son arrivée, à l'élection d'Hakyô Hyôsa. Le clan arrivant ayant jugé bon d'utiliser ses capacités et son expérience pour essayer de dresser la jeunesse kirijin, sans même se rendre compte que le berserker ne suivrait pas les petites combines malsaines des hauts gradés. Il a été un guerrier sanglant durant des années, aujourd'hui... Il est à la retraite et pense... Il pense beaucoup dans l'espoir de se former l'esprit le plus aiguisé du monde... Celui d'un grand sage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Jeu 21 Juin 2018 - 17:57

Madoka avait retrouvé naturellement son attitude d'enfant en présence d'un homme ayant une aura et une présence de père digne de ce nom. Cela ne lui serait pas venu de la part d'une autre personne, c'était sans doute pour cela qu'elle ne s'était pas ouverte si aisément. La blanchette n'était pas du genre à se cacher de quoi que ce soit, elle parlait bien souvent très ouvertement, certains diraient trop, et sans filtre. Ce n'était pas le genre de personnes à qui confier un secret. Elle poussa un léger gémissement d'insatisfaction lorsqu'elle entendit Inja lui dire qu'elle devrait lire les ordres de mission. Elle imaginait le nombre très limité de missions pouvant vraiment l'amuser. Elle croisa les bras derrière sa tête avant de répondre.



Datalia Madoka • « Une escorte d'un paysan ? Cela devient de plus en plus navrant. Comment ce type a réussi à se payer une escorte militaire pfff... On peut la faire hein... On pourrait presque dormir sur le chariot, c'est pas comme si quelqu'un allait attaquer un type pareil... Un amateur de foin peut-être ? »




Dit alors en éclatant de rire, très ouvertement sans se cacher ou se limiter d'aucune manière. Après, elle n'allait pas insister plus que cela pour faire une mission ou vaquer à ses occupations. Madoka glissa ses mains de l'arrière de sa tête sur ses yeux, ce n'était pas comme si elle avait un chez soi agréable à aller, mais elle pourrait bien trouver de quoi s'occuper en ville. Elle ne réagit pas non plus à la récompense, elle n'y avait même pas pensé au final, car elle n'utilisait presque pas ou prou son argent. Elle vivait très simplement et elle se débrouillait comme une survivante pour le reste. Elle avait eu un geste énorme de se proposer tout de même pour faire la mission, uniquement car elle avait une bonne sensation chez cet homme. Comme l'appelait Yui, sa petite barre d'uranium, la jeune fille était instable, même s'il y avait de bonnes raisons, mais jusqu'à maintenant, il y avait plus davantage que d'inconvénient. Les personnes que l'adolescente n'aimait pas passaient rapidement un sale quart d'heure, elle ne s'en cachait pas, que la personne soit importante ou non.



Datalia Madoka • « Ha oui je vois, nouveau en ville, enfin, je ne m'intéresse pas tellement à ce qu'il se passe à droite ou à gauche généralement. Même la panique sur une possible baguarre avec d'autres... Ben... On verra bien hein.... »




Répondit alors Madoka, à peine au courante de la situation, en dehors du monde réel d'une manière totalement consciente. Même la présence d'un nouveau Mizukage ne changeait rien à sa vie pour le moment.



Datalia Madoka • « Jonin hein... Encore la force, c'est bien ce que je disais alors. Quand on est fort, on décide, quand est faible on obéit. Cela prouve également que je suis encore faible... »




L'adolescente se fichait pas mal de donner des ordres, c'était une évidence. Les titres ou les médailles ne changeaient rien sur le terrain, alors ils étaient inutiles également. Elle n'avait pas d'ego à flatter. Le désir des autorités avait sans doute été qu'Inja cherche à utiliser sa discipline militaire sur la jeune fille pour la catalyser, pour le moment, c'était bien le cas, mais pour une toute autre raison.



Datalia Madoka • « Généralement, les chefs optiennent rapidement des élèves, apparemment c'est efficace les équipes fixes. On connaît mieux avec ceux que l'on côtoie. Alors ils vont sûrement vous en proposer. »




Madoka se pencha et regarda par dessous le berserker.



Datalia Madoka • « Ça vous intéresse tant que cela d'être apprécié par les autorités ? De... Faire vos preuves ? »

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Sam 23 Juin 2018 - 23:06

« Le Berserker déchu »



L'esprit continuellement bercé par la jeune fille, Inja écoutait sans vraiment répondre, considérant la plupart de ses questions comme des constats et questionnements rhétoriques plutôt que de véritables interrogations en manque de réponses. Néanmoins, Madoka savait, malgré le mal qui l'atteint, user de mots impactant et justes, des questions qui pouvaient révéler une certaine part de maturité en elle, celle-ci camouflée par un esprit vagabondant entre le réel et l'abstrait. Comment expliquer à une enfant qui n'arrive pas à voir le monde dans sa globalité affligeante, celle du bien et du mal, celle de des décisions et des regrets, de l'amour et du chagrin... Cette globalité évoluant dans un équilibre biaisé qui, si objectivement présent, se fait contrebalancer par les effets plus marquant et désolant du négatif. Celle où si l'amour fait vivre des années, le briser réduit une vie à néant.

Tout les deux arrivaient finalement au but du marché, endroit avec peu de passage, calme et ne laissant filtrer que les quelques discussions à voix basse des passants et leurs pas claquant au travers des chemins humides du village caché de la Brume. Inja força alors l'arrêt du duo tandis qu'il finissait la dernière bouchée de sa pomme d'amour, juste avant de reprendre la parole.

"Faire mes preuves en soi ne m'intéresse, ce qui m'intéresse c'est de pouvoir vivre dans le village dans tracas en faisant les missions demandées sans jamais n'avoir besoin de demander quoi que ce soit à personne. Vivre ma retraite en fait. Mais pour ça, je dois faire mes preuves pour que les hautes autorités aient une confiance aveugle en moi... Tu vois... C'est un moyen dérivé que j'ai trouvé pour atteindre ce que je veux... Et ce que je veux, c'est finir mes vieux jours sans incidents."



Comment réussir à communiquer les années de chagrin et de vengeance accumulés lors des batailles ? Le berserker avait fait la guerre toute sa vie, depuis ses dix-sept ans en réalité et son arrivée à Kiri était pour lui le moyen de vivre une retraite paisible en mettant à profit ses compétences de combat. Ne plus répondre de lui-même, simplement se reposer, suivre les ordres et ne plus se soucier de rien. Du mois... C'est ce qu'il espérait depuis son arrivée à Kiri, sans même se douter que les liens tissés pourraient lui apporter un malheur bien plus grand que celui qu'il était venu fuir.

"Ne t'en fait pas pour la mission. C'est une broutille, je vais régler ça. Mais il faut réellement que tu commences à penser à ce que tu veux vraiment au village... Sinon tu vas continuer à te faire envoyer dans des missions ennuyantes alors que tu aurais peut-être mieux à apporter au village... Ou à toi-même."



Laissant un nouveau moment de silence, Inja posa de nouveau un genou au sol devant la fillette de sorte à lui susurrer quelques mots.

"Il va falloir que j'y aille maintenant. La mission est repoussée, mais je vais devoir aller m'expliquer avec les méchants qui nous envoient les missions. Enfin, ils ne sont pas vraiment méchants, ils font juste leur travail, sans broncher, sans se poser de questions, tu vois ? Tout comme toi, c'est pour ça que tu pourrais paraître étrange aux yeux de certaines personnes. Ne les écoute pas et trouve ce qui te plais vraiment, là tu seras bien vu et respectée, personne ne t'embêteras."



Ces mots dits, le berserker agrippa délicatement la main qu'il tenait, profitant de quelques secondes pour lui enrouler un bracelet autour du poignet, plutôt un des colliers portés par le Inja qui avait été enroulé à quatre reprises de sorte à tenir comme un bracelet solide. Le bijou, doté d'une chaîne de boules de métal, arborait une effigie d'épées croisées, signe distinctif des gladiateurs, ainsi qu'une plaque vide, pouvant abriter dans le futur un possible sceau.

"Fait attention à toi Madoka. Tu es une fille intelligente... Et incomprise. Ton heure viendra, en attendant, prend soin de ta personne et de dompte ta propre volonté."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker

Lun 25 Juin 2018 - 8:46

Lorsque ses questions ne trouvaient pas de réponses, Madoka ne s'en formaliserait pas plus que cela. C'était le genre de réponse qu'elle devait trouver seule sans doute. Il y avait ce genre de questionnement aussi qui était une question phylosophique, dont la réponse n'était qu'une autre question au final. Elle avait une certaine maturité, mais à quoi bon l'être face à des personnes qu'elle n'aime pas plus que cela. Cet homme, c'était différent, il avait quelque chose qui était particulier, même s'il lui était difficile de trouver ce que cela pouvait bien être. Le monde réel n'avait été qu'une suite de tortures, même aujourd'hui, c'était compliqué de voir les choses du bon côté, le verre à moitié plein plutôt que vide. L'adolescente prenait son temps pour finir ce don du ciel, cette pomme d'amour offert, en plus. Elle ne put qu'hocher la tête doucement en écoutant Inja. Il voulait simplement vivre tranquillement, en indépendance, elle était vraiment très loin de ses objectifs, elle devait absolument trouver une solution. Il était sans doute trop vieux pour avoir une maman, profiter de sa retraite, un non sens à ses yeux, mais elle devait être trop jeune pour cela.



Datalia Madoka • « Ben... Ça a l'air d'être sympa comme truc, je devrais moi aussi me mettre en retraite, ça a l'air cool. »




Dit alors avec un sourire amusé la blanchette toute souriante à sa bêtise qu'elle trouvait pourtant assez drôle. Ne rien faire de la journée, ou pire faire de la pêche ou du jardinage était sans doute encore pire. Chercher à vivre en paix au milieu d'un village militaire menacé de guerre avec deux pays, cela devait d'être original pour sûr. Il y avait de ces cœurs qui se liaient aux autres indépendamment de la logique. Cela pouvait être une souffrance bien entendu, mais c'était le risque dans ce genre de relation. Madoka haussa les épaules se fichant pas mal de celle-ci après tout cela l'arrangeait fortement de ne coqs à avoir à s'en soucier. Inja s'efforçait de tenter d'ouvrir une porte vers le monde réel, peut-être que l'adolescente allait s'y risquer, mais seul l'avenir le dirait.



Datalia Madoka • « Hmmm ouais ouais... Peut-être bien... Les missions chiantes ben... C'est plutôt chiant ! Le village m'en fiche un peu, moi par contre, c'est différent, c'est sûr. »




Dit alors amusée à jeune fille en riant doucement, ses deux mains jointes sur le sommet de son crâne. Cependant, c'était déjà le moment de se séparer, et elle n'y avait pas tellement pensé à vrai dire. Cela la chagrinait d'une certaine manière, ce qui la troubla quelque peu. Elle n'était pas habituée à être si sensible de ce côté là, Alexis qu'en général tout glissait sur elle telle de l'eau sur la fourrure d'un phoque. Elle se pinça une lèvre en hochant la tête doucement, très ennuyée.



Datalia Madoka • « Dit... On va se revoir hein ? Méfies toi de ces méchants quand même ils sont très pervers ! »




Demanda alors avec timidité Madoka à cet homme, comme si cela pouvait être la dernière fois qu'elle ne le voit. Elle haussa les épaules lorsqu'Inja lui dit qu'elle pouvait paraître étrange aux gens. Elle s'en fichait complètement à vrai dire, c'était sans doute vrai la plupart eu temps, et puis après ?



Datalia Madoka • « Quand je serais plus forte, personne ne pourra m'embêter et je ferais tout ce que je veux ! »




Dit alors toute souriante la blanchette, qui tentait de dissimuler sa tristesse de cette séparation, comme si son papa risquait de ne plus jamais revenir. Elle papillonna des yeux en regardant le bracelet, un cadeau ? Un bijou ? Elle était si contente, peu importe l'apparence, mais cela devenait alors quelque chose de très important. Cela venait de lui, de cet homme, alors cela ne pouvait être qu'important. Elle n'avait pas su tout fait attention que c'était également un outil ninja. Ses yeux brillait de contentement, le symbole des gladiateurs, c'était sans doute aussi justifié. Elle avait combattu dans des arènes en étant jeune, alors elle était une gladiateur aussi ? Elle levait son poignet pour voir le bijou au soleil comme un trésor toute heureuse. Elle hocha la tête doucement en entendant Inja dire de faire attention à Elle. Madoka rougit légèrement au mot intelligente, à ce sujet, elle ne savait pas tellement, mais cela faisait toujours plaisir à entendre. Elle se blottit alors tendrement contre cet homme une dernière fois avant de le laisser partir du marché, de son côté, elle se retrouvait seule, mais avec un super cadeau, de quoi égayer sa journée. Elle répartit alors dans l'autre sens en chantonnant doucement, peut-être même qu'elle ne fera pas de mauvais tour aujourd'hui !

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Promenade de santé (w/ Madoka)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: