Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au clair de la lune [H.Tsuki]
Aujourd'hui à 17:48 par Hohoemi Tsuki

» Conviction la plus profonde [Sae]
Aujourd'hui à 17:42 par Rinku Sae

» Ceux qui cherchaient la bagarre. [Lua]
Aujourd'hui à 16:58 par Hohoemi Tsuki

» Conciliation ᵜᴥ Sun-hi
Aujourd'hui à 16:31 par Nagamasa Mikazuki

»  [Mission libre B] Le purificateur
Aujourd'hui à 15:48 par Watanabe Shiori

» Ce doux sifflement [PV Etsuko]
Aujourd'hui à 15:44 par Ashikaga Gabushi

» L'heure du changement
Aujourd'hui à 15:08 par Borukan Muramasa

» vice porcin [anzu]
Aujourd'hui à 15:04 par Kinu Lua

» Eh la qui va la ! (Inspecteur gadget) / Pv Takumi
Aujourd'hui à 13:52 par Hyûga Kami

Partagez | 

Cauchemars [PV Hyôsa Ken]


Jeu 14 Juin 2018 - 17:08
Il fait froid. Je suis dans le noir total. Mes mains touchent ma peau qui frissonne. Un léger vent se lève tandis qu’une substance lourde et glaireuse m’empêche de me mouvoir convenablement. Mes paupières sont lourdes. Au fond de moi, une rage sans précédent dont j’ignore l’origine. Je serre les dents… les poings… Mes sourcils se froncent tandis que j’essaie tant bien que mal d’ouvrir les yeux… C’est difficile… Je suis tellement fatigué. Malgré les efforts, je n’arrive pas à savoir où je suis, quelle est cette substance sur moi… Je me sens comme emporté à nouveau dans l’inconscient…

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Je ne sais pas qui m’y a emmené. Je continue les efforts, et réunis l’ensemble de mes forces pour ouvrir enfin les paupières. Je me trouve dans une sorte de bain de boue qui surplombe un endroit marécageux. Mes mains tremblent mais j’arrive à poser au sol ma paume pour y prendre appuie. Je tends mes jambes quittant ma position fœtale et me met à genou, le buste toujours à terre comme si j’étais en train de prier… Les avant-bras au sol et les poings fermés, je continue à puiser dans mes réserves pour redresser mon torse. Où suis-je ? L’endroit est brumeux. Je suis en plein milieu d’un marécage remplit de boue. J’arrive tant bien que mal à me lever. Mes jambes tremblent elles aussi. Je suis à deux doigts de tomber à nouveau.

Je respire profondément et essaie de me recentrer. J’observe mon corps. Il est criblé de cicatrice dont une qui semble fraîche… De quelques jours tout au plus. Je fais un pas en avant. Une douleur me saisit, et l’un de mes genoux tombe à terre. Je me retiens en prenant appuie sur ma rotule, et me lève à nouveau. Mon regard se porte au loin et est mobile. Je ne sais pas où je suis… J’essaie de crier tant j’ai de haine en moi mais je n’y arrive pas.

D’ailleurs, je me rends compte qu’il fait nuit. Cela fait si longtemps que je n’ai pas vu la lumière du soleil : mais combien de temps exactement ? Où étais-je durant tout ce temps ? Je ne me souviens de rien si ce n’est une lumière qui a précédé une décharge électrique… J’étais dans un laboratoire, mais je ne me souviens absolument de rien. Suis-je une expérience ? Suis-je un homme ? Suis-je connu ? Suis-je un Shinobi ? Suis-je un commerçant ? Un mercenaire ?

Je reste immobile et continue de contempler l’horizon et l’ensemble du paysage fade dans lequel je me trouve. II n’y a rien. Mon cauchemar continue ? D’ailleurs, étais-je en train de rêver ? Je ne me souviens plus… A bout de force, mais aussi en quête de réponse, je me laisse tomber à genou. Une éclaboussure boueuse gicle sur mon visage. Le regard vide, je ne cesse de me poser des tonnes de question sur mon identité, ma raison de ma présence, mon passé… Une sorte de boule de rage se forme dans mon abdomen, et monte progressivement jusqu’à ma trachée… J’essaie de la contenir, mais je n’y arrive pas…


« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

J’hurle sans même le vouloir. Pourquoi ? Que se passe t-il ? Je ne suis pas soulagé… Je me lève. J’observe à nouveau mon corps, et la cicatrice que j’avais a disparu… Pourquoi et comment ? Je ne saurais répondre à cette question… Je suis dans un monde de merde… Un monde que je dois conduire à l’apocalypse. Pourquoi je pense cela ? Est-ce mon destin ? Dois-je accomplir quelque chose ? Est-ce Dieu qui m’envoie ? Pendant que je me pose toutes ces questions… Je vois une silhouette se dessiner… Certainement, encore, le fruit de mon imagination ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

Jeu 14 Juin 2018 - 17:57
La liberté avait un goût amer pour moi, voilà quelques mois que je suis arrivé dans ce village, mon clan n'attire guère la sympathie et pour une raison que j'ignore, on ne vient pas m'adresser la parole. Mon oncle m'avait pourtant dit d'essayer de me sociabiliser, mais faire copain-copain, trop peu pour moi. La solitude est bien plus adéquate à mon développement, travailler, encore sans relâche jusqu'à devenir indispensable à ce village. À ce moment-là, ils seront bien obligés de venir me parler et c'est moi qui déciderais de leur sort.

Le village, je commençais à bien le connaître, même si j'évitais de me rendre dans certains endroits, le reste ne m'effrayait pas. Je voulais être certains de bien connaître les moindres recoins pour pouvoir m'en sortir. Je devais rester sur mes gardes comme me l'avait indiqué mon oncle, toujours vigilant, prêt à affronter le pire à n'importe quel moment.


* Sortons un peu, la chaleur m'étouffe… J'ai besoin d'air… *

Problème, un marécage bien plus gros que prévu me barrait la route, une défense naturelle certes mais aussi piégeuse pour qui s'y aventurait à l'aveugle. J'avais fait plusieurs missions de reconnaissance avec mon clan, m'assurant ainsi de ne pas mourir seul comme un parfait idiot. Plusieurs fois on m'avait aidé à m'en sortir, la nature était bien plus redoutable que dans mes pensées, tout ceci n'était pas un jeu et je devais faire en sorte d'être un élément redoutable.

M'engouffrant dans ce qui s'apparentait être des herbes hautes, je gelais littéralement le sol pour éviter de mettre mon pied dans la gueule d'une bête affamée. Je ne savais pas ce que renfermaient vraiment ces eaux, la prudence était de mise.

Laissant dériver mon centre de gravité par deux fois, je réussis à me rattraper à une branche épaisse, évitant la chute la plus ridicule de ma vie. Un son puissant vint tout à coup à mes oreilles, c'était plus qu'une simple vibration sonore, c'était un cri. Une seule voyelle prononcée si violemment, quelqu'un était en danger ou en tout cas, pas dans son assiette. Donne l'exemple comme disait mon oncle, je partis donc dans la direction que je pensais la plus juste, arrivant finalement face à un homme.

Face à lui, c'était beaucoup dire, disons qu'il était plutôt proche du sol et moi du ciel. Il ne semblait pas être dans son état normal, affaiblie était un terme bien mineur quand on le voyait. Ne percevant aucune trace ou insigne me permettant de le mettre dans la catégorie « shinobis de Kiri », je restais méfiant mais pris quand même la température.


« Un souci ? Tu sembles dans un piteux état et tu es proche du village de Kiri. Que tu sois un assaillant m'étonnerait vu ton accoutrement... Dit moi qui tu es et pourquoi tu as crié aussi fort ? »

Une comédie ? Qui sait ? Je ne pouvais pas faire confiance à n'importe qui, en réalité, je ne faisais confiance à personne ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3456-hyosa-ken-termine

Jeu 14 Juin 2018 - 21:48
Les forces me quittaient petit à petit. Je voyais une silhouette se dessinait petit à petit. Etait-ce le fruit de mon imagination ? Etait-ce un ennemi ? Un ami ? Pouvait-il m’apporter des réponses ? Devais-je l’éviscérer ? Le décapiter ? Peut-être est-ce un des laborantins m’ayant laissé en captivité dans cette cuve d’eau pour que je subisse ces expériences ? Mes dents se serraient de plus en plus tandis qu’une veine se dessina au niveau de mon pouce, tant mes poings étaient fermés ! Les ongles me rentrèrent dans la peau laissant un filet de sang couler le long de mon index avant de couler au sol… Une rage sans précédent commençait à envahir mon corps me privant de tout contrôle.

Toutefois, les paroles de l’arrivant ne semblaient pas hostiles. Ou alors était-ce un stratagème ? Je ne pouvais le laisser se foutre de ma gueule… Le moindre faut mouvement, une parole déplacée et il perdrait la tête. J’étais méfiant… Il était méfiant… C’était troublant. Et je me posais davantage de question. Il m’avait parlé du village de Kiri… Etais-je aux abords du village ? Etais-un Shinobi de ce même village ? Quels sont mes capacités ? Est-ce que je sais me battre ? Serais-je à la hauteur en cas d’attaque à mon égard ? Putain ! Je n’avais aucunes réponses !

Mon regard se portait à droite… puis à gauche… Et ainsi de suite. J’étais perdu. Je ne savais pas quoi lui répondre. Et cela commençait à m’agacer sérieusement ! Je voulais lui apporter des réponses, mais je n’y arrivais pas. Aucun son ne sortait de ma bouche. Je réfléchissais, je fronçais les sourcils… Un frisson parcourut l’ensemble de mon corps tant la froideur marécageuse était insupportable !


« Qui suis-je ? » Dis-je d’une voix légèrement tremblotante. « Kiri… » Continuai-je alors que je n’avais aucune réponse à lui apporter… « Pourquoi ai-je crié… »

Ah si ! Je savais pourquoi j’avais crié. Mais je n’avais aucune raison, ni aucune envie de lui répondre. Cela ne le regardait absolument pas ! Qui était-il pour me questionner ainsi ? Pourquoi était-il venu à ma rencontre ? Que pouvait-il bien avoir derrière la tête ? Mon regard s’abaissa une énième fois… Il était devant moi, alors que j’étais nu. Pour autant, je n’éprouvais aucune honte. Je me sentais… Naturel… Tel un animal dans son habitat naturel… Etrange n’est-ce pas ?

« Nous sommes… En quelle année ? » Questionnai-je l’inconnu en espérant une réponse de sa part. « Où sommes-nous ? »

Oui. En quelle année étions-nous ? Combien de temps étais-je enfermé dans cette cuve ? Pff… Même s’il m’apportait une réponse, j’étais encore ignorant de la date à laquelle je fus enfermé…

Alors que nous nous questionnons mutuellement, un maux de tête sans précédent vint me saisir le cerveau. Une sorte de flash où je voyais mon propre corps se faire scalper au niveau du cœur. Je voyais clairement la lame pénétrer dans mon épiderme et ouvrir mon corps en deux. Une main vêtu d’un gant en latex pénétra à l’intérieur pour fouiller ou mettre quelque chose dedans… Je ne saurais pas dire… La paume de ma main se posa sur mon crâne tandis que je gémissais de douleur devant l’arrivant… J’étais à deux doigt de chuter à nouveau – mais je ne devais pas lui montrer de signe de faiblesse…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

Ven 15 Juin 2018 - 10:57
J'avais clairement à faire à une bête féroce, blessé certes, mais toujours prêt à me bondir dessus. Je ne m'étais pas avancé davantage, la méfiance était toujours de mise. Son identité ? Lui-même n'avait pas l'air de la connaître. Voilà que j'étais bien avancé. Que ferait un shinobis dans une telle situation, je devais me poser des questions en fonction de ma place dans ce village et non en tant qu'homme. Malgré ça, je ne pouvais me forcer à être une machine, j'étais avant tout un être humain.

Il serait le poing si fort que ces ongles vinrent pénétrer sa peau, un signe de rage intense qui signifiait une seule chose, quelqu'un l'avait mis dans cet état. Qu'il soit arrivé ici à pied ou bien qu'on l'ait jeté dans les marécages pour s'en débarrasser, cet homme n'était pas dans son état naturel.


* Gère la situation… Tu es seul et à bonne distance, je devrais être capable d'esquiver s'il m'attaque… *

« Nous sommes en 202… En été précisément… Et tu es au niveau du village de Kiri, il regroupe plusieurs clans, plusieurs shinobis qui ensemble vivent en société… »


Je me voyais obligé de reprendre les bases, s'il ne savait pas quelle année nous étions, comment pourrait-il savoir ce qu'était le village de Kiri. Je n'avais jamais été dans une situation aussi délicate au niveau relationnel, la vie m'avait appris à me défendre, mais là tout était question de psychologie. Mon expérience n'était pas encore suffisante pour gérer pleinement et calmement tout cela, je faisais donc mon possible pour ne pas mettre en colère la bête nue qui se trouvait face à moi.

« Tu as du mal à te souvenir de choses basiques, peut-être que tu as reçus un mauvais coup sur la tête… Vu ton accoutrement, quelqu'un s'est efforcé de te faire perdre la mémoire, nous ne devrions pas rester ici… Il pourrait revenir en ayant entendu ton cri… »

J'essayais d'envisager toutes les possibilités, peut-être que son agresseur n'était pas loin et qu'il allait débarquer d'une seconde à l'autre. Je n'avais aucun talent en tant que médecin, l'ausculter ou le soigner n'était donc pas envisageable. De plus je n'avais encore aucune certitude concernant son identité, alliée ? Ennemis ? Si je ramenais une bombe humaine à l'intérieur du village, il en serait fini de moi…

Je tentais donc une approche différente, lui faire travailler la mémoire n'était peut-être pas une si bonne chose, mais si un détail pouvait lui revenir, cela nous aiderait tous les deux.


« Tu ne te souviens de rien ? Une personne ? Un lieu ? Ton nom peut-être...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3456-hyosa-ken-termine

Dim 17 Juin 2018 - 15:34
Mes yeux s’écarquillaient. Nous étions en 202. Je ne savais absolument pas depuis combien de temps j’avais été mis en captivité par ce groupe d’individu. L’Homme face à moi était bien bavard. Bien trop bavard… J’avais la soudaine envie de lui couper les joues pour lui faire le magnifique sourire de l’ange… Mais son visage constamment arqué d’un sourire finirait par m’énerver bien plus… La froideur du marécage et la boue sur moi continuait d’abaisser ma température et je commençais à greloter. Le souci étant : où allais-je pouvoir aller ? Est-ce que je devais me lier d’amitié avec cet Homme ? Ou l’envoyer balader et me débrouiller tant bien que mal ?

Est-ce que je devais répondre à ses questions ? Peut-être pourrait-il m’apporter des réponses ? Est-ce que je devais tenter ma chance maintenant, alors que je ne connais pas l’individu présent devant moi ? Est-ce que je pouvais lui faire confiance ? A première vue, il n’avait aucune intention hostile… Contrairement à moi et mon envie de le couper en deux.


« En 202… Combien de temps ai-je… » Dis-je doucement. « Qu’est-ce que j’ai loupé ? Que s’est-il passé ces… Dix dernières années ? » Demandai-je à l’arrivant.

Dix ans en arrière… Peut-être que l’étranger pourrait m’en apprendre davantage et m’offrir la possibilité d’en savoir un peu plus sur ce qui m’est arrivé ? Je n’en savais rien, mais j’avais bien l’intention de lui tirer les vers du nez ! Il devait obligatoirement savoir de quoi il s’agissait, c’était une évidence…


« Peut-être que… C’est toi… » Murmurai-je en imaginant qu’il était mon détracteur. « … Qui m’a enfermé… » Continuai-je…

Mes poings continuaient de se serrer, et le sang devenait de plus en plus abondant formant une sorte de petites flaques au niveau de mes pieds. Les images étaient flous dans ma tête et je n’arrivais pas à bien analyser le visage de l’homme m’ayant jeté ici. Mais à force de croire qu’il était devant moi, je commençais à l’imaginer me faire subir ces choses… Toutes ces choses que j’ai dû subir durant ces dernières années…


« Tu as peu de temps pour m’expliquer ce que tu fais ici. Après quoi je ne me contrôlerais plus. »

C’était le premier avertissement, et le dernier… Il devait absolument me convaincre qu’il n’est au courant de rien, qu’il est là au mauvais endroit, au mauvais moment et qu’il n’a rien à voir dans cette sordide histoire… Sans quoi je laisserais la haine m’envahir et il sera la toile sur laquelle je dessinerais ma rage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

Lun 18 Juin 2018 - 8:25
Il m’était difficile d’avoir un dialogue sensé avec cet homme, il était toujours dans un état critique, psychologiquement il avait tout d’un fou. Sa voix, sa manière de s’exprimer et ses poings se serrant de plus en plus, je ne pouvais prédire les prochaines actions. Restant sur mes gardes, il était hors de question qu’une bête mette un terme à ma vie.

Maintenant il souhaitait un cours d’histoire, peut-être qu’il y avait plus urgent. Son corps fébrile ne tiendrait pas longtemps dans ces conditions, il se pensait en situation de force alors qu’il était sur le point de mourir. Je devais remettre les choses à leur place.


« Il s’est passé beaucoup de choses ces dix dernières années, je ne suis pas là pour te faire un résumé. Si tu souhaites vivre, laisse-moi t’amener à notre village, ils te soigneront et une fois là-bas tu pourras poser t’es questions. »

Je ne savais même pas ce que le village ferait de lui, à la limite je m’en moquais, je voulais simplement faire mon travail de shinobis. Je découvre un homme au bord de la mort, j’essaye de savoir qui il est. Ami ? Ennemi ? Le reste ne dépendait pas de moi. Alors que j’allais reprendre la parole, il eut la mauvaise idée de penser que j’étais son agresseur. En même temps, si j’étais à sa place, est-ce que je ne réagirais pas de la même façon ? Il vient de se réveiller d’un cauchemar et croise la route d’un homme, sa réaction est tout à fait logique. La voix ferme, je commençais à geler le sol autour de mes pieds pour lui montrer que ma patience avait ces limites.

« Si j'étais ton agresseur, crois-moi que tu serais déjà mort ! Je ne serais pas en train de te parler, faible comme tu es, je n'ai qu'à te geler sur place et disparaître.

Si tu veux tout savoir, je venais de sortir de l'enceinte discrètement quand je t'ai entendu crier, voilà pourquoi je suis devant toi. »


Que pouvais-je dire d'autre, s'il souhaitait vraiment s'en prendre à moi, je n'aurais qu'à le capturer voir le tuer. J'irais faire mon rapport à mes supérieurs en retour, légitime défense, je ne craignais rien. Malgré ça, je préférais ne pas avoir à l'exécuter, cela ne pourrait que me créer des problèmes. Je tentais donc une dernière approche sans quoi son avenir était tout tracé.

« Que décides-tu ? En tant que shinobis, j'ai autre chose à faire que de parler avec toi. Tu vies ou tu meurs ? »

J'essayais de lui faire comprendre que sa vie ne tenait qu'à un fil, il avait de la chance d'être tombé sur moi car beaucoup n'aurait pas eu cette patience. Devenir le méchant dans une histoire pareille, il ne manquerait plus que ça. Sur mes gardes, j'attendais sa réponse et même si elle était positive, je ne laisserais rien au hasard pour le ramener au village…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3456-hyosa-ken-termine

Ven 22 Juin 2018 - 19:04
Pendant que nous discutions, j’ai pu apercevoir de la glace jaillir légèrement autour de ses pieds… Etait-ce une personne capable de manier la glace ? Quel était mon pouvoir, à moi ? En avais-je ? Etais-je seulement capable de lui faire face si jamais la suite tournerait mal ? Pour autant, mes nerfs étaient à fleurs de peau, et ses dernières paroles eurent un électrochoc ! Est-ce que je voulais vivre, ou mourir ? Il était sérieux de me poser cette question ? Une boule de nerf commençait à se former dans ma gorge. Je voulais le dévorer vivant ! Si si ! Je voulais vraiment lui arracher sa trachée et l’avaler ! D’où me venait cette soudaine envie ?

Je restais sans voix suite à ses paroles, et j’essayais de contenir ma haine, ma rage ! Je commençais à grogner légèrement tel un zombie tant me contenir devenait difficile ! Mes mains tremblaient, mes muscles étaient contractés à leur paroxysme ! J’étais capable de réagir vite, et au bon moment mais la seule envie que j’avais – outre faire de ce mec, mon repas pour ce soir – était d’encaisser les coups jusqu’à tomber raide ! J’étais on ne peut plus énerver…

Mes poings commençaient à se serrer davantage, mes jambes s’enfonçaient dans le sol… J’étais tel une bête sauvage qu’on venait de libérer de sa cage après des mois en captivité ! Tout me semblait hostile autour de moi… Cette colère devait sortir… Je baissais la tête, ma mâchoire me faisait mal tant je serrais les dents… Ma voix rauque et grave retentit dans ce marécage brumeux tandis que mes côtes commençaient à sortir très lentement sous un déchirement de chaire humaine bien dégueulasse.


« F… Fuis… » Dis-je en bégayant tant la difficulté à me contenir devenait rude.

Je continuais de contenir toute cette haine sous un abattement de flashes intempestifs concernant les expériences que j’ai pu subir auparavant. Je secouais ma tête de droite à gauche tout en grognant comme un chien enragé. De la bave commençait à couler le long de mon menton, mes yeux devinrent rouge sang et de la mousse jaillit de ma bouche !


« Je vais… T’ETRIPER !!! » Hurlai-je tout en lâchant toute la rage en moi.

Mes côtes sortirent tous ensembles sous un déchirement de chair. Mes os des avant-bras, des coudes, épaules aussi… J’étais intouchable au corps à corps tant l’ensemble de mon système osseux, tranchants et solides me protégeait ! Soudainement, je m’arrêtai net… Mon regard descendait et je pus apercevoir l’ensemble de mon corps… Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? Etait-ce… Mon pouvoir ?


« Je… » n’ai pas pu finir ma phrase…

Mes os rentrèrent en moi à leur logement initial… Et mes paupières se fermèrent me laissant – à nouveau –sombrer dans une inconscience profonde…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

Sam 23 Juin 2018 - 11:11


J'avais vraiment à faire à une bête féroce, tant dans sa personnalité que son physique, il n'avait rien d'humain. Au final pouvais-je me défendre face à quelqu'un aussi fou ? Est-ce que j'avais les capacités pour le neutraliser ou bien le tuer ? Mon affinité avait la particularité d'être très pratique pour immobiliser quelqu'un, malheureusement je n'étais pas encore assez doué pour gérer la température de ma glace. Geler un membre était à ma portée, mais une personne entière, c'était beaucoup trop.

Maintenant il me disait de fuir, il était au bord de la rupture. Lui-même ne se contrôlait pas, est-ce qu'il était en train de se souvenir de quelque chose, d'un souvenir, ou bien est-ce que toute cette perte de mémoire ne faisait qu'endommager son cerveau. Ne cessant de bouger la tête dans tous les sens, de la bave commençait à sortir de sa bouche. Je n'avais jamais vu un homme dans une telle situation, face à lui je gardais mon calme mais intérieurement je commençais à paniquer. S'il devenait trop dangereux, l'élimination serait obligatoire, c'est de cette façon que devrait agir un shinobis.

C'est bon, il va m'attaquer et je vais devoir en finir. À la fin de sa phrase, je gelais tous le sol autour de nous pour éviter tout mouvement trop rapide sa part. Finalement il se produit quelque chose de bien plus intéressant. Plusieurs os sortirent de son corps pour venir former une protection des plus solides, un attribut génétique propre à un clan de Mizu.


* Un kaguya... Mais il n'a pas l'air d'être conscient de son pouvoir... *

Il était aussi surpris que moi de cette transformation, petit à petit les os rentrèrent de nouveau dans son corps pour retrouver leur position initiale. Le voilà qui fermait les yeux pour retourner dans les bras de Morphée, mon rythme cardiaque était toujours très élevé malgré ma position de force. Je ne m'attendais pas du tout à rencontrer ce type de pouvoir, lui qui ne se souvenait de rien, pas même de son propre clan. Un rituel chez les Kaguya ? Une question à laquelle je ne pourrais répondre dans l'immédiat.

Le sol retrouva sa couleur d'origine petit à petit, heureux de n'avoir pas eu à faire ce choix si difficile. Mon regard restait posé sur lui pendant que je pensais à ce que je devais faire.


* Bon... Il est du clan Kaguya ça ne fait aucun doute, mais je ne comprends pas ce qu'il fait ici tout seul... Un banni ? Un déserteur ? Dans tous les cas je dois le ramener au village, son sort n'est pas de ma juridiction... *

M'approchant délicatement de lui, ma main commençait tout doucement à se colorée sous ma forme Hyôsa, réussissant à geler ses pieds ensemble. Je devais faire vite pour l'emmener au village sous peine de causer quelques problèmes de part la température. Si le pauvre au réveil ne pourrait plus marcher, il serait tombé au fond du trou. Par précaution je pratiquais la même chose pour garder ses mains entre elles, d'après ce que j'avais vu, les os pouvaient sortir de n'importe quel côté, je ne pouvais donc pas me protéger intégralement de cet homme. Je prenais quand même le risque, l'attrapant pour le placer sur mon dos, j'avais de la chance de ne pas être très loin du village, il pesait son poids le bonhomme...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3456-hyosa-ken-termine

Lun 25 Juin 2018 - 16:20


Le porter était un vrai calvaire, cet homme était non seulement grand mais en plus musclé, l'enfoiré avait tout pour lui. Il ne lui suffisait plus que de travailler le côté social et il ferait un don juan des plus persuasifs.

Alors que j'arrivais péniblement au niveau du village, un garde me remarqua et vint à ma rencontre, le visage colérique prêt à m'en mettre une. Est-ce que j'étais en train de faire quelque chose de mal ? Sauver quelqu'un n'était peut-être pas dans les habitudes de ces gens-là. À l'aide de sa voix bien grave, la gueulante commença...

« Qu'est-ce que tu fous en dehors du village sale gamin !!! Il est formellement interdit à tous les genins de sortir !!! On te l'a dit à ton arrivée !!! Vous êtes tous pareil franchement !!!! »

En effet, un détail que j'avais oublié lors de ma petite aventure, alors que j'allais m'excuser, il remarqua finalement l'homme que je traînais derrière moi. Surpris dans un premier temps, il reprit sa leçon de morale, lançant des vagues de postillons sur mon visage.

« Putain mais tu ramènes quoi là ?!! On n'est pas là pour récupérer les clochards Ken !!! Tu penses que c'est comme ça que tu vas t'en sortir !!! »

Impossible de lever le bras pour le faire taire, il continuait à m'ignorer, préférant gueuler pour montrer sa supériorité. Lorsque finalement sa voix cessa de me casser les oreilles, je pu m'exprimer très simplement.

« Je l'ai trouvé inconscient dans les marécages, je sais seulement qu'il appartient au clan Kaguya... J'imagine qu'ils doivent le connaître, je voulais le déposer là-bas, il est pas en super forme le garçon haha !! »

« Arrête de rire imbécile !!!! .... Un Kaguya tu dis... Bizarre je ne l'ai jamais vu dans le village... Fais ce que tu as à faire, on reparlera de ton crime plus tard. »


Ne voulant surtout pas le contre dire, je poursuivais donc ma route pour pénétrer dans le village. Je n'étais donc pas le seul à n'avoir jamais vu cet homme-là, surtout que lui était garde, du monde il en voyait passer. Peu importe, son clan allait s'occuper de lui, en bien ou en mal, ce n'était plus mes affaires. Après tout il avait une envie folle de me tuer, pourquoi est-ce que je devrais l'aider davantage ? De plus je n'étais pas spécialement ami avec les kaguya, des hommes de force brute bien trop rentre dedans pour discuter calmement.

Tout le monde me regardait comme si j'avais commis un crime, logiquement j'étais fautif mais pas de ce qu'il pensait. Je voyais finalement la fin de mon périple, la bâtisse du clan Kaguya ornait le paysage devant moi, un homme du clan vint à ma rencontre. Il semblait intrigué par ma présence et surtout par l'homme que je portais, aucune méfiance, juste des questions.


« Salut, j'ai trouvé cet homme dans les marécages, il fait partie de votre clan, j'en ai eu la preuve... Lorsqu'il s'est énervé. Petit problème, il est complètement amnésique, j'ai pensé que vous étiez les mieux placés pour mettre un nom sur son visage... »

Je le posais sur le sol, il n'était plus de ma responsabilité de m'en occuper. Mon homologue Kaguya regardait son visage sans avoir plus de réponse que moi. Il me répondit tout en continuait de le fixer.

« Merci pour ce que tu as fait mon garçon... Je prends le relais... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3456-hyosa-ken-termine

Cauchemars [PV Hyôsa Ken]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brumeux
Sauter vers: