Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le coup de foudre artistique - Senku


Ven 15 Juin 2018 - 1:40
Une fois n’était pas coutume. Deux temps, trois mouvements et j’étais déjà loin après avoir fait le mur. Interdit de sortie ? Ok, pas de problème, mais encore fallait-il pouvoir faire tenir l’engagement, de leur côté je veux dire. Moi c’était certain que je n’allais pas jouer le jeu, du coup pas mille solutions pour avoir la paix, vu que je ne pouvais pas quitter la ville et qu’ils me retrouvaient facilement en centre-ville, direction les crocs rocheux vers la porte Est. Déjà parce que depuis l’assaut il y a beaucoup d’ouvriers avec qui se fondre, et aussi parce que je ne risquais pas de croiser un des miens, c’était un nid à Borukan et les volcaniques, ils les aimaient de loin, très loin. Le côté moins attractif de filer comme le vent, c’était de partir les mains vides à la première occasion, fallait être réactif et pas hésitant dans cette famille. Surtout la mienne proche, trop proche. Bref, quoi qu’il était, c’était sans encombre que je les avais semés et j’étais arrivée à destination. un coin paumé difficile d’accès où personne ne verrait d’intérêt d’y mettre les pieds, sur place, je pouvais soit m’entraîner, quelle plaie pour une artiste, soit bah justement excerçait ma créativité. Quelques mudras suffisaient toujours pour ressortir de l’argile de ma bouche. Ah les dons innés ! Bon celle-là n’était pas amorcée et donc explosive, ça serait bête que mes créations explosent à la face de leurs admirateurs. Bien que c’était déjà arrivé, mais bon, pas le sujet du jour…

Parlant de sujet, à part des cailloux ici… Au loin un décor de ruine et des fourmis qui travaillaient pendant que je prenais le soleil. Derrière eux le village, fait et contre-fait, aucun intérêt, à droite l’horizon était nuageux, il allait pleuvoir plus tard on dirait, et à droite, la montagne rien de… Oh attendez ! Mes mains jointes entre elles pour faire un cadre devant ma vue, j’avais dans le viseur une surprise forte agréable, heureusement que je n’étais arrivée en meuglant un chant faux comme d’habitude. Popopopoo ! Opération… Ninja ! Par contre, escalader une rocheuse accroupie sans se faire remarquer, c’était un méchant exercice l’air de rien. Mais ! Oui, mais ! Arrivée entre deux roches et donc une faille, j’avais une vue parfaite sur la proie qui avait attiré le regard de l’artiste. De loin, un gars un peu baraqué, un ninja ou un paysan quoi, plus le premier, que foutrait le second ici, mais c’était mieux que rien. Pourtant, vu de plus près…

§ - ” Hououhouhouh ! “ soufflait doucement une main sur les lèvres pour étouffer le son...

Non, je ne faisais pas le hibou, mais difficile de ne pas commenter ce que mes yeux contemplaient, méchant spécimen masculin qui s’étirait ou je ne sais quoi… Mais en tout cas, il était parfait pour être pris en modèle. Absolument parfait, puis forcément, quand quelque chose t’inspire comme ça, en quelques secondes la base était déjà faite, mais ça allait prendre du temps pour façonner l’argile de tous les détails. C’était comme immortalisé un moment. Commençons par faire sa face...


Dernière édition par Chôkokû Diao le Sam 16 Juin 2018 - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Sam 16 Juin 2018 - 11:08




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀

Des parcelles de temps, des grains d'éternité se faisaient la belle, se cavalaient et s'échappaient pour n'être jamais et pour ne pas exister. D'une fantastique histoire qui dérapait, des trous vides se creusaient dans le quotidien de l’autochtone et, l'image de son corps se fondait dans la sombritude nocturne. L'ennui se collait à sa peau hâlée, il ne restait presque rien, que l'enveloppe molle d'un guerrier pourtant habité d'un désir ardent de vengeance.

S’alternaient le noir et le blanc comme le jour et la nuit, puisqu’il lui fallait tant de peine pour apprécier la vie cloîtrée de shinobi. C’était une question de patience pour le virtuose martial, comme la traversée d’un long tunnel, il devait se fournir de beaucoup de persévérance pour nourrir ses ambitions professionnelles.

Puis s’ensuivait ses doutes, des obstacles sur la route nébuleuse de son parcours, de son ascension fulgurante parmi la communauté Iwajin. Nonobstant ce fait, il ne pouvait y renoncer, car il était tout d’abord un juvénile guerrier, doté d’une réelle envie d’avancer. Mais pour se faire, le Yasei dōbutsu devait apprendre à s’ouvrir à autrui, son tempérament introverti restreignait fortement son adaptabilité parmi ses pairs pourtant intrigué à la simple vue de son ombre primitive.

~~

Le jônin apparaissait ancré dans ses rêvasseries chimériques, s'adonnant à une méditation tribale. Une activité relaxante qui lui avait été enseigné par l'un de ses mentors, le redoutable chamane Kagehisa Benkei, aujourd'hui vivant dans l'exile à travers les vastes contrés forestières du Pays.

Tandis qu'il contemplait silencieusement l'horizon, un léger soufflement semblant l'interpeller vint interrompre ses réflexions, cherchant à droit puis à gauche, il repéra la provenance de cette voix enfantine.

« Qu'est ce que tu veux femme ? Va-t'en. Je suis occupé. » Répondit-il avec un certain détachement.

Des paroles crues émanèrent de la bouche du Yaoguaï, légèrement agacé par la présence féminine qui l'épiait sans relâche depuis maintenant plusieurs minutes. L'observant du coin des yeux, il remarqua sa gestuelle, distinguant une infime partie de ses habits malgré sa cachette mais son faciès demeurait encore légèrement voilé - son atour dénonçait avec véhémence son appartenance à une famille prestigieuse issue du village. Tout le contraire du sauvageon qui sortait à contrario, d'un clan s'étant auto détruit pour le pouvoir, comptant nombres de guerriers sanguinaires, barbares et même cannibales pour certains.

Soit, il se remit sur ses deux jambes solides et musclés. Vêtu d'une simple tunique en peau de bête, il ne portait pas de sandales à l'instar de ses homologues shinobi. Il poursuivit en enchaînant sur des étirements martiaux, retirant par la suite le haut de son ensemble en cuir de lion. La chaleur le contraignant à se mettre plus à l'aise. La brise du vent caressait sa peau cicatrisés et ses muscles saillants, des gouttes de sueurs dégoulinaient le long de ses pectoraux et abdominaux proéminents en dépit de sa carrure élancée.

Le guerrier primitif ne prêtait guère attention à la jeune femme désormais, se disant qu'il en fallait bien plus pour le déstabiliser dans ses exercices musculaires et spirituels.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 17 Juin 2018 - 1:45
C’était qu’il avait une voix autoritaire le bougre, bon je n’étais pas tant surprise d’être aussi vite repérée, du premier coup d’oeil on savait que l’instinct de survit de l’homme, ou celui du mâle c’était valable aussi; était méchamment développé. Les cicatrices et autres déformations de cette toile de chair parfaite lui rendaient encore plus honneur. Donnant tout le caractère à un corps de guerrier aguerri. Est-ce qu’il s'entraînait vraiment ? En tout cas, être un centre d’attention ne le perturbait pas plus que cela, avec pareille allure, il devait avoir l’habitude. Ou alors c’était mon anniversaire que j’avais oublié on m’avait une surprise…? Qui se promenait sincèrement dans de la peau de bête ? Même mon sac à chaussures avait un cuir plus travaillé et détaillé que ça. Pourtant, sur lui, cela composait un ensemble bestial tout à fait raccord. Même si sans c’était quand même mieux. Il faisait chaud sur ses pics, incroyables !

Une ventilation plus tard, c’était que la chaleur de mes mains asséchait l’argile que je manipulais, il va de soi que c’était inverse qu’il était visé, mais bon, le problème d’être d’une nature katon en plus d’avoir un caractère enflammé. Enfin, diraient les simples d’esprit, je préférais dire que c’était les flammes de ma passion qui me faisaient parfois paraître trop ardente dans mes approches. Comme une flamme qui léchait un support qu’elle rêvait de consumer...

§ - “ STOP ! Plus un geste ! “

Ouah, je devrais peut-être m’enrôler dans la police tant c’était sorti de façon innée. Enfin, dans la police ils épiaient les gens à leur insu des heures pour les détailler sous toutes les coutures ensuite ? Hum… Ces petits voyeurs pervers sous le couvert du devoir, ah ah ! Bref, pour en revenir à nos moutons, il fallait absolument qu’il laisse le temps à mon regard expert de fixer toutes les ombres et les reliefs de son corps, pour que ma mémoire capture, ce que mes mains devaient retranscrire à travers la malaxation de la pâte argileuse. Bien évidement, je n’attendais pas vraiment de coopération de sa part et damne comme l’univers tout entier pouvait m’être témoin que les refus, ce n’était pas dans mes registres. Est-ce que j’allais devoir le fossiliser pour l’éternité ? Ça ne serait pas le premier, même si on m’avait arrivée à Iwa que ce ne serait plus une pratique autorisée… Mais quel gâchis ça serait. Oh mais oui ! En vidant ma quatrième chambre au domaine, je pourrais y installer ma nouvelle pièce créative… Je l’appellerais…

§ - “ Yama otoko sama… Oh ouais, je vais t’appeler comme ça. “ Fit-elle toujours avec l’inconnu dans son cadreur manuel, réfléchissant toute seule à haute voix… “ ça serait bien qu’on se déplace de quelques mètres, le soleil ne fait plus honneur aux ombres ici. Peut-être que si on huilait la peau aussi…”

Quelle chance, j’avais toujours de l’huile pour parfumer mes cheveux au jasmin dans ma sacoche. Quoi ? Les nobles demoiselles avaient un devoir de perfection pour représenter leur famille. Bref, avec ma poudre d’or que je mettais sur le haut des joues, ça pourrait faire un rendu sympa…

§ - “ Oh oui, on va faire ça, je vais te napper de ce mélange-là tu seras parfait. “ Elle remuait déjà sa bouteille en porcelaine.

Si je lui montrais la sculpture et donc mes talents, surement que son petit égo allait le rendre plus docile. Voilà pourquoi c’était la première esquisse qui faisait la moitié de ma taille qui se tenait à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Lun 18 Juin 2018 - 1:24




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀



Ses pupilles d’un jaune automnale se posèrent sur le village caché de la roche plus bas, avant de croiser celles rubis de la perturbatrice. Celle-ci apparaissait bien plus téméraire qu'elle n'en avait l'air, ordonnant à l'artiste martial de se figer tandis qu'elle formait quelque chose d'indiscernable avec de la patte, semblable à de l'argile.

« Je peux savoir à quoi tu joues ? » Demandait-il un tantinet agacé.

Le roi de la Faune prit un air interrogatif suite au comportement étrange de la jeune femme, visiblement attirée par l'enveloppe corporel du sauvageon. Elle murmurait à haute voix et continuait de pétrir, façonner son argile jusqu'à prendre une forme très ressemblante avec le faciès de l'Ostrogoth des monts. Impressionnant pour un début, levant un sourcil, cette mystérieuse jouvencelle avait réussie son coup en attisant la curiosité de son interlocuteur.

« Tu as fait ça rien qu'en m'observant en une poignée de secondes ? Je dois admettre que tu es douée... » S'exclamait le Yaoguai intrigué.

Le membre du Yamagenzõ aperçu dans la foulée la petite bouteille d'huile qui empestait les fleurs. Dans sa tribu, ce liquide parfumé était utilisé par les femmes lorsqu'elles désiraient éveiller les sens de leurs compagnons.

« Tu n'espères tout de même pas que je vais te laisser me toucher avec ton huile ? Je respecte ton travail femme, mais cette plaisanterie s'arrête ici. » Ajoutait-il l'air irrité.

Faisant volt-face, tournant le dos à l'architecte aux pupilles rougeâtres, il prit son élan avant de s'élancer dans le vide. Il laissa surplace la kunoichi, qui était vraisemblablement tombée sur un os en terme d’ego surdimensionné. Senkū étant particulièrement ancré dans cette optique séculaire de fier guerrier, cela apparaissait comme étant plus qu'une coutume chez ce dernier.

Atterrissant à quelques lieux de sa précédente position, il extirpa un léger soupir, rassuré d'être enfin esseulé. Certain qu'elle n'avait pas la capacité de pouvoir le suivre à cette hauteur ni même de le repérer. Se situant dorénavant aux pieds d'une montagne, un courant d'eau limpide ruisselant devant lui, profitant de la chaleur pour s'imbiber de la fraîcheur aquatique et de la brise environnante, faisant virevolter sa crinière noirâtre au gré du vent.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Lun 18 Juin 2018 - 1:52
La réponse se faisait au tac au tac, avais-je eu moi l’impudence de prétendre qu’il s’amusait en s’agitant ? Combien même je ne comprenais pas, j’avais fait confiance à un intérêt de le faire… Les artistes ne jouaient jamais, l’art était quelque chose de sérieux, presque sacré.

§ - “ Je ne joue jamais. Perte de temps pour les enfants le jeu. J’entraîne mon art à chaque instant plutôt. ”

Au moins, il avait un bon oeil pour ce qui concernait les créations, je n’aurais pas été jusqu’à dire que c’était bon, ou me prétendre douée, car après tout j’étais encore au début de mon art comparé aux autres, mais pour un néophyte, cela devait valoir sûrement le compliment assez satisfaisant…

§ - “ Comme tous les Chôkoku, j’ai un don qui est inné pour façonner. La réussite n’est pas dans la manière, mais plutôt dans le choix de quoi en faire. “


L’espace d’un instant, je me sentais comme feu ma mère, elle qui m’avait répété cela souvent alors que je fanfaronnais sur mes créations impressionnantes pour les autres ne faisant pas parti du clan. Depuis j’avais appris ce qu’elle voulait dire par là, ce qu’elle appelait la flamme, cette vie que certaines créations auront toujours plus que d’autres. Il était le genre de modèle qui donnait une âme au modelage d’argile passant entre mes doigts. Pour la suite, à vrai dire, j’étais à peine surprise, il avait cette aura d’insoumis qui justement le caractérisait dans tout son charme et il aurait été décevant qu’il se laisse faire trop facilement.

§ - “ Oh petit coquin, tu veux que je te cours après…”

Si pour la forme, je m'étais approché du bord pour l’observer dans son bond, je n’en avais pas vraiment besoin vu mon sens sensoriel s’étant éveillé récemment. Bon je n’étais pas optimal encore, et l’utiliser en combat demandait beaucoup de concentration, par contre, dans ce genre de circonstances, nul besoin de courir, j’avais largement eu le temps de mémoriser sa personne. Aussi, j’avais rangé mes affaires sans stress, avant prendre dans mes bras ma sculpture pour bondir avec elle plusieurs fois contre les parois rocheuses jusqu’au contrebas. Ah ? Une adepte du taijutsu aussi, la reine quand il fallait faire le mur même. Pas de chance !

§ - “ Alors ça, ce n’était pas très gentil. “

Visiblement, il ne m’attendait pas, en tout cas sinon il n’avait pas mis d’efforts pour me semer pour de vrai.

§ - “ Tu sous-estimes ma détermination. “

Là-dessus, je m’étais assise en tailleur au bord de l’eau, posant ma précieuse masse d’argile à côté, pour lui offrir quelques détails supplémentaires, car en fait… Il avait écouté en un sens mes recommandations en nous trouvant un coin qui faisait plus honneur à ses formes et où le soleil avantageait les ombres dessinant sa musculature.

§ - “ Je finis toujours ce que je commence, donc rendons ça simple pour nous deux, coopère. “

Sourire de toutes dents, c’était direct et alors ?

§ - “ Tu ne ressembles pas vraiment aux iwajins que j’ai l’habitude de rencontrer. Tu viens de ce pays ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 20 Juin 2018 - 12:07




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀



Décidément, l'adepte d'arts en argile ne semblait pas être du genre à fléchir. De fait, elle avait réussi à suivre le ressortissant de la faune et ce, sans aucune difficulté apparente.
Un trait de personnalité que Senku constata avec amusement, même s’il ne le montrait pas directement sur son faciès perpétuellement stoïque. Son expression ne dénonçait aucune sympathie particulière à l’égard de la kunoichi juvénile. Sans prêter attention à sa présence, faisant mine de ne pas écouter les paroles de son interlocutrice, il s’arma d’une lance à la pointe aiguisée et métallique avant de se rapprocher du bord de l’eau.

Se débarrassant du bas de sa tunique primitive, il apparut totalement nu devant l’héritière du Clan explosif. Et comme à son habitude, le Yaoguai n’affichait aucune gêne quant à l'exhibition son corps, gâté par la nature. Une enveloppe corporel façonné par les divins des montagnes eux même, aussi solides que le roc peuplant les monts les entourant, l’on pouvait distinguer ses cicatrices liés aux combats durement menés pour la survie des siens et du village.

Plongeant dans l’eau limpide, il s’était par ailleurs, débarrasser de son bas afin de ne pas abîmer le cuir de smilodon qui s'effritait facilement au contact de l’eau. Ressortant au bout de quelques minutes à peine, sa lance se voyait parsemée de poissons à l’instar d’une gigantesque brochette. Comme les prémices d’un délicieux festin qui s’annonçait.

« Fais ce que tu as à faire, et fais le vite. » Répliquait-il impatient.

Une réponse inopinée il fallait sans dire, le Yasei se montrait légèrement plus coopératif face à la persistance de la Chôkoku. Revêtant sa tunique, il posa sa trouvaille sur le sol avant d’allumer un feu à l’aide d’un morceau de silex, ceci dans l’objet de griller la chair de la poiscaille précédemment pêché.

« Mon peuple évolue sur ces terres depuis deux siècles. Mais nos origines demeurent dans un Pays plus lointain encore. » Répondit-il avec concentration.

Son regard d’une teinte automnales fut figé en direction des flammes inextinguible devant lui. Le Pays en question, était celui du Bois, plus connu sous le nom d’Hayashi no Kuni. Les Yaoguaï avaient été contraints de fuir la forêt suite à des événements tragiques survenues sur leur territoire, bouleversant l'écosystème.

« Et toi ? Qui es tu ? Serait-tu une de ces femmes de haut rang ? Tu diffères aussi des iwajin que j’ai l’habitude de croiser. » Demandait-il.

Effectivement, en dépit de ses airs de princesses, Senku apparaissait intrigué par cette dernière, n’ayant jusqu’alors jamais eût à faire à ce genre de femme par le passé. L’odeur émanant de sa personne tout comme sa chevelure argentée et soyeuse trahissait la classe sociale parmi laquelle elle vivait. Un gouffre séparait les deux iwajin appartenant pourtant à la même armée. L’un mangeait avec ses mains toute son enfance, tandis que l’autre devait sûrement user d’argenterie.

Il plaça les poissons au dessus du feu, l’odeur de la grillade prenant le dessus sur le parfum féminin de son interlocutrice. On pouvait entendre les gargouillements de son estomac sur des kilomètres tant il avait faim. Sa chevelure mouillée séchait frénétiquement au contact de l’air chaud provoqué par le brasier. Ses yeux ambrés croisèrent ceux de la Dame d’argile avant de dévier plus bas vers ses mains en mouvement, elle continuait de manier la pâte avec grâce et dextérité.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Mer 20 Juin 2018 - 13:13
- "Oh wouah. Il est fort rare que des les premières séances on offre tout à ma vue comme ça. " 

Effectivement, d'ordinaire il fallait négocier longuement et en plus de payer, faire des efforts pour mettre le modèle à l'aise afin de capturer son naturel. Inutile de dire qu'avec lui on brûlait déjà toutes les étapes logiques et ce n'était pas déplaisant à vrai dire. Le fait que la pudeur semblait lui être optionnelle était un bon point aussi; là dessus au moins, nous voilà un point commun. La plupart des gens de bonne famille feraient des bonds en voyant leur enfant épier un homme nu, inconnu de surcroît, mais chez les Chokoku la pratique étant banal; d'avoir des modèle dénudés j'entendais, que l'effet était hors norme au final. Était ce vraiment du voyeurisme que s'attardait longuement sur tous les points et détails d'un corps, quand la concentration faisait que le but était juste de les retrancrire dans l'argile ?  Peut être qu'à force même, nous perdions un peu du plaisir de nos yeux s'il n'était pas associé à celui du travail de nos mains.

Quand un modèle était aussi sauvage que lui, pas que dans sa prestense mais aussi son caractère, suivre l'ordre des étapes académiques étaient une pure folie et c'était là toute la magie et l'attraction artistique qui émanait de lui, bousculant codes et acquis pour arriver au but. Alors tantôt j'avais travaillé son fascie, posant son expression à la fois sévère et franche. Puis quand il m'avait ignoré et tourner le dos, il avait fallu s'empresser  de répéter  les stigmates et les reliefs de son passé physique. L'eau fraîche n'avait pas désavantagé la virilité exposée, surprennament. D'où ce sourcil largement soulevait à la vue des dessous du décor.  Les livres d'anatomie ne mentaient pas, les hommes étaient aussi peu égaux que les femmes et leur poitrine.

- " Hum... Sculpter c'est comme faire l'amour à une femme, si tu t'empresses du le travail, mais tu n'en auras ni un grand plaisir, ni le meilleur des résultats. Ne me presse pas ! "

La référence était classique, mais était elle appropriée pour l'individu. J'imaginais bien qu'il se contentait de se suffir à lui même comme tous au final. Nina (ma gouvernante) s'en plaignait souvent.  Cela faisait partie de l'éducation de me préparer à la frustration j'imagine. La notion d'un autre pays ne faisait que renforcer la nostalgie de Taki.  Iwa était certes agréable et j'y avais la belle vie, mais il lui manquerait toujours le petit plus d'une terre d'origine.

- " Tu n'es pas très attentif... Je t'ai dit que j'étais une Chokoku. Ou alors c'est une habile façon de demander mon sobriquet ?"


Le rire qui en suivait n'était pas moqueur, bien l'intention  était taquine en ouvrant la bouche.

- " je suis loin d'être un cas isolé, mais disons qu'en général les petites bourgeoises ne se perdent pas dans ces  coins paumés."


Compliqué avec leurs belles robes et petits talons.

- " J'aime le côté sauvage et dépeuplé de ce coin de montagne, ici le monde et les règles semblent exister différemment."


Mais il s'en foutait pas vrai ? Oh je pouvais comprendre,moi même cela m'agacait d'avoir toujours quelqu'un derrière moi au domaine qui épiait tout ce que je faisias.

- " Si tu es prêt à me supporter une petite demi heure pour que je finisse mon oeuvre, je te laisse tranquille, tu ne verras même pas que j'existe ! "


Bon, ça commençait mal quand je venais piocher un bout de poisson grillé pour voir le goût que ça avait, sans prendre la peine de demander évidemment. ..

- " C'est moins salé que d'ordinaire.."
humage de l'air puis ma propre manche... " Oh damne j'empeste ton poisson ! "



Dernière édition par Chôkokû Diao le Ven 22 Juin 2018 - 18:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Jeu 21 Juin 2018 - 23:45




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐◐


Par cette pure et chaude après-midi, il s’était installer au bord du doux fleuve attiédi, où se réfléchissait la fuite d’un cumulus. Suivant lentement le chemin de halage… Tout en fleurs, qui descendait en pente vers les eaux dont rien ne troublait la transparence et la pureté. Éboulis de granite à sa droite, à gauche des roseaux; Devant lui, la silhouette chétive bien qu'agréable à regarder de la kunoichi. En arrière plan se dessinait les détours de la rivière en marche, et enfin, fermant l’horizon, un pont d’une seule arche. Le courant murmurait, en inclinant les joncs, Et les poissons, avec leurs sauts et leurs plongeons, sans cesse le ridaient de grands cercles de moire, attirant les prédateurs célestes à l'affût.

Les paroles de la Chokoku partirent ensuite dans la divagation pour notre sauvageon, faire l’amour ? Il ne connaissait pas ce terme, il répondit d’ailleurs d’un simple haussement de sourcil.Et pourtant les prétendantes n’était pas ce qui lui manquait, les barbares du sexe opposé faisaient la queue pour avoir la chance de forniquer avec celui qui était prédestiné à devenir le patriarche de la tribu montagnarde. Sa réputation le précédait tant il excellait dans le domaine du combat, Senkū l’incarnation même de la férocité.

En présence de la jeune femme, le Yaoguai apparaissait tel un animal sauvage adouci, côtoyer les shinobi et les hommes civilisés l’avait rendu plus sage. Il fut un temps où il aurait broyer la gorge de celle qui l’épiait sans relâche, son instinct primitif lui disctant nombreux faits et gestes.

« Les bénédictions de la nature abondent en ces lieux. Il est normal que de se sentir apaisé lorsque nous sommes isolés. Cela nous permet de vider notre esprit des tourments qui l'agite. » Disait-il nourriture en main.

Elle disait apprécier cet aspect de croc rocheux, un endroit qui n’avait pas ou du moins que très peu été souillé par les hommes. En dépit de leur différence, tous deux semblaient néanmoins avoir quelques traits de personnalités qui se rapprochaient. L’odeur grillé du poisson annonçait avec véhémence que le repas était fin prêt à être déguster.

« Tu peux te servir si tu v…. » Trop tard. Sa prise d’initiative avait été plus rapide que la proposition, ou plutôt l’invitation du chasseur. Cette Chokoku se voyait totalement dépourvue de gènes quelconque, agissant d'un naturel très rare face à l’Ostrogoth, comme s’ils se connaissaient depuis des lustres alors qu’il en était tout autre en réalité.

« Humpf. C’est d’accord Chok.. Comment te prénomme tu déjà ? Tu peux m'appeler Senkū.. » Demandait-il avec malaise.

S'en suivi un léger rictus apparut sur le faciès bestial du Yasei, tandis qu’il se délectait de la truite carbonisée à la chair savoureuse et blanchâtre. Il n'avait pas oublier le sobriquet cliché qui lui avait été octroyé, cela le faisant doucement rigoler.

« Dis moi, comment as tu fait pour me retrouver aussi rapidement ? » Ajoutait Senkū d'un air malicieux, un zeste moqueur.

Un léger détail qui lui taraudait l'esprit. Le Jônin apparaissait curieux de savoir de quel manière elle s’y était prise, malgré le fait qu'il n'avait pas pour objectif la semer totalement. Serpentaient alors quelques suppositions dans son esprit chimérique à l’égard de la jeune femme, plongeant ses pupilles dorées dans celles rougeoyante telles les flammes qui les séparaient. Bénéficiait-elle de sens plus développés que la moyenne ? En attendant il continuait de dévorer sa trouvaille à grande bouchée, il ne restait que l’ossature inerte et propre des poissons engloutis par le barbare des rocailles.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Ven 22 Juin 2018 - 19:21
On pouvait donc à la fois être sauvage et faire preuve d’esprit ? Le mélange était intéressant et c’était au final une vérité que l’on connaissait tous qu’il venait de pointer du doigt dans la recherche de l’isolement. J’acquiesçais donc qu’un hochement de tête, cachant mal mon appréciation pour sa remarque, enfin, encore aurait-il fallu que j’avais de lui jouer une quelconque comédie. Si telle était le cas, je n’aurais pas déjà son poisson au fond du palet…

§ - “ Hmmm hum ?! ”

Le pseudo était soulé par le nez, ma bouche était pleine, avec une fausse innocence, nez à nez, je n’avais pas pu rater son expression s’affichant après avoir été pris de court. Il était vrai que j’avais un peu trop de facilité à me sentir à mes aises partout et avec n’importe qui. De vieilles habitudes tenaces… Ou alors c’était un jeu plutôt interdit avec pareil statut tenant toute son attractivité de là.

§ - “ Oh ! Senkû, c’est donc ça ton nom ? J’imaginais autre chose… Mais c’est bien aussi. Ça sera Diao pour moi et ton futur double d’argile, c’est Yama otoko sama. “

Lui présentais je fièrement la création en cours, elle était qui déjà nommée avant d’être finie, comme l’enfant attendu avec hâte que l’on nommait d’avance. Cela paraissait toujours pour une pratique étrange et un peu fou de nommer ainsi ses oeuvres, parfois de noms ou même de titres, mais le jugement externe ne m’avait jamais troublé plus que cela en vrai. Devant sa nouvelle question, je ne pouvais qu’échapper un petit rire. Il était vrai que je n’avais pas la tête de l’emploi quand il s’agissait de traquer quelqu’un.

§ - “ Et tu penses sérieusement que je vais te le dire ? Tu ne pourrais que mieux m’échapper ensuite. Pas d’accord, tu es un modèle fort plaisant, je ne veux pas que tu me sèmes. “

Ma tête s’était agitée pour faire la négation elle aussi d’un mouvement et pour en rajouter des couches, je pinçais les lèvres en levant le menton. Qui disait artiste, disait aussi côté marchandeur non ?

§ - “ Mais si tu es si curieux, on peut s’arranger. Ou plutôt négocier. “
Un de ses doigts tapotait son nez lui donnant un air malicieux.

Si on se fiait aux apparences et ses airs coquins, ce n’était pas le genre de jeux qui devraient lui déplaire ou du moins l’offenser. A partir de là, il n’était pas très difficile de deviner ce que j’allais lui demander en échange de ma collaboration, il n’avait qu’une chose de valable à m‘offrir et il fallait être aveugle ou idiot pour ne pas avoir remarqué mon engouement.

§ - “ Sers-moi de modèle en jouant le jeu pour que je finisse Yama otoko sama, si tu le promets, je te dis comment j’ai fait. Soit flatté en un sens, c’est une marque de confiance de ne pas te faire patienter jusqu’à que je la termine.” Sourire de toutes ses dents.

Le moment parfait pour lui voler encore un peu du poisson entre ses mains, parce que oui, il était meilleur que celui qu’il pouvait m’offrir et que je devrais tenir.

§ - “ Avons-nous un marché ? ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Lun 25 Juin 2018 - 1:39




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐◐


Diao. Ainsi s’appelait cette curieuse jeune femme, qui avait cette drôle de manie d’exprimer son ressenti, d’émettre un commentaire. Senkū commençait à cerner plus à même son interlocutrice, bavarde, elle aimait tout particulièrement échanger, ceci alimenter par son manque total de timidité envers l’étranger. Au contraire du Yaoguai qui possédait quelques difficultés à ce niveau de sociabilité. Néanmoins, à son instar, la kunoichi à la chevelure argentée se voyait dotée d’un certain ego quant à ses talents en tant qu’artiste.

La Chokoku n’avait de cesse que de montrer l’évolution de sa création toujours en construction, mais très proche de se voir achevée par l’architecte d’argile. Yama otoko sama, son alter ego en céramique comme elle prenait plaisir à le lui rappeler.

Le sauvageon se contentait d’écouter la dame tout en étant muni d’un léger rictus quelque peu moqueur. La jouvencelle,en dépit de ses défauts, semblait tirer profit de ceux-ci afin d’en faire ses principales qualités. Et malgré son côté lourd et barbant du prémisse de leur rencontre, il lui trouvait au fil du temps qui s’écoulait, un côté amusant, un tantinet attachant.

Chose extrêmement rare depuis quelques mois, Diao eût même l’adresse de faire s’échapper, un léger rire, évidemment retenu de la part de son homologue des monts - Un petit ricanement qui n’avait plus refait surface depuis les décès de Shinobu et Chôgen. Le balafré positionna sa main devant sa bouche afin de ne pas donner plus de confiance à la Chokoku qu’elle n’en avait déjà à son égard.

« Donc si j’ai bien compris, si je te sers de modèle pour ton bonhomme d’argile , tu me dira comment est ce que tu as fait pour me suivre ? C’est bien ça ta proposition ? » Reformulait-il avec suspicion.

Un récapitulatif était de mise, le barbare n’ayant pas tout à fait compris la nature des intentions de la demoiselle. Son visage angélique fut agrémenté d’un sourire malicieux, montrant sa pleine dentition au Yasei, qui s’affichait légèrement désorienté. Doutant de la sincérité de la kunoichi explosive.

« Elle essaierait pas de m’entuber là ? Qu’est ce qu’elle veut dire par servir de modèle ? Je n'ai cas fuir encore une fois et l'affaire sera régler hm... » Marmonnait-il à voix basse.

Sa main placée en dessous de son nez, devant sa bouche la tête légèrement dévier sur le côté et le regard ailleurs lui donnait un air à la fois réfléchi et bizarre. Sa curiosité naturelle venait d’avoir raison de lui, et allait pouvoir faire profiter la sculpteuse qui sur ce point apparut plus maline.

« Tout cela n’a vraiment aucun sens. Ce n’est même pas un marché, il n’y a même pas d’échange équitable. » Affirmait le chasseur.

En effet, après tout, le Jônin n’avait qu’à réitérer sa fuite pour avoir réponse à ses questions. Nuls besoin de satisfaire l’ego d’une fille gloutonne à l’ego surdimensionné. Le protecteur de la faune, malgré sa simplicité à se mettre à nu, n’était pas ce genre d’homme facile, même s’il s'affichait comme étant particulièrement curieux que de voir le résultat de la création artistique de Diao.

« Humpf.. bon c’est d’accord. Mais fais vite je n’ai pas toute la journée. » Ajoutait-il en prenant de pitié Diao.

Son intérêt quant à la finalité créative du fameux Yama no otoko, eût raison de sa fierté masculine. Céder aux caprices de la Chokoku se voyait être en fin de compte, un mal pour un bien. Car comme cette dernière l’avait précédemment mentionnée, cette activité se rapprochait plus d’un hommage en son honneur que d’un simple entretien en tant que modèle. Elle avait intérêt à réussir son buste, sans quoi, elle passerait un mauvais quart d’heure.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 28 Juin 2018 - 2:53
§ - “ Oui oui, c’est bien ça. Tu n’as qu’à m’aider en suivant mes directives et j’aurais fini assez vite pour pouvoir parler avec toi de ma méthode de traque ! ”

Il n’y avait pas d’entourloupes… Du moins il me semblait, mais elle le voyait baragouiner seul dans sa barbe, je ne pouvais que sourire amusée. L’homme un peu dur et sauvage était soudainement semblable à un enfant réfléchissant au bien fondé d’une corvée pour une poignée de bonbons. Étrange personnage. Quand lui et lui-même avait fini leur entretien, je ravalais mon sourire attendri pour une expression plus arrogante digne de l’artiste. Après tout, on était deux à jouer ce jeu-là, il pensait vraiment qu’une fine observatrice fanatique de son modèle n’aurait pas capturé les variations d’expression de son fascié ? Peut-être qu’il commençait à apprécier cela et si je le choyais assez, il accepterait de recommencer.

§ - “ Je ne te force à rien ! “
Fit elle en levant les mains un air innocent. -pas crédible-

Et finalement, il acceptait avec plus de faciliter que je l’avais imaginé, dire que j’avais déjà préparé moultes stratégies pour le convaincre, qu’à cela ne tienne. L’expression de mon visage à ce moment là ne pouvait pas mentir sur la joie émanant -réelle- et quelques bonds sur place les mains jointes pour le remercier aussi bien physiquement que verbalement avaient débordés de mon enthousiasme. Il fallait arrêter de perdre du temps et sacrée sa patience, mais je me sentais un peu comme un matin de noël à l’époque où les parents qui étaient encore là ou Shin, faute d’avoir un cadeau à m’offrir, m'accordaient une faveur. C’était toujours la même :

§ - “ Lève la tête gonfle le buste et surtout, fais moi un sourire ! “

Des années que je n’avais plus dis ça, ni fait ce caprice là en réfléchissant bien. Peut-être que l’environnement s’y prête et sa simplicité aussi au final. Si c’était trop étrange pour lui, il m’enverrait promener, mais c’était déjà trop tard, j’avais gravé dans ma mémoire son expression d’un sourire timide et dissimulé, mais bel et bien existant. D’ailleurs, pour être sûre de ne pas le rater, vu qu’il offrait son corps en modèle, c’était le rictus de quelques instants sur lequel je m’étais attardé en premier, cachant la face de la création à mon modèle pour lui laisser la surprise de son expression mutine inattendue, avant de passer aux finitions des parties de son corps visibles. Cherchant comme toute bonne artiste, les points de fierté qu’il mettait naturellement en avant. C’était plus facile avec sa coopération d’incruster les détails et au bout d’au moins une bonne heure à avoir tâté sa patience en divertissant son temps de commentaires idiots visant à le faire râler. Mon oeuvre n’avait plus qu’à sécher.

§ - “ Et voilà ! Bon travail ! Quelques détails seront encore plus flagrants au séchage. Oh mais c’est vrai, je te devais une explication.” Elle levait un doigt en l’air lui donnant un air studieux. “ J’ai des bases de sensorialité détectives. Dans un lieu aussi reculé il n’y avait que deux chakras, le tien et le mien. J’ai suivi la direction du tien. Voilà tout ! Merci pour ton aide sempai-sama, tu es de loin, le plus beau et parfait de mes modèles à ce jour ! ❣ ♥ ❤ "

Sourire angélique, tombée de tête sur un quart de côté. Cute mode activé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Ven 29 Juin 2018 - 2:03




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

Fooling Mode



« Co.. comme ça ? * Tss c'est une blague ! Si jamais on me surprend comme ça... * » Demandait-il embarrassé tout en étant pensif.

Le shinobi habituellement introverti s’était ouvert comme un livre face à l’insistance de la sculpteuse, qui s’affichait plus que ravie de la réponse positive du Jônin. Particulièrement gêné, il ne pouvait s’empêcher de dissimuler son malaise, tentant de satisfaire les demandes de l’artiste à la chevelure lunaire. Le sourire plus que forcé du guerrier primitif, fut accompagné de légers grognements de fierté et de marmonnements, il rouspétait timidement dans sa barbe devant les commentaires et les directives de cette étrange jeune femme qu’il ne connaissait que depuis quelques heures.

Vint le moment où sa création fut terminée, face à cette annonce, le Yasei extirpa un soupir de soulagement, il fallait admettre que jouer les mannequins n’était pas dans ses cordes, celui-ci venait de faire un effort considérable rien que dans le but d’étancher la soif de Diao.

« Tu en as mit du temps, c’est la première et dernière fois, compris ? » Lançait-il satisfait d'en avoir terminé.

S’échauffant en faisant quelques échauffements corporels, il s’approcha de la dîte création d’argile censé le représenter avec véhémence. Tandis que la Chokoku continuait dans sa prise de parole afin de réveler son secret de polichinelle, le barbare quant à lui ne pu s’empêcher de toucher du bout du doigt son alter ego rocailleux, la reniflant à l’instar d’un animal intrigué.

« C’est très ressemblant, voyons voir si... » Disait le jônin en laissant son interlocutrice dans son monologue.


D’un geste spontané, il asséna un coup à la statue d’argile, curieux de savoir à quel point cette matière était solide. Son double éclata en plusieurs morceaux tandis que ce geste irréfléchi et typique aux hommes de son statut, la Chokoku n’eut même pas terminée sa phrase qu’elle fut directement interrompu par le bruitage du coupable.

« Are ? Hum, il n'était pas très solide ton Yama otoko... » Ajoutait le Yaoguai en pleine constatation.

Le Yama-jin ne contrôlait pas sa force sur ce mouvement brusque, il venait tout bêtement de ruiner une heure de travail assidu, sans oublier ses propres sacrifices, mettant son ego de côté pour la pauvre kunoichi.

« Désolé, c’est parti tout seul... » Concluait-il en tentant de coller vainement les morceaux.



© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Ven 29 Juin 2018 - 3:19
Première et dernière, ils disaient tous ça, mais finissaient aussi toujours par revenir sur leur avis. Alors je ne relevais pas. Mains dans le dos, je l’avais laissé constaté mon travail, après tout, qui mieux que lui pourrait me dire ou non s’il était réussi. Personnellement, bien que pas entièrement satisfaite, je ne l’étais jamais de toute façon, je trouvais que cette création était de loin ma plus réussie. Rien que par ce sourire volé retranscrit, elle serait à jamais une victoire ne me faisant pas regretter mes heures d'entraînement.

§ - “ Doucement, elle a besoin de sécher avant de devenir soli… “

Difficile de qualifier ce moment où ma belle humeur s’éffondrait doucement comme la courbe de mon rictus tombait vers le bas. Que venait-il de faire ? Sous le choc, mon temps de réaction se présentait comme incroyablement long, ma bouche avait beau être ouverte, aucun son n’en sortait et c’était moins qui était figée dans ma position à l’instar de ma statue qui elle à peine finie, rendait l’âme en mille morceaux sur le sol rocailleux. Le regard si embrassé d’ordinaire s’éteignait alors par la bataille contre l’océan apparaissant du ressentiment de mon fond de coeur. Pourtant, je ne criais pas plus que je ne pleurais et ce n’était pas l’envie qui manquait pour l’un ou l’autre. En tant que fille de bonne famille, on m’avait conditionnée à me maîtriser, l’égo de l’artiste étant blessé, je ne pouvais au moins que faire honneur au nom qui m’englobait. Il avait le droit de ne pas l’aimer et puisqu’elle était à son image, de châtier un travail baclé, aussi douloureux cela pouvait-il être à accepter. Alors c’était d’un rictus plus timide, mais toujours sincère que j’avais relevé la tête. J’étais responsable de la médiocrité de ma création après tout, seule et unique à blâmer. Mais sa remarque qui au final aurait dû me faire sortir de mes gongs, avait réchauffé mon intérieur devant au final la raison plus niaiseuse de la catastrophe...

§ - “ Il n’avait pas fini de sécher, l’argile est un composant capricieux, mais tu as raison, pas très solide en définitive. “

Peut-être que la voix tremblait, mais je ne pouvais nier ma déception, ni même la petite triste de voir les bouts de ma création gisant au sol.

§ - “ Malgré tout, vu le temps que ça me prend de les faire, je les aime pareil, avec leurs qualités et leur défauts. “

Ce regard plissé là, m’avait permis de prendre un peu sur moi concernant la situation. Il donnait un air mignon, mais c’était l'ébullition en dedans il y avait encore quelques instants, peut-être que son “désolé” avait noyé l’incendie ou alors c’était de le voir tenter de recoller les morceaux. Accroupie devant lui, j’effectuais quelques mudras, ce qui obligeait l’argile au sol à se rassembler d’elle même… Sans pour autant reprendre sa forme si parfaite, cela demandait beaucoup de concentration et de chakra de charger autant de détails, voilà pourquoi je m’évertuais encore manuellement.

§ - “ Tu pensais vraiment que j’utilisais une matière lambda pour te reproduire. Ah ah Semoai comme tu es amusant. Je t’ai regardé assez longtemps pour graver dans ma mémoire tout ce qu’il fallait, sa seconde version ne sera pas aussi parfaite, elle gardera les stigmates, mais je vais la garder quand même en souvenir... Cependant… “ Elle se saisissait de sa création… “ A l’avenir, ne frappe plus mes œuvres si tu ne veux pas exploser de l’intérieur. “

Pour vrai ! J’étais capable de mettre quelques billes explosives dans ses poissons en représaille sur un coup de sang ! Là dessus, silencieusement, en crachant quelques billes d’argile de mes lèvres, je remplaçais quelques bouts pour réparer les fissures et les zones endommagées afin de lui donner une nouvelle vie.

§ - “ Des excuses ne suffiront pas, fais toi pardonner mieux que ça pour avoir détruit mon travail ! Goujat.... “

Le coup de mou était passé en quelques minutes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Jeu 5 Juil 2018 - 0:31




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐◐


Sa maladresse n’avait d’égal que sa promptitude. En effet, l’indigène venait de réduire en charpie une heure de concentration et de minutie intense. Lui qui avait par ailleurs, fait l’effort de mettre de côté son ego de fier guerrier tribal afin de répondre aux exigences de la jeune artiste. Celle-ci apparaissait de plus, particulièrement désabusé suite à cette cruelle désillusion, une véritable insulte quant à son talent inné de la création pâteuse.

Se trouvant désormais plus que dans l’embarras, Senkū recherchait désespérément une issue lui permettant de rattraper son précédent geste, en vain… Il continuait néanmoins d’observer Diao dans une hystérie contenue.

« Humpf. Je t’ai déjà dis que j’étais désolé, que veux tu d’autres ? Que je t'implore ? » Disait-il un tantinet grogneur.

Légèrement grincheux face aux paroles de la Chokoku n’y était pas allée de mains mortes, sa réaction bien que compréhensible irritait quelque peu le Yaoguai qui n’avait pas pour habitude de se faire sermonner, pas même par ses supérieurs.

« *soupir* Si tu veux recommencer, je veux bien faire un dernier effort, c’est de ma faute après tout... » Ajoutait l'aborigène prenant de pitié la kunoichi.

Étonnamment, il posa délicatement sa main sur l’épaule de la princesse explosive, prenant un air plus sympathique, le Yaoguai pouvait apparaître comme un individu des plus complexes, tant il alternait les réactions sur son faciès peinturluré.

« Je connais un endroit qui pourra peut être raviver ton inspiration. Je comptais d’ailleurs m’y rendre avant que tu ne me prenne en filature. Tu peux me suivre si tu y parviens, Diao. » Indiquait le sauvageon en prenant un air plus serein.

Sur ses mots, le maître martial disparut, laissant sur son sillage un écran de fumée tant il jouissait d’une rare vivacité. Il s’était dirigé vers le chemin caillouteux menant à un paysage d'idylle, connu comme étant son petit coin de paradis, un endroit parmi lequel il appréciait à s’y rendre, dans le cadre d’activités spirituels, loin des hommes et du brouhaha assourdissant de la ville.

Le Yasei ne savait pas si son interlocutrice allait vouloir le suivre après ce désagrément, mais il espérait tout de même se rattraper, n’étant pas spécialement expert dans l’art de se sociabilisé avec les hommes civilisés, il expérimentait encore, tentant de comprendre leur comportement dans l’objet de se fondre plus aisément dans la masse.


© GS

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 5 Juil 2018 - 6:36
Et voilà que non content d'avoir réduit tous les efforts à néant, il proposait un jeu de cache-cache. Sur le coup, j'aurais bien eu envie de grogner plus fort que lui, en cet instant on aurait pu douter de qui était le plus sauvage des deux mais il ne m'en laissait pas le temps disparaissant presque aussi vite qu'il était arrivé dans mon champ de vision à toute première fois. Considérant sa proposition et ma statue, il me fallut quelques secondes de réflexion. Avais-je envie de jouer ce jeu de chat et de la souris, et de lui courir après en espérant qu'il jouerai le jeu et me laissait à nouveau faire la sculpture sans la détruire de préférence. Où étais-je simplement trop agacé ou plutôt blasé pour me prendre au jeu. La découverte d'un espace tel qui le décrivait, était tout à fait tentant. Mais je devais 'avouer que la fatigue ou plutôt le chakra me faisait défaut. La décision fut donc facile à prendre, si j'arrivais à le retrouver tant mieux, je ferai l'effort de recommencer ma statue, mais si je n'y arrivais pas, tant pis je rentrerai avec les restes de cette dernière et je tenterai de la reconstruire au mieux à l'aide de mes souvenirs.

Jusque-là, je n'avais pas dit un mot de plus écoute en ce qu'il racontait sans commentaire. Joignant mes mains pour ma technique je me concentrer alors pour trouver une trace de son chakra dans les environs. Malheureusement, comme attendu, la découverte n'était pas au rendez-vous soit parce qu'il était trop loin virgule soit parce que j'étais trop fatigué pour l'exécuter comme il fallait. Après tu la sensorialité, était quelque chose de nouveau pour laquelle j'étais encore en apprentissage. Certes le traquer était un bon exercice, mais il ne fallait pas s'attendre à des miracles d'une novice. Ne décidant en pas d'abandonner pour autant, j'observai les alentours pour trouver quelle direction serait la plus sensé à suivre. Si de là où j'étais je n'arrivais pas à le ressentir, rien ne disait, qu'en avancant même par hasard, je ne finirai pas par trouver sa trace. Au pire des cas cela me fera une balade au mieux je retrouverai mon modèle. C'était ainsi, après avoir fait quelques mètres, je tentai à nouveau ma technique pour le repérer, sans succès une nouvelle fois et plutôt que de continuer tout droit dans ma lancée, je décidaid alors de me diriger vers la gauche faisant un nouveau quelques mètres de plus avant de lancer la technique encore une fois. L'échec fut même plusieurs fois de suite et tandis que j'avais l'impression de revenir sur mes pas une étrange intuition me dicter de recommencer une dernière fois. Une faible variation de son chakra semblait provenir d'un peu plus haut. Et il était là est-ce-qu'il patientait ? Si oui, il avait dû le faire un petit moment car il me semblait bien mettre perdu dans ces montagnes. Rien de nouveau j'avais un sens de l'orientation terrible.

- « il faut croire que tu es destiné à être mon modèle. Même sans effort j'arrive à te retrouver ou alors tu t'es arrangé pour que ce soit le cas. Est-ce que finalement tu aimes bien ça être le centre de mon attention? »

Taquine et écrire mon cœur, je dépose et son alter ego d'argile sur un rocher plat pour constater le décor. Il n'avait pas menti l'endroit sauvage avez un charme que je n'avais jamais vu ailleurs c'était alors presque criminel pour un artiste que donne regarder que l'homme qui nous avait conduit ici.

- « Comment as tu découvert cet endroit ? On dirait que personne ne sait s'y rendre.»

En effet, la végétation ne semblait pas encore avoir été violée par la présence des hommes. Tout était sauvage intact libre. Je pouvais presque me sentir coupable d'écraser les brindherbes sous les pieds ayant peur de ruiner un équilibre parfait. Naviguant tout autour des sentiers végétaux, je portais une attention plus légère à mon hôte avant de revenir à ma tâche, c'est-à-dire la statue. Assis sur l'herbe avec elle, j'entamais sa reconstruction assez sereinement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Jeu 5 Juil 2018 - 20:01




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐◐


C'était un endroit millénaire ancré entre deux mondes, gardant encore tous ses mystères. Témoins d'un autre temps, d'étranges animaux y vivaient encore, majestueux, un aigle y régnait en maître. De ses puissantes ailes, il survolait les terres glissant entre les cumulus d’une blancheur candide, à la limite du paradis.

Les lumières de l'aube déposaient sur ce monde perdu les aiguilles du temps, qui une à une, tissaient l'espace sur cette terre sereine malgré la Guerre, un vaste pays où chacun peinait à trouver sa place.

L’astre au zénith flamboyait dans les cieux, l’azur immaculé, profond et radieux, posait sur l’horizon sa coupole sereine. Le fleuve au loin passait, lentement, à travers la faune et la flore, hydratant les animaux environnants. Les champs jaunis et verts prolongeaient leurs sillons sur les versants ombreux des collines, la forêt quant à elle, étageait ses hêtres et ses chênes.

L’été mûrissait aux fécondes chaleurs; sous ce soleil scintillant, d’une teinte plus dure, resplendissait dans sa flamme et sa virilité. Aux fleurs succédaient les fruits — saintes richesses de l’homme ; la nature avait belle et bien rempli ses promesses.

~~

« Ne..ne dis pas de bêtises. J'ai effectivement fais en sorte que tu puisses retrouver ma trace, c'est tout. » Affirmait-il légèrement mal à l'aise.

Son expression semblait plus apaisé, le Yaoguai se trouvait ici, dans son élément, habitué à venir en ces lieux reculés seul, autrefois avec son défunt ami Shinobu, avec qui il partageait de nombreux échanges, philosophiques, papotant de tout et de rien, conversation anodine et pourtant bénigne.

« Et bien il faut croire que nous avons chacun nos petits secrets. Je te fais confiance pour ne parler de cet endroit à personne, il serait regrettable qu’un tel coin de paradis ne finisse souiller par la main de vous autres, les hommes civilisés. » Ajoutait l'Ostrogoth rictus aux lèvres.

Son regard plonger dans l’horizon, fixait le Torii rougeâtre au loin, ce portail séculaire nichant au milieu du Lac qui se dessinait devant eux, comme pour inviter les hominidés à renoncer à toute profanation. Tandis que la jeune femme s’attelait de nouveau à la tâche, il l’observait du coin de l’oeil détournant ainsi ses yeux de l’immensité naturelle, satisfait de voir que son invitation portait ses fruits.

« Dis moi, cela fait longtemps que tu t’obstine à utiliser des gens pour servir de modèle à tes créations ? Cela te permet-il de t’améliorer en tant que kunoichi ou s’agit-il d’un simple passe-temps ? » Demandait le sauvageon intrigué.

Désormais la Chôkoku l’intriguait plus à même, s’étant dorénavant quelque peu habituer à sa présence, à sa compagnie au fil des heures. Peut-être avait-il finalement évolué à ce niveau là, lui qui, il fut un temps ne pouvait s’empêcher de réclamer la solitude, se détachant continuellement des autres à l’exception de quelques élus.

« Et tu prétend être capable de les faire exploser huh ? Omoshiroi desu.. Tu as héritée là, d’un don pour le moins, exceptionnel. Utilise-le avec parcimonie, sait-on jamais. Concluait le jônin.

Cela faisait maintenant près de deux ans qu’il avait rejoint Iwagakure avec les autres groupuscules clanique. L’indigène grâce à ses multiples rencontres, avait appris à ne pas juger une personne uniquement en fonction de sa force et de ses aptitudes au combat. Au dépend de ses semblables perpétuellement ancré dans cette éthique de vie, eux qui vivaient plus loin derrière ces montagnes éternelles...


_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 5 Juil 2018 - 23:35
-" Mais pour peu, il rougirait, comme c'est mignon. "

Je poussais ma chance, certes, mais qu'à ma place ne l'aurait pas fait ? Au final, c'était un peu sa punition pour avoir ruiné mon premier essai. Le second avançait assez doucement l'horaire donnant plus d'attractivité au décor qu'à l'œuvre. Il y avait un temps pour chaque chose et comme j'aimais tout faire intensément, cumuler les tâches n'était pas mon genre. Pour le moment, je cessais de sculpter, le reflet de l'astre tombant miroitait l'alter égo de couleur de mes iris rougeâtres. C'était les tons de couleurs que je préférais, posés sur une toile multicolore naturelle.

-"Un peu des deux pour tout te dire, traquer mes modèles aiguise ma sensorialite, mes capacités de tai comme tu vois ce n'est pas de tout de repos. "

Surtout de lui ! Il m'avait fait grimper des Rocheuses, sauter des falaises, ramper, marcher des heures. Négocier, avant même de tester ma maîtrise des nerfs en détruisant mon œuvre.

-" Ne t'inquiète pas, je ne suis pas très mondaine, alors la compagnie ce n'est pas mon fort, je ne risquais pas de dévoiler un point de retraite aussi merveilleux. "

Une évidence, néanmoins je ne comptais pas lui voler son espace.


-" Je ne reviendrai pas sans toi ici, c'est ton repère après tout, mais si tu m'invites à nouveau ça sera un plaisir. "

C'était réglé non ? Puis ça avait le mérite d'être clair sur ce que je pensais de lui. Sa compagnie m'était agréable, on pouvait pas le nier.

-" Effectivement, l'art d'explosion n'est pas un jeu, même si j'ai une affection pour un dérivé plus attractif. Si tu patientes, jusqu'au soir je te montrerais."

Je pouvais lui faire une démonstration s'il restait ouvert à l'idée. Pour ça fallait il encore accepter de rester en ma compagnie plus longtemps. Mais pour lui offrir un avant goût je modelais une abeille, cette dernière comme son homologue réelle s'envolait en produisant son bourdonnement même. A une hauteur raisonnable, elle se mettait à pétiller en éclat rougeâtre et orangé laissant une traînée derrière elle avant de disparaître en quelques éclats avec délicatesse.

- " Voilà une version moins spectaculaire, mais bien la preuve que l'art explosif n'est pas que destructeur. Si tu veux voir sa version grandeur nature, il faudra changer de place, je ne voudrais pas effrayer la faune locale. Que sais tu des feux d artifices ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Ven 6 Juil 2018 - 23:52




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐da cosmic◐

Planant dans l’immobilité, l’astre épanchait sa flamme avec tranquillité. Le vent s’était assoupi, la forêt et les monts demeuraient paisible. Parfois, parmi feuillages, les vénérables paradisaeidae chantonnaient, tantôt invisible - Puis se taisaient, fatigué de lumière, avant de se reposer sous cette chaleur d’été.

Les abeilles, les taons des bois et autres insectes particulièrement sonores, enivrés des rayons qui tombaient des ramures, sur l’herbe tiède et molle, ils éteignaient leurs murmures - La lumière au silence, hymen mystérieux, s’accouplait dans la paix des bois et des montagnes à travers les cieux.

Flamboyante, magique et touchante saison, quand le vent faisait gémir les hautes frondaisons et voler les feuilles qui tourbillonnaient autour des deux shinobi qui échangeaient. Il y régnait au cœur de cette faune étendue et profonde, un silence à son quasi paroxysme; aucun bruits sinon le battement d’ailes des oiseaux qui fuyaient ou la voix aigüe de la jouvencelle aux pupilles rougeoyantes.

L’Ostrogoth buvait les paroles de la manipulatrice d’argile, tout en continuant de dévisager le paysage d’idylle et pastoral qui s’offrait à lui. Il avait perçu chez cette jeune femme, une certain modestie, humble devant les éloges minimes de son interlocuteur balafré.

Ce même interlocuteur qui commençait à en savoir davantage sur la personnalité ainsi que sur les capacités de la kunoichi raffinée - Elle aiguisait sa sensorialité tout en peaufinant son Kekkei genkai ne pouvant s'appuyer sur des aptitudes plus direct tel que le Taijutsu, qui apparaissait ne pas être l’un de ses points fort avouait-elle.

« Pour ce qui est du Taijutsu, je pourrais t’enseigner deux ou trois truc à l’avenir, si tu le souhaites. On ne se défend jamais mieux que par soi-même après tout... » Répliquait-il d'un air taquin.

Non pas qu’il doutait de ses capacités à se défendre face au danger, il venait simplement d’ouvrir les portes à une prochaine entrevue de façon indirect. Qui plus est, l’adolescente semblait plus que déterminée à le revoir, en lui promettant de revenir en ces lieux à la seule condition d’une invitation de la part du Jônin.

S’ensuivit, une création des plus inopinée venant de Diao, elle venait de sculpter à l’aide de son aptitude particulière une d’insecte similaire à une abeille, sa moulure prenait vie et mimait même le bourdonnement singulier de l’insecte jusqu’à voler à mi hauteur avant d’exploser en un pétillement de couleurs. À la vue de ce tour que l’on pouvait qualifier de magique, le Yaoguai haussa un sourcil stupéfait face au bref éclat naquit grâce à la Chôkoku. Elle en avait profité pour lui indiquer que son don héréditaire ne représentait pas uniquement la destruction, mais également la grâce et la beauté artistique.

« Tu as raisons, marchons un peu. Des feux d’artifices ? J’en ai vaguement entendu parler, mais je suppose que ça ressemble un peu à ce que tu viens de produire, n’est ce pas ? Il me semble en avoir aperçu l’an dernier, lorsque Chôgen-sama avait été choisi pour devenir Tsuchikage. Mais je ne suis pas rester longtemps, introverti que je suis, les regroupements et la foule m’agacent. » Répondit le virtuose martial, s'ouvrant peu à peu tel un livre cadenacé.

Surpris du fait que son accompagnatrice se souciait de mère nature à son instar, il accepta sans une once d'hésitation sa requête le contraignant à demeurer davantage auprès d'elle. L’aborigène vêtu de son atour préhistorique entama alors la marche, d’un rythme assez lent, limite nonchalant, tirant profit de cette allure afin de mieux prendre part aux explications avec la ravissante jeune femme à ses côtés - Profitant ainsi de la nature et de l’air frais que la brise offrait dès lors, soulevant son impressionnante crinière noirâtre.

« Et toi alors ? Tu as l’air de vivement t’y intéresser. » Demandait-il en zieutant du coin de l’œil.

Tandis qu’ils s'enfonçaient dans la faune, pour rejoindre un autre point plus adéquat, l’astre solaire quant à lui, déclinait peu à peu, faisant apparaître un ciel nappé d’un voile orangé...


_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Sam 7 Juil 2018 - 16:54
La rencontre et tous les échanges nous envoyaient vers un chemin pour le moins inattendu, l’offre était aussi alléchante que bienvenue et pour tout dire, je n’aurais su dire ce que j’avais fait pour mériter une telle attention. Je me doutais bien qu’il avait mieux a faire et préférait s’occuper autrement qu'en enseignant a une novice au talent douteux ce qu’il savait du Taijutsu. Sa dernière remarque était bien vraie et c'était d’ailleurs pour cela que…

_” Je suis devenue une kunoichi pour n'être le poids de personne, alors c’est amusant que tu confirmes mon choix avec ce genre de remarque. Sans vouloir abuser de ton altruisme, je serais comblé de suivre ton enseignement sur le sujet. "

Mes mains étaient dans le dos, j’avais ce sourire niais, parce qu’au final j'étais heureuse d'être ici, que le hasard avait su si bien faire les choses. Quelque part, cela démontrait aussi que ma compagnie auprès de lui n'était pas si terrible et c'était une bonne chose vu comment je lui avais forcé la main a la base. A sa demande, j’accrochais mes pas aux siens pour évoluer à travers ce décor qu’on aurait du mal a croire si proche au final de la civilisation.

_” Effectivement, il y en avait eu, ce n’est pas tout à fait aussi délicat que ce que je viens de te montrer, pour qu’ils soient réussis, il faut qu’ils soient impressionnants a mon sens. “


Quant a sa révélation de son départ prématuré des fêtes, elle déclenchait un rire joyeux, même si il ne m’en avait rien dit, je l’aurais deviné sans peine. Un bain de foule avec très vite beaucoup d’attention sur lui, cela ne semblait pas lui correspondre, ni même en fait le fait qu’il soit un membre de ce village. J'imaginais bien qu’il y avait une histoire propre à cela, mais il était trop tôt et le moment n'était pas fait pour les interrogatoires de ce genre. Le rythme lent était reposant, le genre de balade que j’affectionnais particulièrement, sa question me faisait rire à nouveau, le mot était faible quand il parlait d'intérêt, c'était une véritable passion.

_”Tu sais, on m’a toujours appris que mon don était celui de la destruction, qu’il fallait l’utiliser avec parcimonie et qu’il était plus avisé de se contenter de sculpter. Mais moi je n’ai jamais voulu croire qu’en étant capable de créer de si belles choses de nos mains, on ne pouvait pas aussi émerveiller plutôt qu’effrayer avec nos explosions. Un soir d'été durant un festival j’ai vu mon premier feu et voilà comment c’est né.”

Nous marchions donc longtemps pour trouver un endroit adéquat et au fur et à mesure, l'obscurité embrassait le décor, le noir ne m’avait jamais dérangé, bien au contraire, je trouvais la nuit reposante et la lueur lunaire qui s’installait nous guidait finalement. L’homme avisé, ou alors il n’avait pas fait exprès, mais alors le hasard était heureux, nous avait conduit au bord d’un précipice. Le décor sombre ne semblait être constitué que de roche et c'était parfaitement ce que l’on recherchait, je lui lançais alors un regard mutin n'étant pas certaine qu’il pourrait le distinguer avant de sortir une bille argileuse de ma bouche, une que mes mains malaxaient en plusieurs projectiles qui une fois ma main tendue filaient vers les cieux dans un sifflement singulier. Le son s'arrêtait, un silence de quelques instants avant le brouhaha soudain de l’explosion relâchant les étincelles colorées dans un cercle harmonieux hachuré. Puis deux autres avec quelques secondes de retard l'imitaient, entourant de leur aura orange, le rouge vivace qui s'écoulait en disparaissant vers le sol.

_”Je pourrais t’offrir un spectacle plus impressionnant et complet, mais ça ne te motiverait pas a te rendre au festival pour voir celui que j’ai préparé pour l’occasion si je le faisais. “


C’était une invitation en un sens non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Ven 13 Juil 2018 - 23:36




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐da cosmic◐

La profondeur du ciel se teintait d’un jaune paille mûre et feuillage rouillé, Les nuances d’or clair semblaient toutes nouvelles, elles dardaient les champs et les monts et les eaux de sa lueur orangée. Le champ céleste quant à lui, ondulait et se creusait en sillons, préparant l’astre solaire à veiller à son sempiternel sommeil.

« Hmph. Le fait de pouvoir t’aider à t’améliorer ne constitue en aucun cas une corvée pour moi, au contraire. » Répliquait-il satisfait de pouvoir l'aider.

Effectivement, le fait de pouvoir inculquer son habileté au corps à corps le rendait fier, lui qui désirait pérenniser cet héritage des arts martiaux que le lui avait appris son paternel et son grand père avant lui.

Le Yaoguai toisa la jeune femme sans ralentir l’allure, mais daignait tout de même lui adresser l’ombre d’un sourire. Le guerrier préhistorique se contentait d'acquiescer aux dires de son interlocutrice, se trouvant nettement moins renfermé à son égard. Après tout, peut être était-il plus sociable qu’il le pensait en fin de compte.

« La nature t’a donnée le pouvoir de détruire et toi, tu trouves la ressource pour le rendre attrayant, inoffensif. Tu m'impressionnes. Mais n’est ce pas préjudiciable vis à vis de ton clan ? Qu’en pensent tes congénères ? Tu dois sûrement être la seule à penser ainsi parmi tes semblables, ne crains-tu pas leur mépris ?. » Demandait le Yaoguaï.

Il ne partageait pas totalement son point de vue quant à la dérision de son Kekkei Genkai, mais il trouvait les desseins de la sensorielle louable, respectable même si, cela ne servirait à rien en tant de guerre ou lors de combats. Et en dépit de ses convictions très centrées sur l’antagonisme et l’auto développement militaire, le jônin n’en demeurait pas moins compréhensif. Après tout, la vie draconienne de shinobi ne pouvait pas uniquement jurer que de par le sang et la guerre

Le ciel se nappait d’un voile sombre ornementé d’étoiles, Nocturne faisait son apparition s’invitant à travers la faune et la flore. Senku suivait le chemin enchanteur que l’astre Lunaire lui divulguait, Dame Tsukuyomi no Mikoto qui resplendissait là haut dans les cieux, scintillante de milles feux. L’indigène et la talentueuse sculptrice parvinrent dans un endroit des plus merveilleux, romanesque.

Au sommet d’un pic, la Lune les avait mené jusqu’à l’endroit idéal afin de lui permettre d’exploiter au mieux sa particularité. Le paysage se voyait sombre mais également lumineux de par la multitude étoilée, l’on pouvait distinguer les monts qui se dessinaient et s’empilaient jusqu’au fin fond du décor.

Le balafré zieuta alors la jeune femme à ses côtés, son regard interrogatif croisa le fer avec celui plus rebelle de la kunoichi qui s’empressa alors de former plusieurs projectile en ingurgitant des billes d’argiles. Un silence s’était installé durant la concoctation de son interlocutrice, celui-ci n’émettant pas le moindre son, se contentant de l’observer jusqu’à ce qu’elle décide de déployer son art et de le transmettre à travers les cieux.

Les étincelles colorés se succédaient, retentissant et résonnant, la beauté de son art n’avait d’égal que la voûte céleste constellée, embellissant à même le ciel en dépit de sa magnificence. L’ostrogoth peinturluré voyait ses pupilles diverger de couleur au rythme des éclats naquit par Diao, la magicienne.

« Je dois admettre que ce fut un spectacle très plaisant. Tu prétends pouvoir faire mieux ? Je ne suis pas vraiment fervent des festivals, mais je veux bien faire un effort pour toi. » S'exclamait-il en daignant accepter son invitation indirect.

Le guerrier des monts n’était pas rester tétanisé face aux feux d’artifices improvisé de la jouvencelle à la chevelure lunaire. Néanmoins, face à ce spectacle agréable pour les yeux, il avait prit soin de lui communiquer un sourire, haussa la tête en guise d’étonnement de respect face à son art explosif dérivé. Répondant donc positivement à sa requête, elle qui s’était supposément donné tant de mal quant à la préparation de la deuxième édition de l’Iwa Shukusai.

S’approchant dangereusement du bout de la falaise, il s’asseya à l’extrémité, ses jambes côtoyant le vide, ses yeux jaunâtres posés sur l’immensité montagnards et rocailleux. On pouvait distinguer les hululements des rapaces ou encore les hurlements des prédateurs canins nocturnes apparaissant frénétiquement.

« Tu devrais rentrer, il se fait tard les tiens vont s’inquiéter. » Ajoutait le Yasei constatant que le temps s'était vite écoulé.



_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Sam 14 Juil 2018 - 13:29
Est que cela portait préjudice au clan ? À vrai dire, ce n'était pas la première que l’on me posait cette question. Pourquoi une kunoichi perdrait son temps a faire rêver des civils, au lieu de s'entraîner ou patrouiller, j’avais une réponse simple à cela. Et une l'était bien plus encore concernant leurs pensées sur moi.

_” La seule à qui je dois plaire, c’est moi même. Si les autres ne sont pas contents de ce que je suis, qu’ils arrêtent de me côtoyer. Quant à ma fantaisie, au final, aux yeux des gens normaux, je nous rends plus magiques que monstrueux. C’est une bonne chose non ? ”

Question de point vue j’imaginais, mais je pensais vraiment qu’il était mieux d'être admiré que craint. La peur pouvait pousser à des folies irréparables, l’admiration des actes prodigieux. C'était ma vision des choses et elle valait, ce qu’elle valait du haut de mes jeunes années et ma faible expérience. Dans tous les cas, illuminer les cieux de ses explosions colorées avait toujours le don de m’emmener dans un autre univers au moins le temps de leur complantation. Le spectacle avait semblé lui plaire et maintenant que j’avais promis bien mieux, je ne pouvais plus faillir dans la tâche, question d’honneur quand il disait à demi-mot presque qu’il acceptait mon invitation et je l’observais se déplacer vers les bords dangereux en le suivant sans pour autant m’asseoir. La sensation au bord du vide n’avait aucun égal, elle savait saisir un coeur comme rien d’autre, menacer l’esprit d’y tomber et ainsi détruire le corps qui l'abritait.

_”Je t’attendrais sur les toits, comme ça que tu n’auras à subir le supplice de la foule. Trouve donc d'où partent les feux, ce n’est pas mon genre de prendre les devants de la scène.”

Sa remarque était sage, ils étaient déjà probablement tous en panique à l'idée de ne pas voir leur petite héritière rentrée, ni même de la trouver en ville. J’allais subir les remontrances et elles seraient terribles,mais ça avait valu le coup, souriante alors j’avais glissé un regard vers lui.

_”Tu as raison Sempai, je vais me presser de rentrer. Au plaisir de te revoir et pour ses leçons de Taijutsu, rends-toi juste le domaine Chokoku quand tu auras du temps. Là-bas je suis facile a trouvé, par contre ton succès va t’offrir un accueil chaleureux.”

Je riais doucement en lui disant ça et m'éloignant. En effet, il y avait de grandes chances que les autres Chokoku lui trouvent le même charme que je lui avais descellé et qu’il soit alors pris d’assaut sous leurs demandes, bon par chance, j'étais la fine et la plus tenace de la famille, il avait donc ses chances de s’en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mar 31 Juil 2018 - 2:00




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐da cosmic◐

Elle lui parlait comme du fond d’un rêve; Comme une âme parlait aux vivants ; sa robe flottant dans le vent nocturne, parmi le paroxysme naturel de la Terre et de sa faune authentique et endormie.

Senkū se voyait comme l’algue des flots sans nombre, captif du destin vainqueur ; il était celui que toute l’ombre couvrait sans en éteindre le cœur, ô guerrier millénaire. Son esprit ressemblait à cette jungle, et son sort à cette vaste étendue ; l'indigène était l’habitant tranquille dans la Foudre comme dans l’ouragan.

Le rendez-vous inopiné venait d'être fixé, le Yaoguai allait maintenant s'efforcer de respecter cet accord. Après tout, la vie de shinobi ne rimait pas qu'aux guerres et à la violence, il devait s'armer d'un autre point de vue s'il voulait entrer dans le cœur de ses compatriotes, et cesser du moins, du mieux qu'il pouvait, de s'isoler seul, dans les tréfonds abyssaux et célestes de la contrée rocailleuse.

« Au plaisir de te revoir également.*Ja ne, Diao. » Lançait-il en esquissant un sourire.

*À la prochaine.

Et sur ses mots, il s'éclipsa en se laissant tomber dans le vide, prêt à rejoindre sa modeste cabane nichant dans la sombritude forestière et l'ascétisme montagnard, loin du brouhaha assourdissant et frénétique du centre ville iwajin.


_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Le coup de foudre artistique - Senku

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: