Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le coup de foudre artistique - Senku


Ven 15 Juin 2018 - 1:40
Une fois n’était pas coutume. Deux temps, trois mouvements et j’étais déjà loin après avoir fait le mur. Interdit de sortie ? Ok, pas de problème, mais encore fallait-il pouvoir faire tenir l’engagement, de leur côté je veux dire. Moi c’était certain que je n’allais pas jouer le jeu, du coup pas mille solutions pour avoir la paix, vu que je ne pouvais pas quitter la ville et qu’ils me retrouvaient facilement en centre-ville, direction les crocs rocheux vers la porte Est. Déjà parce que depuis l’assaut il y a beaucoup d’ouvriers avec qui se fondre, et aussi parce que je ne risquais pas de croiser un des miens, c’était un nid à Borukan et les volcaniques, ils les aimaient de loin, très loin. Le côté moins attractif de filer comme le vent, c’était de partir les mains vides à la première occasion, fallait être réactif et pas hésitant dans cette famille. Surtout la mienne proche, trop proche. Bref, quoi qu’il était, c’était sans encombre que je les avais semés et j’étais arrivée à destination. un coin paumé difficile d’accès où personne ne verrait d’intérêt d’y mettre les pieds, sur place, je pouvais soit m’entraîner, quelle plaie pour une artiste, soit bah justement excerçait ma créativité. Quelques mudras suffisaient toujours pour ressortir de l’argile de ma bouche. Ah les dons innés ! Bon celle-là n’était pas amorcée et donc explosive, ça serait bête que mes créations explosent à la face de leurs admirateurs. Bien que c’était déjà arrivé, mais bon, pas le sujet du jour…

Parlant de sujet, à part des cailloux ici… Au loin un décor de ruine et des fourmis qui travaillaient pendant que je prenais le soleil. Derrière eux le village, fait et contre-fait, aucun intérêt, à droite l’horizon était nuageux, il allait pleuvoir plus tard on dirait, et à droite, la montagne rien de… Oh attendez ! Mes mains jointes entre elles pour faire un cadre devant ma vue, j’avais dans le viseur une surprise forte agréable, heureusement que je n’étais arrivée en meuglant un chant faux comme d’habitude. Popopopoo ! Opération… Ninja ! Par contre, escalader une rocheuse accroupie sans se faire remarquer, c’était un méchant exercice l’air de rien. Mais ! Oui, mais ! Arrivée entre deux roches et donc une faille, j’avais une vue parfaite sur la proie qui avait attiré le regard de l’artiste. De loin, un gars un peu baraqué, un ninja ou un paysan quoi, plus le premier, que foutrait le second ici, mais c’était mieux que rien. Pourtant, vu de plus près…

§ - ” Hououhouhouh ! “ soufflait doucement une main sur les lèvres pour étouffer le son...

Non, je ne faisais pas le hibou, mais difficile de ne pas commenter ce que mes yeux contemplaient, méchant spécimen masculin qui s’étirait ou je ne sais quoi… Mais en tout cas, il était parfait pour être pris en modèle. Absolument parfait, puis forcément, quand quelque chose t’inspire comme ça, en quelques secondes la base était déjà faite, mais ça allait prendre du temps pour façonner l’argile de tous les détails. C’était comme immortalisé un moment. Commençons par faire sa face...


Dernière édition par Chôkokû Diao le Sam 16 Juin 2018 - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Sam 16 Juin 2018 - 11:08




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀

Des parcelles de temps, des grains d'éternité se faisaient la belle, se cavalaient et s'échappaient pour n'être jamais et pour ne pas exister. D'une fantastique histoire qui dérapait, des trous vides se creusaient dans le quotidien de l’autochtone et, l'image de son corps se fondait dans la sombritude nocturne. L'ennui se collait à sa peau hâlée, il ne restait presque rien, que l'enveloppe molle d'un guerrier pourtant habité d'un désir ardent de vengeance.

S’alternaient le noir et le blanc comme le jour et la nuit, puisqu’il lui fallait tant de peine pour apprécier la vie cloîtrée de shinobi. C’était une question de patience pour le virtuose martial, comme la traversée d’un long tunnel, il devait se fournir de beaucoup de persévérance pour nourrir ses ambitions professionnelles.

Puis s’ensuivait ses doutes, des obstacles sur la route nébuleuse de son parcours, de son ascension fulgurante parmi la communauté Iwajin. Nonobstant ce fait, il ne pouvait y renoncer, car il était tout d’abord un juvénile guerrier, doté d’une réelle envie d’avancer. Mais pour se faire, le Yasei dōbutsu devait apprendre à s’ouvrir à autrui, son tempérament introverti restreignait fortement son adaptabilité parmi ses pairs pourtant intrigué à la simple vue de son ombre primitive.

~~

Le jônin apparaissait ancré dans ses rêvasseries chimériques, s'adonnant à une méditation tribale. Une activité relaxante qui lui avait été enseigné par l'un de ses mentors, le redoutable chamane Kagehisa Benkei, aujourd'hui vivant dans l'exile à travers les vastes contrés forestières du Pays.

Tandis qu'il contemplait silencieusement l'horizon, un léger soufflement semblant l'interpeller vint interrompre ses réflexions, cherchant à droit puis à gauche, il repéra la provenance de cette voix enfantine.

« Qu'est ce que tu veux femme ? Va-t'en. Je suis occupé. » Répondit-il avec un certain détachement.

Des paroles crues émanèrent de la bouche du Yaoguaï, légèrement agacé par la présence féminine qui l'épiait sans relâche depuis maintenant plusieurs minutes. L'observant du coin des yeux, il remarqua sa gestuelle, distinguant une infime partie de ses habits malgré sa cachette mais son faciès demeurait encore légèrement voilé - son atour dénonçait avec véhémence son appartenance à une famille prestigieuse issue du village. Tout le contraire du sauvageon qui sortait à contrario, d'un clan s'étant auto détruit pour le pouvoir, comptant nombres de guerriers sanguinaires, barbares et même cannibales pour certains.

Soit, il se remit sur ses deux jambes solides et musclés. Vêtu d'une simple tunique en peau de bête, il ne portait pas de sandales à l'instar de ses homologues shinobi. Il poursuivit en enchaînant sur des étirements martiaux, retirant par la suite le haut de son ensemble en cuir de lion. La chaleur le contraignant à se mettre plus à l'aise. La brise du vent caressait sa peau cicatrisés et ses muscles saillants, des gouttes de sueurs dégoulinaient le long de ses pectoraux et abdominaux proéminents en dépit de sa carrure élancée.

Le guerrier primitif ne prêtait guère attention à la jeune femme désormais, se disant qu'il en fallait bien plus pour le déstabiliser dans ses exercices musculaires et spirituels.



© GS

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 17 Juin 2018 - 1:45
C’était qu’il avait une voix autoritaire le bougre, bon je n’étais pas tant surprise d’être aussi vite repérée, du premier coup d’oeil on savait que l’instinct de survit de l’homme, ou celui du mâle c’était valable aussi; était méchamment développé. Les cicatrices et autres déformations de cette toile de chair parfaite lui rendaient encore plus honneur. Donnant tout le caractère à un corps de guerrier aguerri. Est-ce qu’il s'entraînait vraiment ? En tout cas, être un centre d’attention ne le perturbait pas plus que cela, avec pareille allure, il devait avoir l’habitude. Ou alors c’était mon anniversaire que j’avais oublié on m’avait une surprise…? Qui se promenait sincèrement dans de la peau de bête ? Même mon sac à chaussures avait un cuir plus travaillé et détaillé que ça. Pourtant, sur lui, cela composait un ensemble bestial tout à fait raccord. Même si sans c’était quand même mieux. Il faisait chaud sur ses pics, incroyables !

Une ventilation plus tard, c’était que la chaleur de mes mains asséchait l’argile que je manipulais, il va de soi que c’était inverse qu’il était visé, mais bon, le problème d’être d’une nature katon en plus d’avoir un caractère enflammé. Enfin, diraient les simples d’esprit, je préférais dire que c’était les flammes de ma passion qui me faisaient parfois paraître trop ardente dans mes approches. Comme une flamme qui léchait un support qu’elle rêvait de consumer...

§ - “ STOP ! Plus un geste ! “

Ouah, je devrais peut-être m’enrôler dans la police tant c’était sorti de façon innée. Enfin, dans la police ils épiaient les gens à leur insu des heures pour les détailler sous toutes les coutures ensuite ? Hum… Ces petits voyeurs pervers sous le couvert du devoir, ah ah ! Bref, pour en revenir à nos moutons, il fallait absolument qu’il laisse le temps à mon regard expert de fixer toutes les ombres et les reliefs de son corps, pour que ma mémoire capture, ce que mes mains devaient retranscrire à travers la malaxation de la pâte argileuse. Bien évidement, je n’attendais pas vraiment de coopération de sa part et damne comme l’univers tout entier pouvait m’être témoin que les refus, ce n’était pas dans mes registres. Est-ce que j’allais devoir le fossiliser pour l’éternité ? Ça ne serait pas le premier, même si on m’avait arrivée à Iwa que ce ne serait plus une pratique autorisée… Mais quel gâchis ça serait. Oh mais oui ! En vidant ma quatrième chambre au domaine, je pourrais y installer ma nouvelle pièce créative… Je l’appellerais…

§ - “ Yama otoko sama… Oh ouais, je vais t’appeler comme ça. “ Fit-elle toujours avec l’inconnu dans son cadreur manuel, réfléchissant toute seule à haute voix… “ ça serait bien qu’on se déplace de quelques mètres, le soleil ne fait plus honneur aux ombres ici. Peut-être que si on huilait la peau aussi…”

Quelle chance, j’avais toujours de l’huile pour parfumer mes cheveux au jasmin dans ma sacoche. Quoi ? Les nobles demoiselles avaient un devoir de perfection pour représenter leur famille. Bref, avec ma poudre d’or que je mettais sur le haut des joues, ça pourrait faire un rendu sympa…

§ - “ Oh oui, on va faire ça, je vais te napper de ce mélange-là tu seras parfait. “ Elle remuait déjà sa bouteille en porcelaine.

Si je lui montrais la sculpture et donc mes talents, surement que son petit égo allait le rendre plus docile. Voilà pourquoi c’était la première esquisse qui faisait la moitié de ma taille qui se tenait à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Lun 18 Juin 2018 - 1:24




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀



Ses pupilles d’un jaune automnale se posèrent sur le village caché de la roche plus bas, avant de croiser celles rubis de la perturbatrice. Celle-ci apparaissait bien plus téméraire qu'elle n'en avait l'air, ordonnant à l'artiste martial de se figer tandis qu'elle formait quelque chose d'indiscernable avec de la patte, semblable à de l'argile.

« Je peux savoir à quoi tu joues ? » Demandait-il un tantinet agacé.

Le roi de la Faune prit un air interrogatif suite au comportement étrange de la jeune femme, visiblement attirée par l'enveloppe corporel du sauvageon. Elle murmurait à haute voix et continuait de pétrir, façonner son argile jusqu'à prendre une forme très ressemblante avec le faciès de l'Ostrogoth des monts. Impressionnant pour un début, levant un sourcil, cette mystérieuse jouvencelle avait réussie son coup en attisant la curiosité de son interlocuteur.

« Tu as fait ça rien qu'en m'observant en une poignée de secondes ? Je dois admettre que tu es douée... » S'exclamait le Yaoguai intrigué.

Le membre du Yamagenzõ aperçu dans la foulée la petite bouteille d'huile qui empestait les fleurs. Dans sa tribu, ce liquide parfumé était utilisé par les femmes lorsqu'elles désiraient éveiller les sens de leurs compagnons.

« Tu n'espères tout de même pas que je vais te laisser me toucher avec ton huile ? Je respecte ton travail femme, mais cette plaisanterie s'arrête ici. » Ajoutait-il l'air irrité.

Faisant volt-face, tournant le dos à l'architecte aux pupilles rougeâtres, il prit son élan avant de s'élancer dans le vide. Il laissa surplace la kunoichi, qui était vraisemblablement tombée sur un os en terme d’ego surdimensionné. Senkū étant particulièrement ancré dans cette optique séculaire de fier guerrier, cela apparaissait comme étant plus qu'une coutume chez ce dernier.

Atterrissant à quelques lieux de sa précédente position, il extirpa un léger soupir, rassuré d'être enfin esseulé. Certain qu'elle n'avait pas la capacité de pouvoir le suivre à cette hauteur ni même de le repérer. Se situant dorénavant aux pieds d'une montagne, un courant d'eau limpide ruisselant devant lui, profitant de la chaleur pour s'imbiber de la fraîcheur aquatique et de la brise environnante, faisant virevolter sa crinière noirâtre au gré du vent.



© GS

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Lun 18 Juin 2018 - 1:52
La réponse se faisait au tac au tac, avais-je eu moi l’impudence de prétendre qu’il s’amusait en s’agitant ? Combien même je ne comprenais pas, j’avais fait confiance à un intérêt de le faire… Les artistes ne jouaient jamais, l’art était quelque chose de sérieux, presque sacré.

§ - “ Je ne joue jamais. Perte de temps pour les enfants le jeu. J’entraîne mon art à chaque instant plutôt. ”

Au moins, il avait un bon oeil pour ce qui concernait les créations, je n’aurais pas été jusqu’à dire que c’était bon, ou me prétendre douée, car après tout j’étais encore au début de mon art comparé aux autres, mais pour un néophyte, cela devait valoir sûrement le compliment assez satisfaisant…

§ - “ Comme tous les Chôkoku, j’ai un don qui est inné pour façonner. La réussite n’est pas dans la manière, mais plutôt dans le choix de quoi en faire. “


L’espace d’un instant, je me sentais comme feu ma mère, elle qui m’avait répété cela souvent alors que je fanfaronnais sur mes créations impressionnantes pour les autres ne faisant pas parti du clan. Depuis j’avais appris ce qu’elle voulait dire par là, ce qu’elle appelait la flamme, cette vie que certaines créations auront toujours plus que d’autres. Il était le genre de modèle qui donnait une âme au modelage d’argile passant entre mes doigts. Pour la suite, à vrai dire, j’étais à peine surprise, il avait cette aura d’insoumis qui justement le caractérisait dans tout son charme et il aurait été décevant qu’il se laisse faire trop facilement.

§ - “ Oh petit coquin, tu veux que je te cours après…”

Si pour la forme, je m'étais approché du bord pour l’observer dans son bond, je n’en avais pas vraiment besoin vu mon sens sensoriel s’étant éveillé récemment. Bon je n’étais pas optimal encore, et l’utiliser en combat demandait beaucoup de concentration, par contre, dans ce genre de circonstances, nul besoin de courir, j’avais largement eu le temps de mémoriser sa personne. Aussi, j’avais rangé mes affaires sans stress, avant prendre dans mes bras ma sculpture pour bondir avec elle plusieurs fois contre les parois rocheuses jusqu’au contrebas. Ah ? Une adepte du taijutsu aussi, la reine quand il fallait faire le mur même. Pas de chance !

§ - “ Alors ça, ce n’était pas très gentil. “

Visiblement, il ne m’attendait pas, en tout cas sinon il n’avait pas mis d’efforts pour me semer pour de vrai.

§ - “ Tu sous-estimes ma détermination. “

Là-dessus, je m’étais assise en tailleur au bord de l’eau, posant ma précieuse masse d’argile à côté, pour lui offrir quelques détails supplémentaires, car en fait… Il avait écouté en un sens mes recommandations en nous trouvant un coin qui faisait plus honneur à ses formes et où le soleil avantageait les ombres dessinant sa musculature.

§ - “ Je finis toujours ce que je commence, donc rendons ça simple pour nous deux, coopère. “

Sourire de toutes dents, c’était direct et alors ?

§ - “ Tu ne ressembles pas vraiment aux iwajins que j’ai l’habitude de rencontrer. Tu viens de ce pays ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Mer 20 Juin 2018 - 12:07




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

☀☀☀



Décidément, l'adepte d'arts en argile ne semblait pas être du genre à fléchir. De fait, elle avait réussi à suivre le ressortissant de la faune et ce, sans aucune difficulté apparente.
Un trait de personnalité que Senku constata avec amusement, même s’il ne le montrait pas directement sur son faciès perpétuellement stoïque. Son expression ne dénonçait aucune sympathie particulière à l’égard de la kunoichi juvénile. Sans prêter attention à sa présence, faisant mine de ne pas écouter les paroles de son interlocutrice, il s’arma d’une lance à la pointe aiguisée et métallique avant de se rapprocher du bord de l’eau.

Se débarrassant du bas de sa tunique primitive, il apparut totalement nu devant l’héritière du Clan explosif. Et comme à son habitude, le Yaoguai n’affichait aucune gêne quant à l'exhibition son corps, gâté par la nature. Une enveloppe corporel façonné par les divins des montagnes eux même, aussi solides que le roc peuplant les monts les entourant, l’on pouvait distinguer ses cicatrices liés aux combats durement menés pour la survie des siens et du village.

Plongeant dans l’eau limpide, il s’était par ailleurs, débarrasser de son bas afin de ne pas abîmer le cuir de smilodon qui s'effritait facilement au contact de l’eau. Ressortant au bout de quelques minutes à peine, sa lance se voyait parsemée de poissons à l’instar d’une gigantesque brochette. Comme les prémices d’un délicieux festin qui s’annonçait.

« Fais ce que tu as à faire, et fais le vite. » Répliquait-il impatient.

Une réponse inopinée il fallait sans dire, le Yasei se montrait légèrement plus coopératif face à la persistance de la Chôkoku. Revêtant sa tunique, il posa sa trouvaille sur le sol avant d’allumer un feu à l’aide d’un morceau de silex, ceci dans l’objet de griller la chair de la poiscaille précédemment pêché.

« Mon peuple évolue sur ces terres depuis deux siècles. Mais nos origines demeurent dans un Pays plus lointain encore. » Répondit-il avec concentration.

Son regard d’une teinte automnales fut figé en direction des flammes inextinguible devant lui. Le Pays en question, était celui du Bois, plus connu sous le nom d’Hayashi no Kuni. Les Yaoguaï avaient été contraints de fuir la forêt suite à des événements tragiques survenues sur leur territoire, bouleversant l'écosystème.

« Et toi ? Qui es tu ? Serait-tu une de ces femmes de haut rang ? Tu diffères aussi des iwajin que j’ai l’habitude de croiser. » Demandait-il.

Effectivement, en dépit de ses airs de princesses, Senku apparaissait intrigué par cette dernière, n’ayant jusqu’alors jamais eût à faire à ce genre de femme par le passé. L’odeur émanant de sa personne tout comme sa chevelure argentée et soyeuse trahissait la classe sociale parmi laquelle elle vivait. Un gouffre séparait les deux iwajin appartenant pourtant à la même armée. L’un mangeait avec ses mains toute son enfance, tandis que l’autre devait sûrement user d’argenterie.

Il plaça les poissons au dessus du feu, l’odeur de la grillade prenant le dessus sur le parfum féminin de son interlocutrice. On pouvait entendre les gargouillements de son estomac sur des kilomètres tant il avait faim. Sa chevelure mouillée séchait frénétiquement au contact de l’air chaud provoqué par le brasier. Ses yeux ambrés croisèrent ceux de la Dame d’argile avant de dévier plus bas vers ses mains en mouvement, elle continuait de manier la pâte avec grâce et dextérité.



© GS

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Mer 20 Juin 2018 - 13:13
- "Oh wouah. Il est fort rare que des les premières séances on offre tout à ma vue comme ça. " 

Effectivement, d'ordinaire il fallait négocier longuement et en plus de payer, faire des efforts pour mettre le modèle à l'aise afin de capturer son naturel. Inutile de dire qu'avec lui on brûlait déjà toutes les étapes logiques et ce n'était pas déplaisant à vrai dire. Le fait que la pudeur semblait lui être optionnelle était un bon point aussi; là dessus au moins, nous voilà un point commun. La plupart des gens de bonne famille feraient des bons en voyant leur enfant épier un homme nu, inconnu de surcroît, mais chez les Chokoku la pratique étant banal; d'avoir des modèle dénudés j'entendais, que l'effet était hors norme au final. Était ce vraiment du voyeurisme que s'attardait longuement sur tous les points et détails d'un corps, quand la concentration faisait que le but était juste de les retrancrire dans l'argile ?  Peut être qu'à force même, nous perdions un peu du plaisir de nos yeux s'il n'était pas associé à celui du travail de nos mains.

Quand un modèle était aussi sauvage que lui, pas que dans sa prestense mais aussi son caractère, suivre l'ordre des étapes académiques étaient une pure folie et c'était là toute la magie et l'attraction artistique qui émanait de lui, bousculant codes et acquis pour arriver au but. Alors tantôt j'avais travaillé son fascie, posant son expression à la fois sévère et franche. Puis quand il m'avait ignoré et tourner le dos, il avait fallu s'empresser  de répéter  les stigmates et les reliefs de son passé physique. L'eau fraîche n'avait pas désavantagé la virilité exposée, surprennament. D'où ce sourcil largement soulevait à la vue des dessous du décor.  Les livres d'anatomie ne mentaient pas, les hommes étaient aussi peu égaux que les femmes et leur poitrine.

- " Hum... Sculpter c'est comme faire l'amour à une femme, si tu t'empresses du le travail, mais tu n'en auras ni un grand plaisir, ni le meilleur des résultats. Ne me presse pas ! "

La référence était classique, mais était elle appropriée pour l'individu. J'imaginais bien qu'il se contentait de se suffir à lui même comme tous au final. Nina (ma gouvernante) s'en plaignait souvent.  Cela faisait partie de l'éducation de me préparer à la frustration j'imagine. La notion d'un autre pays ne faisait que renforcer la nostalgie de Taki.  Iwa était certes agréable et j'y avais la belle vie, mais il lui manquerait toujours le petit plus d'une terre d'origine.

- " Tu n'es pas très attentif... Je t'ai dit que j'étais une Chokoku. Ou alors c'est une habile façon de demander mon sobriquet ?"


Le rire qui en suivait n'était pas moqueur, bien l'intention  était taquine en ouvrant la bouche.

- " je suis loin d'être un cas isolé, mais disons qu'en général les petites bourgeoises ne se perdent pas dans ces  coins paumés."


Compliqué avec leurs belles robes et petits talons.

- " J'aime le côté sauvage et dépeuplé de ce coin de montagne, ici le monde et les règles semblent exister différemment."


Mais il s'en foutait pas vrai ? Oh je pouvais bcomprendrendre,moi même cela m'agacait d'avoir you jours quelqu'un derrière moi au domaine qui épiait tout ce que je faisias.

- " Si tu es prêt à me supporter une petite demi heure pour que je finisse mon oeuvre, je te laisse tranquille, tu ne verras même pas que j'existe ! "


Bon, ça commençait mal quand je venais piocher un bout de poisson grillé pour voir le goût que ça avait, sans prendre la peine de demander évidemment. ..

- " C'est moins salé que d'ordinaire.."
humage de l'air puis ma propre manche... " Oh damne j'empeste ton poisson ! "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Hier à 23:45




自然の芸術 - Wildlife art



« 野生は芸術です »

◐◐


Par cette pure et chaude après-midi, il s’était installer au bord du doux fleuve attiédi, où se réfléchissait la fuite d’un cumulus. Suivant lentement le chemin de halage… Tout en fleurs, qui descendait en pente vers les eaux dont rien ne troublait la transparence et la pureté. Éboulis de granite à sa droite, à gauche des roseaux; Devant lui, la silhouette chétive bien qu'agréable à regarder de la kunoichi. En arrière plan se dessinait les détours de la rivière en marche, et enfin, fermant l’horizon, un pont d’une seule arche. Le courant murmurait, en inclinant les joncs, Et les poissons, avec leurs sauts et leurs plongeons, sans cesse le ridaient de grands cercles de moire, attirant les prédateurs célestes à l'affût.

Les paroles de la Chokoku partirent ensuite dans la divagation pour notre sauvageon, faire l’amour ? Il ne connaissait pas ce terme, il répondit d’ailleurs d’un simple haussement de sourcil.Et pourtant les prétendantes n’était pas ce qui lui manquait, les barbares du sexe opposé faisaient la queue pour avoir la chance de forniquer avec celui qui était prédestiné à devenir le patriarche de la tribu montagnarde. Sa réputation le précédait tant il excellait dans le domaine du combat, Senkū l’incarnation même de la férocité.

En présence de la jeune femme, le Yaoguai apparaissait tel un animal sauvage adouci, côtoyer les shinobi et les hommes civilisés l’avait rendu plus sage. Il fut un temps où il aurait broyer la gorge de celle qui l’épiait sans relâche, son instinct primitif lui disctant nombreux faits et gestes.

« Les bénédictions de la nature abondent en ces lieux. Il est normal que de se sentir apaisé lorsque nous sommes isolés. Cela nous permet de vider notre esprit des tourments qui l'agite. » Disait-il nourriture en main.

Elle disait apprécier cet aspect de croc rocheux, un endroit qui n’avait pas ou du moins que très peu été souillé par les hommes. En dépit de leur différence, tous deux semblaient néanmoins avoir quelques traits de personnalités qui se rapprochaient. L’odeur grillé du poisson annonçait avec véhémence que le repas était fin prêt à être déguster.

« Tu peux te servir si tu v…. » Trop tard. Sa prise d’initiative avait été plus rapide que la proposition, ou plutôt l’invitation du chasseur. Cette Chokoku se voyait totalement dépourvue de gènes quelconque, agissant d'un naturel très rare face à l’Ostrogoth, comme s’ils se connaissaient depuis des lustres alors qu’il en était tout autre en réalité.

« Humpf. C’est d’accord Chok.. Comment te prénomme tu déjà ? Tu peux m'appeler Senkū.. » Demandait-il avec malaise.

S'en suivi un léger rictus apparut sur le faciès bestial du Yasei, tandis qu’il se délectait de la truite carbonisée à la chair savoureuse et blanchâtre. Il n'avait pas oublier le sobriquet cliché qui lui avait été octroyé, cela le faisant doucement rigoler.

« Dis moi, comment as tu fait pour me retrouver aussi rapidement ? » Ajoutait Senkū d'un air malicieux, un zeste moqueur.

Un léger détail qui lui taraudait l'esprit. Le Jônin apparaissait curieux de savoir de quel manière elle s’y était prise, malgré le fait qu'il n'avait pas pour objectif la semer totalement. Serpentaient alors quelques suppositions dans son esprit chimérique à l’égard de la jeune femme, plongeant ses pupilles dorées dans celles rougeoyante telles les flammes qui les séparaient. Bénéficiait-elle de sens plus développés que la moyenne ? En attendant il continuait de dévorer sa trouvaille à grande bouchée, il ne restait que l’ossature inerte et propre des poissons engloutis par le barbare des rocailles.



© GS

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Le coup de foudre artistique - Senku

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: