Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[B/Contrat/Kaze] Retrouvez les esclavagistes !


Ven 15 Juin 2018 - 20:50

   Il est fort simple, dans le désert, de différencier le serviteur du maître. Hormis les lourdes chaînes entravant les poignets et chevilles des malheureux, il ne fallait pas être un expert pour se rendre que tandis que certains ont la chance de se déplacer à dos de dromadaire, ceux qui doivent marcher au soleil ne peuvent même pas se payer le luxe de réels vêtements. Cela dit, pour l'occasion, des chaussures de fortunes ont été prêtées à la troupe anonyme : non seulement un esclave aux pieds brûlés perdrait de sa valeur au cours de la vente à venir, mais surtout, dans les circonstances actuelles, cela ralentirait grandement la caravane des fuyards, ce qui n'était souhaitable pour absolument aucun des membres du groupe. Vêtus de guenilles, que les plus sages ont principalement utilisées pour protéger leur tête des rayons meurtriers, les esclaves arpentent le sable brûlant du désert pour la cinquième journée consécutive. Encadrés par des gardes ou soldats qui ne prennent même pas la peine de camoufler les armes qui seraient utilisées en cas de tentative de fuite, les maîtres menaient lentement mais sûrement leur marchandise vers la frontière avec le Pays du Feu.

   Là-bas, le tyran espérait pouvoir refaire fortune et recommencer son petit business monstrueux de trafic d'humains. Cinq jours sans que personne ne les rattrape ni n'apparaisse à l'horizon... Il ne faisait à présent pour les esclaves plus aucun doute que personne n'était à leur poursuite – peut-être même leur départ n'avait-il pas été remarqué – pour les délivrer, voire placer leurs tortionnaires aux arrêts. L'espoir que certains avaient pu manifester en apprenant la nouvelle de ce voyage a désormais quitté tous les regards, et c'est résignés qu'ils marchent tous en silence, pour la plupart la tête baissée, à fixer leurs pieds afin de réussir à les aligner l'un devait l'autre malgré la chaleur.

   Cette dernière – insoutenable, étouffante et meurtrière – contraste d'ailleurs avec la rude froideur des nuits qui, contrairement à ce qu'on pourrait penser, n'arrange rien au sort des humains objectifiés. Le rythme soutenu de la marche associé à la fluctuation brusque de la température alors qu'ils ne sont équipés de vêtements pour lutter contre aucun des deux extrêmes participe à épuiser la troupe, voire à rendre malade certains d'entre eux. Cela risquait également de compliquer la tâche d'éventuelles équipes lancées à leur poursuite : les moins habitués – ou les moins bien préparés – ont besoin de s'abriter ou de se reposer durant les heures les plus chaudes de la journée, et rattraper son retard la nuit dans le froid n'est pas forcément chose aisée.

   Les esclaves les plus malchanceux, épuisés par leur vie de misère et par la marche forcée, qui s'écroulèrent en route furent abandonnés derrière, livrés à leur sort dans le désert. Leur agonie sera longue, douloureuse et cauchemardesque, à moins que quelque chose ou quelqu'un ne les achève prématurément. Il n'était pas rare que ceux qui avaient la force de continuer prient pour que cette dernière option les libère au plus tôt. Personne ne saura jamais ce qu'il adviendra d'eux, et le vent du désert recouvrira bien vite leurs corps s'ils ne sont pas dévorés avant.

   À l'aube du sixième jour, la vingtaine d'esclave qui restait sur la trentaine à avoir initialement été emmenée se remit en marche sous les ordres criés par leur guide et maître, chez qui ni aucune des valeurs humaines de base n'était visiblement présente. Le groupe s'approchait dangereusement de la frontière, peut-être ne leur restait-il qu'un ou deux jours de marche, et avec cette proximité s'éloignait l'espoir de voir arriver une quelconque forme d'autorité du pays. Ce même espoir que certains avaient commencé à manifester au début du voyage n'était désormais plus qu'une lointaine lueur dans les yeux des plus optimistes. Cette vie de travail forcé ne permettait plus aucun espoir à ceux qui devaient s'y plier, et Hokuro avait abandonné bien avant les yeux. Pour l'oisillon en détresse, cela ne fait aucun doute : désormais, après tant de temps passée enchaînée, il était bien peu probable que qui ou quoi que ce soit ne change jamais son destin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3405-un-oiseau-une-enfant-et-des-chaines#25748

Dim 15 Juil 2018 - 19:02

Haaa... dire que je m’étais évertuée à monter un plan et un scénario pour justement nous faciliter la vie, il fallait absolument que la zone de note jeune Sendai perçoive deux sources de présences bien distinctes. Poussant un soupir je passai quelque temps à non pas me décider, mais à confirmer ma première décision, elle me paraissait aussi logique qu’obligatoire ; nous devions nous séparer, certes, mais il m’était impensable d’envoyer un seul des genins dans un lieu et une situation m’étant totalement inconnue. Posant le regard sur eux, jaugeant les deux directions que m’avait indiqué la jeune Sendai, mon regard se dirigea vers Melo.
Sans moi, à eux deux ils pourraient se débrouiller suffisamment longtemps pour tenir un affrontement même compliqué le temps que je rapplique, mais… toute autre combinaison me semblait simplement impossible.

Je finis donc par leur donner la piste qu’ils allaient tous deux suivre avant de leur donner quelques brèves indications ; éviter l’affrontement si ceci était possible, capturer l’adversaire dans la mesure du possible, mais surtout privilégier leur souffle de vie avant toute chose. Celui des deux groupes qui tomberaient sur les esclavagistes devait gagner du temps avec ces derniers tandis que l’autre, après vérification de la présence traquée devrait revenir sur ses pas et prêter main-forte au groupe qui aura mis la main sur ces trafiquants d’êtres humains.
À ceci c’est Anzu qui se manifesta avant que nous ne nous séparions, me demandant un objet qu’elle pourrait marquer avant de pouvoir plus aisément suivre ma position dans ce désert. J’allais lui tendre mon collier personnel lorsque je me ravisai. Quitte à correctement utiliser cette capacité, autant tenter de garder à flot mon plan principal.

Sortant de ma sacoche le sac de pièces que j’avais prévu pour racheter les esclaves, je lui tendis un des bijoux que j’avais joints à la somme à pour la gonfler. Pour se faire passer pour un acheteur, même au rabais il fallait une coquette somme… c’était au moins un des éléments que j’avais appris de mon passé d’esclavagiste.
Fonction de la marchandise les prix allaient sans doute grimper en flèche, mais dans leur situation… se délester de tous ces invendus restait mieux que rien… d’où le nerf de mon plan. Je laissai la jeune fille agir à sa guise, imprégnant l’objet de son chakra avant que je ne le remette avec ses congénères. Un signe et quelques mots plus tard, nous nous séparions.

--------------------------------------------

Pressant le pas pour rattraper la cible de mes recherches, des traces, non, de nombreuses traces dans le sable finirent par m’indiquer le passage d’une caravane dans le secteur. Fronçant le regard, j’accélérai le pas et finis par tomber sur un élément qui ne me surprit en rien ; un cadavre laissé à l’abandon. Vêtu de guenilles à peine respectables, le corps de l’individu dénotait de nombreux coups de cravaches, de coups de soleil, mais aussi d’une déshydratation et d’une malnutrition prononcée. Il n’y avait pas à dire, s’était un des esclaves après lesquels nous courions, laissant un objet métallique sur zone, j’espérai mes genin comprendraient qu’il s’agissait d’un marquage avant de reprendre plus vite encore.

Rapidement la caravane fut en vue, m’assurant en approchant de ne rien avoir gardé sur moi démontrant mon appartenance à Kumo ou à un quelconque village Shinobi, j’ajustai à mon cou le collier d’esclave que je m’étais fait, un collier bien plus élégant que celui que j’avais précédemment vu… j’avançai vers les gardes en gardant les mains en l’air :

- N’attaquez pas ! Je suis là pour affaires. Fis-je en m’arrêtant à leur niveau. Montrant un intérêt prononcé pour les esclaves, j’observai avec attention ceux-ci. D’énormes cernes sous les yeux, quelques-uns n’ayant que la peau sur les os, d’autres toussant de temps à autre.

La traversée les avaient majoritairement affaiblis pour le coup le corps et certainement les quelques autres plus loin enterrés sous les rafales de sables devaient être des victimes de cette extrême fatigue. Mais l’heure n’était pas à la compassion ; mimant les marchants que j’avais croisés par le passé, j’observai un instant en silence avant de me retourner vers les dignitaires de ladite caravane, tout du moins vers ceux qui semblaient l’être.
Ouvrant ma sacoche, j’y plongeai la main, sorti trois sacs avant d’en remettre deux à l’intérieur. Faisant tinter les pièces et bijoux à l’intérieur avant d’en dévoiler le contenu, je repris :

- Ils sont à vendre ? Je suis prête à y mettre le prix… Fis-je avec un sourire sinistre avant de jauger de nouveau la marchandise, marquant une courte pause sur cette drôle de chevelure rose.


_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 17 Juil 2018 - 14:38
Des silhouettes au loin, des groupes dispersés, traversant le désert en provenance de Taiyô. Depuis la chute du Premier Cercle survenue lors de la trahison de l’Impératrice Shima, les fuites vers l’arrière-pays de ce genre étaient fréquentes, lorsque le choix n’était plus laissé aux anciens haut-placés du système ou aux esclavagistes.

« Yukio. Séparons-nous. » ordonna-t-il depuis les airs.

À ces ordres, un bras de sable s’extirpa de la masse uniforme du sol, pointant une direction. Il n’avait évidemment pas précisé ce qu’il avait vu depuis là-haut, mais la loyauté était le fondement même d’une organisation, non ?

[…]

Il ne descendit pas de son nuage de sable, celui-ci lui permettant de se déplacer considérablement plus vite au-dessus des dunes. Ainsi, il rejoignit rapidement sa cible. À son arrivée, il distingue parfaitement les pitoyables esclaves de leurs tortionnaires en bien meilleure condition. Des groupes comme ça, il n’était pas rare d’en croiser à travers le désert – lui-même avait connu cette humiliation ; celle d’être acheté comme une vulgaire marchandise. Et justement, il semblerait ici qu’une négociation soit en cours avec un potentiel acheteur.

Était-ce un mercenaire visant la prime offerte à quiconque livrera l’esclavagiste au cœur de toute cette manigance à Kaze ? Si tel était le cas, ils pourraient toujours trouver un arrangement… Ou alors il était complètement à côté de la plaque et ce petit convoi n’était pas celui ciblé par le contrat. Auquel cas… ce serait encore mieux. Car finalement, tout ce qui l’intéressait vraiment était là : un groupe d’esclaves. En même temps, qui serait assez fou pour remplir le contrat d’un pays où sa tête est mise à prix ? Mieux valait donc que Yukio ou Shinoishi – dont il n’avait même pas remarqué la disparition d’ailleurs – tombe sur le groupe, mais les chances étaient tout aussi minces.

Bien, trêve de spéculation, il était temps de passer à l’action.

« Qu… Quoi ?! »

En pleine discussion, le marchand et son client ne purent pas remarquer la masse de sable qui se souleva sous les pieds des gardes pour venir littéralement les ensevelir au-dessus du sol, retenant leurs mouvements et bientôt même leurs cris.

« Navré d’interrompre vos affaires, mais vos esclaves m’intéressent. Pour ma part, je vous les prendrais pour la modique somme de votre vie sauve. »

Comme la vipère surprenant les souris arrêtées pour se désaltérer, Shima descendait des cieux comme un dieu sur son nuage de sable. Sa main tournée vers ses victimes prisonnières du sarcophage de sable, son petit sourire mesquin laissait place à un froncement de sourcils : les gardes se débattaient avec ferveur. Il soupira… puis ferma le poing.

« ARGHHHHG !! »

L’odeur, la couleur du sang qui gicla au visage des esclaves ; le cri de l’agonie suivit d’un silence satisfaisant lui rendit le sourire – toujours aussi, si ce n’est plus malsain encore. Sans aucune forme de procès, il venait de broyer les gardes ; un petit crime de plus parmi les nombreux qu’il avait commis en ces terres sacrées. Au moins le message adressé à l’esclavagiste était clair : il n’était pas là pour négocier.

« Qu’en dites-vous ? »

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Jeu 23 Aoû 2018 - 19:50
@MORI YUKIO et @NARA MELO on attend après vos réponses pour continuer s'il vous plait.
Après ce tour les iwajins rentreront dans le groupe.

Je compte sur vous pour faire passer ce rp en priorité pour conclure la chose.

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 26 Aoû 2018 - 23:58

Après s’être séparé de Shima, Yukio avait parcouru le désert pendant plusieurs heures, sans trouver aucun indice. Il avait fait la rencontre d’un vieu fou se dirigeant vers les frontières, mais rien de plus. Ainsi, le jeune homme rebroussa chemin, se rappelant vaguement de la direction que Shima avait prise.

Heureusement pour lui, il ne fut pas très difficile de retrouver l’Asaara. Guidé par des éclats de voix et l’odeur du sang, il avait rapidement trouvé son chef d’équipe. Il était tout là haut, sur son tapis de sable, en train de maltraiter ceux qui se trouvaient en bas. Si Yukio avait été poète, il aurait dit que c’était une belle métaphore pour représenter la vie du blondinet.

Yukio avait d’abord été surpris de voir ces tout ce sang par terre, mais il se demandait bien pourquoi, maintenant. Shima n’était pas connue pour son tact, ou sa finesse. Lorsqu’il était là, les choses se resolvaient difficilement sans violence.

“Tu as vu Shinoishi?” demanda-il à l’homme en haut.

Il y avait beaucoup de gens autour, mais aucun d’eux ne ressemblait à leur médecin. Espérons qu’il ne soit pas perdu.

Secouant la tête, Yukio chassa ces idées de son esprit. Shinoishi était une grande personne et il pouvait se débrouiller seul, surtout avec ses talents médicaux. Il reporta plutôt son attention sur ceux qui semblaient être les esclavagistes. Allaient-ils attaquer, maintenant que Shima avait ouvert les hostilités? Et tout ces gens autour? Ils étaient là pour la même chose?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Mar 28 Aoû 2018 - 2:54

La caravane se stoppe à la rencontre de cette étrange femme, si au départ les maîtres méfiants allaient ordonner sa mort, ils se ravisent vite en voyant la coquette somme. Ah l'avarice était si mauvais conseiller.

“Pour cette somme et vu la qualité de ma marchandise, je ne t’en céderais qu’un seul ! “

Lui rit presque au nez celui qui semble être à la tête de cette mascarade. Autour de lui, les gardes grassement rémunérés ajustaient leurs armes. La belle blonde ferait sûrement l’objet d’un bon marchandage si on l'ajoute à la traînée d’esclave après lui avoir volé son argent et bien encore à l’occasion. Après tout, ils sont au milieu de nulle part, aucun témoin, comme si ici, tout ce qui se passerait n'aurait jamais existé. Qui va les en empêchait ?

L’enfant du désert.

Une masse perturbe les sombres pensées comme la négociation en cours, le sable est l’élément de l’assaillant mécontent, au sol il capture les ennemis, seulement ceux qui composent la garde on dirait, et les réduit à néant avec une facilité effrayante. Presque tous les esclavagistes paniquent, un shinobi de ce genre n’était pas prévu au programme. Un nouvel individu se présente alors, le moment choisit par le groupe pour tenter la fuite en abandonnant les esclaves. Mieux vaut vivre et recommencer leur commerce de zéro que tout perdre jusqu’à la vie.

Mais va-t-on les laisser fuir ? Autre problème, la femme face aux deux nukenins (?) va-t-elle se montrer coopérative ?

Informations:
 





Dernière édition par Narrateur le Dim 9 Sep 2018 - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 31 Aoû 2018 - 22:06
Le signal, Anzu essayait de venir auprès d'Itagami, la Sendai lui avait donné un objet à lancer en l'air une fois qu'elle a réussi à retrouver les esclavagistes. C'est donc en courant dans ce désert chaud qu'elle essaie de vite rejoindre la Metaru : elle ne voulait pas se séparer de Melo, mais maintenant, ils avaient un membre du premier cercle à ramener à Kumo. Elle a demandé à Melo de s'en occuper, il n'avait pas le même niveau qu'elle en sensorialité, il est donc normal qu'elle y aille seule. Enfin, elle a beau chercher des excuses, elle sait qu'elle a transgresser les ordres donnés par Itagami, mais elle n'a pas le choix, que se passerait-il si la situation se compliquait pour elle ? Elle ne le sait pas, mais Anzu voulait vite la rejoindre avant qu'il ne soit trop tard ...

Heureusement, elle voyait Itagami au loin, elle arrivait à la reconnaître, mais elle arrive au moment où les esclavagistes s'en vont en abandonnant les esclaves. Que s'est-il passé ? Elle l'ignore, mais elle reconnait une tête qui est mise à pris, Assara Shima. Qu'est-ce qu'il fait ici ? Est-il en lien avec les esclavagistes ? Si oui, pourquoi n'est-il pas partis avec les autres ? Que de mystères, mais Anzu se cachait. De ce qu'elle sait, ce bandit est très puissant, et elle attend juste qu'Itagmi l'occupe pour aller rejoindre les esclaves. Elle devait déjà les délivrer, mais aussi leur donner de quoi survivre. Elle avait de l'eau après tout, et puis, Anzu avait encore de la réserve. Dans tous les cas, Anzu devait vite s'occuper des esclaves, et justement, la Sendai ne voulait pas attendre que quelque chose se passe entre eux : elle voyait tous ces innocents en train de dépérir, menottés, devant ses yeux, ils avaient besoin d'aide ... elle les a donc rejoint.

- Tenez, buvez.

Elle distribuait les gourdes qui lui restaient, puis commençait à libérer les prisonniers en utilisant son chakra pour former des clés qui entrent dans les serrures. Elle avait commencé par libérer une jeune femme aux cheveux roses, puis elle passe au suivant. Tant pis pour la discrétion, elle ne voulait pas que ses gens soient encore enchaînés ...

Résumé:
 

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mer 5 Sep 2018 - 1:49

De l’euphémisme ou de l’ironie ? J’essayais de qualifier le comportement de celui qui semblait être à la tête de cette expédition de viande fraiche. C’était assez difficile de juger jusqu’à quel point se jouait-il de moi dans ses dires. Dans sa situation, fuyant vers une nouvelle nation, des shinobis aux trousses et pas assez de puissance de feu pour s’échapper d’une quelconque altercation avec eux, il osait me dire que la somme que je lui proposais ne suffirait qu’à prendre un et un seul esclave… quand elle était largement suffisante pour payer tout ce… groupuscule de mourants.
Fronçant un tantinet le regard, amusée devant cette plaisanterie, mes yeux se posèrent sur les esclaves. Certains m’observaient de leur regard vide, d’autres profitaient simplement de cette halte pour reprendre leur souffle tandis que les autres avaient le regard fixe, vague, perdu quelque part entre désespoir et abandon. La perspective d’avoir une nouvelle propriétaire ne semblant pas ne serait-ce qu’avoir fait frémir leur conscience ; sous-pesant de nouveau ma sacoche, constatant une fois encore que cette somme était significativement consistante pour des individus dans leur état, j’en déduisis bien que c’était non seulement un trafiquant humain, mais aussi un escroc de la pire espèce, a en voir ses gardes et leur réaction, je devais certainement être une nouvelle marchandise à ses yeux… ça tombe bien… elle me parlait de devoir refaire les stocks de la meute dernièrement :

- Pour cette qualité ? Avais-je répété secouée d’un petit rire, mes doigts s’activant rapidement dans une suite de mudras. Ce que je vous prop… Intérrompue dans ma phrase, ralentie dans l’exécution de mes sceau, je vis le sable du désert prendre subitement vie, quittant les pieds des gardes pour rapidement leur passer au-dessus.

Un autre Shinobi était là… finissant ma suite de mudras, je me mordis le pouce jusqu’au sang avant de me retourner pour mettre un visage sur la voix du nouvel interlocuteur. C’était un jeune homme blond, quelque parures dorées l’ornementant ça et là alors que son regard écarlate scrutait les lieux, luisant d’une lueur tout sauf bienfaitrice ; pour sur… sa description ne faisait aucun doute. Un regard écarlate des cheveux couleur soleil pour un kekkai animant les sables d’une vie sanguinaire, c’était un des déserteurs recherchés de Kaze no kuni. Ayant pris le temps de me renseigner sur eux depuis que j’étais ici, cette information était on ne peut plus formelle dans ma mémoire… Asaara… Asaara Shima.

- Humm … qu’en dis-je… ? Répétai-je en voyant se rapprocher une nouvelle ombre de nous, une silhouette dont je n’avais pas connaissance. Plaquant la main au sol, concluant ainsi la technique d’invocation, je profitai de la petite détonation de fumée provoquée par celle-ci pour composer une nouvelle série de mudras, la fumée se dissipant je finissais lentement mes signes, histoire de déterminer de qui il s’agissait ; encore un déserteur… Si là le nom m’échappait j’étais sue que son visage me disait clairement quelque chose.

- Kinton … Moyasu shureddā. Achevai-je d’une voix ferme avant de lancer vers eux une sphère de métal qui l’espace de son trajet s’était recouverte d’un nombre impressionnant d’épaisses lames de métal. Le cœur de cet oursin luisant d’un rouge incandescent, la chaleur dégagée par celle-ci eu tôt fait de commencer a faire fondre le sable sur lequel mon jutsu était tombé.

[color=darkred]- Shenzy, rattrape les dromadaires qui s’enfuient derrière moi, dévore jusqu’aux tibias les jambes des cavaliers et embarque leurs montures pour ta meute.

- Ha putin des Chamos ! Les petits m’en parlais justement ça tombe bien ! Fit la Hyène après avoir jeté un regard affamé vers les fuyards.

- Je suppose qu’il n’y a pas besoin d’être un senseur pour comprendre que la concentration en chakra de cette chose est largement suffisante pour déchiqueter vos corps et c’est sans compter sur les lames qui feront office de Shrapnels, passant vos éventuelles défenses pour déchirer vos chairs … expliquai-je en retenant l’imposante chaine qui me liait a cet instrument de mort. Le regard rivé sur L’Asaara pour qu’il comprenne que même là-haut, les lames propulsées par l’explosion l’atteindraient. Bien vite s’élevèrent au loin les cris des esclavagistes, la chasseuse devait s’en donner à cœur joie… Je vous laisse deux solutions, la première, vous vous retournez et vous estimer heureux que ces esclaves on plus de valeur a mes yeux que vos primes… la seconde … Je préférai la taire, augmentant par contre le rougeoiement de ma sphère faisant teinter entre elles les lames alors que l’explosif s’exprimait… faisant comprendre qu’il vaporiserait tout sur son passage.

Résumé du Tour:
 

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 8 Sep 2018 - 17:00
« Je ne m’adressais pas à vous. »

Il regardait l’autre acheteuse avec mépris et condescendance. De quoi je me mêle ? Avec sa grosse boule qu’elle venait de former, tape-m’en-cinq. Sauf que celle-ci brûlerait un peu plus que la normale, à en juger par toute la chaleur qui en émanait. C’était donc une kunoïchi — ou une Sexy-Méta. Elle n’avait aucun bandeau, tout sur elle laissait croire qu’elle était une kunoïchi errante. Était-elle vraiment seule ? Bien sûr que non.

Elle avait des hyènes, d’affreuses hyènes.
Eux, n’avaient plus Shinoishi, sûrement perdu sur la route. Il resterait là.

Une autre kunoïchi, plus jeune, s’était jointe à la fête. Celle-ci, en revanche, portait un bandeau de Kumo. De quoi expliquer sa maîtrise du Kinton, bien que l’esprit de l’Asaara n’eut trop la capacité d’y réfléchir alors qu’il était menacé ; une véritable offense à sa vénérable personne. Sa prime ?! Valoir moins que la vie d’une poignée d’esclaves?! Comment osait-elle ?!

Ce fut un affront qu’il ne pourrait pardonner, et qui fut dûment châtié.

« Déferlante de Sables ‼ »
Annonça l’assaillant sur un ton shonenesque.

Ses mains s’élevèrent et, en un instant, le terrain fut déformé par le sable qui quitta la terre pour s’élever massivement dans les airs. Le terrain était tout à son avantage, c’est pourquoi même si elle comptait esquiver, le sable la cloua — d’illusion seulement — au sol. Sa plus grosse erreure avait été de ne pas attaquer la première, pensant pouvoir menacer les deux mercenaires sans foi ni loi.

« Yukio. » pouvait-on entendre murmurer à travers le sable.

« Ninpô : Grand Mausolée de Sable ! »

Si tout se passait comme prévu, lorsque le sable se serait dissipé après la vague écrasée sur la Metaru, Yukio aurait dégagé la Kumojine du passage et Shima s’en irait sourire aux lèvres, flottant sur la grande pyramide de sable qu’il garderait à taille constante pour transporter les esclaves en s’assurant de leur survie jusqu’à l’arrivée.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Dim 9 Sep 2018 - 18:00


Le bon réflexe de Anzu permit à la totalité des esclaves de recouvrir leur liberté, la chunin venait alors d’accomplir un acte noble qui permettrait certainement à son village d’avoir une meilleure image au yeux de Kaze.

L’invocation de Shenzy et les premiers ordres donnés à ce dernier permis à Itagami d’empêcher la fuite des esclavagistes, il était d’ailleurs possible d’entendre leur hurlements de douleur tandis que la bête les torturaient. Cependant en préférant prévenir plutôt que d’attaquer, la Jonin laissa à Shima l’initiative de lancer son assaut.

Ce dernier profita d’un terrain plus qu avantageux pour gagner un temps considérable pour sa fuite, cependant il restait encore un acteur pouvant encore se libérer à temps  de la prison de sable de Shima et décider de son avenir…


Tout n’était pas parfait, cependant les Kumojins pouvaient rentrer à la capitale sain et sauf avec les esclavagistes afin qu’ils soient jugées.


Informations:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/Contrat/Kaze] Retrouvez les esclavagistes !

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Désert aride
Sauter vers: