Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Liberté Conditionnelle [Katsuko]


Dim 17 Juin 2018 - 23:40
Le papier était un peu froissé, sûrement à cause de la difficulté à trouver du papier de bonne qualité à Ame no Kuni. Le papier d’Ame no Kuni n’arrive pas à la cheville du papier d’Hi no Kuni car les arbres du Pays de la Pluie baignent constamment dans l’humidité à cause des pluies diluviennes qui s’abattent toute l’année dans le pays. C’était donc littéralement avec des pincettes que Shima avait ouvert ce courrier ; après tout, vu sa provenance, il n’était pas impossible qu’il soit recouvert de poison ou autre. Mais, surprise, il ne s’agissait pas d’une lettre empoisonnée ou piégée, mais bien de nouvelles directives du prince lui-même.

Sur le papier, il s’agissait apparemment d’une question préoccupante : la place de la nouvelle recrue, Chinoike Katsuko, au sein de l’organisation. En effet, la jeune fille qu'il avait capturée dans le désert était plutôt problématique. Malgré leur rapport de force évident, ils avaient souvent du mal à la faire obéir. C’était une furie, une bête sauvage et indomptable. Et puis… elle avait cette étrange appétence pour le sang humain, c’était totalement répugnant. Mais dangereux, surtout. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé de lui faire goûter du bon vin, en tout cas.

Le contenu de la lettre ne plaisait pas à Shima, mais les ordres du prince – signé Jupiter pour l’occasion – ne se discutaient pas. Ainsi, il avait amené la captive confinée et surveillée vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans le bois dans lequel se trouvait leur repère. Ses mains étaient toujours liées et le bout de la corde entre les mains du blond, question de sécurité, puisqu’ils se trouvaient seuls. Et, alors qu’il était resté complètement muet sur tout le chemin – et ce peu importe les caprices de la demoiselle ; il s’arrêta d’un coup.

« Bon, attrape. »

Sans même se retourner, il lui lança calmement le papier qu’il avait froissé en boule. Même si, techniquement, elle n’était pas censée lire la lettre.

« Tu sais lire, je présume ? »

Il avait un doute, cela dit, vu comment il l’avait récupérée comme un déchet dans une poubelle. Et puisqu’il n’avait pas été question de l’inciter à se confesser jusque-là, il ne savait rien d’autre sur elle que ce qu’il en avait vu ; et d’après ce qu’il en avait vu, ce n’était certainement pas une princesse du désert. Seulement, cet aspect était sur le point de changer à la demande du prince. Bien que ça n’enchantait pas Shima, évidemment… Soupir.

Lettre du prince:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Mar 19 Juin 2018 - 13:27
Katsuko avait été réveillée assez durement. Décidément, Shima se plaisait dans son rôle de geolier sadique et infaillible. Il faisait toujours en sorte que quelqu'un la surveille, peu importe l'heure du jour ou de la nuit. Depuis son arrivée il y a un certain temps, elle n'avait eu le droit qu'à une seule sortie en forêt et elle avait bien compris que les retards, même d'une heure sur une sortie aussi banale, ne seraient pas pardonnés, pas pour elle en tous cas. Toujours est-il qu'elle commençait ainsi à mieux voir la couleur de ses nouveaux barreaux de prison. Pas beaucoup plus accueilants que ses précédents.

Elle suivit donc l'Asaara lorsqu'il vint la chercher, attachant ses poignets à une nouvelle corde pour l'embarquer avec lui comme s'il la tenait en laisse. Ils marchèrent un petit moment, son geolier demeurant aussi causant que les liens qui lui ensserraient les mains. Au bout de cinq longues minutes après avoir pénétré dans le bois, il s'arrêta finalement, ne prenant même pas la peine de se retourner, il lui envoya un bout de papier froissé. Le papier était de piêtre qualité, plutôt abîmé. Elle commença alors par le déplier aussi soigneusement que possible avec ses mains attachées mais elle peinait un peu. Neiko finit cependant par parvenir à son but sans déchirer la lettre en question dont elle put entamer la lecture, ne répondant pas à Shima qui venait de lui envoyer une ènième pique pour se moquer d'elle. Comme si elle n'avait vécu qu'entre ses mains, débile. Bien sûr qu'elle savait lire, elle était plus noble qu'il ne le serait jamais. Enfin bref, ça ne le regardait pas et il n'en saurait jamais rien. Tout ce qu'elle espérait, c'est que son frère et sa mère soient en vie. C'était bien la seule chose qui la questionnait encore un peu sur son passé, le seul élément où elle se sentait concernée.

Dépliant donc finalement la lettre, elle en commença la lecture, soupirant un peu en remarquant encore ces alias stupides. Elle préférait tellement le surnom que son frère lui avait donné, qu'elle avait désormais adopté comme son nom, le seul qu'elle dirait désormais à autri, gardant son véritable nom comme un secret de son passé, une marque qu'elle ne partagerait plus jamais. Elle reconnu cependant rapidement celui qu'on lui avait attribué et eu un petit sourire victorieux. Voilà qui était satisfaisant. Enfin, on allait la laisser un peu tranquille, cet enfoiré allait devoir se barrer sans elle jusqu'à Kaze. Parfait. Le reste n'était que détails ou pacotilles. Cela ne la concernait pas vraiment.

« J'aime beaucoup cette lettre. Pas toi, pas vrai, Shima-chan ? »

Cette fois, son sourire était devenu amusé, elle se retenait de rire devant lui puisqu'il semblait ne pas apprécier la situation, mais elle était tout de même trop satisfaite pour parvenir à le cacher totalement.

« N'ait plus de doutes quand à mes capacités de lectrice cependant. J'ai une éducation bien plus avancée que la tienne, je ne suis pas une malade mentale qui attaque les gens de manière aléatoire dans les oasis après tout. »

Elle lui souriait toujours, attendant sa réaction.

« Et donc ? Pourquoi m'as-tu amené ici ? Tu voulais pas me questionner devant les autres ? Ou alors tu veux me tuer et faire croire que je suis tout simplement morte en tentant de m'enfuir ? Une autre idée peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Mar 19 Juin 2018 - 17:25
Quelle petite… peste. Tous les muscles du visage de Shima se mirent d’accord pour faire la plus inesthétique des grimaces qui n’aie jamais animé ce doux faciès. Comment avait-elle osé jouer sur sa corde sensible ainsi ? Se jouer de lui d’une telle gaminerie et le rabaisser à ça… Trop, c’était trop. Elle était folle. Oui, voilà, cette fille était complètement folle, il n’y avait pas d’autre explication pour expliquer ses actions.

Il était à deux doigts de donner un coup sec sur la corde pour la mettre au sol quand elle se permit un nouveau commentaire pour le moins… intriguant. Irritant même, mais la distraction suffit à lui permettre de mimer un rire.

« Tiens ? Haha, se pourrait-il que tu sois princesse du royaume des fameux esprits du désert ? J’imagine que tu as fréquenté l’école de la connerie aussi ? »

Il se moquait allègrement, chassant ainsi immédiatement de son esprit toute hypothèse possible quand à la véracité de ses propos – une manière pour lui de continuer à la mépriser dans l’ignorance. C’était bien mieux ainsi, il ne manquait plus que cette petite sotte s’attaque à son ego…

La déduction finale de la vampirette le fit cependant sourire.

« C’est vrai, tu n’es peut-être pas si bête… après tout. »

D’un coup, il tira sur la corde pour la ramener vers lui et, alors qu’elle était propulsée, il sortit simultanément sa dague prête à la planter à sa réception… L’impact, le sang… ne coula pas. Et pour cause, seul le manche de la dague dorée s’était planté dans l’abdomen de la demoiselle, de quoi la faire s’évanouir, au maximum, si son corps était aussi fragile qu’il en avait l’air. Elle eut à peine le temps de crier qu’il lâcha sa dague pour porter sa main à son cou et la plaquer contre un arbre.

« Si je m’applique, je peux tuer sans laisser une seule trace de sang avec mon sable, tu veux essayer… ? »
La menaçait-il en se rapprochant d’elle pour augmenter la pression sur son cou par lequel il la tenait de force.

Ses yeux infernaux et son sourire vicieux en disaient long sur ses intentions, et il n’avait pas une once de doute quand à son action. N’ayant pas pu se reposer et n’étant pas bien nourrie – et surtout pas du liquide écarlate qu’elle affectionnait tant – ces derniers jours, il était certain qu’elle avait bien moins de forces qu’elle ne voulait le montrer.

« Tu es à court de chakra, pas vrai… Neiko-chan ? »

Déjà, le sable virevoltait derrière lui, comme excité par la victime qu’il allait faire. Ou alors était-ce Shima qui se plaisait dans cette domination dont il faisait preuve.

Seulement, par terre, un détail lui avait échappé. Il n’avait jamais été bon pour manier les armes, même s’il en possédait des plus excentriques. Et pour fait, la dague qu’il avait laissée tombée était teintée de rouge : du sang, son sang. Pour écraser le manche dans l’abdomen de la Chinoike, il avait dû tenir l’arme par la lame, ce qui donnait un indice majeur sur la provenance de ce sang…

Sûrement sa captive avait-elle dû sentir la chaleur de ce liquide émaner de la paume de la main qui l’étranglait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Mar 19 Juin 2018 - 20:05
Elle était aux anges. Il réagissait au quart de tour, en particulier lorsqu'elle tirait sur la corde de l'intelligence. Qu'il ait une moins bonne éducation qu'elle semblait être totalement insupportable pour l'Asaara qui montrait des tics évidents d'énervement. Un grand sourire sur le visage, elle l'écouta chercher une échappatoire d'une manière ridicule qui lui donnait envie d'éclater de rire, mais là encore, elle se retenait. Il la tuerait probablement sur le coup s'il pétait un plomb, et elle savait que de base, il était plus fort qu'elle, alors dans l'état où elle était... C'était inutile de le chercher plus que ça. Elle s'en contenterait.

Enfin c'est ce qu'elle se disait avant de se sentir tirer d'un seul coup contre lui, lui plantant quelque chose qu'elle n'avait pas encore vu tant elle était occupée à regarder les rides de rage se former sur son visage. Elle manqua un respiration, se pliant en deux, grognant un peu sous la douleur. Il avait frappé fort l'enflure, entre l'énergie de son corps propulsé contre lui et le coup qu'il venait de lui porter... Baissant les yeux, elle remarqua qu'il tenait une dague dans sa main, mais qu'il la tenait retournée. S'il avait voulu la planter, il l'aurait tué sur le coup. Cependant, il s'était lui aussi blessé en tenant sa dague ainsi, ce qui arrêta une seconde la jeune vampire dans sa réflexion avant qu'elle ne retrouve un petit sourire moqueur.

Elle se redressa alors tant bien que mal, cherchant à se tenir de nouveau droite et fière, regardant Shima dans les yeux. Elle gardait son petit rictus aux lèvres, alors que l'Asaara la provoquait une nouvelle fois. À cet instant, il la prit par la gorge, la plaquant contre un arbre, la tenant fermement. Elle avait un peu de mal à respirer

« C'est vrai que je me sens... assez faible oui... Tu n'as pas été un très bon hôte, mais tu le sais... ça... Ce que tu ne sembles pas savoir par contre... c'est que je ne suis pas assez stupide pour tomber dans un piège aussi... grossier que celui que tu viens d'essayer de me tendre en te coupant sciemment la main... Ou alors... tu es encore plus bête que ça et tu ne t'en es réellement pas rendu compte ?.. Non, je ne pense pas... Je n'ai pas tendance à sous-estimer les autres... ce que toi par contre... tu fais. »

Elle sourit alors à Shima de son mieux, à moitié écrasée contre l'arbre. Elle lui attrapa la main avec douceur, la caressant presque avec un sourire amusé. Elle était totalement à sa merci. S'il voulait la tuer, il n'avait qu'à refermer sa main autour de son cou, forcer un peu. C'était facile, très facile. Elle aimait jouer comme ça à la frontière de la vie, se laisser dans les mains d'un fou avant quelque chose d'excitant, une grande poussée d'adrénaline qui l'amusait beaucoup.

« Alors Shima-chan ?.. Qu'as-tu décidé pour moi, pauvre petite fillette sans défenses dans les mains du grand Asaara ?.. Vas-tu me tuer... ou me laissera-tu faire ce que je dois faire ?.. Est-ce que tu serais capable de me faire confiance ?.. Ou est-ce que tu vas me garder en laisse... pour faire de moi ta chienne jusqu'à ce que tu décides de m'abattre ?.. Hmmm ?.. Ce serait aimable de m'en faire part... c'est un peu douloureux cette attente depuis ces derniers jours... »

Elle le fixait avec un air sarcastique, souffrant de sa position, tenant toujours la main du jeune homme sans forcer, le laissant se dégager comme il le souhaitait. De toute façon, il avait le pouvoir de la tuer quand il le désirait. Alors autant jouer avec ça, il semblait apprécier dominer après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Jeu 21 Juin 2018 - 18:20
Le meilleur papier était celui d’Hayashi no Kuni. Et oui, qui d’autre que le Pays du Bois pour faire le meilleur papier du Yûkan ? Il était d’ailleurs dans les croyances que le Bois Ancestral, matière capable d’absorber le chakra si prisée des shinobis du monde ninja, venait de ces terres sauvages. Celui d’Hi no Kuni lui faisait une concurrence digne de ce nom, évidemment, mais tout de même de moins bonne qualité.

Provocation sur provocation, la vampire était folle et voulait le rendre aussi fou qu’elle. Elle s’amusait même de la situation, alors qu’il la menaçait pourtant assez clairement. Il fallait bien s’y attendre… Quant à lui, il était évidemment très embêté à l’idée de laisser sa proie en liberté après tant d’efforts pour l’avoir à sa merci. Mais… quelque part, c’était tout aussi amusant comme ça. Il était avide de pouvoir, et elle était complètement masochiste, un duo à la limite de l’insanité qui frôlait la plus crue des tragédies.

Et malgré tout ça, elle osait encore l’ouvrir, jouer au plus malin avec lui. Son petit sourire amusé, ses caresses provocatrices, il en avait clairement assez ; ici, c’était lui le seul à devoir s’amuser. La situation était sous son contrôle. Ainsi, pour s’amuser plus qu’elle, il serra sa forte poigne autour de son cou, faisant grossir les veines le long de son bras jusqu’à sa main qui l’aggripait. Le cri qui en résultat le fit sourire, c’était plutôt mignon.

« Chan… ? Je t’ai déjà dit de m’appeler “maître”. »

Voilà qu’elle lui manquait ouvertement de respect, plus qu’il ne pourrait en supporter.

« Le prince t’a donné le nom de Bellone, déesse de la guerre… »

À ces mots, sa unique main libre se posa sur la joue de sa proie, la caressant à son tour alors qu’il maintenait un contact visuel et physique dominant sur celle-ci, la coinçant toujours un peu plus avec son corps contre cet arbre.

C’était un pseudonyme qui allait bien à la créature, mais qu’il aurait aussi très bien pu porter tant l’état de leurs corps était similaire…

« Une vulgaire chienne… je ne m’enconbrerait pas avec, penses-tu ? »

Ses mots et son sourire étaient pervertis, car c’était bien là sa seule défense, sachant qu’il savait très bien qu’il ne pouvait pas la tuer là, tout de suite, maintenant.

Le visage de Shima se rapprocha dangereusement de celui de la jeune femme, son regard insistant posé sur les lèvres de sa proie, elles se frôlèrent, ne laissant qu’un fin filet de salive qui se rompit aussitôt entre les deux chaires. Dégageant ensuite une mèche rose, son souffle chaud sur ses oreilles lui susurra ces mots :

« Tu sais quel nom je porte, moi ? »

Comme pour la forcer à constater sa stature, il ne lâchait pourtant pas son cou le long duquel coulait son propre sang jusque dans son vêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Ven 22 Juin 2018 - 12:09
Katsuko narguait un peu Shima, s'amusant à la provoquer, lorsqu'il choisit d'augmenter la pression sur sa gorge. Elle relâcha alors par réflexe un cri de détresse qu'elle contrôla bien vite, mais la surprise l'avait prise de court. Retrouvant rapidement un sourire un peu moqueur malgré l'air qui commençait à lui manquer, la jeune femme écoutait et regardait l'Asaara qui était visiblement bien énervé. Elle avait réussi, c'était sans doute ça qui la faisait sourire, cette petite victoire malgré le fait qu'elle soit en train de se faire littéralement écraser.

« Ça t'excite... de te faire appeler... maître... pas vrai... vieux pervers... »

Elle perdit alors son sourire quelques secondes, toussant un peu avant de le retrouver. Elle avait du mal à respirer alors qu'il lui enserrait la gorge. Elle ne le caressait désormais plus, essayant seulement d'écarter un peu ses doigts pour retrouver un peu d'air, trop affaiblie pour y parvenir par la force cependant. Mais elle essayait. Voilà maintenant qu'il se collait à elle, disant son nouveau pseudonyme à haute voix, la caressant un peu. Neiko ne pouvait ni le repousser ni le frapper, elle était à sa merci. Elle se contenta donc de sourire faiblement. Le manque d'air se faisait de plus en plus sentir, elle toussa alors à nouveau, reprennant le même sourire fragile qui ne résistait que par la force de sa volonté qui, même si elle semblait au bord de l'évanouissement, ne flanchait toujours pas.

« Je sais pas... T'es un peu... tordu... Alors pourquoi... pas... puis... tu reçois... des ordres... les maîtres... ça en donne... seulement... ça n'en... reçoit... pas... »

Prise d'une nouvelle quinte de toux, elle essaya tant bien que mal de bouger, comme pour trouver un angle où elle aurait un peu plus d'air. Elle ne forçait cependant pas pour fuir, essayant simplement de ne pas mourir asphyxiée dans les minutes qui allaient suivre, lentement. Elle reprit son petit sourire amusé avant de le voir s'approcher plus encore, allant jusqu'à poser ses lèvres sur les siennes, ce qui fit un peu rire Katsuko, qui peinait de plus en plus à ne pas tourner de l'oeil.

« T'es vraiment... si stupide...que ça... ? C'était... le deuxième mot... de ta foutue... lettre... Lâche-moi... Sinon tu vas... me buter... Enfin... Sauf si c'est... c'que tu veux... Là t'aura... réussi... »

Elle toussa à nouveau, soutenant le regard de Shima de son mieux, bien que peu à peu, ses yeux commençaient à s'éteindre, perdant de l'éclat au fur et à mesure que l'air venait à lui manquer.

« Alors... J'vais devoir... t'appeler... maître... pour vivre... c'est ça ?.. »

Elle le regardait avec un regard encore un peu moqueur, sa volonté ne flanchant toujours pas, mais elle était faible, trop pour fanfaronner plus longtemps. Elle attendit donc la réponse, parvenant encore à soutenir le regard du jeune homme face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Lun 25 Juin 2018 - 10:55
Sa peau était aussi douce que le papier du Bois, son caractère aussi rugueux et même coupant sur les bords que le piètre papier de la Pluie. Shima, lui, bouillonnait de tout son être. Comment pouvait-elle encore oser se payer sa tête alors qu’il avait littéralement sa vie entre ses mains ?

La proie tousse, s’entremêle dans ses mots insultants, mais jamais ne détourne le regard.

« Petite sotte… Tu mériterais vraiment que je te tue ici et maintenant ! »

Alors qu’il soulevait lentement son bras pour la porter contre l’arbre, voyant ses pieds décoller du sol et son souffle s’éteindre avec un grand sourire, il la lâcha pour la laisser tomber par terre comme une vulgaire ordure.

Elle remettait en cause toute son autorité, mais il se devait de retrouver son calme ; sinon il l’aurait probablement tuée, paramètre inacceptable pour le prince qu’il aurait ainsi énormément déçu. La furie soulevait d’ailleurs un point par rapport à ce dévouement improbable pour un homme de la trempe de l’Asaara ; si seulement elle savait… Un peu plus et il l’aurait tué lors de leur première rencontre, mais Shima n’était pas toujours aussi irréfléchi, immoral et imbu de lui-même qu’il le paraissait.

Son petit corps amoché contre l’arbre, il n’en avait rien à foutre. Il l’avait lâchée, mais n’en avait certainement pas fini avec elle. Alors qu’elle reprenait à peine son souffle, la sandale de Shima vint se cogner brutalement contre sa joue alors tuméfiée. Alors qu’il s’appuyait d’un coude au tronc, il s’accroupit un peu pour s’adresser à son inférieure, sourire toujours collé aux lèvres, appuyant sur son pied pour faire crier.

« Tu as raison, je pourrais faire de toi ma chienne finalement, t’acheter un joli collier et te faire lécher mes pieds. Mais… malgré le fait que tu saches lire, tu ne mérites pas le privilège de me servir. »

Son pied était pourtant toujours collé sur la joue de la jeune femme en guise de manque de respect et de considération totale.

« Ça ne sert à rien de me soudoyer ou de me supplier, je ne te tuerai pas… malheureusement. Il retira lentement son pied de sur son visage. Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, crois-moi, mais… ce sont les ordres du roi. Enfin, prince. »

S’accroupissant maintenant pour se mettre au niveau de sa victime, Shima plongea son regard froid dans les yeux de celle-ci.

« De toute façon, faible comme tu es, tu mourras sans doute pendant ta mission. Je suppose que c’est donc un adieu. »

Il tenta à nouveau d’atteindre son visage pour une caresse – ou une gifle, à voir – mais s’arrêta en chemin. Il se contenta de sourire sadiquement en s’amusant avant de se lever et de lui tourner le dos sans plus de cérémonie.

« Cependant, je ne suis pas si vieux, haha. Il couvrit élégamment son rire avec la manche de son vêtement. Vois par toi-même. »

Son kimono glissa lentement le long de son corps qui se dévoilait peu à peu à la Chinoike. Et la vision que celle-ci en eut fut aussi sublime qu’horrifique : son corps jeune et entraîné était couvert de cicatrices, brûlures et autres traces de torture abominables. Ainsi, Shima se retrouvait totalement nu au milieu de la forêt sans aucune gêne ; c’était, après tout, un plutôt joli spectacle à offrir aux bêtes sauvages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Lun 25 Juin 2018 - 20:44
Katsuko peinait considérablement à respirer lorsque Shima décida finalement de lui permettre à nouveau de retrouver une arrivée d'air jusqu'à ses poumons. Après l'avoir soulevée avec une facilitée bien normale due au poids et à la taille de la vampirette, il la relâcha, la laissant retomber au sol, sur les fesses. Assise, elle reprenait son souffle lentement, l'air revenant peu à peu peupler l'ensemble de ses alvéoles. Il vint alors lui mettre un coup de pied directement dans le visage, frappant sa joue, mais elle ne broncha pas, gardant son même sourire moqueur et irrévérencieux. Elle ne céderait pas si facilement.

Il s'amusa alors à essayer de l'humilier, de la provoquer en gardant sa semelle contre la joue blessée de la jeune fille. Elle garda alors le silence, écoutant Shima avec son petit sourire, ne montrant pas le moindre signe de douleur. Elle avait subit tellement pire... Elle l'écouta alors jusqu'au bout, le laissant se mettre à son niveau tandis qu'elle finissait de reprendre sa respiration normale.

« Je te l'ai déjà dit, Shima-chan. Tu me sous-estimes beaucoup trop... »

Avec un petit sourire, elle attendit qu'il commence à s'éloigner pour se relever tant bien que mal, passant un doigt sur le tracé qu'avait fait le sang de Shima sur sa gorge, léchant ensuite son doigt.

« Plutôt bon ton sang, Shima-chan. Étonnant pour un porc de ton genre. »

Elle avait un petit sourire moqueur, le regardant se dénuder face à elle. Elle l'observa avec un petit sourire moqueur, croisant les bras sur sa poitrine.

« Ok, t'as été un peu blessé. Ça a du faire mal à ton égo surdimensionné. Mais t'es pas le seul, minou. T'es pas le seul a avoir eu quelques péripéties. »

Le regardant avec un air moqueur, la demoiselle détacha son haut, le laissant tomber au sol, puis elle délaça ses manches, découvrant ainsi ses bras, puis elle dévoila finalement ses jambes en enlevant le reste de la tenue. Elle aussi était couverte de marques. Des cicatrices plus ou moins profondes, pas de brûlures, mais des hématomes encore visibles, et les signes évidents qu'elle était battue. Un connaisseur aurait pu dire que les plus anciennes dataient d'au moins dix ans auparavant, et les plus récentes, les blessures faites par Shima mises à part, datant d'il y a seulement un mois, probablement peu de temps avant sa rencontre avec ce dernier, une semaine tout au plus.

Elle fixa alors Shima, les mains sur les hanches, n'étant gênée le moins du monde. Elle avait un air de défi sur le visage, sûre d'elle, n'ayant pas honte de son corps et de ses blessures par centaines qui couvraient les parties cachées habituellement par sa tenue. Comme si tout avait été calculé lorsqu'on la frappait...


Dernière édition par Chinoike Katsuko le Mer 4 Juil 2018 - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Ven 29 Juin 2018 - 0:16
Les vêtements violacés tombaient, comme leur état de santé mentale. Enfin, ça, c’était évidemment d’un point de vue extérieur. Se retrouver nu en pleine forêt, ça n’avait rien de gênant pour Shima qui n’avait aucune gêne à se mettre à son aise en toute circonstance.

Cependant, alors qu’il croyait – pour une fois naïvement – s’être débarrassé de Katsuko, celle-ci réussit à se remettre sur ses deux jambes pour ne pas le lâcher. Évidemment… il fallait s’y attendre…

Quelle petite teigne !

Elle ne s’était pas privée de goûter le sang presque séché sur son cou, et encore moins de lui faire savoir, bien qu’il aurait pu s’en passer…

« Minou… ? Chan… ? »

Quelle insulte, quel outrage ! Ses poings se serrèrent, et il se retourna, plus qu’insupporter par l’attitude de Bellone. Enfin, dans cet élan de colère se cachait une certaine subtilité : de fins filets de sable lévitaient autour de lui afin de cacher son héritage d’Adam.

Ses sourcils se haussèrent lorsqu’il eut vue sur le corps dénudé de la Chinoike. À mi-chemin entre fillette et femme, il y avait de quoi plaire en effet, mais certainement pas sainement lorsqu’on savait sa démence.

« Excuse moi… D’avoir été si doux. Tu mérites une bien plus lourde correction. »

Il n’eut pas à se jeter sur elle, à peine à marcher en ramassant sa dague au passage, pour la saisir une nouvelle fois au cou alors qu’elle tenait à peine debout. En chemin, sa main n’hésita pas non plus à passer sur toutes les cicatrices et autres formes portées à maturation par la vie, elle lui appartenait un peu après tout.

« Regardes-toi… T’es vraiment… pathétique. »

Ses mains se baladaient toujours sans gêne et sans tact sur son corps alors qu’il lâchait son cou pour venir lui attraper les deux mains et les coincer au-dessus de sa tête contre le tronc d’arbre.

« Si tu échoue à Kiri, je te conseille de te tuer toi-même. Car, si jamais nous parvenons à remettre la main sur ta carcasse… Je dois t’avouer que j’ai du mal à me décider… Les bandits les plus sales seraient prêts à payer régulièrement pour achever ce qu’il reste à défigurer de ton corps. »

Il souriait perfidement en ne se gênait pas pour regarder et toucher tout ce qu’il avait sous la main.

« La plus grosse différence entre toi et moi, c’est que moi, je suis libre maintenant. J’ai enterré de force cette vie il y a longtemps, je suis dans le camp des forts désormais. Alors que toi… tu es extrêmement faible. »

Il ne s’éloigna pas de son oreille à laquelle il venait de lui susurrer afin de lui planter fourbement sa dague dans l’abdomen. Il sourit à pleine dent et remue même la lame, remontant pour faire tout un tracé jusqu’à sa poitrine en calculant bien la profondeur afin de ne pas l’ouvrir et la tuer sur le coup. Il se nourrit de ses cris, de ses spasmes alors que tout son corps la retient contre cet arbre… une danse torride avec la douleur en perspective.

« Un petit cadeau, avant ton départ… afin que tu n’oublies pas quelle est ta place : aux pieds du prince, et surtout aux miens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Ven 29 Juin 2018 - 13:43
Katsuko regardait Shima avec son air toujours provocateur, le regardant s'énerver encore une fois. Décidément, il n'était pas maître de ses émotions, c'en était assez ridicule. Elle lui souriait, les mains sur les hanches, totalement dénudée, tout comme lui. Un vieux pervers partagé entre son excitation vicieuse et son énervement absolu qui était en train de le faire bouillir de l'interieur.

Il se dirigea vers elle en marchant rapidement, se cachant avec son sable. Ainsi il ne s'assurant pas totalement. Cela tira un nouveau sourire moqueur de la demoiselle qui ne fuit pas un seul instant bien qu'elle remarqua qu'il avait récupéré sa dague. Elle ne le pensait pas capable de la planter, l'imaginait simplement lui faire une éraflure.

Il se plu alors à la toucher, ce à quoi elle ne répondit qu'en gardant un sourire moqueur. Elle ne parlait plus, attendant de voir ce qu'il comptait faire ensuite. Neiko se retrouva presque soulevée du sol lorsqu'il décida de lui relever les bras au dessus de la tête. Elle serra juste un peu les dents en sentant le tronc d'arbre dans son dos, lui éraflant légèrement la peau. Elle garda son sourire quand il s'amusa à la toucher, ne cédant pas un instant. Cela, au fond, ne la dérangeait pas. Elle avait prit l'habitude d'être vue sans être respectée, descendue au rang d'un objet ou d'un souffre-douleur facilement contrôlable.

« Tu me sous-estimes... Je n'échoue jamais mes missions, sans quoi je serai morte depuis plus de dix ans... Et tes bandits... s'ils me touchent sans que je l'accepte, ils mourront. »

Alors qu'elle allait répondre à la moquerie de Shima, elle sentit une lame glacée lui rentrer dans le ventre. Elle ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit, puis, après quelques secondes, elle l'a referma, étouffant un gémissement de douleur. Elle prenait sur elle, essayant de garder son sourire malgré la douleur, mais la tâche s'avérait très compliquée. Elle souffrait tandis qu'il s'amusait à tourner son arme dans sa plaie, finissant par laisser échapper un faible gémissement. Ses yeux perdaient à nouveau de leur éclat, elle se sentait soudainement très faible.

Elle retint ses cris, étouffant en grande partie ses gémissements de douleur lorsqu'il remonta jusqu'entre ses seins. S'il ne la retenait pas avec son corps entier, elle se serait effondrée sur le sol, mise en position foetale et aurait composé des mudras pour ne pas mourir d'une hémorragie, mais elle était bloquée contre lui, impuissante, souffrante face à cette attaque inattendue. Il avait cédé pour le plaisir de Katsuko, mais à la fois pour son malheur puisqu'elle peinait désormais à respirer tant la douleur se faisait grande. Elle s'appuya donc entièrement sur lui, comme s'abandonnant dans ses bras à cause de la faiblesse soudaine qui venait la prendre.

Neiko gardait un sourire fragile de façade, mais elle était maintenant plus impuissante encore qu'auparavant, attendant de découvrir si Shima avait décidé de la laisser se soigner ou s'il souhaitait le faire lui-même, d'une manière ou d'une autre.

« Ça te fait jouir... de m'éventrer et de me... laisser me vider de mon sang... avant de m'envoyer dans... une mission mortelle ?.. Ça va être quoi... la suite... hein ?.. »

Neiko regarda Shima en redressant à peine la tête, toujours totalement appuyée sur lui comme dans une pause lascive mais qui se justifiait là plutôt par sa vie qui coulait peu à peu hors de son corps par le trait dessiné à la dague au milieu de son abdomen et de sa poitrine.



Dernière édition par Chinoike Katsuko le Mer 4 Juil 2018 - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Ven 29 Juin 2018 - 20:05
La saigner, la crever… La saigner ou la crever ? La saigner pour la crever… Voilà ce qu’il aurait dû faire, voilà ce qu’il aurait fait dans d’autres circonstances. Mais, bien entendu, il s’était déjà avoué qu’il ne le pourrait pas ; qu’importe son désir, seul celui du prince primait. C’était, en y réfléchissant, bien la seule personne qu’il faisait passer avant lui. Question de circonstances évidemment, même si ça permettait à sa captive de se payer sa tête. Quel dommage évidemment, aussi, la cornée démoralisée.

La frappe portée, elle tombait et s’abandonnait dans les bras du diable qui s’amusait de son désespoir. Une valse au goût d’enfer s’apprêtait alors à sonner, entre les feuillages des arbres, contre les troncs et dans les grottes mélangées à la terre, au sang et à la sueur.

« La suite… ? Parce que tu penses que c’est déjà fini… ? Non… J’ai bien essayé de te laisser une chance de rester couchée à mes pieds, mais puisque tu ne cesse de me provoquer… je me dis que tu l’auras bien cherché. Je vais te montrer… à quel point… tu n’es pas libre. »

Déjà, ses mots dansaient avec son corps. Dans le dos de la victime s’enfonçait l’écorce de l’arbre, laissant de nouvelles marques dans sa peau. Ainsi, Shima prit vilement possession de ce corps usé, blessé et ré-usé dont il se prouvait être le propriétaire illégitime. Sans foi ni loi, sans autre raison que son propre plaisir ; Celui de dominer et d’humilier, d’imposer sa grandeur d’âme divine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Ven 29 Juin 2018 - 20:34
Elle n'avait plus d'énergie, plus de défenses, plus de belles paroles pour ennuyer Shima et le pousser à bout. Elle était juste épuisée, avec une envie de s'endormir qui progressait. Elle sentait son sang quitter son corps lentement alors qu'elle s'effondrait littéralement contre Shima comme une poupée sans vie. Elle était trop faible pour ouvrir à nouveau la bouche, pour répliquer alors qu'il la remettait à sa triste place, celle d'une jeune fille affaiblie sans forces ni défenses face au monstre qu'il dévoilait sous ses apparences.

Elle ne pouvait que subir son attaque, tentant de garder un sourire tout en se concentrant pour effectuer quelques mudras. Elle essayait ainsi de rappeler son sang à elle, évitant ainsi de se laisser vider pendant qu'il prenait son plaisir vicieux et malsain à se jouer d'elle. Elle n'attendait désormais plus qu'une seule chose dans un silence ponctué de bruits sordides et de cris étouffés de douleur, que tout s'arrête. Comme elle l'avait souhaité si souvent lorsqu'elle avait été aux mains de son père. Comme elle l'avait souhaité si souvent lorsqu'elle était prisonnière à Kaze.

Et alors qu'elle avait tristement pu croire qu'elle avait réussi à s'enfuir, voilà qu'un autre démon prenait le relais. Mais encore une fois, ce ne serait que temporaire. Malheureusement pour lui, Katsuko obtenait toujours sa vengeance. Elle obtenait toujours ce qu'elle souhaitait, en fin de compte. Quoi qu'il puisse croire, quoi qu'il puisse voir en cet instant où il la forçait à être sienne, il en pâtirait. Ce n'était que le début, il le de couvrirait plus tard..

« Je... ne crois rien du tout... J'ai bien compris... Que de toute façon... Je n'ai jamais eu la moindre chance... alors profite... profite de ta victoire... Elle n'est pas... méritée... »

Subissant la volonté de l'homme qui se plaisait à la contraindre, elle finit par cracher un peu de sang.sur le côté, la coupant à la fin de sa phrase. La douleur était omniprésente, et comme bien souvent, elle aurait aimé pouvoir crier pour que tout s'arrête. Mais de toutes ses expériences malheureuses, ce genre d'horreur ne prenait fin que lorsque l'enfoiré avait prit son plaisir. Et celui-là ne comptait visiblement pas s'arrêter à cause d'un cri. Pire encore, il aurait pu juger cela comme une provocation et la blesser plus, réutilisant sa dague ou une autre quelconque idée tordue de son imaginaire sadique.

« Bravo... t'a gagné... Ce que tu voulais... Pas vrai ?.. souviens-toi bien de ce moment... C'est la dernière fois... Que tu pourras prendre ton plaisir avec moi... quand je reviendrais de Kiri... Tu ne pourras plus me toucher... »

Elle cracha à nouveau un peu de sang, le sourire toujours faiblard et tremblant, écrasée contre l'arbre, gémissant parfois de douleur lorsque l'écorce pénétrait plus profondément sa peau. Que ça s'arrête...


Dernière édition par Chinoike Katsuko le Mer 4 Juil 2018 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Lun 2 Juil 2018 - 19:29
Il avait bien pris son pied, et, une fois l’affaire dans le sac, il laissait grossièrement l’objet de ses dernières volontés sans plus de cérémonie. Il était vrai que, à l’origine de son soulagement, il y avait une énorme frustration : celle de ne pas pouvoir lui rompre le cou. Et, malgré son état pathétique et humiliant, elle osait encore le menacer… Ah ! Qu’est-ce qu’il avait dû se retenir d’appuyer sur son petit cou !

Enfin, il n’était qu’à moitié satisfait et apaisé. En soit, face à cette petite crevure, c’était déjà un énorme exploit. Ah… ce qu’il regrettait, maintenant, de ne pas l’avoir crevée à Kaze no Kuni. Pour une fois, un juron échappa à sa pensée au sujet du prince, ce sacré Kadachi et ses sacrées idées…

« À bientôt, peut-être… agent Bellone. »

Un léger rire lui échappa, alors qu’il lui tournait le dos après avoir récupéré ses affaires aux pieds de la captive souillée. Ce soir, elle serait à nouveau libre… en partie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Mer 4 Juil 2018 - 15:10
Katsuko s'affala, épuisée. Enfin, c'était fini... Elle aurait pu pleurer si seulement elle n'avait pas l'habitude de ce genre d'horreurs. De la maltraitance qui ne faisait que s'emplifier, c'est ce qu'elle avait vécu pendant douze longues années au service de son père. Alors un peu plus ou un peu moins... Elle n'était plus vraiment à ça près. Elle reprenait lentement sa respiration, faisant quelques mudras pour arrêter le sang qui coulait petit à petit hors de sa plaie. Elle était très affaiblie et la plaie étant très longue, elle peinait à la refermer à l'aide de sang coagulé. Malgré cela et sa très bonne régénération naturelle, il lui faudrait plusieurs jours pour retrouver sa pleine forme, elle le savait. Enfin, quelques jours dans de parfaites conditions, ce qu'elle n'aurait pas. Mais elle serait probablement remise d'ici une semaine ou deux, le temps qu'elle atteigne sa prochaine destination.

Elle se leva difficilement, tandis que Shima partait en se moquant d'elle, visiblement satisfait d'avoir prit son plaisir avec elle. Une vraie ordure qu'elle avait bien envie de tuer, mais elle en était incapable pour le moment. Patience, telle était sa plus grande vertue. Attendre le bon moment, celui où il s'y attendra le moins, où il sera faible, incapable de se défendre, où elle pourra, à son tour, se faire plaisir à ses dépends. La manière ne sera probablement pas la même, certes, mais elle sera aussi douloureuse pour lui que son attaque l'a été pour elle.

« J'aurais ma vengeance... Ne t'en fais pas... »

Crachant à nouveau un peu de sang sur le côté, elle se tenait à l'arbre en finissant ses mudras qui l'aideraient à se régénérer plus rapidement et à éviter de mourir de la plaie ouverte qui lui fendait l'abdomen jusqu'au sternum. Elle ramassa ses affaires une fois que Shima eut totalement disparu, puis elle alla se chercher une petite étendue d'eau. Au bout de deux heures à vagabonder, affaiblie au possible, souffrante de la torture qu'elle venait de subir, elle finit par trouver l'objet de ses recherches et se glissa dans l'eau sans une hésitation.

Une fois propre, elle resta encore dans l'eau pendant une longue heure avant d'en ressortir, enfin un peu apaisée. Lorsqu'elle se sentit mieux, bien que très faible, elle se mit à marcher vers sa prochaine destination, Kiri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Liberté Conditionnelle [Katsuko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu :: Yûgure
Sauter vers: