Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le Feu Vert Forêt [Sazuka]


Mer 20 Juin 2018 - 4:52


Suite à l’approbation de la mission par le Raikage, la première étape était réalisée. Maintenant, il se devait de convaincre celle qu’il avait malgré lui embarquée dans cette situation. Certes, il aurait pu demander la présence d’autres personnes. Pourtant, il ne voyait personne d’autre que la nouvelle experte en fuinjutsu et faune pour cette mission des plus intéressantes. Ce n’était pas tous les jours qu’il était permis d’avoir une telle opportunité et le fait qu’il venait d’obtenir la clémence du chef du village à ce sujet dénotait une confiance intéressante.

Or, la seconde étape était tout aussi importante que la première puisqu’elle pouvait aisément ruiner l’ensemble de sa planification et de sa proposition. Ainsi, Raizen se rendit sans attendre au fameux terrain d’entrainement dans lequel ils avaient partagé sueurs, efforts, découvertes et bien d’autres. Cette place marquait de nombreuses manières les moments qu’ils avaient passés à s’entrainer sur le fuinjutsu et à en apprendre davantage l’un sur l’autre. Rares étaient ceux connaissant cet endroit. Rares étaient ceux à qui il accordait la possibilité perpétuelle de venir s’y entrainer. À vrai dire, cette femme était la seule personne à qui il avait ouvertement donné la possibilité d’y venir. Certes, ce lieu n’était aucunement sa propriété. Pourtant, il en avait fait son second domicile, construisant ainsi une minimaison en arbre lui permettant de se reposer lorsqu’il voulait être isolé ou éviter de rentrer chez lui après un entrainement trop demandant.

-Yo...

Arrivant sur les lieux, il ne fut aucunement surpris de voir celle qui semblait avoir aussi élu domicile temporairement en ce lieu.

-J’espère que je ne te dérange pas, mais ça te dirait une visite dans le pays du bois?

Souriant et lui proposant bêtement son plan sans mettre de l’avant les bénéfices, Raizen tentait de générer un certain mystère chez cette personne qu’il savait autant curieuse que lui-même. Avec le temps, il avait appris comment piquer sa curiosité et cette manière semblait la bonne approche, surtout pour quelqu’un d’aussi occupé et curieux que lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 20 Juin 2018 - 23:09



C’était une journée somme toute très ordinaire ressemblant de près comme de loin aux dernières que j’avais passées à Kumo ces derniers jours, et je ne m’en plaignais pas. Elles étaient toutes rythmées par mon travail au complexe, quelques entrainements et d’autres occupations tout à fait saines. Très saines. Et ce jour, courant d’après-midi, était comme la plupart des autres ; dédiés à l’entrainement qu’il fut physique ou plus intellectuel, peu importait.

Et pour ce faire je m’étais rendue au terrain d’entrainement « privé » de Raizen. Non pas pour garder secrètes mes promesses des yeux des autres Kumojin, non loin de là ; mais plutôt pour la tranquillité, le calme qu’offrait ce type d’endroit, au milieu d’un petit bois… En était, ce devait être le lieu idéal pour venir se reposer et se protéger de la chaleur… Et comme je n’aimais pas spécialement les fortes températures –d’ailleurs l’un des rares points pour lequel je préférais Tetsu à Kaminari- cela tombait plutôt bien.

Au moins si quelqu’un venait ici j’étais à peu près certains de savoir de qui il s’agirait car à priori personne d’autre que le Meikyu ne venait ici. Pourquoi au fait ? Je n’en savais strictement rien. L’existence de ce terrain ne devait pas être un secret ou alors tous se satisfaisaient des autres ; plus proches des quartiers résidentiels. Oui, c’était sans doute la raison à sa faible affluence… Enfin, alors que je m’apprêtais à repartir, ayant achevé mes exercices quotidiens je fus surprise, enfin, interrompue tout au moins par, justement, le jeune homme en personne.

Il n’y avait en fait rien de vraiment étonnant à ce qu’il soit présent à cet instant, sans doute avait il lui aussi ressenti le besoin de se dépenser un peu, de se dégourdir les jambes ou je ne sus trop quoi. J’avais encore à faire je ne voulais pas m’éterniser ici, alors je lui signe accompagné d’un « salut » m’apprêtant à m’éclipser lorsqu’il se soucia de savoir s’il me dérangeait, et surtout me posa cette question qui me semblait un peu étrange, sur le coup.

-Non, mais je m’en vais là. Répondis-je d’abord. Ah, le pays du bois ? Bof, non pas vraiment. Continuais-je rapidement. Pas que cela ne m’intéressait que ou que je n’avais pas envie de voir un autre pays, sa faune et sa flore ; mais je n’avais simplement pas le temps avant de partir en mission de me rendre dans un autre pays. Je fis encore quelques pas pour lui faire face, gardant une distance de sécurité entre nous histoire d’éviter tout dérapage.

-Aah… Soupirais-je. Crois pas que ça ne m’intéresse pas ! Mais… Je vais être absente un moment, et, nous n’aurons pas le temps d’y aller, avant. Soupirais-je. Mais, si tu veux y aller sans… enfin, avec quelqu’un d’autre… Je t’en empêche pas. Lui souris-je en l’observant, me retenant de soupirer une nouvelle fois. Effectivement, je ne lui en voudrais pas de vouloir y aller le plus rapidement possible, la curiosité était une petite bête… pressée. Mais malheureusement j’avais un devoir à accomplir… et qui savait combien de temps il me prendrait ; à mon plus grand désarroi. J'aurais l'occasion de "visiter" ce pays... une autre fois...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 22 Juin 2018 - 0:45


Élargissant un léger sourire, face à cette conversation qui étrangement ressemblait étonnamment à celle d’un couple qui tentait de planifier une sortie entre amis, Raizen ne put s’empêcher de s’esclaffer légèrement. À la base, il avait presque cru qu’elle n’était pas intéressée. Or, ce n’était qu’une question de mission et de temporalité selon ce qu’il comprenait.

-Je comprends...

Ayant un léger sourire, le Meikyû s’approcha, signe pertinent qu’il n’avait pas vraiment lâché prise. En fait, si elle ne comprenait pas de cette manière, il comptait s’arranger pour que le message passe autrement. D’une manière ou d’une autre, il n’était pas en situation où l’hésitation risquait de créer une inhibition quelconque. Avec quelqu’un d’autre, ça aurait été différent, mais Sazuka demeurait Sazuka et il pouvait se le permettre avec celle-ci.

Ainsi, il s’approcha au point d’être face à face avec elle avant de déposer tranquillement sa main sur son épaule comme s’il faisait un geste d’encouragement quelconque.

-Mais ce n’est pas grave, je préfère t’attendre et faire cette mission avec toi qu’avec quelqu’un d’autre.

Lui souriant, il vint passer son bras autour de son épaule avant de s’approcher de son oreille pour lui murmurer l’objet de la mission. Certes, ce lieu était généralement sécuritaire et personne n’y venait. Pourtant, ça ne l’empêchait pas d’être méfiant étant donné que c’était une mission confidentielle.

-Tu te souviens le papier des rouleaux fuinjutsu et celui qui t’a permis de détecter la nature de ton chakra ? En fait, c’est du papier qui provient d’un arbre là-bas et semble-t-il qu’il y a de nombreuses richesses intéressantes de ce genre à découvrir dans ce pays.

Feignant une brève étreinte, il continuait de la briefer sans pour autant lésiner les détails importants.

-J’ai participé à une rencontre comprenant tous les Seigneurs et cet élément a été mentionné, comme quoi si nous savions, nous nous intéressions tous beaucoup plus à ce pays.

Se remémorant tous les détails importants, il tentait de faire appel à son côté scientifique pour piquer sa curiosité à son plus vif niveau.

-Donc, après en avoir parlé au Kage, j’ai reçu son aval pour que nous soyons les deux seuls impliqués dans cette mission.

Lui faisant un clin d’œil, il interrompit l’étreinte avant d’utiliser sa gestuelle de manière innocente.

-Ensuite, si tu as une autre mission, ça attendra ton retour... à moins que tu préfères vraiment que j’y aille avec quelqu’un d’autre...

La regardant, Raizen ne comptait pas vraiment lui donner le choix compte tenu des circonstances. Or, il se faisait un malin plaisir à le proposer comme si c’était vraiment un choix. Les modalités étant le seul frein, ce n’était pas une raison suffisante pour qu’elle décline le tout sachant qu’elle était la meilleure pour une telle mission et que le chef du village avait déjà prononcé sa décision.

-Mais bon, c’est le genre de mission dans lequel j’aimerais être avec la meilleure personne pour le faire.

Retenant cette fois-ci un clin d’œil, il comptait éviter qu’elle lui reproche de nouveau d’avoir un problème à l’œil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 26 Juin 2018 - 12:06




Je trouvais assez étonnante la démarche du Meikyu, et comme bien souvent je ne me sentais ni flattée ni privilégiée. Il n’y avait qu’une seule personne qui y parvenait, à vrai dire et ce n’était Raizen malheureusement, pas encore. Cela dit je trouvais ça très intéressant de voir de quelle façon il se servait de ce qu’il avait à dire, qui paraissait être maintenant un prétexte à mes yeux ; pour se rapprocher, pour initier un nouveau contact.

Ce n’était pas pour rien que je ne m’étais pas davantage approchée, j’avais eu un léger « crush » pour lui, un coup de cœur qui s’était assez explicitement manifesté et que j’avais mis sur le compte de la joie ; et je voulais éviter … un éventuel débordement. Je savais qu’il savait… même inconsciemment. Mais comme il ne voulait être ni la troisième ni la cinquième roue du carrosse –bien que je ne voyais pas les choses comme ça- et qu’il avait surtout peur de Reiko, ce que je comprenais parfaitement et raison pour laquelle je n’étais pas allée plus loin avec lui.

Ce qu’il me présentait suscitait dans mon esprit un intérêt certain. J’aimais découvrir de nouvelles choses, puis cet endroit me semblait regorger de « nouveautés », surtout la flore… Alors, bien sûr que me rendre là-bas me donnait envie, que ce soit avec lui ou n’importe qui d’autre, en fait. Mais que ce soit avec lui… serait sans doute… plus pratique.

En effet, nous nous connaissions maintenant bien mieux qu’avant, et il était toujours plus simple d’être accompagnée par une personne en qui on avait confiance. Evidemment, je ne pensais pas un instant au fait que nous n’allions être que tous les deux, ensemble, pendant une durée plus ou moins longue ; et de ces éventuelles conséquences. Enfin, je n’avais fait qu’écouter mais lorsqu’il défit son étreinte et indiqua que la Raïkage était « au courant », ce qui eut pour effet de simplement délier ma langue.

-Ah oui, donc ce n’est pas une proposition. Dis-je en relâchant un léger soupir. Oui, finalement et même si l’idée initiale provenait du Meikyu, c’était maintenant devenu un ordre de la Metaru. Si Reiko veut qu’on se rende au pays du bois ensemble. Alors nous irons. Dis-je avec beaucoup de sérieux, sans laisser de place à la légèreté. T’aurais dû commencer par là. Soupirais-je. Cela nous aurait fait gagner du temps sauf que je le soupçonnais d’avoir fait exprès de… faire traîner les choses, comme pour gagner du temps et pouvoir mettre en scène son « rapprochement ». Bon, au moins il avait bien compris que je ne serai pas forcément disponible dans l’immédiat, cela dit… Non non, ce n’est pas pour une mission… Rigolais-je légèrement, changeant brusquement de ton. Je dois juste… m’absenter… Lui souris-je. Ensuite, savoir si nous parviendrions à revenir de cette mission d’infiltration en territoire ennemi… était une autre question.

La Tadaoki avait beau eu m’avoir donné quelques leçons de « mensonge », garder un secret et mentir à quelqu’un que je connaissais était vraiment… compliqué. Mais, c’était aussi une bonne façon de m’exercer… J’allais encore être très occupée ces prochains temps alors, mizu, ensuite le pays du bois… Mais le héros de Kaze avait raison ; j’étais –sans me venter- la meilleure personne, le plus recommandée et expérimentée pour ce genre… de voyage…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 29 Juin 2018 - 3:56


Souriant, Raizen savait qu’elle n’aurait pas refusé si elle avait su à la base que c’était une mission officielle. Or, c’est justement ce qu’il voulait éviter, préférant s’assurer qu’elle était intrinsèquement motivée et qu’elle n’irait pas en mission simplement parce que le Kage l’ordonnait. Il y avait bel et bien un point de friction sur lequel il ne s’entendait pas forcément avec celle-ci et c’était bel et bien le fait que Reiko n’avait pas tiré les ficelles. Au contraire, ça avait été son initiative et son action, ni plus ni moins.

-Aller droit au but aurait été moins plaisant.

Continuant de garder sa bonne humeur, il laissa un léger silence planer avant de venir changer sa perception sur les idées préconçues qu’elle avait de cette mission.

-Je tiens aussi à mentionner que ce n’est pas Reiko qui veut que nous allions là-bas.

La fixant dans les yeux, il n’hésita en aucun cas à mettre plus d’accent sur la facette possessive de ses prochaines paroles.

-J’ai vu une opportunité, donc j’ai proposé cette possibilité. Reiko n’a fait qu’approuver alors que j’ai tiré les ficelles nécessaires.

Lui envoyant un sourire beaucoup trop innocent pour qu’il n’ait pas un sens quelconque, Raizen voulait s’assurer qu’elle comprenne que ce qui devait revenir à César allait revenir à César et vice versa. Autrement, elle risquait de passer outre toute l’intention derrière une telle proposition. Après tout, s’il avait décidé de prendre Sazuka c’était non seulement dû à ses compétences, mais aussi parce qu’elle avait de nombreuses qualités qui la rendait irremplaçable. Sachant qu’ils étaient maintenant disciples dans le fuinjutsu, le tout n’en serait que plus intéressant, d’autant plus qu’ils feraient possiblement des découvertes intéressantes.

-Qui sait, peut-être que nous trouverons quelque chose d’intéressant pour sceller une grande quantité de chakra pour un projet assez précis.

Ayant un mince sourire en coin, il faisait bel et bien référence à son projet de résurrection. Sachant que tout corps refermant du chakra devait en avoir les capacités, Raizen avait comme prémisses initiales que certains matériaux absorbaient plus le chakra que d’autres, d’où le fait que les rouleaux servant à enfermer une source de chakra quelconque n’étaient pas composés de n’importe quel matériel. Autrement, n’importe quoi pourrait servir de temple pour abriter un sceau regorgeant de beaucoup de chakra. Si on veut, c’était une logique qui n’était pas infaillible. Or, tous ses sens le poussaient à être aligné sur une telle enquête.

-Mais bon, ce sera aussi sympa, on va pouvoir en apprendre davantage l’un sur l’autre. N’est-ce pas là une occasion unique et agréable entre disciples... dans le fuinjutsu ?

Cette fois-ci, il n’eut pas besoin de feindre un sourire pour s’attendre à une réaction de Sazuka. Au contraire, il savait pertinemment qu’elle lirait à travers les lignes sur cette taquinerie qui n’abritait rien qui n’était pas déjà évident.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 30 Juin 2018 - 18:05



En soit la proposition que Raizen avait fait à la Raïkage était d’une grande logique et il m’était compliqué de la contester, ni même le choix de Reiko. Mais d’après ce que me disait le Meikyu… avoir tiré les ficelles… Je ne savais si je comprenais vraiment le sens de tout ceci. N’était-ce réellement que pour nous rendre dans ce pays et y trouver des choses, des « trésors » intéressants et en tirer un quelconque avantage ; ou plutôt pour… se retrouver avec moi ? Oui, je n’étais pas beaucoup plus douée pour apercevoir les intentions des autres mais avec le temps j’avais appris distinguer… certaines choses. Puis, finalement les explications vinrent d’elles-mêmes pour confirmer ce que je pensais.

-Hm… Je vois. Souris-je. En fait il venait de présenter l’arbre qui cachait la forêt de ses aspirations secrètes. Et même si je n’avais pis le doigt, précisément, sur l’ensemble de ses motivations ; j’en avais néanmoins compris une bonne partie. Enfin, il me semblait. Donc… tu « me » veux… parce que je suis la plus compétente… Dis-je relativement pensive. Ce qui était vrai de toute façon, inutile de revenir dessus. Et… Parce que tu veux… qu’on passe plus de temps ensemble ? Dis moi si je trompe surtout. Repris-je donc en lui adressant un sourire amusé. S’il savait se montrer taquin, et c’était peu dire, à son niveau c’était une expertise très sérieuse ; je le pouvais aussi même si je ne l’égalais évidemment pas. Non, j’étais bien plus habituée à faire des « blagues » pas drôles qu’autre chose… Enfin, c’était surtout les autres qui ne me comprenaient pas…. Enfin, que ce soit de toi ou Reiko… Je n’aurais pas refusé de toute façon. Rigolais-je maintenant. Evidemment même si j’avais laissé planer le doute.

Puis ce n’était pas comme si le Meikyu me révulsait malgré qu’il fut un homme, il était toujours plus agréable d’effectuer ce genre de voyage et de mission avec une personne qu’on appréciait qu’avec une autre qui nous indifférait. Cela dit, le problème qui n’en était pas un finalement, était que Sazuka, sans être vraiment matérialiste était tout de même très terre à terre, ne se préoccupait que des aléas du quotidien sans se réellement se projeter ou penser à l’avenir. Et par conséquent sans vraiment se soucier des attentes secrètes des uns et des autres… Oui, elle n’était pas très bonne à ce jeu, lire entre des lignes aussi… implicites…

-Mais… on se connait déjà pas si mal que ça, non ? Demandais-je avec un air suspicieux… Oui, il me semblait bien que nous avions passé pas mal de temps ensemble sans doute même plus que nécessaire pour l’apprentissage du Fuinjutsu. Enfin, cela fut un temps largement mis à profit dans l’ensemble, même nous avions dépassé par certains aspects le cadre normal d’un enseignant et son apprenant…. Si tu veux me connaître plus... Je te l'ai dit, tu n'as qu'une chose à faire...

Me poser des questions...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 1 Juil 2018 - 6:12


Souriant, Raizen ne pouvait s’empêcher de ressentir un certain signal d’alarme le saisissant chaque fois qu’elle ouvrait la bouche pour parler. Chacune de ses paroles était porteuse d’un double sens et connaissant celle-ci, elle ne s’en rendait probablement pas compte. Prenant ainsi un malin plaisir à être diverti sous ses interactions uniques, Raizen demeura accrocher sur la dernière phrase que celle-ci prononça. Libre à de multiples interprétations, à ses yeux, elle n’en avait qu’une et encore une fois, leur dernière conversation refaisait surface.

Laissant un léger sourire flirter sur ses lèvres comme à son habitude, il s’approcha calmement de Sazuka avant de s’arrêter droit devant elle. La fixant sans aucune gêne, il planta ses iris dans les siens. Chacun de ses gestes était calculé à une précision déconcertante. À un certain moment, ses gestes paraissaient si naturels et calculés qu’on aurait dit que l’hésitation ne faisait pas partie de ses gênes.

-Je sais.

Se contentant d’enlacer le bas du visage de Sazuka, Raizen attira finalement le délicat visage de celle-ci vers lui avant de dévier ses lèvres des siennes à la dernière seconde pour venir lui murmurer quelques paroles.

-Bon entrainement.

Relâchant soudainement son geste, il vint passer sa main dans la chevelure de celle-ci avant de venir déposer ses lèvres contre les siennes de manière suffisamment intéressante pour piquer la curiosité. Or, il n’en avait pas fait assez pour que le tout semble être un geste désespéré. C’était assez pour piquer la curiosité, mais pas assez pour créer une étincelle impossible à éteindre.

-Pour la route.

Lui tournant dos sur ce geste, le Meikyû lui fit un signe d’au revoir de la main. Sachant qu'ils allaient se revoir très bientôt, Raizen ne ressentait pas le besoin de faire des adieux formels avant qu'elle parte en mission. Ils allaient se revoir très bientôt de toute manière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 4 Juil 2018 - 16:01




Vu le nombre de fois que cela m’était arrivée entre Kumo et Tetsu, j’avais parfaitement compris ce qui résulterait rapidement de la gestuelle du Meikyu. Et même en le sachant, je fus très surprise, malgré tout ; qu’il m’embrasse. J’avais un peu de mal à comprendre pourquoi il venait de faire ça… Cela ne découlait certainement pas de mes derniers mots ! Il savait très bien que pour mieux me connaître il n’avait besoin que de me poser des questions… Hum… Ce fut à cet instant que je compris que je ne rivalisais absolument pas avec le niveau de taquinerie de Raizen. Il était bien au-dessus de moi, enfin, plus expérimenté dans cet art… de la « taquinerie ». Bien que j’avais cette étrange impression que sa réaction fut très loin du simple jeu auquel il s’adonnait pour me mettre mal à l’aise, non c’était bien plus… complexe que ça. Sans que je puisse répondre ; le jeune homme avait déjà entrepris de partir, et me laisser là avec ce qu’il venait de faire. Evidemment, je n’étais pas d’accord.

-Attends ! Dis-je en l’attrapant par le poignet pour le retenir. Non, je n’allais pas lui sauter au cou, je n’étais pas ce genre de personne, de fille s’émouvant du moindre baiser, du moindre flirt. Ô j’aimais ça, sans conteste, ce jeu avec ceux qui m’entouraient ; mais… Pourquoi ce baiser ? L’interrogeais-je autant que moi-même. Oui, j’étais surprise ; clairement, et c’était d’ailleurs l’incompréhension qui empruntée ma voix de toute son intonation. On avait pas dit… ami ? Et, tu n’as pas dit que… tu ne voulais pas être une « troisième roue » ? Même si dans mon cas, je ne considérais aucun de mes partenaires comme une pièce interchangeable. J’avais compris, certes, que tout le monde n’avait pas ma philosophie de vie où la notion de fidélité, d’appartenance, d’exclusivité… N’existait simplement pas ; toujours pas, malgré tout ce qu’on avait pu m’expliquer à ce sujet. Ce qui rendait ma situation au sein de village bien plus complexe d’ailleurs.

Je me souvenais de ce jour pas si lointain, lors d’un de nos entrainements. Il m’avait dit que je devais en parler à Reiko avant toute chose, afin d’être sûre que tout le monde soit bien conscient de… qui j’étais. Mais depuis ce jour… même si s’y pensais ; jamais je n’en avais parlé à la jeune Raïkage. En fait, je n’en ressentais pas le besoin… Mais alors qu’il m’avait mis face à ce dilemme d’expliquer à la Metaru comme je fonctionnais au risque de la perdre ; maintenant… il agissait de cette façon ? Je me demandais ce qui avait bien pu changer entre ce jour, et aujourd’hui. Et, puis cette manigance du pays du bois… pour se retrouver avec moi autant que pour mes compétences. Il y avait quelque chose de… sous-jacent.

-Qu’est ce qui a changé depuis la dernière fois ? Dernière question que je lui posais en relachant son poignet.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 5 Juil 2018 - 4:10


Étant surpris la récente réaction de Sazuka, le Meikyû n’était toutefois pas surpris de la voir aussi confuse qu’étonnée. Après un tel geste, il devait s’attendre à une tonne de questionnement de sa part, fait auquel il était prêt depuis très longtemps. En effet, un sourire flirtait sur ses lèvres alors que celle-ci s’amusait, confuse, à poser une tonne de questions. Tel un enfant qui ne comprenait pas les bases du flirt, celle-ci ne semblait pas comprendre les bases que Raizen venait de profaner après les avoir récemment établies. En réalité, c’était un vrai paradoxe de long en large.

Se complaisant dans ce mystère qu’il pouvait voir dans ses iris, il remarquait une curiosité digne du moment où elle était venue en apprendre davantage à ses côtés sur le fuinjutsu. Cette même curiosité était certes quelque chose qu’il appréciait, mais c’était aussi ce qui lui permettait de prolonger ce jeu. À long terme, la situation ne pouvait que devenir de plus en plus intéressante, fait qu’il comptait rehausser sans aucune difficulté dans ses prochaines interactions.

-Parce que j’en ai décidé ainsi ?

Penchant sa tête sur le côté comme si c’était une évidence, il se faisait un malin plaisir à tester les réactions de celle-ci face à une réponse possible qui n’était pas forcément fausse.

-Ou parce que je ne suis pas réellement la troisième roue du carrosse ?

Lui souriant légèrement, le Kumojin faisait preuve d’une dose assez intéressante de mystère. Le tout était suffisamment relevé pour qu’il puisse susciter encore plus la curiosité de celle-ci.

-Ensuite, à mon souvenir, ma plus récente histoire était de vivre dans l’ombre de quelqu’un qui était en compagnie de quelqu’un d’autre, ce n’est rien de nouveau pour moi à une différence près.

Venant calmement ramener sa chevelure sur le côté, il la fixa avant de préciser sa pensée :

-Tout est une question de positionnement. Au final, la personne la plus à risque dans une telle situation est toi surtout que je n’ai pas fait grand-chose pour le moment...

Haussant les épaules, il se retourna en lui offrant son dos.

-Parfois, jouer avec le feu est ce qui rend la situation excitante.

Marquant une pause, il laissa présager que la situation donnait un certain goût à son désir. Pourtant, c’était différent et il comptait le clarifier.

-Donc, c’est encore mieux lorsque la situation ou du moins, les gens concernés sont intéressants...

Sur ce, il ne comptait rien ajouter, outre si elle le retenait à nouveau, se contentant ainsi de quelques paroles.

-Mais bon, il y a certaines choses qui se vivent et qui ne s’expliquent pas.

Remettant ainsi tout sur la cause du moment, il venait de créer une appréhension positive ou négative des moments à venir, un geste typique signé Raizen.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Jeu 5 Juil 2018 - 16:10



A priori j’allais cogiter un long moment sur tout ce que venait de dire le Meikyu. Ça, il ne le savait pas, mais si j’étais de nature très curieuse ; je n’aimais ni le mystère, ni les surprises. J’appréciais découvrir de nouvelles choses, c’était une certitude, mais qu’on me les cache volontairement, comme il le faisait… M’ennuyait, voire m’agaçait plus qu’autre chose. Pour dire les choses simplement, je n’étais pas des personnes que l’on pouvait teaser aussi simplement et même que l’on pouvait pousser à gratter davantage la surface. Et cela pouvait se voir ou tout au moins se comprendre au travers de ce que je disais. Je ne dévoilais pas aussi facilement mes pensées, mon passé et à peu près tout et n’importe quoi ; et de la même façon je ne cherchais quasiment jamais à connaître les autres plus que je n’en avais besoin. C’était très paradoxal alors que j’accordais à la confiance la plus grande des valeurs.

Je pensais m’être améliorée dans cet exercice de lecture entre les lignes mais là je devais bien admettre que j’étais complétement larguée par son comportement et par certains aspects il me rappelait Keitei, cet élève un peu… bête de la Tadaoki ; même s’il était clairement plus sûr de lui que son homologue. J’avais l’impression de me retrouver face à quelqu’un d’indécis… Lorsque j’en « décidais ainsi », j’allais jusqu’au bout des choses sans me poser davantage de questions, sans faire « attendre » les personnes concernées ; qu’elles furent des adversaires ou des amis… ou de simples connaissances. Et oui, j’étais en fait très de l’archétype de la patience, de celle que l’on accordait à la plupart des médecins et scientifiques. Sans doute une déformation personnelle liée à certaines capacités qui m’avaient rendu la vie plus « facile », sous certains aspects, notamment dans l’apprentissage…

Avais-je seulement besoin de ce genre de rencontre, d’interrogations avant de partir en mission ? J’estimais que non, évidemment. Et au-delà de mon incompréhension, ce qu’avait attisait Raizen ressemblait bien plus à de la frustration, voire de la colère qu’autre chose. Ainsi, alors qu’il s’était de nouveau retourné en ajoutant une dernière plus vide de sens que les précédentes, moi, je restai figée au même endroit, l’observant s’éloigner. Au non, je n’allais pas le retenir, pas encore. Il avait réussi à m’énerver. Qu’il m’exaspère, je pouvais facilement faire avec, en faire abstraction même ; mais jouer ce jeu… Commençait à… me lasser, vraiment. Je comprenais mieux pourquoi Asami lui avait préféré Shoran, au moins ce dernier, même s’il n’était pas aussi… amusant, au moins ; n’était pas chiant. Enfin, pas de la même façon que l’était le Meikyu.

A mon tour, je ramassai ma sacoche que j’avais jusque lors laissé à mes pieds et quittai les lieux, pour prendre la direction du complexe scientifique là où m’attendait encore vraisemblablement pas mal de travail… Au moins là bas, il n’y aurait personne pour jouer au jeu des devinettes, à l’homme mystère ou quoi que ce soit d’aussi pénible. Et du coup… Il y avait maintenant de fortes chances pour que je « boude ». Well done.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Le Feu Vert Forêt [Sazuka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: