Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Les trois visages du diable - Tenshi

Aller à la page : Précédent  1, 2

Lun 2 Juil 2018 - 9:53
La décision du garde ne tardant pas à se faire savoir, il fallait avant admirer de plus belle la performance d'actrice d'Oni. Ayant parfaitement saisi ce que je tentais de faire, elle s'employa corps et âme à être, pour le gardien, la plus épouvantable des emmerdeuses. Une de ces poules de luxe pourrie gâtée, au caractère chineur qu'il est très difficile de supporter. Si visuellement, j'avais l'air au moins aussi agacé que le gardien, intérieurement, j'applaudissais délicatement la jeune femme et ne pouvais m'empêcher de rire en la congratulant de toutes les félicitations possibles.

-Oh non, ne me laissez pas seule dans ses couloirs sombres, je vous en prie Sempai.

Le suppliait-elle avec excès en se collant dans ses bras. C'est alors, que mon regard faillit bien nous trahir, même si je fus plus que discret, un imperceptible sourire et un regard accusateur fondaient sur la kunoïshi. Quand elle se collait à lui, je me doutais bien que ce n'était pas sans raison, elle devait chercher à lui prendre quelque chose. Ses clés supposais-je sur l'instant. Haaa quelle petite maligne, si j'en avais eu l'occasion, sur ce coup, je l'aurai même embrassé ! (sachez qu'un baiser de ma part, dans mon égocentrisme affligeant, et selon mes principes, un immense privilège et une grande récompense, pour peu que ce soit gratuitement du moins).

Le gardien la renvoyait, comme elle l'escomptait probablement, dans le couloir et lui fermait la porte au nez. C'était alors, au-delà de l'occasion de m'en sortir, l'occasion aussi de glaner quelques informations et pourquoi de préparer un terrain plus avantageux pour notre future infiltration. Ce n'était pas tellement gagné, car il s'agissait de poser les bonnes questions l'air de rien, fort heureusement comme toujours, l'innocence qui imprégnait mon visage au point de me donner un air angélique jouait en ma faveur, et sur le ton de l'humour, que je considérais la meilleure approche possible.

-C'est un cas votre amie... Me lançait-il quand elle passait dans le couloir.
-Ce n'est pas vraiment une amie... Sinon je ne serais pas ici je pense. Lui répondais-je amusé.
-Je suppose que vous avez souvent des problèmes de ce genre ? Me répondait-il, me faisant un compliment déguisé derrière cela.
-Il arrive que certaine femme soit insistante, mais jamais je n'avais eu à gérer un tel comportement.
-Ce ne sera pas aujourd'hui que je vous ferais des problèmes. Vu l'épée que vous avez à la ceinture, d'ailleurs, je suppose que vous êtes shinobi ?
-En effet, genin d'Iwa, depuis peu.
-Pas de bandeau ? Me demandait-il suspicieusement.
-Je suis plutôt fait pour l'infiltration. Lui mentais-je sans sourciller. Un bandeau avec le symbole du village, ce n'est pas idéal pour passer incognito dans une cité.
-Ce n'est pas faux.
-Je suppose que vous avez une bonne sécurité ici de toute façon. Glissais-je innocemment.
-Pas tant que ça, c'est une salle d'archives, et pas les archives les plus compromettantes. Hormis deux shinobis de ronde le soir, il n'y a pas tant de sécurité que cela.
-Pas même un système de détection ? Un shinobi sensoriel ?
-Non, rien de tout ça, et puis avec les tensions grandissantes avec la Brume, ce type de shinobi sert surtout à surveiller la région pour éviter une invasion. Surtout depuis, ... enfin, vous devez savoir ce qui s'est passé.
-Oui je suis au courant.

Tout cela était relativement logique. Je n'aurai jamais pensé que l'attaque du village de la brume nous favoriserait dans nos entreprises, mais je comprenais la politique du village qui cherchait à prévenir une attaque loin du village, plutôt que de la recevoir et devoir la repousser. Je ne blâmais pas le village pour cela, même, je crois bien que j'aurai fait pareil, si ce n'est plus en organisant des raids, non pas sur le village ennemi, mais sur son pays, mais bref, je digresse.

Nous allions continuer notre petite conversation quand soudainement, nous entendîmes des petites explosions dans le couloir. Cette fois, sachant bien de qui il s'agissait, je me disais qu'elle en faisait peut-être un peu trop...
-Mais qu'est-ce que ?!
Je me grattais la tête en faisant une mine désolée pour le gardien. Comme si j'étais coupable moi-même.
-Désolé, j'ai l'impression que vous avez lâché un fauve dans la bergerie....
-Aiiiiideeeezzz moi, quand je pleure je ne peux plus les contrôler !!!! T-T

Entendions-nous hurler de l'autre côté. Là, je comprenais qu'elle usait de ses techniques héréditaire de Chôkukû... Tout de même, était-ce bien judicieux de tout casser comme ça ? Ce qui était fait était fait de toute façon me direz-vous, et en soit, ce n'était faux.
-Attendez-moi ici je reviens ! M'ordonnait le garde en fonçant vers la porte du bureau qu'il prenait.

"C'est ça cause toujours Jackie"... Pensais-je alors qu'il accourait vers Oni probablement pour la calmer. En effet, j'allais simplement m'enfuir, j'avais bien entendu malencontreusement oublié de donner mon nom à cet homme. Et quand bien même il me retrouverait, il lui faudrait admettre devant sa hiérarchie qu'un genin lui fila entre les doigts dans son propre bureau, une chose qui ne devrait pas être bonne pour son dossier et sa carrière. Je prenais donc le chemin d'une fenêtre, et abandonnant Oni à son sort, emportant aussi son manteau, je m'enfuyais dans l'une des ruelles sombres qui encerclaient la grande bâtisse. Là, en imaginant qu'elle pouvait s'en sortir, je l'attendrais dans l'ombre tout sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Lun 2 Juil 2018 - 12:48
Finalement, il ne m’avait pas emboîté le pas et pour cause, laisser sa surveillance pour me poursuivre était ce bien judicieux. Je comptais un peu sur le fait qu’il irait se plaindre chez les Chôkoku de mon comportement, en effet à la maison, personne ne croirait jamais sa version. J’étais calme et effacée, obéissante en présence de mon oncle ou de témoins. Donc naturellement, on porterait la faute sur une de mes cousines qui avait la chevelure blanche, mais était une version moins jolie, au final, il faisait noir non ? C’était elle de nous deux qui avait hérité le devoir de devoir kunoichi pour notre famille, Shin manquant de talent visiblement. C’était peut-être laid de saboter la carrière ainsi, mais on m’avait gardé pour les épousailles arrangées que parce que j’étais la plus jolie des deux. La plus facile à replacer. N’était ce pas laid aussi ? Cela, plus l’épisode de la tour Kage, Mihoko avait du soucis à se faire. Je n’étais pas partisane de la rivalité fairplay.

Tout en marchant, j’arrangeais mon kimono à nouveau convenablement, ainsi que mes cheveux, faisant cela, je tentais de voguer dans les ruelles une senso active pour repérer le chakra de mon acolyte afin d’être guidée jusqu’à lui. Et cela m’avait pris plus de temps que je ne l’aurais voulu ou imaginer, quoi qu’il en soit, il finissait par se retrouver devant moi, un sourire ne mentant pas sur sa satisfaction. Je n’étais pas surprise.

§ - “ Alors, la représentation t’a plus ? J’ai le moule des clés et mon gardien va avoir besoin de vacances après avoir raconté ça s’il ose. Et toi de ton côté ? “

D’autant plus que je n’avais usé que d’une basse quantité de chakra dans mes artifices qui avaient fait beaucoup de bruit à cause de l’espace restreint, mais au final rien de plus que des étincelles laissant de la poussière une fois consumée. L’avantage de la sensorialité pour la précision des tirs et moment d’explosion? C’était tout un art même si ça n’avait l’air de rien vu de loin. Satisfaite à mon tour quand mon regard se posait sur mon manteau, c’était mon préféré, heureusement qu’il l’avait récupéré, je tendais d’ailleurs un bras pour le récupérer.

§ - “ Demain matin j’irais récupérer les dossiers officiels, étant l’assistante de mon frère trésorier, personne ne trouvera louche que je vienne piocher comme souvent dans des documents officiels des formulaires. Yasuo aurait sûrement du nouveau, dans le cas contraire, nous aviserons à notre revoyure. Tu te sens capable de gérer le cas Takumi donc ? “

Il nous restait trois jours et on ne pouvait pas se permettre de prendre les choses larges, si un seul des plans foirait, il nous fallait du temps bonus pour le remplacer. La partie allait être serrée, mais ce n’était pas le temps de s’en soucier non plus.

§ - “ Me raccompagne tu toujours ? Je pense savoir me guider à partir d’ici sans trop nous envoyer échoué au milieu de nul part. “

Rire amusé. J’avais beau vivre ici depuis longtemps je ne sortais seule que très récemment et rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Lun 2 Juil 2018 - 19:58
J'attendais un petit moment, plus longtemps que je ne l'avais supposé, mais très patient de nature, c'était adossé contre un mur, les bras croisés avec le manteau d'Oni contre moi que j'attendais qu'elle me trouve. Souriant, pour m'amuser tout seul, je m'imaginais déjà qu'elle se renfrognerait, qu'elle me reprocherait de l'avoir l'abandonné là-bas, et je préparais déjà ma réponse à ça.

Dans la pénombre d'une ruelle, je la voyais enfin apparaître, mais pas dans l'état que j'attendais. Elle était de nouveau bien mise, kimono et coiffure impeccable, et tournant vivement la tête vers elle en faisant un magnifique jeté de cheveux, je l’accueillais d'un grand et tendre sourire satisfait. Elle n'avait aucunement l'air de m'en vouloir de m'être enfui en la laissant derrière moi, bien au contraire, elle avait l'air d'avoir trouvé cela normal.

-Alors, la représentation t’a plus ? J’ai le moule des clés et mon gardien va avoir besoin de vacances après avoir raconté ça s’il ose. Et toi de ton côté ?

Je laissais planer un court moment de silence, le regard fixé sur elle, puis je lui répondais avec toute la volupté dont je savais faire preuve. Il n'y avait là aucun jeu de séduction ou de domination, j'étais juste satisfait de savoir qu'elle allait bien et qu'elle savait que dans ces occasions, nous pouvions compter que l'autre saurait se débrouiller. Ni elle ni moi, n'accepterions d'être le fardeau de l'autre je pense, cela allait de pair avec l'indépendance, et ce premier test d'équipe nous le prouvait complètement.
-Tu es vraiment très douée. Je me méfierais d'autant plus de toi à l'avenir, pour ne pas me laisser prendre par une de tes ruses. J'ai appris qu'il y avait seulement deux shinobis pour garder les lieux, et rien de sensoriel pour vérification, en bref, ce sera du gâteau. Finissais-je le sourire en coin beaucoup plus léger.

Là, elle me tendait les bras, pour recevoir son manteau. Elle avait l'air d'y être attachée. Je me dressais sur moi-même, et fis le tour d'elle, pour venir lui déposer directement sur les épaules. Un étrange geste d'affection sans la moindre arrière pensée, et venant de moi, c'était particulièrement étonnant, puisque je ne me souciais pas vraiment des autres en tant qu'individu la plupart du temps. Peut-être était-ce simplement une récompense, sans en avoir l'air, pour la réussite de son plan improvisé et sa performance.
-En haute altitude comme ici les nuits sont fraîches. Lui soufflais-je bassement.
-Demain matin j’irais récupérer les dossiers officiels, étant l’assistante de mon frère trésorier, personne ne trouvera louche que je vienne piocher comme souvent dans des documents officiels des formulaires. Yasuo aurait sûrement du nouveau, dans le cas contraire, nous aviserons à notre revoyure. Tu te sens capable de gérer le cas Takumi donc ? Me demandait-elle.
-Le cas Takumi ? Ho, c'est le Hyûga dont je dois m'occuper c'est ça ? Il ne sera pas un problème.

Je laissais un instant échapper un sourire très rassurant, comme si rien ne m'était impossible, comme si tout me traversait, une confiance absolue, ho, n'allez pas croire que je me croyais invincible, c'était plutôt que l'échec ou la mort ne me faisaient pas peur, et une fois libéré de cela plus grand chose ne nous effraie. En revanche, quand je regardais ses pupilles rouges, l'espace d'un court instant, je me retrouvais à me remémorer un paradoxe. J'aimais le monde dans son ensemble, toute chose à égale mesure, sans faire de distinction, j'étais aussi innocent que la mort, parce que j'étais parfaitement impartial, tout était coupable, tout était punissable, rien n'était coupable, tout méritait le pardon, et pourtant quand il s'agissait de l'unicité, j'étais le seul qui comptait, un individu non dans un ensemble, mais en tant que simple personne, n'avait que peu de valeur à mes yeux, j'étais incapable d'aimer ; n'était-ce pas paradoxal, refuser d'aimer par peur de souffrir c'est comme refuser de vivre par peur de mourir, ça n'a pas de sens, pourtant je me fiche de l'un, et je ne crains pas l'autre.

-Me raccompagnes-tu toujours ? Je pense savoir me guider à partir d’ici sans trop nous envoyer échoué au milieu de nul part. Ainsi, avec un rire qui suivait cette proposition, elle sortait mes yeux du vide pour les ramener sur elle. Je lui renvoyais un soupire faussement las, un rictus léger en souriant des yeux, preuve d'une sincérité de la tendresse et de la douceur cette fois.
-D'accord, du moment que tu ne me fais pas un autre plan improvisé. Tu m’emboîte le pas ? Je veillerais sur tes arrières.

Le jeu de mot, était là, à peine dissimulé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Jeu 5 Juil 2018 - 4:17
Même si je n'allais pas lui dire, il ne risquait pas grand chose en règle général concernant ma fourberie. S'il ne se trompait pas en disant tout cela pour autant, mais même si je paraissais impulsive autant qu'explosive, je savais me modérer. User à l'accès et pour tout et rien de mes talents ne pouvait que me porter préjudice. Je ne les avais pas développé pour le plaisir malsains de me jouer des gens, mais pour atteindre des objectifs plus rapidement. Dans l'univers bourgeois où j'avais grandi en arrivant ici, j'avais vite appris à mes dépends que l'innocence avait fini son temps, je pouvais m'exercer facilement en prime, c'était un passe temps chez eux. En même temps, ils n'avaient pas grand chose à faire d'autre et l'utilité n'était pas dans leur vocabulaire je pense.

- « Je viens te le dire, j'en ai fini des entourloupes aujourd'hui. Peut-être devrait on s'inviter un code pour se prevenir quand le rideau se leve. »

Un code secret, c'était amusant, je faisais ça avec mon frère pour que mon oncle ne comprenne pas et ne se mêle pas de toutes nos affaires. Mais c'était une forme de complicité qui n'allait pas etre inné en un jour non ? Malgré tout, un instant, tandis qu'il replacait mon manteau, je me disais que vu de l'extérieur on aurait pu croire qu'on se connaissait depuis toujours. Peut-être dans une autre vie avions nous déjà été complices. La pensée me faisait rire légèrement et on mettrait ça sous le compte de la moquerie taquine.

- « Tu fais ca toi, etre galant gratuitement, est ce que je t'aurais tapé à l'oeil finalement. Tu ne serais pas le premier.»

Haussement d'épaules et petit prétentieux avant de rire et lui tirer la langue, c'était surprenant vu l'image de prime abord que je m'étais fait de lui. Qu'importe, même apres des années pouvait on pretendre pouvoir au final connaître ou avoir tout deviner de quelqu'un. Ceci pure boutade et je devinais qu'il etait assez malin pour en comprendre le ton. Ainsi, en chemin j'insistais pour plus de détails sur ce qui c était passé. Notre histoire d'infiltration promettait de se presenter plus facile que prévu, la chance etait peut-être de notre côté, mais n'étant pas prête à trop tirer sur cette corde, c'était donc à l'arrière du grand domaine que nous étions arrivé.

- «Je t'aurais bien invité à rentrer, mais je ne suis pas censée être dehors et il est bien trop tard. Mais n'hésite pas à te présenter à la grande porte à l'heure du thé. »

Salutation de petite bourgeoise et beaucoup moins de grace en escalandant le mur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Les trois visages du diable - Tenshi

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: