Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le Borukoku ! - Kentaro


Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 21 Juin 2018 - 3:23
Voilà quelques nuits que je mettais encore perdue devant mes plans les yeux pétillants. Depuis que mon oncle m’avait annoncé la nouvelle, j’étais comme envahie d’un bonheur d’un autre monde. Je ne sais pas s’il s’agissait là encore d’une de ses manigances, ni ce qu’il avait pu faire pour m’offrir ce privilège, mais c’était de loin et depuis longtemps, le plus des cadeaux d’anniversaire que j’avais reçu. Le devoir de faire illuminer les cieux iwajins lors du festival pour le grand feu d’artifice. Tout le monde au domaine savait mon affection pour ses explosions colorées, jugées inutiles et éphémères par la plupart de mes pairs, mais aimer de la population. Rien de compliqué en soi pour un Chôkoku, alors à la maison, on ne comprenait pas que je puisse y placer autant de mon temps libre. J’aurais pu juste offrir cette explosion de couleurs aériennes et puis c’est tout, mais ce n’était pas assez satisfaisant, je voulais plus. Définitivement plus. Au départ j’avais pensé à quelques petites créations d’argiles animées pour raccorder le sol au ciel, mais l’évidence était que j’étais trop novice pour contrôler tout à la fois et disposer d’assez de chakra. Je pouvais demander de l’aide au Chôkoku. Certes. Mais là encore, je voulais de l’innovation…

§ - “ MINA ! MINA ! “ Ma gouvernante. “ J’ai trouvé : J’ai trouvé ce que je veux faire, vite, attrape ma tunique, et l’adresse des ceux qui jouent avec la lave ! “
§ - “ Les Borukan ? Enfin Diao-sama, comment tu peux ignorer leur nom et leur adresse il sont juste…. “

Bref, passons, aucun intérêt ! Ce qui en avait bien plus c’était mes plans pour cette famille-là, qui comprenait d’ailleurs le kage actuel. Mais ce n’était pas après lui que j’en avais, ni un de leur gros bras qui me ferait de l’ombre et des leçons, non, non, comme je l’expliquais à l'assistant Borukan du Kage, qui officiait dans le domaine de la lave…

§ - “ Une sorte de coopération avec un genin de votre clan et de ma génération pour montrer notre harmonie au sein d’Iwa. “

Une si jolie phrase… Je voulais juste qu’il me donne ce que je voulais en obligeant un de ses juniors à m’assister. Presque en plus j’avais le beau rôle et finalement, il n’avait pris que quelques minutes de réflexion, avant de m’indiquer un prénom : Kentaro. Et où le retrouver. Le plus habile selon lui pour mon entreprise assez particulière. Mon sens de l’orientation me faisait alors défaut et c’était une ou deux bonnes heures plus tard avec un ma de pieds que je finissais par tomber sur une tête brune jurant avec les rouquins du coin.

§ - “ Ah ? Cela ne peut être que toi ! “
Encore un effort de quelques pas et je lui faisais face. “ Tu es Kentaro si je ne m’abuse ? Akimori (l’assistant du Kage inrp) t’as recommandé pour une de mes requêtes auprès de ton clan. “

Et voilà qui était rare, alors il fallait en profiter, car plutôt que de mettre mon masque de peste habituelle, je m’inclinais respectueusement pour lui demander son aide.

§ - “ Je suis à la recherche d’un Borukan capable de manier une de ses créations, ou bien de durcir sa lave. Cela concerne les festivités du festival de cet été qui approche à grands pas. Voudrais tu bien m’offrir de ton temps libre et ton soutien pour l’événement ? “

C’était parti pour le spectacle, grands yeux de chaton bien ouvert, tête légèrement désaccordée sur un côté, mains jointes et bras étirés. La pose cute quoi. Ce qui ne fallait pas faire au nom de l’art quand même.

§ - “ Je ferais les feux d’artifice pour le compte des Chokoku dont je fais partie, tu peux m’appeler Diao. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 21 Juin 2018 - 15:16

C'était une journée tout ce qu’il y a de plus banale pour le Borukan.
Il avait très récemment reçu son diplôme de l’Académie Ninja et était donc officiellement devenu un Genin d'Iwagakure no Satō.
Hélas, il n'avait pas encore été intégré à une équipe, il lui était donc impossible d'effectuer une mission ayant un quelconque intérêt.

Ainsi, plutôt que de perdre son temps à retrouver un chat égaré ou une connerie dans ce genre, Kentaro s'entraînait, s'entraînait et s'entraînait encore.
Le matin, il avait droit à une séance avec son intransigeant de père et l'après-midi, il trouvait généralement des gars du coin afin de se foutre gaiement sur la gueule.
Un moyen donc d'affûter son sens du combat tout en laissant une bride afin d'éviter de tout casser dans les environs.
Il n'avait pas encore commencé à bosser, alors autant éviter d'être endetté auprès du village, le vieux Akimoto ne le tolérerait probablement pas !

Mais reprenons… Kentaro était donc en train de faire mumuse lorsqu'une voix féminine vint l'interrompre. N’ayant d’autre choix que de porter attention à cette intrusion, le Genin se retrouva nez à nez avec une jeune fille à la chevelure blanche et des iris rouge tout comme celui du jeune iwajin.
Elle annonça alors venir de la part d’Akimori l'assistant du Tsuchikage qui avait recommandé Kentaro pour une requête particulière.

Il ne la connaissait pas, mais déjà leur discussion commençait mal puisque les partenaires d’entraînement du jour profitèrent du manque d'attention de Kentaro pour détaler comme des lapins.
Se retournant à toute hâte dans leur direction, le Borukan était furieux !

- Hééé ! Où vous allez ?! On n'a pas fini bande de lâches !

Sans réponse… Kentaro se retourna frustré vers la fille.

- T'es contente ? Tu m'as fait perdre mes sacs de frappe.

Mine insatisfaite en guise d’appui, Kentaro n'oublia pas pour autant la raison de présence de la jeune femme.
Elle était à la recherche d’un Borukan qui serait capable de l’aider à préparer les feux d'artifice qui tiendraient place lors des festivités estivales qui arrivaient à la vitesse grand V.

Cela n'avait pas l'air très palpitant, mais n'ayant plus personne sur qui taper, Kentaro pensa que cela pourrait lui servir d’entraînement. Il soupira face à l'attitude de la kunoichi.

- Je vais t'aider Chokoku Diao, alors dis moi, c'est quoi le plan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3482-borukan-kentaro-terminee

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 28 Juin 2018 - 3:16
Contente ? Pas vraiment. Et mon regard courroucé aurait peut-être le don de lui faire comprendre… Par chance, le rustre de Borukan, comme attendu, changer vite son attitude pour quelque chose de plus raisonnable. Bon il n’avait pas répondu à ma question, mais au moins il était volontaire pour suivre des directives et il avait de la bonne volonté. Comment ce clan pouvait être au pouvoir ?!!! … … …

§ - “ Ravie de l’entendre. Eh bien j’ai réfléchi longuement à la question et j’ai pensé confectionner des moules dans lesquels tu n’auras qu’à déverser ton yôton et nous le laisserons refroidir pour qu’il durcisse et prenne la forme de statues… qu’il faudra sûrement peaufiner après le démoulage, en considérant que cela ait marché. Tu me suis toujours ? ”

Non parce que je parlais, je parlais, mais si ça se trouvait dans le vide, ce qui serait fort dommage on s’entendait. Encore que il avait l’air malin pour un Borukan j’entend. Au lieu de perdre son temps, il s'entraînait.

§ - “ As-tu une place pour faire des essais ? Les versions définitives seront difficilement transportables, donc il faudra les faire aux derniers moments et sur place si ça marche. “

Le plus simple à premières vues, mais ce n’était pas le seul point qu’ils nous faudraient aborder, d’ailleurs, tandis que nous marchions je l’espérais vers un lieu approprié pour notre échange, je devais lui faire part du reste du bail qui nous lierait.

§ - “ Qui dit Statues dit modèles. On ne peut pas faire n’importe quoi et on aura ni la place, ni le chakra de présenter cent modèles. As-tu une idée de l'icône que tu voudrais représenter pour le festival de cet été ?”

Pour tout avouer, j’en avais tellement fait, que le personnage m’importait peu, tant que Senkû-dono serait au centre de tous les honneurs de la fête. C’était non négociable, je me foutais de ce que pourrait dire le monde entier, mon modèle, ma perfection innée, ma muse porterait le bouquet d’honneur du feu sacré ! La pensée m’obligeait à poser mes mains sur mes joues brûlantes, pour les constater tout d’abord, mais aussi pour les cacher un peu. La pensée de modéliser à nouveau me laissait toujours toute chose. C’était totalement irrationnel, comme ce sourire débile s’accrochant à ma face avec ce genre de pensées. Mais quel maléfice m’avait on lancé que diable ! Un raclement de gorge plus tard, il fallait vite s’occuper les esprits avant d’avoir l’air folle…

§ - “ Bien, accorde moi quelques temps pour sculpter le moule, ces deux parties, puis tu seras ton tour d’user de tes talents artistiques. “

Mais est-ce que mon argile allait résister à la masse de la lave ?... Par sécurité je prenais un peu de distance avant qu’il commence son affaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 28 Juin 2018 - 14:45
Rapidement après avoir demandé de plus amples explications concernant le plan de la Chôkokû, Kentaro reçu les réponses souhaitées.
Ainsi, la jeune kunoichi aspirait à réaliser des moules dans lesquels le Borukan n'aurait qu'à déverser de la lave.
Au sein du moule, la lave allait ensuite refroidir pour former au final une statue. Les résultats manqueraient peut-être de finitions, mais rien de bien difficile à travailler.

- Sans soucis, cela ne devrait pas être compliqué.

Pour l'instant, Kentaro suivait toujours, ce petit exercice pourrait lui être bénéfique pour sa maîtrise en Ninjutsu. Il devrait faire en sorte de doser convenablement son chakra afin de ne pas percer ou faire fondre l'argile.
En y réfléchissant bien, il pourrait se servir de la Chôkokû pour progresser, alors pourquoi refuser maintenant ?
À la demande de la kunoichi, les deux iwajins se mirent en mouvement en quête d'un endroit pour faire des essais. Kentaro avait beau réfléchir, il ne voyait qu'un seul endroit susceptible d'incarner LA place idéal pour cet entraînement.

Sur le chemin, Diao interpella le Manipulateur de lave, un modèle, il n'y avait pas vraiment songé, pour lui cette histoire était juste un moyen d'avancer. Il n'avait que faire de qui allait avoir l'honneur d'être sculpté grâce à sa majestueuse lave.
Mais en y pensant 30 secondes, les personnes qui devaient être mises à l'honneur pour une fête de village, cela devait être:

- Pour moi, chaque Chef des Grands clan du village devrait être représenté, de même pour le Tsuchikage Premier du nom et le vieux Akimoto.

Pour dire vrai, Kentaro ne voyait vraiment pas qui d'autre pourrait être suffisament légitime pour être représenté en statue lors des fêtes estivales. Cela coulait de source, alors le Borukan ne comprenait vraiment pas l'attitude niaise que la Chôkokû abordait à présent et qu'elle tentait de dissimuler derrière ses petites mains.
Fort heureusement, ils arrivèrent à destination, à savoir le Quartier du village réservé au clan Borukan, ici, il n'y avait aucun risque qu'ils puissent endommager quoi que ce soit puisqu'il avait intelligemment bâti les grandes demeures tout en prenant soin de laisser de larges espaces. Mentalité de feu oblige, on ne pouvait jamais être à l'abri d'un Borukan en affrontant un autre en plein milieu de la rue.

Le Genin laissa donc le temps à Diao de former sa première statue, une version miniature bien évidemment qui allait servir de crash test.
Ensuite, il passa un certain temps à examiner le résultat, estimer l'épaisseur afin d'optimiser le résultat pour la suite des opérations.
Le premier essai ne fut pas si concluant que ça. Enfin... En réalité, la fonte de l'argile fut volontaire. Une brève estimation de ce qu'un moule de cette taille pouvait supporter afin de déterminer ce qu'un moule plus important pourrait supporter.

- Désolé, c'était pour tester la résistance, tu peux en recréer ?

En attendant d'avoir de quoi travailler, le Borukan s'installa en tailleur et commença à réaliser un petit exercice. Il avait encore en tête la forme du moule et c'est ainsi qu'il essaya de le reproduire grâce à son pouvoir héréditaire.
Il tenait peut-être un plan pour maximiser les chances de réussite du moulage, mais pour l'heure, il devait attendre ses moules de test.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3482-borukan-kentaro-terminee

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 28 Juin 2018 - 21:07
Oh je m’attendais un peu à cette réponse-là, celle que tout le monde avait à chaque fois. Si elle était logique, elle peinait mon âme artistique par sa simplicité, mais il avait raison. C’était justement pour cela que je lui avais demandé, qu’il puisse tempérer mes ardeurs excentriques de Chôkoku. Peut-être ce qui valait ce sourire en remerciement de son assistance.

§ - “ Ok, ok… Tu ne veux pas une création plus personnelle pour le plaisir ? On pourrait la garder pour nous aussi, tu sais… Oh mais ! “ Elle lui tirait subitement une joue avec un sourire niais. “ Tu as une amoureuse ?!!! Dis tout à grande soeur allez ! ”

Quoi ? Il avait l’air jeune, je l’étais aussi, mais il dégageait une plus grande candeur, une aura que le monde n’avait pas encore corrompu, un peu niais, j’étais persuadée qu’il passait son temps à s’entraîner… Pour impressionner qui ? C’était rigolo s’il parlait d’une fille, j’allais pouvoir le taquiner à l’infini. Eh oui, j’étais de ce genre agaçante, mais pas méchante. Encore que, en voyant fondre mon moulage, quelques instants j’avais eu envie de lui faire du mal… L’ego d’artiste, mais ça passait très vite, on en était aux phases d’essais.

§ -” Hum… je vais tester plusieurs épaisseurs et peut-être devrait-on rajouter des étaux pour soutenir le moule. De mémoire la lave est en ébullition, ce genre di micro explosion doit mettre une sacrée pression. Tu peux contrôler sa température aussi ? Si on veut être efficaces et gagner du temps, il faut que tu génères la lave la plus froide, mais aussi la plus liquide possible. “

Quoi qu’il en soit, ça nous prendrait du temps et tandis qu’il semblait se concentrer, moi j’enchainais les moules de différents formats et épaisseurs pour lui fournir de la matière à travailler et pendant qu’il procéderait à ses essais, je continuais mes oeuvres. Le silence dû à la concentration finissait par se rompre d’ailleurs par mon biais…

§ - “ Avec qui tu vas aller au festival cet été ? “

La base des questions, surtout après mes taquineries. Puis vu le temps qu’on allait passer ensemble, on était mieux de sympathiser un peu. L’histoire s’annonçait longue, ce qui me faisait passer à un détail important.

§ - “ Et toi, l’art tu aimes ça ? Ou tu m’aides juste pour être gentil ?” Petit rire, je n’allais pas m’offusquer de sa réponse va, beaucoup trouver mon occupation inutile. Je ferais mieux de m’entrainer il parait, mais c’était un peu ce que je faisais non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Mar 3 Juil 2018 - 11:43

Une création un peu plus personnelle ? Non, ça ne l'intéressait pas trop, enfin, disons plutôt qu'il n'avait personne en tête. Son père ? Pourquoi ? Sa mère ? Ceci n'aurait eu rien d'autre comme effet que de le faire passer pour un fils fils à sa maman. Hors de question, surtout, que ce n'était pas le cas.
Ensuite, faire une statue de sa grande sœur aurait été gênant, et il ne préférait pas imaginer le cas pour sa petite sœur.
Non, c'était bien mieux ainsi.
Et comme une pensée n'arrive jamais seule, Diao eu alors la bonne intelligence de demander au Borukan s'il avait une petite amie. Non mais de quoi je me mêle ?! Un instant on aurait pu croire Ayako, sa soeur aînée. Non, de grâce, il avait bien assez avec une.

- Non, pour de vrai, je n'ai pas tellement d'amis.

D'un autre côté, si à chaque fois qu'il croisait quelqu'un, il leur démontait la tronche, ce n'était pas forcément simple de se faire des potes dans ces conditions. Mais passons. Il aimait son rythme de vie actuel, les entraînements, le dépassement de soi, etc, etc.
Cela ne lui était jamais vraiment venu en tête de se la jouer romantique pour plaire à une fille.
Mais restons donc concentré sur le travail et à nos fameuses statues.

La Chôkokû émit alors une idée concernant la méthodologie à emprunter afin d'éviter de faire fondre continuellement les moules utilisés. Kentaro n'avait pas vraiment songé à cette idée et sans vouloir se venter, la sienne était nettement plus ingénieuse.

- Je peux contrôler la température et la nature de ma lave, ,mais j’avais songé à une méthode moins contraignante. Je t’explique. Quelques secondes de latence. Je veux faire couler une fine couche de lave le long de la paroi d’argile, une couche fine qui refroidira donc beaucoup plus vite et qui sera collé à l’argile. Tu me suis ? L’idée étant qu’une fois sèche, la fine couche servira de moule dans le moule, je pourrais alors la remplir librement.
De plus, il est possible qu’en appliquant une première couche, cette dernière se colle mieux à l’argile et donne ainsi de meilleurs détails.

Ceci n'était qu’une hypothèse, elle serait à vérifier plus tard, mais cela pouvait être un sacré plus pour la confection de ces statues.

- Pour l’instant, en famille, j’imagine. Et toi ? demanda-t-il afin de ne pas brutalement couper la discussion.

Remerciement, à la petite sœur qui avait fait tout un foin pour obtenir la présence de tous à ce fichu festival.
Et puis à 15 ans concrètement, il n’avait personne à qui le proposer.

- Très bonne question, répondit-il à la question de Diao concernant son sentiment envers l’art.

Oui et non fut sa réponse. Il avait peu d’intérêt pour l’art de type peinture, sculpture, etc. Mais il appréciait un autre style d’art. L’Art illusoire, une capacité très rare au sein de son clan de bourrin qu’il avait hérité de sa mère. Peu de personne était au courant de cela, c’est pourquoi, il préférait généralement taire ce point le concernant. Pouvait-il faire confiance à son binôme du jour, il l’ignorait encore.

- Je suis plus attiré par la magie que par la peinture, cela dit, je t’aide avec plaisir car toute expérience est bonne à prendre, et modéliser ainsi ma lave peut m’aider pour la suite.

Voilà, une façon bien tournée de dire les choses sans réellement le faire tout en étant moins évasif que lors de son fameux "oui et non".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3482-borukan-kentaro-terminee

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 5 Juil 2018 - 5:36
Voilà un point tristement commun comme dirait Shin . Moi-même je n'avais pas beaucoup d'amis, la moitié d'une main suffisait à les compter et en réalité, je n'en avais qu'un et une connaissance de confiance. Alors oui, tout à coup le Borukan m'était parru plus sympathique, ma taquinerie ne l'avait pas plus troublé que cela.. dommage, j'aurais pu l'embêter avec ça. Une nature taquine.

- « Mieux vaut quelques-uns de valeur que mille inutiles. »

Comment résumer cela mieux que ça. Impliqué dans la tâche que je lui avais confié très vite le jeune homme proposait une nouvelle méthode pour tester nos statues. L'idée me paraissait très bonne, ainsi donc je ne pouvais que lui faire remarquer d'un hochement de tête avant de lui fournir un nouveau moule pour l'essai. C'était surprenant un peu je dois l'avouer, de découvrir un membre de ce clan paraissant finalement malin. Je me rendais compte alors, comme et préjugés sur eux étaient tenaces. Mais en vérité, en y réfléchissant un peu, je n'en avais jamais rencontré jusqu'à lui. Tout ce que je savais d'eux, c'était que mon oncle mon frère m'en avaiient dit et le moins que l'on pouvait dire, c'était qu'ils ne les portaient pas dans leur cœur pour une raison que j'ignore. Quelques bruits de couloir au manoir, m'avaient laissé comprendre qu'il s'agissait de la nomination d'Akimoto au poste de Kage. De la jalousie peut-être, ou alors c'était avéré qu'il doute de ses capacités. Je n'aurais su le dire car moi-même je ne savais pas grand-chose de cette cité ni même du fonctionnement, ni même de ce que cela prenait de la diriger. Je savais cependant, que mon oncle etaitne du genre obsédé par l'argent, et que si un des nôtres avait ete à la tête d'Iwa, ces finance se seraient porté mieux. Est-ce que c'était juste ça. Je n'aurais pas été surprise de le découvrir plus tard.

- « Bonne idée, tentons ça, je t' en prepare quelques un.»

Et comme il était du genre de passé de l'âne au coq, visiblement, nous voilà à nouveau en train de parler du festival. Je prenais alors un instant de réflexion, car si je lui avais posé la question pour m'amuser de lui, je me rendais compte que je n'avais aucun projet pour ces festivités. Y allait en famille comme lui ? Peu probable que mon emploi du temps à ce genre de chose, et mon frère avait une fiancée à satisfaire. Aucun des deux ne voudrait dans leurs pattes ,quelles étaient mes chances qu'on me laisse sortir toute seule ce soir-là, après la représentation du feu d'artifice bien sûr. Car malgré tout, il ne fallait pas oublier que cette année, c'était à moi qu'ils avai avaientt confié la tâche, étrangement. Cela cachait quelque chose, mais pour l'heure je n'avais aucune preuve de ce que j'ai avancé. J'attendais sans trop d'angoisse que la facture tombe car je n'étais pas assez dupe pour croire qu'il s'agissait là d'un cadeau gratuit.

- « Je pense que je rentrerai chez moi une fois le feu d'artifice fini, après tout je n'ai pas grand-chose à y faire. Chez moi, on n'apprécie pas beaucoup que les jeunes filles se promènent tout seules.»

J'avais beau rire à la fin de cette phrase là, je n'en restais pas pour autant moins amère. Il y avait des avantages et des inconvénients dans chaque famille j'imagine, et c'était le prix à payer pour une vie de bourgeoise, mais des fois j'enviais la liberté que je pensais percevoir chez les autres qui avaient le même âge que moi et pourtant une vie plus insouciante. J'étais lasse parfois, de ne pas pouvoir parler à qui je voulais, de ne pas pouvoir sortir quand je le voulais, où je le voulais, et avec qui je le voulais. Un éternel programme fait à l'avance que je me devais de suivre, par exemple cette rencontre aujourd'hui avec lui, elle n'avait rien de hasard, on 'avait envoyé et avant même que je mette les pieds ici, mon oncle avait prévenu de ma visite qu'il avait lui-même choisi. C'était toujours comme ça. Alors quand il parlait de magie, un petit sourire en coin se dessinait sur ma face, quel genre de magie moi-même j'étais un peu magicienne quelque part avec les feux d'artifice.

- « De quel genre de magie tu parles ? Je n'aime pas spécialement.la.peinture non plus, à vrai dire, je préfére les arts plus pétillants. Bon, si nous testons ta méthode qu'en dis tu, tout est prêt. »

_________________
Le Borukoku ! - Kentaro R4qz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Mar 10 Juil 2018 - 10:40

Le Borukan fut interpellé par la remarque très juste de la Chôkokû, quelques bons amis valaient assurément mieux que milles déloyales, pourtant, dans le cas précis de Kentaro, le "quelques-uns" tendait et frôlait beaucoup plus le zéro que le Quelques.
La conséquence d'une attitude bien trop portée sur l'entraînement et la rivalité.
La cause, un environnement au sein du clan peu motivant.

Qui aurait sincèrement envie de se faire des amis parmi ceux qui ne sont pas loin de vous mépriser ? Tout ceci, uniquement, car votre paternel est un shinobi lambda n'ayant jamais atteint le grade supérieur ?
Pourtant, Kentaro préférait ne pas rejeter la faute sur son père, Chûnin était déjà un rôle qui avait son importance. Non, depuis tout petit, il avait préféré faire une fixette sur les autres délaissant ainsi les petits plaisirs de l'enfance. Il avait envie de faire fermer des bouches, et il y parviendrait un jour prochain.

- Tu as certainement raison répondit-il en souriant.

En y réfléchissant d'un peu plus prêt, Diao était la première avec qui il avait une discussion basique sans échange pugilistique.
C'était plaisant, et petit à petit, il savourait cette parenthèse mise dans son quotidien.

Il allait jeter tout son sérieux dans cette préparation de festival, et l'idée de méthode qu'il avait pensée allait peut-être donner un tournant tout nouveau à cet entraînement.
La kunoichi avait de son côté approuvé cette idée et avait mis les bouchées doubles dans l'espoir de fournir la matière nécessaire à l'expérimentation du Borukan.
Puis, fidèle à son plan, il commença à déverser sa lave à l'intérieur en prenant bien soin de déposer en premier lieu une fine couche contre l'argile, quelques minutes suffiraient pour voir si le résultat était satisfaisant ou non. L'occasion donc de revenir un peu plus sur le festival et sur le programme que les deux Iwajin avaient envisagé pour ce soir-là.

Diao pensait quitter les lieux après la représentation, la faute à un manque d'intérêt et à un concept familial très optu et stupide. Chaque clan, chaque famille avait ses propres traditions. Visiblement, chez les Chôkokû, c'était l'idée qu'une jeune fille puisse traîner dehors la nuit. Kentaro ne jugeait pas, il était bien placé pour savoir ce que cela faisait.

-Je vois... Donc toi non plus tu n'as pas de petit ami ?

Et TOC, malin le lynx non ? Appelez cela comme vous voulez, mais le Borukan était assez satisfait de ce retournement de situation. Elle avait souhaité taquiner le brun et se retrouvait maintenant avec la même question sur le dos.
Enfin, la plaisanterie ne dura pas très longtemps puisque Kentaro revint sur ce qu'elle avait annonce plus tôt.

- Je te comprends, chez nous, on trouve fantastique la maîtrise du Yôton via l'art Ninjutsu. Chaque expert en Ninjutsu est encencé.

Une façon de dire, sans être explicite que ce n'était pas son cas.
Mais dans tous les cas, il avait décidé d'être franc et de lui montrer en quoi il était si particulier.
Le Borukan plongea alors son regard flamboyant dans celui de Diao et profita du contact visuel établit pour plonger cette dernière dans une illusion.

Elle pouvait alors visualiser, le village éclairé de toutes les lumières symptomatiques du festival d'été. Les gens habillées des tenues traditionnelles et surtout le ciel éclairé d'un feu d'artifice somptueux. Un tableau magnifique qui allait se réaliser lors du prochain festival d'été. Diao, elle, y était félicité pour la somptuosité de son oeuvre.
Ignorant, si la Chôkokû possédait la faculté de rompre les Genjutsu, il leva lui-même l'illusion en déposant sa main sur l'épaule de cette dernière permettant à cette dernière de reprendre ses esprits.

- Voilà... Ma magie.

Une magie illusoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3482-borukan-kentaro-terminee

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Mar 10 Juil 2018 - 18:21
Sa question déclenchait un rire joyeux et franc, c'était qu’il m’avait déridé avec la boutade, dont le retour de bâton était mérité. D’un sourire de toutes dents donc, je lui répondais simplement.

_”Non pas de petit ami, mais un parterre de prétendants qui perdent leur temps.”

Bim. Comme toutes les filles de mon âge, j’imagine. Lui tirant la langue, je revenais inspecter, puis valider notre essai. Il semblerait que nous avions trouvé notre méthode pour les statues permanentes. Maintenant, je pouvais travailler sur un concept plus grandeur nature et vider ses réserves de chakra avec les miennes. Autant dire que cela ne serait pas l’affaire d’une seule journée.

_”Faire des moules plus grands me demandera plus de temps, je ne voudrais pas te faire perdre le tien a patienter pour rien, aussi, que dirais tu que je les prépare chez moi et que tu y viennes en tant qu'invité pour les remplir ? On rentabilisera notre temps ainsi, je les créerais directement sur les remorques qui les déplaceront. Qu’en dis-tu ?“


À la place d’une réponse immédiate sur le sujet, le jeune homme m’offrait une étrange fantaisie ne me laissant pas indifférente, il faut le dire. C'était la première fois que je goûtais aux effets d’un genjutsu et pour tout dire, dans l'immédiat, les connexions entre les neurones dans mon cerveau semblaient comprises, car en ayant changé de décor, rien ne me parut immédiatement anormal. Comme si j’avais toujours été au milieu du festival et son décor féerique, un changement de localisation et d’espace temps. Piège monstrueusement dangereux, vu que je n’avais pris conscience de ce dernier, qu’une fois qu’il avait lui-même annulé sa technique. Un frisson me parcourait alors le dos. De l’effroi ou alors, c'était l'appréciation de la vision si parfaitement représentée ? Un peu des deux, mais j’aurais pu en redemander en réalité.

_” Est-ce que c'était un genjutsu ? Damne, je ne l’ai même pas vu s’enclencher. Impressionnant.”

Oh il méritait bien le compliment, même si je n’en faisais pas souvent. Il était donc équitable que je lui présente la mienne de magie. Sortant une bille argileuse de ma bouche, je la roulais entre mes mains pour en faire un bâton semblable à une paille. Lui glissant entre les doigts avant de reculer d’un pas, je lui offrais un clin d’oeil avant de claquer des doigts déclenchant ainsi le cierge pétillant multicolore…

_”Voilà pour la version mini. Pour tout te dire, je suis artificière aussi.”


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Mer 11 Juil 2018 - 10:46

Kentaro n'aurait jamais soupçonné un instant que sa boutade inversée puisse autant faire rire la kunoichi. Après tout, dans un sens, cela pourrait paraître insultant de lui faire remarquer son célibat. Mais tout compte fait, elle était plutôt réceptive à cet humour bien placé (Il faut se l'avouer.).
La réponse de cette dernière fut tout autant rire le Borukan, elle ne manquait vraiment pas d'air. Mais Kentaro voulait assurément croire ce qu'elle disait, elle était plutôt jolie, et le mélange cheveux blanc/pupilles rouges était vraiment stylé. Il y avait donc de grande chance pour que certains Iwajin lui fassent la cours. Dommage, elle avait l'air plus vieille que le jeune Borukan, mais elle était tout à fait le genre de fille qui aurait pu lui convenir. Physiquement, du moins, car il y avait encore un grand nombre de facettes qu'il ignorait encore de sa personne.

- Fais attention tout de même de ne pas trop attendre, tu risques de te retrouver vieille femme seule plus vite que tu ne le penses rétorqua le Borukan tout en continuant de rire aux éclats.

Pas certain que le Clan Chôkokû accepte une telle chose ceci étant.
Mais c'était des affaires que Kentaro dont ne voulait pas se mêler.
Cette discussion avait un rythme complètement fout, passer du rire au sérieux comme on passe du coq à l'âne aurait pu sembler être le mot d'ordre de cet échange.
Ainsi, après une bonne phase de rire, le temps de constater des résultats fut venu.
BINGO ! Kentaro avait vu juste ! Sa méthode fonctionnait et semblait enchanter Diao.

Cette dernière fit alors une proposition au Borukan. Elle proposait de remettre à plus tard la suite de la préparation du festival. La taille du moule importait grandement dans sa durée de fabrication, ainsi, elle avait besoin de temps et ne voulait pas en faire perdre bêtement au Manipulateur de Lave.
De ce fait, elle proposa donc que les deux Iwajins se retrouvent à un autre moment dans les quartiers du clan Chôkokû.

- Pas de soucis ! C'est Ok pour moi. Il s'aventura alors à une drôle de question. Il y a des types comme moi chez toi ? Je veux dire, des personnes qui aiment la bagarre ?

Son regard sérieux mêlé à son sourire d'enfant, étaient difficilement compréhesibles, Kentaro n'avait jamais affronté de Chôkokû, et dans sa quête de grandeur, il devrait forcément en mettre deux ou trois à ses pieds. Alors pourquoi pas commencer à observer le terrain dès maintenant ?

Diao fut alors sujette à un Genjutsu de sa confection. Une manière propre de lui faire découvrir la magie, sa magie, dont il lui avait touché deux mots un peu plus tôt.
Elle était la seule personne au courant de cette particularité, ainsi, il comptait sur sa discrétion.

- Exact, répondit-il en souriant avant que Diao offre à son tour un spectacle qui illumina les mirettes du Borukan. Sugoiii Diao-chan, c'est un très joli art que tu possèdes argumenta t'il d'un sourire sincère.

Il laissa alors le bâton achever sa combustion avant de revenir sur un point important.

- Pour en revenir à mon Genjutsu, j'aimerais que tu restes la seule personne informée de cette particularité chez moi. Comme je te disais plus tôt, chez nous, c'est le Ninjutsu qui est préféré, être un génie dans cette branche est un signe de future grandeur, mais j'ai décidé de prendre un chemin différent, au jour d'aujourd'hui, le Ninjutsu est ma plus faible habilité et je voudrais garder cela secret jusqu'au jour où je leur ferrais fermer leurs bouches, eux et leurs préceptes.... Tu peux faire ça pour moi ? S'il te plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3482-borukan-kentaro-terminee

Le Borukoku ! - Kentaro Empty
Jeu 12 Juil 2018 - 16:07
C'était qu’il était taquin et qu’il avait de l’esprit le Borukan, qui aurait cru. Pas moi avant de le constater en tout cas, bon point pour lui, c'était presque qu’il remonterait mon estime pour son clan. Finalement, nous voilà riants ensembles, j'appréciais la repartie chez les gens et les culots dans son genre, rares étaient ceux qui s’osaient a sortir des zones de confort.

_”Ne t’en fais pas pour ça, je suis l'héritière du clan, je n’ai pas à chercher un mari, on va tout organiser pour moi. Assistée jusqu’au bout comme tu vois ! ”

Dans l'éducation que j’avais reçue, c'était un sujet léger qui pouvait être abordé comme une évidence sans choque, vu que c'était parfaitement normal. Et pour poursuivre dans la lancée, je me devais bien de lui rendre une taquinerie dans le renvoi de balle, même si c'était un peu un compliment en fait sous un certain angle.

_” En revanche, je ne suis pas inquiète pour toi, les femmes aiment qu’on sache les faire rire.”

Mais plus tard dans la conversation, après qu’il ait accepté cette dernière en passant, je constatais que ce n'était pas les demoiselles sa priorité. À nouveau sa question me faisait rire, de toute évidence il ne connaissait pas les Chokoku effectivement.

_”Tu sais, on nous colle l'étiquette d’artiste sur le dos, mais en vérité, c’est plutôt le caractère explosif comme notre art qui nous caractérise le mieux.” Je rigolais un peu pour le coup. “Tu pourras en taquiner autant que tu voudras, ce ne sera pas long avant qu’ils te sautent dessus.” De préférence pas tous à la fois, mais ça, c'était mon rôle d’y veiller. “ C’est surprenant, les gens n’aiment pas s'entraîner avec nous d’ordinaire.”

Encore plus il l'était, en me confirmant son affection pour le genjutsu, c'était vrai que c'était si subtil, qu’il était difficile d’imaginer un Borukan avec ça, alors je pouvais parfaitement comprendre sa requête. Mais… Cela ne serait pas gratuit de garder mon silence ! Vilaine petite opportuniste.

_”Très bien, je comprends et je me tairais, à condition que tu apprennes sur moi avec tes genjutsu !” Clin d’oeil. “ Qui sait, un jour ça pourrait sauver ma vie en m’en sortant d’un.”

C'était un art monstrueusement dangereux celui des illusions…

_”Plus sérieusement, ton secret est en sécurité, j’admire les gens audacieux comme toi, alors je ne te saboterais pas. Puis une amitié avec le futur chef des Borukan c’est plutôt intéressant.”

Ce moment parfait pour tirer la langue et conclure notre conversation jusqu'à sa visite ou alors voulait-il s'entraîner dans un endroit discret au genjutsu ?

-”J’avais réservé toute ma journée pour toi, mais nous ne ferons pas les statues tout de suite, que dirais-tu de changer de zone et nous entraîner ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Le Borukoku ! - Kentaro

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: