Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Les échos du désert | Shima


Sam 23 Juin 2018 - 23:05

Les échos du désert | Vénus

Yûgure est une ville dont les qualités témoignent pour elle-même : riche et développée, la capitale de Hi no Kuni n’a certainement pas à rougir face à d’autres regroupements urbains - conséquents ou non. C’est une chose plaisante pour certains tandis que d’autres ne perçoivent pas le moindre effort déployé par les autorités du coin pour faire vivre cet endroit. Que le but de ces dernières soient d’améliorer le niveau de vie moyen de ses habitants ou de faire briller le nom et vanter la grandeur de leurs actes, rien ne changera jamais rien au fait que les campagnes et autres coins perdus du pays se retrouvent dos au mur et sont bien obligés de faire face à des problèmes qui les dépassent. Pour couronner le tout, leur puissance militaire laisse à désirer si on les compare aux villages cachés ou même Tetsu no Kuni. Il est évident que que les personnes à la tête de ce pays ne savent pas où ils vont, cela en deviendrait presque risible.

J’ai rendez-vous avec un des membres de Seichi, probablement celui avec qui j’ai le moins d’affinités : Asaara Shima dit “Vénus”. Le lieu et son atmosphère semble avoir été recherchés. Loin du bruit de la plèbe et de ses agissements peu glorieux, ici il y a peu de chance que nous puissions être dérangés par qui que ce soit. Malgré le fait que je sois quelqu’un d’assez froid de manière générale, je sais être pragmatique et me montrer un peu plus ouvert quand il s’agit des personnes avec qui je partage un but commun. Le blond aurait quelque chose à me donner ou à m’apprendre, c’est tout naturellement que je vais tenter d’en savoir plus sur la chose.

Vénus…

Mon regard se dépose sur son visage - habituellement frappé par de la condescendance - tandis que je poursuis.

Quel est donc l’objet de cette entrevue ?

Je ne cherche pas spécialement à savoir si il se porte bien ou si ses projets avancent. Cela ne me regarde point et j’ai mieux à faire que de passer pour un hypocrite qui fait semblant de se préoccuper des petits problèmes de chacun. Toutefois, j’affiche une certaine curiosité quant à la raison de cette rencontre. Espérons qu’elle ne dégénère pas comme la fois où nous nous sommes croisés dans les bains publics, au moins je ne suis pas à moitié à poil cette fois-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2796-un-sendai-a-ame-no-kuni-ca-tourne-mal-explications http://www.ascentofshinobi.com/t3547-sendai-haiko-saturne#26839 http://www.ascentofshinobi.com/u464

Mar 26 Juin 2018 - 19:34
L’heure et lieu exact de leur rencontre étaient des informations confidentielles, tenues secrètes même pour les autres membres de l’organisation – hormis le prince évidemment, mais ça n’avait pas empêché Shima de prendre ses aises, comme à son habitude. Ainsi, il était confortablement installé sur un fauteuil recouvert de velours, un verre de vin goûteux à la main.

« Saturne… »

L’imita-t-il poliment, soutenant un regard fraternel qu’ils avaient dû apprendre à s’échanger en se levant par respect alors qu’une jambe dénudée traînant par là s’éclipsait en arrière-plan ; sachant comment Haiko aimait la compagnie et les distractions… Celui-là ne perdait d’ailleurs pas de temps pour en venir à l’objet de cette mise en scène, rappelant en quelque sorte à l’ordre l’Asaara qui prit tout de même le temps de remplir un verre.

« Allons donc… prends un verre et installe-toi, rien ne presse. »

En face de lui se trouvait effectivement un fauteuil presque identique au sien, velours en moins, celui-là avait l’aspect du cuir. Non, la table basse avec les petits coussins et le petit thé, c’était trop humble pour lui ; lui, il lui fallait de grands fauteuils en cuir ou en velours et un vin prononcé pour se sentir à son aise – chacun ses standards après tout.

« Il est vrai que nous n’avons pas vraiment pu discuter la dernière fois, haha. »

Il repensa à la situation cocasse dans laquelle il avait rencontré Haiko pour la première fois, nu dans les bains publics ici à Hi, ce qui le fit évidemment rire. Cependant, il reprit bien rapidement un air sérieux.

« S’il est vrai que je suis plutôt bon pour cacher mes pensées, (en fait pas vraiment) je t’avoue que tu m’as fort surpris lorsque je t’ai vu à l’œuvre… »

Ses yeux échappèrent à leur regard voisin un instant, alors qu’il se remémorait les événements survenus dans sa vie ces derniers jours, juste avant qu’il ne rejoigne l’organisation.

« Oh, non, ne t’en fais pas, ce ne sont pas ces choses-là qui m’ont intéressées à ce moment-là… Comme tu as pu le voir, ou pas, je suis moi-même bien paré à ce niveau-là de mon côté, haha… » Clarifia-t-il en plaisantant – se faisant éloge au passage, au cas où il y aurait méprise…

Reprenant une nouvelle fois tout son sérieux, il termina :

« Le prince Jupiter m’a fait savoir que tu avais des pouvoirs très peu communs, pour ne pas dire extrêmement rares. Cependant… à moi, ils ne me sont pas totalement inconnus… »

Il soutena son regard avec conviction même une fois sa phrase terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Jeu 5 Juil 2018 - 4:27

Les échos du désert | Vénus

Evidemment, c’est un certain air de volupté et dans le luxe que se complaît Shima. Rien d’étonnant à cela et si c’est ce qui offre satisfaction au blond, grand bien lui fasse. À chacun ses chimères à suivre et son confort après tout. Son regard fraternel est suivi du mien, du moins quelque chose qui y ressemble. J’ai réellement du mal avec qui je n’ai rien vécu de réellement… prenant. Non, ce n’est pas le bon adjectif. Devoir faire semblant me rebute mais l’idée d’éprouver de la sympathie à son égard ne m’est pourtant pas inadmissible. Éprouver, c’est bien ce que je cherche. Quelque chose d’éprouvant à vivre ensemble, voici ce qui m’aiderait mais peu importe. Une partie de corps au loin est aperçue par mes iris, elles ne réagissent pas à cela. Je suis bien trop occupé à penser à Venus et à trouver un moyen de me convaincre d’être plus ouvert. Ce n’est pas gagné. Le verre de vin accepté, je m’installe face à lui et sa phrase m’arrache un très léger rictus tandis que j’hume les senteurs du breuvage, les yeux fermés.

C’est vrai.

Le combat avec le roux s’était arrêté trop tôt et à cette époque, j’aurais bien aimé passer ma frustration sur le blond qui est en face de moi suite à la fuite du déserteur de la Brume. D’ailleurs, sa survie m’importait peu. Je ne lui accordait que peu de crédit mais il s’avère à présent être un membre pour lequel une certaine confiance pourrait naître. Ce qui est sûr, c’est que si j’avais encore envie de le tuer aujourd’hui, nous ne serions pas là à converser et un seul d’entre nous pourrait déguster ce vin. Fais-je semblant d’essayer d’apprécier ce moment ? Non. Pourquoi ? Tout simplement car je suis pragmatique mais aussi car je suis dans le flou quant au personnage qui se tient ici-même, celui que beaucoup recherchent.

Mes capacités ont tendance à donner cet effet aux non informés.

La marque des Sendai présente sur la main encore présente sur mon seul bras se voit embrasser le verre dans lequel le luxueux liquide coule. Peut-être l’a t-il déjà remarqué, peut-être que non. Tandis qu’il rêvasse et sort une phrase qui me prouve - une fois de plus - que c’est quelqu’un qui place l’humour et la légèreté sur un piédestal. Je me contente de me délecter de la boisson de mon hôte et ne réagit pas vraiment à ce qu’il raconte. Est-ce que je suis intéressé par “ces choses-là” ? Je n’en sais absolument rien et cela n’attise pas réellement ma curiosité. C’est seulement ses derniers dires qui m'interrompent durant le plaisir gustatif auquel je m’adonne. Le verre se voit noblement s’écarter de mes lèvres pour finalement être délicatement déposé sur le support le plus proche. Nous savons tous les deux faire preuve de douceur et de fluidité de mouvement, c’est une certitude. Est-ce car il a côtoyé des nobles trop longtemps ou bien a t-il appris un peu par lui-même comme moi ? Cette interrogation disparaît bien vite alors que je m’exprime sur le sujet qu’il aborde présentement.

Inconnus ?

C’est un air mêlant curiosité et sérieux qui me prend alors que j’échange un regard et le soutiens à l’image du natif de Kaze.

À tout hasard, parlerais-tu du pouvoir des Anciens ?

Tel le vrai nom de ce que je suis. Un Sendai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2796-un-sendai-a-ame-no-kuni-ca-tourne-mal-explications http://www.ascentofshinobi.com/t3547-sendai-haiko-saturne#26839 http://www.ascentofshinobi.com/u464

Lun 9 Juil 2018 - 22:46
La tenue et les façons d’Haiko ont tout des plus raffinées, mais qu’attendre vraiment de moins d’un homme qui a côtoyé un prince de sang royal de si près ? Enfin, ça, c’est ce que s’imaginait Shima, bien que Kadachi soit l’un des princes les plus chaotiques du Yûkan. Le verre de Vénus pavane de ses lèvres aux accoudoirs de son fauteuil excentrique, puis finit par imiter celui du Sendai alors que Shima prend une posture patronale on ne peut plus sérieuse ; s’enfonçant dans son fauteuil et entrecroisant ses mains devant sa bouche.

« Les Anciens… Oui c’est ça… »

Plus qu’un nom ; une identité, et même, une communauté. Il était donc au courant des mystères qui entouraient ce nom… voilà qui faisait sourire Shima qui reprit une posture plus détendue, maintenant sûr qu’Haiko savait qu’il n’était pas le seul à posséder la faculté la plus brute d’entre toutes : celle de manipuler le chakra sous sa forme la plus pure. Parce qu’en ayant parcouru le continent de terres en terres, il avait croisé assez de shinobis pour savoir que ces techniques étaient rares.

« J’ai rencontré un homme, il y a quelques temps… Et il se trouve que cet homme pouvait faire les mêmes choses… que toi. »

Sendai Ketten, Héros de Kaze aux faits encore méconnus des éditions du Kunaï Émoussé et à l’histoire occulte, avait eu l’honneur de croiser la route d’Asaara Shima, le plus noble esclave que Kaze n’aie jamais connu. C’est lors de leur voyage ensemble que Shima avait appris l’existence du pouvoir des Sendai, bien qu’un détail l’intrigue aujourd’hui encore…

Le blond jette son regard infernal sur le bras restant de son interlocuteur, et plus particulièrement sur sa main. Même lorsqu’il était nu dans les bains, la condition du jeune homme ne l’avait pas interpellé plus que cela tant ce genre de handicap était courant par les temps qui courent… Et puis, vu comment il maniait son sabre aisément, c’était même difficile à croire. Enfin, pour sa part, Shima n’accepterait jamais de perdre une partie de son corps parfait, mais passons.

Ce qui l’intéressait là, c’était l’étrange tatouage encré dans la peau d’Haiko, celui qu’il n’avait, jusqu’ici, que peu remarqué. Avait-ce quelque chose à voir avec cette histoire de Sendai aux mêmes pouvoirs mais qui ne se connaissaient pourtant pas ?

« Ce tatouage… que représente-t-il ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Sam 14 Juil 2018 - 8:05

Les échos du désert | Vénus

Il connaît donc les bails. Les Anciens, un mystère pour beaucoup trop de monde. Est-ce à mon avantage ? Oui et non. Oui car en combat, cela ne peut que me donner un avantage certain. C’est un fait, les Sendai sont si peu nombreux que notre nombre doit avoisiner celui qui correspond à ceux qui nous connaissent. Non car de ce fait, je n’ai accès qu’à peu de documentation sur la chose. Et puis, la plupart du temps, je ne peux qu’ouïr des on dit. Ce qui me débecte, réellement. À quoi bon me parler d’une chose si tu n’en es pas toi-même sûr ?

Cet homme… - je dépose mon regard empourpré dans celui du blond - Qui est-il ?

Je suis véritablement curieux. Peut-être est-il celui qui m’a tout appris, est-ce ce même Sendai ? Auquel cas, cela me peinerait un peu. Ceux qui me ressemblent, ceux avec qui je nourris un certain lien - inintentionnellement -, il me plairait grandement d’en retrouver et de leur apprendre à bien se servir de ces arcanes nébuleuses. Mais bon, je ferais cela après avoir mis Kadachi sur son trône. C’est bien plus important que mon caprice secondaire.

Ce tatouage ? - je dépose doucement mon verre puis ouvre ma main, le laissant à la vue de mon interlocuteur (et de la mienne aussi) - C'est notre marque, tout simplement.

Rien d’autre à dire. Le kanji parle pour lui-même : Anciens. Il nous définit. Chacun en possède un, quelque part sur son corps. Je me demande tout de même ce que cela ferait si le bras qui me manque actuellement était le porteur de cette marque. Bah, nous verrons cela le jour où je le perdrais. Quand cela arrivera, je combattrais avec mes jambes uniquement. Quoi de plus insolent que cela ?

Dis moi, que sais-tu sur Nous ?

Sur ces mots, je reprend noblement ce qui contient le fruit des entrailles de la terre et vient m’en sustenter. Un délice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2796-un-sendai-a-ame-no-kuni-ca-tourne-mal-explications http://www.ascentofshinobi.com/t3547-sendai-haiko-saturne#26839 http://www.ascentofshinobi.com/u464

Mer 18 Juil 2018 - 18:54
Ketten n’était pas un ami – ou ennemi, plutôt – de longue date, seuls les échanges qu’ils avaient pu avoir lors de la vente aux enchères puis sur le chemin à travers le désert lui avaient permis d’en savoir le minimum sur son histoire. Si l’histoire des Anciens lui avait échappé un soir au coin d’un feu, il n’avait rien exprimé sur son passé. Ainsi, Shima savait tout juste qu’il était originaire de Kaze tout comme lui. C’était peut-être leur seul point commun.

« Pas grand-chose, hormis le fait que les membres de votre clan n’appartiennent pas aux mêmes nations. »

Ketten était de Kaze, Haiko de Ame. Les membres du clan Sendai avaient dû se séparer à un moment de l’Histoire.

« Je l’ai rencontré ici, au Pays du Feu, avant que je ne vous rencontre toi et prince Kadachi… Il est originaire de Kaze, comme moi. Nous avons voyagé jusqu’à la capitale du Pays du Vent ensemble, il voulait se renseigner sur la rébellion qui s’y préparait. »

Vénus reprit une gorgée de son somptueux breuvage et se repositionna confortablement sur son fauteuil. Ces mémoires lui arrachaient un petit sourire narquois.

« La rébellion a éclaté à notre arrivée, cet imbécile s’est mis en tête de mener les rebelles à la victoire… »

Dans l’esprit de l’Asaara, il n’avait jamais été question d’aider qui que ce soit. Et surtout pas son peuple qu’il méprisait pour sa faiblesse ; ils l’avaient prouvé une fois de plus lors de ce concours de circonstances qui avait permis la réussite de leur rébellion. La Prêtresse avait causé sa propre chute, il était vrai, mais jamais ils n’auraient pu venir à bout de l’esprit du Dieu du Désert sans l’intervention d’acteurs extérieurs ; ceux que l’on qualifiait depuis de Héros de Kaze.

Mais ça, Shima ne le savait pas. Tout ce dont il se rappelait, c’était l’apparition de ce démon – plutôt – aux proportions inimaginées. D’un coup, il posa sa main sur son front et son visage se crispa un instant, comme si ces souvenirs un peu flous tourmentaient son esprit. Il fixa un long moment le sol puis s’en rappela : le Dieu, il n’était plus là à son réveil. Masashige… Le visage de son misérable cousin ne lui revenait plus ; les effets secondaires des vapeurs toxiques de la Prêtresse Shima ou du soleil battant des heures durant sur son corps vidé de chakra, très certainement.

« Enfin… je ne connais pas votre histoire, je ne sais pas quelles sont tes intentions non plus… mais tu n’as pas à t’en soucier, le Dieu a dû donner sa carcasse au désert. Impossible que Ketten et cette puterelle de samouraï aient pu vaincre cette créature sans la présence de la Prêtresse… »

En effet, sans nouvelles depuis ce printemps, il ne pouvait pas deviner que d’autres shinobis avaient participé au sauvetage du pays, il n’y a pas d’échos dans le désert. Le Dieu avait tué les hérétiques et épargné le reste, pensait-il. Cependant, c’est bien avec un petit sourire qu’il faisait parvenir son avis à son interlocuteur qu’il soutenait à nouveau du regard. Malgré un passé similaire, ses motivations étaient tellement différentes de celles de Ketten ; ils étaient faits pour se haïr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Jeu 26 Juil 2018 - 17:59

Les échos du désert | Vénus

Il sait donc à peu près les mêmes choses que la plupart de ceux qui s’intéressent à la chose. Ce n’est pas si étonnant. Il faudrait que j’aille faire un tour à Kaze no Kuni d’ailleurs un beau jour afin de faire des recherches dessus et en savoir plus. Un peu comme toutes les régions du monde finalement, je suis amené à toutes les visiter.

Je vois. - d’un air concentré, je poursuis - C’est une sorte de héros d’histoire qui n’a pas encore connu sa fin donc.

Je me suis aussi amusé à mener une rébellion - comme je le pouvais - et cela ne m’a pas envoyé bien loin. Mais bon, vu qu’il a visiblement réussi son coup, je pense que nous ne sommes pas comparables. Enfin, nous n’avons pas dû bénéficier des mêmes moyens et n’avons pas confronter les mêmes ennemis. La chose est difficile à jauger et au final, cela ne m'intéresse guère.

À vrai dire, rien ne m’intéresse à part la quête que nous nous sommes donnés pour Murashigure et Ame no Kuni de manière plus globale. - saisissant le contenant de la sublime substance empourprée ; et c’est faux, la marque sur ma main m’intrigue bien trop - Tu as l’air de nourrir une certaine animosité à leur égard.

Il a, de toutes évidences, envie de se confier ou de parler de ce qui lui est arrivé. Grand bien lui fasse, je ne compte cependant pas rester assis, un verre de vin à la main, à l’écouter toute la journée parler d’un homme dont aucune information ne me sera utile dans un futur proche. Uniquement proche, nul doute que les personnages dont il me parle me seront peut-être utiles un jour dans ma quête à l’information.

Mais n’ais crainte, si cet homme vient à tourmenter l’un d’entre nous ou l’un de nos projets, en rapport avec Seichi ou pas d’ailleurs, il sera (mal)heureusement amené à disparaître. - un court instant - C’est tout ce que tu as à me dire ou tu as besoin d’autre chose ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2796-un-sendai-a-ame-no-kuni-ca-tourne-mal-explications http://www.ascentofshinobi.com/t3547-sendai-haiko-saturne#26839 http://www.ascentofshinobi.com/u464

Mer 5 Sep 2018 - 9:54
« Si on veut… »

Bien que Shima ne lui ferait pas le compliment de le qualifier, lui, de héros. Mais, curieusement, ce n’était pas un compliment qu’il souhaitait recevoir non plus ; toute action bienfaisante ou héroïque le dégoûtait. Lui, tout ce qui lui plaisait, c’était faire le mal. Et pourtant, il avait trouvé le moyen de servir une cause discutablement louable — celle de Seichi — par le mal. Ironique, n’est-ce pas ?

« Disons que… le contact est mal passé. » répondit-il en buvant une nouvelle gorgée du breuvage qui commençait à l’enivrer.

Guenon Iwajine s’improvisant justicière en agitant son sabre, misérable fils de Kaze se croyant en mesure de donner des ordres ; non, il n’aimait pas les héros. Ils lui faisaient de l’ombre. Et être dans l’ombre, figurativement ou littéralement, c’était l’une des pires choses qui pouvaient lui arriver.

Haiko disait ne pas s’intéresser à autre chose qu’à l’objectif de l’organisation… quelle plaie. Il ne souhaitait visiblement ni gloire ni argent, seulement mener le rêve de son compagnon — le prince Kadachi — à bien. Comment pouvait-on n’avoir pour seul et unique but dans la vie que la volonté de réaliser le rêve de quelqu’un d’autre ? C’était une chose que Shima était incapable de comprendre. Lui n’avait toujours vécu que pour lui-même, sans jamais faire passer quelqu’un avant sa propre personne. Alors, il plissa les yeux une seconde.

« »
Un soupir, simplement.

Se méfier du bras droit du prince était une mauvaise idée, il le savait. De toute façon, l’idée d’être trahi ne lui venait que très rarement à l’esprit. Certes, Saturne était sûrement le plus mystérieux des membres de l’organisation, mais ce n’était pas aujourd’hui qu’il laisserait tomber son masque apparemment. Ce n’était pas, non plus, aujourd’hui que Vénus réussirait à se rapprocher de lui comme il le souhaitait, histoire d’obtenir quelques faveurs du prince.

Il aimait l’argent, il l’aimait beaucoup.
Sûrement trop.

« Eh bien… Il est vrai que beaucoup d’hommes se contenterait d’une charmante compagnie et d’une bouteille coûteuse mais… je ne suis pas n’importe quel homme. »

Malheureusement, il savait que le prince n’était pas en mesure de lui fournir plus de confort pour le moment. C’était assez honteux, fallait-il avouer. Mais toutes les belles choses que Kadachi lui avaient promises pouvaient excuser ce petit sacrifice, pourvu que ça ne s’éternise pas. Il se demandait d’ailleurs pourquoi Haiko ne s’autorisait jamais de tels plaisirs ; avec sa petite gueule et son bras amputé, il pourrait faire plus d’intéressés qu’on ne le penserait. Les plus jeunes aiment ça, les mauvais garçons, la plupart du temps.

Quoi qu’il en soit, même s’il avait refusé sa compagnie plus longtemps, Shima ne laisserait pas son compagnon d’arme partir dans le plus froid des silences.

« Tu devrais porter un gant pour cacher ça, sait-on jamais, peut-être que ce tatouage vaut cher… »

Pas le temps de finir, il avait déjà disparu. Mystérieux personnage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2394-asaara-shima http://www.ascentofshinobi.com/t3139-asaara-shima-carnet

Les échos du désert | Shima

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: