Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'Hiver, jamais ne meurt


Mar 3 Juil 2018 - 0:34
Ce rp est plus ou moins un flashback destiné à narrer l'inactivité de Rakka suite à la mort de son père jusqu'à son retour dans la chronologie actuelle.

Après l'annonce qu'Akimoto a tenté de lui faire, Rakka s'en retourne chez elle, incapable de croire à la mort de son père.


°Rakka !°

Ce mot résonnait sans plus percuter l'enfant.

°Rakka ?°

Quel était ce son ? L'être avançant sans conscience de son existence peinait à le comprendre.

°Qu'est-ce qui t'arrive, petite ?°

Un glapissement lui saisit la gorge, déformant les traits rendus amorphes.

« Je ne suis pas petite ! hurla l'enfant à l'importun. »

Le silence succéda à cet excès. Peut-être était-il choqué ? Ce monde qui s'écroulait perdait de ses couleurs, de ses sons, de ses odeurs... Tant mieux ! Qu'il soit aussi choqué qu'elle ! Cela lui faisait du bien ! Tout sous ses yeux se délavait, emporté par une douleur qu'elle n'aurait jamais voulu connaître. Un échos trouble lui parvenait, mais c'était le son distordu de ses pas sur les pavés qui lui revenaient, plus que les chuchotements, la compassion, le sermon... Elle avait mal.

« Papa ! appela-t-elle comme elle enfonçait la porte de leur domicile. »

Ce nouveau chez eux, cet endroit où il l'avait emmenée pour la protéger de Kiri, pour ne pas l'abandonner une nouvelle fois, pourquoi restait-il vide ?

« Papa ! suppliait-elle presque en courant de pièce en pièce. »

Rien. Le silence glacée d'une demeure privée de vie. La petite fille s'écroula au milieu de ce qui devait être une promesse d'avenir, vaincue par la réalité. Laissant libre court à des larmes qu'elle n'avait pas senti couler jusqu'alors, ces cris plaintifs résonnèrent, répercutés par des murs vides de ne pas encore avoir vécus, vides de souvenirs, vides d'essence. Vides comme elle l'était à ce moment précis, abattue à même le sol.

°Rakka-chan ?°

L'enfant blessée ouvrit le yeux. Vue trouble, ouïe faussée, seul le sol sous ses épaules secouées et ses doigts crispés trouvaient un sens palpable. La rage saisit son cœur, comme une ultime protection dans son besoin d'exorciser sa souffrance. La rage lui serra les dents, fit rugir la fillette qui se redressa et étendit furieusement son chakra autour d'elle. De quel droit ces intrus venaient-ils souiller son antre ? Salir le peu qu'elle possédait encore ? Elle crut saisir des tentatives de compassion, de réconfort ? Elle hurla. Ils insistèrent. Soit, qu'ils participent donc à son « bien-être » actuel et qu'ils la laissent ! Sa glace vint à son secours ; elle s'échappa, courut le long de ses membres, des murs, du sol, recouvrant sur son passage le monde si fade d'une magnifique couche scintillante.

°Rakka !°

Encore ce mot... Le chuintement cristallin réconforta son oreille et la peur qu'elle saisit la rassura.

°Arrête !°

Pardon ? Jamais ! Rakka était une gentille fille, une enfant délicieuse qui n'avait voulu qu'un bonheur simple, un bonheur qui venait de lui être arraché par le Destin après avoir pu le toucher du doigt. Était-ce là sa récompense ? N'avait-elle pas le droit à son instant de faiblesse ? De nouveau les larmes ravagèrent ses joues encore rondes. Juste une fois, elle voulait se laisser aller, juste une fois, ne pouvaient-ils le comprendre ? Était-elle obligée de faire peur pour qu'on la laisse comme ses proches avaient si bien su le faire ? De faire mal à son tour pour que l'on comprenne sa peine ? Dans sa douleur, dans son abandon, elle ne sentit pas cette glace paternelle échapper à son contrôle et s'en prendre au semblant d'humanité qui tentait de la faire surnager dans cette épreuve, d'apporter un peu de douceur là où le volcan avait fait naître un glacier.

« Laissez-moi, hoqueta-t-elle péniblement comme le blizzard pénétrait les murs de sa demeure et en chassait les indésirables. »

En pleur, en peine, en rage, Rakka se vidait de ses forces, se laissant aller dans le manteau neigeux qui l'apaisait doucement. Là était l'expression de leur lien et rien ne pouvait le lui retirer.

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Mer 11 Juil 2018 - 19:27
Le monde des rêves où son esprit s’était réfugié chancela. La douceur et les couleurs s’effacèrent, l’angoisse et la colèrent reprirent leur droit, mais la fatigue restait maîtresse de ce monde désormais fade.

« ... »

Se redressant doucement au milieu du tapis neigeux, l’enfant avait voulu appeler. Elle s’était retenue, quelque part brisée : appeler qui ? Le silence régnait sur le domaine endeuillé, la vie qu’elle chérissait tant s’en était allée. Baissant la tête, elle ne parvenait même plus à pleurer. Sa tête et son coeur lui faisaient mal, sa bouche était sèche, sa gorge nouée. Rakka s’en voulait et ne parvenait à se départir de cette colère sourde lui piquant les yeux.

Rapidement, elle se fit violence. Son corps courbaturé d’avoir dormi à même le sol ne lui pardonnait pas aisément ses excès de la veille. Ses excès…? La fillette se retint au mur et posa sa main sur sa bouche, écoeurée par ses propres démons. Qu’avait-elle fait ? Tourner le dos à Akimoto, monter le ton face à des adultes, menacer ceux qui s’était inquiétés pour elle. Les souvenirs de sa rage lui revenaient et le dégoût s’avérait d’autant plus profond que la petite fille n’en tirait aucun regret.

Qu’avait-elle fait ? Qu’allait-elle devenir ? Elle ravala sa faiblesse et tenta de se redresser comme elle sentait la glace piquer sa peau. Quelque chose n’allait pas. Le choc mal assumé se confondait avec ses cauchemars et l’enfant observait sa maison d’un oeil rendu neuf par la violence des choses.

« Non ! Ce n’est pas vrai…! »

Rakka, interdite devant sa découverte, peinait à admettre sa responsabilité dans cet acte. Là, en travers d’un couloir de sa propriété, une lame de glace - parce qu’il n’y avait pas d’autre mot pour la caractériser à ses yeux - barrait le chemin sur une diagonale grossière. Le goût de la peur d’autrui lui revint aux lèvres et ce fut avec hargne qu’elle explosa le débris criminel.

Pas de preuve, pas de monstre, seulement une petite fille dont la peine la dépassait, une petite fille qui laissait la glace fondre sous le soleil de la montagne. L’enfant s’était laissée glisser contre le mur pour se perdre dans la contemplation de ce spectacle. La fatigue seule dominait cette tristesse en son coeur, cette colère qu’elle faisait naître. Que s’était-il passé ? L’eau ruisselante gorgeait le bois, humidiait l’air… Une occupation, n’importe laquelle… Rakka se leva, marcha doucement en ignorant les portes de ses proches disparus et se saisit d’un balais pour chasser l’eau avant que la glace ne prenne sa revenche.

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Dim 22 Juil 2018 - 23:52
Le temps avait filé, doucement, rythmé à un cycle qu’elle peinait à reconnaître. Levée avant le soleil, s’habituant au thé dans sa quête de souvenirs, répétant mécaniquement quelques tâches ménagères, contemplant le réveil de l’astre chaleureux, exercices dans le respect de sa mémoire… Il avait fallu quelques jours pour qu’elle daignât ressortir de chez elle, uniquement par nécessité. Panier à l’épaule et regard au sol, l’enfant avait résolument ignoré ceux ayant tentés de s’enquérir de sa santé. Une fois rentrée chez elle, sans avoir lâché un seul mot de son étrange percée, elle tentait de se calmer.

Dorénavant, il y avait de la peur, de la distance, une compassion parfois proche de la pitié, tout cela et plus encore dans l’aura de ses gens adorant autrefois son sourire, ces gens qu’elle avait apprécié, cherché à comprendre, respecté. Quel était ce sentiment qui l’animait désormais ? Ils ne lui importaient plus, elle aimait la distance que certains avaient pris avec elle. Etait-ce d’être vue comme une kunoichi et non plus comme une enfant ? Non, de part son statut de réfugiée, elle avait toujours représenté un potentiel danger, alors...quoi ? Elle s’écoutait et réfléchissait ainsi pendant des heures, puis des camarades étaient venus la voir, mais personne qu’elle eut désiré rencontrer en de telles circonstances. Où était Ali ? Où était Sanadare ? Son sensei non plus n’était pas venu et Rakka avait froidement repoussé les opportuns, sans la colère du premier soir heureusement, mais elle avait enfin mis un mot sur ce sentiment à leur égard : le mépris.

Isolée, maîtresse illusoire d’un domaine qui avait perdu sa vie, sa situation ne semblait importer à personne et la fillette, sûre de sa discrétion par cet état de fait, avait recommencé à arpenter les rues du village. Parfois on la reconnaissait, positivement ou non, mais quand cela était le cas, Rakka ne retrouvait jamais ce sourire qui l’avait tant faite apprécier. Elle peinait à s’ouvrir, peinait à partager son monde, partager le leur. Peu à peu, Iwa ne devint qu’une suite de murs et de visages, sans plus d’attachement affectif pour la fillette errant maintenant sans but autre que celui de dominer le démon qui naissait en elle.

Fin du RP

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

L'Hiver, jamais ne meurt

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: