Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Langage Floral _ PV Naari Etsuko


Mar 3 Juil 2018 - 18:11
Suite à la rencontre avec Diao, j'avais pour mission de découvrir les faiblesses d'un Hyûga qui avait vraisemblablement un tempérament séducteur et un club de fan féminin conséquent. Les hommes et leur ego, ... La conquête féminine galvanisait l'ego et rappelait la confiance en soi. S'il collectionnait réellement autant de conquête féminine, il ne devait pas savoir cependant juger la valeur d'une femme, les femmes les plus difficiles à conquérir sont les plus faciles à conserver, celles qui se donnent facilement, se donnent facilement à tout le monde, celles-là se partagent et n'ont à offrir qu'un apparat, elles ne sont qu'une conquête à exposer comme un tableau qu'on accroche au-dessus de sa cheminée.

Je n'avais pas bien saisi si celle vers qui l'on m'envoyait pour prendre des informations était l'une des fans excentriques, une victime de son charme, ou simplement une demoiselle qui en savait un peu plus que la moyenne sur notre drôle d'oiseau. Je savais que c'était une fleuriste qui s'appelait Naari Etsuko, une chose que j'appréciais, quoi de plus normal pour un utilisateur du mokuton en même temps. Nous pourrions peut-être nous entendre. On me l'avait dépeinte comme une jeune fille très agréable au regard, simple, un peu niaise et tempérée. Si j'avais pris en note cela je comptais me faire ma propre idée tandis que j’amènerais le plus subtilement possible durant notre conversation, le sujet qui m'intéressait plus que tout autre.

Je me rendis à sa boutique, dès le matin aux environs de 10 heures, pour aller à sa rencontre et débuter une première approche. Je m'y rendais sereinement, vêtu élégamment et sobrement, comme à mon habitude, les cheveux argentés détachés et le regard radiant de tendresse et de douceur. Quand je pénétrais dans l'établissement, c'était dans une démarche tout aussi élégante que ma tenue, d'un pas et d'une hauteur assurée, ou la féminité s'assumait avec la même assurance que celle d'une véritable femme. La virilité brutale d'un homme ferme et indifférent, mélangée à la délicatesse d'une femme belle et entreprenante, voilà une part de l'image que je renvoyais tandis que mes yeux bleus ne cessaient de capter la lumière.

Je ne me rendis pas directement vers Etsuko en entrant, je ne la regardais même pas, pour plutôt me laisser regarder et me diriger vers la fleur qui m'intéressait le plus. Il était plaisant de flâner en tel endroit, parmi tous ces parfums et toutes ces couleurs, cela chatouillait et j'eut l'impression qu'au milieu de ce petit bout de paradis, je m'embellissais d'autant plus. "Depuis six mille ans, la guerre plaît aux peuples querelleurs, et Dieu perd son temps à faire les étoiles et les fleurs, pourquoi ?" Me disais-je à moi-même en pensée tandis que je m'agenouillais devant certaines d'entre elles.

Le dahlia fut la fleur en question. Ma mémoire me jouait alors un tour, quand j'effleurais du doigt un pétale, il me semblait que c'était cette fleur que j'offris à ma mère, avant qu'elle n'accepte de m'adopter. Je n'en étais pas bien sûr, et au regard se perdit un instant la mélancolie d'un songe amoureux, l'amour d'un enfant à sa mère. La tendresse d'un enfant adoucit l'assurance hautaine de ma personne durant cet instant, imprégnant d'humilité et de douceur toute ma personne jusqu'à faire resurgir, comme d'un rêve, derrière un voile de sainteté et de lumière, toute la beauté de mes intentions, enfouies et cachées, derrières quelques horreurs elles aussi dissimulés au fond de moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Ven 6 Juil 2018 - 12:06
Etsuko avait du rester ce matin là. Contrairement à d'habitude, elle n'avait pas besoin d'aller à la serre pendant toute la matinée pour travailler et préparer les fleurs qui allaient être vendues l'après-midi et le lendemain matin. Elle n'avait qu'à s'occuper de la présentation de la boutique et des clients qui venaient les uns après les autres, demandant parfois des fleurs, parfois des conseils.

Si les premiers clients de la journée avaient été calme, il n'en était pas de même pour cette cliente un peu folle qui venait régulièrement les voir. Une rousse aux grands airs pompeux, les yeux marron, le nez trop court et les oreilles trop petites. Elle était ridicule dans son accoutrement toujours outrageux, écrasée sous des bijoux visiblement en toc, ce qu'elle semblait ignorer. Elle avait une nouvelle fois fait son raffut habituel dans la boutique, prétextant qu'ils n'avaient pas fait un travail à la hauteur de ses attentes. Mais cette folle, comme toujours, en demandait trop. Des fleurs hors saison, poussant en un instant, à l'éclat parfait. C'était par définition impossible ! Etsuko, son père et sa mère avaient tout trois tenté de lui faire entendre raison, qui si les fleurs avaient besoin de temps pour pousser, ce n'était pas un hasard, mais rien n'y faisait. Elle était totalement bloquée sur ses idées stupides. C'en était rageant puisqu'elle insultait la boutique qui pourtant faisait plus que le maximum possible. Si elle n'était pas contente, qu'elle aille voir ailleurs cette mégère !

Soupirant, la demoiselle aux yeux émeraude baissa un peu la tête. Elle n'en pouvait plus de cette folle. Alors qu'elle était en train de faire un peu de rangement suite à son passage, un nouveau client se présenta à la boutique, l'air un peu plus aimable. Lui faisant son doux sourire habituel de vendeuse, Etsuko le salua tandis qu'il pénétrait dans la fleuristerie Kisetsu no Hana, découvrant l'espace cozy meublé de bois massif entourant en son centre un énorme fauteuil en cuir usé par le temps qui était entouré d'une myriade de fleurs, proposant ainsi à la vue et à l'odorat de celui qui s'y asseyait une expérience sans précédent.

« Irasshaimase ! »

Le client en question ne dit pas un mot, semblant déjà happé par l'atmosphère florale du lieu. Un sourire un peu amusé sur les lèvres, la jeune femme se remit à son rangement, s'occupant également de remettre un peu d'eau fraiche dans certains vases pour les fleurs qui patientaient depuis le plus de temps. Elle retourna ensuite derrière le comptoir, observant le client en question.

« Si vous avez la moindre question ou si vous avez besoin d'un conseil, surtout, n'hésitez pas. Je suis là pour vous aider. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Ven 6 Juil 2018 - 15:55
Interpellé par la belle fleuriste, je ne me levais pas encore, et tournais le regard sur elle. J'y passais au fond de mes rétines, dès les premiers instants, tout le sans gêne d'une observation outrancière de sa personne. Cherchant en effet, comme à chaque première rencontre, chaque premier regard, à percer l'âme de son être, sa substance, en sondant son cœur par le creux de ses rétines. Cela dura quelques instants, pas plus d'une dizaine de secondes où j'imposais sans commune mesure l'éclat d'un bleu scintillant qui se reflétait parfaitement sur les émeraudes qui lui servaient de regard. Diao, ne s'était pas trompée, cette jeune femme avait vraiment des yeux magnifiques yeux. Elle était une très belle jeune femme dans son ensemble en fait, quoi que manquant singulièrement d'assurance d’apparence.

Je décelais autant de simplicité que de fébrilité chez elle. Sans le moindre sourire, effaçant ma sainteté sous un voile de neutralité glaciale, je sentais un manque de confiance réelle en elle, une petite nature naïve et rêveuse, qui espérait que le destin lui soit favorable. Une proie facile pour les hommes séducteurs que celui qu'était le Hyûga tel qu'on me l'avait décrit. Je comprenais les paroles de Diao. Elle voulait que je prenne garde à ne pas froisser un animal qui avait, par je ne savais quel miracle, conservé sur ses traits et ses courbes toutes les particularités infimes de l'innocence et de la virginité sacrale, et ce malgré son âge.

Seulement alors, je lui rendais un sourire empreint de douceur et de tendresse. Mais sur elle, aucune tentative de séduction ne fut tentée. Je ne comptais pas jouir de mon apparence sur elle, elle paraissait trop fragile en cas de déception et c'était une responsabilité que je ne désirais pas assumer.
-Là pour m'aider ? Lui répondais-je mélodieusement en retournant mon œillade sur le dahlia. Vous le pouvez, à plusieurs égards. Mais une chose à la fois. Si je souhaitais exprimer à une femme une immense affection, mais que je ne puis l'épouser pour des raisons qui sont hors de mon contrôle, quelles fleurs devrais-je offrir ?

Je gardais pour moi l'identité de la femme en question. Une chose à la fois, et puisque j'étais chez une fleuriste, il y avait une occasion que je me devais de saisir à titre personnel, au-delà de la mission qui m'amenait. J'eu alors, tandis que je pensais à cette personne, un regard très affectueux, un sourire d'enfant, tendre et hébété par le sentiment qui l'habitait. Je passais un côté de mes cheveux derrière une oreille ensuite, et je me levais pour lui faire face, reposant une main sur le pommeau de mon sabre. Je me tins soudainement droit, digne, faisant figure d'une dignité princière qui n'avait rien d'usurpé et je continuais de lui parler, du même timbre mélodieux, mais un peu plus bas que le précédent.
-L'on m'a dit que vous étiez la — fleuriste d'Iwa. Vous êtes donc coutumière du langage floral je présume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Mar 10 Juil 2018 - 15:50
Lorsqu'il se décida finalement à la regarder, il le fit avec une insistance, un regard un peu trop direct qui gêna Etsuko qui sourit un peu, sourire qui laissait paraître cette sensation peu agréable. Mais lui ne semblait pas être perturbé un seul instant et continuait. Elle se racla un peu la gorge, finissant par détourner le regard.

« J'ai une préparation à faire... Je vais dans l'arrière-boutique... Appelez moi quand vous avez besoin d'aide ou utilisez la sonette... »

D'un geste de la main, elle lui désigna une petite sonnette en métal couleur argent qui trônait sur le comptoir. Elle se retourna ensuite pour fuir le regard lourd du client qu'elle trouvait peu aimable puisqu'il n'avait toujours pas dit un mot ni sourit. Mais du coin de l'oeil, elle le vit finalement sourire et se mettre à parler. Il avait eu un sorte d'arrêt mental peut être ? Quelque chose du genre qui l'avait figé pendant près de dix secondes dans ce regard fixe qui la mettait mal à l'aise. Etsuko l'écouta alors, émettant un petit soupir de soulagement assez discret. Il n'avait pas l'air totalement fou en fin de compte.

« Hmmm... Laissez moi quelques secondes... Oui... Je dirais que vous pouvez lui offrir des bégonias ou des fleurs d'acacia, ce sont les deux premières qui me viennent à l'esprit pour un amour qui n'est pas... charnel... Hmmm... Quoi d'autre... »

Les yeux de la fleuriste étaient devenus professionnels. Ne connaissant plus le doute, elle regardait la multitude de fleurs qui se présentaient à ses yeux dans la boutique.

« Des tulipes rouges ou des cyclamens pourraient aussi être de beaux présents... Des gardénias pourraient faire l'affaire... Des centaurées non... Du jasmin à la rigueur... ou bien des dahlias, voire des pensées blanches... Des phlox bleu ou violets pourraient également faire l'affaire... Ou des lilas. Les saponaires ne me semblent pas adaptée par contre. Donc voilà un peu tous les choix que je peux vous proposer. Des sakuras seraient probablement trop directes, tout comme les roses rouges, je doute que ce soit votre intention d'après ce que vous me dites. »

À chaque nom de fleur, elle avait montré l'une ou l'autre des étagères, dévoilant la multitude de fleurs présentées ça et là dans la boutique. Certaines avaient des couleurs et des formes plus attirantes que d'autres, mais toutes, selon la jeune fleuriste, avaient une signification proche de ce que le jeune homme semblait souhaiter dire à cette femme. Elle avait de la chance qu'il se préoccupe ainsi d'elle bien qu'il sache qu'ils ne pouvaient être ensemble, elle espérait secrètement que quelqu'un en ferait autant pour elle, bien qu'elle en doutait sincèrement.

« Je ne sais cependant pas si vos allégations sont vraies, c'est juste que notre boutique existe depuis longtemps et que je baigne dans les fleurs depuis ma plus tendre enface. Rien d'exceptionnel ni de surnaturel, rassurez-vous. »

Elle lui fit un sourire aimable, lui laissant un peu de temps pour réfléchir face à l'éventail de fleurs proposées, puis elle reprit la parole.

« Vous avez parlé de plusieurs aides possibles que je puis vous apporter, me permettez-vous de vous demander quelles sont vos autres questions ? Par ailleurs, pour les fleurs, je vous invite à vous installer dans le fauteuil, vous pourrez plus facilement comparer les espèces dont je vous ai parlé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 11 Juil 2018 - 7:28
J'aurai peut-être dû lui dire que la femme en question était allergique au pollen... Car je lui lançais une mine étonnée tandis qu'elle me faisait la liste des fleurs que je pouvais offrir, une liste aussi longue que mon bras. Tout cela était magnifique et conviendrait probablement à la plupart des femmes, mais pas à elle... Quelle idée d'être allergique au pollen en même temps. Je riais une seconde, presque gênée de devoir poliment refuser tout ce qu'elle venait de me proposer. Puis me grattant la nuque une seconde, je la stoppais avant qu'elle n'aille plus loin.
-Attendez s'il vous plaît. Elle est allergique au pollen... Vous n'auriez pas plutôt une plante ? Quelque chose qui livrant mon message ne voudra pas dire en même temps "j'essaye de te tuer". Finissais-je sur le ton de la plaisanterie.

Le client relou typique. Toutefois, je ne voulais pas manger les fleurs dans la tronche, et faire attention à cette petite particularité qu'était son allergie serait une preuve d'attention en plus. Je ne perdais pas de vue non plus ma mission, mais je joignais tout de même l'utile à l'agréable si j'osais dire. Je trouvai que la jeune fille, avait du goût en tout cas. Je n'étais pas fleuriste, mais étant utilisateur de mokuton, je connaissais un minimum les fleurs, et parmi ce qu'elle m'avait proposé, satisfait de ses propositions, même si je ne pouvais y donner suite, je reviendrais certainement le jour où je devrais offrir des fleurs à une femme qui n'aurait pas la riche idée de ne pouvoir les supporter.

J'avais remarqué qu'elle avait été gênée par ma façon de la regarder, mais désormais, c'était tout transpirant de légèreté et d'innocence que je me conduisais avec elle. Le sourire d'un enfant décorait mon faciès subtilement tandis que le regard luminescent d'assurance et d’orgueil se posait sur elle chaleureusement. Ce n'était pas une mauvaise femme, elle avait effectivement, comme on me l'avait décrite, l'aura de la virginité et de la tendresse que je ne souhaitais pas lui voir perdre, et encore moins le lui faire ressentir comme un défaut.

Elle en venait alors à l'essentiel de la raison qui faisait ma présence. Cette autre chose qui m'avait conduit ici-même, pour laquelle je devais m'adresser à elle. J'aurais préféré attendre un petit peu, mais clairement, elle ne préférait pas perdre de temps. J'aurai aussi préféré amener la chose moi-même, pour y mettre les formes, car dans cette situation, cela risquerait de lui paraître quelque abrupte. J'esquissais donc, pour première réponse, un sourire en coin, que j'ornais d'un regard espiègle sur elle.
-Effectivement, il y a autre chose que vous pouvez faire. Je dois rencontrer un certain Hyûga Takumi pour affaire d'ici peu de temps. J'ai ouï dire que vous le connaissiez relativement bien. J'aurais voulu savoir quel genre d'homme il est, pour pouvoir me préparer à la négociation qui nous attend. On m'a soufflé que vous le connaissiez pour ainsi dire intimement. Il m'intéresserait de connaître votre opinion à son sujet, si vous me permettez cette indiscrétion bien sûr.

Je posais un regard désormais séducteur sur elle, que j'accompagnais d'une voix au timbre aussi suave que mélodieux. Je la jugeais pas sur ses relations, chacun était libre de se lier à qui il lui plaisait et je ne venais pas pour ça. Non, je voulais plutôt qu'elle me glisse, sans le savoir, une ou deux faiblesses à exploiter sur le bonhomme. Si elle le connaissait aussi intimement que cela me fût suggéré c'était fort possible d'y parvenir. Afin, ensuite, de la mettre plus à l'aise, je commençais, ou plutôt je concluais, pour l'aider quelque peu dans sa réponse, sur une flatterie qui n'était pas ben difficile à lâcher puisqu'elle me semblait des plus réels et véritables.
-On me l'a décrit comme un bel homme fort charmant aux nombreuses prétendantes. Ravissante comme vous êtes je ne doute pas que vous puissiez avoir recueillie son intérêt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Sam 14 Juil 2018 - 9:37
Écoutant les réponses du jeune homme Etsuko sourit un peu amusée par les paroles de Tenshi.

« Pour ce qui est du pollen, personne n'a du vous le dire mais nous ne sommes pas une simple fleuristerie. Nous savons aussi manier les fleurs par notre chakra. Vous n'avez qu'à choisir n'importe quelles fleurs, dans celles que je vous ai listé à l'instant ou d'autres encore, et de me demander d'en retirer le pollen pour votre belle. Ce n'est pas payant rassurez-vous, juste un petit service personnel. J'aime les fleurs et si je peux faire en sorte qu'une personne de plus puisse en profiter, alors je le fais de bon coeur. Pour le reste, nous avons quelques plantes mais je suis loin de les connaître tout autant, Vous avez déjà une idée de ce que vous souhaiteriez dans ce cas ? »

Elle se voulait avenante, ouverte à la moindre possibilité. Après tout, le client est roi et elle n'était là que pour le servir. Telle était la devise. Elle se recoiffa légèrement lorsqu'une mèche retomba sur ses yeux, la glissant derrière son oreille. Elle se remit ensuite à travailler sur le comptoir tout en s'occupant du jeune client. Elle sortait les bouquets de leurs pots, recoupait les tiges quand c'était nécessaire, les changeait lorsque les fleurs étaients usées par la chaleur et qu'elles n'étaient plus présentables, les ramenant alors dans un pot gigantesque situé derrière le comptoir, le pot des cadeaux de fin de journée, pour fleurir les coeurs d'Iwa.

Finalement, alors qu'elle avait recommencé son travail, le jeune homme se décida. Il parla de Takumi, et l'effet fut instantanné. Passant de sa couleur normale de peau à un beau rouge carmin, la demoiselle détourna un peu le regard, se concentrant soudainment sur ses fleurs qu'elle arrivait jusque là à préparer en n'y jetant qu'un oeil régulièrement pour un résultat parfait. Et voilà qu'elle les fixait avec une intensité qui aurait pu les brûler. Pourquoi Takumi ? Pourquoi maintenant ? Comment savait-il ? Qui l'avait envoyé ? Trop de questions qui faillirent lui faire oublier que son client avait posé une question. Elle s'éclaircit alors un peu la voix, essayant de se calmer pour répondre correctement, regardant toujours son travail et non l'homme non loin d'elle.

« Je... Je le connais, en effet... Je travaille pour lui, au poste 12, et je l'ai soigné quelques fois... Mais je ne sais pas si je pourrais vous dire grand chose que vous ne sachiez déjà... Il a un poste important et je ne suis qu'une fleuriste, il n'y a pas de quoi... s'extasier... Il est galent, beau et fort, un parfait cliché certains diraient... Mais il est attentionné, ce n'est pas une façade... Je crois... Et... Il tient vraiment à Iwa et à ses habitants je pense... Mais je ne suis personne pour vous raconter ça... Vos flatteries sont aimables mais je ne les mérite pas vraiment... Si vous souhaitez vraiment en savoir plus sur lui, la seule bonne méthode c'est d'aller le voir, vous savez... Je suis certaine qu'il vous recevra sans problème... Vous... Vous avez fait votre choix pour les fleurs ? »

Elle évitait encore un peu le regard de Tenshi, intimidée mais essayant de retrouver son sérieux et son professionnalisme perdu pendant quelques instants. Mais pourquoi est-ce qu'il venait ici pour lui parler de Takumi ? Elle soupira un peu, retrouvant finalement sa teinte habituelle, arrivant finalement à regarder à nouveau son client en face, attendant donc sa réponse pour ce qui concernait son éventuel achat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Dim 15 Juil 2018 - 14:18
Cette jeune fille me faisait de la peine. Vertueuse, travailleuse, aussi simple et naïve qu'on devait l'attendre de l'innocence. Ses informations étaient parfaitement inutiles. Je voyais bien que le sujet la dépassait et de loin. Connaissait-elle seulement la réputation de l'homme dont elle parlait ? Il l'avait possédé, "consommé", en lui faisant miroiter les plus belles promesses qu'il ne comptait sans doute jamais conclure. L'amour est un mot élastique, un homme aime sa femme, une mère aime son enfant, un maître aime son chien, pour aucun de ces trois-là le mot amour a le même le sens. Amour et passion se confondent souvent, et Etsuko souffrait du plus mauvais mal de tous. Les principaux symptômes, connerie et aveuglement, nom de la maladie, l'amour inconditionnel, le mal était déjà fait.

Posant un regard désolé sur elle, je préférais ne plus m'éterniser sur ce sujet. Cela n'en valait pas la peine, un tel amour, ne voudrait pas voir son immoralité même si on lui en présentait toutes les preuves de son absurdité directement sous les yeux. Pire, je pourrais lui briser son cœur ou l'emmener vers la colère, et je n'avais certainement pas besoin de ça. Elle m'était d'autant plus, sympathique, je l'appréciais de prime abord, car j'aimais aussi les personnes qui avaient pour elle l'innocence comme chacun le savait. C'était l'une des qualité primordiale de l’individu, qui me faisait particulièrement aimer les enfants et les chérir autant que les protéger. Je ne pouvais que la laisser se bercer dans ses illusions, sachant bien quel triste drame moral ce serait pour elle le jour où elle découvrirait le poteau rose. Au moins, ce n'est pas moi qui en responsable et je pourrais me consoler de cela.

Perdant mon regard désolé, je retrouvais plus de tendresse, en songeant à la grâce qu'elle me permettait d'offrir à celle qui méritait le présent que je voulais faire. Finalement, elle avait la solution parfaite à mon problème, pouvoir faire profiter des fleurs à une personne allergique au pollen, j'en souriais largement de satisfaction. Rougissant comme une jeune fille, je me plaisais à apprécier par avance le visage de la belle qui recevrait ce cadeau. Cette Etsuko m'enlevait une énorme épine du pied, et pour cela, c'était désormais un regard extrêmement bienveillant que je posais sur elle.
-Vous êtes la solution à mon problème. Votre pouvoir me permettra d'accomplir un miracle. Lui disais-je presque avec amusement.

J'éludais totalement le sujet de Takumi maintenant, seules les fleurs que je voulais offrir comptaient, et il restait une question de taille, laquelle offrir ? Connaissant l’énergumène, je ne devais pas me planter sur ce coup, d'autant que je songeais déjà à la triste finalité à voir ces fleurs faner un jour. Encore qu'elle pourrait les planter dans son domaine et en profiter à jamais. Voilà qui résolvait une fois de plus le souci. Après réflexion et posant innocemment le doigt sur le menton je levais les yeux au ciel en ouvrant la bouche.
-Pourquoi pas une composition florale de toutes ces fleurs ? S'il n'y a pas de problème avec le pollen, je peux aussi bien toutes les prendre ! C'est vraiment important pour moi. Avec une petite carte, mais vierge, j'écrirais moi-même le message dessus. Ma calligraphie est impeccable et j'aimerai personnaliser un peu cela. Si c'est possible. Je vous paierais ce qu'il faut vous savez. Et si mon amie est satisfaite, je ferais encore appelle à vous. Sans vous ennuyer avec des questions cette fois. Terminais-je sur un grand sourire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Dim 15 Juil 2018 - 14:48
Etsuko se reprennait doucement tandis que la conversation avançait. Elle sourit au client pour le mettre en confiance, le laissant faire son choix cependant. Il semblait soudain un peu peiné sans qu'elle n'en comprenne la raison, mais elle ne fit aucune réflexion à ce sujet. Il avait probablement eu une pensée particulière à cet instant qui n'avait rien à voir avec la conversation. Cela arrivait de temps en temps à la jeune femme, elle ne serait donc pas étonnée s'il en était de même pour lui. Elle sourit un peu, amusée par les flatteries, avant de lui répondre.

« Vous êtes gentil mais ce n'est pas nécessaire, je ne fais que mon travail. Vous-êtes vous décidé alors ? »

Elle l'écouta donc lui répondre. Il n'avait pas réussi à choisir, donc il les prenait toutes, un homme généreux. Elle hocha la tête puis attacha ses longs cheveux derrière sa nuque, récupéra toutes les fleurs en question puis les amena dans un seul pot.

« Pour la carte, vous la souhaitez de quelle taille ? Vous souhaitez que le nom de la boutique apparaisse ou vous préférez qu'il n'y soit pas ? Je peux très bien le comprendre bien sûr, si cela va à l'encontre de votre décoration. »

Elle lui souriait, toujours avenante, ne souhaitant pas le forcer à faire des choix rapides. Il était client, et le client est roi. Aussi avait-il tout le temps qu'il souhaitait. Écoutant sa réponse en hochant la tête, elle se dirigea vers l'arrière-boutique.

« Je vais vous chercher ça avant de m'atteler aux fleurs et à leur dépollinisation. »

Elle disparut ainsi quelques minutes derrière le comptoir, fouillant un peu l'arrière-boutique à la recherche de la carte souhaitée par le jeune homme, puis elle la lui ramena, lui tendant avec une petite boite remplie de quelques stylos, certains noirs plus ou moins épais et d'autres de couleur pour le laisser donner libre cours à ses envies. Elle s'approcha alors des fleurs puis commença à faire quelques mudras. Elle devait y aller fleur par fleur afin de ne pas laisser le moindre grain de pollen pour ne pas provoquer une allergie chez cette femme inconnue, puis elle vérifia le tout une fois l'opération terminée, un petit quart d'heure plus tard. Elle retravailla un peu le bouquet, coupant les tiges à différentes tailles pour faire ressortir plus certaines fleurs, les autres servant ainsi plus de support et différenciant ainsi les valeurs de chaque signification. Elle créa ainsi un beau bouquet coloré qu'elle tendit finalement au jeune homme, après les avoir passé sous l'eau avec douceur et les avoir fait absorbé le nécessaire pour qu'elles en ressortent plus éclatantes encore.

« Je vous conseille de lui offrir d'ici vingt-quatre heures au maximum, tant qu'elles ont leur plus bel éclat. Pour la conservation, un pot suffisamment large pour qu'elles ne s'écrasent pas entre elles et de l'eau changée au maximum tous les trois jours, au minimum une fois par semaine. Si vous souhaitez les conserver plus longtemps, vous pouvez aussi utiliser ceci, un sachet à chaque fois dans l'eau que vous utilisez. »

Elle lui désigna ainsi une pile de sachets de vitamines prévues pour aider les fleurs à tenir dans de l'eau simplement, leur apporter un peu plus de nutriments et ainsi garder leur éclat le plus longtemps possible. Elle attendit la réaction du jeune homme puis lui sourit à nouveau.

« Souhaitez-vous autre chose ? Que ce soit des fleurs pour quelqu'un d'autre, ou quelque chose en quoi je pourrais vous aider sur un autre sujet ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Langage Floral _ PV Naari Etsuko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: