Derniers sujets
Partagez | 

La peur des psychopates féministes. [FT - Shuuhei]


Sam 1 Juil 2017 - 15:09
J'avais passé une très mauvaise nuit, je n'avais pas pu dormir de toute la soirée à avoir peur que la jeune Zera vienne me tuer dans mon sommeil. Hier soir, j'avais fait l'erreur de l'énerver dans un bar et j'étais quasiment sûr qu'elle voulait ma peau pour l'avoir quitté aussi rapidement qu'un lapin devant un renard. Malheureusement je devais sortir aujourd'hui pour faire les courses. Rien que de penser que je pouvais avoir la malchance de la croiser dans la rue me donnait des sueurs froides. J'avais donc décidé de prendre mes précautions pour affronter le monde extérieur. Je mettais une veste avec une capuche sur le dos, des lunettes pour cacher mes yeux fuyant et mon sac ... pour les courses.Je marchais discrètement dehors pour ne pas me faire remarquer. À chaque coin de rue, je m'arrêtais pour regarder les individus dans la prochaine, je cherchais le démon aux cheveux violets, l'exterminatrice sanglante, la tueuse campanule. La voie était libre, je devais en profiter pour avancer le plus rapidement possible. Je courais comme un dératé en direction du premier magasin alimentaire venue. Une fois rentrer dans la boutique, je pouvais décompresser. Dedans, il ne si trouvait que le vendeur se tenant à la caisse. Le magasin était complètement vide, il fallait aussi qu'il était que huit heures du matin et que le magasin était situé sur une petite colline, donc aucun vieux n'étaient capables de grimper pour seulement faire deux ou trois courses. Haricot rouge, petit pois, carotte, poison blanc et un petit de viande rouge, c'était ma liste de courses pour les trois prochains jours. J'en avais pour pas trop chère avec tout ça, seule la viande piquait un peu le portefeuille.

- Passer une bonne journée Monsieur.


En quittant le magasin, je remettais mon attirail de camouflage ultra sophistiqué. Je me dépêchais une nouvelle fois de rentrer en courant au bord des routes comme un fou. Jusqu'au croisement de la rue des bars où je me percutais contre un type assez balèze. Ne m'attendant pas à cette rencontre, je lâchais mon sac qui s'envolait comme une petite libellule dans les airs. Pour retomber comme une merde sur le sol dégouttant de cette ruelle.

- Et merde, fait chier !
- Pardonnez-moi, vous allez bien ?


Je m'adressais au mec que je venais de bousculer pour voir s'il ne s'était pas renversé ou blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Dim 2 Juil 2017 - 11:54
- « Mmh ? »

Le télescopage m’avait surpris, mais je n’étais pas tombé pour autant et je n’avais pas eu mal. Il en fallait bien plus pour un grand gaillard comme moi. On pouvait autant en dire pour le gosse qui se tenait devant moi et qui semblait ne même pas avoir titubé alors qu’il avait l’air d’un gringalet. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il avait acheté pas mal de choses. A croire que j’étais tombé sur un morfale. Si j’avais été un vieux crouton chiant, il aurait eu certainement son lot de reproches, mais tel n’était pas le cas. Je n’étais pas méchant pour un sou. Il fallait vraiment y aller pour me faire sorti de mes gonds…

- « Il n’y a pas de mal, petit. Par contre, toi, ça va ? »

Si je n’avais pas fait gaffe, c’était bien parce que j’étais un peu tête en l’air ces derniers temps. Avec ces foutues élections, difficile de penser à autre chose. J’avais également passé la nuit à l’arche pour surveiller l’entrée du village. Ça avait été mon tour de garde et il m’avait plutôt éreinté. Quand bien même j’étais un féru de saké, me voir vers les bars était donc un hasard, tout simplement. Je passais dans le coin pour rallier la raffinerie, et profiter d’une bonne matinée de sommeil. Sauf que le destin en avait décidé autrement. D’ailleurs, je m’étais penché vers son paquet, la mine un peu désolée.

- « Y’a que le sac qui est dégueulassé mais le contenu est intact. T’as d’la veine… »

Le sol était recouvert d’une fine couche de boue, mais il n’y avait pas de quoi faire un plat. Par contre, ce n’est que lorsque je reposai mes yeux sur le gosse que je remarquai son accoutrement pour le moins… Atypique ! Et là, je me mis à pouffer de rire. C’est qu’il était plutôt suspect notre gamin. D’ailleurs, avec tout ce qu’il avait dans son paquet, il y avait de quoi se poser des questions. Mais bien avant de tirer des conclusions hâtives, je l’observai sous toutes ses coutures. Capuche sur la tête, veste sur le dos, lunettes sur le nez… En mode furtif quoi. Aussi amusant qu’intriguant tout compte fait.

- « Tu sais qu’avec une dégaine pareille, on pourrait te prendre pour un voleur ? »

Que lui avais-je lâché, tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Lun 3 Juil 2017 - 18:45
Je levais la tête pour voir un homme à la chevelure blanche et le regard perçant. Du premier coup d’œil, je remarquais que c' était Metaru Shuhei. J'avais entendu parler de lui que ressemant grâce aux élections. Il s'était présenté comme étant le chef de clan des Metaru et par ce fait il était quelque peu connu dans Kumo.

- Merci pour votre aide. Vous êtes Metaru Shuhei, n'est ce pas . Je vous ai déjà vu quelques fois dans le village. Ce n'est pas trop de responsabilité d'être un leader .


Naturellement, je ramassais mon sac de course tout en entament la discussion avec lui. Je me présentais à lui en tant qu'étranger ayant rejoint le village il y avait seulement un an. Le ton de sa voix menait à être calme avec lui. Il donnait l'impression d'être calme, réfléchi et respectueux au premier abord. Il me demandait d'ailleurs pourquoi je portais une tenue aussi bizarre.

- Ah ça, j'ai faits une mauvaise rencontre hier soir. Une certaine Oyoumon Zera si vous connaissez. Je peux vous dire que si j'ai le malheur de la croiser, vous ne verrez pas de sitôt. Cette femme, c'est un démon au trait d'ange. Méfiez-vous d'elle si vous la rencontrez un jour.


Un peu gêner par cette rencontre un peu forcer, je ne savais pas trop quoi dire, je partais un peu dans tous les sens. Le temps, la vie au village, le prix des aliments, les bars à fréquenter, tout passait par ma bouche. Quand un sujet intéresse me venait.

- D'ailleurs, Shuukei. Que pensez-vous des prochaines élections ? Vous avez déjà dû entendre parler de Seijiro Nara voir même le rencontrer vu votre rang social. Vous pensez que ça serait un bon Raikage .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Jeu 6 Juil 2017 - 12:20
- « Tu t’arrêtes pas toi… »

Je pouffai de rire. Il était tellement stressé en partant dans tous les sens que ça en devenait presque amusant. Pauvre gamin. Au final, il était un peu mignon. Il me faisait presque penser à mon petit salopiaud de Kahei. Pour Zera, je comprenais tout à fait. Il n’était ni le premier et il ne serait clairement pas le dernier. Cette pauvre gamine avait la rage. Une rage que j’avais essayé de contenir sans succès du temps où je visitais l’orphelinat pour leur apporter mon aide. Une rage qui devait très certainement s’expliquer par son histoire. Dommage… Pour le reste, il n’y avait pas vraiment de secret ou de suspens. La politique. Encore et toujours. Ce sujet en était presque lassant. Mais il était intéressant que même des gamins s’y intéressaient, preuve que ce village était rempli de jeunes sages et matures.

- « Seijiro est certainement le meilleur candidat possible pour Kumo à l’heure actuelle. N’en doute pas une seule seconde. »

Je pouvais discuter pendant encore longtemps sur le sujet, mais ce n’était pas nécessaire à mon sens. Notre petite conversation ne changerait rien aux perspectives futures de notre cité. Seijiro partait largement favori et il n’y avait pas de raisons qu’il ne remporte pas ces élections. Il n’y avait après tout, pas de candidats crédibles en face. J’aurai pu faire une bonne opposition, mais je n’étais pas intéressé. Trop de paperasses, trop de stress, moins d’alcool et de meufs… Nan… Définitivement non. C’était pas moi ça… « Un leadeur ? Qu’est-ce qui te fait penser que j’en suis un ? Parce que je suis l’un des 5 jonins du village ? » J’éclatai de rire. Qu’on puisse me voir comme un leadeur me faisait plaisir. C’était pas comme si j’en avais pas la carrure. D’ailleurs, c’était bien pour ça qu’on voulait me voir candidater. Sauf que non.

- « Allez, enlève-moi tout ça déjà ! On parle pas à un adulte couvert comme ça ! Surtout qu’il faut chaud, hé ! »

Sans lui demander la permission et comme si j’avais affaire à Kahei, je lui retirai ses lunettes et sa capuche. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il était un p’tit beau gosse ! Il semblait constamment nerveux avec ses sourcils broussailleux naturellement froncés, mais il ne devait pas être un mauvais bougre. Je passai même une main dans sa chevelure pour l’ébouriffer un peu avant de passer un bras autour de ses épaules : « Allez gamin ! J’vais te raccompagner histoire que tu flippes pas trop ! » J’étais p’être fatigué, mais rien d’insurmontable pour le shinobi que j’étais. Ce pourquoi j’empruntai le chemin inverse puisque c’est celui qu’il comptait de toute façon. Si ça se trouvait, il n’habitait peut-être pas loin de la raffinerie ou de la demeure familiale des Metaru. Si tel était le cas, j’pourrais p’être lui proposer des entrainements…

- « D’ailleurs, qu’est-ce que tu as pu faire à Zera pour qu’elle veuille ta peau ? Et c’est quoi ton nom quand j’y pense ? »

Puis des cris. Horribles et criards. Ils fendirent le ciel au même moment en me tirant de ma rêverie. Un groupe de bambins apparu brusquement devant nous. Ils fuyaient clairement quelques choses vu leurs mines effrayées et apeurées. Ils n’étaient pas plus haut que trois pommes. Le plus grand d’entre eux devait avoir à peine sept ou huit ans. Vu qu’on était le week-end, ils devaient certainement être entrain de jouer dans un parc proche d’ici quelque chose comme ça. Mais pas le temps de trop penser qu’un gros molosse bien dégueulasse apparut derrière eux. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il était vraiment balèze. Balèze et moche. Des blessures, de la gale, des crocs disproportionnés d’où coulait de la bave… Bref. Pas une situation enviable.

Mais les enfants par chance, réussirent à venir s’abriter derrière moi et à m’agripper même.

- « Bon bah… Reste plus qu’à le maitriser hein… Vas-y gamin ! »
Qu’avais-je dit joyeusement à mon précédent interlocuteur.

Histoire de voir ce qu’il vaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Ven 7 Juil 2017 - 3:06
Le Metaru était d'une bien grande sympathie avec moi malgré le fait que je l'avais malheureusement bousculé. Il répondait à mes questions en prenant son temps bien qu'il devait être occupé. Sans timidité voire plutôt avec un excès de confiance, il me retira mes lunettes et ma capuche de force. Comme quoi, à partir du moment où on était un Génin dans ce village plus personne ne vous respectez. Mais je laissais faire, je n'avais pas vraiment l'envie de faire affront à un chef de clan aussi puissant que lui et quand bien même j'en avais les moyens, il restait tellement gentil que je ne pouvais pas avoir envie de le repousser. Il prit d'ailleurs la décision de m'accompagner jusque chez moi pour éviter Zera. Une bien bonne idée il avait là, quoi de mieux qu'un Jonin pour être mon garde du corps personnel.

- Zera ? Une sale histoire … J'ai voulu l'encourager à être comment dire … un peu plus elle-même. Mais ça a fini en … fuite. Elle voulait clairement se couper en deux à la fin de la soirée … Et comme c'est arrivé hier, j'aimerais éviter de la croiser dans les rues.


Nous continuions à marcher dans les ruelles du village tout en discutant de choses et d'autres. Même avec Shuhei, le visage découvert, je ne me sentais pas en sécurité. Qui me disait qu'elle nous suivait pas discrètement pour trouver ma demeure ou bien sauter sur moi pour m'assassiner tel un vulgaire animal qu'un chasseur avait fait de lui ça proie. Régulièrement, je jetais un coup d’œil derrière mon épaule, au cas ou.

Plus loin sur la route, un amas de gosse en train de crier s'amenait vers nous. Ils couraient comme des tarés pour nous entourer. Je n'étais pas très à l'aise devant ses enfants, je n'en avais jamais côtoyé même quand je l'étais moi-même. Quand un monstre arrivait derrière les gamins. Une sorte de grosse bête immonde bavant de tous les côtés. On pouvait le décrire comme un monstre venue dans enfer. Les enfants se dirigeaient naturellement derrière Shuhei comme s'il avait un charme, un charisme naturel. Il y avait des gens comme ça, il naissait avec un truc et d'autres non. Moi ? J'avais de plus en plus l'impression de faire partie du non. Et par-dessus tout ça, il me lança un « va-y gamin ! » Comme s'il voulait me voir galérer à courir après un chien qui serait capable de manger un cheval. Et bah Shuhei tu allais être impressionné !

Je m'avançais doucement vers la bête doucement. Je prenais en main un des bouts de viande rouge pour le mettre en avant de moi. Plus je m'avançais et plus le chien grognait. La salive dégoulait de ses gencives et son regard m'annonçaient « Je vais te becter ! ». Mais je continuais à m'avancer comme un héros. Arriver un seulement un mètre de lui, le chien bondit sur moi.

- Hahaha comment tu vas beau Jungo !


La bête sautait sur mon bout de viande pour le gober d'un coup sec. Sa queue frémissait comme un excité et les caresses sur le dos le rendaient aussi heureux qu'un enfant à son anniversaire.

- Shuuhei, je te présente Jungo ! C'est le chien de ma voisine, il a dû s’échapper. Il est extrêmement moche mais adorable comme un cœur. Je te propose de le ramener avec moi.


Nous reprenions la route avec cette fois Jungo pour enfin arriver devant la porte de Kalia, la maitresse de formidable chien qui nous accompagnait. Je toquais à la porte quand elle ouvrit la porte pour donner un spectacle magnifique à nos yeux. La splendide jeune femme qu'elle était souriait à la vue de son petit bébé.

- Salut Kalya, on a trouvé Jungo dans la rue et c'est ce formidable homme qui la récupérer. Je te présente Shuuhei Nara.


Je reculais d'un pas pour laisser le héros prendre les devants. En passant juste derrière lui, je lui chuchotais.

- C'est pour vous remercier de m'avoir servie de garde du corps. Votre réputation vous précèdes, vous savez.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Mar 11 Juil 2017 - 16:46
- « Enchanté Kalya ! Je ne suis pas un Nara, mais un plutôt un Metaru. »

J’eus un sourire désolé aux lèvres. Le gamin s’était un peu trop emporté. D’ailleurs, j’avais bien capté les sous-entendus dans sa dernière phrase ce qui m’avait fait plus sourire qu’autre chose, même si nous n’avions pas élevé les cochons ensemble. On pouvait dire ce qu’on voulait sur moi, mais j’étais plutôt un exemple niveau tolérance. Par contre, si la meuf qui se trouvait devant moi était plutôt jolie et mignonne, elle n’était pas du tout mon genre. Déjà parce qu’elle était plate –Je n’aimais que les femmes bien en chairs- et ensuite parce qu’elle avait des gouts plutôt douteux. La gueule de son chien me faisait penser qu’elle devait pas être très nette comme femme. Son chien avait beau être adorable, qu’il manquait cruellement d’hygiène. Too bad. Ces signes étaient donc autant d’éléments qui ne me donnaient même pas l’envie de me lancer à l’eau. De ce fait, je coupai court à la discussion.

- « Faites attention à votre chien, d’accord ? Il coursait de pauvres enfants tout à l’heure. Et bonne journée à vous ! »

Je m’inclinai légèrement avant de me retourner aussitôt vers le chemin qui menait à la rue la plus proche. Mais alors que je comptais me barrer pour de bon, je me retournai vers le gosse qui avait non seulement eu le cran de mentionner ma réputation de coureurs de jupons -comment se faisait-il que même les gosses de son âge savaient ça ?- et la mauvaise idée de se tromper de nom ! Ce n’était pas insultant et l’un de mes meilleurs amis étaient un Nara, mais quand même ! Les Metaru n’étaient quand même pas aussi insignifiants, non ? Je passai alors une main sur sa chevelure avec des envies de vengeance non pas pour lui faire mal ou quoi, mais bien pour l’asticoter. Néanmoins, aucune bonne idée ne me vint à l’esprit et c’est presque avec résignation que je le laissai : « Il me semble que t’es arrivé à bon port. A une prochaine gamin ! » Et c’est sur cette phrase que le quittai tranquillement, sauf que…

- « Et si… ? »

Je me retournai vers le gosse avec un sourire fin, presque moqueur, perfide. Puis je me rapprochai rapidement de lui avant de commencer à ricaner comme un véritable enfoiré. Une idée merveilleuse avait soudain illuminé mon esprit qui pouvait parfois s’avérer un peu tordu dans son genre. En deux temps trois mouvements, je finis par chopper le gosse dans mes bras avant de le foutre sur l’une de mes épaules façon sac à patates. Et d’un seul coup, je disparus de la ruelle, avant de me retrouver comme par magie sur la toiture d’un des bâtiments environnants : « Il me semble que la maison de Zera n’est pas loin ! Et j’me suis dit comme ça qu’une visite de courtoisie ne nous fera pas d’mal, héhéhé ! » Et comme un bon shinobi qui se respecte, je me mis à courir et à sauter de toits en toits en me dirigeant rapidement vers l’appartement de la gamine. L’idée ? Faire flipper un peu le gosse et voir comment il allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 12 Juil 2017 - 3:23

Je me retrouvais sur l'épaule de Shuhei en un temps éclair, j'avais à peine mis les clés dans ma serrure que j'étais perché sur la toiture d'une maison de mon quartier. Le sol courait sous moi, prenant de la distance et se rapprochant la seconde suivante. Le décor ne laissait que la vue se bloque marron avançant avec une grande rapidité.

Dans le vent, je pouvais entendre seulement quelques sonorités de ce qu'il me disait : « maison, Zera, visite, héhéhé ». Qu'était il était en train de faire, déjà qu'il me kidnappait et en plus il me parlait de ma pire ennemie, enfin celle qui voulait me trucider.

Tout s’arrêta devant moi, les tuiles de cette demeure étaient d'un gris qui me rappelait de l'ardoise. On pouvait remarquer les traces d'outils qui avaient permis à l’artisant de découper la pierre aussi nettement que possible. C'était d'ailleurs un excellent travail, les striures des coups sur la roche étaient extrêmement finies et difficile à remarquer. Quant à l'entretien de la toiture, c'était autre chose... Je pouvais remarquer un léger dépôt de mousse ainsi qu'une légère corrosion due à la pluie acide de l'été. Enfin tout ça pour dire que je m'étais retrouvé la tête la première sur la froide pierre.

- Qu'est-ce qui te prend Shuhei ? Gueulais-je comme un idiot sur le sol.
- Et puis où est-ce qu'… on … est … ?


En face de moi se trouvait une fenêtre avec une jeune fille en train de se changer. Elle tenait dans ses mains un débardeur qu'elle s'apprêtait à enfiler. Cette jeune demoiselle appentait une longue chevelure violette ainsi qu'un regard noir même ce changeant devant un miroir.

- Tu te fous de moi . Tu m’emmènes voir Zera en train de se déshabiller .
- C'est du n'importe quoi Shuhei, tu veux m'serait mort . Moi qui t'offre une jeune femme ravissante, qui a bon cœur en hébergeant et en soignant des animaux abandonnés. Moi qui suis voulu te faire plaisir en étant agréable et sympathique... Bon certes je ne me suis pas trompé dans ton nom de famille, ma langue à fourcher, ça arrive non . Faut être malade dans tous les cas pour me déposer lamentablement ici, devant une fille comme elle !


Je me retournais une dernière fois pour vérifier que la jeune fille ne m'avait pas remarqué quand je voyais son froid regard me transpercer l'âme. Dans un des coins du miroir, je pouvais voir un abruti en train de gesticuler un bras pour vérifier si c'était bien lui, si c'était bien moi …

- Je suis mort ….



_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Ven 14 Juil 2017 - 14:22
- « Rhoo, c’est pas si grave que ça ! Tu vas pas en mourir ! Elle est pas conne pour te tuer, héhéhé ! »

J’avais commencé à rigoler, tout en étant en retrait. Je n’avais pas spécialement envie que Zera puisse me repérer moi aussi. Il est vrai qu’elle était assez spéciale comme fille après tout. Je la voyais déjà penser à des plans de vengeances, mais plutôt que de compatir pour le gamin, je rigolais comme un odieux connard. Ce n’était rien de plus qu’une petite blague et j’allais tempérer les ardeurs de la gamine à ce sujet et ce à notre prochaine rencontre. En attendant, je m’amusais de voir à quel point il flippait. Je lui avais fait un sacré coup de pute, mais j’étais persuadé qu’il allait suffisamment me respecter à l’avenir pour ne plus se tromper de nom et ne plus faire allusion à mes différentes conquêtes !

- « A la prochaine gamin et bon courage ! »

Et sur ces mots ? Je disparus. Purement et simplement. Je me retrouvai bien vite à plusieurs mètres de l’endroit où je l’avais déposé avant de sauter de toitures en toitures comme d’habitude. Au bout d’un moment, je baillai même à m’en décrocher la mâchoire. Ce début de journée était p’être rigolo, mais j’avais besoin maintenant de dormir. J’eus une grimace en pensant au pseudo moine qui devait être encore entrain dans ma chambre avant d’avoir un soupir. Si tel était le cas, j’allais devoir lui botter le cul pour qu’elle fasse son boulot de « femme ». Quoique. A bien y repenser, j’avais p’être la chance de l’avoir. Elle était bien plus jolie, bien plus gaulée et bien plus commode que la voisine bizarre du gamin qui pleurnichait plus loin.

Et puis bon, les filles plates hein…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

La peur des psychopates féministes. [FT - Shuuhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: