Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Achetons des kunais [Arie]


Mer 4 Juil 2018 - 22:47
Les tintements métalliques lui indiquèrent qu'elle était dans le bonne direction. On pouvait confondre ce bruit pour des shinobis qui s'entrainaient, certes. Il y avait cependant une légère dissonance dans le bruit d'un marteau qui frappe sur une enclume, car le rapport de force et de poids n'était pas le même.

L'entré, sobre, ne fut pas difficile à trouver. Toph toussota pour se faire entendre avant d'entrer dans l'atelier.

"Yosh, on m'a dit que je pouvais trouver des armes ici."


Elle s'arrêta un instant et, par réflexe, activa son Byakugan. Des armes. Partout autours d'elle, diverses armes en abondance. L'endroit était propre, rangé, entretenu. Aucun doute, il s'agissait d'un entrepôt pour vendre. Et il y avait de quoi équiper un régiment complet. Toph fut un peu surpris qu'autant d'armes étaient disponibles. Elle eut pensé que le conflit avec Kiri aurait vidé les stocks d'armes de partout. Y avait-il une raison pour laquelle il y en avait autant en réserve ici ?

Et puis, il était là. Il forgeait quelque chose. Il leva ses yeux et... Toph ne put se retenir de pousser un petit cris de surprise. Ses yeux étaient pour le moins particulier. Ouais, admirez l'ironie. Une Hyûga qui se laisse intimider par des yeux de quelques d'autres. Ses joues rougirent un peu et elle arriva à ne pas bégayer tandis qu'elle reprit parole.

"T'as de beaux yeux tu sais ? Oh excuse moi, c'est sortit tout seul. Je cherche des kunais principalement, je pars en mission dans pas longtemps. Tu n'en auras pas à vendre ? Oh, et un sabre, ça pourrait être utile aussi, mais je ne cherche pas spécialement un de bonne qualité. Si tu en as un que tu as un peu raté, je veux bien t'en débarrasser."


Son Byakugan se dissipa et elle afficha un sourire. Oui, elle était définitivement venu au bon endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Dim 8 Juil 2018 - 2:10
Ce que je forge n'appartient qu'à ma personne. Il y a peu de choses que je méprise autant que céder le fruit de mes efforts à quelqu'un.

Il faut également dire que ne pas avoir de problème d'argent aide énormément.

Il m'arrive cependant, de manière très irrégulière, de céder et d'accepter des requêtes. Des idées ingénieuses, des matériaux rares...ou simplement quand quelqu'un me doit une faveur et me force la main, un peu comme aujourd'hui.

On m'avait confié une épée familiale aux proportions ridicules et je devrai en faire deux aux tailles plus raisonnables. Apparemment, elles étaient promises à deux héritiers à la relation épineuse. Clairement, n'importe qui aurait pu s'en charger mais l'épée a une certaine valeur sentimentale pour la personne me l'ayant confié et je suis la valeur la plus sûre du coin.
Un homme sait se reconnaitre à sa juste valeur et je ne peux refuser quelqu'un qui souhaite le meilleur et rien de moins. De plus, je n'étais pas exactement perdant dans ce deal. Mes besoins monétaires étant comblés, ma rémunération était cette fois un rouleau assez particulier. Il ne m'était d'aucune utilité, mais je savais apprécié l'intention derrière.

C'est ainsi que j'avais ramassé mon marteau ce matin. Ayant déjà terminé le plus fastidieux, il ne restait plus qu'à marteler l'acier pour le mettre en forme. Mes coups gagnaient en force au fur et à mesure que l'acier perdait en température. Un mouvement devenu automatique pour moi. Cela me permettait de penser à la finition. Je n'étais pas particulièrement attaché à la pièce que je forgeais, mais cela ne changeait en rien le fait qu'elle devait refléter tout mon génie.

Ma mélodie de martellements fut interrompue par une jeune voix. Ce n'était pas une rare occurrence qu'un passant curieux s'arrête pour jeter un coup d'œil à mon atelier. D'habitude, ils se lassent assez vite et rebroussent chemin du coup j'ai appris à les ignorer. Mon visiteur d'aujourd'hui semblait avoir un agenda différent.

La silhouette d'une jeune fille, non, un enfant apparait devant moi et déclare son intention de vouloir acheter de quoi s'armer. A peine ai-je le temps de m'attarder sur l'absurdité de cette situation que je remarque quelque chose d'assez inhabituel. De larges iris blanc et l'absence de pupilles. C'était bien la première fois que je voyais le Byakugan d'aussi près. Le design un peu glauque laissait à désirer, mais la rareté de la chose compensait largement. Je ne m'y étais encore jamais intéressé, mais une paire de Byakugan embellirait vachement ma vitrine. J'en choperai sûrement plus tard si la situation le permet.

Il semblerait que la qualité de mes invités a explosé du jour au lendemain. Des gamins au nez coulant et au bégaiement agaçant, j'en voyais tous les jours. Un Hyûga par contre, c'est une première. Je suis encore très loin de me familiariser avec Iwa, mais il me semble bien que les gens ici voient les Hyûga comme un clan élite. Une de leur jeunes princesses se tenait devant et m'avait abordé avec un compliment. Plutôt effrayant. Si jeune, et pourtant consciente de comment notre monde marchait. Une pièce unique peut rapporter un poisson. Une pièce et un compliment peuvent en rapporter deux.

Essayant de trouver une réponse politiquement correcte à sa demande, je remarque ses joues rougies et réalise qu'en fin de compte, j'avais tout simplement devant moi une gamine baignant encore de l'innocence. J'ai de beaux yeux, c'était un fait. Et son compliment était sûrement sincère.

"Ma jeune demoiselle des Hyuga. J'apprécie le compliment, vraiment. Mais venant d'une personne avec des yeux comme les tiens, j'espère que tu comprendras le fait que j'aie du mal à l'accepter."

Mettant mon marteau de côté, je prend une serviette pour essuyer le peu de transpiration sur mon visage.

"C'est regrettable, mais je n'ai malheureusement rien à te proposer. Tout ce que tu vois ici sera fondu et recycler pour refaire des armes. Mais comme je me sentirai mal de te voir partir les mains vides, je veux bien te refiler quelques-uns de mes kunais personnels."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Mer 11 Juil 2018 - 21:19
Sincère, elle l'était jusqu'au fond de son âme. Les yeux de son interlocteur semblaient presque la happer dans une nébuleuse profondeur, promesses infondées.

Il lui retourna le compliment sur ses propres yeux de Hyûga. Elle eut un sourire un visage, même si on pouvait y deviner une once de tristesse. Ses yeux étaient une prison, en un sens. Un arbre de possibilités, en un autre. Elle subissait le carcan de son clan. Et quelques part elle aimait sa famille. Tous ces sentiments contrastaient les uns envers les autres et résultaient en un vecteur improbable et hasardeux. Elle se contenta donc de répondre sur un ton un peu plus neutre.

Ha, vil flatteur. Mes yeux ne sont pas un don de la nature, ils sont prédestinées. On peut remercier la providence d'un heureux hasard, c'est toutefois plus difficile quand il n'y a que certitudes.


Et puis il avoua ne rien avoir à proposer. Elle redressa un sourcil, interrogateur. Son stock n'a pas l'air vide. Il expliqua en suite qu'il recyclerait tout ce qui se trouvait autours d'elle. Elle fut très confuse quelques secondes, avant de se rendre compte réellement de ce qu'il disait - oui, Toph était encore jeune et certaines choses abstraites sont plus difficiles à comprendre. Elle relâcha son visage et s'empourpa un peu. Enfin, un peu plus. Elle était gênée d'avoir fait une gaffe, certes, mais en plus face à cet intriguant personnage elle se sentait particulièrement sans défense et redoublait de gêne.

Ho, tu n'es donc pas un marchand ? Je ... Oh, je m'excuse, on m'a du coup mal renseigné. J'ignorais que c'était la forge d'un Artiste. Ou d'un chercheur ? Tu forges selon l'inspiration ou dans un but précis ? Ignore mes demandes de kunai, c'était présomptueux de ma part de t'en demander. Je m'excuse encore de t'avoir dérangé.


Elle se courba un peu devant lui, tandis qu'elle s'excusa, avant de se redresser et de se remettre à contempler ses alentours. Vite, se détourner l'attention de ces yeux révolver. Si ce n'était un artisan, c'était quelqu'un de suffisamment confortable pour avoir une telle quantité de matériau à sa disposition. Ses joues redevenaient progressivement dans une couleur normale. Et puis, son naturel curieux et enfantin prit le dessus et elle se rapprocha tout en contemplant l'oeuvre du Maitre.

Tu travailles sur quoi pour le moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Sam 14 Juil 2018 - 21:30
Prédestiné. Un mot que je n'apprécie guère mais avec lequel j'avais fait la paix. Après tout, il avait sa place dans ce monde. Chaque personne nait avec son avenir décidé. Une minorité est prédestinée à de grandes choses et le reste se débat pour au final ne pas accomplir grand chose. L'un ne peut changer ce à quoi il est destiné, mais il peut trouver du plaisir à essayer de s'y opposer. A la fin, ce n'est qu'une question de chance. Pour ma part, je m'en sors pas si mal que ça. Je suis conscient de ce que je peux et ne peux pas faire. Quant à notre princesse Hyûga ici présente, je suis très mal placé pour me prononcer mais il est indiscutable qu'elle commence avec une longueur d'avance sur nous autres.

Tout ceci mis de côté, c'était une première pour moi de remarquer autant de maturité dans un gamin de son âge. Certes, ses réactions et gestes n'avaient pas perdu leur caractère enfantin. Mais ses propos me paraissaient bien réfléchis. Sa réponse quand je lui ai renvoyé la balle sur ses yeux, ou encore quand je lui ai révélé qu'il n'y avait rien pour elle dans cet atelier... Je suis entrain de la juger un peu trop vite mais je ne peux m'empêcher de ressentir un peu de pitié pour cette gamine qui ne fait pas son âge.

"Ma jeune demoiselle des Hyûga. Il n'y a nul besoin de s'excuser. Si j'étais froissé par chaque personne qui venait ici pour les mêmes raisons que les tiennes, j'aurai fini par perdre la raison."

C'était bien mignon de sa part de me croire artiste ou chercheur. Est ce la première chose qui vient à l'esprit quand on voit mon atelier? Je suppose que je ne donne l'image d'une personnes très logique en laissant toutes ces armes prendre la poussières. Expliquer mes raisons est compliqué et, le plus souvent, me faire perdre toute crédibilité. Dans les cas comme celui ci, je préfère emprunté la voie de la facilitée.

"Je fais partie d'une famille de longue lignée de forgerons. Encore très jeune, j'ai été contraint de suivre la tradition. Maintenant que mon père n'est plus de ce monde, il y a plusieurs choses différentes que je peux poursuivre. On m'a peut être forcé la main par le passé, mais c'est ici où je me sens le mieux et où je peux pratiquer ce que j'aime le plus. A ce stage, je suppose que mon but est l'auto-perfectionnement."

Il s'agissait là d'un mensonge, mais il était pertinent. Pour la princesse Hyûga tout du moins. Après tout, il n'y a pas plus de deux minutes qu'elle me parlait de son don prédestiné. Je pense avoir plus ou moins deviné sa situation. J'ai longtemps été dans la même position par le passé.

"C'est assez embarrassant vu que j'ai refusé de te revendre quoi que ce soit mais..."

Ce n'était pas vraiment embarrassant mais un homme se doit de sauver la face.

"Exceptionnellement, je travaille sur la commission d'une de mes connaissances et à qui je devais une faveur. On peut dire que je n'ai pas trop eu le choix. Ceci dit, c'est une personne qui apprécie ma technique assez pour m'offrir un rare rouleau en échange. Je dirai que dans l'ensemble, c'est pas vraiment un deal perdant pour moi."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Dim 15 Juil 2018 - 16:40
Elle accepta sans rechigner la première explication du forgeron. Certes, la méprise était facile. Une adulte aurait eu matière à discuter, à argumenter. Pas Toph. Il continua ensuite et expliqua son background. Origin story time. Tombant carrément dans le panneau, Toph buvait aux paroles du shinobi-aux-yeux-cobalt comme au téton de sa propre mère, et cru à 100% à tout ce qu'il dit. Elle acquiesça fermement avec sa tête. Un ascète, sans nul doute.

L'auto-perfectionnement. Je connais. Il est naturellement d'essayer d'exceller dans les domaines qu'on aime. La recherche d'amélioration est un but noble.


Elle eut presque la larme à l'oeil, car finalement, elle se reconnaissait dans ses paroles. On avait forcé sa main à elle, enfant. Et pourtant, elle aimait ce don. Elle aimait ce doujutsu. Elle aimait le juken. Mais... il y a toujours un mais. Elle s'était rebellée. Elle voulait faire les choses différemment. Sans renier le passé, sans renier les traditions, elle voulait les rendre moderne et y appliquer du pragmatisme. Dans l'état, Toph trouvait son clan comme un clan d'Artistes, sans méthodologie. Le juken était beau, et terriblement peu adapté au combat. Elle changerait ça. Cette histoire, parallèle à celle de son interlocuteur, lui fit presque avoir une petite larme.

En tout cas, elle était conquise.

Il expliqua ensuite ce sur quoi il travaillait. Un travail pour un autre, donc il ne travaillait pas exclusivement pour lui-même. Il avait une certaine clientèle. Quelqu'un à qui il devait une faveur. Je me demande quel genre de faveur quelqu'un de son âge peut avoir. Mais cela ne me regarde pas. Je n'ai pas à mettre mon nez partout, on se connait à peine et j'ai déjà piétiné son domaine privé. N'allons pas trop vite en besogne. Dans son explication, quelque chose intéressa Toph en plus. Il parla d'un rouleau comme récompense. Un rouleau rare.

On pouvait voir les étoiles briller dans les deux byakugan de Toph.

Un rouleau de technique ? Oh, serait-tu en plus un pratiquant des techniques shinobis ? Tu piques ma curiosité. Cumuler le travail d'un shinobi avec l'amour de la forge, de l'enclume, du marteau, voilà une combinaison aussi rare qu'intéressante. Impressionnante, même. Je me suis également lancé dans les arts taijutsu et le doton, personnellement, je sais que c'est un travail à temps plein.


C'était gratuitement, sans envie de réciprocité. Toph se confiait réellement à quelqu'un qui était littéralement un inconnu. Elle n'était pas du genre à se cacher, d'habitude, mais là c'était spontané. Le discours de son interlocuteur avait gratté les quelques cordes sensibles de la petite kunoichi et elle entrait en résonance sans même s'en rendre compte. Peut-être que ses beaux yeux y étaient aussi pour quelque chose.

C'est décidé. Toph Hyûga - c'est moi - sera ton mécène ! Si tu as le moindre souci, un besoin de ressources ou de documentations, fais appelle à moi et je t'aiderais à te perfectionner dans ton art. Tu me plais, et ta passion est virile. Quel est ton nom, Ninja-Forgeur ?


Oui, parce qu'avec tout ça, il ne s'était même pas présenté. Et elle pas non plus, en fait. Comme quoi, parfois, les rencontres dépassaient le code commun et les normes de communications traditionnels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 25 Juil 2018 - 23:22
L'auto-perfectionnement est un but noble? Est ce ma perception de la chose qui est pervertie? Je pensais jouer la carte du vagabond sans but particulier qui vit dans le moment, mais clairement, je me suis planté. Je ne vois pas en quoi chercher à se perfectionner peut être perçu comme noble. Je ne pense pas avoir, de ma vie, essayé de mieux faire quelque chose sans avoir un objectif précis en tête. Il faut bien que la motivation découle de quelque part.

Je pensais avoir affaire à une gamine avec la tête sur les épaules mais peut-être m'étais-je trompé? Seulement une personne de son âge pourrait lâcher ce genre de conneries sans en être embarrassé. Tant mieux je suppose. Il aurait été beaucoup trop triste d'être conscient de toutes les durs vérités de la vie si jeune. Elle a l'air d'avoir ses propres démons, comme n'importe qui. Mais, curieusement, je ne peux m'empêcher de me sentir soulagé à la vue de ce peu de naïveté qu'elle manifeste. Sûrement mon côté protecteur qui refait surface face à une créature qui me rappelle fortement les frères et sœurs dont j'ai dû me séparer.

Clairement, la jeune princesse Hyûga semble apprécié ma compagnie. Rien de nouveau cependant. Il faut dire que j'ai un certain talent pour captiver les gens. Combiné à la mention d'un rouleau rare, et hop, le tour est joué. La jeune princesse ne peut plus retenir sa langue. Il lui en faut vraiment peu pour se lâcher complètement. Shinobi? Taijutsu et doton? Mettons de côté ce mélange désastreux pour le moment. Si je n'interviens pas maintenant pour tenir le rythme, je risque de me retrouver complètement dépassé.

" Arts taijutsu Hyûga et Doton? C'est une combinaison assez inhabituelle. Essaierais-tu peut être de combiner le meilleur de deux mondes différents? Doto et Iwa vont main dans la main après tout."

Je suis plutôt confiant en mon imagination, mais un homme se doit avouer battu quand il le faut. Je ne suis au courant d'aucune sorcellerie tordue qui ferait marcher Taijutsu et Doton. Il doit bien y avoir au moins une centaine de meilleurs alternatives. Il me semble que les Hyûga sont plutôt considérés comme coincés des fesses. Je serais d'avis de dire qu'ils font partie de ceux qui, dans la rare occurrence où ils décident de sortir du cercle, s'abstinent à poursuivre ce qui leur parait le plus exotique.

Je ferai bien de m'en rappeler.

"Je pratique quelques arts shinobis en effet. Ma dernière séance d'entrainement remonte à des années cependant. Je ne pense pas en rajouter une couche en disant que tu es sûrement ma supérieur. Je m'excuse de ne pas être à la hauteur de ta réactoin, ma jeune demoiselle des Hyûga."

Ce n'était techniquement pas un mensonge. Mes talents se limitent à quelques domaines bien précis des art shinobis. J'ai des facilités avec certaines techniques tandis que d'autres me seront toujours inatteignables. Je ne me vois pas perdre contre une gamine, mais en tant que membre des Hyûga, elles m'étaient sans doute supérieur en terme de talent. Il fût un temps où j'aurai été jaloux, mais il s'agit là d'une réalité que j'ai laissé derrière moi. Le peu de talent que je possède est plus que suffisant pour vivre confortablement.

Le fameux moment des présentations arriva. Je suppose que pour un gosse, cela est synonyme de naissance d'une amitié. L'idée parait absurde compte tenu de la différence d'âge mais la vérité est qu'on a jamais assez d'amis. Et encore moins des amis Hyûga. Sympathiser avec la jeune princesse me parait être un excellent investissement pour le futur.

"Mon nom est Hahn Arie Yoorasia. Tu peux m'appeler Hahn. Ca nous évitera des migraines dont on se passerait bien"

L'investissement devient d'autant plus intéressant si je minimise les compromis de mon côté.

"J'apprécie ton offre. En attendant, je pense être dans une meilleure position pour t'assister dans ta poursuite des arts shinobis."

La main dans ma petite sacoche, je sors le rouleau qui a tant fait rêvé la demoiselle.

"Le hasard a voulu que le rouleau dont je t'ai parlé soit une technique Doton. Assez puissante qui plus est. Je t'avoue ne pas vouloir m'en séparer. Je suis quelqu'un qui convoite les choses rares après tout. Ceci dit, je suis également quelqu'un qui n'aime pas le gâchis. Et le fait est que je ne pourrai jamais m'en servir. Je suis prêt à te le céder à un prix plus que raisonnable. Tu peux considérer ceci comme le premier échange de, ce qui je l'espère, sera une longue collaboration entre toi et moi. Bien évidemment, si tu as besoin de temps pour y réfléchir ou mettre de l'argent de côté, je patienterai autant qu'il le faudra."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Ven 27 Juil 2018 - 12:35
Petite remarque de son interlocuteur sur ses talents à elle. Si Toph pouvait lire dans les esprits, elle esquisserait un large sourire, car le mélange est loin d'être désastreux avec de l'imagination. Mais ce n'est point une Marie-Sue. Elle se contenta de répondre à la question d'un ton très neutre.

Oui, inhabituel. Le futon ou le raiton sont nettement plus souvent utilisés en combinaison avec le taijutsu. Mais cela n'est pas incompatible pour autant, et cela correspond à ma nature.


Le futon était l'élément aérien par excellence. Le raiton était très efficace pour détruire. Le premier était polyvalent là où le second était plus spécialisé. Mais le vent ne murmurait pas à l'oreille de Toph, et si elle bourdonnait d'énergie, cette énergie venait de ses deux pieds ancrés solidement dans le sol. Elle était iwajin de bout en bout, et dans ses veines coulait certes du sang, mais teinté en couleur cailloux.

Le jeune ninja-forgeron se défendit d'être un bon combattant. Il minimisa un maximum. Il y avait quelque choses d'assez inhabituel dans ce tableau. Un adulte, bien formés par des années de pratique de forge, qui se faisait tout petit face à une gamine de 13 ans. Toph haussa un sourcil. Elle aimait se battre, certes. Mais elle ne se pensait pas surpuissante à côté de ça, bien au contraire. Elle était parfaitement consciente de ses propres limites. Aussi elle répondit au Forgeron sans vraiment lui donner raison.

Tu ne sais pas ce que je vaux non plus. Je ne suis pas la plus assidue des élèves, et je n'étais pas major de ma promo comme Hayate-San par exemple. Mais mon clan possède une certaine réputation, je suppose.


Même si certains se comportaient plus comme des nobles. Toph n'était pas fondamentalement fière de son clan. Elle l'aimait, oui, mais il n'y avait pas de fierté. Comme elle avait dit à Hahn, il n'y avait pas de compliment à faire quand le résultat n'était pas du à un choix ni à un accomplissement. Les Hyûga étaient naturellement forts. Pour mériter un compliment, il fallait dépasser cette affirmation et cet état de faire et aller là où le commun des Hyûga ne pouvaient qu'aspirer.

Ce n'était pas le cas, et Toph ne se considérait à ce titre pas encore forte.

L'interlocuteur accepta de se présenter. Son nom était compliqué. Toph essaya de le retenir, ne serait-ce que par politesse. Puis il pris lui-même les devants en se désignant avec plus de simplicité.

Enchanté, Hahn, Ninja-forgeur. Si d'aventure tu reprends tes entrainements, saches que je serais avec plaisir un partenaire.


L'offre n'était pas tout à fait innocente, dans le sens où Toph adorait se battre. Et par conséquent, elle adorait aussi les entrainements. Un entrainement était une occasion de plus de foutre des pains. Et puis en plus...

Cela serait une bonne occasion de revoir ces beaux yeux cobalts.

Le forgeron proposa un échange. Son rouleau, une technique doton puissante. Il la proposait pour un prix intéressant. Evidemment, il n'avait pas vraiment donné de prix en disant cela. Une technique de commercial ça, on t'appâte, et puis quand on te sers la note tu fais gloups. Il proposait cela comme le début d'une longue collaboration. Et bien, pourquoi pas sceller cette longue collaboration, en effet. Mais pour cela, il faut que je sache ce qu'il cherche.

Puis-je voir ? Hum, oui. Une technique très puissante et très intéressante. Le doton est très pratique pour ce genre de possibilités alternatifs, ic en contrôlant le champ de bataille. Très différent de mon don de clan. Merci de t'en séparer. Je ne pense pas être en mesure de l'utiliser tout de suite, mais je vais l'étudier et apprendre de ce dernier. Et je te le jure, d'ici peu je manipulerai cette technique comme une maitresse Doton. Je t'achète ce parchemin dès maintenant et, de mon côté, je peux rechercher des parchemins qui pourraient te convenir à toi. Comme collaboration future. Dans quel domaine devrais-je chercher ? Quelle affinité t'intéresse ?


Pas le doton en tout cas, mais cela laissait quatre autres affinités disponibles. Et son entrepôt d'armes laissait présager un intérêt dans les techniques de manipulation d'armes. Donc bukijutsu et peut-être même du taijutsu. Même si, pour être honnête, Toph garderait sans doute pour elle une technique de taijutsu neutre. Après tout, elle avait encore beaucoup à apprendre et sa vie de shinobi ne faisait que commencer. Puis, repensant à cela, elle se retrouva de nouveau avec ces yeux bleus terribles et se permit une indiscrétion.

La question est personnelle, et tu peux ne pas y répondre mais... pourquoi avoir arrêté tes séances d'entrainements ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Dim 29 Juil 2018 - 18:56
"Toph, ma jeune demoiselle. Savoir accepter un compliment est un art. Aussi insensé que cela puisse te paraitre, je ne peux que vivement te recommander d'y détourner un peu de ton attention. Tu ne perdras pas ton temps."

Décidément, j'ai vraiment du mal avec les plus jeunes. En ma défense, ce n'est pas la tranche de population à laquelle j'ai le plus affaire.

"Je sais que cela ne te rassurera pas forcément, mais j'aime penser que j'ai l'œil fin pour ce genre choses. "

J'aurai pu me permettre d'être franc. Notre discussion n'aurait pas été aussi longue si j'avais des doutes quant à son futur. Ce genre de stratégies est cependant inefficace face à la jeune Toph qui semblent encore étrangère à la notion de compensation équitable. Plus tôt, elle m'avait offert son aide uniquement parce que je semblais résonner avec ses principes et idéaux. Je continuerai d'opérer ainsi jusqu'au jour où elle s'éveillera à la réalité de notre monde.

"J'ai des doutes par rapport à la qualité de ma contribution en tant que partenaire d'entrainement, mais si cela ne te gêne pas, ça sera avec grand plaisir."

Je m'attendais à un peu d'hésitation de sa part, mais il semblerait que la jeune princesses Hyûga soit intéressée par mon deal. Il n'en fallait pas beaucoup pour savoir que le rouleau cachait une technique assez utile. Je m'en doutais un peu, mais il était encore un peu trop tôt pour qu'elle puisse l'utiliser. Le fait que cela ne l'ait pas mis en situation de doute est bon signe. Si cette soit disant "collaboration" entre nous venait à se concrétiser, il aurait été handicapant pour moi d'avoir affaire à quelqu'un qui ignore ce qu'il veut, ce qu'il peut ou ne peut pas accomplir.

"Je suis heureux de voir que le rouleau corresponde à ce que tu recherches. Pour le prix, je pense que ceci serait amplement suffisant."

Simultanément, j'avais montré des doigts la somme contre laquelle je voulais lui céder le rouleau.

"J'apprécie l'intention, ma jeune demoiselle. Mais je ne voudrai en aucun cas restreindre notre collaboration ou t'en demander beaucoup trop. Je souhaite que notre collaboration soit naturelle, qu'elle découle de ce que tu verras et apprendra pendant ton parcours de shinobi. Je suis intéressé par maintes choses, mais les rouleaux n'en font pas vraiment parti. J'aime les choses rares, limités en nombre, qu'ils aient de la valeur ou pas. Je suis également intéressé par les armes aux formes, composition, pouvoirs ou utilisations ingénieuses. Bien qu'il soit idéel que tu puisses mettre la main dessus, je suis également preneur d'informations dessus et veillerai. Les reproduire sera mon challenge."

Bien évidemment, je ne m'attends à rien dans l'immédiat. Je ne m'attend pas à grand chose de sa part pour le moment et c'est pour cette raison qu'il s'agit d'un investissement. Il viendra un moment où elle pourra voler de ses propres ailes, et où mon investissement prendra de la valeur.

"La question est personnelle certes, mais je ne pense pas risquer quoi que ce soit en me dévoilant à toi, ma jeune demoiselle. Il est naturel d'être curieux, surtout à ton âge."

J'en fais tout un plat mais la réalité est que je ne m'entraine pas parce que j'en ai pas très envie. Pour le moment en tout cas. Bien que j'aie envie de voir la réaction et la déception de la jeune princesse, je m'abstiendrai de dire les choses comme elles sont.

"J'ai reçu une blessure assez grave au niveau de l'inférieur de ma jambe qui a limité mes entrainements à la méditation. J'ai énormément récupéré depuis. D'ailleurs, douleurs et gêne ont désormais disparu. Après t'avoir parler aujourd'hui, je me sens plus motivé pour réemprunter la voie du shinobi."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Dim 5 Aoû 2018 - 15:12
Le remarque de Hahn sur l'appréciation des compliments laissa Toph perplexe.

Quoi ? Un art ? Tu essaies de faire une blague ? Tu es décidément un homme étrange, Hahn.


Niveau abstraction, Toph ne pouvait pas encore tout comprendre. Mais peut-être que plus tard, elle comprendrait la sagesse de son interlocuteur. Elle laissa tomber l'histoire, estimant à tord que c'était une ineptie d'Hahn. Il précisa pourtant avoir l'oeil fin pour ce genre de chose. Toph plongea son regard dans ses yeux. Oui, l'oeil il l'avait. D'un bleu à la gravité croissante, tel un trou noir. Et bientôt elle ne pourrait plus s'en défaire.

Il y eut une discussion sur les modalités de leur collaboration. Hahn n'avait pas faux, Toph ne savait pas vraiment le prix de l'argent ni comment faire un deal équitable. Ce genre de détail financier ou commercial était pour ses domestiques. Peut-être qu'elle comprendrait ça plus tard.

Très bien, marché conclu.


Elle sortit de sa bourse du papier et de quoi écrire pour lui faire une reconnaissance de dette. Elle ne se baladait pas avec des sommes folles sur elle - par mesure de sécurité et puis c'était pas dans son avantage quand elle se bagarrait. Une bourse, ça se perdait rapidement entre deux volées de coups de poing. Mais le papier ferait le même office. Elle spécifia bien pour quelle raison était l'achat - un parchemin doton de haut niveau - pour faciliter le paiement. Hahn n'aurait alors qu'à donner cette reconnaissance de dette à son domaine pour recevoir son dû.

Elle trépignait d'impatience d'étudier cette technique de haute volée.

Son interlocuteur répondu à sa question et expliqua son parcours. Une blessure. Hum, c'était la première fois que Toph entendait parler d'une blessure qui changeait à ce point la vie de quelqu'un. Elle ne fit pas le lien avec sa propre violence qui engendrait la même chose. Elle souria simplement, contente.

Bien. Cela me ferait plaisir de voir en action ces belles armes. De telles merveilles ne devraient pas prendre la poussière. Ce n'est pas la voie de la facilité. C'est une voie de souffrance. Mais je pense que c'est parfois la voie qui fait vraiment vivre.


Hum, ça c'était une phrase plutôt personnelle. Toph remarqua aussitôt qu'elle s'était laissé un peu trop allé à faire confiance à Hahn. Il n'y avait guère que le Tsuchikage à qui elle en avait dit plus. Aussitôt, elle décida de refermer sa carapace et se tut, n'arborant qu'un sourire mélancolique pour toute réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Lun 6 Aoû 2018 - 0:24
Assez inhabituel comme décor. C'est bien la première fois que quelqu'un me donne une "reconnaissance de dette". Je suppose que ces bourgeois d'Hyûga ont leurs propres manière de faire, différentes de nous autres homme du peuple. J'avoue ne pas pouvoir m'empêcher de douter de la valeur réelle de ce bout de papier, mais je ne vois pas la jeune princesse essayer de m'embrouiller. Elle n'a pas encore été tout à fait corrompue.

"Je confirme que tout est en ordre. Ce parchemin est désormais le tien, ma jeune demoiselle."

Il faudra que je fasse le déplacement pour récupérer la somme qui m'est dû, ce qui assez chiant. J'aurai pu charger un peu plus si j'avais anticipé ce coup. Tant pis, ce serait inélégant de ma part de réclamer plus à ce point.

"Ma jeune demoiselle, le fait qu'elles soient là à prendre de la poussière est une bonne chose. Je ne doute pas qu'il viendra un temps où cette poussière sera rincée par de la sueur et du sang, mais jusque-là, je peux me contenter d'admirer leur finesse et élégance."

Les Hyûgas seraient-ils tous obsédés par le combat? J'ai bien l'impression que c'est tout ce qu'il y a dans la tête de la gamine. Après tous ces efforts de ma part, j'espère qu'elle me sera un minimum rentable avant de clamser. Ce serait dommage pour moi si toute cette charade se révèle être une perte de temps.

"Sur ce, ma jeune demoiselle, je suppose que tu as d'autres choses de prévu. Je ne voudrai en aucun cas te retenir plus qu'il le faut."

Soyons efficaces, et renvoyons la jeune demoiselle chez elle avant que cette conversation ne perde son goût. Je ne voudrai pas qu'elle perde cette impression "d'homme étrange" qu'elle a de moi. Il est important d'entretenir l'image qu'un gamin peut avoir de soi.

"Si l'envie de me revoir se manifeste dans le futur, ma jeune demoiselle, vous savez où me trouver. Je ne suis jamais très loin d'ici."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Achetons des kunais [Arie]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: