Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Découverte au pays du Bois [Sazuka]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Sam 6 Oct 2018 - 16:27



Une longue discussion s’engageait entre les deux « personnes ». Si je me mettais à la place de ce garde-frontière, peut-être aurais-je eu moi aussi des soupçons quant à la présence de ninjas venant d’un pays bien plus puissant que le mien ; néanmoins la méfiance ne justifiait en rien l’hostilité qui régnait ici, même ténue… je pouvais la sentir.

La meilleure façon pour nous donc de gagner la confiance de notre interlocuteur était de dire, simplement, la vérité. Les explications du Meikyu étaient donc un bon début mais clairement pas suffisantes ; alors lorsqu’il eut terminé par cette question qui me surprit ; j’ajoutais quelque chose…

-A vrai dire, en tant que médecin et que scientifique ; votre pays semble représenter pour moi un intérêt majeur sous plusieurs angles. Mais rassurez-vous, nous ne sommes pas ici pour piller vos ressources et votre savoir. Affirmais-je dans un premier temps. Ce que nous souhaitons, c’est simplement explorer votre pays, pour le moment. Y mener quelques… analyses, et d’autres … Et, le cas échéant, entamer des négociations avec vos autorités. Continuais-je d’expliquer. Il ne me semblait avoir oublié aucunes des raisons de notre présence ici. Mais, pour cela, il faudrait que vous nous autorisiez à pénétrer sur vos terres. Ensuite… ce qu’il peut nous arriver… C’est davantage notre problème que le vôtre. Nous savons que vos forêts abritent une faune… dangereuse.

Et possiblement une flore toute aussi problématique. Mais c’était pour nous tout l’intérêt de la chose. Découvrir de nouvelles espèces, en apprendre plus sur ce pays et les informations qu’avait fourni le seigneur du bois à Raizen. D’ailleurs, je ne comprenais pas vraiment pourquoi cette Hayashijin était tant sur la défensive.

Après tout, si leur seigneur –le Charpentier ?- avait communiqué ce genre d’information à Raizen et d’autres… Il devait bien se douter que tôt ou tard les uns ou les autres allaient se présenter à leur porte… Et valait mieux que ce soit nous plutôt que d’autres moins… compréhensifs…

Enfin, nous saurions bien rapidement sur quel pieds nous allions pouvoir danser avec cette personne, et ce pays... C'était peut-être le début d'une relation... florissante ?




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 11 Oct 2018 - 1:29
Votre argumentaire avait semble-t-il provoqué un blanc dans la croisade défensive de la gardienne des bois. Elle vous épiait longuement, et surtout, silencieusement. Un silence qui trahissait un manque de réponses plus qu’autre chose. A terme, elle finit par lâcher un long soupir et s’écraser lourdement contre le sol – vous provoquant peut-être un petit étonnant tant son rôle supposait de la discrétion, ce qu’elle avait réussi à faire jusqu’à maintenant.

« Ah... Seigneur, pourquoi êtes-vous toujours si désinvolte… »

Dans un autre soupir, elle rangeait un Kunai qu’elle avait gardé à portée de main et se détendit. De son côté, le Meikyû pouvait sans nul doute ressentir qu’il n’était victime d’aucun Genjutsu. En outre, il ne semblait apercevoir aucune autre présence dans les environs, si ce n’est évidemment celle de la gardienne.

« J’ignorais qu’il s’était mis en tête d’ouvrir le pays aux étrangers. Je vais être honnête, je ne vous crois pas. Voilà, comme ça nous serons fixés. Mais vous n’avez pas l’air particulièrement agressif et à deux, vous ne représentez pas une menace pour ces terres. Je vous préviens, aucun autre Kumojin qui se rendrait ici n’aura l’autorisation d’accéder au Pays du Bois. Cette décision est irrévocable.

En outre, il est évident que rien ne vous appartient ici. Ce sont nos terres et nous interdisons formellement à Kumo et à votre groupe d'exploiter un terrain ou d'emporter un quelconque matériel pris illégalement sur nos terres. Je n'ai sans doute aucune règle de vie à vous apprendre, mais je vous aurai prévenu.
»

Elle réajustait son petit gilet shinobi et vous laissait librement passer. Elle ne semblait pas vouloir s’attarder plus longtemps avec vous, et décidemment, elle n’allait pas non plus vous aiguiller sur le chemin à prendre. Soit parce que ça n’allait pas être difficile… soit parce qu’elle n’en avait rien à faire. Après tout, c’est vous qui avez présenté votre présence comme une expédition poussée par la curiosité…

L’épaisse brume venait de ce qui devrait être le cœur de la forêt. Autour de vous, à part les quelques iguanes qui travaillaient sans doute pour la surveillante, rien n’était facile à discerner. Il y avait un chemin grossièrement tracé, mais rien n’allait vous faciliter dans votre tâche. Aucune architecture, aucun feu de camp, aucune présence humaine, aucun chantier…

« Vous parliez d’autorité. lança finalement femme, qui n'allait pas vous laisser marcher aveuglément dans le bois. C’est tout droit. Un chemin devrait plus ou moins se dessiner si vous êtes attentifs. Mais je vous préviens, c’est un peu loin. Evitez de trop suivre la brume. Conseil d'ami. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 13 Oct 2018 - 17:39

Fixant Sazuka suite à cette intervention positive, le Meikyû ne put s’empêcher de se courber poliment face à cette confiance. En quelque sorte, elle venait indirectement de brimer l’agrandissement de cette mission à plusieurs, mais c’était un bon compromis qui risquait de leur permettre d’avoir une bonne idée de ce que recelaient ses bois.

D’ailleurs, s’il y avait bien une chose qui avait marqué le Meikyû, c’était bien le fait qu’elle voulait les aider sans toutefois les aider. Si on veut, c’était fort probablement un test qui risquait de lui permettre de les évaluer en tant qu’individus. Or, le plus important était fait, soit d’établir une communication avec la gardienne.

-Merci beaucoup de votre confiance. Par contre, avant que nous partions, pouvez-vous nous dire quel est votre nom ?

Un nom valait mille mots, et le fait de l’avoir leur servirait d’atout s’ils rencontraient d’autres shinobis d’Hayashi. Après tout, il était beaucoup trop facile que des gens non au courant de leur entrée soient sur la défensive. Ainsi, ils devaient profiter de cette opportunité de la manière la plus efficace possible.

Une fois son nom obtenu, Sazuka et Raizen comptaient continuer leur trajet dans la forêt. Suivant les indications, les deux étaient activement à la recherche d’un chemin. Usant aussi de se sens pour voir s’il y avait une brume quelconque, Raizen en avait conclu que celle-ci devait fort probablement être dangereuse puisqu’ils allaient se perdre s’ils faisaient face à celle-ci.

-D’ailleurs, tu as une idée de ce que peut vouloir dire la brume? Je sais que nous devons faire attention. Par contre, si jamais nous sommes séparés par la brume, je devrais pouvoir me concentrer sur ton chakra pour te retrouver. Par contre, je me demande si ça ne nous donne un indice quelconque sur ce qui pourrait se cacher du côté de la brume ou sur le terrain.

Continuant le trajet en prenant soin d’observer les alentours, Raizen était en quête d’un indice précis qui allait leur dire quelle direction prendre. En attendant, ils fonçaient en espérant trouver ce fameux chemin. Pour être plus efficace, il créea trois clones de sa personne afin de multiplier leurs efforts et efficacité. Après tout, si un d'entre eux trouvait quoique ce soit ou même s'ils se trompaient, ce serait de l'information supplémentaire et il savait pertinemment que Sazuka allait comprendre sans même savoir à lui demander de faire pareil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 13 Oct 2018 - 18:51



Notre interlocutrice nous mit en garde contre les dangers qui nous attendaient sans vraiment entrer dans les détails, y joignant quelques « règles » quant à notre présence dans leur pays. Cela tombait plutôt bien car nous ne comptions rien faire de tout ça, ni leur dérober leurs ressources ni rien d’autres ; ou alors pas consciemment. Ainsi, comme Raizen, je la saluais et nous mîmes en route, une nouvelle fois. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire que suivre le chemin, sans en dévier. Même s’il n’était pas clairement tracé, on pouvait le distinguer au milieu des arbres. Un chemin bien différent des grandes routes de Kaminari et de la plupart des autres pays.

-Si nous suivons le « chemin » il n’y a aucune raison que nous soyons séparés. Et je suis d’avis à suivre les indications qu’elle nous a donné. S’il y a de la brume, on n’y va pas… c’est tout. Haussais-je les épaules. J’avais beau être curieuse et vouloir découvrir de nouvelles choses ; je n’allais pas non me mettre en danger pour… « une surprise ». Non, certainement pas ; je préférais continuer jusqu’à voir quelque chose qui semblait digne d’intérêt… Et si cela nous conduisait jusqu’à la capitale d’Hayashi, c’était encore mieux. Puis le Meikyu créa des clones. C’était une bonne idée… D’ailleurs, cela pouvait aussi permettre d’explorer la brume sans trop s’y risquer…

Ainsi je fis la même chose, créant six clones qui se dispersèrent chacun dans une direction différente. Leur expérience, ce qu’ils verraient ou subiraient me serait… utilise, d’une façon ou d’une autre. Nous parcourûmes donc le sentier sous les arbres de cette épaisse forêt, assez tranquillement, il fallait le dire. Je m’arrêtais un instant en recevant les informations d’un de mes clones qui venaient vraisemblablement de faire une mauvaise rencontre. C’était assez éloigné de notre position, suffisamment pour que nous ne soyons pas en danger.

-Ah… Il y a de grosses bêtes dans cette forêt… Dis-je pensive en reprenant la marche. Aucune inquiétude à avoir, ni quoi que ce soit d’autres ; j’avais été juste surprise de la soudaineté de sa disparition. Il n’avait même pas eu le temps de se défendre, le pauvre. En même temps ; il ne faisait que ce que je lui avais ordonné : ne pas riposter. Nous continuâmes encore pendant de nombreuses heures, passant une courte nuit sur le bord du chemin pour passer la nuit. Puis nous reprîmes, encore, inlassablement. Et finalement…

-Un de mes clones à trouver un village… ou une ville… ; à quelques heures en suivant ce sentier, un peu plus au nord. Je ne sais pas si… le Seigneur du Bois y sera… mais c’est déjà un bon début…



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Découverte au pays du Bois [Sazuka]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: