Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Découverte au pays du Bois [Sazuka]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Sam 6 Oct 2018 - 16:27



Une longue discussion s’engageait entre les deux « personnes ». Si je me mettais à la place de ce garde-frontière, peut-être aurais-je eu moi aussi des soupçons quant à la présence de ninjas venant d’un pays bien plus puissant que le mien ; néanmoins la méfiance ne justifiait en rien l’hostilité qui régnait ici, même ténue… je pouvais la sentir.

La meilleure façon pour nous donc de gagner la confiance de notre interlocuteur était de dire, simplement, la vérité. Les explications du Meikyu étaient donc un bon début mais clairement pas suffisantes ; alors lorsqu’il eut terminé par cette question qui me surprit ; j’ajoutais quelque chose…

-A vrai dire, en tant que médecin et que scientifique ; votre pays semble représenter pour moi un intérêt majeur sous plusieurs angles. Mais rassurez-vous, nous ne sommes pas ici pour piller vos ressources et votre savoir. Affirmais-je dans un premier temps. Ce que nous souhaitons, c’est simplement explorer votre pays, pour le moment. Y mener quelques… analyses, et d’autres … Et, le cas échéant, entamer des négociations avec vos autorités. Continuais-je d’expliquer. Il ne me semblait avoir oublié aucunes des raisons de notre présence ici. Mais, pour cela, il faudrait que vous nous autorisiez à pénétrer sur vos terres. Ensuite… ce qu’il peut nous arriver… C’est davantage notre problème que le vôtre. Nous savons que vos forêts abritent une faune… dangereuse.

Et possiblement une flore toute aussi problématique. Mais c’était pour nous tout l’intérêt de la chose. Découvrir de nouvelles espèces, en apprendre plus sur ce pays et les informations qu’avait fourni le seigneur du bois à Raizen. D’ailleurs, je ne comprenais pas vraiment pourquoi cette Hayashijin était tant sur la défensive.

Après tout, si leur seigneur –le Charpentier ?- avait communiqué ce genre d’information à Raizen et d’autres… Il devait bien se douter que tôt ou tard les uns ou les autres allaient se présenter à leur porte… Et valait mieux que ce soit nous plutôt que d’autres moins… compréhensifs…

Enfin, nous saurions bien rapidement sur quel pieds nous allions pouvoir danser avec cette personne, et ce pays... C'était peut-être le début d'une relation... florissante ?




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 11 Oct 2018 - 1:29
Votre argumentaire avait semble-t-il provoqué un blanc dans la croisade défensive de la gardienne des bois. Elle vous épiait longuement, et surtout, silencieusement. Un silence qui trahissait un manque de réponses plus qu’autre chose. A terme, elle finit par lâcher un long soupir et s’écraser lourdement contre le sol – vous provoquant peut-être un petit étonnant tant son rôle supposait de la discrétion, ce qu’elle avait réussi à faire jusqu’à maintenant.

« Ah... Seigneur, pourquoi êtes-vous toujours si désinvolte… »

Dans un autre soupir, elle rangeait un Kunai qu’elle avait gardé à portée de main et se détendit. De son côté, le Meikyû pouvait sans nul doute ressentir qu’il n’était victime d’aucun Genjutsu. En outre, il ne semblait apercevoir aucune autre présence dans les environs, si ce n’est évidemment celle de la gardienne.

« J’ignorais qu’il s’était mis en tête d’ouvrir le pays aux étrangers. Je vais être honnête, je ne vous crois pas. Voilà, comme ça nous serons fixés. Mais vous n’avez pas l’air particulièrement agressif et à deux, vous ne représentez pas une menace pour ces terres. Je vous préviens, aucun autre Kumojin qui se rendrait ici n’aura l’autorisation d’accéder au Pays du Bois. Cette décision est irrévocable.

En outre, il est évident que rien ne vous appartient ici. Ce sont nos terres et nous interdisons formellement à Kumo et à votre groupe d'exploiter un terrain ou d'emporter un quelconque matériel pris illégalement sur nos terres. Je n'ai sans doute aucune règle de vie à vous apprendre, mais je vous aurai prévenu.
»

Elle réajustait son petit gilet shinobi et vous laissait librement passer. Elle ne semblait pas vouloir s’attarder plus longtemps avec vous, et décidemment, elle n’allait pas non plus vous aiguiller sur le chemin à prendre. Soit parce que ça n’allait pas être difficile… soit parce qu’elle n’en avait rien à faire. Après tout, c’est vous qui avez présenté votre présence comme une expédition poussée par la curiosité…

L’épaisse brume venait de ce qui devrait être le cœur de la forêt. Autour de vous, à part les quelques iguanes qui travaillaient sans doute pour la surveillante, rien n’était facile à discerner. Il y avait un chemin grossièrement tracé, mais rien n’allait vous faciliter dans votre tâche. Aucune architecture, aucun feu de camp, aucune présence humaine, aucun chantier…

« Vous parliez d’autorité. lança finalement femme, qui n'allait pas vous laisser marcher aveuglément dans le bois. C’est tout droit. Un chemin devrait plus ou moins se dessiner si vous êtes attentifs. Mais je vous préviens, c’est un peu loin. Evitez de trop suivre la brume. Conseil d'ami. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 13 Oct 2018 - 17:39

Fixant Sazuka suite à cette intervention positive, le Meikyû ne put s’empêcher de se courber poliment face à cette confiance. En quelque sorte, elle venait indirectement de brimer l’agrandissement de cette mission à plusieurs, mais c’était un bon compromis qui risquait de leur permettre d’avoir une bonne idée de ce que recelaient ses bois.

D’ailleurs, s’il y avait bien une chose qui avait marqué le Meikyû, c’était bien le fait qu’elle voulait les aider sans toutefois les aider. Si on veut, c’était fort probablement un test qui risquait de lui permettre de les évaluer en tant qu’individus. Or, le plus important était fait, soit d’établir une communication avec la gardienne.

-Merci beaucoup de votre confiance. Par contre, avant que nous partions, pouvez-vous nous dire quel est votre nom ?

Un nom valait mille mots, et le fait de l’avoir leur servirait d’atout s’ils rencontraient d’autres shinobis d’Hayashi. Après tout, il était beaucoup trop facile que des gens non au courant de leur entrée soient sur la défensive. Ainsi, ils devaient profiter de cette opportunité de la manière la plus efficace possible.

Une fois son nom obtenu, Sazuka et Raizen comptaient continuer leur trajet dans la forêt. Suivant les indications, les deux étaient activement à la recherche d’un chemin. Usant aussi de se sens pour voir s’il y avait une brume quelconque, Raizen en avait conclu que celle-ci devait fort probablement être dangereuse puisqu’ils allaient se perdre s’ils faisaient face à celle-ci.

-D’ailleurs, tu as une idée de ce que peut vouloir dire la brume? Je sais que nous devons faire attention. Par contre, si jamais nous sommes séparés par la brume, je devrais pouvoir me concentrer sur ton chakra pour te retrouver. Par contre, je me demande si ça ne nous donne un indice quelconque sur ce qui pourrait se cacher du côté de la brume ou sur le terrain.

Continuant le trajet en prenant soin d’observer les alentours, Raizen était en quête d’un indice précis qui allait leur dire quelle direction prendre. En attendant, ils fonçaient en espérant trouver ce fameux chemin. Pour être plus efficace, il créea trois clones de sa personne afin de multiplier leurs efforts et efficacité. Après tout, si un d'entre eux trouvait quoique ce soit ou même s'ils se trompaient, ce serait de l'information supplémentaire et il savait pertinemment que Sazuka allait comprendre sans même savoir à lui demander de faire pareil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 13 Oct 2018 - 18:51



Notre interlocutrice nous mit en garde contre les dangers qui nous attendaient sans vraiment entrer dans les détails, y joignant quelques « règles » quant à notre présence dans leur pays. Cela tombait plutôt bien car nous ne comptions rien faire de tout ça, ni leur dérober leurs ressources ni rien d’autres ; ou alors pas consciemment. Ainsi, comme Raizen, je la saluais et nous mîmes en route, une nouvelle fois. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire que suivre le chemin, sans en dévier. Même s’il n’était pas clairement tracé, on pouvait le distinguer au milieu des arbres. Un chemin bien différent des grandes routes de Kaminari et de la plupart des autres pays.

-Si nous suivons le « chemin » il n’y a aucune raison que nous soyons séparés. Et je suis d’avis à suivre les indications qu’elle nous a donné. S’il y a de la brume, on n’y va pas… c’est tout. Haussais-je les épaules. J’avais beau être curieuse et vouloir découvrir de nouvelles choses ; je n’allais pas non me mettre en danger pour… « une surprise ». Non, certainement pas ; je préférais continuer jusqu’à voir quelque chose qui semblait digne d’intérêt… Et si cela nous conduisait jusqu’à la capitale d’Hayashi, c’était encore mieux. Puis le Meikyu créa des clones. C’était une bonne idée… D’ailleurs, cela pouvait aussi permettre d’explorer la brume sans trop s’y risquer…

Ainsi je fis la même chose, créant six clones qui se dispersèrent chacun dans une direction différente. Leur expérience, ce qu’ils verraient ou subiraient me serait… utilise, d’une façon ou d’une autre. Nous parcourûmes donc le sentier sous les arbres de cette épaisse forêt, assez tranquillement, il fallait le dire. Je m’arrêtais un instant en recevant les informations d’un de mes clones qui venaient vraisemblablement de faire une mauvaise rencontre. C’était assez éloigné de notre position, suffisamment pour que nous ne soyons pas en danger.

-Ah… Il y a de grosses bêtes dans cette forêt… Dis-je pensive en reprenant la marche. Aucune inquiétude à avoir, ni quoi que ce soit d’autres ; j’avais été juste surprise de la soudaineté de sa disparition. Il n’avait même pas eu le temps de se défendre, le pauvre. En même temps ; il ne faisait que ce que je lui avais ordonné : ne pas riposter. Nous continuâmes encore pendant de nombreuses heures, passant une courte nuit sur le bord du chemin pour passer la nuit. Puis nous reprîmes, encore, inlassablement. Et finalement…

-Un de mes clones à trouver un village… ou une ville… ; à quelques heures en suivant ce sentier, un peu plus au nord. Je ne sais pas si… le Seigneur du Bois y sera… mais c’est déjà un bon début…



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 30 Oct 2018 - 13:39
« Je vous autorise à entrer, ne pousser pas votre chance trop loin »

Son nom restera inconnu pour vous. De toute manière, il était fort probable qu’en cas de rencontre, le nom d’un garde-frontière ne soit pas de grande utilité. Personne ne donnerait de valeur ou de crédit à cette information. Peut-être même cela aurait joué contre vous, à tenter d’utiliser des informations qui ne sont pas utiles pour des étrangers.

Comme l’avait remarqué Sazuka, la forêt était plus que dangereuse. Au fil du temps, ce n’était pas un, mais bien trois clones qui furent attaqués et qui disparurent en raison de leurs ‘’blessures’’. Du côté de Raizen, il avait sans aucun doute électrocuté une sale bête, mais au prix d’un de ses clones. En revanche, ils découvrirent au moins deux choses : D’abord, au sud, ce qui ressemblait à une carrière, sans doute un endroit où récolter des minerais de toute sorte. Ensuite une silhouette sommairement vêtu – d’après son ombre – en direction de la brume, à l’est. Vous ignoriez ce qui s’y trouvait, mais des gens s’y aventuraient, vous en étiez désormais presque certain.

A votre grand étonnement, la nuit fut calme. Mais… seulement sur votre position. Car vous avez été de nombreuses fois réveillés par de bruyants rugissements, de lourds craquements, de faibles tremblements terrestres et même d’un bruit de cloche. Peut-être provenait-il du village découvert par Sazuka ? Village, qui, d’ailleurs, n’avait pas pu être réellement identifier. Le clone avait été sauvagement chassé de là.

Mais le calme avait ses limites. Votre progression fut bien plus calme qu’elle n’aurait dû l’être, d’après les dires de la gardienne, et il était temps que le sort s’acharne sur vous. Un craquement se fit repérer en haut de votre position, puis soudainement, un deuxième à votre droite. Espacé d’une simple seconde, deux félins – des panthères visiblement – vous bondirent dessus. La première atterrit sur le Héros de Kaze, griffes dehors. La deuxième ouvra la gueule et fusa vers la directrice de l’Académie kumojine. Elles poussèrent toutes deux, lors de l'assaut, un très violent rugissement, capable de faire frissonner le vent lui-même.

Informations complémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 1 Nov 2018 - 4:03


L’idée de faire des clones pour leur permettre d’explorer les environs était une manière efficace et sécuritaire de multiplier leurs efforts sans pour autant dépenser une quantité phénoménale d’énergie. Cette initiative ingénieuse qui aurait très bien pu ne récolter aucun fruit fut plus que fructueuse. En plus d’en apprendre davantage sur le territoire, ils furent en mesure de découvrir quelque chose d’intrigant. Dans la fameuse brume dont la femme avait fait mention, un épisode assez particulier s’était produit. Beaucoup trop rapide et prompt pour comprendre ce qui avait causé un tel phénomène, Raizen eut un léger sursaut avant de fixer Sazuka.

Au même moment, ses yeux pétillaient légèrement tandis qu’il était piqué à vif par tout le mystère qui entourait cet endroit. Aussi diverse que particulier, il leur faudrait fort probablement beaucoup de temps pour le découvrir dans sa totalité. Pourtant, cela ne voulait pas forcément dire que le temps était une option. En effet, alors qu’il s’apprêtait à communiquer avec sa partenaire, un rugissement assez important capta son attention. Déjà en état d’alerte, apercevoir les deux panthères fonçant vers eux ne fut qu’une vulgaire formalité.

Pourtant, Raizen savait pertinemment qu’ils n’avaient pas de temps à perdre. Au contraire, chaque minute voire même chaque seconde à Hayashi était comptée et ils devaient en retirer un maximum d’information. Quelque chose lui disait aussi qu’il y avait cette légère tendance et ce léger point de flexion entre le temps passé et les apprentissages qu’ils pourraient faire sans être trop en danger. Plus le temps avançait et plus les apprentissages qu’ils feraient risquaient d’être intéressant. Pourtant, à un certain moment, le danger risquait d’être trop proéminent. C’était dans ce genre de moments que le risque n’allait peut-être pas valoir la chandelle. Malheureusement, leur connaissance étant imparfaite, ils allaient devoir faire face à des arbitrages plus ou moins aveugles.

-Je pense tout comme moi que tu comprends à quel endroit je veux aller.

Réagissant de manière assez prompte, le Meikyû activa son sceau sans effort avant de canaliser du fuuton dans son poing. Alors que l’animal sautait vers lui, pâtes vers l’avant, le chunin décida d’opter pour une contre-attaque. Dans ce genre de situation, c’était la meilleure option, surtout quand l’adversaire se donnait la peine de se compromettre en annonçant même sa venue.

De ce fait, un important flux de chakra mélangé à du vent percuta l’animal et l’éloigna de manière suffisamment convaincante pour que Raizen s’impose dans la situation. Certes, il était prêt à un niveau d’hostilité beaucoup plus important, mais ce n’était pas son but. Ils ne savaient pas d’où ils sortaient et pourquoi ils les attaquaient. Or, quelque chose lui disait que chaque geste comptait et qu’ils allaient devoir prendre de grandes précautions.

-On nous a déconseillé la brume, reste à voir s’ils seront du même avis

Se déplaçant soudainement dans la brume, il gardait un contact visuel avec les animaux, tentant de voir leur comportement.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 7 Nov 2018 - 13:21



La brume… Je n’y prêtai pas attention, je ne croyais du surnaturel que ce que tu voyais, et pour l’heure la seule chose que j’avais pu en déceler était cette énigmatique silhouette. Plus aucun doute n’était permis sur cette forêt et ce pays, elle recelait effectivement certains secrets que je voulais découvrir. Mais pour cela… il nous fallait une autorisation, il était hors de question de faire ce que nous voulions sans y avoir été invité. Enfin, à priori. Personnellement, j’étais habituée aux bruits de la nuit, de la forêt ; ils ne purent m’empêcher de trouver le sommeil, et dormir.

Le lendemain, forts d’une nuit paisible ; nous nous réveillâmes avec les premières lueurs du soleil qui peinaient à se frayer un chemin dans la toiture naturelle que formait le dense feuillage de ces arbres multi-centenaires. Tout était calme, jusqu’à ce qu’un bruissement, un craquement ; nous alerta. J’avais à Tetsu affronté quelques animaux sauvages, en avais même mangé certains par nécessité, mais jamais je n’avais fait face à ça. Des chats, énormes, venaient de surgir, venus de nulle part et partout à la fois. L’un avait bondi sur Raizen toutes griffes dehors et l’autre semblait m’en vouloir.

Surprise de cette attaque, j’avais tenté d’esquiver la gueule, in extremis, du félin. Dans son élan, la bête qui avait visiblement voulu me chopper à la gorge –comme le faisaient les félins- avait réussi à refermer sa mâchoire sur mon bras gauche. Je pus sentir et entendre mes os brachiaux, radius et ulna, craquer et se briser après une demi seconde de pression. Les crocs dans la chair s’enfonçant peu à peu, la lacérant. Le sang coulait de la gueule dentelée de l’animal qui tirait de plus en plus, et ma main droite, sa paume précisément, s’abattit sur elle à deux reprises, non pas pour la tuer ; mais la faire lâcher prise.

La dose d’énergie vitale que venait de recevoir l’animal devait être suffisante pour l’assommer, et certainement bien plus que quelques secondes. L’animal chuta, relâchant son emprise ; et d’un signe je fis jaillir de mon corps tout entier une aura verdoyante alors que je rejoignis le Meikyu. Le chakra « médical » faisait son œuvre, lentement, atténuant la douleur et ressoudant peu à peu les os fracturés… Cela prendrait encore sûrement quelques minutes avant que mon bras soit de nouveau pleinement opérationnel.

-C’étaient… des panthères. Elles me semblaient… plus grosses que des… « normales »… Dis-je avec une voix un peu déformée par la douleur. Les attaques de ce genre, aussi fulgurante, étaient à peu de chose près l’un de mes points faibles ; mais heureusement ma maîtrise de l’Iroujutsu, si elle ne m’épargnait la douleur, me permettait d’effacer toutes traces des coups que je recevais… Après quelques minutes l’aura s’estompa et mon bras fut comme neuf. Tu es sûr que c’est une bonne idée ? D’aller dans cette brume ? Nous devons rejoindre la demeure du Seigneur…



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 13 Nov 2018 - 10:32
La panthère qui s’était décidée à s’occuper de Raizen se releva presque instantanément. Visiblement, ce n’était pas un unique coup puissant qui allait avoir raison du félin noir. Son dos était vouté, imposant à vos yeux une aura effrayante et sanguinaire. Ses poils hérissés, ses longues griffes et ses imposants crocs n’aidaient en rien cette ‘’illusion’’. Car oui, la panthère vous semblait avoir réellement pris en taille et en volume. La cible de Sazuka, quant à elle, était entièrement calmée. Si la force n’avait fait qu’empirer les choses, l’action de la médecin s’était avéré étrangement utile.

La panthère bondit en votre direction, et sa présence paraissait démultipliée. L’attaque était dangereuse, potentiellement mortelle. Mais à peine à deux mètres de vous, la panthère se figea. Son dos s’abaissa, tout comme sa queue – démontrant logiquement une peur soudaine. Puis… le félin fit un pas en arrière, puis deux… et pris la fuite. La brume avait-elle donc un effet pareil, même sur la faune ?

Non… c’était quelque chose d’autre. Vous le sentiez. Vous sentiez surtout avoir fait une erreur en vous aventurant, même légèrement, dans cette brume. Mais ce sentiment était encore inconnu ; imperceptible ; incompréhensible.

Mais plus pour longtemps.

Le sol gronda, vous faisant perdre totalement l’équilibre. Vous sentiez de petits animaux atterrir sur vos têtes, chutant face à ce terrible et inattendu tremblement, mais prenant aussitôt la fuite, totalement affolés par ce qu’il se passait. Les oiseaux s’envolèrent, la vie prenait littéralement la fuite tout autour de vous. Il vous suffisait de vous tourner pour comprendre ce qu’il s’était passé. Vers ce que vous aviez senti comme l’origine du tremblement – très proche de vous d’ailleurs – se tenait une masse absolument inqualifiable. Quelque chose d’irrationnellement gigantesque par rapport à tout ce que vous aviez pu voir comme animaux naturels. Devant vous, un gorille, un gorille primordial, un titan, ou peu importe. Les mots manquaient pour qualifier la taille de cette chose.

Sa tête se baissa vers vous tandis qu’il reprit une posture fière et confiante. Durant ce mouvement, vous pouviez apercevoir un étrange collier à multiples boules, sans doute inspiré par les hommes et femmes peuplant le Pays du Bois. Mais peu importe. Car son regard vous parlait. Il vous murmurait dans un silence agressif que vous feriez mieux de quitter la brume. Et il serait peut-être sage de le faire, sachant que vous aviez pu apercevoir un village, qui, selon les informations, pourrait être le village principal du Pays. Mais au fond, vous n’en saviez rien. Le choix était totalement vôtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 14 Nov 2018 - 4:06


Observant le comportement de la bête, Raizen réalisa rapidement qu’elle n’avait pas dit son dernier mot. Se préparant cette fois-ci à fermer le bal assez rapidement, le tout n’eut finalement jamais lieu. Quelque chose de plus dangereux s’était présenté, faisant ainsi entrer les lois de la jungle. Regardant promptement autour de lui, en voyant la bête fuir, il se retourna, pour faire face à quelque chose auquel il était loin de s’attendre.

Dès lors, de violents frissons traversèrent la totalité de son organisme. Cette sensation, il l’avait déjà vécu et il l’avait déjà ressenti lors d’un moment de vie ou de mort à Kaze no Kuni. Le moment auquel il faisait référence n’était nulle autre que le moment où il avait rencontré le Dieu du désert, bête sacrée qui était plus qu’imposante. Bien qu’il n’arrivait pas à jauger la taille, l’impression et l’aura qui était dégagé semblait similaire. Or, il y avait une grande différence qui était tout simplement le comportement de la bête. Contrairement au Dieu du désert qui détruisait tout simplement tout sur son passage, celle-ci se tenait fièrement, montrant d’un air menaçant qu’ils n’avaient aucunement affaire à trainer sur son territoire. Marquant ainsi sa place et son positionnement sans pour autant être hostile, le message était plus que clair.

-Intéressant.

S’arrêtant en témoignant totalement une absence de crainte, le Meikyû était plus fasciné qu’inquiet ce qui était typique de sa personnalité. Son premier réflexe fut même de provoquer la bête pour tenter de la comprendre. Or, son intuition le rappela aussitôt à l’ordre. Ce n’était ni intelligent, ni la priorité actuelle. Cependant, l’idée que cette bête soit possiblement un protecteur d’Hayashi ou un problème lui traversa l’esprit.

-Vous me faites étrangement penser au Dieu du Désert, mais je n’ose espérer que vous me compreniez. Dans tous les cas, sachez que notre but n’est pas d’envahir votre territoire même si je ne suis pas certain que vous compreniez le moindrement mes paroles.

Lors de sa rencontre avec le Dieu du désert, il n’avait aucunement pris le temps de tester la présence d’esprit de l’entité vu son comportement agressif. De plus, il savait que les démons tout comme des bêtes aux empreintes chakratiques pouvaient très bien avoir la capacité de parler, d’où son test.

-Même si j’aurais aimé en savoir davantage sur votre personne, je pense que nous éloigner sera un choix plus judicieux pour le moment.

Se courbant poliment en portant attention au comportement de l’animal, il lança un regard complice à Sazuka pour lui faire signe qu’ils devaient s’éclipser vers le village. Sachant que la brume représentait le meilleur moyen de trouver cet énergumène, il n’avait aucun mal à quitter les lieux sans regret. Au contraire, il préférait laisser cette histoire pour un autre moment. Malgré tout, il concentra son énergie sensorielle afin de détecter la présence de chakra chez cette bête pour pouvoir identifier son empreinte chakratique si elle était existante. En cas d’absence, il saurait que ce n’était qu’un singe plus gros que nature. Puis qui sait, peut-être n’était-il pas seul ? Or, ce collier le laissait perplexe sachant qu’il avait possiblement une signification. Après tout, il était forcément curieux de voir un animal reproduire un comportement plutôt humain...

-S’éloignant à reculons, il gardait un contact visuel avec celle-ci afin de s’assurer d’aller en direction du village de manière sécuritaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 16 Nov 2018 - 1:29



Les bêtes qui je pensais nous avaient lâché, semblaient toujours nous poursuivre, et même en dans cette brume. En fait, ce n'était pas deux, mais une seule. L'autre avait dû avoir son compte après ce double contact en pleine tête. Elle en était quitte pour quelques heures de sommeil; rien de très méchant. Mais soudainement, la panthère pugnace fit demi-tour sans que nous ne sachions pourquoi. J'avais été habituée, à Tetsu, à vivre avec des animaux sauvages; à en croiser certains. Les seules fois où un prédateurs s'étaient enfuis, ce n'était que parce qu'un plus gros, et plus menaçant était apparu... Et jamais parce que je leur avais peur...

Je m'attendais donc à voir un ours ou une autre bête plus dangereuse; mais lorsque je vis s'envoler des nuées d'oiseaux... là... J'eus comme un doute. Le doute quant au choix du Meikyu de fuir dans la brume. Les mots de la garde-frontière étaient encore frais dans mon crâne... Son avertissement sonnait davantage comme un conseil qu'autre chose; et je le comprenais encore mieux, maintenant que nous faisions face à une créature titanesque.

Je jetai un regard au Meikyu, mêlé d'exaspération et de "mécontentement" voulant dire "je l'avais bien dit". Mais alors que nous aurions dû faire demi tour et laisser cette chose où elle était, aussi intéressante pouvait elle être scientifiquement parlant; non, nous restâmes là devant cette entité menaçante. Et mieux encore, le Héros de Kaze s'adressa à elle. Je comprenais qu'on puisse vouloir comprendre les choses que l'on voyait, et encore plus celles qui s'avéraient extraordinaires, mais de là à risquer sa vie ? Si on nous avait mis en garde contre cette brume, c'était sûrement pour "ça", pour ce genre de... gorille.

Gorille qui n'avait d'ailleurs rien à voir avec ce que j'avais pu lire à leur sujet. Oui, dans les livres, ils n'étaient pas décris comme étant aussi grands, et portant des colliers ou quelconque autres bijoux.

-Je peux soigner beaucoup de blessures Raizen, mais s'il t'écrase... Dis-je en faisant quelques pas en arrière. Je préférais encore retourner voir les panthères plutôt que d'attendre de savoir si cette "chose" était sympathique ou pas... Et on n'est pas venu ici pour "ça".. On verra... plus tard. Avais-je dit en gardant les yeux rivés sur la bête sortie d'un autre monde. Je devais admettre que "c'était" captivant.

Alors, si la bête déniait nous laisser partir sans heurt; alors nous rejoindrions le village aperçu plus tôt par un clone...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Découverte au pays du Bois [Sazuka]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: