Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Dessine moi un Hyûga[Pv Takumi-sempai]


Dim 8 Juil 2018 - 3:25
C’était un de ses jours tranquille au domaine Hyûga et le silence était de rigueur dans tout le domaine. En effet après tout ce que j'ai vécu jusqu’à aujourd'hui ma première équipe, mes premières folies, mon premier rival...Revenir a la monotonie de la vie Hyûga semblait perturbante presque hors du temps.
Mon pere me demandais souvent ce que j'avais fait en dehors du domaine et je lui en avais raconté la moitié. Il ne m'avais jamais puni et m'incitais a continuer de m'amuser pendant que je le pouvais encore tout ce que je ne lui avais pas dit c'etait la petite fête sur la tour du kage. Il me mettrait une raclée façon Hyuga.Et puis j'ai l'impression qu'il s'en doute un peu quelque part je sais très bien qu'il est tout sauf bête et qu'il me surveille ou que j'aille. Bref aujourd’hui était un jour spécial parce que j'avais la confirmation que Takumi-sempai était au manoir!
Il fallait que je le rencontre pour lui montrer mes progrès et lui parler, le remercier simplement de son intervention il y a deux ans. sans quoi... Une image de sang et d'une main qui se rapprochait de mon oeil droit...

J'eus un haut le cœur et je me précipitais vers la salle de bain . J'avais depuis ce jour là une peur irrépressible qu'on m’arrache les yeux. Que je sois sans défense, que je sois a la merci d'un homme qui considérait la vie moins importante que l'argent.
Je l'avais cachée a tout le monde mais quand je pensais a ça j'avais des hauts le cœur terrible. Je n'avais jamais vraiment guéri cette blessure mais je faisais en sorte de la cacher le mieux possible pour paraitre digne du clan. "Le clan Hyûga ne devait pas en pâtir" pensais je"Ils on mieux a faire que mes petits problèmes."

Il était tard et demain je m'était dit que j'irais prendre mon courage a deux mains pour essayer de le remercier de ce qu'il a fait pour moi. Mais jusqu’à demain impossible de dormir. C'est pour ça que je déambulais dans les couloirs a cette heure si tardive ma bougie a la main afin de m’éclairer comme je pouvais.J'arrivais a une porte et en l'ouvrant je me trouvais dans une cour intérieure que je n'avais jamais visitée. La nuit était calme avec une légère brise de vent qui venait apaiser les murs et la terre de la morsure chaude causée par le soleil pendant la journée.Je fis quelques pas en posant ma bougie sur une des marches et je m'aventurais dans la cour histoire de l'explorer un peu avant de retourner dormir. C’était une grand cour traditionnelle des Hyûga ou un petit cours d'eau passait et faisais tourner et poussait des petits bambous qui provoquaient un petit bruit quand ils touchaient la roche.Je ne comprenais pas vraiment a quoi ça servait mais je trouvait ça plutôt joli. Mais mon regard fut attiré par une lueur derrière les murs du manoir juste devant. Une lueur de bougie! Quelqu'un venait a cette heure ?
Je m'approchais un peu pour voir si je n'avais pas rêvé mais nan il y avais bien une lueur de bougie qui s'approchait de la cour. Il était trop tard pour que je m’éclipse directement je m'assis donc sur une des marches pour rester contempler la lune. Peut être que la personne ne fait que passer et que je pourrais m’éclipser si je ne faisait pas trop de bruit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Juil 2018 - 3:52

Rien de spécial à dire aujourd’hui, le Hyûga n’a pas eu une journée éprouvante. Pour tout dire, il n’a d’ailleurs pas fait grand chose. Flemmarder dans son lit la première moitié de la journée, il s’est contenté de tester quelques recettes de cuisine puis de lire et dormir à nouveau. Peu à faire, voire rien du tout. Dans son salon, Takumi se prélasse, se montre peu enclin à l’effort. Cependant, il trouve la force de se lever. C’est qu’il serait peut-être temps de mettre le nez dehors, non ? Seulement voilà, il fait déjà nuit. Ce devrait être un problème mais pas pour lui. L’activité diurne a tendance à lui casser la tête ces derniers temps. Tout le monde ne fait que parler de la prochaine édition de l’Iwa Shukusai et lui ne semble point vouloir discuter de la fête pendant cent sept ans, surtout avant qu’elle ne puisse avoir lui. Du coup, il s’isole un peu ; comme il le peut, il attend le début des festivités. Sur son passage, il remarque qu’un jeune garçon est posé sur ses propres escaliers à regarder le ciel. Doit-il faire dans le social à présent ? Bref. Le chûnin descend les marches - en passant à côté de l’enfant - puis une fois le pied posé sur la terre ferme, il sort un kiseru de son kimono et l’allume afin de profiter de ses agrumes.

...

L’air à présent détendu, il observe les environs. Personne. Rien d’étonnant à cela, il vit seul après tout. Il faut dire que sa propriété ferait bien des envieux, même au sein de son clan. Il ne l’a pas acheté ni même construite, c’est sûr, mais il en est satisfait sans pourtant en être fier. C’est tout simplement quelque chose de normal pour lui que d’avoir une telle demeure. Takumi détourne son regard des arbres dont les feuilles ont commencé à tomber - la période estivale étant la cause principale de ce changement important dans le décor de la Roch - afin de regarder le jeune Hayate qu’il n’a pas tout de suite reconnu. Des Hyûga, il en croise tous les jours. Depuis qu’il a été envoyé aux quatre coins du pays par le conseil des pupilles pâles, il a aussi dû en sauver quelques uns. En gros, la petite tête du genin ne se démarque pas forcément du reste de son clan. Est-ce un mal ou un bien ? “Tout dépendra de ses objectifs et de ce qu’il désire pour lui même” présume le sombre de cheveux.

Que me vaut le plaisir de ta visite, Hayate ?

Un petit sourire au coin des lèvres, il se met à marcher en direction de la sortie de sa propriété puis fait signe à son jeune cousin de le suivre. L’ancien fukutaicho a envie de bouger, de sortir. Avec un peu de chance, la nuit pourrait se montrer complètement folle pour celui qui l’accompagne. Tout dépendra de l’humeur du Hyûga et de la direction qu’il prendra une fois le domaine de son clan passé.

Quelque chose ne va pas ?

En cas de pépin, tout son clan sait qu’il est évidemment une personne à qui l’on peut se confier et demander de l’aide. Surtout au vu de tout ce qu’il s’est passé dernièrement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 2:50
-Que me vaut le plaisir de ta visite, Hayate ?

Je tournais la tête, et je le vis :Takumi . Je ne voulais absolument pas déranger quelqu'un de son rang a une heure pareille mais il avais plutôt l'air d’être éveillé et bien éveillé. J'avais de la veine alors j'ai presque cru que je l'avais réveillé en marchant dans les graviers de la cour.

-Ah c'est toi ! Je ne voulais pas vous réveiller. Je voulais vous parler...Mais je pensais que ça se ferais dans d'autres circonstances, avouais je un peu gêné de le déranger a une heure si tardive.

Il continua a marche vers la sortie et m’incita a le suivre, au début je ne compris pas la démarche mais je décidais de le suivre malgré mes craintes de le déranger . C’était une personne importante a la police de Iwa et au Clan Hyûga et je me sentais tout de même coupable de l'importuner. Cet endroit du domaine je n'y était jamais allé et je me rendis compte que nous étions au pied de son manoir...Quel idiot je faisais. Je ne connaissais pas ma propre maison.

-Quelque chose ne va pas ?

Sa question me fit comme si on m'avais poignardé dans le dos. Si quelque chose n'allais pas ? Bien sur que rien n'allais.Chaque jour était une épreuve ou tout le monde remettait en cause ce que je croyais .Chaque jour mes sentiments non partagé me faisait hurler de douleur a l’intérieur de moi. Chaque jour on me remettait a ma place car je n’étais pas un shinobi mais un enfant soldat.Chaque jour j’espérais que chaque soir je ne ferais pas le même cauchemar que je n'aurais plus peur de perdre mes yeux. Que je n'aurais pas peur de perdre les gens que j'aime si la guerre avec Kiri se profile a l’horizon. Que je ne savais pas ce que je voulais faire plus tard si je pouvais sortir du village. Explorer ? Devenir ami avec des gens ? Ou mourir suriné dans les tranchées...

-Ça va je n'arrive juste pas a dormir, dis je avec un air détaché que j'arborais très rarement.

Je ne pouvais pas juste lui dire tout ce qui n'allais pas.J’étais un digne héritier des Hyûgas, sans peur, sans craintes. Avouer ça c'etait comme ci j'avais raté ma formation. Je devais me tenir droit, être fier, être fort , être impassible. Ma vie était deja toute tracée : Je devrais succéder à mon père et essayer de devenir chef de clan aussi. Me marier avec une fille que je ne connaitrais pas qui sera de la soke. Je devais être... irréprochable. Je n'avais pas le droit d’échouer. Pas le droit...
Quelque chose coula sur ma joue, je touchais pour voir au final que je pleurais ...Je n'arrivais pas a contenir toutes les émotions qui m'assaillaient de toutes part.
Je risquais un regard a Takumi, comment faisait-il lui pour endurer tout ca ?

-Takumi ? Es que je merite ma vie ? Es que je suis a la hauteur ? Es que ça valait le coup de me sauver la vie il y a deux ans ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Juil 2018 - 3:24

Il n’arrive pas à dormir qu’il me dit. Soit. Un Hyûga ment très bien sauf face à un autre Hyûga, c’est connu chez nous. Peu importe, nous prenons la route et après quelques instants, le voilà qui semble plus fébrile, en proie à quelque chose que j’ignore. Mon regard - initialement posé sur la route pour Iwajuku - vient s’attarder sur le visage de mon jeune cousin. Une larme perle, puis une autre, et encore une autre. Mes sourcils se froncent légèrement et je l’observe avant qu’il ne se mette à parler. Le coup classique du jeune héritier de la branche principale qui remet tout en question. Le doute l’assaille et je comprend parfaitement ce qu’il ressent. Simplement, j’avais arrêté de me poser ce genre de question après l’activation de mes byakugans vers mes six ans. Les choses se sont tellement enchaînées pour moi que je n’ai même pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Forcément, quand tu es torturé par ton père des années durant et que ta mère disparaît sans que le minimum en matière de funérailles soit effectué, tu relativises plutôt violemment et obtiens une vision plus terre à terre de ce monde. Pour certains, tu devines un connard, un psychorigide, un infréquentable. Pour d’autres, un modèle, une force, un pilier. Dans un cas comme dans l’autre, cela ne peut que prouver qu’on ne peut pas être aimé de tous. Ma main se dépose sur sa petite touffe sombre et lui sort un sourire compréhensif et doux.

Oui, cela valait le coup.

Un mouvement de doigt plus tard et le vent vient m’aider. Ce pauvre garçon a besoin de réconfort, d’entendre certaines paroles. Est-ce que je vais lui sortir ce qu’on dirait à quelqu’un de son âge, juste pour qu’il se taise et arrête de pleurer ? Non. Cela ne ferait que retarder le soucis et sur un malentendu (ou pas), cela se retournera contre lui un jour - ou moi, ce qui serait encore pire en fait. Le petit est soulevé par mon chakra Fuuton puis il se retrouve sur mes épaules. À l’image d’un cousin ou d’un grand-frère bienveillant, je continue à avancer tout en faisant attention à ce qu’il ne tombe pas.

Dis moi, est-ce que tu connais l’échec Hayate ?

Probablement pas. Quelqu’un à qui on a arraché toute dignité, tout honneur ou tout répondant, ce quelqu’un connait l’échec le plus complet. Celui qui joue sur tous les tableaux, celui qui définit si la vie de l’individu ne représente qu’une lame de rasoir sur laquelle il déambule maladroitement - craignant sans cesse pour sa vie - ou si elle est plus un pont sur lequel il peut même en accueillir d’autres. En bref, être un poids ou être un fort. Une vision si manichéenne que c’en deviendrait cruel par moments.

Essuies moi donc ces larmes et dis moi quels sont tes problèmes. Que crains-tu réellement ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 4:28
-Oui, cela valait le coup.

J'étais entrain d'essuyer comme je pouvais mes larmes pour arrêter d’embarrasser mon ainé quand soudain ses mots me firent l'effet d'une bombe.Je le regardais l'espace d'un instant un peu ahuri par la réponse avant que Takumi me sourie et me passe une main dans les cheveux.
Je crois bien que c'etait la première fois que je le voyais sourire de ma vie toute entière puis me faisant souler par du futon je me plaçais sur les épaules de Takumi. J’étais a la fois heureux et tellement embarrassé que je devenais rouge pivoine, j’étais très content qu'il me fasse des gestes aussi réconfortants. Mon père me faisait ça autrefois mais il était de plus en plus absent et ma mère se devait de le suivre me laissant seul avec les serviteurs.Takumi était vraiment plus grand que moi ce qui me donnait une nouvelle vison du monde que pour l'instant je n'avais pas envisagée . Comment Takumi percevait le monde lui?
Spoiler:
 
-Dis moi, est-ce que tu connais l’échec Hayate ?

Mon cœur se serrait. Oh oui je connaissait l’échec malheureusement

-Oui, je connais l’échec, je réprimais un sanglot,sur tout les plans.

Essuies moi donc ces larmes et dis moi quels sont tes problèmes. Que crains-tu réellement ?


-Tout, avouais je , j'ai peur de l'avenir et de ne pas arriver a mes objectifs que tout le monde ne cessent de piétiner.J'ai peur de ne pas être assez fort pour protéger tout le monde. J'ai peur de la guerre et que je sois impuissant au moment ou j'aurais pu faire la différence. J'ai peur que mes parents ai choisi quelqu'un que je n'aimerais jamais pour femme. J'ai peur de ne pas être digne du clan et de l’héritage que tu va un jour me céder. J'ai peur de mourir sur le champ de bataille toujours jeune et que personne ne souvienne de moi. J'ai peur de...

Je me stoppais un moment car j'eus un haut le cœur mais je parvint a le dire:

-J'ai peur qu'on m'arrache les yeux et que je sois pris pour un vulgaire morceau de viande. J'ai eu peur de mon impuissance ce jour là et j'en fait des cauchemars.Presque toutes les nuits.

Mon regard se fit plus triste encore:
Spoiler:
 

-J'ai peur de perdre des amis, de perdre des gens auquel je tiens. Tout ce qu'on me répète a tout bout de champ c'est d’être un homme ! Et quand je parle on me remet a ma place parce que je suis un gamin! Quelle ironie n'est ce pas ?


Je pleurais a chaude larmes vidant mon sac comme je pouvais. Sac bien trop rempli de problème d'adultes alors qu'il est encore bien trop petit.
Spoiler:
 
-Un jour je serais Kage et je me ferais entendre! Je cesserais ces conflits inutiles! Je ferais un monde beau ou les enfants n'auraient pas a ce battre ! Je changerais le monde en quelque chose de plus beau! Je ferais de l'ennemi d'hier un ami et je ne laisserais personne me dicter mes actes. Car je tiens toujours mes promesses c'est ça mon Nindo!

J'avais commencé a parler de plus en plus fort en laissant ma rage et ma détermination s'exprimer tout en sanglotant tellement le flot des émotions n’était plus contenue que par ma simple capacité a m'exprimer.Néanmoins je fixais la chevelure de celui qui me portait avant de lui demander:

-Comment tu fais toi Takumi? Pour rester digne ? Pour ne pas laisser les gens te marcher sur les pieds ?

J'avais demandé ça en essuyant mes larmes dans manche essayant de regagner le peu de fierté qu'il me restait en me calmant le plus vite possible comme si j'avais commis une faute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 11 Juil 2018 - 5:52

Un silence. Rien ne sort de mes lèvres. J’écoute. Attentif, mon avis tranche. Si je dois m’exprimer de manière complètement objective, je dirais qu’il en fait vraiment trop. Mais vraiment trop. Mais je peux comprendre - encore une fois -, rien n’est simple, surtout pas pour quelqu’un venant d’une noble lignée. Personnellement, ce que j’en pense ? J’entend ce qu’il me dit. Je vois que le doute le submerge, il a besoin d’une lumière, d’être guidé. Il ne risque pas d’y arriver seul vu l’état dans lequel il se trouve, le manque flagrant d’aide dont il souffre mais aussi son jeun âge. Pour beaucoup, je peux paraître froid ou inaccessible. Pas de ça ici, c’est un enfant. L’innocence même en somme. Après tout son discours, je m’arrête de marcher puis le soulève pour venir le serrer dans mes bras. Le portant comme la personne qu’il se doit de l’être - mon cousin -, je dépose sa tête sur mon épaule alors que j’esquisse un sourire tout en passant une main dans ses cheveux. Brave garçon, j’espère que tu ne mourras pas jeune.

Protéger tout le monde, la guerre, la champ de bataille... Je m’en charge, ne t’inquiètes pas de cela. Ne te casses pas la tête avec tout ça. Grandis, sois un enfant épanoui. J’irais parler à tes parents, il ne te sera rien imposé, tu as ma parole. Le sang Hyûga coule dans tes veines, tu en es naturellement digne.

L’héritage que j’ai à lui céder ? Que dire… Je n’ai pas grand chose à donner à la prochaine génération, cette phrase vient me frapper l’esprit. Involontairement - c’est sûr -, il vient de toucher une corde sensible. Jusque là, mes seuls exploits concernent les conneries que j’ai pu faire. Tuer d’autres shinobis ? Ce n’est pas remarquable, c’est quelque chose de normal. Etudier un artefact et bientôt partir à la recherche d’un autre ? Trop maigre même si c’est exceptionnel. Mon plus gros combat au pays de la pluie m’a coûté un bras - qui a été régénéré depuis peu par Etsuko épaulée par Chiryou - et c’est bien par orgueil que je n’avais pas voulu en montrer plus sur mes capacités, et ce, quitte à en mourir. Je ne suis un exemple pour personne, c’est une certitude. Mais lui, lui là… Avec toute son ignorance, il me prend pour quelqu’un à suivre. Je resserre un peu plus l’étreinte - sans excès - alors qu’il continue de pleurer. Sale gosse vas.

Tes yeux ? Personne n’y touchera. Et si je ne parviens pas à tenir mes dires, je m’arracherais les miens moi-même et ordonnerais aux iryonins de ce village de te les léguer. Plus aucun membre du clan ne souffrira d’un pareil martyre, tu as ma parole Hayate. Et écoutes bien cela, je roulerais sur quiconque s’en prendra une nouvelle fois à notre famille. La noblesse dont nous faisons preuve n’exclue en rien la brutalité de notre espèce. Si pour nous accorder la paix, je dois détruire tous les autres, je le ferais. J’en suis capable. C’est une promesse que je te fais là.

Un léger silence suit tandis que je me remet à marcher en souriant un peu plus. Il a envie de changer les choses. C’est bien. Le monde a besoin de pareilles personnes. Seulement, les réclame t-il ? Non. Non, car il n’est qu’un gamin capricieux. Un gamin qui n’attend qu’un maître pour le gouverner et l’éduquer, lui montrer ses zones d’ombres mais aussi reconnaître ses bienfaits. Aucun parallélisme à effectuer avec Hayate, lui demande de l’aide et crie son désespoir. Notre société, elle, se complaît dans sa pourriture.

Devenir Kage, rien que ça ? C’est que tu vois grand, cher cousin ! et si je te disais que moi-même je convoite cette place ?

Un brave. D’ici là à ce qu’il ait l’âge d’être nommé Ombre de la Roche, j’aurais probablement rendu l’âme. Rien d’étonnant à cela, c’est ainsi que vivent les shinobis. L’obscurité est notre demeure, la lumière est notre salvation. Cette même lumière qui viendra nous chercher et nous emmener loin des affabulations de ce monde, des difficultés de la vie… Mais d’ici là, nous nous devons d’être forts. Forts pour nous-même mais aussi et surtout pour les générations à venir. Je ris doucement tout en marchant alors que j’écoute ses dernières questions.

Comment je fais ? - je regarde les alentours et m’assure de prendre le bon chemin, ayant décidé de laisser tomber Iwajuku, c’est la route vers des commerces nocturnes que je prend - Je souris et je fais des bêtises. Je fais semblant, je laisse certains me détester, d’autres m’aimer. Si les autres s’attaquent à cette personne que je ne suis pas, je peux sans aucun problème rester le même homme et être fort.

Mais aussi, l’amour que l’on peut porter à cet inconnu imaginaire ne me revient pas. C’est bon, je l’ai accepté il y a pas mal de temps. Je ne vis pas pour plaire aux autres, simplement pour accomplir mon devoir. Quoi de plus indigne que de vivre à travers le regard des autres ? Je ne peux pas lui en vouloir de penser ainsi, c’est le propre des clans fondateurs d’Iwagakure no Sato.

Pour rester digne et empêcher les autres de te marcher sur les pieds Hayate… - je viens un peu gratter ses cheveux, comme une taquinerie évidente - il faut savoir rugir.

Mais pour rugir, il doit d’abord vieillir. Je n’ai aucun doute sur le fait que ce lionceau deviendra lion. Lion fort physiquement et à la voix puissante, capable de faire trembler les montagnes - grands personnages - de ce monde. De grands doutes, de grandes ambitions, un piètre modèle à suivre. Je présume que je fais tâche dans le tableau. Pour peu que je vienne gommer quelques défauts - que je suis déjà en train de travailler, le temps doit aussi mettre la main à la patte il faut dire -, nul doute qu’il parviendra à atteindre ses objectifs. Nous évoluerons tous les deux alors en attendant ce moment. Une énième promesse veut sortir, lui annoncer que demain, dans une semaine, dans un mois, dans un an : je serais une nouvel homme. Mais il n’a pas besoin de l’entendre car il ne me connait pas réellement. Et j’espère que cela ne sera jamais le cas sinon il risque bien de perdre foi en toutes les institutions actuelles et même de déserter. Ce genre de perles est à préserver et je compte bien faire cela. Oui, c’est une certitude.

Ô cousin, si seulement tu étais né bien plus tôt… Nous aurions pu parler des problèmes de notre clan, de la Roche, de ce monde… Mais tu n’es encore qu’un enfant. Il me tarde de te voir grandir et devenir quelqu’un de respectable, respectueux et respecté. Contrairement à moi, j’espère que tu sauras faire les bons choix. Qui de mieux que le salopard de loup que je suis pour guider ce jeune tigre à s’affirmer ? Personne. Je saurais te donner ce que personne d’autre ne pourra te donner : un carburant inépuisable pour tes rêves. Je vais enchaîner les exploits, les grandes choses, faire les grands titres de ce journal pourri qu’est le Kunaï Emoussé, faire en sorte que chaque bouche parle de moi/ que chaque oreille puisse entendre mon nom et s’en réjouir ou le craindre. Takumi deviendra aussi grand que possible pour te faire la courte-échelle une fois que tu auras assez de force. Pour l’instant, je ne peux que guetter les dangers qui arrivent et te mettre en garde. Je t’en prie, contentes toi de grandir et deviens fort. Ton cousin s’est occupé - avec celle que tout le monde détestait… - des détracteurs de notre clan. Maintenant, il part à la chasse aux méchants à travers le monde. Prépares toi pour quand je mourrais. Ce sont des mots que, j’espère, tu n’auras pas à endurer les conséquences un funeste jour. Mais je ne peux pas te les dire, seulement les penser. Si seulement tu étais né plusieurs années plus tôt… Tu aurais su… Tu aurais su mais tu aurais tellement risqué… Surtout avec moi.

Cette remise en question m’arrive en pleine tête et je ne m’y attendais pas du tout. Les ravissantes jeunes femmes de l’enseigne rouge attendront, ce petit a bien plus besoin de moi (enfin je crois).



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 12 Juil 2018 - 4:25

Il m'avais laissé parler de tout mon soul. Sans en perdre une miette sans commentaire, si bien qu'au final j'avais cru le choquer ou l'indisposé. Mais je me sentais mieux, enfin j'avais pu parler de ma peur a Takumi. Enfin 'javais pu parler des craintes que 'javais moi genin de treize ans et bientôt au front. Je me sentais libéré mais pas apaisé car toutes ces questions, tout ces doutes étaient bien fondés. En parler était la première étape.Je sentis ses mains me prendre et me soulever pour que je me fasse enserrer dans un câlin imprévu. J’étais pétrifié et tellement heureux a la fois mes larmes coulaient a nouveau pendant qui me répondis point par point

-Protéger tout le monde, la guerre, la champ de bataille... Je m’en charge, ne t’inquiètes pas de cela. Ne te casses pas la tête avec tout ça. Grandis, sois un enfant épanoui. J’irais parler à tes parents, il ne te sera rien imposé, tu as ma parole. Le sang Hyûga coule dans tes veines, tu en es naturellement digne.

Je frissonnais quand il prononçait les mots que je voulais entendre depuis si longtemps.J’étais digne d’être Hyûga. Digne d’être un shinobi du village caché de la roche.Mais j'eus une crainte tout d'un coup : était ce vraiment sûr de le laisser se charger de tout tout seul? Il allais avoir besoin d'aide il ne pouvais pas gagner la guerre seul.J'eus un soupir de soulagement lorsqu'il parla de mes parents et de mon mariage arrangé.

-Takumi-oni chan promet moi que tu ne te battra pas seul contre la multitude de dangers en dehors d'iwa... Je ne pourrais pas le supporter si jamais tu devais... tu devais...


Je sanglotais trop pour continuer a parler l’émotion me prenait a la gorge mais je parvint a articuler une phrase.

-Tu sais que la dernière fois quand tu est revenu sans ton bras j'avais eu tellement peur. Peur que la prochaine fois pourrait être la dernière fois que l'on se verrait ? Des gens t'aiment et seraient effondrés que tu disparaisse. Moi en premier!

Puis il continua et d'un ton tranchant qui pouvait faire trembler tout ceux qui se sentiraient concerné par la remarque. Ce n’étais pas juste un avertissement c'etait un ultimatum:

-Tes yeux ? Personne n’y touchera. Et si je ne parviens pas à tenir mes dires, je m’arracherais les miens moi-même et ordonnerais aux iryonins de ce village de te les léguer. Plus aucun membre du clan ne souffrira d’un pareil martyre, tu as ma parole Hayate. Et écoutes bien cela, je roulerais sur quiconque s’en prendra une nouvelle fois à notre famille. La noblesse dont nous faisons preuve n’exclue en rien la brutalité de notre espèce. Si pour nous accorder la paix, je dois détruire tous les autres, je le ferais. J’en suis capable. C’est une promesse que je te fais là.

Je le serrais plus fort cette fois ci, comme si toutes mes peurs s’évanouissaient a la simple énonciation de ce qu'il venait de dire. Je ne pouvais pas articuler un simple merci mais le cœur y était. Désormais chaque soir quand cette peur reviendrais je pourrait utiliser ses mots comme mon épée et bouclier.

-Je trouverais un moyen ...De nous protéger si jamais cela arrivais...je trouverais.

Puis il eu comme un sourire sur le visage :

-Devenir Kage, rien que ça ? C’est que tu vois grand, cher cousin ! et si je te disais que moi-même je convoite cette place ?


-Cela ferait de nous des rivaux...Mais je ne te laisserais pas la place facilement hein ...? dis je en essayant de sourire .

La question de garder une image digne en repoussant les médisants et les belliqueux se posa . Je me demandais vraiment quel était son secret pour conserver les apparences.

-Comment je fais ?


Il regarda les alentours pour s'assurer que personne ne nous entendait avec un sourire amusé sur le visage je ne compris pas tout de suite ce que cela impliquais mais il me glissa la fin de la phrase et j'en restais scotché.

Je souris et je fais des bêtises. Je fais semblant, je laisse certains me détester, d’autres m’aimer. Si les autres s’attaquent à cette personne que je ne suis pas, je peux sans aucun problème rester le même homme et être fort.

Je crois que j'eus un air ahuri l'espace d'un instant. Takumi sempai était vraiment incroyable. C’était ce a quoi je voulais ressembler plus tard. UN homme qui n'avais rien perdu de son âme d'enfant ni de sa malice.

-Alors je serais fort comme toi ! J'essaierais de garder la tête haute. Et j'ai deja fait des bêtises.Une grosse. Mais la je ne faisait pas semblant. Je pense qu'il me faut un peu de temps pour que me développe un bouclier aussi épais que le tiens oni-chan.


Je ne faisais pas exprès mais j'avais commencé a lui parler comme s'il était mon grand frère. Il me ressemblait un peu. J'aurais aimé qu'il soit vraiment mon grand frère a cet instant. JE ne pouvais que l'imaginer. Es qu'il aurait voulu d'un frère comme moi? Je faisais pâle figure a coté de lui .

Pour rester digne et empêcher les autres de te marcher sur les pieds Hayate…
je sentis sa main qui me chatouillais les cheveux ce qui eu le don de me faie sourire et de calmer un peu mes larmes

Il faut savoir rugir.

Ces mots me marquèrent plus profondément que l'acier tranchant ma chair ou le feu qui brulait ma peau. Je fus transporté dans un tourbillon d’émotions a la fois de fierté, de peur, de doutes,de joie, de détermination et d'une forte dose d'allégresse mêlée a de l'euphorie. Rugir. Ce mot pris toute sa signification pour moi, dans la plupart de mes aventures ce mot revenait sans cesse. Dans mes techniques aussi.Ce mot s'imposait comme le nom de notre clan s'imposait a nous. Il n’était pas juste là il faisait partie de moi.
Rugir. Hurler avec force, toute la joie de vivre et tout les tracas pour se sentir quelqu'un d'autre.Quelqu'un de neuf. RUGIR. Pour appeler le monde et imposer le silence. RUGIR. Pour tenir en respect les mauvais et les hommes belliqueux . RUGIR. Pour s'imposer pas par la force brute mais la force de sa propre détermination.

Ô cousin, si seulement tu étais né bien plus tard… Nous aurions pu parler des problèmes de notre clan, de la Roche, de ce monde…
Nous aurions pu être des amis inséparables.Il me tarde que je grandisse et que je vois le monde a travers tes yeux. Mais que j'aborde les problèmes d'un œil neuf qui balaierait les principe de cette société qui ne nous convient pas.Nous aurions pu nous entrainer, pécher, joué ensemble. Je n'aurais peut être pas été seul toute mon enfance mais aurais je accepté ton immense présence qui m'aurait valu l'ombre au yeux de la société ?Je vais enchainer les succès, les exploits et devenir un shinobi de légende!j'irais a la rencontre des monstres terrifiants qu’étaient les bijus et je reviendrais en tant qu’émissaire de la paix ou d'un moyen pour les contenir.Le kunai émoussé n'aura pas assez de pages pour noter toutes mes aventures et quand je reviendrais... Je sais que tu m'aura gardé la place de tsuchikage . J’unifierais les shinobis de tout les endroits du globe sous la même bannière pour construire un monde meilleur. Personne ne sera laissé ! Et s'il faut que je livre la guerre pour honorer ta mémoire je la livrerais de toutes mes forces. Au fond de moi je me fis une autre promesse:

JE SERAIS LE LION DE IWA QUI D'UN RUGISSEMENT FAIT DU MONDE UN ENDROIT OU IL FAIT BON VIVRE.


[img][/img]-Takumi oni-chan. Ne meurs pas s'il te plait. Réconcilie toi avec les gens qui t'aiment.Tu verra certains ne le montrent pas mais ils sont terriblement inquiets.

Je souriais avec des larmes pleins les yeux mais une vraie expression de joie:

-Reste vrai avec moi . D'accord ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 12 Juil 2018 - 14:38

Une promesse en plus à faire. Ce n’est pas que cela me fatigue mais plus j’en fais et plus j’ai l’impression qu’elles perdent de leur sens. Est-ce là tout ce que je peux lui donner actuellement ? Des promesses ? Et puis… Se battre seul contre une multitude de dangers, n’est-ce pas là le propre des héros ? Tomber face à une horde de combattants aguerris, combattre comme un chien enragé et tomber comme un noble cerf face aux chasseurs épuisés. Ce n’est pas une disgrâce mais un honneur que de périr sur le champ de bataille. Un petit sourire lui est donné, c’est un enfant après tout, il a simplement besoin de réconfort.

Je te le promet. - menteur, et puis même si je le voulais je ne suis pas maître de mon destin et ce genre de confrontations peuvent me tomber dessus sans prévenir ; vient ensuite l’épisode de mon bras, ah… - C’est aussi ça la vie de shinobi Hayate. Être un militaire signifie accepter le fait de ne pas pouvoir revenir après chaque départ pour une mission. Les gens qui m’aiment seraient effondrés dis-tu ? J’espère bien !

Un rire fort envahit les environs et vient apporter un peu plus de chaleur à cette discussion trop morne à mon goût. Il faut chasser les idées noires du petit Hyûga. C’est pourquoi notre chemin nous amène dans une ruelle où se trouvent de très discrets commerces nocturnes. Ici, de la restauration principalement. Un moyen de nous protéger hein… Sacré gamin, berces toi d’illusions et de rêves. Rien d’autre que la brutalité pure et la peur d’un symbole bien trop imposant pour l’esprit d’un simple mortel ne peut arrêter la folie de ces individus qui en ont après nos trésors. Seule une main vient se déposer sur ses cheveux alors qu’il parle du rôle de Kage. En vérité, je n’en ai que faire mais si cela lui permet de lui donner une raison de vouloir devenir plus puissant, plus fort, plus digne, alors je serais un rival pour lui.

Bien sûr que non, bats toi même si c’est contre moi. - en venant doucement pincer sa joue.

Devenir aussi fort que moi ? Bonne chance. Par contre, je ne tolérerais pas qu’il fasse de grosses erreurs, à mon image finalement. Il y a eu assez de morts comme cela, mon sourire s’efface peu à peu puis j’observe ses traits avant de lui demander sérieusement - sans pour autant vouloir paraître froid :

Quelle est cette bêtise ?

Le reste m’importe peu, il faut bien qu’il comprenne que nul au sein de mon clan, de ma famille, partageant mon sang, n’a le droit de nuire au village. Hypocrite vous dites ? Peut-être bien oui. J’aurais plutôt dis égoïste. Encore une fois, la peur d’une mort prématurée vient le perturber. Qu’il est difficile d’être un enfant de la Roche visiblement. Tiens bon, tout vient à point à qui sait attendre comme on dit. Ma mort viendra. Ta puissance viendra. Une nouvelle ère viendra. Me réconcilier ?

Je le ferais. - tout sourire puis un léger silence après son ultime question ; rester vrai ? je présume que je n’ai pas le choix même si cela ne m’enchante guère ; le sourire revient - D’accord.

Je le dépose alors au sol puis nous entrons dans une petite enseigne servant de la nourriture populaire et dont notre clan n’est pas habitué. Parfois, j’aime à me perdre dans des coins reclus d’Iwagakure no Sato afin d’y trouver pareille merveille. Une affaire familiale, tenue par une mère veuve et ses enfants. Nous sommes invités à nous installer où nous le souhaitons, c’est aussi quelque chose que j’apprécie avec la nuit : nous avons toute la place que nous désirons.

Où veux-tu t’asseoir Hayate ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 13 Juil 2018 - 3:07
- C’est aussi ça la vie de shinobi Hayate. Être un militaire signifie accepter le fait de ne pas pouvoir revenir après chaque départ pour une mission. Les gens qui m’aiment seraient effondrés dis-tu ? J’espère bien !

Il avait dit ça en riant tout son soul, Oui la vie de shinobi était rude et pleine de terreurs mais quelque part j’étais juste content de pouvoir partager ce moment privilégié avec lui avec la lune pour seule gardienne de notre secret.Mais il m'avais promis de rester avec moi enfin il essaierais de tenir sa promesse car comme il dit la vie de shinobi peut être rude et pleine d’aléatoires.
Je le sentais il avais besoin quelque part de cet interlude avec moi, et cela effaçait un peu la honte de lui accaparer son temps.

-Bien sûr que non, bats toi même si c’est contre moi, fit t'il en me tirant la joue

-Compte sur moi ! Mais je sais que tu est fort je deviendrais assez fort pour te tenir tête. Je t'en fait la promesse !

J’espérais qu'au fond de moi je pouvais avoir le potentiel de tenir cette promesse mais maintenant qu'elle était faite pas moyen que je revienne sur ma parole. Je ne laisserais pas le destin décider pour moi.

-Quelle est cette bêtise ?


Mon visage se crispa un peu sous le poids de la culpabilité:

-J'ai acheté des feux d'artifices et je les ai tiré depuis la tour du kage.Je n'en avais jamais vu de ma vie, du coup Diao-chan...


Je plaquais mes mains sur ma bouche pour m’éviter dans dire plus, comme si je retenais le flot paroles qui ne voulais s’arrêter. Il ne fallais pas lui parler de Diao-chan. Je ne voulais pas lui causer de soucis alors maintenant il y avais peut être une chance qu'il ne la connaisse pas.

-J'ai demandé conseil a la famille Chokoku pour quel feu d'artifice lancer...J'ai pris des petits pour ne rien casser.Je ne voulais absolument pas casser quoi que ce soit dans le village donc j'ai pris le plus de précaution possible. Je sais que je n'avais pas le droit d’être sur la tour du kage...Mais personne ne ma vu et je ne suis pas resté très longtemps!


Techniquement c'etait vrai et ma seule crainte était qu'il prenne en grippe les Chokoku par ma faute. Mais tant pis peut être que Diao serait épargnée ?
Vint le sujet de la réconciliation qu'il traita d'une façon plutôt rapide et puis pareil pour la question de rester vrai avec moi.J'avais foi en lui peut être faisais je fausse route mais si je n'avais pas foi en lui qui l'aurais ?

Notre marche se termina vers une petite enseigne de Iwakagure que je ne connaissais pas, il m'invitait a manger ? Il était vrai qu’après avoir séché mes larmes la faim commençais a se faire sentir.


-Où veux-tu t’asseoir Hayate ?


-Pourquoi pas au comptoir ? J'ai une faim de loup!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Juil 2018 - 11:22

Un doux sourire me prend alors qu’il me fait lui aussi une promesse. Ah les gosses, je vous jure. Je me permet de croiser les bras et le regarder de haut - toujours le sourire dessiné sur mon visage - et de lui rétorquer.

Tiens donc. Et bien, j’espère que tu la tiendras Hayate ! Mais restes sur tes gardes, il existe des individus bien plus puissants que moi en ce monde. - jamais je ne serais l’ultime rempart contre son idéal mais peut-être plutôt celui qui lui fera rendre compte qu’il sera devenu un homme.

Une invitation au défi, un encouragement. Qu’il devienne puissant et vienne me détrôner le jour où il voudra devenir chef de clan. Oui car je le deviendrais, bien avant lui certes, mais je le deviendrais. Ainsi il sait ressentir la culpabilité. Bien. Cela lui sera utile quand il devra se remettre en question. Son nom ressort, cette Chôkoku. Je grince légèrement des dents tout en pivotant ma tête sur la gauche, un petit sourire forcé aux lèvres et les yeux fermés, je marmonne alors :

Celle-là… - en serrant un poing que je viens de lever pour l’occasion.

Bon, la tour du kage, des explosions - enfin, des feux d’artifices - allez savoir ce qu’elle a bien voulu lui faire faire. À l’évidence, rien de grave vu qu’il se trouve devant moi et me raconte sa vie comme si de rien n’était (enfin presque). J’espère que je n’aurais pas vent de cette aventure (nocturne?) entre ces deux là. Bien qu’il ne soit qu’un enfant, je n’ai pas spécialement envie de voir son moral mis à mal. Quoi que, cela pourrait lui servir de leçon en cas de litige. On ne peut pas toujours choyer et enfant et encore heureux, cela serait terrible pour leur bon développement.

Oublies donc cette affaire, ce n’est rien. - en souriant, je lui frotte les cheveux de manière fraternelle - Au comptoir ? Très bien, viens. - je lui fais signe de me suivre et vient soutenir sa marche en posant ma main derrière son crâne - Que veux-tu manger ? - en l’invitant à s’installer après toi.

Allons chasser ces idées noires et ces incertitudes invaincues avec de la nourriture. La bouffe, c’est la vie. La réponse à tout. Issou.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 17 Juil 2018 - 0:45
-Tiens donc. Et bien, j’espère que tu la tiendras Hayate ! Mais restes sur tes gardes, il existe des individus bien plus puissants que moi en ce monde.

-Comment ça ? Je croyais qu'a part le Tsuchikage il n'y avais pas plus puissant shinobi dans iwa. Tu en connais quelques uns ?Histoire que je sois prevenu si je les voit.

Je m’arrêtais un moment avant de poursuivre:

-Ne t’inquiète pas je n'irais pas les affronter. Enfin pas pour l'instant mais il faut que je sois prévenu comme cela je pourrais dire a mon équipe de se replier si l'adversaire est trop puissant.

Puis vint l'heure des aveux, je n’étais pas fier de moi mais si je pouvais le refaire je pense que je le referais. Cette nuit était la plus belle de toute ma vie et c’était la première fois que je voyais autant de couleurs dans ma vie. Un spectacle incroyable a n'en point douter j'aurais tellement en voir plus . Mais le saut depuis la tour du kage était comme le clou du spectacle et restais un souvenir impérissable dans ma tête. Rien que d'y penser je souriais il n'y a que ces moments magique qui peuvent provoquer une réaction immédiate juste en y repensant. A mon grand étonnement Takumi ne me fit pas de reproche et me tranquillisa d'une phrase:

-Oublies donc cette affaire, ce n’est rien.

-Tu est sur ?fis je hésitant.

Nous nous dirigeâmes enfin vers le dit comptoir . Celui-ci était certes était un peu brut de décoffrage mais prouvais l’authenticité du petit restaurant que nous avions investi. Je grimpais sur une des chaises suivi par Takumi et son air sérieux.Je m'emparais de la carte et assez vite mon choix fut fait:

-Je vais prendre des nouilles soba!Ou bien un bol de ramens complet.

J'avais une faim de loup,et j’hésitais entre les raisonnables nouilles soba qui malgré leur quantité limitée étaient délicieuses et le fameux ramen complet composé de nouilles épaisses, accompagnées de porc et de viande et de fine tranches de narutomaki une sorte de pâté de poisson qui possèdent une spirale rose en leur sein.Le choix était difficile mais ma grande faim me fit pencher pour un bol de ramen.

-Bon je choisis des ramens et toi takumi-sempai?


Je l'observais pendant qu'il prenait notre commande pour nous deux. Es que Takumi était marié ? Dans le clan c’était rare de n’être pas marié a son age. Je ne voulais pas me rendre impertinent ou indiscret mais je me demandais si le grand Takumi pouvait aimer quelqu'un enfin de compte. C'est vrai personne ne se demande si Takumi a des sentiments pour quelqu'un, c’était un grand shinobi je souhaitais qu'il rencontre quelqu'un de spécial...

-Taku-onichan es que tu aime quelqu'un ?

Un peu gêné de ma question je maintenait quand son regard. C’était une question qui m'importait mais le fait de le voir là et de parler avec un grand shinobi comme lui était assez intimidant pour moi.Surtout pour parler de sentiments...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 17 Juil 2018 - 2:12

Ah, qu’il est naïf cet enfant. À croire que son héros ou je ne sais quoi puisse être le plus éminent et plus imposant shinobi derrière son supérieur direct. Pour avoir traversé maintes contrées et avoir vécu divers affrontements - jusqu’à en perdre un bras qui fut reconstitué par la suite -, je ne peux que l’affirmer.

Certes le Tsuchikage est quelqu’un de puissant. Mais par-delà nos montagnes se cachent des individus aux mystères et à la force encore non soupçonnés. Après, ce ne sont que des suppositions. Il est vrai que la seule personne contre qui j’ai perdu au cours de ma vie est bel et bien l’Enfant du Fer, à plusieurs reprises d’ailleurs. - puis je l’écoute parler de repli et je souris ; un mot que je connais pas, qui ne me parle pas ; si la mort venait me chercher au cours d’une rixe me confrontant à un être bien puissant, je l’accueuillerais avec le rictus digne du plus beau des macchabées et bien loin des sanglots qu’un être peut lâcher en naissant ; je suis venu au monde en pleurant, je repartirais de ce dernier en souriant - Et tu fais bien de penser de la sorte, penses à ta survie Hayate.

Sourire aux lèvres, nous poursuivons sur un tout autre sujet. Cet imbécile tient réellement à manger une réprimande ? J’ai l’impression qu’il ne sait pas très bien utiliser ses méninges mais bon, cela aussi s’apprend. Voyons donc voir.

Que veux-tu que je te dise ?

Une question honnête pour une réponse - je l’espère - honnête. Qu’il ne me déçoit pas. Si je lui demande quelque chose sur lequel il insiste ne serait-ce qu’une fois, il a fortement intérêt à m’en donner les rouages définissant le pourquoi du comment de la situation ainsi que son ressenti. Je souris simplement à la femme qui doit nous servir, elle sait déjà ce que je vais prendre : plusieurs dizaines de yakitoris. Oui, il est vrai que j’aime la viande. La véritable nourriture des hommes. Ah, est-ce que j’aime quelqu’un ? Quel curieux ce gosse. Je n’ai pas souvenir d’avoir ressenti pareille chose envers une personne, enfin ça c’est si je savais à quoi ressemblerait un tel ressenti.

Pourquoi me poses-tu cette question Hayate ?

Portant à mes lèvres une petite coupelle de sake que vient de me servir la tenante du lieu, j’observe le jeune garçon. Sa façon de manger, de se tenir, de s’exprimer. Puis je siffle le contenu de ce qu’elle vient de me donner pour en demander un autre. Enfin, je lève noblement le doigt - comme demandant l’attention de celle-ci - puis m’exprime.

Veuillez servir à ce petit un doux breuvage sans alcool je vous prie. - puis elle s’execute peu après ; je regarde mon cousin et dépose mon coude sur le comptoir et ma tête sur ma main puis observe ce dernier - Parler peut rapidement te donner soif, tu devrais boire Hayate.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 18 Juil 2018 - 0:07
-Certes le Tsuchikage est quelqu’un de puissant. Mais par-delà nos montagnes se cachent des individus aux mystères et à la force encore non soupçonnés. Après, ce ne sont que des suppositions. Il est vrai que la seule personne contre qui j’ai perdu au cours de ma vie est bel et bien l’Enfant du Fer, à plusieurs reprises d’ailleurs. Et tu fais bien de penser de la sorte, penses à ta survie Hayate.

-Par contre il m'est inconcevable de lasser un ami derrière moi. Même si l'ennemi est puissant, sauver un camarade est et restera mon objectif primaire.

Je le regardais avec une flamme dans le regard.Certes ma phrase pouvait être interprété pour de la lâcheté. Mais mourir seul face a une puissance écrasante n'aide personne. MAis quelques seconde plus tard j’enchaînais:

-Dans le monde shinobi ceux qui transgressent les lois sont considérés comme des moins que rien, mais ceux qui ne se soucient pas de leurs compagnons sont encore pires !

Certes je serais surement assailli par la peur. Cette peur qui tétanise chacun des muscles en un instant. Cette peur qui peux faire transformer le meilleur des shinobis en couard le plus misérable. Cette peur qui t'explique que quoi que tu fasse tu en est réduit a ta condition de mortel. Cette peur que je surmonterais pour venir en aide a quelqu'un.Quelque part dans ma vie j'ai toujours aidé les gens. Même dés mon plus jeune age. C’était comme une seconde nature pour moi. Je me montrais plus déterminé, plus acharné, plus fort quand j'essayais de venir en aide aux gens autour de moi . Parfois je riais d'ironie car j'essayais de venir en aide aux autres alors que je n'arrivais déjà pas a m'aider moi même. Conseiller est toujours plus facile que de suivre ses propres conseils .Je n'étais pas dupe, je passais pour le petit enfant qu'on devait prendre a légère simplement parce que je n'ai pas peur d'évoquer mes rêves a voix haute.Simplement parce que je suis encore petit et considéré comme un enfant de riches je n'avais pas le droit de parler de la misère dont certains souffrent. Sur le terrain je préfère encore mourir heureux en sachant que j'ai pu sauver quelqu'un d'autre que de fuir laissant le destin se charger du reste. Beaucoup trop d'aspect de ma vie on été décidé par le destin mais je changerais cela.Nous pouvions tous changer cela.Nous sommes un peu comme des nuages qui volent au gré du vent mais qui ne sont régis par aucune loi. Les chemins, pour qu'ils arrivent à destination, sont nombreux mais ils atteignent toujours leur but. Peu importent les obstacles, les nuages les contournent et continuent leur chemin.

-Que veux-tu que je te dise ?

Les mots de mon père raisonnait dans ma tête lorsqu’un jour nous discutions de l'avenir et des possibilité futures
"Un homme déterminé qui a un objectif sera toujours plus fort que les autres car il ne se laissera pas détourner de son but, ce qui lui conférera une force extraordinaire."Je levais les yeux calme et conscient de ce que j'allais lui dire:

-Je n'avais pas le droit de me trouver la haut.J'ai en plus impliqué une personne qui ne voulais que me faire plaisir.Je mérite une punition.Je pensais me rendre a la police mais...J'ai eu peur.Mais je me sens coupable quand même. Voila tout.

J'avais peur de sa réaction quand je lui demandais si il y avais quelqu'un dans sa vie c’était un peu par crainte. Bien sur que je ne croyais aux affabulation des commères. Elle le traitait de frivole, de déshonneur pour la famille Hyûga, qu'il avais eu des écarts de conduite en mission. Je n'en croyais pas un mot évidemment. Mais c'est vrai que je n'avais jamais vu accompagné par qui que ce soit, ou peut être qu'elle ne se montrait jamais.

-Pourquoi me poses-tu cette question Hayate ?

-Bah je ne sais pas. Je me disais peut être que tu avais une amoureuse.Te sachant aventurier t'aurais pu rencontrer ta femme en mission ou en faisant équipe avec a Iwa. Apres je ne sais pas. Tu est fort et plutôt cool. Le genre de garçon a faire tourner les tête quand tu passe dans la rue.Je me disais que peut être tu cachais ta fiancée aux autres par peur d’énerver les gens du clan.

De ce que mon père m'avais dit, lui et ma mère s’était mariés a son age. Et en même temps ces temps ci la question me travaillais beaucoup. En quoi une fille pouvait rendre fort un shinobi? Je sais qu'il y a besoin d'un homme et d'une femme pour faire un bébé mais ce rapprochement était influencé par le destin ou autre chose ?

-Veuillez servir à ce petit un doux breuvage sans alcool je vous prie. Parler peut rapidement te donner soif, tu devrais boire Hayate.

Je fis une moue de frustration...Moi qui pensais avoir un vrai repas entre hommes avec du sake...J’étais encore pris pour un gamin

-Pourquoi l'alcool n'est réservé qu'aux adultes? C'est vrai quoi... Si vous en buvez tout le temps c'est que ça doit etre bon...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Juil 2018 - 2:53

Les fameuses phrases de l’Académie. Cet endroit est-il uniquement là pour remplir la tête des nouvelles recrues de choses absurdes ou alors essaye t-elle d’en faire des héros écervelés ? Ou peut-être est-ce moi qui ait fui la réalité de ce monde afin de me bercer d’épopées guerrières dont je ressortirais constamment vainqueur ? M’enfin, est-ce réellement important de toutes manières ?

Une belle manière de voir les choses. - naïve oui.

“Si l’ennemi est puissant, vous vous devez de l’être aussi.”, c’est un peu ce que j’aurais aimé lui sortir mais je me suis contenté de lui adresser un sourire approbateur. Je n’ai pas à lui donner des pseudo-conseils sur comment gérer ses futures missions, ses futurs affrontements etc si ce n’est qu’il se doit de se donner à fond. Personnellement, il est clair que je n’abandonnerais personne au combat - ami ou non -, le devoir du shinobi est de protéger les habitants de son village et d’obéir aux ordres qui lui sont donnés. Le sentiment est à abandonner. Les émotions ? Un évident frein au bon développement de tout soldat. Chacun doit être capable de faire fi de ses propres intérêts et ce, pour le bien de la collectivité. Tout le monde fait des sacrifices, les acteurs de l’ombre bien plus que les autres. Et c’est sans aucun doute à cela que l’on peut aisément différencier ceux qui réussiront et ceux qui stagneront. Le sacrifice.

Une punition tu dis ? - je me met à réfléchir avec un air niais, le regard tourné au plafond et un doigt porté à la joue ; puis je le regarde en souriant, levant un doigt - J’ai bien une idée… Nous allons jouer un petit tour à cette jeune femme qui ne t’a pas empêcher de faire ta bêtise. - puis je me remet à boire mon sake, doucement - Rien de méchant, ne t’inquiètes pas.

La suite n’est que plus étonnante, vu qu’il me pose en véritable charmeur ou élément perturbateur chez les esprits féminins. Ah, vraiment.

Il est vrai que je suis actuellement fiancé. C’est une femme au caractère particulier mais elle a bon fond. - je crois - Enfin, je ne t’apprend sûrement rien vu que c’est celle qui t’a aidé dans ton idiotie à la tour du kage.

Je n’irais évidemment pas plus loin dans mon explication. Qu’il croit ce qu’il veut à partir de là. Que ce soit quelque chose impliquant de l’amour ou quelque chose d’arrangé… Cela ne m’intéresse guère et d’ailleurs, personne au sein du clan n’est au courant à part cette petite tête qui mange un bol de ramen. Nul doute qu’il ne saura tenir sa langue mais qu’importe, je n’ai rien à cacher. Et si mes semblables l’apprennent de la bouche d’un enfant, cela ne pourrait que m’aider dans la chose. Nourrir ce sentiment que tout cela n’est que passion de par la cachotterie de ne pas le dévoiler aux yeux et aux oreilles de tous. J’espère pour toi que tu vas rapidement mûrir mon petit Hayate sinon tu risques de bien vite te retrouver figurant d’une pièce dans laquelle tu n’auras aucun pouvoir de décision - sur tes actes ou même ta propre vie. Sois un petit garçon mais pas pour très longtemps. Il y a un temps pour pleurer, un autre pour devenir un homme.

Pourquoi ? - un petit air étonné - Mais voyons, les iryonins ont prouvé que l’alcool est très mauvais pour vous autres enfants, pourquoi vouloir braver l’interdit avec ta question si ce n’est que pour te retrouver dans une mauvaise situation, pour toi ou tes proches ?

La question se veut complexe à résoudre, il faut le décourager. Je n’ai pas spécialement envie de le faire boire ou d’être spécialement méchant. C’est un non camouflé. Si il n’est pas assez malin pour le déceler, je n’hésiterais pas à le lui dire de manière claire.

Bon, et ce petit tour à jouer à Diao. Tu as une idée jeune cousin ?

Les mots se veulent amicaux et mon regard complice. C’est une certitude, nous allons beaucoup nous amuser. D’ailleurs ce n’est pas vraiment un choix pour lui, il se doit bien de rendre un service à moi, celui qui l’a sauvé, qui l’écoute, le rassure mais aussi se montre clément. Un petit effort Hayate, les rires ne sont plus très loin.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 20 Juil 2018 - 20:20
Je ne croyais pas ce que je veinais d'entendre. Diao était fiancée a takumi. Je ne dis rien tout de suite évitant au possible de répondre a Takumi qui voulais absolument jouer a un tour a cette dernière. Moi j’étais choqué. Pourquoi ne m'avais elle rien dit ? Était si peu important que ça ? Était je insignifiant au point d'oublier de me dire les choses ? En fin de compte je restais un gamin . JE devais bien laisser les adultes dans leur monde terrible.J'en avais assez. Des enfants de mon age. Des adultes. Des adolescents.Enfin de compte je me demandais si vraiment j’étais humain. Ne pouvant plus supporter des tracas émotionnels comme ceux ci.
Mais tout cela n’était qu’intérieur, désormais je resterais de marbre pour me protéger. En toute cas avec takumi_sempai et les autres du clan. Ce n’étais pas de la faute quelqu'un c’était simplement comme ça. J'aurais du me douter qu'au vu de la vie célibataire de takumi Diao serait une excellente moitiés. J’étais juste sot d'avoir pu un jour espéré quoi que ce soit en retour. Le clan nous rattrape toujours et malgré mes yeux je ne voyait pas loin. Je pris une bouchée de mon bol de ramen avant de prendre le bol et de le finir.

Je ne voulais pas jouer de tour a qui que ce soit, c’était indigne des Hyûgas. Je ne trahirais pas la confiance de Diao. Takumi m'avais sauvé cette nuit la mais cela ne signifiait pas que je devais suivre a la lettre ses demandes.

-Takumi-sempai, je suis désolé de me montrer ingrat mais je ne puis accéder a ta requête. Je ne la trahirais plus.Je rentre mon père doit se demander ou je suis. Merci pour le repas et pour m'avoir entendu. Bonne nuit.

Les émotions avaient disparues laissant pour seule maître le masque de l’indifférence et de dignité de la famille Hyûga. Et il en serait ainsi avec tout les gens du clan. J’étais un gamin naif je pouvais bien jouer le prince inaccessible pour une fois.
Je disparut donc emportant mes sentiments blessées dans la nuit noire pour moi tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 21 Juil 2018 - 14:37

Et alors que je me délecte de ces brochettes de viande populaires, le jeune garçon reste silencieux. Étrange venant de lui mais qu’importe, il s’est probablement rendu compte qu’il me saoulait ou alors qu’il était temps de grandir. L’un comme l’autre, cela me va amplement. Plus vite cette histoire sera réglée, plus vite je pourrais tracer à l’enseigne rouge. Et puis, comme sortant d’un silence qui annonce une réflexion à mener chez l’enfant, il s’exprime et annonce un départ précipité, ce qui ressemble à s’y méprendre vilement à une fuite prématurée. J’ai à faire à un bipolaire, à un enfant qui ne sait pas ce qu’il veut ou à un peureux ? Peu importe quels sont ses problèmes, c’est à lui et lui seul de les régler. Du moins, si il veut se montrer digne de ses objectifs.

Oh ok. - haussement d’épaule ; il refuse, et alors ? - Pas de soucis, rentres bien Hayate !

Un mouvement de main montrant tout l’évasif de ma personne, je lui fais signe marquant l'au revoir. Nous nous reverrons sans aucun doute prochainement s'il daigne tenir sa parole de devenir puissant et de rallier les nations à sa cause. De grands rêves sur de si petites épaules, voyons ce que cela donnera à l’avenir. Je reste simplement dubitatif. Des beaux parleurs, j’en ai entendu beaucoup. Peut-être trop même. Qu’il agisse, je verrais quoi penser de ses capacités à l’avenir. En ce qui me concerne, un clin d’oeil à la tenante des lieux - plutôt à ses filles, avouons le - leur suffit comme paiement et je peux reprendre ma route initiale. Ce chemin qui m’amènera à cette torpeur intellectuelle à laquelle je m’adonne depuis déjà quelques mois, celle d’un relâchement moral plus qu’autre chose. Une évidente débauche marquée sur ce noble corps au sang et à l’âme mêlés. Celle qui tient entre ses mains le désespoir de tant d’esprits et qui le change en motivation suite au doux réconfort de ses objets humains. Un mal nécessaire en ce monde ? Rien n’est moins sûr.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dessine moi un Hyûga[Pv Takumi-sempai]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: