Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'heure du thé - Takumi


Dim 8 Juil 2018 - 23:19
Oh je connaissais ce regard là… Quand Mina - ma gouvernante- me le lançait, les ennuis n'étaient jamais bien loin, un peu boudeuse, mais cordiale, la jeune femme a peine âgée de dix ans de plus que moi me signalait une visite. Encore une ? Je soupirais en fermant mon livre d'étude, surement Tenten qui avait pris goût au traitement de faveur que je me devais de lui offrir sous la surveillance de ce lieu. Pas besoin de retouche, au domaine j'étais toujours impeccable a mon plus grand damne et j’aurais du être moins confiante et poser des questions avant de rejoindre le salon des invités ce sourire taquin à la face et les mains dans le dos trahissant une familiarité avec la personne attendue. Douche froide. Enfin pas pour tout le monde, je n’avais jamais vu autant de servantes au même endroit, au même moment, en général, il fallait s’y prendre a deux fois pour en faire apparaître une. L’espace d’un instant, j’avais oublié l’invité pour les observer du coin de l’oeil tour à tour, ces idiotes à s'émoustiller pour un rien. Je crois bien que je grimaçais mécontente avant de reprendre du panache pour remonter ses lippes qui devaient lui adresser des salutations.

_”Bienvenue Takumi-san, la surprise nous est agréable.”

Quand je disais “nous”, je parlais surtout de mes homologues féminins, a vrai dire, cette histoire comme lui était un dilemme pour ma part, je ne savais pas vraiment quoi penser de la situation et je regrettais d’en savoir plus qu’il ne fallait sur ce maudit Hyuga au succès trop étendu.

_”Offrons nous un peu d'intimité tu veux bien ?”

Si c'était délicatement demande, j’avais au final déjà ouvert la marche pour le conduire ailleurs, mais dans ce domaine, cela n’allait pas être une chose aisée. Choisissant finalement mon salon privé, j'espérais qu’en refermant derrière nous la situation serait sous contrôle. Mina déposait le plateau de thé, jusque la, rien d’anormal et alors qu’il aurait juste suffit de partir… Elle me mettait un coup de coude, ni discret, ni délicat. Tournant un regard incendiaire vers elle, et je ne parlais pas de leur couleur, j’avais voulu lui faire comprendre de pas persister, mais …

_” Il est mignon, tu es chanceuse Diao-chan ! hihi Autant que celui de la dernière fois... “

On ne pouvait pas faire plus embarrassant et malvenu, ma mâchoire se crispait et si mes iris pouvaient tirer des armes mortelles ! La femme s'éloignait confuse alors en sentant le genre d’aura noire qui allait s’abattre sur elle. J'aurais eu envie de plaquer une main sur ma face, pensant que si mon invité relevait le sujet, ce serait facile de justifier, mais comme la malchance n’arrivait jamais seule, un bruit de porte coulissante attirait mon attention de l’autre côté et les murmures la encore manquaient de finesse. Si je les distinguais mon invite aussi, jetant un regard dans la direction, la porte se refermait et un silence de courte durée s’installait… Misère !

_”Contrairement a ce que tu pourrais être amené a penser désormais, j'ai rarement un invité, alors ca attise leur curiosité. Ce n’est pas méchant, ils sont juste un peu simples d’esprits.”

Au moins ca !

_”Quel était l’objet de ta visite Sempai, je peux faire quelque chose pour toi ? “

Avec un peu de chance, on pouvait sauver la face, même si quelques rires de jouvencelles mal dissimules derrière les parois n’aidaient en rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Lun 9 Juil 2018 - 1:58

À l’entrée du domaine Chokoku, je n’attend pas longuement avant que l’on vienne me pêcher - avec le sourire en plus. La suite n’a d’autre effet que de flatter mon égo et ne m’aide pas dans la quête d’humilité liée à la voie du Bushido. Je vais faire comme si de rien n’était pourtant, il faut bien . L’objet de ma visite, elles la connaissent probablement toutes. Ou alors, elles aussi devaient faire partie de ce fan club aux pratiques plus que douteuses. Ou bien les deux à la fois. L’un comme l’autre ne me dérange pas spécialement, à vrai dire j’en ai même peu à faire de leurs petites personnes. Ce qui m’intéresse actuellement, c’est de converser avec l’albinos qui oeuvre en princesse en ces lieux. Je ferais fi du manque flagrant de… professionnalisme ? Peut-on réellement appeler cela ainsi dans ce genre de situation ? Allez savoir. N’essayant pas d’échanger le moindre regard avec les servantes, je me contente de regarder face à moi et voit alors arriver Diao et observe ses petites mimiques avant de lui retourner une salutation des plus “honnêtes”.

Je te remercie Diao-san, tout le plaisir est pour moi.

Un suffixe que je ne lui aurais jamais accordé si les circonstances ne le voulaient point. Il faut avant tout soigner l’image du Shihainin, non ? Je ne ferais pas l’erreur de notifier cela comme étant une énième rencontre, j’ai quand même veillé à garder le silence vis-à-vis de la fois où nous étions à la source d’eau chaude. Une sombre histoire pour une jeune femme d’une si bonne famille. Compréhensible qu’elle ait voulu cacher tout ça.

Je te suis.

Le ton se veut cordial et l’allure nonchalante qui le caractérise le traîne jusque dans une pièce qui semble être accordée à la chevelure immaculée. Aucune autre personne n’est avec nous si ce n’est cette femme qui vient nous servir le thé. Je détourne le regard après avoir vu le coup de coude donné. La réaction du regard empourpré ne manque pas de me faire discrètement mordre les lèvres. Je dois tenir et ne pas me moquer d’elle, cela serait plutôt malvenu je pense. Peu importe, je reprend un air qui joue de teintes amicales après la phrase de cette inconnue. Le compliment est pris avec le sourire évidemment et c’est uniquement lorsque cette femme est sortie de la pièce que je lance un sourire un peu taquin à Diao, l’air de dire “petite cachotière vas”.

Il n’y a aucun problème, crois moi.

Après avoir récupéré une tasse de thé, je me permet de boire un peu tandis que la question est lancée. C’est gênant, très gênant. Mais amusant, quelque part. Mon ressenti est complètement contradictoire et c’est aussi pour cela que j’inspire fortement avant de relâcher ce que je viens d’incuber. Je répond en gardant un air assez détendu, “c’est la vie” me dis-je.

Cela concerne ce que nous avons appris plus tôt dans la journée. Je présume que la nouvelle t’enchante autant que moi.

Ironie.

Si je suis venu te voir, c’est aussi et surtout pour en savoir plus sur toi. Notre première… “rencontre” ne m’a pas permis de me montrer sous mon plus beau jour et je m’en excuse.

Croix de bois, croix de fer. Si je mens, je vais en enfer.

En tout cas, tes traits font honneur aux rumeurs. Tu dois faire des jalouses et ta liste de prétendants doit être très longue.

La voix porte et atteint sans problème la porte coulissante, le fais-je exprès afin de taquiner un peu plus la Chokoku et provoquer des réactions dans l'audience ? Voyons voyons… Vous me connaissez hein, jamais je ne ferais une chose pareille.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 9 Juil 2018 - 12:23
Je me serais moi-même probablement amusé des circonstances à ses dépens si la situation avait été inversée, alors je ne pouvais pas lui jeter la pierre d’autant plus que même si un rictus pourtant bien dissimulé ne mentait pas sur ce qui se tramait, il faisait l’effort pour être courtois. Perplexe, je pensais bien que c'était étrangement bien plus viable quand il était détestable comme aux sources, beaucoup moins frustrant, dans cette position délicate actuelle, je ne pouvais que sourire et acquiesçait en buvant mon thé, on était chez moi et pourtant, le terrain n'était pas à mon avantage. La réponse fatidique s’en venait, il pointait du doigt un élément perturbateur dans cette fameuse journée, c'était avec un étrange calme que j'encaisserais la réalité, même si c’était tombé soudainement en ce jour, ce n'était pas une réelle surprise en soi, sauf pour le choix de l’individu. Je n’avais pas la même humeur pour me jouer d’ironie si tôt, mais au moins j’avais capté et réceptionner la sienne avec le sourire, au fond c'était presque amusant dès que la conversation débutait réellement.

_”Ravie que cela t’enchante.”

La remarque n'était pas seulement pour le Hyuga qui se jouait de la scène, mais plus pour le public qui s’y immisçait un peu trop, au moins j’avais dit ça avec bonne humeur, il fallait croire que c’était notre mot d’ordre à tous les deux, faire passer la pilule avec charisme et contenu. Je me doutais bien que les éducations claniques ne devaient pas varier tant que ça d’une famille à une autre, alors tout ceci était au final assez relatif, une étape de la vie. Déposant ma tasse les sourcils froncés par la réflexion interne de mon esprit, j’essayais de situer ce qui était au final “la première rencontre” pour lui. Officielle ? Officieuse ? Ou l’insignifiante ? Car pour tout dire il avait eu l'académie qui nous avait fait nous côtoyer brièvement, une sombre histoire avec son fan-club qui allait définitivement mettre ma tête à prix… Ou alors notre secret ? Ou bien chez lui avec la fleuriste et le fou furieux ? Commençons par le commencement, au final, ce n'était pas si important, dans aucun des trois il était à son avantage et moi non plus pour tout dire.

_”Ne t'inquiète pas de ça non plus, je peux en dire autant. Je suis encore navrée pour ta demeure, mon clan va réparer l’erreur tout naturellement, mon allergie pour les fleurs est sévère. “ Haussement d'épaules.

Argument à la crédibilité discutable, cette même pièce était décorée par lesdites coupables aux quatre coins, alors je l’avais dit d’un sourire pincé, retenant de ne pas laisser ce rictus remontait jusqu'à mes oreilles dans l’amusement. Oh une nature mutine, étrangement, il me semblait qu’on avait ça en commun et ce n'était pas rassurant pour la suite. La vérité… C'était juste malaisant de le regarder se faire piétiner. Concernant les fleurs ? Les prétendants vu qu’il en parlait, avaient pour habitude d’en ramener, j’avais inventé ça pour casser l’ambiance à la vue du premier bouquet et c’était resté. En même temps, si mon oncle avait compris que j’avais avorté mes fiançailles et ruiné ses affaires, j’aurais passé un sale quart d’heure… d’ailleurs !

_”Prétendre c’est une chose, obtenir s’en est une autre.”

Malheureusement, c'était parti tout seul, toute la concentration de mon amertume concernant le fait que celui soit lui justement. Trop de conquêtes et d'attrait pour la séduction à mon gout chez cet homme la. Une vraie problématique, c'était presque insultant pour l’ego qu’il voulait soigner à l’instant en rehaussant l'intérêt des ombres des portes. Je secouais la tête gentiment. Il faudrait avec de toute façon.

_”Même si j'apprécie le compliment -façon de parler-, je pense que nous savons tous deux que le statut a plus d’attraction qu’une quelconque beauté. Mais c’est une bonne chose s’ils soient à ton gout, vu que tu devras te contenter d’eux.” Sourire charmant, mais l’intonation y est, ça suffit les niaiseries. “ Je ne saurais te dire pour le reste, je ne me soucie que rarement des gens et des humeurs que je leur inspire, mais tu vas m’en faire soudainement une liste d’ennemies n’est-ce pas ? “ C'était peu dire, je pouvais même oublier l'idée de me faire une amie. “Ton père doit être sacrement influent pour avoir obtenu pareil accord. ”

À mon plus grand damne, d’habitude, ça se discutait longuement et j’en avais vent, je pouvais saboter allègrement… On m'avait coupé l'herbe sous le pieds cette fois.

_”J”imagine que chez toi, on a eu la même indélicatesse que chez moi en omettant ton avis. “ Soupire, typique. “ Je suis la nièce de la chef du clan - qui n’a pas d’enfant, genin dans ce village, j’entame ma première année de service militaire en son sein, j'officie dans la comptabilité avec les responsabilités familiales parallèlement. J’ai postulé pour la police, mon acolyte a choisi le poste 12 . “ Haussement d'épaules, celui-là ou un autre. “On m’a affecté dans l’équipe de Shuuchuu Chiryou-sama avec un imbécile de Borukan et un samouraï douteux. Je sculpte dans mon temps libre, pas original pour une Chokoku je te l’accorde et quand un endroit m'étouffe je m’en évade discrètement. “

Le dernier point était une allusion aux sources. Il savait déjà.

_“ C’est ce genre de chose que tu es venu chercher ? Je suis d'une nature assez directe, si des choses te dérangent, dis le moi simplement et franchement, je ne m'offusque pas facilement et je sais être conciliante. ”

Des deux mains je reprenais ma tasse pour boire, bizarrement, ma dernière phrase avait calmé l’émoustillement général que le jeune homme avait provoqué plus tôt derrière les panneaux coulissants. J'avais compacté un amas d'informations exprès, au fond, on s'en fichait autant l'un que l'autre de ces détails.

_"Je compte bien prendre la tete de ce clan le moment opportun et personne ne m'empêchera de le faire. Je ne veux plus que tu alimentes ta réputation sulfureuse, elle est mauvaise pour la mienne. Mais note que je suis ouverte aux compromis, mais certains sujets seront intraitables. Celui la par exemple. " Pause, gorgée de thé, je fixais un regard tenace dans le sien en souriant-toujours, le jeu des politesses n'allait pas durer longtemps on dirait... c'était son tour non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mar 10 Juil 2018 - 2:36

Il est vrai que je ne suis pas à plaindre à ce niveau-là. Mais bon, ce n’est pas le sujet. Des excuses pour mon petit chez-moi qui a volé en éclats ? Elle peut bien en faire autant qu’elle le souhaite, ça ne changera rien à la finalité de la chose et elle le sait très bien, enfin j’espère pour elle. Son clan réparera son erreur, d’une manière ou d’une autre. Évidemment, une compensation financière ne sera pas ce que je compte avoir. Ce ne sera qu’une chose de plus ajoutée à la liste de ce qu’elle me doit. Laissons cela de côté pour le moment, il y a plus important à traiter je pense. Une allergie, hein ? Je n’en doute pas une seule seconde, les lieux témoignent pour elle, c’est une évidence. Feintant avec l’adresse de quelqu’un qui vient d’une si bonne famille - nul doute qu’elle reconnaîtra le jeu de théâtre invisible pour la plèbe -, je répond avec le semblant de sérieux que je suis censé garder.

Je verrais cela avec celui ou celle qui est responsable de toi. J’ai cru comprendre que tu n’étais pas bien âgée, la liberté de décision doit être un véritable problème pour toi.

Les mots sont lâchés alors que je ferme les yeux puis sirote doucement mon thé. Je peux bien me permettre une petite remarque sur le fait qu’elle puisse dépendre - en partie ou complètement - de quelqu’un d’autre pour faire ce que bon lui semble. Une taquinerie n’a jamais tué qui que ce soit. Il faut dire qu’elle a éclaté mon manoir et je sais que ça ne pourrait que m’insupporter au plus haut niveau de me retrouver dans une situation pareille. Mais bon, chacun sa vie et son lot de problèmes qui vient avec, je m’en fou un peu de ses difficultés. Ma main plonge dans mon kimono et en ressort le kiseru que j’apprécie tout particulièrement après qu’elle se soit exprimé. Je ris très doucement et n’ai aucune autre réponse à lui fournir.

Je peux ?

Demander l’autorisation, voilà qui est fait. Je ne compte pas enfumer la pièce même si il y a peu de chance en effet. En ce qui concerne sa phrase, je n’ai rien à dire et préfère lui proposer un petit vent des familles. Est-ce qu’elle a l’habitude qu’on ne fasse pas attention à ce qu’elle puisse dire - important ou non ? Peu importe, il va bien falloir qu’elle s’y habitude si ce n’est pas déjà le cas.

En voilà des manières, c’est que ça sonne comme un défi. - La tasse est à nouveau déposée puis je commence à me balader dans la pièce puis je m’assoie sur un des sièges présents. C’est que je suis un peu chez moi ici maintenant, non ? Ahh, oops. - Sincèrement, nous n’avons pas que ça à faire. Ce n’est pas quelque chose de pertinent je trouve mais saches que tes ennemis seront les miens à présent, c’est naturel. Quant à mon père… On peut dire cela oui. Que dire de ceux qui ont accepté “pareil accord”. Ont-ils tant besoin que ça de se faire bien voir par l’Enfant du Fer ?

Je ne vais pas non plus sous-entendre que sa famille, et donc par extension son clan tout entier, est gouvernée par quelqu’un de terriblement faible mentalement ou alors que la personne soit opportuniste. Non non non.

Ma présence seule ici témoigne du fait que j'ai appris cela en même temps que toi, enfin je présume. Un acolyte tu dis ? Il est vrai que grimper les échelons a toujours été plus simple en étant “aidé”. - assisté*. Chiryou ? C’est une femme… chaleureuse, tu en as de la chance. - Ma main vient se déposer sur la garde de mon arme quand le mot samuraï entre dans la discussion. - Quelle genre de sculpture ?

Un peu de curiosité, ça ne fait de mal à personne. Et puis, je pense être en droit d’en demander plus. Elle me sort tout son blabla, discrète etc etc. Je lui souris, feintant d’apprécier cela, et hoche un peu la tête. J’en ai complètement rien à faire mais je dois avouer qu’elle va droit au but, ce qui n’est pas pour me déplaire. Le calme a gagné les environs et il semble bien que le moment où l’on parle de compromis et autres joyeusetés inhérentes à la situation. Bien que la chose arrive trop vite à mon goût, je n’ai d’autre choix que de répondre.

Chef de clan ? On a déjà un point en commun, c’est fou. - tout sourire - Et comment penses-tu que je devrais faire pour ne plus l’alimenter ? Pour ma part, il me semble évident que te retrouver dans une situation anormale pour le statut que tu porteras prochainement est à proscrire. Plus globalement, tout ce qui pourrait porter atteinte à mon honneur. Pour le reste, nous verrons sur le tas. À moins que tu ne désires faire plus ample connaissance ?

L’intonation est celle de la bienveillance, le regard est celui de l’hypocrisie des nobles. Je n'ai pas spécialement envie de rester plus longtemps. Jouant un peu sur une possible provocation que peut inspirer ma visite et mon attitude, je suis aussi à présent familier avec son univers. Enfin, si aucune mauvaise surprise ne m'attend au tournant, ce qui ne m'étonnerait pas en vérité. C’est qu’elle a l’air apte à jouer à la forte tête ou à la plus maligne. Bien, elle aura besoin d’un mental solide pour tout ce qui arrivera si jamais elle continue à vouloir me restreindre.



_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Mar 10 Juil 2018 - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 10 Juil 2018 - 14:12
Sirotant mon thé je levais un sourcil sous la remarque du Hyuga, pas bien âgée ? La réponse était sortie toute seule pour le coup…

_”Par que dix-sept ans ou trente ans changeraient quelque chose sur le pouvoir décisionnaire d’une fille de bonne famille tu penses ? “


La réponse était non et on le savait tous deux. Oh j’avais compris qu’il piquait ma petite fierté en insistant sur mes jeunes années, mais je n’allais pas rentrer dans le jeu, encore moins avec des témoins qui allaient tout rapporter de notre entrevue. Déjà, on allait me gronder pour les excès de zèle, mais avec un peu de chance, l'inquiétude d'héritiers illégitimes allait faire travailler les méninges du trésorier avide de sa fortune. L’observant d’un sourire en coin, mesquinerie pour lui dire sans aucun mot que c'était bien essayé, je poursuivais donc ma réponse d’un ton las et pose.

_” Tous les Chokoku sont sous la responsabilité de leur cheffe,Yatsuari-sama, mais crois-moi, tu n’as pas envie de la rencontre, un beau spécimen comme toi, elle serait capable de le violer.” J’arquais un sourcil, quelque bruits de deconcertation se faisaient entendre chez le public, han elle a ose ! Eh ouais. “ Il s’agit de ma tante, mais c’est son frère qui a ma tutelle et mon éducation en mains depuis dix ans. Je te présenterais à qui bon te semblerait, bien que mon oncle est un meilleur choix, il est le trésorier donc…”

Au moins, il n’avait pas eu l'indélicatesse de parler de mes parents disparus, peut-être savait-il déjà que je n'en avais plus depuis fort longtemps. Pour le reste, un simple geste de la main lui donnait l’aval, l'invité était roi après tout et la fumée ne m'était pas déplaisante. Si nous avions été seuls j’aurais… En fait, j’allais le faire quand même, mais avec plus de subtilité. Rejoignant donc mon cher invité pour lui faire signe de me suivre, j’avais fait apparaitre une nouvelle pièce, celle de mon atelier de deux bras tendus d’un côté vers la place je l’incitais a y pénétrer, attendant patiemment qu’il soit à proximité pour lui glisser doucement, comme on le ferait avec des mots doux, quelque chose de moins ravissant.

_”Nous savons tous deux que ce clan est sans colonne, c’est bien.”

Pour l’heure, je n’avais pas encore relevé tous les éléments de notre discussion, le changement de décor y serait propice, si l’art l’ennuyait, tandis qu’il ferait semblant de contempler, nous pourrions parler. La pièce avait des étagères aux quatre coins, elle n'était pas prédisposée à être en beauté pour exposer, juste pratique. Les essais s’y entassaient un peu, allant de la simple poterie au portrait, ou même représentation à bonne échelle comme la statue de Senku toujours en travaux au milieu de l’atelier. Une table de travail était inondée de papier, personne ne mettait donc les pieds ici à part moi, d’où le côté moins parfait.

_”Chaleureuse tu disais ? Je la trouve plutôt légumineuse, sans émotion depuis que je l’ai rencontré, mais j’imagine que nous n’avons pas le même attrait pour elle. En revanche, oui, j’ai de la chance, c’est une bonne mentor. Ces enfants sont adorables, je me demande bien comment elle fait pour être sur tous les fronts comme ça...”

Une réflexion plus pour moi-même en fait. Puis je le laissais faire comme chez lui, de toute façon, il faudrait une place pour mon atelier a l’avenir, autant que le décor lui soit familier. Quant a ses remarques, je savais me tenir moi.

_” Ne sois pas trop inquiet pour ça Takumi-san, comme je t’ai dit, mon image est importante pour prendre la tête, je suis une fille sage. Je t’assure que je prendrais grand soin de la tienne aussi.”

Sous-entendu que j’allais être sur son dos, mais dit de la façon typique de nos conditions sociales, a peine quelques minutes et l’alchimie était déjà à la confrontation, ce qui n’annonçait rien de beau, contrairement à ce que pouvait se berner les espions locaux. Le contemplant une main tenant mon menton dans cette pièce, je constatais un élément intéressant.

_ “ Tu serais un bon modèle pour mes sculptures, à l’occasion peut-être. Tu le sais surement déjà, mais cet art est une tradition très importante dans ma famille. Il faut être un artiste aussi talentueux qu’un bon combattant pour prétendre à leur reconnaissance. Un de tes cousins Hayate-chan m’avait montré vos calligraphies lors d’une visite, mais je ne sais pas si c'était plus un art de sa proche famille ou clanique pour être franche. ” Haussement d'épaules, ce n'était pas si important c'était agréable à regarder, ce qui me faisait penser… “ Les présentations chez moi seront rapides, une fois que tu aurais rencontré mon oncle et mon frère, le tour sera fini. “ Je lui épargnais la tante… Plus pour ma santé mentale a moi en vrai. Bon c'était bon, il en avait assez ou bien ? “ Celles ci sont pour le festival.” Lui désignais je quand il était proche d’une caisse remplie de figurines chibis d’un peu tous les membres célèbres du village. “ Je n’ai pas fini de toutes les confectionner, mais tu es sur la liste, tu sais.” Fouillant dedans je lui tendais un exemplaire d’une des siennes, plus rigolote qu’autre chose. “ On a fait un sondage pour savoir lesquels produire. Dans le trou que tu vois, on y placera un cierge pétillant pour l’ouverture du festival ou elles seront distribuées. ” Temps d'arrêt, je parlais beaucoup en sachant qu’il s’en foutait, mais le sujet était attrayant.

Ce genre de figurine dans le lot:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 11 Juil 2018 - 0:00

Un petit soufflement de nez s’échappe. Est-ce intentionnel ou non de ta part ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Un doux sourire accompagne alors tes dires, la réponse se veut n’en est pas une mais lance bien un autre appel à la supériorité naturel de ton genre.

Mes excuses, il est vrai que vous - les femmes - n’avez que très peu de pouvoir dans notre village. Ce qui est vraiment regrettable.

Yeux fermés, petit sourire et tasse de thé en main, c’est clairement son amour propre que tu attaques un peu plus. C’est qu’elle fait preuve d’une certaine retenue malgré des mimiques que tu ne manques pas de remarquer. Il te reste encore du temps pour essayer de lui faire péter un plomb, à toi de voir si tu comptes mettre les bouchées doubles par la suite ou non. Ce qui est sûr, c’est qu’elle est rodée la bougresse. Tu ne risques pas de l’avoir avec la surprise, à moins de la connaître évidemment. D’ici là, travailles la au corps et vois ce que tu peux en tirer. Aucune réaction sur la phrase sortie à propos de sa tante, cela n’est pas digne de toi. Enfin… Si, mais il ne faut pas le montrer.

J’irais voir les deux.

L’air un peu plus détaché, tu allumes alors ton kiseru et commences à laisser ses aurantiacées t’envahir la bouche, la gorge puis tes poumons. Ces mêmes agrumes que tu recraches doucement devant toi alors que tu t’approches de la Chokoku. Cette dernière te parle d’ailleurs de la faiblesse de son clan avec des airs innocents. Tu souffles une nouvelle du nez après l’avoir entendu, vas savoir ce qu’elle essayes de te dire. Peut-être qu’un jour tu l’aideras à atteindre son objectif. Seulement, ce n’est pas non plus dans tes plans d’avoir quelqu’un de faible à tes côtés, nul doute que tu la laisseras se battre avec ses semblables pour cela, même s'ils semblent plutôt dociles et loin d’être aussi vicieux que tes propres cousins.

Chiryou est plutôt attentionnée comme femme, tu vivras toi-même certains moments qui viendront remettre en question ce que tu viens de dire.

Puis tu entres dans cette pièce, un atelier à l’évidence. Une statue grossière d’une personne nue - tu n’arrives pas à déterminer si il s’agit d’un homme ou d’une femme - et un bordel pas possible partout. Un léger rictus te prend alors quand tu remarques ça. Chez toi, tout est clair, net, ordonné. Tu n’as pas l’habitude de voir quelque chose d’aussi… désordonné ? Puis elle se remet à parler, de toi cette fois-ci. Sans aucune gêne, tu la regardes de haut tout en souriant de manière un peu trop “fière” tout en continuant à fumer.

Disons que c’est simplement un passe-temps. Tu connais les Hyûga, l’image du sérieux et de la sagesse se doit d’être dégagée par ces derniers. Être propre sur soi mais aussi à l’écriture fait de nous ce que nous sommes après tout : les plus nobles des shinobis. - tes yeux abandonnent son minois pour s’égarer sur ses diverses créations - Chez moi aussi, je présume. Tu n’auras pas à voir de membre de mon clan, c’est déjà ça de pris donc estimes toi heureuse. - tu esquisses un petit sourire à la vue de ta figurine - C’est plutôt sympa comme idée, je dois l’avouer. - en temps normal, tu n’en aurais absolument rien à faire mais vu qu’on flatte un peu ton égo depuis tout à l’heure, tu te laisses alors aller au jeu - Un cierge pétillant tu dis ? - tu te remets à observer les alentours, d’un air un peu distrait - Est-ce là ta seule occupation, Diao-san ?

Cela serait un peu triste si tel est le cas, non ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 1:11
Que dire de son insupportable caractère ? je ne pouvais pas lui grogner dessus trop de témoins, alors je notais dans un coin de ma tête de lui faire payer toutes ses insolences avec intérêt pour l’attente. Bizarrement, soudainement, j’aimerais que le temps fasse un bond avant, qu’il soit d’usage de coller mes lèvres aux siennes et la seule affection qu’il y aurait là, c'était pour mon argile glissant dans sa gorge pour décrocher sa tête de son cou par l’explosion. Sourions, après tout, la pensée un peu gore avait fait du bien, même sur un coup de sang, l'idée était bonne. Toute la perplexité s’affichait sur mon visage quand il usait des mots qui à mon sens ne s’accordaient pas bien à l’individu, mais soit. Ce n'était pas ses oeillades perçantes qui allaient faire l’illusion, si le public était naïf et pas très neutre, le partie du Hyuga étant déjà pris, il allait pouvoir courire longtemps pour que je lui mange dans la main comme les autres. Qu”il fasse le malin tant qu’il le pouvait encore ne m’offusquait pas, ma frustration était sous contrôle, face à mon oncle et sa détestabilité, il n'était encore qu’un amateur.

_”Heureuse Takumi-san ? Je trouve ca triste de ne pas avoir de famille, je ne peux pas me réjouir de ton manque, mais ca fait du temps en moins à devoir passer ensembles.”

Le message n'était subtile que pour les domestiques, vu son tranchant dissimule depuis son arrivée, ce serpent saura très bien distingué que sa compagnie était une corvée et que je m’en voudrais qu’il se force à nous faire partager le même espace.Heureusement l’art était la pour nous sauver, autant que l’autre du moment je pense.

_”Oui, j’ai eu l'idée après une commande atypique.” Je n’en dirais pas plus, secret professionnel. “ Oui regarde.”

Rien que pour lui je sortais une bille d’entre mes lèvres pour la rouler entre mes mains comme une baguette, avant de la placer sur la figurine entre ses mains. En soufflant dessus, cette dernière pétillait d'étincelles. Rien de spectaculaire en soi, mais pour la population, cela allait être plaisant je pensais bien. Quand a sa derniere question, pour tout dire, j'étais lasse des interrogations.

_”Si tu parlais de toi plutôt Takumi-san, je t’en ai dit assez pour aujourd’hui je pense.”

Je pouvais lui parler de mon affection du tabac et ma collection, ou encore de ma passion des sorties nocturnes secrètes… Ah ca non. je ne pouvais pas. La pensée étirait un sourire taquin, ah si tu savais tout ce qui pouvait se passer dans cette petite tête. Lui reprenant mon oeuvre pour la ranger, sans l’attendre, je revenais dans le salon, il m’avait assez envahis comme ca a mon gout.

_”Veux tu que je te serve a nouveau Takumi-san ? C’est mon rôle apres tout.”


Ah ah. Mieux valait ne pas trop lui montrer de mordant dès le début si on voulait le faire souffir d’une ouverture, pour l’heure, il était trop avantage pour que le match soit honnête.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 11 Juil 2018 - 1:58

Effectivement, se réjouir d’un tel manque serait terrible de la part de quelqu’un d’autre que lui-même. Peut-être même serait-ce bien trop de sa part d’ailleurs. Mais est-ce que cela m'atteindrait pour autant ? Non, pas vraiment. Mais le fait est que c’est tout de même une chose avec laquelle j’ai dû vivre. M’enfin, ce n’est pas réellement le sujet actuellement. Le reste de ses paroles sont compréhensibles, c’est un peu ainsi que je fonctionne. N’ayant pas envie de faire confiance en qui que ce soit - que ce soit par fierté ou par crainte de la trahison - je préfère me montrer sous un jour peu gratifiant ou brillant. Ce que l’on dit de moi m’importe peu, seul l’honneur importe.

C’est toujours ça de pris.


Je reste silencieux sur la suite. Elle me montre l’idée qu’elle a eu. Le cierge pétillant joue de son oeuvre et la figurine est sublimée par la chose. Pas mal, pas mal. J’aimerais bien voir de quoi elle est capable sur le champ de bataille mais je doute que ses pairs la laissent se risquer à la moindre ou à un quelconque possible danger. Cela n’arrange pas son cas - de mon point de vue -, une faible ne m’intéresse guère. Mais je ne peux pas me permettre de la juger uniquement sur ses passions. Si l’on faisait la même chose avec moi, il y aurait un million de choses à dire. La peinture, la calligraphie, la cuisine, la littérature et bien d’autres domaines encore, je les apprécie tout particulièrement. Et de manière générale, l’art m’attire sans que je puisse forcément donner une raison à cela. Je présume que je suis tout simplement un des plus grands curieux de ce monde. Mais cette soif de savoir - en ce qui la concerne - semble s’arrêter dans le but d’inverser la tendance. Parler de moi ? Si même mes propres parents de substitut ne savent pas grand chose sur ma personne au final, ce n’est pas cette jeune femme qui m’est inconnue qui en saura beaucoup plus. C’est comme ça.

Il n’y a pas grand chose à dire sur moi tu sais. Chûnin, ex fukutaicho, mes passe-temps favoris sont le sport et la lecture. - je laisse volontairement planer et léger silence afin de tirer une latte sur mon kiseru - Et c’est tout. - menteur.

De retour dans son salon, je lui offre un petit regard taquin après avoir entendu ce qu’elle vient de dire. Des idées bizarres peuvent germer dans la tête de quelqu’un qui aurait l’esprit tordu, c’est qu’elle devrait faire attention à ce genre de proposition.

Me servir ? - un énième regard en plongé, celui du dresseur de félins qui exercent leur terreur dans le coeur des hommes les moins préparés au combat, physiquement et/ou mentalement - Tu aurais pu te contenter de répondre à mes questions, tout simplement. - je me déplace alors lentement sur le côté puis me met de profil, un sourire au coin des lèvres - Je pense en avoir appris assez, je ne vais pas te déranger plus longtemps, Diao-san.

Sur ces quelques mots, j’attend que l’on vienne me raccompagner à la sortie. Ou bien alors désire t-elle quelque chose d’autre, ou tient-elle à avoir le dernier mot sur quelque chose en particulier ? Un autre sujet en particulier peut-être ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 3:28
Passionnant. Je ne faisais même plus l’effort a ce niveau-là de jouer le jeu d'être intéressée, vu que lui-même ne s’en donnait pas la peine.Je voulais bien comprendre qu’il voulait faire son quota de gars parfait histoire de se faire bien voir en montrant qu’il faisait des efforts, mais de là à me faire payer a moi la conséquence que je subissais autant que lui. Y avait de l’abus. Je refusais d'être la bouc émissaire de cette affaire, même si je l’avais piqué dans le tas, c'était légitime. Il était détestable et si il n’y avait pas eu l’accord qu’il y avait eu, j'étais certaine que ses remarques dans une famille matriarche lui auraient valu une belle volée. Quelque part, j'étais plus fâchée contre ma propre maison que lui en réalité. Chez moi, aucun soutien sous quel droit au juste. Je ne pouvais pas serrer les dents et sourire en même temps, mais l’avenir s’annonçait sombre, c'était soudain plus difficile de prendre ça plus allègrement. Contenance, on était proche de la fin après tout.

_”C’est mieux parfois de se concentrer sur sa zone de confort, j’imagine.” Je parlais vraiment de loisirs ? “ J”imagine bien le genre de sport oui.” Sourire entendu. “ Hum, nous n’aurons pas d'activité ensemble, je suis plus aventurière dans les découvertes. Mais c’est bien aussi de garder son espace personnel, j’approuve totalement.”

Même si il n’en avait rien fait, mais j’imaginais qu’on serait d’accord sur le fait que chacun de nous voulait se supporter le moins possible. Encore que, j’avais le doute parfois, est-ce que cet insolent était venu asseoir une quelconque autorité ? Je ne savais pas comment cela se passait chez les Hyuga, mais clairement, chez une Chokoku, la femme avait un statut valorisé et elles étaient toutes assez dangereuses pour être respecté. Il jetait ce genre de regard écrasant, en théorie, si j’avais l’air d’avoir aussi peu de colonne que mon clan actuellement, ce n'était qu’une impression. Cessant les simagrées, je tenais l’assaut qui lui était fatidique avec une intensité qui lui disait silencieusement qu’il aurait du fil à retordre en jouant ces jeux-la. Il faisait son cinéma à nouveau et j’aurais surement dû me contenter de son au revoir....

_”Tu vas vite apprendre Takumi que je n’aime pas perdre mon temps et c’est ce que nous faisons la. Je pense avoir été suffisamment coopérative. Il va falloir que tu apprennes à donner ou y mettre les formes, pour recevoir équitablement, j’ai l’impression que tu ne sais qu’exiger comme un enfant qui a toujours eu trop de facilités. Je ne te blâmerais pas pour ça, moi même j’en ai que trop abusé, mais tu es d’une insolence tout à fait détestable. Tu vas t’y casser les dents un jour et ça sera fort dommage.”

Pour lui, puisqu’il ne voulait pas de thé, je n’en servais que pour moi en venant y prélever une gorgée, le même temps pour la gouvernante me faisant des mimiques outragées de revenir en scène. Aucune réaction de ma part, en véritable princesse j’haussais les épaules, ce qu’il pensait de moi rien a faire, qu’il m'appréciait ou non aussi. Tout le monde n’avait pas compris le contrat, il n'était écrit nulle part que je devais lui plaire, vu que de toute façon, il n’avait pas le choix. Je faisais signe a la gouvernante ne sachant que faire, elle pouvait le raccompagner, visiblement il avait tout ce qu'il était venu chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 11 Juil 2018 - 4:20

Les sous-entendus me parviennent sans trop de peine. Se concentrer sur sa zone de confort ? Je pense avoir assez donné dernièrement avec les femmes ou même les relations sociales. Les personnes avec qui j’ai eu des interactions avant le début de mon apprentissage au Bushido sont soit mortes, soit devenues très distantes, soit ont tenté de me violer (façon de parler). Forcément, il y a quelques exception qui confirment la règle à tout cela mais… Ouais, je n’ai pas réellement envie d’en sortir là, je suis très bien comme cela même si ça ne doit pas jouer en ma faveur. Plus qu’un caprice, c’est littéralement une nécessité à mes yeux. Pour ce qui est du genre de sport… On repassera. Je ne suis même pas sûr qu’elle sache vraiment de quoi elle parle, cette imbécile. Ne pas avoir d’activité ensemble ? C’est dommage mais bon, si je le désirais vraiment, je lui aurais dit la vérité.

Nous sommes d’accord sur cela alors.

Et voilà qu’elle commence à gratter sur sa propre patience. Que c’est bon. Vraiment ? Oui et non. Pour l’instant, je n’ai rien de très concret à lui reprocher. Effectivement, elle a détruit mon manoir mais je n’en ai pas grand chose à faire pour tout dire. Je peux toujours m’en servir pour la taquiner mais ça finira par me saouler avant elle, c’est une certitude même. Mon comportement n’est pas du tout apprécié, ce n’est pas une surprise. Vexée ? Je vois. Peut-être bien que j’ai un peu trop fait l’insolent, comme à mon habitude. Tandis que la gouvernante s’approche, je dépose un regard exempt de tout sourire, montrant alors que je daigne lui apporter quelque chose qui peut faire équilibrer la balance avant de me tirer sans la moindre vergogne.

Toute forme d’art, tout ce qui se rapporte à la culture. Que cela ait une quelconque utilité ou non. - je dépose un rouleau sur la table (à considérer comme des excuses ? un quelconque cadeau ? Une énième tentative pour me faire bien voir ? :shrug:) où se trouve le service du thé et je me met à suivre la femme venue me chercher puis m’adresse à Diao de dos en faisant signe d’une main - Me casser les dents ? Je ne fais que ça, il va falloir trouver autre chose. Je te souhaite de faire de doux rêves Diao-san, en espérant que notre prochaine rencontre se passe dans de meilleures conditions.

Le ton de ma voix n’a pas été enjouée, aucune fioriture dans cette dernière. Simplement quelque chose de sobre. Même mon visage ne laisse montre rien si ce n’est peut-être un peu de fatigue suite à cette journée un peu affligeante. Et pourtant, il est bien probable qu’elle prenne mal mes dernières paroles. A t-elle raison ? Allez savoir.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

L'heure du thé - Takumi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: