Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Decodex | Yoshitsune


Lun 9 Juil 2018 - 0:00

La maison - du moins ce qu’il en reste ; ses ruines - est encore fumante. Cette demeure dans laquelle il a vécu toute sa vie n’est plus. N’ayant plus vraiment envie d’en découdre avec son paternel, le Hyûga suit ce dernier dans la rue. La destination ? Le domaine Nagamasa, plus précisément la maison du samuraï. Ce que vient d’annoncer Yoshitsune à son disciple rend ce dernier plus que perplexe mais il se doit de se concentrer sur une toute autre chose. Maintenant qu’ils sont seuls, Takumi peut parler de choses plus sérieuses, plus confidentielles. Bien que le jeune shinobi n’a pas pu répondre à la lettre de l’Enfant du Fer et n’a d’ailleurs pas fait tout ce qu’il lui a demandé de faire, le pupilles pâles n’a pas chômé pour autant. En effet, c’est la rencontre du Collectionneur qu’il a fait il y a peu - et celle de Lee par la même occasion - et les informations qu’il a pu récupérer de la part de cette femme ne peuvent qu’intéresser le Koretsu. Une arme capable de pourfendre les cieux. Un voyage/périple digne des mythes de demain. Cette légende ainsi rédigée annonce à qui en sera digne que sa personne sera porteuse d’un pouvoir incomparable et inconnu du plus grand nombre. Cette occasion serait aussi pour le chûnin de parler du bouclier qu’il a pu récupérer avec Itagami et Miyu à Murashigure.

Père, je dois te parler de quelque chose.

Le ton adopté se veut sérieux et la façon de parler du sombre de cheveux laisse entrevoir quelque chose qui est d’une importance toute particulière. Et comme à l’accoutumée - et bien que Takumi puisse se laisser aller bien souvent - il aborde le sujet sans plus attendre puisqu’il n’est pas du nombre de ceux qui tournent autour du pot.

Connais-tu le Collectionneur ? J’ai pu la rencontrer - oui c’est une femme en fait - et elle a daigné me donner des indications sur une des armes de ce monde qui défient l’entendement. Celles aux particularités bien étranges, et je ne parle pas là des sabres de la Brume mais bien d’autres choses. Comme par exemple ce bouclier aux propriétés particulières que nous avons étudié avec Muramasa et des shinobis de la Foudre…

Les mots que lui a dit cette femme - ravissante comme jaja au passage - lui reviennent en tête et il ne perd pas de temps pour répéter ces derniers à son interlocuteur. Deux cerveaux valent mieux qu’un et il est évident qu’il juge le guerrier de Tetsu no Kuni digne de confiance en ce qui concerne cette affaire qui est des plus mystérieuses. Sur un malentendu, ils pourraient venir à bout de la fameuse légende qu’il s’apprête à lui répéter.

L’Arme qui pourfend les cieux attend. Quiconque oserait passer au travers du feu pour y trouver la pluie n’aurait qu’à poursuivre sa route pour s’emparer de son pouvoir.

Un léger soupir marque la césure entre la citation et ce qu’il a à dire.

Telle est la légende qui circule au sein du Collectif. Elle circule depuis quelques temps entre certaines personnes, probablement des gens plus ou moins importants et/ou désireux de mettre la main sur de telles merveilles.




@Nagamasa Yoshitsune

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 9 Juil 2018 - 3:15


Le soleil s’avance et prend sa position souveraine à l'horizon lointaine, spectacle émouvant malgré sa simplicité régulière, tandis que sur cette ligne floue ses yeux se perdent subjugués par le spectacle. Il erre, ses pieds le menant tel un automate à près du Domaine Nagamasa, les beaux quartiers d'Iwagakure imposant leur monumental, tel un honneur aux défunts.

Les pas déambulants semblent les porter tous deux et Yoshitsune les laisses faire, inspire une profonde bouffée d'air, odeur si particulière de le zénith sur le point de s'éveiller, jour nouveau. Démarche souple, pas légers, il continue son chemin, se moirant par moment dans les méandres de pensées, de ses ballades qui ressourcent l'âme, de ces sorties qui ne servent qu'à vider la merde se fracassant contre les parois d'un crâne trop serré. Apaisé. Étrange sentiment que cet apaisement, un sentiment de plénitude que l'on ne peut expliquer. Le silence alentour se meurt en un début de brouhaha vivant alors que lentement ses pas le font quitter la tranquillité d'un quartier d'habitation pour le centre de la cité gratte-ciel, brisant cette quiétude que le silence et la vision que le satellite mourant imposaient.

Instinctivement ses yeux se braquent sur les âmes passantes, les observant, les détaillant, instinct de prédation latent reprenant ses droits sans même que Yoshitsune n'en ai pleinement conscience. Simulacre de liberté qui retourne l'âme en une rafale de grognements alors que le fauve s'excite en ton sein, bête en cage cherchant à se libérer des chaînes de son humanité soudaine. Vulgaire substitut. Puis le choc, brutal alors qu'il frappe sans prévenir. Les pieds se figent dans leur élan, tant ses yeux qui sont siens s'écarquillent comme sur le point de sortir de leurs orbites alors que la silhouette à quelques mètres de lui redonne vie aux images du passé.

« Parles, je t’écoute. »
Ecrasant le mégot dans le cendrier qu’est la terre, il rejette le dernier nuage toxique.
Paradoxalement, malgré son accoutrement soit dit en passant étouffant, Yoshitsune et son homonyme samouraï passaient inaperçus, comme gommés du paysage qui ne foisonnait d'autres silhouettes oppressées dans de larges pelisses sépulcrales. Une myriade d'architectures, de surcroît davantage impressionnant les unes que les autres, constellait les avenues saoules de richesse, et n'offraient que peu de calme aux individus pour se poser paisiblement. Les damoiseaux s’avancent donc à l'aveugle au travers du bourg vivace, leur quête de solitude portant leurs fruits puisque ses pas le menèrent jusqu'à un lieu bercée par la nitescence enivrante des décors. Les Nagamasa filèrent à travers les nombreuses ombres.
« Je vois. Quand bien même les rumeurs sur sa beauté fusent, je n’avais jamais eu l’occasion de l’a rencontrer en personne. Alors elle est si belle que ça ? Je présume que oui, si tu l’as rencontré. »
Yoshitsune adorait se montrer aussi affectif de cette façon, comme si soudain tout lui paraîssait plus simple, lent, satisfaisant, comme si à l’inverse de lui tout à coup le monde cessait de lui convenir pour ne plus ressembler qu'à un pauvre hère sale et obèse en train de te boucher le passage dans un couloir exigu. Cette énigme que Takumi venait de présenter, nul doute qu’elle pouvait indiquer la position d’un de ces artefacts que Yoshitsune avait toujours recherché depuis qu’il en avait appris l’existence. Alors il réfléchit encore et encore, sans cesse.

Il veut savoir – vite – et déguerpir ensuite. Il veut savoir – enfin – et rebrousser chemin, retourner là-haut dans la montagne, préparer l'hiver pourtant si lointain aux côtés des siens et faire taire ces interrogations à l'intérieur de son crâne en surchauffe. Il ne désire que ces réponses qui feront souffler le silence sur ses pensées, qui cueilleront les herbes folles de ses suppositions pour les emporter à mille lieues d'ici, feuilles et racines, tiges et pétales, pour qu'il ne demeure plus sur la terre de son âme qu'un sol meuble et fertile où semer de nouvelles graines, sereinement. En définitive, il ne souhaitait pas seulement retrouver la trace de ses artefacts pour aider Takumi mais également pour réaliser cet objectif dont il avait parlé à Takumi. Pour mieux se débarrasser des ennemis de la roche de ses propres mains – pour en oblitérer jusqu'au souvenir, tout en endossant le risque davantage d'en imprimer l'empreinte indélébile sur les parois de ses ventricules plutôt que de gratter l'écorce où s'était gravée la mort des siens. Mais tant pis. Il est trop tôt pour réfléchir à ces détails ; l'important dans l'immédiat est de constater si oui ou non ils parviendrait à déchiffrer quelques choses.

Il se saisit alors de Takumi par le cou avant de frotter amicalement la tête.
« L’arme qui pourfend les cieux. Dans les légendes lascives que me contait mon vieux, il s’agissait souvent là de lames. Penses-tu que ce soit le cas ici ? »





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Juil 2018 - 0:01

Evidemment, le sujet traitant de la beauté du Collectionneur tombe à nouveau sur le tapis. Une chevelure immaculée, des iris ambrées, des courbes qui se marient parfaitement à son choix vestimentaire presque trivial. Sa voix est pareille au reste, il n’y a rien de plus à dire si ce n’est que :

Ah, le Collectionneur… Elle est douce père, elle est très douce.

Rien d’autre à ajouter, le samuraï comprendra où je veux en venir. Je ne lui dirais pas tout évidemment. Cette sombre histoire de byakugan que j’ai voulu échanger, cette femme de Kumo que j’ai voulu vendre… Ce n’est pas très glorieux mais bon, ne doit-on pas tout donner afin d’atteindre la cime de ces arbres qui nous narguent ? Celle qui nous donne envie de nous surpasser et d’écraser tous les autres afin d'asseoir sa supériorité sans aucune gêne ? Celle qui nous fait rêver ; Celle qui fait de nous les acteurs de demain. À voir si les personnes que nous sommes mais surtout que nous désirons devenir souhaitent être ceux qui jouent la pièce de ce monde. Personnellement, je préfère faire partie intégrante du nombre des souffleurs, les pseudos décideur du Yuukan. Mais les choses ont fait que je sois plutôt exposé aux yeux de tous, ce qui n’est pas réellement un mal. La main posée ne connaît aucune résistance et je m’exprime à mon tour.

Oui, je le pense aussi. D’ailleurs, ce qui pourfend les cieux n’est-il pas la foudre elle-même ? Le bouclier de la kumojin semble étroitement lié à la terre et les arcanes Doton. Peut-être y a t-il un parallélisme à faire avec cet arme légendaire ?

Que cela soit le cas ou non, peu d’importance. Ce qu’il y a du bon dans cette partie de l’énigme, c’est qu’elle ne peut que pousser les curieux à vouloir en savoir plus. Quoi de mieux que deux ou trois phrases alléchantes, un contexte qui se prête à l’aventure, la découverte et la guerre puis des personnes prêtes à tout pour avoir ce qu’ils désirent afin d’avoir une histoire à conter digne de ce nom ? Peu de choses, si ce n’est rien. Quoi qu’en dise le Nagamasa, il semble évident que la piste présentement creusée soit un bon début. J’ai bien d’autres idées sur la chose comme le chemin à suivre, le feu et le pluie, une route à suivre… Que de mystères pour finalement un simple objet.



_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Mar 10 Juil 2018 - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 10 Juil 2018 - 12:35
Ayant vu les temps changer sur la Genèse de l’Humanité, Yoshitsune s'est donné pour ambition certaine d’assister sans le moindre doute à l’Apocalypse, à l'aube de se lever sur le dernier des crépuscules. Valeur indisciplinée, le temps agit à l’image dun torrent enragé, amas d'amertume dans la vie des hommes. Et cela, le Sandaime dont les lames résonnent à l'unisson le sait pertinemment. Les âges défilent sans pour autant que les esprits s’éveillent. Et c'est ainsi que hier au soleil couchant, il se revoyait une nouvelle fois devant les enseignements d’Hideyoshi aux côtés de Chogen et Jotaro ; l'a déplorant ce temps-là désormais, lui qui a rejoint les cieux.

Gardiens de ces frères, c’est alors sans crainte, que le véritable héritier d’Hideyoshi peut avancer telle certitude : aussi longtemps que les Hommes auront le goût des scandeurs et du pouvoir ; des héros et des ténèbres, il existera des histoires dignes d’être contées. À l'image de la légende Nagamasa qui s'écoule par-delà la cataracte du temps, certaines légendaires et immuables : gravées au travers du sang et la sueur dont découle leurs lames, catharsis d'un monde épars. Et d’autres plus secrètes, qui ne se laissent surprendre que par les élus, capables de sublimer les murmures, au-delà des apparences et des non-dits. Par la conséquence de la guerre et des arts guerriers dont les hommes étaient si fervents.

Il pense ainsi aux dires du jeune Hyuga et s’y réfère. Il tente bien que mal de le décortiquer dans les sens, analysant les moindre recoins et les moindres secrets de l’énigme. Encore inconnue à ce-jour nouveau, celle-ci avait pourtant le mérite de n’avoir jamais subi l’érosion du temps. Et de par ces vers mielleux, “Le destin”, semble-t-il avoir raison de leur ignorance, à l’image de cette voix qui, un jour, vint leur susurrer ce récit. Récit dont le destin tragique aurait voulu qu’elle disparaisse, englouti par les méandres de l’oubli. Mêlant à la fois les Feu et les flots ; L’art de la guerre et les cieux. Un mythe où les héros se confonderaient avec la nuit et où la légende serait plus véritable que mythologie. Une histoire éphémère, à jamais gravée dans l’éternité des cieux.

- Il est vrai qu’il est possible que s’agisse là de la foudre, surtout si on en venait à suivre le parallélisme qu’il est possible de faire avec ce bouclier Kumojin. Toutefois je pense cependant à l’image d’une vigoureuse lance capable de faire vibrer les cieux et faire gronder l’orage.

_________________


Dernière édition par Nagamasa Yoshitsune le Mer 18 Juil 2018 - 7:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Juil 2018 - 20:54

Que dire de plus ? Les légendes sont le propre de l’Homme. Elles illustrent d’ailleurs au mieux de le comportement de ce dernier. Il s’affabule de rêves - s’abandonnant à une douce rêverie, le regard tourné vers les étoiles -, se dote de capacités qu’il ne se soupçonnait même pas - défiant toute logique et dépassant ses propres limites -, puis tente le tout pour le tout afin d’accomplir sa destinée - en mettant sa vie en jeu. Que penses-tu de cela, toi qui n'escompte point rester inactif - spectateur de ce monde qui se meurt, tu désires cependant qu’il se mue - face aux atrocités et la sauvagerie de tes semblables bipèdes ? Cet enfant qu’est l’univers joue de ses caprices, jour après jour, et tu ne peux que constater les dégâts de ses propres bêtises. Être en vie est une malédiction en soi, une maladie incurable. Vivre, c’est mourir. Et que fais-tu ? Tu l’attends. Est-ce ainsi que tu imaginais ton existence, rester dans l’expectative, attendant que la promesses des divinités s’accomplisse ? Non, bien sûr que non. Tu ne te soumettras jamais à leur volonté, ni même leur volonté. Que font-elles pour leurs créatures ? Ces êtres transcendants n’ont rien trouvé de mieux que de laisser aux faibles d’esprit tel que toi ou tous les autres mortels, et maintenant ils vous observent. Cela ne durera pas longtemps. Si pour changer cela tu dois gravir l’Olympe et imposer ta vision des choses aux dieux, qu’il en soit ainsi, tu le feras. Mais avant cela, il te faut gagner en puissance et en maturité (tu en as conscience malgré tout).

Pour tout te dire, j’y ai aussi pensé. Cette arme - lance ou épée - capable de déchaîner tempêtes et colères divines se trouve quelque part, là, dans ce monde. Et elle attend celui qui sera digne d’être son porteur père.

Allumant ce kiseru pour profiter des saveurs qu’il se targue de pouvoir t’offrir, tu poursuis, l’air concentré et le regard plongé dans l’incertitude.

Aussi, il est question d’oser. Un danger évident - ou seulement en apparence ? - attend l’individu qui cherche cet objet. Quant au feu et à la pluie, cela ferait bien évidemment penser à Hi no Kuni et à Ame no Kuni - leur frontière et un possible danger s'y trouvant -, mais n’est-ce pas là un appât pour les impatients ou les simples d’esprits ? Nébuleux.

Dubitatif, tu viens poser ta main sur ton menton un long moment puis observe les environs. Votre route avance - lentement mais sûrement - et ton envie d’arriver au domaine Nagamasa s’amplifie peu à peu. C’est (presque) une nouvelle vie qui est sur le point de commencer pour toi. Point de solitude, tu vivras à nouveau avec d’autres personnes. À voir seulement si cela te seras bénéfique ou non.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 18 Juil 2018 - 7:50
L'homme ne sait que dire, que faire face à cette énigme qui qui se présente à lui. Ils sont là tous deux, inconstant réfléchissant à ce qui pourrait bien être la solution à ce flou ; ce même flou qui se présente finalement à leur pied. Pourtant sans même qu'il le sache encore, la solution sans doute existe-t-elle à l'orée de l'univers ? Peut-être se terre t-elle même au creux de leur main, tourbillonnante pourtant évidente.

Alors l’enfant du Fer tente tant bien que mal de décortiquer cette situation énigme qui lui ai présenté ; à l’image d’un Œdipe Roi de Grèce tentant tant bien que mal de résoudre l’énigme du Sphinx. Et alors les deux hommes parlent entre eux, abordant les mystères qui bercent le monde, Takumi soulève un élément qui peut être pertinent.

En effet, cet arme aussi terrible pouvait elle être, semblait attendre quelque part qu’un daigne se montrer celui qui en deviendrait le fier porteur. En la personne du Samouraï sans le moindre doute, trouverait elle son bonheur. Mais où était elle ?

Impatient, Yoshitsune s’étire et semblait frémir d’excitation. Prêt à finalement laisser parler la rixe.

- Que penses-tu d’aller cet objet ? Peu importe où il se trouve dans Hi no Kuni ; dans Ame no Kuni. Cet objet nous devons le trouver Takumi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Juil 2018 - 8:47

Et alors que le Hyûga s’adonne à la réflexion, les mots du samuraï font vibrer tout son être, son âme, sa raison d’être en somme. L’impatience parle. Celle du guerrier, celle du conquérant, celle du capricieux. Pour sûr, personne ne pourrait attendre avant de mettre la main sur un tel objet et avec cela, la promesse de combat dantesques pour l’obtenir. Que demander de mieux pour ceux qui ne désirent que laisser parler leur lame ? Posant sa main sur l’épaule de son paternel, Takumi expose un large sourire pleins de malice mais aussi une émulation criante. Cette rivalité éternelle entre lui et l’inconnu, voici ce qui le rend véritablement heureux et lui fait oublier tous les mauvais événements. Une aventure vers l’énigmatique durant laquelle de rudes escarmouches se profileraient, avec à la clef une arme de légende. Rien ne saurait alors calmer son sang qui commence à bouillir.

Père, imagines-tu seulement tous ces bretteurs et combattants sans égales que nous pourrons croiser durant cette quête ? - puis il pose sa main sur la garde de son arme - Hi no Kuni ou Ame no Kuni, aucun pays n’arrêtera la volonté du Fer sur ce coup. J’en fais le serment.

Et si d’aventure cela devait arriver, c’est que le pupilles pâles aurait sans aucun doute rendu l’âme. Un moment qu’il attend plus que n’importe quel autre et qu’il désire plus que tout en ce monde. Partir de ce monde dans un dernier effort - souriant insolemment à la Mort - et avoir trouvé quelqu’un qui daignera oser mettre fin à ses jours. Mais avant que ce jour arrive, il se devra de devenir bien plus puissant car c’est bien un combat d’anthologie qu’il compte vivre dans ses derniers instants. Tandis que sa main tremble - faisant ainsi claqueter sa lame dans son fourreau, elle aussi à soif de sang - à l’idée de pouvoir repartir aussitôt, le samuraï en devenir s’exprime à nouveau.

Nous devons y aller oui !

Seule l’impatience souhaite guider le moindre de ses pas à partir de ce moment. Espérons seulement que le jeune querelleur saura se tenir d’ici là à ce qu’ils partent. Cela pourrait être fâcheux si quelques erreurs de plus sont commises en attendant l’aventure tant attendue.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 18 Juil 2018 - 9:03
Il sourit alors faiblement sans jamais en comprendre la raison. Il se tient là, marchant au gré du vent qui souffle. Tout ça au coté de son enfant. Il n'y a pas meilleur sensation que celle-ci d'ailleurs. L’homme sourit toujours à la vue de cet impertinent qui lui est désormais si cher. Étrange ? Non. Depuis quelque temps il est typiquement l’une des rares personnes avec qui il se plaît à converser. Et alors qu’ils sont là présent dans le village caché de la roche, Yoshitsune n'a de cesse penser à un endroit qui pourrait recéler cet artefact, cet objet mystique.

A l'éclat doré des journées les deux hommes se faufilent dans les bourgs de la citadelle, jusqu’à parvenir au devant de la palissade qui berce le coin : Le bureau du Kage. Ombre grandissante dans la lumière des lieux. Ses cheveux blafardes illuminés par les rougeoiements des feux, Yoshitsune est poussière d'étoile tant son regard se fait intense. Idole d’albâtre et de brocart noir, le vigoureux samouraï se veut être l'image de cette foi sans frontière, sans dérives dont Iwagakure a besoin. Pourtant sous cet habituel masque de vertu qu’il revêt une fois encore, il est décadence.

Monde shinobi, souillé des rats avides d'un peu de pouvoir Yoshitsune fait part de son acquiescement au vigoureux Takumi.
Ainsi tandis que le jour poursuit sa course solennel, Yoshitsune fait de l'aurore son royaume, à la résonance de ses paroles devant la bâtisse maintenant illuminé, il brise le silence asphyxiant sans flancher un instant.

- Ah dit-il souriant. Quand bien même leur technique n'a d'égale que les légendes lascives dont ils sont sujet, penses-tu réellement que ces bretteurs de l'Eau ou bien même ses brigands du Feu puisse s'élever à tel point de rivaliser avec la nouvelle ombre de la Roche ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 21 Juil 2018 - 13:04

Enthousiaste, le jeune shinobi l’annonce sans aucune peine. L’estampe est ainsi dépeinte : les valeureux héros se fraieront un chemin au milieu de chemins non pas sinueux mais bel et bien infernaux. Affronter l’inébranlable, résoudre l’insondable, s’affairer à l’inéluctable. La course vers l’impossible est évidemment lancée, quoi de mieux que cela pour tenir en haleine les esprits les plus frappés par la promesse d’un redoutable pugilat. Ils déambulent, là, au sein de ce tumulte qu’est leur destin maudit. La vie dictée par la tranche et le sanguinolent, la mort désirée pour l’honneur et la grandeur. Et c’est en attendant cette heure macabre - mais ô combien se faisant nitescence au sein des ténèbres de ce monde - que ce disciple, enfant et subalterne suit son maître, père et supérieur.

L’aura habituelle des lieux connaît un changement soudain mais certain. Un nihilisme apparaît et se veut maître de la bâtisse. Du moins, en premier lieu. Et finalement, il ne se veut pas maître mais rédempteur. Pareil à l'auréole qui veille sur le dessus d’un mort, il vient chasser l’épée de Damoclès qui toise de sa lame les habitants de la Roche ainsi que leurs projets, leurs rêves, leurs désirs. Une lumière qui aide les autres à avancer, à se surpasser. C’est ce qu’incarne le samurai pour ce pupilles pâles qui n’a nulle autre individualité à suivre. Un exemple, un modèle ? C’est bien loin de ce qu’il en pense. Non, lui y voit plutôt un repère. Une balise en plein milieu de l’océan, quelque chose à quoi se raccrocher en cas d’alerte et/ou d’urgence. L’ultime rempart qui se dresse face aux épreuves bien trop lourdes pour les épaules d’un Homme trop peu préparé. Mais le querelleur devra bien un jour - tôt ou tard - affronter la tempête seul. Et c’est bien ce qu’il souhaite aujourd’hui, il ne s’en cache point.

Hm hm.. - petit rire présomptueux - Mais pour qu’ils daignent l’affronter, encore faudrait-il qu’ils me passent sur le corps. Personne n’aura à rivaliser avec… - petite surprise affichée - la nouvelle ombre tu dis ?

Le Hyûga avance des propos lourds de par leur poids et leur signification. Pour lui, c’est évident : aucun n’approchera le kage à moins que lui-même ne soit plus en mesure de combattre, vif mais surtout et probablement mort.Mais l’étonnement est au rendez-vous, accompagné (bien entendu) d’une douce et délicate pointe de sel.

Quel imbécile a pris la place du Borukan ?

Mais qui donc ?!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Aujourd'hui à 15:14
Et à l’image de personnes célestes dominant la lumière déjà trop épaisse pour lui, la voix de Yoshitsune se faisait rassurante et apportait une touche de familiarité dans cet univers un peu hostile. Lui était beaucoup plus optimiste que Takumi : là où lui ne voyait plus que l'océan sombre nommé guerre dans lequel il avait plongé ses aspects les plus terrifiants, Yoshitsune se faisait sage et le consolerait en lui rappelant qu'il n'était pas encore un initié de ce monde secret, mais qu'il progresserait tout doucement à son rythme. Nul homme ne devrait se refermer dans les méandres d’une oblitération certaine ; Nul homme ne devrait vivre ce que les trois frères eurent à vivre depuis leur tendre enfance ; Nul homme ne devait être Chôgen ou Yoshitsune - surtout pas son propre enfant.

Yoshitsune aurait adoré le pousser à y croire de toutes ses forces, mais le fantôme de l'incrédulité planait au dessus de lui depuis qu'il avait perdu la foi en même temps que l’espoir d’un renouveau de joie. A ses yeux Takumi ne savait pas s'il serait effectivement capable un jour d'affronter la nuit avec autant de bravoure que lui. L'entraînement qu'il avait d’Hideyoshi celui qu’on lui imposait avec fermeté le placerait toujours loin devant lui dans son domaine. Tout au plus le Tsuchikage voulait son enfant capable d'avancer sans trembler, avec la fierté d’une ombre qui se noie dans la nuit la plus épaisse sans en éprouver la moindre appréhension. Mais même cela, Yoshitsune ignorait s'il en serait un jour capable.
Et il se disait Père de son fils. Balivernes.

Yoshitsune reconnaissait qu'il y avait quelque chose d'effrayant dans le fait de marcher pratiquement à l'aveugle dans un environnement inconnu. En y réfléchissant une seconde fois, ces pérégrinations n’avait d’audace que d’essayer d’embrûmer l’homme qui serait un jour l’ombre qui s'élèverait devant tous, bravant la lumière calcinante du succès pour lui faire éclipse ; protégeant son village à n’importe quel prix. C’était l’image que se faisait Yoshitsune de son enfant ; celui qui lui succéderait.

- Est-ce là une façon que de traiter son jeune père ? “Imbécile” ? Je suis la nouvelle ombre de la Roche, Takumi. Nagamasa Yoshitsune, Sandaime Tsuchikage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Decodex | Yoshitsune

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: