Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La V2 d'Ascent of Shinobi est disponible !
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 5:12 par Higure Mafuyu

» Higure Mafuyu
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 4:37 par Higure Mafuyu

» here comes the boom | Yu
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 4:33 par Yu

» Mawehara Miyuki | La Mélodie de l'Eau {Terminé}
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 4:13 par Mawehara Miyuki

» Remuer la cendre [Libre]
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 2:45 par Suzuri Takara

» Uzumaki Ryuji
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 2:37 par Uzumaki Ryuji

» Post clarification [U. Sazuka; S. Anzu]
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 2:36 par Uzumaki Sazuka

» Patch 1.00
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 2:33 par Hayai Taishi

» 05. Demandes liées aux rouleaux
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 2:19 par Fuyumi

» 08. Demandes diverses
Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin EmptyAujourd'hui à 1:45 par Chinoike Katsuko

Partagez

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin

Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Lun 9 Juil 2018 - 21:36
Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; il est le dernier et quelque part cela le rend important.

Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; si soudainement, c'est troublant, c'est enivrant.

Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; tu es maintenant la tête d'une équipe entière.


Encore une fois tu te demandes si c'est un réel gage de confiance ; tu as du mal à y croire, tout cela arrive si rapidement. Tu as du mal à croire que l'on te considère enfin, et pourtant c'est bien à toi que l'on confia la vie du Shodaime. Tu avais échoué mais ils te laissèrent recommencer, en te confiant la vie de l'ingrat héritier, alors pourquoi douter ?
Tout cela est si soudain, tu as du mal à croire et pourtant tout ceci est bien réel ; Lee Sun-Hi tu prends de l'importance ; petit à petit tu construis ta place au sein de ce village, petit à petit tu confirmes ta place de kunoichi. Lentement mais surement, tu grimpes les échelons ; lentement mais surement, à ton tour maintenant de les aider à se hisser.

Classant tes dossiers, tu songes à ce faciès infamilier ; à ce substantif infamiler, et tu te demandes de quoi ce dernier est fait. Sans parler de ses capacités, tu cherches à découvrir l'essence de ce nouvel élément ; parce que tu es curieuse de savoir si la nature des trois donnera harmonie ou chaos, mais tu le sauras bientôt puisque tu l'avais convier à venir de te rencontrer en ces lieux.

Un hôpital, en voilà un endroit peu charmant ; vie et mort y cohabitent. Étranges colocataires, elles y font leurs affaires, y font régner leur ère ; et vous êtes comme des arbitres devant empêcher l'une de prendre le pas sur l'autre, parfois sans grand succès... Un endroit peu charmant et pourtant si singulier ; espoir et désespoir y cohabitent. Étranges colocataires, ils y font leurs affaires, y font régner leur ère ; et vous êtes comme des arbitres devant empêcher l'une de prendre le pas sur l'autre, parfois sans grand succès...

Un hôpital, en voilà un endroit peu charmant. Ici cohabitent des paradoxes ; parfaite représentation de ce qu'est la vie.

Classant tes dossiers, dans ce bureau épuré, ennuyé, tu y attends le dénommé Konran Tenzin.



@Konran Tenzin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Lun 9 Juil 2018 - 23:52
Aujourd'hui était un jour important, un jour qui allait surement marqué un nouveau tournant dans ma vie. J'avais enfin été assigné à une équipe, à un professeur, qui s'avérait être une kunoichi spécialisé dans les techniques de soin. C'était à la fois fort pratique et d'un autre côté, ma foi, assez rassurant. Les ninjas médecins étaient souvent bienveillants, et quelque chose me disait que cette femme l'était. Lee Sun-Hi, tel était son nom. Et grâce à cette femme, j'allais pouvoir progresser, faire des missions en équipe, et peut-être même mener des recherches sur mes parents un jour. C'était le but à terme. Alors que cette nouvelle journée commençait, j'avais reçu une missive qui me convoquait dans l'un des endroits les plus lugubres d'une ville après la morgue : l'hôpital. J'étais un fervent défenseur des opprimés et je détestais la méchanceté gratuite, cependant je devais avouer que je n'aimais pas mettre les pieds dans un hôpital plus que ça. Pourquoi ? Tout simplement parce que la vue de ces innombrables personnes blessées, malades, à l'article de la mort, me rappelait des souvenirs plus profonds. Mon incapacité à avoir su me protéger et éviter la capture de mes parents. Mon manque de puissance cuisant qui me pesait sur la conscience. Soupirant, je m'apprêtais à me lever pour partir vers cet hôpital quand Sorina s'approcha de moi.

-Tout va bien, Tenzin-nii-san ?

Cette petite âgée d'une douzaine d'année était ma nouvelle colocataire, et un symbole de pureté et d'innocence qui ne manquait jamais d'apaiser mon coeur. Je l'avais rencontré en même temps qu'un autre shinobi du village, Tenshi, avec qui nous nous étions entendus pour la sortir de son triste sort. Elle était plus ou moins retenue captive par un tavernier qui la tenait en otage en échange de la dette que la mère de la petite lui devait. Mais nous l'avions libéré, et j'avais décidé de l'emmener avec moi en attendant que nous puissions aller récupérer sa mère. Depuis, nous étions devenus assez proches et complices, et elle était la seule personne dans ce village jusqu'à présent qui connaissait mon histoire et l'histoire de ma famille. Elle était la seule qui avait connaissance de mes pleines capacités. Et de temps à autres, je l'emmenais faire un petit tour dans les cieux où nous ne manquions pas de rigoler de bon coeur et de profiter de l'instant présent. Mais outre son innocence infantile, elle faisait preuve d'une grande empathie envers ceux qui l'entouraient. Déposant alors une main sur sa tête avec un sourire, je l'intimai de ne pas s'inquiéter.

-Je vais dans un endroit peu plaisant, à l'hôpital, afin de rencontrer ma nouvelle sensei. C'est une ninja médecin, donc ça a surement du sens. Juste que je n'aime pas spécialement ces endroits, terminai-je avec un clin d'oeil.

-Moi non plus, je n'aime pas les hôpitaux, dit-elle d'un air renfrogné. Puis retrouvant son sourire. Gambatte, Nii-san !

-Je reviens dès que j'ai fini, acquiesçai-je avec le sourire et un coeur plus léger.

Passant par la fenêtre, je sortis de mon appartement et me dirigeai alors vers l'hôpital comme convenu. Lorsque j'arrivai au bas du bâtiment, j'hésitai une seconde avant d'entrer, ne me sentant pas vraiment à l'aise. Tout de suite, l'odeur d'antiseptique et de la maladie m'assaillirent, et la vue des blessées alors que je pénétrais plus profondément dans le centre de soin me fit un pincement au coeur. Je ne laissai pourtant rien d'autre paraître qu'un froncement de sourcil. J'avais toujours été d'un certain calme et d'une grande sérénité et possédais une grande maîtrise de mes émotions qui m'avaient beaucoup aidé par delà les années. Peu de choses parvenaient à me faire sortir de mes gonds. Je me dirigeai implacablement vers le lieu de rendez-vous jusqu'à arriver au niveau de la porte d'un bureau. Je frappai deux coups secs, et attendis une réponse avant de rentrer. Mon coeur battait un peu plus vite alors que je pénétrais dans la pièce où se tenait certainement mon nouveau professeur. Je fis un salut traditionnel et me présentai alors sans tarder, en gardant toutefois mon calme habituel.

-Bonjour, je me présente : Konran Tenzin, et je suis le genin d'Iwa qui a été assigné à votre charge. Vous êtes bien Lee Sun-Hi-sensei ?

Je me demandais bien pourquoi elle nous avait donné rendez-vous ici, si c'était parce que c'était plus pratique pour elle ? Ou il y avait-il une raison particulière à notre présence ici ? J'attendis alors patiemment que la jeune femme qui se tenait devant moi me fasse part de sa vision.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Ven 13 Juil 2018 - 2:07
Classant tes dossiers, dans ce bureau épuré, ennuyé, tu y attends le dénommé Konran Tenzin.

Par deux fois on frappe à la porte ; tu observes l'heure, devine que c'est lui et le convies. Tu devines que c'est lui et le convies, car il n'y a que de cette manière que tu pourras le confirmer. Ainsi tu es enchantée de voir l'adolescent entrer. Inspirant à la sérénité celui-ci ne fait aucune erreur dans son exposé ; et tu te réjouis qu'il ait d'emblée compris. Ravie, tu lui rends ses politesses, t'inclines avant -à ton tour- de brièvement te présenter - "C'est bien moi. Lee Sun-Hi kunoichi de la Roche et Iryô-nin. Je t'en prie, mets-toi à l'aise, j'en ai encore pour un petit instant". D'un ton calme et posé, tu l'invites à prendre place face à ton bureau ; l'invite à dérober ces places habituellement réservées aux patients. Aujourd'hui, pas de consultation : juste de simples questions. Celles-ci iront dans les deux sens -dans les limites de la bienséance-, car si tu dois apprendre à le connaitre, il en va de même pour lui avec toi.


Classant tes dossiers, dans ce bureau épuré, ennuyé, le dénommé Konran Tenzin est arrivé.

Tu ne pris que quelques instants à les ranger, la tâche était bouclée ; tu allas t'installer.

- "L'hôpital, un endroit particulier pour une entrevue n'est-ce pas ? Je suppose que tu t'attendais à autre chose ? Si c'est le cas, je suis désolée. Je comprendrais que tu sois gêné, dans quel cas n'hésite pas à l'exprimer. M'enfin ce n'est pas vraiment ce dont nous devons parler aujourd'hui !". D'un ton calme et posé, tu l'invites à se rassurer ; il ne doit pas se braquer. Tu marques une pause, dans le cas où il souhaiterait se manifester. Tu marques une pause, car tu ne sais pas réellement comment aborder -subtilement- cette question alors - "Konran Tenzin, je vais être directe : parle-moi de toi. Je ne veux pas juste me limiter à tes capacités. J'aimerais savoir : quel genre de genin es-tu ? Quelle est ta vision du monde, de ce village et à quoi aspires-tu ?".

Des questions anodines et pourtant pleine de sens, elle t'aideront à dresser son portrait ; à le décrire. Une première porte pour découvrir qui est ce genin. Une première porte pour découvrir qui est Konran Tenzin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Ven 13 Juil 2018 - 16:11
Après avoir toqué à la porte, j'avais patiemment attendu qu'on m'invite à entrer avant de pénétrer dans le bureau. Je n'avais pas eu à attendre très longtemps, et lorsque je fis mon entrée je me retrouvai face à une jeune femme plutôt séduisante, dont la description correspondait avec celle qu'on m'avait faite de mon futur professeur. Et je fus heureux de constater qu'en effet, je ne m'étais pas trompé, quand celle-ci à son tour se présenta. Elle m'invita par la suite à m'installer sur les chaises qui se trouvaient en face de son bureau, et qui étaient normalement réservés aux patients de la jeune femme si je ne m'abusais. Comme indiqué, je m'assis sur la chaise et patientai tranquillement en observant mon futur sensei vaquer à ses occupations. Je me demandais bien quel genre de professeur et de maître elle pouvait être. Quel était son caractère. Réussirions-nous à nous entendre ? Mais alors que mes pensées s'évadaient dans la nature, le temps passa plus vite que ce à quoi je m'attendais. Et lorsqu'elle eut fini de ranger ses dossiers, elle s'installa en face de moi et m'adressa alors la parole pour décrire exactement le malaise dont j'avais parlé à Sorina avant de partir pour l'hôpital.

-Je ne cache pas que le choix du lieu de rencontre m'a un peu surpris, et la détresse présente dans les hôpitaux ne me laisse pas indifférent. Mais à bien y réfléchir vous êtes une kunoichi médecin, et ça me semble assez logique. Même si, en effet, ce n'est pas la raison exacte qui nous rassemble.

Elle observa par la suite un silence de quelques secondes, semblant réfléchir à la manière dont elle allait formuler ses prochaines paroles. Mais visiblement, la réflexion ne lui avait pas permis de déterminer de meilleurs moyens pour me poser les questions qui suivirent. Comme qui dirait, il ne fallait pas passer par quatre chemins, et bien que c'était un adage vieux comme le monde je ne m'attendais pas à autant de franchise. Cependant, le fait que la kunoichi ne s'intéressa pas uniquement à mes capacités me rassura quelque part. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'étaient ces mêmes capacités qui avaient attiré l'attention sur ma famille et avaient engendré la tragédie qui m'avait laissé seul et désoeuvré. Les questions qu'elle me posa n'étaient pas simples pour autant, sur leurs faux airs anodines. Je pris le temps de réfléchir à ce qu'elle me demandait, prenant quelques secondes, avant de me lancer.

-J'ai un peu de mal à cerner votre question, mais je vais tenter d'y répondre du mieux que je peux, dis-je calmement. Je n'ai malheureusement pas une excellente vision du monde...L'Homme est un être cupide et attiré par le pouvoir. Le seul moyen de protéger les siens est d'être plus fort que ceux qui cherchent à vous nuire. Les guerres ne sont que le reflet de cette cupidité. Qui a raison ? Qui a tord ?...Et pourtant, j'ai espoir qu'une voix plus pure s'élèvera un jour pour imposer la paix. Car je soupçonne notre monde de receler des trésors encore inexplorés. Mais en attendant cela me semble bien loin, et se préparer au pire est la meilleure chose à faire. Quant à moi, je compte bien devenir assez forts pour protéger ce qui doit l'être.

Prenant une très brève pause, je m'apprêtai à parler plus profondément de moi.

-En ce qui concerne le village, j'y ai trouvé un sentiment réconfortant me rappelant mon pays de naissance : Kaze no Kuni. Cela ne fait que quelques années que j'y suis, après avoir passé pas mal de temps à errer suite à mon départ de Kaze, et j'apprécie la dynamique du village et espère pouvoir l'aider du mieux que je peux. Mais si je peux dire que j'aspire à une chose, c'est retrouver mes parents. Et pour cela je dois devenir plus fort...

Mon regard s'était un peu assombrit face à ses paroles, mais j'avais décidé de jouer cartes sur table comme l'avait fait mon sensei. Ce n'était pas facile de parler de ces choses là, mais je ne laissai pas pour autant déborder ma colère ou ma tristesse. Comme à mon habitude, seuls mes yeux reflétaient le tourment que cette épisode m'avait infligé. Mais c'était aussi un regard déterminé que je tournais vers mon nouveau sensei, sans pour autant changer le ton de ma voix depuis le début de notre rencontre. Mais j'étais quelque peu intrigué par la réponse que pourrait me donner notre sensei face à sa vision du monde. Elle qui avait plus d'expérience que moi dans ce domaine, avait-elle toujours espoir ?

-Et vous sensei ? Que pensez-vous de ce monde, si je puis demander...? Et qu'attendez-vous de moi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Dim 15 Juil 2018 - 21:44
Aujourd'hui pas de prise de note, tu ne serais qu'oreille attentive. Tu écoutais le genin, il était important qu'il s'exprime de façon libre ; ainsi le contexte était important, le moindre malaise pouvant le déconcentrer, le brider, mais -heureusement- il ne semble pas si affecté. Tu lui signifies ta compassion par tes gestes, par un mouvement de tête ; adopte une position d'ouverture : tu es toute ouïe.


La manière dont il définit le monde est sombre ; ses paroles témoignent de sa souffrance, en sont le reflet. Une souffrance que tu ne creuseras pas, pour ne pas plus le blesser. Plaies ouvertes non cicatrisé, lorsqu'il sera prêt tu le laisseras se livrer ; lorsqu'il sera prêt il t'autorisera les panser, mais tu ne prétendras pouvoir les soigner pour avoir déjà essayé...
La manière dont il définit le monde est sombre ; pourtant il lui reste une lueur d'espoir, il veut encore y croire. Un malheur qui vous est commun, à vous qui espérez encore en l'humanité. Une expectance qui vous est commune, à vous qui souhaitez voir l'humanité s'élever sans s'ensanglanter. En ce triste monde, votre chagrin se résume en un vieil adage : "Qui veut la paix, prépare la guerre"...

Il prend une brève pause. La manière dont il définit Iwa est joyeuse.
L'adolescent a une image beaucoup plus plaisante du bourg, le compare à Kaze no Kuni et tu souris ; le Pays du Vent est ta maison, et tu es heureuse de trouver un compagnon. Son soleil marque vos peaux depuis des générations ; vos yeux sont emprunts de ses oasis ; ils arborent les couleurs des eaux, sables, arbres et plantes.
Le Pays du Vent est ta maison ; ancré dans ta chair, il marque vos iris et vos peaux depuis des générations.
Le Pays du Vent est ta maison ; mais il est proie à des tourments dont sont ? furent ? victime ses enfants ici présents... En tant qu'ainée, c'est à toi de l'aider, car le Pays du Vent est sa maison ; ses eaux marquent ses iris et son crin.

L'adolescent t'a partagés ses visions et définitions, te pose une question : à toi maintenant de livrer ton opinion. Cependant sonna midi, vint le temps de se nourrir ; te leva donc et lui lança une nouvelle invitation - "Et si on allait dehors ? Je t'en dirais plus sur ma vision du monde !".
C'est ainsi -qu'ensemble- vous traversiez couloirs et corridors jusqu'à arriver au jardin de l'hôpital ; pas des plus luxuriant mais il n'avait rien à envier autre coin de verdure du village. Vous prirent place à l'ombre d'un arbre ; une douce brise venant vous rafraichir de temps en temps ; déballes tes bento, tu en fais toujours trop alors c'est naturellement que tu lui proposes - "Prends en un si tu as faim !".

Et devant vous se joue un spectacle réjouissant, réconfortant ; là où semble régner le désespoir, rire et joie se font entendre, et tu décides enfin de lui répondre.

- "Tenzin-kun ? Permets que je t'appelle comme ça ?" une bouchée "Ce lieu te semble-t-il toujours autant empli de douleur et détresse ?" une seconde bouchée "Ma vision du monde s'est ternie, a perdu de son utopie. Néanmoins, je garde espoir, je veux croire en l'Homme... J'en ai vu des monstres, pourtant je ne peux m'empêcher d'espérer... Alors il fut difficile d'apprendre à être saveur et bourreau, mais c'est malheureusement le prix à payer pour garantir la vie des miens... Tu vois cet hôpital, c'est le paradoxe qui nous habite. Un paradoxe avec lequel on ne peut qu'apprend simplement à vivre... Ainsi nous faisons chaque jour de notre mieux, et c'est ce que j'attends de toi : que tu fasses de ton mieux et que tu deviennes un homme dont tu pourras être fier".

Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Mar 17 Juil 2018 - 1:02
Assise sur son fauteuil en face de moi, celle que je m'apprêtais à appeler sensei m'écoutait attentivement. Elle ne faisait pas mine de m'interrompre pour un sous, et tout dans sa posture et son langage corporelle transpirait l'écoute et l'empathie. Sans m'en rendre compte, je m'étais laissé aller à lui faire confiance naturellement et c'était sans gêne que j'avais partagé ces informations sur mon passé avec elle. Cependant, il y avait une part de ce passé qui était encore bien trop douloureux et sombre pour que je puisse en parler aussi librement que le reste. Peut-être un jour pourrais-je me confier à cette personne qui se tenait en face de moi et qui acquiesçait en m'écoutant sans jamais me couper. Bien que j'étais certain que mes émotions transparaissaient au travers de mon discours, j'appréciai la retenue de mon sensei et le fait qu'elle ne posa aucune question. Elle me laissait ainsi prendre le temps de révéler exactement ce que je voulais. Et je lui en étais reconnaissant. Il me sembla voir dans ses yeux et sur sa peau le reflet de ma nostalgie pour le pays qui m'avait vu naître, mais je n'osai poser la question. Tout comme elle, je ne cherchais pas à enfoncer les lignes de son intimité. Nous aurions tout le temps, si ça devait se faire, de parler plus amplement.

Lee Sun-Hi-sensei se leva alors et m'invita à sortir avec elle pour qu'elle m'explique la manière dont elle voyait le monde. Je me demandai brièvement la raison pour laquelle elle ne le faisait pas ici, dans son bureau, mais je ne m'attardai pas sur la question et je la suivis sans broncher. Me levant du siège, nous quittâmes le bureau que nous occupions pour nous diriger à travers les couloirs de l'hôpital jusqu'à la sortie. Là, lorsque le vent caressa ma peau, je pris une grande inspiration en profitant de l'élément qui m'avait accordé sa bénédiction. Je n'avais jamais apprécié les endroits clos et préférait généralement me retrouver à l'air libre, ou dans des endroits bien ventilés. Nous arrivâmes alors jusqu'à un jardin qui jouissait d'une certaine fraîcheur, un endroit paisible et tout à fait agréable, où nous prîmes places sous l'ombre d'un arbre. La kunoichi au teint hâlé sortit alors plusieurs bentos dont elle m'en proposa un. Au début je comptais refuser son offre par politesse, ne voulant pas abuser de la gentillesse de mon professeur, mais mon ventre bruyant me rappela rapidement à l'ordre. Je n'avais pas mangé depuis un certain nombre d'heure, et mon organisme demandait à ce que cette faute soit réparée. Acceptant avec un sourire et des remerciements, je pris donc un des bentos et commençai à manger.

-C'est délicieux Lee-sensei.

Mais alors que nous étions toujours dans cet endroit que j'avais auparavant critiqué comme étant un lieu de désespoir et de détresse me mettant mal à l'aise, voilà que j'entendais des rires et des exclamations de joies. Un spectacle de bonheur et de joie que je ne me pensais pas donner de voir un jour en ces lieux. Un soupçon de joie et de nostalgie éprit mon coeur alors que mes yeux se plissaient pour accompagner le doux sourire qui étirait mes lèvres. Lorsque la ninja médecin s'adressa à moi à nouveau en me demandant si elle pouvait m'appeler Tenzin-kun, j'acquiesçai. Suite à cela, elle me demanda si ce lieu me semblait être seulement la fenêtre étroite par laquelle je l'avais regardé tantôt. Etait-ce la raison pour laquelle elle m'avait emmené ici plutôt que les quatre murs de son bureau ? C'était possible, et très avisée de sa part. D'un air entendu, je ne tardai pas à répondre sereinement.

-Non, en effet...je m'étais fourvoyé.

Suite à cela, nous rentrâmes alors dans le vif du sujet. Et je fus un peu triste de constater que nos visions des choses n'étaient pas si éloignées. Même si nous gardions cette lueur d'espoir, nous savions bien que le monde n'était pas que lumière, et nous avions goûté de près ou de loin à ses ténèbres. Une métaphore que représentait parfaitement l'hôpital comme me le faisait remarquer la kunoichi. Cependant, ce n'était pas fini. Nous avions les moyens de changer les choses. Même si pour ma part, il me faudrait certainement régler l'injustice de mon passé avant que je puisse pleinement me consacrer au futur. Les dernières paroles de la gente dame pourtant me firent l'effet d'une brise apaisante sur mon coeur meurtri. Que je devienne un homme dont je serais fier ? Mes yeux s'écarquillèrent de surprise face à cette réponse et j'en restai bouche bée quelques secondes. Mais je refermai la bouche et détournai le regard de mon professeur pour le poser sur le bento que j'étais en train de manger. Quelques mèches bleutées volèrent sous l'effet du vent.

-Merci...Cela faisait si longtemps que je n'avais pas connu une telle bienveillance. Je m'attellerai à respecter ces paroles.

Je pris une pause de quelques secondes afin de regarder un couple se promener. Ils étaient heureux, et ne semblaient se préoccuper que du moment présent. Une douce insouciance que je ne parvenais à atteindre que lorsque mes pieds ne foulaient plus cette terre. "Entrer dans le néant, ne rien emporter et devenir le vent". Cette pure sensation de libération.

-Je deviendrai assez fort pour ne pas vous décevoir non plus, Lee-sensei.

Puis retournant à de brèves réflexions alors que je terminais ce délicieux bento, je me perdis de nouveau quelques secondes dans la brise de ce début d'après-midi.

-Qu'est ce qui vous a poussé à devenir une Iryo-nin, sensei ?

Cette question était sortie de nulle part, mais cependant j'étais intéressé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Lun 23 Juil 2018 - 23:09
Le garçon se détendit au contact de l'air frais, tu te doutais que cela aurait cet effet. Puis il était bien plus agréable de discuter dans ce jardin que cloîtré dans ton cabinet. Tu tenais à lui montrer cette autre facette de la pièce, et le garçon compris, aisément la première leçon que tu voulais lui inculquer ; chose qui ne t'étonnait pas vraiment, l'Enfant du Vent était plus avisé que ces deux coéquipiers. L'un était trop jeune et insouciant. Naïf, il était impudent et n'a rien voulu entendre de ce que tu souhaitais lui apprendre. L'autre était timide, avec de l'ambition, mais comme le premier encore trop fragile. Alors des trois, le natif de Kaze était le plus sage, une bonne chose. Il pourrait influencer de manière positive les deux autres genins qui en avaient réellement besoin ; espérait que sa sagesse déteigne sur eux. Évidemment, tu ne le laisseras pas seul, lui aussi aura besoin qu'on lui montre la voie. Simplement, tu étais heureuse de voir un élément sur qui tu pourrais compter.

Tu souris à la vue du bento vide. Souris en voyant l'adolescent détourner les yeux après avoir entendu ce que tu souhaites pour lui ; te remerciant pour ces mots qui lui manquèrent depuis si longtemps, et ta main vint se poser sur le sommet de sa tête. Tu n'eus pas à réfléchir, ce fut automatique. Un geste naturel, peut être un peu trop osé, surtout qu'il n'était plus garçonnet ; mais cette bonté, tu ne pouvais la refréner.

Tu tapotes, doucement, il n'a pas besoin de dire qu'il ne te décevra pas -tu le sais déjà-, puis écoute sa question.

Pourquoi être devenue Iryo-nin ? La question ne se posait pas - "Ça m'est venue naturellement, c'était une évidence même..." dis-tu le nez pointé vers le ciel "Cela fait des générations maintenant que ma famille maitrise le don qu'est l'Iroujutsu, un présent que nous préservons et que j'ai décidé de mettre au service du village suite au raid ayant eu lieu à l'hiver de l'an dernier." une courte pause, l'évènement ne faisait plus aussi mal depuis. Tu le prenais avec plus de recule, mais il avait clairement impacté ta vie "Je ne voulais plus me retrouver impuissante face à une telle situation. Je voulais protéger les miens, protéger ceux qui ne le peuvent pas et leur donner une change de s'en sortir, de vivre." tu le regardes en lui adressant un sourire "C'est encore le cas aujourd'hui !" puis ton air se fait plus sombre "Mais de façon un peu plus réaliste... Je sais qu'il me sera impossible de sauver tout le monde ou d'épargner toutes vies sur le champ de bataille, même c'est une chose que je souhaite éviter... M'enfin je m'égare !" dis-tu après t'être reprise "As-tu d'autres questions à me poser ? Sinon j'en ai quelques-unes pour toi !".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Mar 24 Juil 2018 - 18:23
Alors que je remerciais celle qui me prendrait sous son aile pour ses paroles pleines de surprises en détournant les yeux, je sentis sa main se poser sur le haut de mon crâne. Tournant à nouveau mon regard vers elle, les yeux quelque peu écarquillés de surprises, je croisai ses yeux pleins de bontés et de spontanéité. Comment pouvais-je lui en vouloir de ce geste alors que tout en elle respirait la gentillesse. Je la regardai quelques secondes avec les yeux écarquillés, et quelque part, ce geste et son expression bienveillante me rappelèrent ma mère. Ma mère si longtemps disparue, qui avait été si tendre avec moi pendant mon enfance. Un pincement au coeur m'étreignit, mais contrairement aux autres fois, celui-ci n'était pas altéré par le goût amer de la nostalgie, de la tristesse et de la culpabilité de n'avoir rien pu faire. Non. Une certaine chaleur réconfortante traversa mes veines pour se distribuer au reste de mon corps. Je fermai alors les yeux, en soupirant, et un léger sourire étira mes lèvres, atteignant même mes yeux qui s'adoucirent encore un peu. Parler n'était pas nécessaire à cet instant précis, et aucun de nous ne le fit.

Quelques instants plus tard, j'écoutais attentivement la réponse de Lee-sensei sur son choix de devenir une Iryo-nin, et c'était sans trop d'étonnement qu'elle m'avoua que cela lui était venu naturellement. Mais alors j'appris que l'art médicale ninja se transmettait dans sa famille à travers les générations, et qu'elle avait décidé de mettre ce don -comme elle l'appelait, et avec raison- au service du village lors des évènements tragiques qui s'étaient passés l'hiver dernier. Un hiver qui avait été rude, et lourd en perte. A cette évocation, je ne pus m'empêcher de repenser à tout cela. Je n'étais pas encore un corps de l'armée du village, cependant il fallait être hors du monde pour ne pas savoir ce qui s'était produit. Et il allait sans dire que pour une raison ou une autre, cela avait eu son impact sur mon sensei qui me répondait avec le nez pointé vers le ciel. Ce sentiment d'impuissance, je le connaissais et je ne pouvais que le comprendre. C'est lui qui me poussait à devenir plus fort, tout comme c'était lui qui avait motivé la jeune femme à faire usage de son don. Protéger les nôtres, nos camarades, les êtres qui nous étaient chers. En me regardant avec un sourire, elle me signifie que c'est encore le cas aujourd'hui. Lui rendant son sourire sans réfléchir, je ne pouvais que me sentir en sécurité avec ses paroles et je hochai la tête.

Mais avec un air plus sérieux et moins léger, ses dernières paroles reflétaient celles de quelqu'un de sensé, de conscient, et je ne pouvais que comprendre. Je ne voyais pas du tout cela comme un gage de faiblesse ou de manque de volonté, mais savoir cela et quand même tout faire pour limiter la casse et faire de son mieux...C'était en cela que je sentais que je pouvais me fier à elle. J'eus une pensée pour Hayate. Malgré son jeune âge, il avait une maturité que l'on retrouvait chez peu de personnes de son âge. Cependant, c'était aussi son jeune âge qui faisait de lui aun idéaliste déterminé. Etait-ce pour autant une mauvaise chose ? Non. Il avait su, lui aussi, m'inspirer. Et j'espérais pouvoir le guider et l'accompagner du mieux que je le pouvais. Cependant la présence de Lee-sensei avait quelque chose de rassurante, qui se rapprochait bien plus de mon état d'esprit. Souriant à mon professeur, je hochai la tête, et finis par prendre la parole.

-Je suis heureux d'avoir été placé sous votre surveillance. Je n'ai plus de questions pour l'instant, alors je ferai de mon mieux pour répondre aux vôtres, fis-je avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Sam 28 Juil 2018 - 5:20
Le destin ce joua de vous, toi l'adulte et lui l'enfant ; ce n'était point une obligation, mais tu te sentais responsable de l'orphelin. À cause de ce lien qui vous liait au sable ? Oui, c'était même une certitude. Plus qu'un simple sensei, sans pour autant trop outrepasser les limites : désormais tu lui ferais office d'exemple, de référent. Tu lui porteras une attention particulière, comme tu en porteras une au Hyûga et à la Naari, qui en même temps diffèrera de celle que tu porteras à ces derniers ; car ils n'ont ni les mêmes besoins, ni les mêmes lacunes. Et pour connaitre les siennes il fallait déjà savoir vers quoi il se dirigeait, connaitre son style actuel, ses domaines de prédilection -s'il en avait-, etc.

- "Alors revenons en à tes capacités ! C'est moins agréable que de parler de soi, mais il faut bien que je sache de quoi tu es capable si je veux t'aider ! Donc dis-moi quelles sont tes spécialités !", c'était la base.

À travers ses réponses tu découvris un peu de son histoire, son caractère ; tu avais découvert un peu de l'adolescent, à présent il te fallait découvrir le shinobi, pour compléter la carte de ton nouveau disciple. D'ailleurs, pour avoir longuement parlé avec elle, tu avais eu un bon aperçu des capacités de la fleuriste -il ne te restait plus qu'à la voir à l'action-. Par contre, tu ne peux pas en dire autant des petites pupilles pâles, celui-ci ayant écourté l'entretien à ton plus grand désarroi... M'enfin, tu te retins de soupirer : tu régleras cela en temps voulu... Pour l'instant seul le bleuté l'importait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Sam 28 Juil 2018 - 11:35
Nous en étions enfin venus à cette discussion essentielle et à laquelle nous ne pourrions échapper. A laquelle je ne pouvais échapper. Je savais bien que c'était une question tout à fait légitime pour le sensei qu'elle était, cependant, j'hésitai un instant. Je ne savais pas à quel point je pouvais me confier. Que devais-je dire à celle qui deviendrait mon sensei ? Que j'étais un simple utilisateur du Fûton ? Que je pouvais accessoirement voler ? Et que par le plus grand des hasards, il était possible avec un certainement entraînement que des objets me passent à travers ? Je trouvais cela bien compliqué à expliquer sans révéler la véritable raison qui me permettait de faire tout ça. Mais étais-je prêt à en parler aussi ouvertement. Alors que j'allais ouvrir ma bouche pour répondre à Lee Sun-Hi-sensei, des flashbacks de cette soirée me revinrent. Le soir où tout avait commencé, où tout s'était fini. Le soir le plus sombre de ma vie, cette soirée sans lune. Le soir où mes parents s'étaient sacrifiés pour me permettre de m'échapper. Des explosions, des shurikens partout. Et moi, si jeune, ne comprenant rien à ce qui se passait jusqu'à ce qu'il ne soit trop tard. Ma fuite...

Serrant les dents et les poings, je fermai mes yeux pour fuir les images qui n'étaient présentes que dans ma tête. Surement mon rythme cardiaque s'était-il accéléré, ma respiration se faisant saccadée. Je pris le temps de calmer mon souffle, prenant inconsciemment la position du lotus. Comme si je méditais. Une fois que mon coeur eut repris une fréquence plus apaisée et que je ne respirais plus comme si j'avais couru un marathon les secondes d'avant, je soupirai. Etait-ce pour autant un signe que je ne devais pas en parler ? Non, je ne croyais pas. Cette courte méditation m'avait aussi permis de réfléchir, et mon sensei ainsi que mes coéquipiers devaient connaître mes capacités si on devait travailler ensemble à l'avenir. La cohésion du groupe ne serait que meilleure. Prenant quelques secondes de plus pour rassembler mes esprits et ne plus m'adonner à une crise de panique inopinée, je m'attelai à répondre du mieux que je le pouvais à la question de la kunoichi.

-Je suis plutôt habile avec ma faux avec laquelle je me bats en général. Je ne l'ai pas amené aujourd'hui car cela ne se prêtait pas au lieu.

En effet, venir avec une arme qui était si rattaché à la mort à un endroit où certains étaient gravement blessés ou malades n'étaient pas exactement le message que je voulais véhiculer à ces personnes. Loin de là. Ils ne verraient pas la Faucheuse ce jour. Je poursuivis donc.

-Je suis aussi plutôt à l'aise avec le combat au corps à corps aussi, dans un style très léger. Cependant on peut dire que mon domaine de prédilection reste le ninjutsu. Et particulièrement le Fûton. Prenant une respiration, je poursuivis. Outre le fait que je vienne de Kaze no Kuni, je suis de bien des manières ce qu'on pourrait appeler un Fils du Vent. Je viens d'une famille qui possède une particularité...Je suis un assimilateur fûton.

Mes yeux s'étaient alors tourner vers le ciel. L'assimilation. Cette capacité qui m'avait valu tant de soucis mais qui m'avait aussi sauvé la mise plus d'une fois. Peu de gens étaient capables de faire ce que je faisais. Et je comptais bien tirer toute la connaissance et la puissance que je pouvais de ces capacités.

-Je peux, entre autre, voler, finis-je avec un sourire.

Et alors que j'étais toujours en position de lotus, je décidai de faire une petite démonstration à mon sensei. M'assurant que personne ne regardait aux alentours, mon corps léger comme l'air s'éleva de quelques centimètres dans les airs sans que je n'ai à faire aucun madras, aucun mouvement en particulier. Ce n'était que quelques centimètres, mais c'était bien suffisant pour que Lee-sensei s'en rende compte.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Sam 28 Juil 2018 - 18:20
L'observant du coin de l'oeil, tu attends sa réponse. C'est qu'il ne faudrait pas qu'il se sente oppressé : tu le laisses prendre son temps. Cela ne dura pas longtemps, à peine quelques instants, mais durant ce laps de temps tu remarquas que quelque chose n'allait pas...

L'adolescent marqua un temps d'absence, sa mâchoire se crispa, ses poings se serrèrent : la machine déraillait... Brusquement sa fréquence cardiaque augmenta, entraîna halètement et soufflé haché ; pas de signe sueur ou alors celle-ci était assez faible, cependant, le garçon est essoufflé les symptômes ne trompent pas : un début de crise d'angoisse... Il est alors facile de comprendre qu'une partie de ses maux -si pas tous- est lié à ses capacités, sinon pourquoi angoisser ? Là n'est plus question de pas l'acculer, il faut le calmer ; tu t'apprêtais à l'y aider mais lui même se mit en position de méditation.
Il ne semblait pas y avoir réfléchi, cela ressemblait plus à une réaction de défense inconsciente. Il était fascinant de voir un tel processus ; effort qui devint réflexe par un mécanisme acquis avec le temps ; et de lui-même il retrouva son souffle, regagna un certain apaisement.
Naturellement tu te rétractes, il n'y a plus de réelle urgence et il a besoin d'espace, mais tu restes tout même sur tes gardes ; le surveille au cas où sa crise le reprendrait.
Un pincement au coeur, qu'il était pénible de voir le garçon dans cet état ; mais c'était une épreuve nécessaire à son développement, tôt ou tard il y aurait été confronté alors autant l'affronter maintenant... puis tu étais là... alors il n'y avait rien à craindre...

Pareil à la Faucheuse, il manie la faux. Pareil à la Faucheuse, il est le vent qui vient récolter les âmes ; opposé à celle-ci, il est le vent qui apporte espoir. L'Assimilateur du Vent est un paradoxe. Léger, il s'envole. D'un geste, tu poses une main sur son épaule et le fait redescendre ; tu cherches tes mots...

- "J'ai eu l'occasion d'observer un assimilateur doton, alors si ça peut te rassurer : tu n'es pas le seul. L'assimilation est quelque chose de particulier, encore peu connu de tous, même pour moi qui ait pu analyser un peu ce cas... Enfin... cas... dis comme ça... ça parait cruel pardonne-moi... Vous n'êtes pas des bêtes de foire..." -une pause- "Simplement... Vous avez un rapport spécial avec le chakra affinitaire. Avec le peu de connaissance que j'ai de ce phénomène, je pourrais te donner des pistes, t'aiguiller à défaut de réellement t'aider... Néanmoins, si tu le souhaites, nous pouvons essayer ensemble d'en apprendre plus sur cette spécificité. Je t'avoue que c'est aussi par égoïsme, je désire moi-même en savoir plus sur ses capacités..." -Avouas-tu sourire gêné aux lèvres, un peu honteuse- "Mais, si ça peut t'aider à mieux te comprendre ou simplement à en apprendre plus sur ceux qui te sont similaires alors !... M'enfin à nouveau pardonne-moi, c'est que je peux être maladroite parfois..." -dis-tu en replaçant une mèche derrière ton oreille -la gauche- -.

Un tic nerveux. Ta démarche, bien que des plus sincères, fut présenté avec des mots patauds... Comme tu pouvais parfois être gauche... tu espérais ne pas avoir créé de malaise... préférais détourner l'attention sur une autre de ses aptitudes, ses expériences - "Ta faux, comment est-elle ? Et aussi, as-tu déjà participé à des missions avant d'être assigné à l'équipe ?".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Dim 29 Juil 2018 - 18:44
Je perçus un mouvement de la femme qui m'accompagnait alors que la crise d'angoisse me frappait, mais très vite elle se ravisa lorsqu'elle comprit que je maîtrisais la situation. Bien que "maîtriser la situation" n'était pas exactement le terme qui conviendrait le mieux à ce qui venait de se passer. Mais peu importait. Sa clairvoyance et sa retenue, toute fois empreinte d'une gentillesse fort rafraichissante, était une raison de plus à la confiance que je lui avais si vite portée. Et c'était aussi la principale raison pour laquelle je m'étais décidé à ne pas lui mentir. L'espace qu'elle prodiguait était tout à fait réconfortant, loin d'être distant grâce à l'empathie manifeste de la femme à la peau halée. Lorsque mon corps se détacha du sol et que je commençais à prendre de la hauteur, Lee-sensei mit sa main sur mon épaule et me ramena sur terre. Pendant un court instant, j'eus l'impression qu'elle cherchait ses mots. Cependant la suite fut une réelle surprise pour moi. Un assimilateur doton ?? Comme ma mère donc...J'eus un pincement au coeur, cependant je ne laissai pas cela me distraire du reste du récit de l'Iryo-nin.

Lee-sensei employa alors des termes qui me renvoyaient plus à l'état de "patient" ou "sujet scientifique" plutôt qu'à son élève, et bien que cela me fit tiquer, je pris le temps d'analyser ses paroles et la manière dont elle les avait dit. Je n'aimais pas le moins du monde être perçu comme un cobaye, une curiosité scientifique, car c'était exactement les raisons qui avaient poussé ceux qui avaient engagé ces mercenaires dans le but de kidnapper ma famille afin de les étudier. C'était exactement la raison pour laquelle j'étais aujourd'hui orphelin. Malgré cela, je n'en voulus pas à la jeune femme. D'elle ne se dégageait aucune méchanceté, aucune avarice, juste une curiosité saine, un désir de connaissance sans ce côté extrémiste que pouvaient avoir certains. Et d'autre part, j'avais besoin d'en apprendre plus sur les miens, sur ceux qui possédaient des capacités similaires aux miennes. Ainsi, je maîtriserais mieux mon propre pouvoir, et je pourrais mieux progresser. Devenir plus fort. Protéger ceux qui m'étaient chers, retrouver ceux qui avaient disparus. Et à mon échelle, je pouvais difficilement le faire seul. J'avais été témoin aux premières loges de la bienveillance de cette femme, et bien que j'étais encore un peu sur mes gardes vis-à-vis de mon passé, accepter son aide et l'aider en retour ne me paraissait pas être une folie. Mais je me devais de la mettre en garde.

-J'accepte volontiers, Lee-sensei. A mon niveau, j'aurai du mal à trouver moi-même les informations nécessaires sur ceux partageant mes spécificités. Je baissai la tête en serrant les poings, les yeux légèrement plissés. Cependant je tiens à vous dire que mes parents ont été enlevés à cause de cette capacité, pour que des scientifiques puissent examiner nos corps. Jamais je ne laisserai quelque chose de similaire se reproduire.

J'avais bien remarqué sa nervosité -si je puis dire-, et son geste de replacer une mèche de cheveux derrière son oreille n'était pas passé inaperçu. Je doutais qu'elle ne me fasse jamais quelque chose du genre. Je ne pardonnerai jamais à quelqu'un essayant de reproduire ces expériences sur qui que ce soit, et surtout pas moi. Malgré ces paroles un peu sombres, je finis par relever la tête et adresser à mon sensei un faible sourire. La discussion passa alors à un autre sujet, et cette légère tension se dissipa rapidement.

-Ma faux ? Elle a un manche rétractable pour pouvoir la transporter plus facilement sur moi, et sa lame est noire avec les tranchant couleur acier, d'à peu près deux vois l'envergure de mes épaules. Elle est assez légère et me permet une habilité et des mouvements tournoyants qui collent bien avec mon style de combat. Et en ce qui concerne les missions, non j'en ai encore jamais faites auparavant.

Je ne savais pas si c'était une bonne chose ou pas, et je pensais même que ça n'en était pas. Car je n'avais encore jamais travaillé avec une équipe dans la construction d'un même objectif, visant un même but. Cependant j'avais hâte que ce soit le cas et pouvoir mettre mes capacités à profit pour pouvoir aider. Je me demandais d'ailleurs qui seraient mes coéquipiers, et quelles étaient leurs capacités. Quelles étaient celles de Lee-sensei. Je supposai que je le saurais en temps et en heure du coup.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Lee Sun-Hi
Lee Sun-Hi

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Lun 30 Juil 2018 - 20:45
"Cependant je tiens à vous dire que mes parents ont été enlevés à cause de cette capacité, pour que des scientifiques puissent examiner nos corps. Jamais je ne laisserai quelque chose de similaire se reproduire".


Ses mots font écho ; prémices d'une tempête encore invisible, remuant tes tripes. La bile remonte dans le but d'obstruer et de déborder de ton œsophage pour sortir ; nettoyer ton corps du dégout auquel il est en proie, or rien ne sortira. Dégout et furie resteront enfermés dans leur cage ; tu contrôles tes spasmes les plus violents, seul tes mains tremblent aux révélations de l'adolescent, seul la muqueuse tapissant ta bouche paie, est agressée par tes dents la mordillant nerveusement. Pour Iryo-nin, Eiseinin, il est intolérable de jouer avec les vies de la sorte ; ces êtres te révulsent, te débectent ; tu les maudits, qu'ils soient punis pour leurs actes ignobles et meurent aussi indignement : qu'ils crèvent.
Ses mots font écho ; prémices d'une tempête encore invisible, remuant tes tripes. Lentement tu respires, rien ne doit être perceptible ; contrôle avec encore quelques défauts, mais qui se perfectionne de jour en jour.

Malgré le trouble persistant, la suite tend à te calmer. D'un calme superficiel tu écoutes le genin te parler de son expérience et outil ; feins un sourire - "Je vois, ton arme est intéressante et ne t'inquiète pas pour les missions, ce n'est pas bien grave !" -tu attrapes les bento vides et te lèves- "Retournons dans mon bureau !".
Malgré tes efforts ta démarche est plus ferme qu'à l'habitué, tu fulmines. Cette histoire, tu n'en reviens pas, elle te reste en travers la gorge ; une mise au point s'imposait afin que tout soit clair entre toi et l'orphelin ; qu'il ne se méprenne pas. Vous repassiez les couloirs dans le sens inverse jusqu'à atteindre votre destination.

À nouveau tu l'invites à s'installer, à prendre ses aises ; ferme la porte derrière lui avant de t'installer ; personne ne doit vous déranger ou ouïr ce qui va suivre...
Les coudes posés sur la surface de bois, le nez posé sur tes doigts entremêlés, tes paupières se ferment avant de dévoiler un regard acéré.

- "Je suis Iryo-nin, et non une vulgaire charlatan qui joue avec les vies. Jamais je ne prendrai un être vivant pour un jouet, sache-le. J'ai une morale, une éthique que je m'efforce de respecter et suivre, et en dehors de nos devoirs de shinobi, jamais je ne te forcerai à quelque chose que tu ne souhaites pas : ma quête de connaissance se fait dans le respect d'autrui et non l'inverse. Maintenant que ceci est clair..." -tu te redresses, empoigne pinceau et feuille et écrit avant de sceller la missive à la cire pour la glisser à l'apprenti- "Garde précieusement cette lettre, sans quoi tu ne pourras me revoir en temps voulu." -puis tu observes Tenzin de tes iris où se mêlent fureur et amitié- "Je tiens à te remercier pour la confiance que tu m'as accordé aujourd'hui. Tu t'es confié à moins sans crainte malgré les difficultés et souffrances que ces confidences te provoquent. Je tâcherai d'être à la hauteur de cette confiance, et de ne point te décevoir." -humblement tu t'inclines, posant tes mains et collant ton front à la surface boisée ; relèves la tête- "Je n'ai pas de mots pour te consoler, je peux simplement espérer comme toi qu'ils le payeront, par nos mains ou celles du destin. Mais je ne voudrais pas plus t'attrister..." -un rire- "Je suis heureuse de t'avoir dans mon équipe, j'espère que nous accomplirons de belles choses ensemble." -à nouveau tu t'inclines- "Konran Tenzin, notre entretien est terminé, tu es libre".

Enfin tu quittes ta chaise, raccompagne le garçon jusqu'à la sortie et le d'un geste de la main, accompagné d'un air joyeux illuminant ta face.


***


Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; il est le dernier et quelque part cela le rend important.

Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; si soudainement, c'est troublant, c'est enivrant.

Un troisième genin dont tu allais prendre la charge ; tu es maintenant la tête d'une équipe entière.




Billet:
 


Brace Yourself !:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur
Konran Tenzin
Konran Tenzin

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin Empty
Mar 31 Juil 2018 - 1:21
Je voyais bien que l'annonce que j'avais faite à Lee-sensei concernant la disparition de mes parents avait provoqué chez elle une réaction certaine. Cependant elle maîtrisait sa réaction tant et si bien que j'eus du mal à savoir exactement ce qui lui passait par la tête. Je continuai de parler et l'impression que j'avais eu sembla se dissiper quelque peu, sans pour autant que je sois totalement rassuré. Il était évident que je voulais savoir ce que l'Iryo-nin avait semblé éprouver, cependant là n'était pas le but exact de cette conversation. Pas tout de suite du moins. Alors que je termine et que la chunin m'enjoigne à rejoindre à nouveau son bureau avec un sourire qui me parut bien moins entier que les autres fois, la tension commence à monter. M'exhortant au calme cependant je ne laisse rien paraître. Sur le chemin du retour, je ne pus m'empêcher de remarquer la démarche de Lee-sensei. Comme si elle était...fâchée ? Agacée ? Je n'en savais trop rien. Mais était-ce par rapport à quelque chose que j'avais dit, ou fait ? Je n'en savais trop rien une nouvelle fois.

Je tentai vainement de repasser les dernières minutes de notre conversation pour comprendre ce qui s'était passé. Nous rentrâmes dans son bureau, elle referma la porte après que je me sois installé, et elle prit place à son tour à son bureau. Elle posa alors les coudes sur la table, les doigts entremêlés devant elle, et ferme brièvement les yeux pour poser sur moi un regard acéré. Si je n'étais pas d'un naturel calme et serein, j'aurais probablement eu un mouvement de recul. Cependant, mes muscles se tendirent juste sous la pression de son regard, renforçant mon impression d'avoir fait quelque chose de mal. Mais je compris bien vite après coup que ce quelque chose de mal n'était en fait pas si tranché que cela. Je mis quelques dixièmes de secondes à comprendre le début du discours de ma supérieure, mais une fois que ce fut fait, mon regard qui devait alors être alerte s'adoucit un peu. Je baissai les yeux, presque gêné qu'il y ait eu ce léger malentendu, même si je savais ce qu'il en était. J'hochai donc la tête avec fermeté et reconnaissance envers celle qui me prenait sous son aile.

Elle prit ensuite une lettre et un pinceau, écrivit une lettre qu'elle me remit avec ces quelques mots qui ne purent que réchauffer mon coeur. Cette ferveur qu'elle avait auparavant n'était pas dirigée vers moi, mais vers ceux qui étaient encore dehors à jouir de leur liberté parce que personne d'autre que moi -ou alors je ne les connaissais pas- ne s'intéressait à leurs affaires. Mais qu'ils respirent pour le moment, comme l'avait souligné Lee-sensei, j'espérais qu'ils le paieraient. Et je faisais plus qu'espérer, si il fallait forcer la main du destin, j'endosserai cette responsabilité, et je deviendrais volontiers la Faucheuse qui viendrait toquer à leur porte pour laisser le vent récolter leurs âmes. Rapidement, la tension qui contractait mes muscles se relâcha, et un sourire vint étirer mes lèvres. Un sourire plein de gratitude.

-Merci Lee-sensei, je suis moi aussi très heureux de faire partie de votre équipe.

Et alors qu'elle mettait fin à notre entretient et que nous sortîmes tous les deux de son bureau, nous nous saluâmes avec un sourire joyeux et je pris le chemin de chez moi en sautant de toits en toits. Arrivé dans mon humble demeure, j'avais ouvert la lettre de sensei et lut attentivement ses mots. Examiner et interroger mon passé, la signification du mot Gosei hein ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Gosei || Note 0 - Prémices . Part. III || Konran Tenzin

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: