Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Iwashukusai : les nobles sont de sortie !


Mer 11 Juil 2018 - 0:31

La deuxième édition de l’Iwashukusai a débuté. Annoncé par la princesse que tu avais “escorté” en ville il y a quelques temps de cela - drôle de journée que cela fusse d’ailleurs. Bref. Les apparences sont ce qu’elles sont et il va de soi que si tu dois y aller, c’est avec l’héritière Chokoku. Une pensée qui te fait vivement souffler - signe d’agacement - mais c’est un effort à fournir comme un autre. À la moindre occasion, tu pourras toujours user du moindre prétexte pour t’éclipser afin d’aller voir des autres personnes (oui tu penses surtout aux femmes, on le sait). Après être sorti de ta nouvelle demeure, tu salues les quelques samuraïs que tu croises puis te diriges directement et sans attendre vers le domaine du clan de l’albinos. À tous les coups, elle doit être en train de faire ses sculptures bizarres ou alors travaille t-elle les figurines de diverses personnalités du village ? D’un côté, tu espères qu’elle se soit déjà fait la malle. De ce fait, tu pourrais pleinement profiter de ta journée/soirée. D’un l’autre, tu auras fait le chemin pour rien.

...

La pipe à la bouche et arrivé devant la demeure de la jeune femme, tu attends. Patienter à l’intérieur ? Oui, pourquoi pas. Cependant, tu restes debout et ne t’installes pas vraiment. Ton petit caprice enfumé est toléré, voire agréablement pris par certaines servantes. N’y a t-il que des femmes qui la servent ? Dans un sens, c’est arrangeant pour un peu tout le monde. Peu importe finalement, la voilà qui arrive. Ce n’est pas trop tôt, hein.

Tu sais te faire désirer. - de quoi ravir les possibles spectatrices - Tu es prête ?

Tu l’invites à te suivre en tendant la main vers elle, un petit sourire au coin des lèvres. Dans ta tête, c’est un peu le bordel là. Qu’est-ce que tu es en train de foutre ?! T’aurais pas pu partir en voyage à l’autre bout du pays ? Aller voir quelqu’un de spécifique durant cette période précise ? T’entraîner ? Contacter des personnes pour des événements bien plus importants ? Non, tu es là à venir chercher une héritière un peu trop… cajolée à ton goût. Qu’à cela ne tienne. Sérénité est le mot d’ordre pour l’instant, tu gardes ton calme et fais mine de rien.

Tu as prévu quelque chose pour ce festival ? Je veux dire, y a t-il une activité en particulier qui t’intéresses ?

Tiens bon, tiens bon. Avec un peu de chance, tu croiseras quelqu’un qui viendra te sortir de cette galère. Après, n’oublies pas qu’avec la vie que tu mènes, cela ne risque pas d’étonner grand monde si tu te retrouves dans une merde spectaculaire dans seulement quelques heures.




@chôkokû diao

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 1:37
“Tu as une surprise” Qu’elle avait dit joyeuse en venant me chercher. “Comme il est charmant” était ajouté en trop et tout à fait rageant. “C’est mignon votre entête si inné.” Et d’autres obscénités que je ne voulais pas citer. Ma tante était déconnectée de la réalité, sans nul doute, comme tout le monde ici en fait qui ne voyait pas clair dans son jeu. D’ailleurs quel était ce dernier, on avait toute une vie pour se supporter, ne voulait il pas profiter de son dernier sursis de liberté ? J'étais certaine qu’il faisait ça exprès juste pour taper sur mes nerfs, un instinct. En chemin je ruminais, pourtant j’affichais contenance et neutralité en tout temps au domaine, combien même je trainais le pied. C'était parce que j’avais détruit sa maison ou que je l’avais directement pointé du doigt comme étant un coureur de jupons. D’ordinaire, je n’avais pas le droit d’aller à ce genre de fête, tout le monde était recalé et ce blanc bec avait juste a se présentait pour tout se faire servir sur un plateau ? Il dérobait tous les efforts de plusieurs années, me rendant de hors de prix, a banalité. Je ne me laisserais pas faire.

Arrivant dans la pièce, directement son attitude m'arrachait un mouvement de tête d’agacement , nonchalant, faussement discret, avec son sourire d’hypocrite bien sage qui n’avait qu'à claquer des doigts pour faire mouche. Énergumène qu’il était. Il fallait prendre sur soi, alors je souriais. J’allais réellement reproduire la scène stupide la dernière rencontre et supporter son sarcasme et ses remarques sans broncher, faisant mine de n’y entendre ou ne pas comprendre. Si je savais me faire désirer ? Pauvre diable, il ne pensait pas si bien dire, perplexe, mon regard se baissait vers sa main, j'étais censé la prendre ? Il semblerait que oui, tout le monde attendait cela en tout cas. C'était à faire pourtant, mais son air condescendant était repulsant. Ainsi donc monsieur pensait déjà pouvoir disposer et rester en paix quand bon lui semblait. Je ne pouvais pas faire changer d’avis les Chokoku non, mais… Un sourire mesquin et il était déjà trop tard pour être sage, l'idée avait fait son chemin dans ma tête et la décision s'était faite naturellement. Mon regard se relevait sur le sien, a noter, j’avais ignoré tout ce temps la perche que constituait sa main, plaçant d’ailleurs les miennes dans mon dos, c'était avec un ton léger que je lui annonçais.

_”Rien avec toi en tout cas, je ne me souviens pas que nous avions convenu d’y aller. “

On ne peut pas faire plus clair, il allait falloir arrêter de penser que les acquits étaient fermes. Il y avait des limites et il était grand temps pour ce garnement de lui faire part qu’il n’était ni tout puissant, ni a avoir le pouvoir de tout se faire exhausser. Au fond, je lui rendais même un peu service en endossant le tour, encore que, on mettra ça sur le compte d’un caprice d’une petite bourgeoise.

_”Bonne soirée a toi.”

J”aurais pu lui dire, non, mais respecte-moi un peu, mais c’était cherche des ennuis pour le même effet. Là-dessus, sans jamais avoir perdu mon sourire je le saluais de la main que j’avais refusé de lui donner lui laissant le loisir de s’en aller.

_”Demande mon avis la prochaine fois, je ne te ferais ni attendre, ni l’affront de t’éconduire.”

Celle-là, tu ne l’avais pas vole mon lascar. Emoi dans l'assistance, pour le coup, j'avais choque assez pour leur couper le sifflet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Mer 11 Juil 2018 - 2:32

Aïe. Coup dur pour toi mon fieffé gaillard. La voilà qu’elle se joue de ton invitation, pourtant basée sur une bonne intention : celle de faire avancer les choses et de ne pas rester sur une relation des plus platoniques. Ce que tu avais en tête ? Tout simplement montrer que même toi tu étais capable de faire preuve de ce genre de choses. Tu sais, ça là… Aller vers les autres. Mais bon, comme tu t’en doutais déjà, cela ne t’apportes jamais rien de bon. Quoi de mieux pour te faire plonger plus profondément dans ton scepticisme et le doute que tu laisses planer sur le visage de tous ceux que tu connais - à part deux ou trois personnes, forcément. Es-tu blessé dans ta fierté ? Tu le sens passer ? Ton ego est-il autant fourni et énorme qu’avant ? Elle semble vouloir l’ébranler et ce n’est pas faute d’essayer, tu feintes à moitié une surprise que tu vis réellement puis après ses premiers mots tu viens placer ta main derrière ton crâne, en frottant doucement tes cheveux, un sourire niais au visage.

Suis-je bête, j’en oublie mes fondamentaux.

Ahlala, que tu aimerais lui briser la nuque - ici et maintenant. Mais cela ne serait pas jouer à ton avantage. Déjà car elle mourrait et que Yoshitsune s’occuperait de ton cas comme pas permis. Puis, même si tu parviens à détruire son petit corps en un instant, penses-tu réellement te sortir du domaine des Chokoku sans avoir de problèmes de type explosifs ? Ah ! cela te démange. C’est que tu as vraiment envie de te battre, tu ne peux dire non à un affrontement et cela pourrait servir de prétexte pour cela. C’est de retenue qu’il faut faire preuve. Si cette scène se serait passée deux mois plus tôt, tu te serais laissé emporté et tu serais sans aucun doute reparti entre quatre planches. Tu peux voir ici deux bienfaits que cela t’apportes : cet Iwashukusai s’annonce fructueux en terme de liberté, tu t’étais fait du mouron pour pas grand chose vu la bête que tu avais prévu de te coltiner ET cela t’aide à travailler ta patience, vertu importante pour l’apprentissage du Bushido.

À toi aussi, Diao-san. - un mouvement de main similaire au sien, le mimétisme est incroyablement efficace dans la communication animale, humains compris - Je n’y vois aucun affront, j’espère te croiser à l’Iwashukusai. - en faisant une légère révérence - Bonne soirée à vous tous. - un petit sourire au coin des lèvres.

Garder une bonne image auprès de tous ceux/toutes celles qui sont autour de nous à ce moment là est crucial. J'aurais besoin de leur force passive, jouant de ma possible influence pour prendre au mieux ma revanche. Raccompagné à la sortie, tu gardes cet air serein et réfléchi. À peine te retrouves-tu seul que les pupilles de ton clan s’activent et la sensorialité liée à ces derniers t’aide à avoir une vue d’ensemble du coin. Objectif de ce soir : se détendre. Vite et bien.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 4:05
Il était furieux, qui ne le serait pas de toute façon ? Un spécimen dans son genre devait l'être encore plus, mais au fond, il ne devrait pas si mal le prendre, c'était mieux que me jouer de lui en faisant semblant. Après le choc, quelques murmures donnaient échos a mon nom, oh, mais c’était qu’il avait de la retenu quand il le voulait, dommage qu’il ne savait pas la gérer convenablement, en tout cas, pour ma part la décision était intraitable, même qu’il n’était pas au bout de ses surprises le bougre. La première fois j’avais été lâche, me laissant écraser sur mon propre domaine pour esquiver les remontrances, mais au final, si ce clan avait plié face à l’enfant de fer après vérification, ce n'était plus eux que j’avais à craindre. Si je voulais leur respect, du moins ceux qui étaient encore a chaperonné, je devais le gagner en m'affirmant. Et ce ne serait pas en courbant l'échine face à un merdeux d’un autre clan disposant de faveurs douteuses. Tout se payait dans la vie, un jour ou l’autre. Les braillements étaient sans attendre a peine il quittait la pièce et j’avais eu la délicatesse d’attendre qu’il ne soit plus la pour étirer mon sourire aussi satisfait que mesquin.

D’un mouvement de main digne d’une diva, j’en faisais sursauter quelques une, c’était que les sauts d’humeur chez les Chokoku… c’était explosif, littéralement aussi. Sans me soucier alors de leurs dires ou même avertissements, j’avais prise une direction, ne demandant pas plus l’avis que je prévenais de ce que j’allais faire. Un message étant qu’ils me faisaient tous gentiment chier. J’avais rejoint l’extérieur par la porte de service des domestiques, continuant ma marche sans me presser un sourire n’annonçant rien de bon aux lèvres. Il n’y avait qu’un chemin pour se rendre ou quitter le domaine, et c’était une pente de plusieurs dizaines de mètres. Cela assurait la tranquillité surement ou c’était un caprice d’artiste, peu importe. Enfin, pour le chemin pavé du moins. Dans les rocheuses de l’endroit, les habitués connaissaient quelques raccourcis, comme moi. Quelques mouvements a cette heure qui finissaient par disparaitre à l’arrivée de l’intersection, enfin seul, ou presque. Le moment choisi pour rejoindre le chemin principal, non pas innocemment. Ne serait pas la notre cher Hyuga. Mains dans le dos, ce petit air supérieur, je lui lançais une œillade constatant avec délectation que j’avais motivée la sienne.

Parfois, un regard ou une expression ne pouvaient pas mentir, c'était plus parlant d'une marée de mots ou d'actions, difficile de décrire ce qui pouvait se lire dans la rencontre de quelques secondes ou comme il avait fait, je l’oppressais d’une fixation virulente. Touché et j’ai vu, et tu sais maintenant que j’ai vu et que tu ne pourras nier. Petite insolente, certes, mais pour ce qu’il restait du respect, je ne lui riais pas un nez, un sourire était bien suffisant en poursuivant mon chemin face a lui sans plus le calculer que cela, si ce n'était...

_"A bientôt Takumi-san."

Finalement, j’allais y faire un tour, avec ou sans autorisation et ce n’était pas que lui que je venais de recaler ce soir finalement. Y avait des moments dans la vie comme ça ou… Cette soirée était délicieuse, ça vaudrait toutes les sentences sans nul doute.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done

Iwashukusai : les nobles sont de sortie !

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: