Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

PROJET : DEFENSE [YUKI KAYA]


Mer 11 Juil 2018 - 10:04


Saiko Kenshi & Yuki Kaya


Projet défense


Un ancien dicton raconte que réfléchir, c’est commencer à désobéir. Dans cette optique, Kenshi a désobéi et pas à n’importe qui : à l’actuel Mizukage.

Notre protagoniste a passé son enfance et son adolescence à rechercher un groupe d’homme l’ayant marqué au fer rouge dans son esprit. Il a toujours cherché le moindre indice pouvant le mener jusqu’à ses bourreaux, voyageant dans la presque intégralité du monde shinobi. Il avait appris à être prudent, très prudent, et à desceller le moindre piège se trouvant à proximité de lui. Le camouflage ? Un jeu d’enfant pour lui. Et c’est grâce aux compétences acquises par sa longue traque qu’il avait réussi à pénétrer dans le village caché de la brume, sous les conseils de son ami et mentor Kuasho, marchand et manieur de sabres. En effet, rejoindre une telle civilisation remplie de shinobi et possédant une hiérarchie comme celle-là parcourant le monde afin d’accomplir des missions pour les seigneurs des pays était le meilleur moyen glaner des informations. Mais pour cela, il devait lui aussi prendre du galon, faire entendre parler de lui par ses camarades shinobis, obtenir une certaine réputation et notoriété pour avoir accès à ces fameuses informations.

Cela faisait quelque temps qu’il pensait à un moyen d’atteindre cet objectif jusqu’à un matin, voyant un tout jeune garçon arriver aux portes du village de la brume. Ce jeune garçon lui ressemblait lorsqu’il avait quelques années de moins. A présent, il a bien grandi et paraît plus âgé qu’il ne l’est, de par son esprit que son physique. Mais là n’est pas la question. Etant donné qu’il connaissait les failles de la sécurité du village, qui de mieux pouvait venir en aide à sa patrie sur ce point et ainsi prendre de l’importance ?

Plusieurs jours durant, il réfléchissait à un moyen d’améliorer la sécurité du village, et voir même du pays entier. Il restait enfermé chez lui, ne sortant voir la lumière du jour seulement pour faire quelques courses pour subvenir à ses besoins. Mais c’est au moment où il passait dans un marché de Kiri Gakure no Satô qu’il eut son idée de génie, grâce à une maquette futuriste de l’archipel. Rentrant immédiatement chez lui sans prendre le temps de terminer ses achats, il se remit immédiatement au travail. Tout en attrapant les premiers papiers lui venait sur la main, il dessina le plan qu’il avait en tête tout en réfléchissant à toutes les personnes qu’il avait pu croiser dans son existence.

Les jours continuèrent de passer. La porte de son domicile n’ayant pas été ouverte depuis un moment, elle grinça avant qu’il ne passe son encadrement avec un imposant dossier dans les mains. Kenshi n’avait encore jamais rencontré personnellement le Mizukage. Pour cette occasion et afin d’avoir un maximum de sérieux auprès de son chef d’armée, il avait mis ses plus beaux vêtements. Hélas pour lui, alors qu’il était non loin d’expliquer son projet à l’ombre, ce dernier refusa de prendre le temps de l’écouter et même de le voir, prétextant que ce n’était pas « un simple gamin du rang de Genin » qui allait lui apprendre son travail.

Kenshi, fier de lui et ayant une volonté à toute épreuve n’allait pas se débiner ainsi. S’il ne voulait pas l’écouter, il allait faire autrement. Et c’est devant les portes d’entrées du palais du Mizukage qu’il avait trouvé une solution. Cette solution arborait fièrement une longue chevelure blonde et une énorme poitrine. Cette solution portait le nom de Yuki Kaya, célèbre kunoichi du rang de Jônin de la brume et cheffe du clan Yuki.

A ce moment précis, tous les espoirs du jeune sabreur allaient être en elle. Et alors qu’il se présenta devant la jeune femme pétillante tout en s’inclinant pour présenter ses respects, il murmura ces quelques mots :

« Je suis Saiko Kenshi et je suis honoré de vous rencontrer. Sans vouloir vous manquer de respects, je n’ai pas beaucoup de temps et il en va de la sécurité de la brume. Est-il possible de m’entretenir avec vous en privé ? »

Il savait que pour son interlocutrice, rien ne pouvait passer avant la sécurité du village et de ses habitants. Ses mots avaient été choisis soigneusement pour qu’elle accepte cette étrange entrevue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3601-saiko-kenshi#27349 http://www.ascentofshinobi.com/t3705-saiko-kenshi

Mer 11 Juil 2018 - 10:15

Kaya avait passé une matinée tout à fait banale. Un réveil aux aurores, un petit temps d’observation de l’éveil de Kiri de bon matin, et de détente par la même occasion. Par la suite, un rapide check de son emploi du temps de la journée et des potentiels rendez-vous qu’elle avait, et alors elle y vit une bonne nouvelle : aucune réunion au sommet, ou aucun rendez-vous ennuyeux à subir. Elle aurait, pour une rare fois, une journée à peu près libre aujourd’hui ! C’est avec un certain entrain qu’elle s’entraîna au sein du clan Yuki, se faisant rejoindre par certains autres membres qui furent surpris et honorés de s’entraîner avec leur cheffe. Après tout, la communication passait aussi par le relationnel réel, et la proximité avec les équipes.

Une douche plus tard, elle se pencha sur les quelques papiers et autres impératifs qu’elle avait à régler à propos du clan Yuki. Un mur à consolider, des commandes d’armes à effectuer… Il y avait toujours des choses à faire pour le clan ! Enfin, ce n’était pas toujours passionnant, mais c’était l’un de ses rôles, dont on parlait assez peu au final. Les grandes décisions et les réunions avec le Mizukage n’étaient qu’une petite partie de son travail, à ce niveau.

D’ailleurs, son l’après-midi serait consacrée à son rôle de Jonin du village caché de la brume. Pour une partie de ses tâches, elle se rendait au palais de la brume où se trouvait un bureau à son nom. Mais avant de s’y rendre et de sortir de chez elle, la jeune héritière de la famille de glace devait s’apprêter. Sortir de l’enceinte du clan sans être un minimum présentable était impensable. Elle s’habilla donc d’une tenue qu’elle affectionnait particulièrement : un pantalon blanc moulant, des bottines, et un bustier très échancré de la même couleur. La température étant parfois très faible à Kiri, elle ajouta une petite fourrure blanche sur ses épaules qui étaient sinon nues. Inspection des cheveux et des imperfections du visage, puis elle était prête à se diriger vers le palais de la brume.

Sur le chemin, comme d’habitude, des regards plus ou moins bienveillants se posaient sur elle. Certains regrettaient qu’elle ait accepté l’arrivée des Hyosas, d’autres la supportaient dans ce choix, tandis qu’un autre type de personne avaient d’autres idées bien moins avouables en regardant la jeune femme, dont la peau était mise à nue au niveau de son ventre plat et athlétique, ainsi qu’au niveau de son décolleté. Enfin, c’était devenu le quotidien depuis quelques semaines.

Mais alors qu’elle était dans ses pensées, elle fut soudainement interrompue par ce jeune homme qui se plaça face à elle avant de s’incliner avec respect, et de se présenter. Saiko Kenshi ? Elle n’en avait jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui. Il avait visiblement une information importante liée à la sécurité du village. Kaya fut un peu surprise, elle ne s’attendait pas à ce qu’un inconnu l’interpelle pour un tel sujet. A vrai dire, elle trouvait même ça un peu louche, et haussa un sourcil avant de jeter un coup d’œil aux alentours. Son regard terriblement froid se posa alors sur son visage qui la surplombait de par leur différence de taille.

« Bonjour. Je suis Yuki Kaya, enchantée, même si visiblement vous savez qui je suis… Eh bien, si c’est si critique que ça, je vais vous recevoir. Mais j’espère que ce n’est pas une blague de mauvais goût. »

Dit-elle en reprenant sa marche en direction du palais de la brume, lui faisant signe de la suivre.

« Par contre, ils vont vérifier votre identité à l’entrée du palais, par mesure de sécurité… »

Et puis au moins, cela permettra à Kaya d’être sure qu’il s’agissait d’un ninja de la brume, et pas d’un illuminé. Une fois les vérifications effectuées, il s’agissait d’un jeune Genin. Etonnant que quelqu’un n’ayant pas le droit de sortir du village ait des informations portant sur la sécurité, mais dans le doute, elle ne pouvait pas prendre de risque.

« Très bien, direction le bureau. »

Son ton restait assez monotone, et la jolie blonde pouvait paraître alors froide et hautaine à cause de cette voix et de son aspect. Une fois rentrés dans la salle, elle referma la porte derrière eux et s’installa de son côté du bureau, avant de l’inviter à s’asseoir en face d’elle. Elle croisa ses fines jambes, et après avoir passé une main dans ses cheveux, elle engagea la conversation.

« Alors, si vous n’avez que peu de temps, allons droit au but, non ? Qu’est-ce qui vous amène ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mer 11 Juil 2018 - 10:24


Saiko Kenshi & Yuki Kaya


Projet défense




Une mauvaise blague ? Mais l’avait-elle bien regardé ? Avait-il l’air de blaguer ? Quoi qu’il en soit, une personne « normale » ne pouvait pas comprendre les personnes comme Kenshi, et c’est bien pour cela qu’il fit comme si de rien était et se contentait de la suivre à travers les différents couloirs du palais de l’ombre de la brume après avoir été contrôlé encore une fois par la sécurité. La sécurité, un point qui semblait important aux yeux du Mizukage mais visiblement que pour sa personne, puisqu’il ne daignait pas écouter notre jeune Genin.

Une fois arrivé dans un bureau, la Jônin s’asseye sur une chaise, tandis qu’elle invita Kenshi à en faire de même de l’autre côté. Tout en passant sa main dans ses cheveux, elle demanda au sabreur de s’expliquer. La main dans les cheveux, les jambes croisés, sa tenue très « sexy » et « provocatrice ». Essayait-elle de le séduire ? Lui avait-il tapé dans l’œil ? Le jeune homme ne comprenait pas très bien ces signes nos verbaux, ce qui lui a valu à plusieurs reprises de se faire des claques de la part de la gente féminine. Il essayait tant que possible de paraître plus normal afin d’obtenir une cohabitation plus saine avec ses pairs. L’esprit vif de Kenshi comprit rapidement qu’il devait rentrer dans son jeu afin de tenter d’avoir ce qu’il voulait. Mais ce silence devenait sûrement pesant pour la jeune femme à la poitrine proéminente (pesant, poitrine, tu saisis ?). Tout en se dressant tel un coq fier dans sa basse-cour au milieu de ses poulettes, il commença par s’éclaircir légèrement la voix avant d’expliquer les raisons de cet entretien.

« J’ai tenté de communiquer avec notre Mizukage mais ce dernier semble trop occuper à m’écouter alors qu’il s’agit de défendre notre nation. Notre pays est composé d’îles plus ou moins conséquentes, avec en son centre notre village. Géographiquement, nous sommes isolés des autres pays mais l’histoire à prouver que personnes n’est en sécurité. Il y a de cela quelques temps, j’ai rejoint le village caché de la brume afin de servir au mieux notre terre mais le fait est que les shinobis sont de plus en plus puissant et moi-même ai réussi à entrer dans le village sans grande difficulté malgré les marécages et les gardes. »

Les mots étaient peut-être durs, mais il fallait peut-être ça pour qu’on me prenne au sérieux.

« Nous possédons une certaine avancée par rapport aux autres villages en matière de construction. Mon plan consiste en des choses assez simples dans un premier temps, mais plus complexe dans un autre. »

Kenshi posa lourdement son dossier sur la table avant de l’ouvrir et d’en présenter des documents.

« Voyez-vous, le but de mon idée est de construire des tours sur les îles se trouvant autour du village. Grâce à ces tours, qui serviront de bases de communications, nous pourrons transmettre des informations plus facilement grâce à certaines personnes. De par mes nombreux voyages, j’ai rencontré des personnes aux capacités exceptionnelles. Des personnes contrôlant des câbles, les utilisant afin de créer des pièges et des alarmes, d’autres maîtrisant un art appelé Onkyôton, capable d’émettre des ultrasons puissant pour communiquer ou encore un clan entier est dans la possibilité d’entrer dans l’esprit d’autres personnes. Vous rendez-vous compte des possibilités s’offrant à nous ? »

Il fouilla à nouveau dans son dossier afin dans sortir des croquis de ses desseins avant de reprendre.

« Pour finir, il serait possible d’ériger un mur autour de l’archipel afin de créer une baie. En effet, j’ai rencontré un clan dont les membres sont dans la possibilité de se transformer en animaux marins. Je crois d’ailleurs que l’un d’eux est parmi nous, dans le village. Ce clan ne veut que deux choses, arrêtez d’être traquer. Si nous leur proposons de les défendre dans cette baie en les laissant tranquille contre le fait de protéger nos terres, je suis sûr qu’ils accepteraient. »

Kenshi avait terminé de parler, il en avait même oublié qu’il voulait entrer dans le jeu de séduction de son interlocutrice afin de pouvoir rapidement atteindre ses objectifs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3601-saiko-kenshi#27349 http://www.ascentofshinobi.com/t3705-saiko-kenshi

Mer 11 Juil 2018 - 10:25
Assez vite, il entama leur petit échange en expliquant la raison de sa venue à Kaya plus particulièrement. Il voulait rencontrer un gradé pour la simple et bonne raison que le Mizukage en personne n’avait pas voulu lui accorder de temps. Plutôt logique, à vrai dire. Son rôle n’était pas d’écouter tous les genins du village, ou alors il n’aurait jamais le temps d’exercer ses réelles fonctions. Lorsqu’il évoqua ce point avec indignation, Kaya se contenta de hausser un sourcil pour prendre un air surpris.

Par la suite, il évoqua réellement la sécurité du village, et le fait que nous nous reposions trop fortement sur le fait simple d’être un archipel pour se sentir en sécurité. Apparemment, il était même facile de rentrer dans le village malgré le mur de protection et les gardes à chaque entrée. Encore une fois, elle fut étonnée qu’il ait pu rentrer si facilement dans le village caché de la brume. A vrai dire, elle trouvait même probable que tout ceci soit un mensonge. En tout cas, ce n’était pas le moment de lui dire le fond de sa pensée, et elle attendait qu’il détaille un peu ses pensées.

« D’accord… »

Dit-elle assez simplement, pour l’inviter à continuer, ce qu’il fit en exposant son plan d’actions pour sécuriser le village. C’était visiblement réfléchi de façon sérieuse, étant donné qu’il avait constitué tout un dossier, qu’il posa sur la table. Construire des tours sur les îles entourant celle du village de Kiri, et faire en sorte que ces dernières puissent communiquer via l’utilisation de certaines capacités Ninja comme l’OnKyoton. L’idée, bien que pas stupide, était difficilement réalisable selon elle. Mais il n’avait pas fini ses explications. Il voulait aussi bâtir un mur tout autour de l’archipel. La jolie blonde peinait à cacher un petit rictus sur ses lèvres, tant cette idée lui paraissait compliquée.

Une fois sa petite présentation finie, pendant laquelle elle ne l’interrompit aucune fois, elle se pencha vers la table, et plaça son index sur l’une des iles de la carte qu’il posait face à elle, ce qui correspondait à l’un des emplacements des tours qu’il voulait faire construire.

« Alors, pour les tours… C’est une idée que nous avons eu. D’ailleurs, nous en avons construit quelques-unes déjà. Cependant, elles sont un peu plus proche, car nous n’avons pas de moyen de communication longue distance. »

Elle montre avec son index la distance entre les îles et Kiri.

« Un manipulateur Onkyoton pourrait peut-être réussir à établir la communication, oui. Mais à quel prix ? Et surtout, je ne connais pas assez de ninjas maîtrisant cet art pour en placer sur chacune des tours tous les jours… L’idée n’est pas bête, mais j’ai bien peur qu’elle ne soit pas réalisable. »

Elle place ensuite son doigt sur la partie extérieure de l’archipel, là où il voulait construire un rempart défensif.

« De même, le mur qu’il faudrait ériger serait titanesque ! En termes de temps de construction, de moyens pour le faire, et aussi d’entretien et de surveillance. Par contre, le fait que les peuples tels que les Umi soient de la partie, ça c’est quelque chose de cohérent et réalisable. Il y a peu, nous avions un ninja qui était de ce clan, Fuka. Il voulait justement sécuriser les eaux en signant un pacte avec son clan. Je pense encore aujourd’hui que c’est la meilleure solution pour sécuriser les alentours de l’archipel, mais nous devons trouver un contact pour cela, et je n’ai plus de nouvelles de Fuka. »

Elle pousse un petit soupir et se redresse, ce qui permettrait par la même occasion de rendre son décolleté moins visible que lorsqu’elle était penchée, avant de le regarder droit dans les yeux avec son regard si froid.

« Vous avez des contacts dans l’un de ses clans, peut-être ? Ou de nombreuses connaissances qui maîtrisent l’Onkyoton ? J’ai vraiment envie de trouver des solutions, je dois juste en trouver des viables… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 12 Juil 2018 - 5:40


Saiko Kenshi & Yuki Kaya


Projet défense




Kenshi venait de déballer à une vitesse folle les plans qu’il avait mis au point afin de renforcer la sécurité du village. Plus il y pensait, plus il se rendait compte que ce projet avait une réelle signification pour bien, bien plus qu’il ne voulait y croire. Son interlocutrice l’écoutait avec une grande attention, acquiesçant de temps à autres ses explications. Le jeune sabreur savait qu’il était écouté, et ce n’était vraiment pas le moment de se planter.

Alors qu’il venait de terminer son monologue, la Jônin repris les explications afin de se conforter dans l’idée d’avoir compris les messages de son soldat. Les légendes sur les blondes n’étaient peut-être pas si fausses que ça, sûrement sont-elles réellement longues à la détente. La tête pensante de cette entrevu se contentait à son tour de l’écouter, tout en réfléchissant à ce qu’il allait lui répondre à la suite, faisant de leur discussion un match de tennis de table.

Elle avait belle et bien compris l’idée des tours communicantes, et souleva même le fait que le village y avait déjà pensé et mis en application ce projet, mais qui n’a pas pu être abouti entièrement, tout en montrant un emplacement sur la carte. L’idée de Kenshi n’était donc pas mauvaise, et sûrement avait-il réussi à être pris au sérieux. Mais lorsqu’il regarda l’île qu’elle indiquait, il ne pu à son tour s’empêcher de laisser passer un petit rictus, assez discret mais suffisamment visible afin qu’elle puisse le voir afin de le lui retourner, puisqu’il avait bien vu son expression au début de leur conversation.

« Je pense que nous ne nous sommes pas compris. Lorsque je parle de tours, je parle de bâtiment, pas d’une habitation de deux étages. »

Kenshi ne voulait pas l’offenser, mais il tenait à souligner qu’il était vraiment présent sur ce projet, ce qui l’étonna à nouveau, puisqu’initialement, il ne faisait cela que pour aboutir à ses objectifs personnels.

Concernant le mur, elle n’a pas dit explicitement que c’était du délire, mais tout comme selon le Genin. Elle parla alors d’un clan avec qui il serait possible de réaliser ce type de projet : le clan Umi. Sur le moment, Kenshi ne savait pas vraiment de qui elle parlait, mais après quelques secondes, il se rendit compte qu’elle parlait du clan Umimori, le clan ayant la caractéristique d’être mi-homme/mi-requin. C’était sûrement une abréviation du nom de leur clan, ce qui était une insulte à ses yeux, mais n’en a pas tenu compte puisque cela ne le concernait pas après tout. Il sentait qu’elle avait bientôt terminer son dialogue lorsqu’elle se redressa légèrement de sa chaise et en regardant droit dans les yeux Kenshi qui lui n’avait quitté son regard que pour regarder la carte. Son regard paraissait froid et sec, ce qui amusa le manieur de sabre lorsqu’il se dit que ce n’était pas étonnant pour un membre du clan Yuki, le clan de la glace. Ne laissant transparaitre aucune émotion, se fichant totalement du comportement de son interlocutrice, il prit à nouveau la parole tout en prenant et tendant une nouvelle feuille de son dossier.

« Effectivement, je connais des membres ayant les capacités dont je viens de vous parler. »

Lâchant à nouveau un léger rictus volontaire, tout en laissant croire que ce n’était pas volontaire, il plongea son regard dans le siens avec le même air froid qu’elle venait de faire.

« Je ne serais pas venu vous parler si je n’avais rien à de concret. Je connais effectivement un membre du clan Umimori et elle est Genin, ici, à Kiri. Vous pourrez voir sur cette feuille une liste de noms de personnes, du lieu où ils sont susceptibles de se trouver avec des informations sur les compétences qu’ils possèdent. Compétences qui, bien entendu, sont celles dont je vous ai parlé. »

Cela étant dit, la balle était dans son camp. Suivant ce qu’elle allait dire, les projets allaient pouvoir ou non voir le jour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3601-saiko-kenshi#27349 http://www.ascentofshinobi.com/t3705-saiko-kenshi

Lun 16 Juil 2018 - 6:32

Kaya n’était peut-être pas la plus forte physiquement, mais elle savait se défendre à distance, et bien évidemment réfléchir rapidement. C’est sur ce dernier point qu’elle était le plus confiante, et son parcours tendant de plus en plus vers de la politique plutôt que vers du combat simple, elle avait acquis une capacité d’analyse assez importante. Et ce petit rictus, bien qu’assez visible, lui en disait beaucoup. Et pas qu’en bien. Il était assez arrogant dans ses formulations, et sa confiance était un peu exacerbée. La jolie blonde leva les yeux au ciel lorsqu’il lui dit qu’il parlait de vrai tour, et pas de bâtiments comme ils les avaient faits jusqu’à présent.

« D’accord… »

Dit-elle pour ne pas laisser de blanc, tout en le laissant continuer. Mais son ton indiquait clairement que cette réponse ne lui convenait pas vraiment. Il argumenta ensuite en évoquant connaître toutes les ressources nécessaires à la mise en œuvre de communication longue distance, ainsi qu’un contact chez les Umimoris. Etonnant, très étonnant même. Un genin de son âge paraissait bien trop jeune pour développer tout cela, et à vrai dire, elle avait dès alors beaucoup de mal à croire ses dires.

Il lui tendit alors une feuille avec la liste des noms des personnes utiles avec leur capacité marqué à côté. Elle posa son index sur cette dernière et commença à lire quelques lignes, essayant de trouver des noms qu’elle connaissait pour vérifier ses informations, mais au final, elle n’en reconnu que très peu. Un ou deux, tout au plus, ce qui lui fit froncer les sourcils en soupirant. L’héritière du clan Yuki avait-elle vraiment perdu complètement ses liens avec les jeunes éléments du village ? Elle pensait bien les connaître, et pourtant cette simple liste lui donnait tort.

« Très bien… Juste un petit mot concernant les bâtiments que nous avons construit pour surveiller le village… Ce sont un peu plus que ça, à mon sens… Être arrogant ne fera pas grandir les tours. »

Lance la jonin sur un ton assez froid. Bien que n’aimant assez peu les choses trop formelles, elle tenait à se faire respecter un minimum dans cet échange, au moins vis-à-vis de leur différence de grade.

« Sinon, cette liste est une bonne chose. Honnêtement, je ne peux pas vérifier sa véracité. Je suis un peu surprise de ne connaître que très peu de ces personnes, mais soit. Ils sont tous au moins genin pour Kiri, rassurez moi … ? »

Elle se recula une nouvelle fois dans son siège et prit une posture pensive, avec son index qui venait épouser les traits de sa mâchoire, tandis que son regard se perdait sur cette feuille. Elle hésitait à poursuivre cette conversation, ou à mettre fin à des projets qui pouvaient être délirants… Finalement, ses pupilles glaciales se posèrent à nouveau dans les siennes, avant de reprendre en repoussant la liste vers lui de son autre main.

« Cette ébauche de projet est déjà une bonne chose, mais si vous voulez vraiment avoir de lourds arguments, il va falloir compléter un peu ce dossier. Pour rendre le tout sérieux, il va me falloir les emplacements exacts des tours. Pour cela, il faut étudier la topographie des lieux pour déterminer l’endroit idéal pour une tour, offrant la vue la plus dégagée, et facilitant les communications entre elles. Nous pouvons fournir nos cartes détaillées pour vous aider, d’ailleurs. Ensuite, pour la communication entre les tours, il faut prévoir la viabilité du projet. Nous ne pouvons pas affecter un shinobi 24 heures sur 24 sur une tour. Il faut donc, au bas mot, avoir un roulement d’au moins trois personnes capable d’établir un lien de communication par tour. Enfin, il faudra trouver le moyen de financer tout cela, car construire des bâtiments coûte cher. C’est pour cette raison que construire une muraille autour de l’archipel me parait irréaliste. »

Elle tire alors la feuille avec cette fameuse muraille vers elle, et pose le doigt dessus.

« Voilà pour les tours. Pour la maîtrise des eaux, je suis bien plus optimiste. Si vous connaissez quelqu’un du clan Umimori, nous serions ravis de rentrer en contact avec lui. C’est, à mon avis, la façon la plus viable de contrôler les eaux environnantes. »

Elle lui rend alors cette feuille, et vient regarder le jeune homme avec un petit sourire rassurant.

« J’espère que je ne vous ai pas découragé. J’ai envie de vous aider, mais il ne faut pas se lancer dans des choses irréalisables. L’étude doit être approfondie. Ah, et tant qu’on est là, si vous avez un autre sujet à aborder, je suis toute ouïe. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 17 Juil 2018 - 11:44


Saiko Kenshi & Yuki Kaya


Projet défense




Ils étaient là, tous deux en train de parler autour de ce large bureau, en train de contrecarré les dires de l’un puis de l’autre à chaque parole. Kenshi avait l’impression de perdre peu à peu l’intérêt qu’il avait réussi à gagner de la part de la Jônin, alors qu’il continuait de parler de ses plans dans les plus profonds détails. Il savait bien que son projet n’était pas parfait, et le fait d’en parler étant un bon moyen d’arriver aux buts qu’il s’était fixé. Il fallait détecter les forces et faiblesses de ses plans pour qu’il soit parfait.

Certes, Kenshi semblait perde la « confiance » de son interlocutrice, mais lui pensait qu’elle ne cherchait qu’une chose : discréditer ses idées. Ils continuaient d’échanger leur façon de voir les choses, tantôt en bien, tantôt en mal. Mais elle reconnue au bout d’un moment que c’était finalement une bonne chose mais qu’il fallait que le dossier soit plus étoffer, plus précis. Elle voulait également être rassuré quant à la liste de personnes qu’il venait de lui donner. A vrai dire, peu d’entre eux sont des shinobis de la brume. Le sabreur connaissait quelques militaires de Kiri Gakure no Satô mais pas tous puisqu’après tout, il avait rejoint le village il n’y a pas si longtemps. Non, la majeure partie de ces personnes sont des connaissances ou des amis que Kenshi s’est fait au fur et à mesure de ses périples dans le monde shinobis, en très grande partie dans le pays du feu.

C’était d’ailleurs pour cela qu’il avait besoin d’une sorte d’appui haut placé au sein du village. Selon les règles, un Genin ne peut sortir seul en dehors du village, et encore moins en dehors de Mizu no Kuni. Quelle plaisanterie selon notre protagoniste, lui qui a vécu seul ou en compagnie de son mentor dans chacun des grands pays. Effectivement, il voulait avoir une certaine liberté de ses mouvements pour ainsi recontacter ces personnes. Qu’il soit seul ou accompagné, peu lui importait.

« Non, ils ne sont pas tous de notre village. Une bonne partie se trouve être des compagnons d’infortune que j’ai connu lorsque je ne faisais pas partis des rangs de la brume. Je pourrais leur confier ma vie entre leurs mains comme ils en feraient de même dans l’autre sens. La plupart d’entre eux sont à Hi no Kuni. Je viens vous voir pour vous présenter mon projet mais aussi avoir votre appui pour être plus libre de mes mouvements et allés à leur rencontre. Bien entendu, je prendrais l’entière responsabilité de mes actes en dehors du pays. »

Puis la cheffe du clan Yuki repris la parole en évoquant le projet des tours. Encore une fois, elle précisait qu’il lui fallait être plus précis. Trop de précisions dans cette histoire-là, ce n’était pas un concours de lancer de kunaïs après tout. Enfin bref, il fallait plus de détails, plus de shinobis qu’il ne faudrait pour faire un roulement, et surtout identifier la position la plus appropriée pour les tours. N’avait-elle pas vu que les croquis qu’il lui avait donnés au début de leur conversation se trouvaient les îles ciblés dans ses plans ? Kenshi s’en fichait pas mal après tout, il lui dirait sûrement une prochaine fois. Il commençait à en avoir assez de de dialogue de sourds. Il écoutait ce qu’elle avait à dire sans l’interrompre, cela allait ainsi passer plus rapidement et à la fin, peut-être lui donnerait-elle ce qu’il attend. A la fin de son monologue que Kenshi cependant attentivement, il commençait par s’éclaircir la voix avant de lui répondre :

« Concernant le clan Umimori, je vais arranger un rendez-vous avec le chef de clan via mon contact. Entre chef de clan, vous vous comprendrez sûrement, vous devez sûrement avoir les mêmes idéaux de protection envers les vôtres et le village. Il serait peut-être opportun que je sois présent à cette réunion afin de motiver mon plan auprès de cette personne lorsqu’il sera plus complet, comme vous le souhaitez. Concernant un autre sujet à aborder, je n’en ai pas vraiment. Toutefois, si j’ai besoin de documents comme des cartes ou autres, comme vous me l’avez proposé, est-il possible d’avoir un laisser-passer pour les archives et les bureaux de l’administration ? »

Il hésitait toutefois à demander sa dernière volonté mais osa tout de même puisqu’après tout, cela en allait de la sécurité du village.

« Y-a-t-il un moyen pour qu’il me soit plus simple de voyager dans le pays, voir même en dehors ? Vous savez bien que les Genin n’ont pas le droit de sortir comme ça du village, ce que je comprends tout à fait. Mais être cantonner au sein du village n’est pas forcément évidant pour repérer les lieux pour les tours et comme je vous l’ai dit, reprendre contact avec les personnes figurant sur cette liste. Je reste bien sûr à votre disposition pour toutes autres questions ou demandes concernant ces projets de défense. Pour finir, je tiens à vous souligner que ne suis pas découragé, bien au contraire, vos mots m’ont plus que motivé à aller jusqu’au bout de ces plans. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3601-saiko-kenshi#27349 http://www.ascentofshinobi.com/t3705-saiko-kenshi

Sam 21 Juil 2018 - 4:53

Les doutes et craintes de Kaya venaient de se confirmer. Les ninjas qu’il proposaient n’était pas du village. C’était bien audacieux et risquer que de se fier à des personnes extérieures au village caché de la brume. A vrai dire, lorsqu’on touchait à la sécurité, en plus d’être un citoyen de Kiri, il fallait aussi être testé de façon à s’assurer que la personne n’allait pas être faible mentalement et pourrait compromettre la sécurité du village tout entier. Mais lorsqu’il lui parla d’une réunion possible avec un membre du clan Umimori, son regard se fit bien moins strict.

C’était évidemment une bonne opportunité pour renouer des liens avec ce clan si particulier, et qui pouvaient être d’une utilité très importante. Montrant son intérêt via son langage non verbal, Kaya se rapprocha de la table en se penchant légèrement vers lui. Il tenait cependant à être présent lors de cette réunion… Soit. Ce n’était pas bien grave, sa présence ne la briderait aucunement, et elle resterait celle qui dirigerait cette entrevue. Et enfin, il lui demanda pour avoir accès aux archives et aux bureaux de l’administration. Elle ne lui faisait pas confiance à ce point, clairement. Elle ne le connaissait que depuis quelques minutes, et ses contacts venant de Hi no Kuni ne la rassurait pas.

« Concernant la rencontre avec le clan Umimori, ce serait avec grand plaisir ! Dès que vous pouvez établir un contact avec cette personne, je serais ravie de vous recevoir pour qu’on parle un peu des mers environnantes… »

Dit-elle avant de recroiser ses fines jambes, pour ensuite prendre quelques secondes de réflexion.

« Hm… Pour les archives, ça va être compliqué. Je peux vous laisser entrer dans la première zone des archives, qui ne contient rien d’intéressant pour vous. Seulement de la paperasse. Je vous ferais livrer les cartes topographiques de la seconde zone, pour que vous puissiez les observer. Pour les bureaux de l’administration, je ne pense pas que vous en ayez besoin. »


En plus de tout cela, le jeune genin voulait la permission exceptionnelle de sortir du village pour rencontrer ses contacts de Hi no Kuni. Du culot, il en avait. Cependant, à ce moment exact, elle se demandait s’il s’agissait de culot, ou simplement d’inconscience. A vrai dire, elle optait plutôt pour la seconde option.

Il avait l’air d’avoir de nombreuses idées, mais de manquer de réalisme. Et clairement sa requête prouvait qu’il avait un manque flagrant de connaissance concernant le fonctionnement du village. Enfin, il savait qu’il n’avait pas le droit de sortir sans autorisation, ce qui était déjà bien en soit. Mais en tant que genin, sortir pour aller au pays du feu, seul, était extrêmement risqué, surtout ces derniers temps avec les tensions qui étaient en train de monter avec d’autres villages et pays.


« Non, je suis désolée, mais cette requête est tout simplement impossible à accepter. En plus, je ne nous vois pas employer des mercenaires en ce qui concerne la sécurité du village. Ce serait très risqué. Trop risqué. Tout comme le fait de laisser un genin partir pour un autre pays. »

Clairement, elle montrait qu’il n’y avait pas de négociation possible sur ce point. La blonde serait intransigeante, et cela semblait évident.

« En résumé, vous allez avoir accès aux cartes topographiques, mais pas bien plus. C’est déjà une bonne indication pour trouver les endroits idéaux des tours. Et je vous laisse me recontacter pour rencontrer les Umimori. J’espère que cette rencontre vous aura été bénéfique. »

Dit-elle en se relevant, montrant que leur petite rencontre touchait à sa fin, pour ensuite le guider vers la sortie.

« Au plaisir. Si vous avez besoin, vous pouvez me trouver ici, ou dans l’enceinte du clan Yuki. »

Lui indique la jolie Jônin, comme elle le faisait à chaque fois, afin que les genins sachent où trouver un supérieur en cas d’urgence, ou simplement de besoin.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

PROJET : DEFENSE [YUKI KAYA]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: