Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Ne blâme pas Dieu d'avoir créé le tigre, mais remercie-le de ne pas lui avoir donné d'ailes. [ PV : Sandaime Tsuchikage]


Mer 11 Juil 2018 - 18:27
À quoi je m'attendais ? Forcement, si Akimoto avait une manière de faire particulière et bien a lui, ce ne sera pas le cas de Nagamasa-sama. En fait, j'avoue que je préfère même cela, je ne sais pas si ma convocation à une raison particulière, mais ce n'est pas pour autant que je vais la prendre à la légère. Si je dois être punie, j'accepterai les conséquences de mes actes comme n'importe qui devrait le faire, s'il a besoin de moi, alors je serais fière de servir la roche. Cela me semble tout à fait naturel, même si je n'en reste pas moins nerveuse. D'aussi loin que je me rappelle, je ne pense pas être venu aussi proche de sa personne et ne sais pas encore comment agir et réagir. Dans le doute, restons calmes, honorables, loyales et évitons le genre de pitrerie que je peux lâcher à l'occasion...

J'ai passés littéralement des heures à choisir ma tenue, un kimono traditionnel, avec une coupe légèrement moderne pour permettre de se mouvoir tout de même. La mise en place, le maquillage, tout ce qu'il faut pour ne pas faire le moindre faux pas. Même ma mère a été incroyablement sérieuse le temps de me préparer pendant que papa s'occupe des petits. Me remémorer les gestes, entrainer ma respiration, tous ces détails qui font la différence entre être une bonne Iwajin ou être une idiote dévergondée et à qui on ne peut pas prêter foi.

J'arrive avec une bonne heure d'avance, je ne suis pas seule... Mes trois clones m'aident à porter tout un tas de documents. Je viens avec tous mes rapports depuis ma première heure d'activité au sein du village, tout ce qui concerne les activités des Shuuchuu qui m'a été confié par le chef de clan mon père et... Tout ce que j'ai jugé nécessaire tant que cela ne touche pas au secret médical et ça en fait des rouleaux. Pire, il y a des rouleaux mis et ordonné dans des sceaux, eux-mêmes classés et ordonner dans des portes-documents. C'est la foire au papier et s'il devait y avoir un incident, la pièce serait littéralement noyée sous les parchemins... Mais ça n'arrivera pas.

J'attends que l'on me dise de venir, je suis bien en avance pour faire des exercices de respirations et pour m'assurer de me rappeler de l'ordre et l'emplacement de chaque document, de pouvoir répondre a toutes les questions qu'il pourrait me poser, sans me précipiter, ou sans donner l'impression d'être prise de court. Il a besoin d'efficacité, je ne souhaite pas lui faire perdre son temps. Une fois invité à entrer et pas avant, j'ouvre la porte, passe celle-ci et me retrouve face à lui, avec mes trois clones derrière. Ensemble et a l'unisson, le saluons comme on l'a appris , le salut est une chose si importante que même les enfant l'apprennent au plus tôt et que certains établissements font encore des courts à leurs employer pour être certains qu'ils les exécutent comme il se doit. Je le salue bien bas, dans un mouvement long et lent. Il est important, je le respect et je le montre donc par mes gestes et mon aptitude. Une fois les trois révérences passées, j'attends qu'il m'indique de m'installer, de rester debout ou de congédier mes clones. Peu importe sa demande, j'obtempère sans discuter et sans attendre, dans le cas de mes clones ils poseront les documents avant de disparaitre bien entendu.

"Je vous remercie pour le privilège et l'honneur que vous m'accordez."

Cela a beau être une convocation, je suis sincèrement honoré d'être ici. J'ai le cœur qui bat fort malgré mes préparations et en réalité je n'aurais pas dû prendre la parole comme je l'ai fait. Mais, même avec toute la bonne volonté du monde, je suis toute chose... Pas de la manière d'une gourgandine, mais comme une enfant à la fois excitée et apeurée face à un grand seigneur... Ou un animal de bât devant un majestueux tigre.

@Nagamasa Yoshitsune

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Ven 13 Juil 2018 - 14:40
Pluie de questions qui tourbillonne dans la tête de l’homme qui veille, son esprit file à toute allure, se bousculant maintes et maintes fois entre hypothèses ; rêveries, et l’utilité véritable de l’ensemble des forces shinobis du village de Iwagakure. Maintenant qu’il avait vu Takumi et Diao, venait le tour d’une dénommée Shuuchuu Chiryou. Il ne l’avait jamais jamais réellement vu auparavant mais connaissait son existence, cette dernière étant une des sensei du village.

Une jeune femme à peine adulte outrepassa la porte. Celle-ci, encore dans la fine fleur de l'âge, présentant tous les attraits d'un scribe, d'une assistante qui, dans son sens de l'organisation et sa rigueur aiguisée, représentait cet outrance, cette volonté de trop bien faire qu’il abhorait quelque peu. Montagne de dossier à la main, celui-ci après avoir invité sa convive à entrer, il reprit place dans siège l’observant de haut en bas.

Quand bien même elle semblait prête à nouer le contact avec son interlocuteur, Yoshitsune lui se voyait pourtant présent dans la salle aux côtés de feu Chogen, deux ans en arrière, souriant et se tordant de rire face au comportement idiot que pouvait adopter ce jeune voyou ; pleurant de joie face aux objectifs immortalisant leur union. Le patriarche des Nagamasa se le remémorait très clairement dans cet déférence désuète, cet homme dont les flammes demeuraient toujours en lui. Ce feu sacré qui n’aurait aucun mal à embraser les lieux de toute sa splendeur, virevoltant au gré des hurlements, crépitant telle une mélodie à la fois posée et cacophonique que le vent lui-même, chef d’orchestre, rythmerait à son goût.

Pour faire simple sinon, Yoshitsune ne put s’empêcher d’avoir un léger spasme quand il fut interpellé. C’est en posant son regard sur elle, alors qu’il décida de lui répondre. Un rictus acerbe surplombait la pulpe de ses lèvres rosées et jusqu'à ce que ses commissures articulent un mot, Yoshitsune referma délicatement son poing jusqu'à l'entente glacée d'un bruissement d'os. A ce moment précis celui-ci relâcha promptement la pression et croisa ses bras contre son buste, obliquant une moue faussement consternée.

ㅡ « Évitons les révérences trop pompeuses, Chiryou-San. D’ailleurs veuillez disposer de tout votre attirail et vos clones, je doute que vous en ayez réellement besoin [...] » reprit de plus belle Yoshitsune tournant les pages de son dossier.

L'entretien pouvait enfin commencer.

ㅡ « J'ai ouïe dire que vous veniez d'accoucher... Toutes mes félicitations. [...] » Après un sourire aux éclats plutôt long, c'est avec son flegme habituel que le leader politique d'Iwa reprit son sérieux solennel et s'adressa à son convive sans jamais apposer son dossier. « Toutefois pensez-vous pouvoir assumer votre enfant en dépit du conflit qui baignent le monde shinobi ? D'ailleurs au vue de votre dossier, il n'y a personne désigner en tant que père ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 13 Juil 2018 - 16:01
De toute évidence, en voulant éviter de lui faire perdre du temps, c'est effectivement ce que je fais. La nervosité est le pire ennemie de la femme, de Homme de manière générale , c'est à voir. Bon et bien, puisqu'il faut alléger le protocole, je vais m'assurer de rester dans la politesse la plus élémentaire, sans pour autant continuer de trop sonner le clairon ? Quelque chose comme ça.

En tout cas, cela semble être sa volonté et je n'ai aucune envie de le contrarier, Je n'ai surtout aucune envie de rendre cet entretien plus désagréable qu'il peut l'être, j'imagine qu'il va avoir toute une ribambelle d’entretiens divers à faire si ce n'est pas déjà le cas. Immédiatement et sans cérémonie, mes clones repartent avec tout l'attirail, effectivement, ce n'était pas réellement nécessaire à bien y réfléchir... Est-ce que j'ai péché par excès ? Certainement, je suis bien plus impliqué et sur le qui-vive que je l'imaginais et pourtant j'en étais déjà consciente.

Enfin soit, ne pas penser à ça, une question, une réponse, pas de détour cela vaut mieux pour tout le monde.

Il me félicite pour l'accouchement, je comprends vite que cela ne va pas être simplement cela. Je le remercie d'un geste poli, baissant la tête et ne le coupant pas bien évidemment. La question qu'il pose est légitime, d'ailleurs, l'idée de penser à mes enfants me change malgré moi. J'ai beau vouloir rester la plus neutre et ferme possible, en pensant à leurs visages, mes traits s'adoucissent, mon sourire se dessine davantage et mon cœur bat de manière plus calme. Mes deux petits héros, mes anges qui me soutiennent même quand ils ne sont pas présents. Je réponds donc le plus honnêtement possible. Je passe tellement de temps avec eux, qu'on doit presque me les arracher.

C'est un peu moins vrai depuis que j'ai une équipe, mes élèves sont bien la seule chose qui me fait penser à autre chose et encore, pas totalement. J'utilise des clones pour les garder auprès de moi le plus souvent possible, quand c'est impossible, comme maintenant, je laisse tout de même des clones pour qu'avec le retour d'expérience, je ne loupe rien ou pas grand-chose. C'est un peu étrange et malsain, mais c'est ma manière de les aimer, intense, peut-être un peu étouffante ?

"Hors cas de force majeure, oui je pense pouvoir m'occuper d'eux. Dans les cas particuliers où c'est impossible, il y a toute une famille, un clan mineur qui se fait une joie de leur assurer amour, attention et sécurité."

J'en suis persuadé, est-ce que la réalité me donnera raison ? C'est une autre histoire.

"J'ai réduit ma charge de travail pour m'occuper d'eux, tout en assumant mon rôle d'enseignante. La famille s'est sacrée."

Je viens indirectement de lui révéler que j'assimile mes étudiants à ma famille, erreur ou non ce n'est pas comme si je le cachais de toute manière. Pour en revenir au sujet du père, ça ne sera pas un souci.

"Leurs pères, à clairement indiqué qu'il refusait catégoriquement de s'occuper d'eux. Niant leurs existences. Puisque vous êtes bien évidemment en droit de le savoir, il s'agit de Yuki Noah."

Même s'il doit déjà le savoir, il faut le dire par principe. Il est maintenant le seul vivant à le savoir, hors le père lui-même et encore... Est-il encore vivant ? Peu importe, même si par le plus grand des hasards il devait se remontrer, il n'a aucun droit sur eux et qu'il s'avise de les toucher... Le plus problématique, ça pourrait être le clan Yuki lui-même s'ils viennent à développer leur nature de chakra héréditaires ils risqueraient d'intervenir.

Est-ce que c'est à moi d'évoquer cela ? Il n'est pas bête, il va tout de suite y penser... Pas de prise de parole inconsidérée, il est bien à même de savoir ce qu'il veut savoir ou non. J'attends donc sagement la suite de l'entretien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mer 18 Juil 2018 - 8:11
Il n’est pas chose aisé de que comprendre jusqu’où pouvait cet amour que portait la dénommé Chiryou à ces enfants. En effet, pour Yoshitsune qui n’avait eu la chance d’avoir sa mère près de lui, il s’agissait là d’une chance unique que ces enfants se devaient de chérir ; une chance qu’il avait juré de défendre à l’envers et contre tout, peu importe les difficultés qu’il aurait à surmonter. Il s’était juré que jamais plus un enfant, ne vivrait cela sous sa vigilance.

- « Fort bien. Il est vrai que des enfants d’un tel âge ont besoin de leur mère, et il serait dommage que vous tombiez au combat. »

Et tandis que sa langue se délie, Yoshitsune en écoute le moindre son, jugeant par la même instance celle qu’est en réalité Chiryou. Son regard dévie et se reporte très rapidement sur ce dossier.

Fort peu glorieux pour une Kunoichi. Il serait même juste que de le qualifier d’affligeant. Mais cela sans même qu’il le prononce, elle pourrait l’appréhender surtout à cette moue circonspecte qu’il tire. Quand bien même il n’avait pas de réelles décisions à poser sur la question de l’éducation de ces enfants. La il s’agissait de Ninja de


- « Toutefois, Chiryou Shuuchu. » dit-il plus interdit, plus sévère « Si il est vrai que je n’ai aucune chose à redire concernant les progénitures de Noah ; comment pourrais-je vous confier l’avenir de mes enfants Iwajins, vous qui n’avez cesser d’échouer ? Médiocre sont vos résultats. A deux contre un vous avez trouvez moyen de perdre vôtre affrontement face à un certain Aami Shoran ; vos missions n’ont été qu’échec cuisant sur échec cuisant. » il soupire

Il prends le temps de marquer un arrêt dans ses allégations, non pas pour son bien mais simplement pour voir si elle a ce qu’il faut pour devenir un Shinobi de la Roche.

- « Que comptez-vous leur enseigner ? L’insubordination comme à Diao ? Comment échouer perpétuellement ? si ce sont la vos méthodes d’enseignement, permettez moi de douter de vos qualités de préceptrice. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Juil 2018 - 13:43
Le succès n'a pas besoin d'explication, l'échec n'en admet aucune.

Je ne m'épancherai pas sur le sujet. Il a raison, je ne chercherai pas d'excuse même si elles sont bien présentes, il y a des circonstances, mais je n'ai ni envie ni intérêt à chercher à me dédouaner.

"Certes, je ne reviendrai pas sur ce fait indéniable, un échec est un échec."

Mais une chose est aussi à retenir, si je n'ai pas de grande victoire, j'ai du vécu. Pas seulement ne tant qu'être humain, que mère, mais aussi en tant que Ninja. Bien sûr, moins que nos plus grands éléments, mais plus qu'eux, mes chers élèves et je compte bien m'assurer que chaque claque, chaque coup, chaque obstacle que j'ai rencontré ne vienne pas les affliger à leurs tours. Si cela doit être le cas, je les guiderai d'une main tendre et maternelle pour dépasser leurs soucis.

Ne pas regarder le passer, se tourner vers l'avenir, leurs avenirs.

Les tenir par la main oui, mais pas leur imposer une vision qui est la mienne. C'est à l'enseignante que je suis de s'adapter à ses élèves et non l'inverse. Par contre, j'avoue avoir un peu réagi, trop, quand il a parlé de l'insubordination de Diao. S'il y a une personne que je ne croyais pas capable de cela, c'est bien elle. J'ai eu un arrêt, fixe et perplexe. Évidemment, je le crois sur parole, ne pouvant mettre ses paroles en doutes, cela sous-entent qu'il ya eu au moins un évènement l'impliquant. Négatif de surcroits. Qu'elle supérieur exécrable si j'arrive déjà à ne pas savoir ce qui advient de mes protégés...

Il veut savoir ce que je compte faire quant à leurs éducations, autant le dire clairement donc :

"Mon rôle est et sera de m'assurer qu'ils ne reproduisent pas mes erreurs. Je le leur ai dit clairement : je ne leur tracerai pas une route, je les aiderai à trouver leurs voies et les soutiendrait pour suivre celle-ci."

Je n'ai plus qu'a attendre son verdict. Je ne me débattrais pas, cela ne serait bon ni pour moi, ni pour lui. Faire perdre son temps à l'ombre de la roche serait un échec supplémentaire à mon actif...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mer 18 Juil 2018 - 15:15
Il aurait été bien légitime pour la nouvelle ombre de la Terre que faire bien des blâmes sur de telles paroles. Sur ce comportement faible et inadapté pour une femme de son rang. Avant en tant que second, encore aurait-il pu l'accepter. Toutefois les choses avaient changé et désormais, il était le leader d'un tout - de surcroit, le leader d'Iwagakure no Sato. Alors quel serait l’intérêt ? Rendre son intérêt à vivre à quelqu’un dans cet état était particulièrement complexe ; à quelqu'un qui ne parvenait même pas à se faire confiance. Tel était des choses que son prédécesseur Akimoto Borukan de son nom, avait pu toléré. Nagamasa Yoshitsune, Tsuchikage Troisième du nom ne pouvait en faire fi.

Pourrait-il seulement parvenir à simplement lui permettre de se tirer du positif de ces échec qui ne cesse l'accompagner partout où elle va ? qui l'a paralysait ? Il n’en savait trop rien. Les actes étaient probablement plus efficaces que les mots sur celle qui se faisait le prisonnier de ses propres états d’âme.

Lentement, le Kage détourne la tête, puis le torse pour faire face à la fenêtre et non plus cette voix qui jacasse et qui n'a de cesse de l'agacer. Il y voit de vaines tentatives pour déterrer une vérité enfouie, qu’il a normalement pour ordre de taire mais il y voit également la possibilité de forger comme une connexion établie le long de ces routes en noir et blanc. Un lien formé au fil de paroles incongrues, dont Yoshitsune est inconscient, qu'il ne ressent pas au fond de lui-même mais dont il est appréciatif, dont il est heureux. Ainsi naissent les hommes, du creux du cœur d'un autre, façonnés du bout de leurs doigts, et ainsi est née son âme, entre les deux accords d’un homme et d’une femme ; cris à l'unisson de plaisir.

Enfin soit.

- « Comme je l'ai dit lors de mon intronisation, je me refuse d'être aveugle à l'image d'un Roi qui sait mais qui ne voit rien ; chose qu'ont d'ailleurs trop fait mes prédécesseurs. Qu'une chose soit claire, je n'ai absolument pas confiance en vos capacités à diriger une équipe. Toutefois vos paroles ont su faire écho dans ma poitrine. »

Il déchire alors le dossier qui a été constitué sur la gente dame et l'observe.

- « Sans doute est-ce pour vos enfants, mais je vais vous faire confiance et voir ce que l'avenir vous réserve. A l'inverse, notez bien que je ne suis ni Akimoto ni Chogen ; perdez ma confiance et vous ne l'obtiendrez plus jamais. Sommes-nous d'accord ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ne blâme pas Dieu d'avoir créé le tigre, mais remercie-le de ne pas lui avoir donné d'ailes. [ PV : Sandaime Tsuchikage]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: