Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Bref retour ; Ft Reiko


Jeu 12 Juil 2018 - 10:36
Bref retour


- « NIDAIME-SAMA ! »

- « QUELLE JOIE DE VOUS REVOIR ! »


Dire que je n’étais pas touché par les attentions de tous ceux que je croisais sur mon chemin depuis que j’avais passé l’arche serait un mensonge. Pourtant, j’étais quelque peu gêné par ces manifestations de joie et par ces regards quasiment admiratifs ; d’autant plus que je ne rentrais pas au bercail pour les bonnes raisons. Il n’y avait qu’à voir la grosse bière que je tenais sur mon épaule pour le comprendre. Qui plus est, tous devaient être maintenant au courant pour la perte de mon kinton ce qui n’était pas forcément pour me faire plaisir. Un bref retour qui ne se faisait pas sous les meilleurs auspices qui soient. De quoi meurtrir mon cœur dans un sens, en vérité.

J’aurai pu me rendre directement chez le kage, mais un détour s’imposait auparavant. Non pas à la morgue de Kumo ou même chez les Metaru, mais bel et bien chez les parents du cadavre que je rapportais malgré moi. La meurtre d’une personne ne m’avait jamais paru aussi désagréable. Le génocide que j’avais perpétré à Hi ne m’avait même pas tiré le moindre remord et c’est dire. Shôran n’était pas forcément le kumojin de mon cœur, mais j’avais su l’apprécier à sa juste valeur. Il était un garçon fort, brave et droit jusqu’à ce que mes actions pour le bien du plus grand nombre viennent à le bouleverser pour le pire. Et malgré mes supplications, arriva ce qui devait arriver…

Une fois chez ses parents, je présentai mes condoléances sans fioritures. Sa mère fondit bien évidemment en larmes tandis que son père qui la tenait dans ses bras tentait de faire bonne figure. Cette image resserra mon cœur, mais je n’avais pas eu le choix. Pour la sécurité de kumo, j’avais fait le devoir de tout kumojin. S’ils ne me le firent pas comprendre ouvertement, ses parents nourrirent une certaine aversion pour ma personne sur le moment. Le meurtre de leur unique enfant découlait peut-être d’une logique implacable, mais un homicide restait un homicide peu importe comment on tournait la chose. C’était un fait compréhensible ce pourquoi je les laissai seuls très rapidement.

Avec ce qui restait de son corps, ils pourraient effectuer un enterrement digne du shinobi qu’il avait été.

Ce n’est qu’après cette visite obligatoire que je pris la direction de l’assemblée. C’était d’ailleurs la première fois que je m’y rendais depuis que j’avais démissionné de mon poste. Ceci dit, il me fallut un moment pour arriver à bon port étant donné que je dus répondre aux salutations d’un bon nombre de personnes sur mon chemin, encore. Une fois dans les couloirs de l’auguste assemblée, je pu enfin souffler avant de me prendre un café comme remontant. Ce n’est qu’une fois le breuvage en main que je montai jusqu’au bureau de la jeune femme. J’aurai pu rentrer sans frapper ou même sans me faire annoncer, mais je préférai faire les choses dans les règles en laissant sa secrétaire m’annoncer.

En attendant, j’étais allé m’asseoir sur un banc, pas loin, entrain de siroter tranquillement mon café, l’air paisible.

En apparence seulement.


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mer 21 Nov 2018 - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 19 Nov 2018 - 18:23
En pleine exercice...

Tu répétais inlassablement les mêmes efforts musculaires grâce aux machines que tu avais faite installer au sein de ton grand bureau. Avec tes fonctionnalités de Raikage, tu n'avais plus le temps de passer la moitié de ta vie à t'entrainer inlassablement. De plus, tu avais vu toi même jusqu'où allait tes limites en terme de fatigue. Et dans un contexte de danger constant, tu ne pouvais pas te permettre d'être au pire de ta forme en sacrifiant une bonne partie de ton sommeil au profond de ta lubie morbide pour le renforcement.

Ainsi, tu te retrouvais en sueur, bien loin des occupations habituelles que tu pouvais gérer. Des problèmes administratifs mais aussi bien plus sérieux qui pouvaient se présenter à toi. Et tandis que tu soulevais ces poids pouvant s'apparenter à des énormes rochers en terme de masse, tu cogitais quand même sur l'avenir des évènements.

Tu n'étais pourtant pas le plus fin des stratèges, tu laissais ça à d'autre. Tu n'étais pourtant pas non plus un leader comme pouvait l'être ton frère. Toi, tu savais simplement agir lorsqu'il le fallait et arriver à tes fins lorsque tu le désirais. Tu ne prenais que des lignes droites faisant fit des dommages collatéraux.

Mais ici, il était évident que tu ne pouvais pas toujours faire de la sorte. Sous peine de bafouer le serment de protection que tu avais proclamé... La vie était bien plus simple à l'époque, où tu te foutais de tout sauf ta propre personne. Où tu te permettais d'éclater la première petite vieille un peu trop lente dans la rue.

Ne te laissant néanmoins pas abattre, tu venais rajouter encore une dizaine de kilos à la charge que tu soulevais déjà avant de repartir pour ton exercice, toujours perdu dans tes réflexions diverses et variées.

Et tandis que tu étais dans ta bulle presque étanche au reste du monde, voilà que tu pouvais voir ta secrétaire venir dans ton bureau alors qu'elle savait pertinemment que tu avais formellement interdit à quiconque de rentrer sous peine de l'envoyer à la morgue sur le champ.

Mais voilà, celle-ci vint à t'annoncer la présence imprévue de ton frère. De quoi te faire arquer un sourcil, puis le second avant de finalement les froncer de nouveau sur un visage déjà bien trop sérieux en temps normal.

- Fais le patienter quelques minutes.


A cela, tu venais à arrêter ton exercice avant de passer ton visage dans l'eau et de t'essuyer avec ta serviette. Tu ne savais pas vraiment pourquoi il était là, mais tu espérais que cela soit annonciateur de bonne nouvelle. Une capacité retrouvée peut être ? Cela ne pourrait que faire du bien à lui et à tout les gens qui s'inquiétaient pour santé. Physique comme mental.

N'étant alors vêtu que d'un haut et d'une serviette qui passait par dessus tes épaules, tu venais à sortir pour aller à la rencontre de ton frère.

Le repérant de loin, tu ne pouvais que constater son changement physique depuis ces derniers mois. Un début de barbe, des cheveux en pagaille, un visage sombre, encore plus que lors de son mandat. L'éclat qui avait autrefois guidé Kumo était parti pour laisser place à quelque chose de plus mature, plus... réservé. Enfin bon, malgré tout ça, il restait fidèle à lui même, entrain de flemmarder en sirotant son café. Un vrai bon à rien.

- Je vois que tu as déjà repris tes marques.


Tu soupirais tandis que tu l'invitais à te rejoindre dans ton bureau qui avait aussi bien changé. Après tout, tu l'avais adapté à tes besoins depuis qu'il était désormais le tien. Rien ne laissait présager que Shuuhei avait pu y séjourner ne serait-ce qu'un jour.

- Que me vaux ta présence ?


Ton timbre était neutre. Pas chaleureux mais pas agressif pour autant. Tu étais surtout intriguée par ce qu'il pouvait bien te raconter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 21 Nov 2018 - 12:55
Bref retour


- « Ai-je besoin de valables raisons pour voir mon successeur et de surcroît ma petite sœur ? C’est l’avantage d’être un ancien dirigeant : Tu peux venir faire chier le nouveau légitimement, nfufufu ! »

J’eus un petit rire à la suite de mes phrases. D’aucuns auraient certainement grincé des dents en pensant que je risquais gros, mais tel n’était pas vraiment le cas. Et puis, elle s’attendait surement à me voir déblatérer des conneries. Maintenant que j’étais déchargé de mon poste de kage, j’avais eu le loisir de redevenir moi-même : Le type insouciant et plus ou moins souriant. Mais à qui il fallait pas chercher de noises, comme d’habitude. Enfin… Je n’étais plus très dangereux sans mon kinton ; mais j’acceptais cette faiblesse qui quelque part me rendait fort puisqu’elle m’avait permis d’aiguiser d’autres domaines que j’avais plus ou moins délaissé pour me consacrer au ninjutsu sous toutes ses formes.

- « Tu as bonne mine, ça fait plaisir à voir. »

Mon expression fut douce. Parmi tous les kumojins, j’étais certainement l’une des rares personnes à pouvoir décrypter l’air impassible de la jeune femme. Cette dernière était animée par un brin de curiosité -ce qui était normal d’ailleurs vu le temps que j’avais effectué hors du village-, mais je n’avais pas grand-chose à lui raconter en vérité. Malheureusement. Sur ce constat et plutôt que de poser mes fesses sur un siège, je me mis à bouger un peu partout dans son bureau qui effectivement n’avait rien à voir avec le mien. D’ailleurs, je n’avais pas vraiment apporté de touches persos au bureau de Seijiro une fois que je fus élu. Perte de temps et d’énergie. Je l’avais trouvé parfait tel quel.

- « J’ai ramené la carcasse de Shôran à ses défunts parents. J’aurai dû le faire depuis, mais des pistes sur le kinton ont accaparé mon temps. Pardon pour ne pas t’avoir prévenu du succès de la mission, d’ailleurs… »

Je m’excusais sans doute pour rien puisque la nouvelle avait dû lui parvenir via d’autres shinobis. Qui plus est, comme le disait le dicton : « Pas de nouvelle, bonne nouvelle ». C’était pas comme si elle pouvait douter de mes capacités à mener à bien cette mission de toute façon ; même si l’avoir réussi ne me faisait pas vraiment plaisir. Je remuai la tête de gauche à droite, avant de tremper une nouvelle fois mes lèvres dans mon café, puis je dirigeai mon regard vers la baie vitrée de l’immense bureau qui donnait une vue panoramique sur une bonne partie du village, pour ne pas dire l’ensemble de Kumo. Plusieurs pensées affluèrent dans mon esprit, avant que je ne reprenne une nouvelle fois parole.

- « Le mois à venir sera décisif pour moi. Avec toutes mes recherches effectuées sur notre capacité héréditaire, soit ça passe, soit ça casse et l’apothéose de toute cette emmerde relève inévitablement d’un combat violent qui doit me pousser dans mes derniers retranchements. Un presque combat à mort. Et je suis sûr que tu devines ce que ça implique… »

Qu’il n’y avait qu’elle qui pouvait m’aider dans ce sens. Ou me tuer définitivement. Tout dépendrait d’un seul facteur précis : Mon chakra. Mon regard finit par rouler vers elle. Il était cette fois-ci sérieux, déterminé. Rien à voir avec le Shuuhei habituel. Je lui refilais presque le sale boulot, mais il n’y avait personne d’autres de mieux qu’elle pour m’aider dans ce sens. J’aurai pu me pencher vers Itagami, mais cette dernière n’était pas aussi puissante que Reiko ; sans compter qu’elle ne souhaiterait jamais remplir une tâche aussi ingrate au vu de notre passé commun. Les autres Metaru n’étaient tout simplement pas assez forts pour pouvoir m’inquiéter dans ce sens. Enfin, peu importait au final.

Mon choix était définitivement arrêté sur elle de toute façon.

- « Je peux compter sur toi quand ce moment arrivera ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Bref retour ; Ft Reiko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: