Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

The Descent ▬ Hyûga Keizo


Sam 14 Juil 2018 - 15:01
Lieu : Village caché d'Iwa.
An : Aux alentours de 194 - 195.

. : Hand of Doom : .


Il était un temps où le soleil ne se gênait pas pour frapper les quelques têtes sans eau que tu croisais dans les artères d’Iwa. Fournissant alors quelques gourdes en argile remplies d’eau de la fontaine d’une place quelconque, tu les offrais sans peine et bonne humeur apparente aux villageois et civils. Certains malheureux récoltant le sous des autres y avaient le droit, l’épais univers n’avait pas assez de blé, de ressources mais surtout d’argent et d’or pour bénir les âmes perdues. Des corps errants, ne servant à que trop peu de choses. Similaire à un Kunai brisé, artifice inutile d’un Shinobi en mission. Toutefois, le devoir était le devoir. Faire honneur à ton grade, à savoir celui de Chuunin spécialité dans la récolte d’informations diverses et variées. Le village était bon, il fallait donc lui rendre ce que tu lui avais emprunté : Beaucoup d’amour et de bienveillance.

Tendre une main, les sauvages la couperait. Et alors que le soleil se couchera dans la vague, tu observeras ce dernier. Haut dans le ciel, puissant et vénérable. Ton errance ne servait à rien, un jour de repos comme un autre, sans trop savoir quoi faire véritablement. L’envie te démanger. Cela restait inconsciemment dans un coin de ton crâne, ne pouvant t’en défaire. Sangsue qui demandait à sortir, pompe. Arrache coeur et poumons loin des yeux, le monde avait mal. Bercé par quelques certitudes puisées et recueillies au fil du temps, les saintes écritures se découvraient devant tes yeux. Tu te cachais la face ; comme un verre d’ammoniaque. L’envie d’écraser ce passant te bousculant contre un mur. L’envie de briser ce témoin aveugle d’une scène ayant perçu le pot de vin. L’envie d’éliminer ce moine nconscient, hérétique. L’envie de défaire ce Ninja sans maîtrise de soi, aux capacités de réflexion inexistante. L’envie de mettre fin à femme accouchant face à village surpeuplé. L’envie. De. Faire. Mal.

Merde.

Mordillant - sans t’en rendre compte - ta lèvre inférieure, cette dernière céda sous le poids de ta dentition, laissant tomber filet perlée rougeâtre sur le sol poussiéreux des quartiers commerçants. D’un revers de manche, tu asséchas ta commissure, tachant ton uniforme militaire. L’envie était là et tu ne t’en rendais pas compte. Il fallait l’éteindre le plus rapidement possible. La boisson devenait l’allié le plus plausible. Faire mal pour faire mal. Se faire mal pour être paisible. Quelques secondes de réflexion avant que le goulot gagne la bourse, la délestant de quelques Ryos épais. Il y avait pas de honte à boire ; même si l’astre solaire dévisageait vaguement ton comportement indigne de militaire. Le temps passa, de l’Est à l’Ouest, du Sud au Nord, l’homme que tu étais erra naturellement dans le centre ville du village, arrivant sans t’en rendre compte véritablement devant la bâtisse de la branche inférieure des Hyuga. Les insectes servants et esclaves des hautes instances, c’était ce que tu détestais le plus au sein de cette organisation guerrière. La hiérarchie. L’illogisme des pratiques violentes. Dans cette brume de chaleur au soleil couchant, tu projetais la fin de goulot contre épaisse porte en bois. Fracas de verre et prison d’ébène.

Keizo, membre inférieur de la Bunke ! Ramène tes fesses mon ancien frère d’arme !

Un rire gras sorti de ta gueule béante, alors que tu sortais, dont ne sait où, une seconde bouteille, cette fois-ci pleine d’un liquide veineux, sanguin. Le bouchon semblait avoir été devisé au préalable, invisible pour le non expert.

Viens boire avec moi à l’Aube d’un jour nouveau ! Les étoiles guideront nos pas dans... Euh. Pffiou.

Et sans même savoir si ton ancien compagnon de bataille avait répondu à ton appel, tu tendais la bouteille après l’avoir décapsulée pour la seconde fois, ayant bu gouleusement une gorgée de Titan mystique.

Tiens, préparation personnelle !

Peut-être s’agissait-il simplement d’un fou ésotérique, perdu dans les prémisses d’un avenir sombre. À deux pas de là, les ombres gagnaient peu à peu ton cœur et ta conscience. Sans t’en rendre compte, tu perdais l’esprit. Sans comprendre pourquoi, Iwa perçait ton cœur, rejetant ta mentalité professionnelle comme un burn-out inavoué. Te voilà, peut-être seul, peut-être en duo, perdu dans cette immense cour de la Bunke. Tanguant, l'âme perdue dans un liquide particulier, recherchant une épaule de compréhension. Essayant de comprendre ce monde que tu avais accepté en fuyant ton propre pays. Tu avais fui pour un avenir militaire qui ne te convenait absolument pas. Fuir encore ?
Option envisageable.

Conscience militaire ;
Chemin interdit et viande humaine.
Religion effacé voire millénaire.
Pandémonium social, cachant sombre haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1708-les-cris-sont-des-fleurs-la-douleur-leur-parfum-ryuuketsu-no-deku

The Descent ▬ Hyûga Keizo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: