Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Spring Break [Libre]


Sam 14 Juil 2018 - 18:03

C'était ton premier été à Kumo et à dix neuf ans tu avais droit à ta première sortie scolaire. En effet, te voilà embarquée pour un séjour à la plage supposé resserrer les liens entre genin du Village Caché des Nuages. Sans surprise, en tant que jeunes et moins jeunes mais inexpérimentés, des plus hauts gradés vous accompagnaient afin de vous encadrer. Surveillance dont tu te serais bien passée mais tu n'avais pas le choix. Depuis que tu avais intégré l'organisation shinobi de ton pays, tu n'étais plus libre de faire ce que tu voulais. Mais là était une décision que tu avais prise toute seule afin de mener à bien un projet qui te tenait à cœur. Et pour que celui-ci se réalise un jour, tu te pliais donc aux règles, enfin, tu faisais plutôt l’effort pour ne pas les enfreindre. Chose qui t’était très difficile car, ayant grandie au sein d’une organisation mafieuse, tu étais habituée à ne pas te soucier des lois.

Vous avez mis plusieurs heures pour arriver à votre destination qui était une petite ville campagnarde se situant à l’ouest de Besho. Une bourgade côtière pas très animée malgré la saison estivale. Surement parce qu’à part la plage, il n’y avait pas grand-chose pour s’occuper. Pas de casino, ni boite de nuit et seulement un bistrot où trainaient essentiellement des habitués. Comme tu t’en doutais, l’endroit avait été choisi exprès pour votre escapade afin d’éviter des tentations qui pourraient entraîner des débordements. Autant dire que tu allais t’ennuyer à mourir.


Vous étiez partis de Kumo avant le lever du soleil pour arriver à destination en fin d’après-midi. Vous aviez atterri dans une vaste demeure traditionnelle perdue au milieu d’une nature luxuriante en cette saison mais qui ne se situait qu’à une dizaine de minutes de marche de la plage. Le lieu était propice à la tranquillité mais celui-ci s’était vite retrouvé très animé à peine vous y aviez mis les pieds. Contrairement à toi, beaucoup étaient si enthousiastes par cette escapade que tu te demandais si ce n’était la première fois qu’ils sortaient de Kumo.

L’endroit où vous allez séjourner durant les trois jours et quatre nuits à venir avait été érigé exprès pour accueillir un groupe de touristes pour pallier certainement au manque d'hébergement dans les environs ; tout a été donc pensé pour rendre votre séjour agréable. Cuisine et salle à manger à disposition. Les chambres étaient vastes mais vous deviez les partager à plusieurs et pas de mixité. Les filles dormaient entre elles et les garçons entre eux et chacun dans son propre futon. Pas de mélange non plus pour les douches car chaque sexe avait son côté pour se laver.

La première nuit était sur le point de commencer mais avant de songer à aller se coucher ou aux activités qui précédaient celui-ci, il fallait diner et il n’était pas question d’aller manger dans un restaurant. Un groupe donc a été formé pour s’atteler dans la cuisine pendant que les autres s’occupaient de leur côté en attendant que le repas soit prêt. Tu n’avais pas été choisie pour les taches culinaires de ce soir mais tu en auras droit, comme tout le monde, car un roulement sera fait durant votre séjour. Besogne qui ne te réjouissait guère car tu n’avais jamais cuisiné de ta vie pour la simple raison que tu détestais ça.

Comme des nombreuses filles, tu voulais te laver avant le repas alors tu te diriges vers la douche commune avec ta serviette et des vêtements propres dans les mains. Tu passes devant la salle d'eau équipée d'un grand bassin pour un bain commun et qui juxtaposait la douche, et tu entends des éclats de rire. Joie qui te fait plisser le front de contrariété. A peine commencé, ce séjour supposé certainement vous relaxer, t’exaspérait déjà. Il fallait espérer que les activités prévues pour le lendemain sauront te détendre sinon tu allais vite péter un câble alors que tu n’étais pas déjà très sain d’esprit à la base …

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Metaru G. Yamiko le Lun 16 Juil 2018 - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Lun 16 Juil 2018 - 14:10
Resserrer les liens entre Genin ? Voilà qui était une perspective intéressante. Après sa rencontre avec Anzu et Kenshin, le jeune homme s'était vite rendu compte que progresser à plusieurs était toujours plus agréable que de progresser tout seul. Aussi, cela permettait d'échanger des points de vus qui ne pouvaient qu'ouvrir l'esprit de chacun d'entre eux, et ainsi leur efficacité en situation réelle. Il ne pouvait être que partant pour cette proposition, celle de se retrouver en un espèce de camp d'été pour faire plus connaissance. C'était connu, dans le monde des ninjas, les connaissances étaient les clefs de la réussite, et c'était une occasion parfaite pour renforcer les liens, en savoir plus les uns sur les autres, ou pouvoir créer plusieurs compositions efficaces ensemble en mission.

Il rassembla toutes ses affaires dans une espèce de petite valise, ne salua pas ses parents et sortit de sa maison. Il se mit en route accompagné de supérieurs, car un Genin qui sortait seul du village voyait son taux de survie semblable à un mouton plongé au beau milieu d'une meute de loup. De plus, la destination était tout de même assez éloignée et demanderait probablement un temps de voyage assez conséquent. Motivé comme jamais à l'idée de devenir un meilleur ninja et de faire ses preuves face aux autres Genin, voire face aux supérieurs les accompagnants, il marchait plus rapidement que ses accompagnateurs, se hâtant de trouver l'habitation où ils co-habiteraient tous.

Une fois arrivé là bas, il ne fut que peu surpris de voir une claire distinction dans l'agencement des pièces entre les filles et les garçons. C'était logique, tout comme la distinction dans les douches, ils n'étaient pas là pour se rincer les yeux. Et puis chaque Genin devait avoir ses objectifs personnels au sujet de ce camp d'été, il aurait été curieux de trouver une quelconque liaison amoureuse au sein de celui-ci. Le lieu était globalement agréable, il y avait la place pour son intimité et sa tranquillité comme il y avait de la place pour les activités de groupe. Dans un tel cadre, ils ne pourraient qu'être plus productifs.

La soirée commençant donc, il suivit la tendance de groupe à aller se laver avant de passer à table. Bien que nous pouvions dire qu'il suivait, il faisait parti de ceux qui étaient les plus excités à l'idée d'être demain, et cela devait se voir à la vitesse de ses pas pour se déplacer. Détail un peu idiot, mais très significatif. Il faisait parti des premiers arrivés aux douches, et aux premiers arrivés au repas ensuite. Il discutait avec ses camarades, parlant de tout et de rien, ce qui lui servait à la fois à passer le temps mais aussi à mieux les connaître. Pas mal semblaient excités comme lui, d'autres s'effaçaient un peu plus, comme par timidité. Inutile de les brusquer, chacun allait au rythme qui lui plaisait ici.

Attendant que son plat arrive, ne faisant pas parti des cuisiniers pour cette soirée, il souriait à ceux qui l'entouraient et parlait jovialement. C'était probablement la seule occasion pour fille et garçon de discuter, autant créer une espèce d'esprit de groupe dès le début pour que ce voyage soit le plus sympathique possible.

-"Au camp d'été !", dit-il en levant son verre à ceux qui l'entouraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Lun 16 Juil 2018 - 19:27
Un camp d'été ? Voilà une idée bien étrange et qui déplaît légèrement à Anzu : comment va-t-elle faire pour tenter de se ressourcer dans ses bouquins en plein soleil ? Elle l'ignore, mais si cet initiative a été pris, ce n'est pas pour rien. Peut-être que certains de ses supérieurs trouvent qu'une mauvaise ambiance règne autour des genins de Kumo, cela pouvait se comprendre. Mais Anzu est timide comme tout ... enfin, "timide" à sa manière, alors se trimbaler en maillot de bain deux pièces ne ferait que la gêner en plus de mettre en avant ses formes callipyges ... qu'on retrouve plus en bas qu'en haut il faut l'admettre. Elle ne sait pas quoi penser de cette nouvelle ... sans doute est-ce un moyen pour elle de réussir à combattre ses démons et de pouvoir passer outre sa timidité qui est bien ennuyante pour elle dans la vie de tout les jours ...

Elle se décide donc de faire ses affaires, ayant trouver un maillot de bain deux pièces rouge à rayures blanches, elle rougit d'avance en le voyant dans ses mains avant de vite le cacher dans ses affaires. Quelle honte ce sera ... tout le monde la regardera en ayant 95% de son corps qui est dévoilé en plus de son tatouage montrant son appartenance au clan Sendai. Elle n'est pas prête pour ça ... pas du tout ... et pourtant, elle devra passer par là pour réussir à devenir plus ouverte encore. Au moins, elle peut se rassurer en pensant que c'est superviser par les supérieurs de Kumo et donc il y a peu de risques que ça dérape.

La voilà sur place, bien évidemment, elle est mal à l'aise, elle n'ose pas aller voir les autres sauf ceux qu'elle connait déjà. De toute manière, elle faisait peur à une bonne partie des autres genins. Elle soupire, ce n'est pas comme ça qu'elle ira guérir sa timidité, et horreur, elle se retrouve dans la même chambre de cette Yamiko. Elle aurait préféré encore se retrouver dans une chambre entourée de mec plutôt qu'avec elle ... au moins, elle pourra lire en paix.

Dans tous les cas, c'est partis pour la douche avant d'aller manger, elle espère ne pas croiser Yamiko dedans ... et heureusement, elle semble trop agacé par les cris de joie qu'elle n'ira pas dans le bain commun, bain dans lequel se situe Anzu qui avait pris un peu de risques, mais ça ne change pas beaucoup pour le moment. Elle se contente de lire un livre qu'elle a amener en écoutant ce qu'elles disent ... leur discussion sont plutôt fades il faut l'avouer : entre les garçons et les blagues sur les garçons, il n'y a pas grand chose qui se passe.

Après le bain, Anzu a revêtit des vêtements propres, demain, ça allait être la plage ... brr, elle en tremble d'avance. Elle se trouve sur la même table de Yahiko, le hasard fait bien les choses, à une lettre près, elle aurait sans doute passer un mauvais moment ... déjà qu'elles partagent la même chambre ... en voyant Yahiko lever son verre, elle se contente de l'imiter. Elle lève son verre en direction de son collègue Sendai.

- Au camp d'été ...

Elle pose son verre encore plein et reste un peu silencieuse ... elle ne trouve pas de sujets de conversation ... elle se contente juste de répondre aux questions qu'on lui pose par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Jeu 19 Juil 2018 - 16:33


Je n’aimais pas vraiment cette période de l’année, l’été… Il faisait souvent trop chaud, surtout dans ce pays. C’était sans doute durant cette saison que Tetsu me manquait le plus, pour sa fraicheur... ; rien d’autre. Mais fort heureusement, je passais le plus clair de mon temps dans le complexe scientifique et ses sous-sols et à vrai dire je ne voyais le jour que le matin lorsque je m’y rendais et le soir, de temps en temps, lorsque j’en sortais. Ou lorsque je partais en mission, évidemment. Mais tout le reste du temps, j’étais au frais donc finalement je ne pouvais pas vraiment me plaindre des chaleurs de l’été.

Cela dit, le fait que je passe autant de temps enfermée semblait si ce n’était déplaire, au moins inquiéter certaines personnes. Ou tout au moins une en particulier. Non, pas Reiko, qui aurait pu si elle n’était pas aussi monopolisée par ses responsabilités. Non, pas une personne à laquelle je m’attendais spécialement étant donné de la relation plutôt conflictuelle que nous avions récemment eue. Ce fut en me rendant à la bibliothèque un soir avant de regagner mes quartiers que j’avais pu comprendre le « soucis » que cela posait. Oui, contre toute attente, c’était son intendante qui s’inquiétait de « ça ».

-Je ne te vois plus beaucoup depuis un moment. Tu as l’air très… accaparée par ton travail, au complexe ?
-Effectivement. Je le suis. Et c’est l’un des rares endroits où je ne meurs pas de chaud. Donc, j’y passe beaucoup de temps.
-Hm… Je vois. Mais, tu devrais sortir un peu. Enfin, du complexe, je veux dire. Ce n’est pas bon de rester enfermé aussi longtemps, sous des lumières artificielles.
-Ha… Soupirais-je. Je sais. Mais bon, en ce moment je n’ai pas vraiment d’occasions de sortir de Kumo, et comme j’y suis… autant que je mette à profit ce temps, non ? Et malheureusement… Je travaille en labo.
-Oui… « Malheureusement » hein. Sourit-elle, ayant compris que cela m’arrangeait plus qu’autre chose. Huuum… Il y a une « sortie » prévu dans quelques jours, sur les plages à l’ouest de Kaminari… Peut-être que… tu pourrais y aller ? C’est un genre de « camp » pour renforcer les liens entre genin…
-Qu’est-ce que j’irai faire là-bas ? Rigolais-je. C’est un truc de genin…
-Non mais… T’irais en tant que Juunin ? Pour… les surveiller ?
-Je ne dois pas être la seule Juunin de Kumo… Doit bien y avoir…
-Ou alors tu peux aussi profiter de l’occasion pour… étudier… les plantes qui poussent là-bas ? Par exemple.. Avait elle repris alors que je la regardais avec air un sceptique.
-C’est vrai que… Dis-je pensive. J’ai lu que certaines algues s’échouant sur ces côtes ont des propriétés spécifiques… Ajoutais-je en me remémorant ce livre sur la biodiversité de Kaminari. Et toi, comme tu es genin, tu y vas ?
-Haha… hum… non. Répondit-elle un peu gênée. J’ai beaucoup de travail… Et une mission sur la même période.
-Bon, ok. Je te raconterai alors. Lui avais-je souris en lui faisant signe et quittant les lieux.

J’étais vraisemblablement trop facile à convaincre, mais dans le fond elle avait raison, une excursion me ferait le plus grand bien. Comme un changement d’air… Puis, j’aimais bien travailler en extérieur… Oui évidemment, pour moi, sur le moment, cela représentait juste une autre façon de travailler, et de pouvoir me rafraîchir quand bon me semblait grâce à la mer…

Ainsi plusieurs jours après, je m’étais rendue au point de rendez-vous avant le départ. C’était un peu étrange comme « événement », entre la jeunesse de la plupart des « participants » et la forme qu’il avait… On aurait dit une sortie pour enfant, ni plus, ni moins. Cela dit je reconnaissais l’initiative derrière cette excursion ; cela ne pouvait avoir que du positif, non ? Dans le groupe que « j’encadrais » donc, il y avait plusieurs personnes que je connaissais ou que j’avais au moins rencontrées une fois… Autant de ninjas quittant le village, au même moment… Même si la plupart étaient des genin, me surprenait un peu, alors que chacun connaissait la « situation mondiale ».

Enfin… que cela ne tienne… Nous ne partions pas si loin que ça, après tout. Tout le long du voyage j’étais restée à l’arrière, avec un chuunin « encadrant », à discuter, observer. Puis, lorsque nous fûmes arrivés et que chacun avait déjà pris visiblement ses marques, j’avais pu croiser Umeka, cette genin que j’avais reçu que j’avais reçu pour un contrôle de routine. Elle ne m’était pas apparue comme une jeune femme adepte de ce genre de communion. Mais soit, maintenant qu’elle était là. Je m’étais approchée et l’observant lui dis :

-Ah ! T’as pris ton filet avec toi ? Tu me diras… c’est le bon endroit pour pêcher. Rigolais-je en m’éloignant sans lui laisser le temps de répondre alors que les membres de notre troupe rejoignaient la demeure traditionnelle qui allait les accueillir. Bon, occupez-vous d’eux, moi, j’ai du travail. Adressais-je à l’un des gradés. Effectivement, je n’allais pas perdre de temps et vite aller voir si je trouvais, déjà, ce pourquoi j’étais venue…

Et je rentrerai ensuite... pour manger. *-*


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 19 Juil 2018 - 18:40


"C'est obligatoire ?"
"Oui, ça l'est."

Te voilà informée que cette sortie de resserrement des liens spéciale genin devant se dérouler dans quelques jours est obligatoire. Aucune échappatoire, pour toi, cette fois. Si ton chuunin te l'a dit, c'est sûrement que c'est vrai, tu ne peux pas remettre sa parole en doute. Puis t'es un peu crédule des fois, aussi. C'est vrai que tu t'en serais bien passée et d'un autre côté c'était aussi une bonne manière de commencer à te faire connaître en tant que gladiatrice. Fallait bien commencer par quelque chose non ?

T'avais donc préparé toutes tes affaires pour l'occasion et pour une fois tu allais même emmener Gyomo. S'il n'avait rien d'un animal de compagnie, t'étais sûre que ça allait lui faire plaisir. Tu ne savais si il voyait ce que tu voyais, ou même s'il en était capable, mais quelque chose te disait que revoir la mer... Puis il y avait ça aussi, revoir la mer. Tu avais grandi sur une ile de l'archipel Mizujin et c'était un élément du décor qui te manquait de temps en temps. Même si Mizu était un bien plus beau pays que Kaminari, revoir le sable, l'eau... pouvait te mettre un peu de baume au coeur.

Sans que ce soit à contre coeur, d'ailleurs, tu t'étais jointe au groupe sur le départ constatais avec surprise qu'il n'y avait pas tant de monde que ça. Tu te demandais donc si, ce camp d'entrainement tel qu'il t'avais été présenté était si obligatoire que ça. Disciplinée et obéissante que tu étais -la majeur partie du temps- tu n'avais pas posé d'autres questions... Mais là. Ce ne fut donc qu'une fois arrivée sur votre lieu de villégiature que tu posai la question à l'un des accompagnateurs si ta présence était réellement obligatoire. Quand une question te trottais dans la tête, tu finissais toujours par la poser...

"Non, tu n'étais pas obligée de venir."

Affichant une petite moue, tu hésita un instant à plier bagage et retourner à Kumo lorsqu'une voix qui t'étais familière t'interpella. C'était elle, la docteure. Tu te souvenais encore de votre dernier échange qui avait été animé par autre chose que des questions d'ordre médicales. Un sourire plus de dépit que d'amusement se fendit de tes lèvres face à la "blague" de l'Ikeda. Et même Gyomo semblait ne pas avoir apprécié vu la façon dont il se tortillait autour de ton buste. Tu posas ta main dessus et voulu rendre sa pareille à la brune. Mais trop tard, le temps que tu réagisse face à la surprise et la chute, elle s'était déjà éloignée en faisant de grands signes de la main au dessus de sa tête. Un soupir, bref, et tu rejoignis le reste du groupe.

Comme d'autres avant toi et d'autres après surement, ta première pensée fut pour les "douches" et les bains qui y étaient souvent accolés. Un moment de détente et surtout de rafraichissement. Munie de ta serviette, et de Gyomo qui s'était enroulé autour de ton bras du poignet à l'épaule, tu pénétrais dans l'eau et t'y immergeas jusqu'au dessus de la bouche, pour observer les allées et venues dans la plus grande des "discrétions". Rien de très intéressant pour toi ici... enfin, ces gens ne le sont pas trop, quoi. Tu te demandais comment tu allais pouvoir "resserrer" tes liens avec toutes ces personnes qui, si tu les connaissais de vue, t'avaient toujours plutôt indifférées.

Puis ton regard se posa sur une jeune femme "enserviettée", vêtements à la main. Son visage et surtout sa mimique te laissa penser, un bref instant, qu'elle n'était la plus commode du monde. Il te semblait l'avoir vu quelque part... mais comme tu ne prêtais que rarement attention aux autres... Tu ne te souvenais plus où. Néanmoins, et comme c'était le but; tu fis surface et t'approchas subtilement du rebord avant de lui adresser quelques mots d'une voix plutôt douce qui détonnait pas mal de ce que tu étais et voulais devenir... Oui... t'aurais aimé avoir une voix plus... rauque... bizarrement.

"T'as pas l'air d'être contente d'être là toi..."

C'était à peu prés ce que tu pensais à cet instant mais si ça se trouvait elle avait juste marché sur quelque chose de pas très ragoutant quelques minutes avant, ou alors elle était malade... T'en savais rien. Toi non plus tu ne pouvais pas dire que tu avais spécialement envie d'être ici, mais dans le fond tu t'en fichais, cela t'indifférait complétement. Ici ou à Kumo... cela revenait au même finalement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Mar 24 Juil 2018 - 20:47

Spring Break
« Oui je comptais faire des efforts, faire en sorte de m'ouvrir aux autres et d'évoluer, mais c'est un peu tôt, non? » Déposant un baiser sur le front de son fils pour le rassurer, elle se mit à lui sourire avant de lui donner quelques affaires dans un sac et de le conduire à la porte d'entrée. Posant alors son regard sur sa génitrice, il prenait conscience qu'il allait devoir fournir des efforts, mais que tout cela pouvait donner quelque chose de positif. Sa vie pouvait encore changer, mais il avait les cartes en mains et personne d'autre ne pouvait faire le chemin à sa place. Souriant à sa mère, il décida de partir sans plus tarder pour cette sortie un peu spéciale. Une première pour Yūsaku, qui malgré son anxiété, allait tout mettre en oeuvre pour ne rien dévoiler aux autres. En réfléchissant un peu plus à la chose, c'était le moyen parfait pour lui d'apprendre à s'ouvrir aux autres, à partager des choses. Bien sûr, cela allait être bien plus compliqué que cela pouvait l'être avec sa génitrice, qui était certainement l'une des seules personne avec qui il se sentait en à l'aise et en sécurité. Fuir n'était pas une solution, il allait devoir affronter ses craintes, afin d'évoluer et de suivre sa propre voie.

Marchant dans les ruelles du village, l'utilisateur du Kamiton se contentait de suivre la route menant au lieu de rendez-vous. Ici depuis un peu moins de deux mois, il connaissait cependant très bien chacune de ses allées et se sentait vraiment bien au sein de Kumo. Alors qu'il continuait son parcours du combattant, il tomba nez-à-nez avec un homme. Surpris, il recula légèrement, avant que l'individu ne pose sa main sur son épaule. « Bien le bonjour, tu dois être Yūsaku Raishi, enchanté. Je suis un ninja supérieur du village et je suis l'un des surveillant appelé pour vous conduire au camp. Inutile de parler plus longtemps, nous avons de la route, alors ne traînons pas. » Voilà quelqu'un de direct, ce qui ne lui déplaisait pas, bien au contraire. Cela lui permettait de ne pas avoir à discuter plus que nécessaire, ce qui lui convenait à merveille. Malgré cela, le plus dur était à venir et le shinobi en avait bien conscience. Regardant tout autour de lui, le kumojin semblait de plus en plus stressé au fur et à mesure du temps qui passait. Comme pour le rassurer, le mettre en confiance, son accompagnant lui souriait très souvent. Gêné au départ, le genin commença à s'ouvrir un peu plus, lui souriant en retour. De toute évidence, la tactique mise en place par le surveillant pour mettre en confiance le jeune homme, semblait porter ses fruits.

Après ce qui semblait être une éternité, Yūsaku arriva enfin au lieu de rencontre. Devant lui se trouvait une très grande bâtisse, bien plus grande que son domicile que l'on pouvait déjà comparer comme un logement spacieux. Avançant timidement, il suivait toujours le surveillant, mais à une distance plus accrue qu'auparavant. L'inconnu ne le terrorisait pas, mais presque et il ne savait pas vraiment ce qui allait bien pouvoir se passer durant toute la durée du camp. Arrivé en même temps que la majorité des autres genins, il ne savait plus vraiment où se mettre. Lors de la visite, il regardait devant lui ne faisant guère attention aux autres, n'arrivant vraiment pas à se libérer un peu et à faire un pas vers les autres. Comme le Raishi le pensait, les chambres des filles et des garçons étaient séparés. Qu'importe, après ce petit voyage en dehors du village, il lui fallait une bonne douche bien chaude, alors sans plus attendre, il décida de se mettre à l'eau en quelque sorte.

Quelques minutes plus tard, il se sécha avant de rejoindre les autres dans la salle à manger. Intimidé ou plutôt effrayé à l'idée de faire une bourde ou de blesser quelqu'un, il décida de s'asseoir un peu à l'écart, mais pas trop. La faim le tiraillait, d'ailleurs son ventre ne cessait de se faire entendre. Observant les personnes autour de lui, le shinobi essayait de faire bonne figure et de sourire le plus possible, afin de ne pas paraître trop "différent" des autres, persuadé malgré tout que c'était déjà le cas. Pathétique, voilà comme il se trouvait, n'arrivant réellement pas à faire le premier pas et à sortir de cette méfiance, de ce côté solitaire bien trop encré en lui. Qui sait, peut-être qu'il allait rencontrer quelqu'un comme lui ou une personne qui ferait le premier pas, ce qui lui éviterait donc de devoir affronter ses craintes.
| code by EXORDIUM |


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3725-yusaku-end

Jeu 26 Juil 2018 - 0:23

L'occasion parfaite pour tous les genins de faire plus ample connaissance était donnée entre autres par ce camp d'été qui, vraisemblablement, tombait à point nommé. Le tout avait été minutieusement pensé pour créer de la cohésion au moment parfait : celui des corps nus courant sur la plage en balayant le sable blanc, celui des nuits chaudes et des premiers baisers, celui des phéromones en abondance dans les endroits les plus insolites... Bien que toute relation hommes/femmes fusse proscrite pour toute la durée du séjour, il n'était pas bien difficile d'anticiper les bêtises absolument ignobles auxquelles certains asticots tout excités se prêteraient sûrement.

Pourtant, bien qu'adolescent et en proie au désir d'avoir son premier rapport sexuel, Nobusuke était tout accaparé par une autre idée...

--- DECOUPER, DECOUPER, DECOUPER !

En effet, il faisait partie du premier lot d'élèves désignés pour faire la cuisine. En soi, cela ne posait pas de réels problèmes, hormis qu'on lui avait demandé de couper dans du gibier pour faire des tranches de viande et que, jubilant dans cet exercice, il s'était laisser griser par l'aventure. Ces tranches n'étaient plus des tranches mais des cubes finement martelés par un couteau de fortune qui n'empêchait outre mesure notre protagoniste de prendre du plaisir à l'affaire.

Pour lui, c'était mieux que tout rapport possible.

Une fois que le repas fut servi, il se prêta au jeu du service comme ses camarades. On avait promis à tout le groupe du camp d'été une assiette avec une tranche de gibier et des pommes de terres. On servait donc des cubes de gibier, résultat de la folie passagère du psychopathe en puissance, et des pommes de terres. La formule changeait peu, mais il fallait tout de même accepter la nouveauté.

Avec un faux sourire inscrit sur le visage, Nobusuke ressemblait plus à un fou à lier qu'à quelqu'un de sympathique, ce qu'il tentait d'être pourtant. Toutefois, ce n'était qu'un masque et ses paroles pouvaient autant le trahir que ses airs hypocrites. La première à être servie fut Yamiko. Celle-là, il n'était pas prêt de l'oublier.

--- Tiens, Yamiko. En souvenir de notre duel et de notre correction par la Raikage. Il parait qu'on va rejoindre la même équipe ? Alors, voici un avant-goût de ce à quoi tu vas ressembler. Nihihiiiii...

Fit-il en montrant les cubes de viande qu'il avait dépecé lui-même. Il esquissa un sourire en écoutant ce qu'elle avait à lui dire, puis il changea de convive. Il aborda ainsi un genin aux cheveux blancs, ce qui n'était pas sans lui rappeler son Nara Melo et suscitait en lui, inévitablement, une vague antipathie. Celui-là ne s'appelait pas Melo mais Yahiko. Et alors, qu'est-ce que ça pouvait bien changer ?

--- Voilà Yahiko ! Bien saignante ! Je dirais même : bien bien saignante, comme je les aime ! Oh, et puis pour elle...

En face de lui se trouvait Anzu, une héritière du clan Sendai. Il ne la connaissait pas plus que son vis-à-vis mais jusque-là, la seule expérience positive qu'il avait avec les femmes de Kumo, c'était celle avec Itagami, sa sensei. Aussi se méfiait-il d'elle comme de la peste.

--- Voilà pour toi également. Euh... cordialement ?

Concéda-t-il en détournant le regard, comme s'il était timide ou gêné, ce qui n'était pourtant pas vraiment le cas.

Il répéta son numéro pour Umeka et Yusaku, avec sa fameuse phrase "bien saignante, comme je les aime", l'air de vouloir partager sa passion pour le sujet en question. Il laissa le soin aux autres cuisiniers de servir les cadres, de sorte à ne pas tirer la couverture vers lui. Ou plutôt, de sorte à les éviter au maximum, de peur de se trahir dans ses accès de démence. Puis ce fut Yahiko qui lança un toast à toute la tablée. Le jeune et terrible Nobusuke leva son verre et murmura ces mots :

--- A votre mort à tous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Ven 27 Juil 2018 - 18:05
Mais quelle idée… Quelle idée j’ai eu à accepter un voyage à la plage avec tous les genins du village… Comment ai-je pu l’espèce d’un instant penser qu’il serait bien de me sociabiliser avec eux… Ce ne sont que des gamins ! Jamais je n’accepte de proposition sans réfléchir, alors pourquoi celle-ci ? Surtout, maintenant que je l’avais accepté, je ne peux plus revenir en arrière…

Allons, prenons le bon côté des choses. C’est l’occasion parfaite d’en apprendre plus sur Yamiko et de m’en rapprocher… Surtout d’en apprendre plus sur elle. Le « camp de vacance » se déroule au nord-ouest, dans un village campagnard proche de Besho. Bien que s’apparentant à une station balnéaire, l’endroit reste calme même en pleine saison. Le manque d’activités – qui se résument uniquement à la plage – n’aident en rien à améliorer sa popularité. Avec mon teint de peau blanc… Je sens que les vacances vont être douloureuses… Encore un argument qui me fait dire que c’était… que c’est une très mauvaise idée. Mais me voilà, mal installé dans une charrette nous emmenant jusqu’à notre camp de vacances. Quelqu’un de mon rang… Ils auraient pu nous installer dans des transports plus confortables. Mais pas de distinction à l’armée : nous sommes tous égaux. Foutu principe.

Le voyage fut long, pénible et bruyant, mais nous sommes finalement arrivés à destination. Nos dortoirs nous sont rapidement désignés – les hommes étant séparé des femmes – puis vient les commis aux cuisines…

« –Metaru Kenshin ! »

Et… merde. Dès que les appels sont finis, je pars rejoindre mon groupe puis commence observe discuter du plat que nous préparons ce soir. Les avis sont aussi nombreux qu’il y a de personnes, mais c’est au final des pommes de terre avec de la viande qui l’emporte. Facile et rapide à préparer, c’est un bon choix et je me mets sans perdre plus de temps aux cuisines. Hors de question d’être de ceux qui font le service. Pendant le temps où nous mourrons de chaud en cuisine à préparer le menu, le reste des soldats sont partis au bain. S’enlever toute la crasse du voyage… Ce sera pour plus tard.

Enfin nous avons terminé et je pars m’assoir à la table de la Metaru puis passe la soirée à parler et à boire. Autant être ici, autant en profiter.


Dernière édition par Metaru Kenshin le Jeu 9 Aoû 2018 - 9:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Lun 30 Juil 2018 - 22:54
Une jeune fille aux cheveux dorés qui se prélassait dans le bassin s’accoude sur le rebord de ce dernier en te voyant puis te fait savoir ton état comme si tu ne le savais pas déjà. Tu te contentes de la fixer de ton regard où dansait toujours cette lueur d’agacement qui t’animait. Tu savais qu’elle ne cherchait pas à te vexer, au contraire, tu pensais même qu’elle désirait certainement se montrer gentille avec toi. Seulement, tu n’étais pas du genre à se forcer à sourire juste pour faire plaisir tout comme jamais tu ne te forçais à parler juste pour se montrer gentille ou polie alors c’est tout naturellement que tu l’ignores en poursuivant ton chemin sans lâcher le moindre mot.

Bien que tu aimasses prolonger chacune de tes douches pour le plaisir, tu en prends pourtant une expéditive aujourd’hui afin d’épargner tes oreilles des âneries que se racontaient les autres filles et toujours avec cette joie qui avait le don de t’irriter.

En seulement quelques minutes, te voilà vêtue des vêtements propres et attablée dans un coin où tu espérais être oublier. Malheureusement, bien que la salle à manger était spacieuse, elle ne l’était pas cependant assez pour que des places restent vides. Des genin retardataires se retrouvent forcés à prendre place à ta table. A part Kenshin qui s’était mis à côté de toi volontairement, tu avais lu sur le faciès des autres qu’ils s’étaient assis à proximité de ta personne parce qu’ils n’avaient pas le choix. Attitude qui ne te faisait ni chaud, ni froid. Tu savais que tu n’étais pas appréciée et tu connaissais parfaitement la cause de cette antipathie envers ta personne mais tu ne faisais rien pour changer les choses car cette distance avec tes camarades te convenait parfaitement. Malheureusement pour toi, ce « camp de vacances » avait été organisée avec comme objectif principal d’abolir les distances entres les genin. Tu étais donc forcée de les fréquenter tout comme eux étaient obligés de supporter ta présence.

Après une attente qui te paraissait une éternité, tant tu t’ennuyais, le repas est enfin servi. Et pour la première depuis ton départ de Kumo, ton visage se déride jusqu’à esquisser un sourire alors que Nobusuke - qui faisait partie du groupe culinaire du soir - venait de te provoquer tout en déposant ton plat devant toi.



>> Ce à quoi TOI, tu vas ressembler tu veux dires … gamin !


Le Gamin venait de t’apprendre une nouvelle qui te faisait jubiler intérieurement. Itagami t’avais fait savoir qu’elle avait déjà un genin sous son aile mais elle ne t’avait pas communiqué son nom. Et savoir que ton futur coéquipier n’était autre que ce garnement t’enchantait car tu n’espérais pas mieux comme partenaire. A présent, l’idée de l’affronter à nouveau te hantait encore plus vivement.

Votre amour pour la baston avait donné naissance à une rivalité entre toi et le serveur du soir alors, par méfiance, tu échanges ton assiette avec celle de Kenshin sans demander l’autorisation de ce dernier. Nobusuke t’avais servi en premier alors que tu étais à une table du fond alors tu le suspectais d’avoir mis quelque chose dans ta nourriture. Surement pas de poison mortel mais il aurait pu y mettre un peu de son sang par exemple. D’ailleurs, tu ne serais pas étonnée d’apprendre qu’il en avait versé dans la marmite pour que tout le monde y goûte sans s'en apercevoir.

Comme ta douche, tu expédies ton diner pour te retrouver la première dans la chambre. De la soirée, tu n’avais ouvert la bouche que pour répondre à ceux qui osaient t’adresser la parole ; essentiellement à Kenshin que tu connaissais déjà et qui faisait partie de ton « clan ». Une soirée prolongée - dans la limite du raisonnable - était autorisée après le repas mais dans les pièces communes pour ne pas déranger ceux qui désiraient dormir. La plupart des genin en profitent donc pour s’amuser entre eux mais pas toi. Lorsque les autres filles arrivent dans la pièce pour dormir, tu étais déjà dans les bras de Morphée.

***

Le premier jour d’activités en plein air était là. Il était encore très tôt lorsqu’un rassemblement après le petit déjeuner a lieu devant la bâtisse où vous séjourniez. Certains genin montraient déjà des signes de fatigue alors que la journée venait à peine de commencer. Résultat surement d’une nuit blanche malgré l’avertissement des gradés sur l’importance de bien se reposer la nuit pour être en forme le lendemain.

Tout le monde présent, ensemble, vous vous dirigez vers la plage que vous atteignez en quelques minutes. Vous vous rassemblez de nouveau et cette fois autour des quelques gradés qui vous encadraient dont un prend la parole.

- J’espère que vous vous êtes bien reposés car une longue matinée vous attend ! … Ne vous inquiétez pas, après l’effort viendra le réconfort. En effet, vous aurez l’après-midi pour vous détendre … ou faire ce que vous voulez mais en attendant vous allez participer à des activités de groupe. Pour commencer, vous aller jouer à la balle aux prisonniers. Vous pouvez utiliser des techniques de jutsu mais dans le seul objectif de gagner et non de faire du mal et encore moins … de tuer … alors allez-y doucement ! S’il y a abus, l’équipe du fautif sera déclarée perdante par forfait ! En ce qui concerne les équipes, ça sera … garçons contre filles !

Le chuunin énonce toutes les équipes ; chacune étant composée de trois genin. La plage étant spacieuse et n'appartenait qu'à vous, plusieurs matchs se dérouleront donc en même temps. Une fois les groupes formés, le gradé s'adresse personnellement à Kenshin.

- Vous pouvez rejoindre une équipe de votre choix ; du moins si vous désirez participer.

Tous les gradés présents connaissaient les antécédents du Metaru alors il était le seul qui pouvait se la couler douce durant le séjour si tel était son souhait. Il s'adresse ensuite de nouveau à vous tous, pour vous demander si vous avez des questions et un genin lève une main tout en demandant si vous pouvez jouer en maillot de bain. L'homme consulte du regard ses collègues qui acquiescent de la tête puis il déclare à vive que le port de maillot de bain était autorisé.

Yamiko et son maillot (attention les yeux !!!):
 

En quelques secondes, la plupart d'entre vous - dont toi - s'étaient débarrassés de ses vêtements pour ne garder que son maillot de bain. Tu rejoins ensuite ton équipe qui était composée de la fille aux cheveux dorés du bassin d'hier soir et d'une brunette que tu connaissais déjà très bien : Sendai Anzu. Tu te rapproches de cette dernière puis sans crier gare et sans la moindre gène, tu lui claques les fesses tout en lui adressant un beau sourire.



>> Je compte sur toi pour nous faire gagner …



>> ... et sur toi aussi Miss aux cheveux d'or, que tu adresses ensuite à votre coéquipière dont tu n'avais pas retenu le nom.


Dans l'équipe adverse se trouvait Nobusuke. Chose que tu faisais trépigner d'impatiente de commencer ce jeu que tu avais pourtant trouvé au départ sans intérêt. Tu allais enfin pouvoir t'amuser finalement …

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Metaru G. Yamiko le Mer 1 Aoû 2018 - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Mar 31 Juil 2018 - 21:18
Après avoir trinquer, un étrange personnage est venu les servir. Anzu lêve un cil en le voyant s'adresser de manière étrange à elle ... qu'est-ce qu'elle a qui lui fait cet effet chez lui ? Elle était effrayante certes, mais il avait l'air d'être timide plutôt, pourtant, il y avait plus belle sur d'autres tables, comme par exemple Yamiko qui, malgré qu'elle soit aussi effrayante, semble mieux partit, ou même Umeka qui est juste assez normal pour ne pas faire peur au premier venu. Mais il semblerait qu'il fasse son numéro que pour elle, c'était assez étrange. Elle hausse les épaules, de toute manière, timide comme elle est, elle n'a pas envie d'en parler. Peut-être que Yahiko est au courant de son comportement qui rappelle il faut l'avouer celui d'Anzu, après tout, ils se connaissent. Mais Anzu garde un œil méfiant sur cet homme qui s'éloigne pour allez servir les autres genins encore assis à table. Elle regarde son assiette pour observer des carrés de viande très rouge, peut-être un peu trop.

- Elle ne manque pas un peu de cuisson sa viande ?

Elle hausse les épaules et le mange sans trop se plaindre, après tout, ils sont cuits et coupés en petits morceaux, donc pas besoin de mâcher trop longtemps. Enfin, après ce repas copieux malgré tout, Anzu avait essayé de passer du temps dans les pièces communes, pièces dans lequel la Sendai restait un peu à l'écart. Elle a beaucoup de difficulté à aller de l'avant et ... hormis Yahiko et quelque fois Kenshin, elle ne voit pas beaucoup de personnes venir vers elle. Il faut dire qu'elle est très en retrait en ce moment. Dans tous les cas, elle va vite rejoindre sa chambre puisque personne n'ose lui parler, chambre dans laquelle Yamiko dormait déjà. Elle soupire, puis s'installe dans son futon.

---------------------------------------------------------------------

Après s'être bien reposé, contrairement aux autres filles qui ont dû parler toute la nuit entre elles - comme les filles normales quoi -, une réunion a eu lieu : la première activité est une balle au prisonnier. Un jeu d'équipe donc, voilà ce qu'elle souhaitait, renforcer ces liens avec d'autres personnes. Trois contre trois ... cela semble bien commencer pour Anzu, mais la voici dans l'équipe de cette Yamiko. Elle soupire longuement, déjà qu'elle partage la même chambre, voilà maintenant qu'elle doit être dans la même équipe. Il y a bien Umeka, une fille avec laquelle elle a eu quelques difficultés pour discuter. Dans l'équipe d'en face, il y aura l'autre Sendai de Kumo et le type bizarre qui l'a esquivé. Le troisième semble se désister et Kenshin semble être tout proposé pour le remplacer. Ensuite ... vient le question du port du maillot de bain ... Anzu l'avait sur elle après tout ... mais déjà elle devait l'exhiber ?

Attention fille en maillot de bain:
 

La voici en maillot de bain blanc et rouge, exhibant ses grosses fesses de la sorte ainsi que son tatouage qui brillait au soleil. Anzu été très gênée d'être dans cette tenue ... mais sa gêne disparaît aussitôt en sentant la main de Yamiko claquer sa fesse. Son sang se met à devenir rouge, et à peine parlait-elle qu'un gros coup de pied sur les fesses la fait chuter. Non mais oh !

- Moi aussi j'espère que tu vas nous faire gagner.

Elle n'avait plus rien de la fille coincée, c'était presque un véritable visage démoniaque qui aurait apparu sur son visage, un visage bien plus flippant qu'elle a l'habitude de montrer. Elle avait l'air encore plus folle que le mec qui cuisinait, c'était pour dire à quel point cette claque lui faisait de l'effet ... mais pas le bon effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mer 1 Aoû 2018 - 0:13
Le repas avait été agréable, avec les quelques autres Genin qui avaient bien voulu lui parler. De ce qu'il voyait, pas tout le monde n'était vraiment heureux de venir, étrangement. C'était pourtant l'occasion de parler, de vivre joyeusement dans un cadre qui était on ne peut plus calme, qui sortait de la vie sérieuse et souvent triste des ninjas. Pour Yahiko, une occasion parfaite pour oublier le mensonge que définissait sa vie. Avec toutes les personnes qui l'entouraient, il avait réussi à oublier. Ici, les gens qui entouraient le Sendai à sa table n'avaient aucun à priori, aucun jugement, ils n'étaient là que pour passer du bon temps. Certains étaient plus discrets, d'autres se laissaient aller, même sans alcool. La seule bizarrerie qu'il avait noté était la distribution de son repas par l'excentrique au look étrange et à l'attitude un peu trop sociable pour être vraie. Kumo comportait bien des énergumènes bizarres, suffisamment pour que le Sendai ne trouvent mot face à leur attitude. Un merci sincère mais gêné, et ce dernier se replongea dans son repas autour des conversations amusantes des autres Genin.

La soirée se voulait tout aussi mouvementée en conversation, jusqu'à ce que le calme s'installa dans les pièces dès que le couvre-feu fut annoncé. Allongé dans son futon, les yeux rivés vers la fenêtre, il pratiquait une de ses activités favorites lorsque la nuit tombait : observer le ciel étoilé dans le calme et se laisser rêvasser jusqu'à ce que Morphée l'emmène.

Sa nuit était silencieuse, contrairement à la soirée qu'il avait passé. Se relevant le lendemain matin en pleine forme, il prit connaissance des activités du jour. Entouré par certaines personnes qu'il connaissait, dont Anzu et Kenshin, il y avait aussi d'autres shinobis et kunoichis qu'il ne connaissait absolument pas. Parmi eux, le ninja étrange qui l'avait servi hier, et le reste était encore à découvrir. Yahiko était satisfait d'apprendre qu'il leur était possible d'utiliser leur art shinobi, c'était bien la raison pour laquelle les ninjas étaient partis en camp d'été tous ensemble : se découvrir, se connaître, éventuellement mieux s'exploiter les uns les autres dans un futur plus ou moins lointain. Dans ce même message qu'adressait les organisateurs aux Genin, il était aussi autorisé à ces derniers de se mettre en maillots de bain, ce que certains faisaient, mais pas Yahiko. Bien trop pudique, même s'il n'avait pas grand chose à reprocher à son corps entraîné.

A l'annonce des équipes, Yahiko s'était approché de ses camarades de jeu. Les filles semblaient se concerter voir s'encourager, peut-être prévoyaient-elles des plans de jeu, et le Sendai ne voulait pas perdre cette longueur d'avance. Se tournant vers ses collègues, il tendit le poing en face de lui.

-"Allez les gars, on ne se laisse pas écraser, et on joue ensemble ! Je ne tiens pas à ce qu'elle gagne."

Sa phrase pouvait porter à confusion. En effet, peut-être que ses camarades considéraient qu'il parlait de toutes les filles, mais lui pensait plutôt à Yamiko, qu'il ne connaissait pas. Il n'avait retenu qu'une seule chose du peu de fois qu'il l'avait aperçu : elle tirait la gueule, et son expression ressemblait à quelqu'un qui voulait écraser les autres, sans respecter ses adversaires. Il n'y avait aucune chance pour qu'il la laisse gagner, lui qui avait toujours détesté gonfler l'égo de ceux qui l'avaient bien trop développé.

Il finit par se mettre en place sur le terrain qui servirait à l'échange et reçut la balle en premier. Il ne comptait s'acharner sur personne, il ne voulait pas s'attirer la haine de qui que ce soit, bien que la victoire était son objectif. Il ne jouait jamais pour plaisanter, un moyen de prouver sa valeur au monde. Qui viser parmi les trois adversaires ? La Blonde ? Anzu ? Celle qui paraissait la plus arrogante des trois ? Il ne voulait pas brusquer Anzu, et il était un peu gênant de tirer sur la blonde qui était bien plus discrète. La grande perche était donc sa première cible. Aucune technique pour le moment, juste une feinte des plus basiques où il regardait Umiko pour faire croire qu'il lui lancerait la balle dessus, tout en lançant la balle en direction de Yamiko. De quoi mettre en bouche, rien de bien méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Dim 5 Aoû 2018 - 20:44



Comme prévu j’étais revenue de mon excursion sur les plages de notre lieu de villégiature pile poile pour l’heure du repas. L’air de la mer, ou alors ma longue marche dans le sable avait largement ouvert mon appétit. Ayant pris soin de sceller mes trouvailles dans divers parchemins, j’avais rejoint la grande bâtisse ainsi que ses occupants. Tout le mon était déjà installé, les discussions semblaient aller bon train, et on m’avait même gardé une place à la table des « cadres ». Je connaissais une bonne partie des personnes présentes, genin, chuunin et un ou deux juunin en plus de moi. Mon s’était attardé sur quelques uns d’entre eux, puis on me posa une question.

-Qu’êtes vous allée faire sur la plage Sazuka-san ?
-Oh ! Ramasser des algues. Haussais-je les épaules. Vous voulez les voir ? Rigolais-je.
-Ha… hum… Une autre fois peut-être.

Une fois que le repas toucha à sa fin, je m’étais rendue dans les douches, et notamment dans le grand bain qui les bordait. Je me souvenais de la dernière fois où je m’étais baignée… C’était dans un lac, à proximité de Tokanaba. Un souvenir clair comme de l’eau de roche. Et d’ailleurs, depuis cette mission et ces quelques « attentions » échangées avec l’Aburame, je ne l’avais plus revu. Sans doute était elle occupée à assurer le suivi le psychologique des habitant de cette petite ville si durement touchée par l’attaque de cette déserteuse… Yuko.

Des souvenirs qui me donnèrent le tournis, et je sentais déjà le mal de crâne poindre. Et, effectivement, je me souvenais que j’avais oublié de prendre mon précieux médicament. Ainsi, avant d’entrer dans l’eau, je pris une de ces gélules translucides et l’avais ingurgité. Ce problème d’oubli… Commençait réellement à me préoccuper… Enfin, la soirée fut ensuite des plus calmes. Cela faisait en fait assez longtemps que je ne m’étais pas ainsi reposée…

J’avais rejoint ma chambre, individuelle, dans laquelle on aurait au moins pu caser quatre personnes… Je soupirais en me rendant compte que cette chambre était presque aussi grande que mon petit trois pièces sur les falaises de Kumo. Enfin, après avoir défait les couvertures, je m’étais allongée dans la pénombre, peinant à trouver le sommeil. Assez ironique alors qu’en principe je pouvais m’endormir absolument n’importe où. Peut-être était parce que je n’étais plus habituée à dormir seule… Puis, après une bonne demie heure, on frappa à ma porte ce qui ne manqua pas de me faire sursauter.

Je m’étais levée, avais ouverts la porte et fus un peu étonnée de voir qui se trouvait derrière. Enfin, étonnée… pas tant que ça. A vrai dire… je m’y attendais un peu, inconsciemment.

-Vas-y je t’en prie. Entres. T’as de la chance, je ne dormais pas encore ! Oh, trop de bruit pour toi ? Tu peux passer la nuit ici si tu veux. Il y a largement la place. Avais-je esquissé un sourire en retournant m’allonger. T’as entendu ? Grosse journée demain. On ferait mieux de dormir. Avais-je fini, pensive.

-----

Le lendemain, debout aux aurores comme d’habitude ; prenant soin de ne pas réveiller cette invitée surprise qui avait frappé à ma porte. On pouvait dire, en quelques sortes, que je m’étais prêtée au jeu de ce « camp d’été », et voulais voir un peu comment chacun de ces genin « prenait » les choses. Puis, il y avait certains de mes élèves donc… La première activité de la journée serait donc… la balle au prisonnier ? Bon… pourquoi pas. « Apprendre en s’amusant ».

Mais vue la tête de certains, et une en particulier… Je n’étais pas persuadée que c’était si… amusant pour tout le monde. Sur le chemin vers la plage, je m’étais approchée d’Umeka et passai mon bras autour de son cou.

-Tu vas voir, c’est assez drôle comme jeu ! Enfin… Moi, je n’aime plus vraiment ça maintenant… Dis-je en observant le petit groupe avancer. Puis, t’as déjà fait la rencontre d’Anzu… ça devrait aller. Puis, c'est pour la "cohésion entre les genin", pas la cohésion... enfin... Lui fis-je un clin d’œil avant de rejoindre mes collègues « encadrant ».

Observant les groupes se former pour ce début de match de « bap », je commençais simplement à me déshabiller, serviette en main, et m’allongeai sur celle-ci, prête à profiter de ce début de journée. Les algues pouvaient bien attendre un peu… Pour une fois, je retrouvais mon ancienne « moi » ; je ne me préoccupais que de « moi ».

Sazuka to the beach:
 



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 7 Aoû 2018 - 12:11

Après avoir si gracieusement servi les plats à ses chers convives, Nobusuke était convaincu d'avoir fait une bonne impression bien que, du reste, cela n'était pas sa prime intention. Il avait goulument mangé lui aussi, non sans s'asseoir avec ceux qui avaient participé à l'élaboration du repas mais, étrangement, on ne lui avait pas beaucoup donné la parole. Inutile de préciser qu'il ne la demandait pas non plus : à ses yeux, tous ces gens n'étaient que du bétail. Est-ce qu'un boucher s'amuserait à discuter avec un tas de viande ? Probablement pas.

Il s'était couché un peu plus tard que les autres, préoccupé à aiguiser ses couteaux. C'est un élève qui l'avait arrêté car le bruit strident de la lame frottant la pierre avait commencé à déranger le sommeil de certains genins qui espéraient pouvoir se reposer avant la suite du camp. Etaient-ils vraiment au fait que le sommeil est l'ennemi du ninja, ces pleurnicheurs ? Lui n'en avait pas tant besoin que ça, mais soit.

C'est donc en baillant, les yeux tirés, qu'il se leva et fit sa toilette, réajustant les fils qu'il s'était cousu à même la peau, avant de rejoindre le groupe pour la suite des activités. Il avait troqué son costume contre un maillot de bain type boxer, la tenue réglementaire pour aller dans l'eau. Mais il ne s'attendait pas à ce genre d'épreuve. La règle stipulant qu'il aurait droit à ses jutsus le fit doucement sourire. Il écouta le message d'encouragement de Yahiko, mais déjà son esprit était tout accaparé par l'idée de mettre en pièces celles qui lui faisaient face. Et il ne s'agissait pas seulement de Yamiko.

Ni une ni deux, il sauta pour atterrir à la surface de l'eau. Cet exercice était intéressant, car il demandait aussi aux ninjas de maîtriser les arts fondamentaux, comme la gestion du flux de chakra sous les appuis pour se maintenir à la surface. Il prit alors une pose de combat atypique, proche du style de la grue... juste pour impressionner, mais sans en maîtriser la moindre technique.

--- 5 secondes... c'est le temps qu'il va nous falloir pour vous défoncer !

Il n'avait pas pris garde à celui ou celle qui tenait la balle. Il connaissait le jeu, mais ce qui l'intéressait le plus, c'était le côté pugilistique et les provocations directes avec l'ennemi. Déjà la limaille de fer vibrait autour de lui comme un essaim de moucherons. Cet exercice allait être une boucherie, dans toute la splendeur du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mar 7 Aoû 2018 - 17:52



Dès le matin la tournure qu’allait prendre cette journée fut annoncée. Rassemblement, petit discours, explications… Rien de tout cela ne déclenchait vraiment cette étincelle d’émerveillement qui t’animait lorsque tu te retrouvais face à une nouveauté. Tu aimais apprendre de nouvelles choses, en découvrir d’autres ; mais l’idée de « jouer à la balle »… Te déconcertait davantage que cela ne t’enthousiasmais. Ce ne fut pas sans une grande réticence de ton fort intérieur que tu suivis les autres jusqu’à la plage.

Heureusement dans tout ceci, tu pouvais compter sur ton fidèle Gyomo, toujours fixé en bandoulière autour de ton buste. Lui au moins parvenait à te tirer quelques sourires sans même avoir à parler. C’était un peu un renfort à ta motivation, et encore plus précieux dans ces moments ci. En fait ce qui te surprit le plus fut de sentir cette main se poser sur ton épaule et ce bras passer dans ton cou. Tu tournas la tête pour voir à qui ils appartenaient et reconnus instantanément la directrice du complexe. La ‘’Sazuka’’. Tu n’eus pas le temps de la saluer que déjà elle te parlait…

Elle, par contre, t’intéressait beaucoup plus étonnement. C’était étrange, elle dégageait une certaine sympathie, mais aussi une grande froideur… ou un certain détachement. Tu trouvais sa personnalité intrigante, peut être même un peu étrange ; comme si elle en avait plusieurs… Oué c’était probablement ça, et cela expliquait beaucoup de choses. Elle devait être schizophrène, ou un truc dans le genre. Mais ! Elle restait sympa. Elle avait d’ailleurs remarqué, tu ne voyais que cette solution, ton manque d’entrain vis-à-vis de ce petit séjour. Forcément puisque tu n’avais pas eu envie d’y venir, à la base.

- Tu vas voir, c’est assez drôle comme jeu ! […] T’avait elle dit dans l’espoir de te rassurer. Biensur tu ne partageais pas cet avis. Les seuls jeux qui t’amusaient étaient ceux d’argent, et ceux se déroulant en arène. Le reste n’était pour toi qu’un devoir incombant aux shinobi, ou alors était des choses sans intérêt… On pouvait dire que tu ne savais pas t’amuser, et sans doute ces personnes auraient raison, de toute façon, tu t’en foutais.
"Oh oui, c’est sûr que…" soupir

Tu n'eus pas le temps de lui répondre que déjà elle était partie…

C’était là que tu te rendais compte que toi et ces autres personnes n’aviez peut être pas eu la même enfance, ou les mêmes centres d’intérêt du moins. La balle aux prisonniers…Tu ne connaissais absolument pas ce jeu qui se jouait apparemment avec une balle… Alors tu voulus passer ton tour pour cette activité, préférant regarder pour mieux en apprendre les rudiments, ce qui ne fut pas du goût ni de votre surveillant ni de la brune, celle à qui tu avais osé t’intéresser la veille. Cela t’apprendra d’ailleurs à vouloir tisser un semblant de lien avec une personne qui ne t’inspire pas plus que ça…

Vêtue de tes rares vêtements dérogeant de la règle régissant ta garde-robe, un short et un tshirt blanc ample comme tu les aimais, tu les avais rejoints ; pour « jouer » avec pour seul manifestation un long soupir. Vous formiez donc deux équipes se faisant face et l’un de vos adversaires tenait une balle… Tu supposais donc qu’il allait entamer le jeu. Tu trouvais ça d’un ennui mortel et pourtant, comme toutes nouvelles choses que tu découvrais, tu ne pouvais t’empêcher de vouloir en voir plus. Ta curiosité dépassait pour le moment ton ennui.

Le genin portant la balle semblait vouloir te viser. Toi, tu ne bougeais pas d’un poil. Tu ne savais pas vraiment ce que tu devais faire… Attraper cette balle ? Faire la passe ? La renvoyer ? Tu n’en avais strictement aucune idée. T’espérais seulement que vite vous perdiez pour pouvoir passer à autre chose. Tu n’avais plus la même envie que la veille de faire des efforts. Puis la balle fut lancée, et tu avais bien fait-sans doute- de ne pas bouger, car elle ne te fut pas destinée. T’allais donc pouvoir comprendre quel était le but de ce jeu, parce que… la balle au prisonnier…. Ça ne te disait absolument rien.

Cela dit, face aux réactions de ce genin vous faisant, autour duquel virevoltait un genre de poussière ou tu ne savais quoi ; Gyomo commençait à s’agiter. Du coup, à ton tour, tu réalisas un signe ; et ton filet, Gyomo, s’agita, te libéra de son étreinte pour glisser jusqu’entre tes mains, et tes doigts… Tu venais d’oublier la balle, et ce terrain improvisé devenait pour toi une nouvelle arène.

Comme lors de tes représentations à Mizu, tu gardais le silence et t'imprégnais d'une grande concentration. Tu avais un public à satisfaire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Jeu 9 Aoû 2018 - 9:40
[font=georgia]Yahiko, Yamiko, Anzu… les seules personnes que je connaisse ce sont eux aussi installés à cette table, ce qui n’est pas pour me déplaire. Autant être ici contre mon gré, autant en profiter au maximum. Un jeune homme aux airs étranges – très étranges même puisque du fil semble directement cousu sur sa peau – nous sert nos assiettes, sonnant le début du repas. Les patates sont parfaitement cuites, comme l’on pouvait s’y attendre de ma part, mais les morceaux de viandes eux sont beaucoup trop petits et… cru ? Il s’agit plutôt d’un tartare que de filets… Les yeux posés sur cette assiette qui ne me fait soudainement plus envie, je vois la main de Yamiko apparaître en coin et l’échanger avec la sienne. Décidément, je suis entouré d’énergumènes en tout genre. Mais puisqu’il s’agit de Yamiko, je ne dis rien et commence à manger.

Je profite du reste du repas pour interagir avec les gens présents sur ma table. Excepté le jeune homme qui a fait office de serveur, tous semblent être des adolescents normaux. Les discussions ne volent pas très haut, mais je m’en contenterai.

Tandis qu’après le repas bon nombre de genin partent rejoindre leur futon, je suis ceux qui décident de rester éveiller durant la nuit et commence ma veillée nocturne par un bon bain. De toute façon, je n’arriverai certainement pas à trouver le sommeil ici, donc autant ne pas me rendre fou à essayer de fermer l’œil et profiter des avantages de l’hôtel. Je pose mes affaires dans un des casiers réservés à cet effet puis entre dans le bain des hommes. Pas une âme qui vive ici : l’avantage des bains nocturnes. Un pied après l’autre, je plonge mon corps dans l’eau bouillante. La chaleur réchauffe mes muscles et mes articulations, soulageant mes douleurs chroniques… mon plus grand plaisir de la journée.

Une vingtaine de minutes plus tard, je décide qu’il est temps de sortir de l’eau et part rejoindre un groupe de genin après m’être habillé. La fatigue a souvent les mêmes effets que l’alcool : celles de délier les langues et les conversations personnelles vont bon train. Pour ma part, je me contente d’interagir et de me moquer par moments des péripéties de mes camarades de la nuit. Assis sur des transats à l’extérieur de la résidence, j’observe le spectacle que nous offre la nuit étoilée, pensif… Qu’allons-nous faire demain ? Tout me convient, sauf des sports en équipe.

Le lendemain matin : sports d’équipes au programme… mais nos supérieurs, ayant connaissance de mon état, me dispensent d’y participer.

Dieu soit loué…

Des équipes de trois sont formés pour participer à des matchs de balle au prisonnier. Dans l’un d’elle sont regroupés Anzu, Yamiko et une troisième jeune femme contre Yahiko et deux camarades masculins. Hommes contre femme : rien de mieux pour attiser les tensions et rendre les matchs intenses. Les maillots aussi sont de mises, sauf pour certains : probablement trop timides pour dévoiler leur peau. Pour ma part je me contente d’un Kimono léger. Inutile de dévoiler mes innombrables cicatrices ainsi que mes bandages, cela ne ferait pas vraiment ambiance été/décontractée. Entre le groupe de Yamiko et celui de Yahiko, l’envie de gagner est palpable : un match intense se profile. Voyons qui en sortira vainqueur…[font]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Spring Break [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: