Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Il faut qu'on parle... Sors les poings [Takumi-chan]


Dim 15 Juil 2018 - 1:40
Il c'est passé bien des choses, surtout à un certain moment de ma vie. J'ai fait des choses dans ma vie, certaines dont je suis moins fière que d'autre. Mais quand on est un adulte responsable, surtout avec des enfants comme moi, il y a un moment où il faut assumer ses responsabilités. J'ai de moins en moins de mal à laisser mes enfants à mes parents... Ce qui n'est pas forcément un bien. Mais il faut bien de temps en temps, sinon je resterai presque en permanence avec eux et ça serait un peu malsain. Même s'ils sont petits, si je reste engluée à eux je risque encore de faire des bêtises.

J'ai mis un kimono qui ressemble à celui qui porte certaines prêtresses. Pourquoi ? Bas, avec cette chaleur c'est bien aéré, ce qui est quand même pratique pour ne pas arriver à destination en puant la sueur. J'ai beau être mère, j'ai beau y aller avec de bonne intention, je reste une femme et j'ai un minimum envie d'être bien dans mon corps quand même. Je me rends donc sur le territoire du clan Nagamasa qui l'héberge, je n'ai pas pensé un seul instant à l'invité, la dernière fois ça c'est mal passé et je ne veux pas qu'il se sente coincé, pas encore.

Je demande une entrevu, apparemment malgré le fait que je n'ai pas demandé à l'avance, j'ai la chance d'être reçu dans un délai relativement cours, un peu moins de deux heures. Après est-ce que c'est sa volonté, ou que ça a fait quelque chose autre part ? Peu importe, tant que le je vois au final.

Finalement, je le vois enfin, je lui fais un sourire, je l'observe. J'ai une impression étrange, mais déjà qu'il accepte de me voir est déjà bien généreux de sa part.

"Je savais que tu ne reviendrais jamais sur ta parole, même si tu aurais tout a fait le droit de me snober au vu des circonstances."

Il a l'air heureux, mais je sens autre chose, pas besoin d'être médecin pour comprendre qu'il en a gros. Il est... Mou... Pas mou comme un mollasson, mais comparé à celui que je connais; il l'est un peu. J'imagine que tout ce qui est arrivé sur lui... Je n'ai eu que de vague rumeur, à étain bien des choses en lui. En fait, j'ai un peu menti, la tenue de prêtresse, c'est aussi pour autre chose. En plus d'être esthétique... Elle est pratique pour autre chose.

Je me fourvoie sans doute, mise dans l'erreur par de vilains romans à l'eau de rose sur les guerriers... Mais...

"Je tenais à te le dire, je suis désolé. À cause de moi tu as vécu des choses désagréables... Mais, ce n'est pas ça que tu as besoin d'entendre en ce moment."

Sans crier gare, je viens lui coller un coup directement dans son poitrail. S'il est à moitié le Takumi que je connais et respect, il a bougé juste assez pour diminuer l'impact et réduire les dégâts. Immédiatement, j'invoque mon bouclier pour parer une éventuelle riposte et convoque des clones pour l'encercler le petit instant pour que... Jinjakame encore dehors puisse l'attaquer par surprise, le frappant d'un projectile d'eau dans un de ses angles morts et en détruisant une fenêtre et un peu de mobilier au passage... Désolé Takumi, je rembourserai promis !

Il est un guerrier, il a l'âme du soldat, il sentira deux choses dans mes coups : premièrement qu'il n'y a aucune animosité, c'est bel est bien une rixe amicale et je souhaite sincèrement lui changer les idées via ce qui semble lui manquer le plus en ce moment... L'action ! La seconde, que je frappe vraiment pour blesser, je sais qu'il est bien meilleur que moi et que sans ça, ce serait ridicule... Il est bien capable de me contrer, même avec une main dans le dos. Donc, s'il me sous-estime, ce qu'il ne fera pas, il pourrait finir à l'hôpital.

Aller, réveil le feu en toi, embrase-le pour que ton âme soit aiguisée comme le fil de ta lame. D'ailleurs dans un élan théâtral, je lève la main avec mes clones s'il en reste et lui intime d'un mouvement d'approcher, main lever et faisant signe d'approcher.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Dim 15 Juil 2018 - 3:50

Repos, Calligraphie, Peinture, Sustentation, Patience. Un quotidien que tu reprends après quelques temps… obscures, dérangés. Il n’a pas été publiquement communiqué que tu as été envoyé en prison quelques jours mais cela n’a pas non plus été caché. Fort heureusement, en été il y a peu de criminels là-bas donc quasi personne pour répéter la chose. En général, les gens parleront du fait que tu sois allé en mission ou autre. Oui car cela te ressemble plus que de terminer dans les geôles, toi un ancien fukutaicho. C’est au moins un bon point et tu le saisis volontiers. Pour cela, quoi de plus simple que de se taire et se préparer à la suite ? Le village ne tournera pas seul et il reste tant à faire. Le Nidaime a été destitué et les jours à venir sont probablement les plus sombres que la Roche ait pu connaître ces derniers temps. De grandes épreuves attendent ses habitants, nul doute là-dessus. Tandis que tu étudies divers dossiers traitant de la sécurité interne d’Iwagakure no Sato, la porte coulisse et une personne - prosternée au sol - vient quérir ton attention. Respectueusement, elle s’adresse à ta personne.

Hyû..- un moment d’hésitation ; raclement de gorge - Nagamasa-sama - tu as été adopté après tout, il est normal que les habitants de ce domaine te nomment ainsi - Une jeune femme du nom de Shuu- interrompue.

C’est d’accord.

La servante ne cherche pas à t’en faire savoir plus et repart aussitôt. Tu déposes et laisses en suspens ce qui t’est imposé par ton paternel et te lèves afin de rejoindre la pièce où vous devez vous voir. Accompagné par plusieurs personnes, tu leur dis que cela n’est pas nécessaire - tu n’aimes pas avoir des domestiques - mais ils ne veulent rien entendre. Apparemment, c’est comme ça que cela doit marcher avec lui ici. Soit… Arrivé devant Chiryou, les servants le laissent puis il se met à sourire un peu.

Quand je dis quelque chose, je fais en sorte que cela s’accomplisse. Ca s’appelle tenir parole. - tu l’écoutes - Mes problèmes ne regardent que moi, passons à autre chose veux-tu ?

Le coup de Chiryou t’étonne mais tu as le temps de venir placer ta main entre son poing et ton torse. Qu’est-ce que cela signifie ? Probablement une séquelle de sa grossesse te dis-tu. Ou un énième truc dont seules les femmes peuvent en être victime : l’hystérie. Quoi qu’il en soit, tu relâche délicatement la main de ton amie et la regarde. Mais voilà qu’elle se prépare une défense et t’encercle avec ses clones. Un bras logé dans ton kimono et l’autre revenu le long de ton corps, tu jettes un coup d’oeil à gauche puis à droite. Ils commencent à t’attaquer et tu te lances dans un corps à corps contre ces derniers. Nonchalant, tu t’executes. Un bras seulement pour ces trois personnes et tu uses de tes jambes par moment. Aucune difficulté jusqu’à ce que le fracas de la fenêtre - plusieurs mètres derrière toi - éveille ton œil blanc sur le seul qui est ouvert. Tu esquives au dernier moment la chose, ce qui envoie une violente bourrasque dans les environs. Cette dernière détruit alors les clones, vient lacérer les murs ainsi que ce qui pourrait se trouver autour de toi. Nul besoin de dire que si la blonde ne se défend pas, elle peut dire adieu à son beau kimono.

Plus qu’elle et toi. Enfin, il y a bien cette tortue. Mais bon. Tout d’abord, cela risque d’être compliqué à expliquer par la suite. Une femme qui semble sortir de nulle part te rend visite - ce qui peut être mal vu sachant que je suis fiancé - et elle se met à s’attaquer au mobilier mais surtout à ta personne. L’instant d’après, plusieurs samurais se sont ramenés, prêts à user du iaido. Un mouvement de main de ta part et ils repartent. Certains pensent que tu as à faire à une maîtresse belliqueuse et jalouse. D’autres se disent que c’est un entraînement comme les autres après avoir constaté le visage de Chiryou. Tant mieux, cela m’évitera quelques problèmes et - espérons le - d’avoir à me confronter à Yoshitsune.

Le vent t’apporte son réconfort en venant renforcer tes capacités physiques. Tu ne sais pas réellement ce qu’il adviendra de ce que vous vous apprêtez à faire mais qu’importe : cela arrivera. Un signe te demande d’approcher. Tu ne demandes pas ton reste. Toujours nonchalant, tu charges tout de même sur elle et tu te sers du bras sorti du kimono pour commencer à la frapper ici et là - sans grande prétention malgré ta maîtrise exceptionnelle du taijutsu.

Aucun mot, aucune parole ne sort de tes lèvres. Tu ne sais pas quoi dire et ton esprit est affairé à bien des choses. Mou, c’est le mot.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 15 Juil 2018 - 16:43
Le bouclier à éviter en partie que mes vêtements partent en lambeau, mais pas entièrement. Enfin au moins, ce qui doit rester couvert le reste. Pas que je me soucis de ce que l'on voit ou non, mais je n'ai pas envie de gâcher ce moment par une scène cocasse digne des pires comédies. Non, ce combat doit rester amical, mais sérieux.

C'est ce dont il a besoin, en fait soyons honnête, un peu d'exercice et de violence ne me fais pas de mal non plus. Il n'est pas le seul à devoir se réveiller.

"Le dormeur doit se réveiller !"

Heureusement, il congédie ses gardes, j'ai bien cru que ma tête allez rouler par terre un instant, même si je n'ai pas perdu ma concentration sur lui. Il accepte mon défi, mais je suis certaine qu'il me ménage encore.

Je reçois les coups, serre les dents pour éviter de cracher par terre, ce qui m'empêche pas de déguster et d'avoir du sang entre les lèvres. J'essuie comme je peux le filet de sang à mes lèvres puis m'extirpe tant bien que mal en faisant un petit et en refaisant des clones. Je profite de cet instant, même petit pour me transformer en Shuriken. L'un de mes clones m'attrape pendant qu'un autre, celui qui "prend ma place" lui beugle dessus pour l'occuper.

"Arrêtre de te foutre de moi ! Si tu n'as ne serait-ce qu'un peu de respect pour moi, bat toi sérieusement !"

Elle a ajouté à ses mots, un jet de plusieurs shuriken, dont un qui c'est multiplié pour le forcer à esquiver ou se défendre, mais surtout à faire attention à autre chose que le chakra. Si je le laisse faire, même dans cet état, il finira par voir que la vrai est maintenant par terre, derrière lui, planté dans le mur et attend.

La suite est simple, un traquenard comme j'en raffole.

"Puisqu'il faut un dragon pour réveiller un tigre !"

Je lance le plus rapidement possible, un dragon aqueux dans sa direction. Bon, ce n'est pas le plus puissant qui puisse exister, mais je n'ai pas assez d'eau a disposition et je suis encore en train de maitriser mon affinité... On ne peut pas tout faire. Le but, c'est qu'idéalement il recule, ou alors et surtout qu'il soit immobilisé le temps de se défendre.

Si tout va bien, je sors alors par surprise et utilise l'eau du dragon pour créer une prison autour de lui. En espérant qu'il ne l'évite pas, enfin en réalité si ! Sinon, ça serait une fin ridicule et un peu prématuré... Vous voyez quoi ?

"Takumi si tu continues de tirer cette gueule de victime, je vais venir t'arracher tes bijoux de familles ! Réveil le guerrier en toi ! Le Takumi que j'admire bordel !"



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 16 Juil 2018 - 0:20

À moitié nue, ce n’est pas étonnant. Au moins, elle a eu la décence de se défendre correctement. C’est déjà ça, c’est même déjà plus qu’acceptable. Elle me crie aux oreilles, m’agaçant en me targuant du sobriquet de dormeur. Quelque part, c’est bien vrai. Depuis que je suis rentré de Tetsu, je ne fais plus grand chose. J’ai commencé par attendre l’albinos mais le temps s’est fait capricieux avec moi et la suite des événements n’ont pu que me retarder encore plus dans les quêtes qui me sont propres. Peu importe, cela ne regarde que moi. Enfin… Pas vraiment, si mon régime baisse, la Roche se verra elle aussi nécessairement touchée par cela. Jusqu’au bout ce village me cassera la tête hein… Au début, c’était le clan. Après, il y eut le Yamagenzo. Et maintenant, toute la collectivité. Ce sera quoi après ? Le pays entier puis tout le Yuukan. Il s’agirait de grandir, lâchez moi un peu de lest.

Elle encaisse comme elle peut les coups. Rien à dire, elle est brave. Cet échauffement commence tout de même à titiller certains bas instincts chez moi. Rien de fallacieux, détrompez vous. On parle là de désirs de destruction ou plutôt de combattre. Oui, combattre. C’est plus noble dit ainsi, je pense que cela me correspond le mieux. Du moins, ce devrait être le cas en temps normal. Après, de là à dire que tout ce qu’il se passe ces derniers temps est normal… Ouais, passons.

Les projectiles envoyés sur ma personne sont renvoyés à l’aide d’arcanes venteuses, mes mains leur servant de réceptacles bien adaptés. L’un d’entre eux s’est logé dans le mur derrière moi mais je ne fais pas plus gaffe à ce détail. C’est un dragon aqueux qui arrive sur ma personne - sacrée Chiryou, elle en a parcouru du chemin dans sa maîtrise du Suiton depuis l’accouchement. Toisant la bête du regard tandis qu’elle fond sur moi, mon seul bras disponible daigne extraire Sonkeisuruhito de son fourreau. Cette lame appelle le sang… Quelle capricieuse. Gourmande de surplus. Elle ne cesse d’en réclamer mais c’est aussi ainsi que je l’ai voulu : assoiffée et crainte.

Dans le feu de l’action, mon chakra s’affole tout seul et des éclairs commencent à apparaître sur le métal de mon arme. Elle hurle. Non pas à l’agonie ni de terreur, mais bien bel et bien telle une barbare. Elle a soif de sang, j’ai faim d’affrontement. Au diable la sécurité et les bonnes manières, ce que je m’apprête à faire risque bien de raser une partie du village mais qu’importe. J’ai besoin de me battre. Mais avant même que l’attaque ne parte et ne commette l’irréparable, Chiryou réapparaît derrière moi. Cette renarde… Derrière moi, elle s’affaire alors que le dragon approche de ma personne.

Regardez la… des blessures un peu partout et la voilà qui se donne tout de même à fond dans un combat qu’elle sait perdu d’avance. Elle se donne, se sacrifie quelque part. Alors qu’elle pourrait s’occuper des petits - cela fait d’ailleurs un moment que je ne les ait pas vu et ce serait mentir de dire qu’ils ne me tarde pas de les revoir un beau jour -, alors qu’elle pourrait étudier sur le sujet de nouvelles techniques, alors qu’elle pourrait s’occuper d’une équipe, de sa famille, de ses amis… Elle est ici. À vouloir réveiller un tigre dit-elle. Idiote. Ah oui, m’arracher mes bijoux de familles hein… Tu me pardonneras mais ce n’est pas non plus aujourd’hui que tu mettras la main dessus ma petite Chiryou.

J’use de la même esquive qu’avant. Sans vouloir me montrer redondant, je suis bien obligé de me limiter à cette dernière. Je ne tiens pas à détruire les environs ou encore à la tuer. Seulement, il me semble évident qu’elle ne compte pas me lâcher de sitôt si je ne la laisse pas pour morte - ou quelque chose d’équivalent. Les rafales viennent éprouver le cours de l’eau et les environs une nouvelle fois et je me retrouve au dessus de la médecin. Aucun mot, encore une fois. Seulement un sourire que j’affiche à l’égard de ma visiteuse. Que dire de ce dernier ? De sa signification ? “Merci, brave Chiryou.” peut-être ? “Idiote.” aussi ? “Tu es irrattrapable.” sans aucun doute.

Mon sabre est chargé en chakra de plusieurs natures alors que je retombe sur la kunoichi et j’enchaîne sur une technique que j’ai personnellement développé et qui tend à prouver que non, les Hyûga ne sont pas uniquement destinés au combat à mains nues. Je ne comptais point la montrer à qui que ce soit dans ce village mais elle mérite bien cela. C’est un savoir à saisir en plus, une science de laquelle elle pourra se nourrir, une curiosité (peut-être) assouvie mais nul doute que cela peut apporter bien plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Et parmis elles : Jusqu’où le pouvoir d’un pupilles pâles peut-il bien aller ? Moi-même je me le demande.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 16 Juil 2018 - 9:38
Il enchaine les coups, je ne les compte pas, je ne les compte plus. C'est sanglant, l'eau au sol est bien plus rouge que bleu... enfin l'eau c'est transparent, mais vous comprenez l'image ?

Une poupée de chiffon, je n'ai jamais eu l'affront de penser avoir la moindre chance, la volonté de gagner. Mais c'est mieux et pire à la fois, sachant que je ne gagnerai pas, je joue de cela dans un sens. La bête acculée contre le mur, même si cette dernière a été stupide au point d'y aller elle-même est la plus dangereuse. Je peux à peine bougé, écraser contre le mur et, je couvre de mes bras mon intimité que plus grand-chose ne cache et... Une partie de mes entrailles peut-être ?

Dans n'importe quel autre cas, ça serait fini, mais... j'ai encore une allier. Enfin un, c'est un male... Aucune importance. Détruisant le peu de murs qui restait, elle invoque un dôme sous forme de carapace me couvrant moi, celle-ci est assez épaisse pour être opaque, suffisamment dur pour soutenir même ses coups et... Insuflé de chakra, donc le temps qu'il voit à travers je n'en aurai plus besoin de toute manière.

J'en profite pour remettre mon dedans qui est dehors, là où est sa place et par reboucher ce que je peux à la va-vite. Cela ne fera pas de miracle, mais au moins l'os de mon bras qui sortait, ne le fait plus, même s'il se re brisera à la première occasion, qui va vite arriver d'ailleurs. Mais surtout, je ne vais pas me noyer dans mon propre fluide vital ou finir sur une anémie ce qui serait ridicule avouons le...

J'en profite aussi d'ailleurs pour sortir une brassière et un short de sport après avoir retiré les lambeaux qui me servaient de vêtement jusqu'il ya peu. C'est un combat, je ne peux pas ressortir de mon couvert nue tout de même, j'aurais l'impression de me moquer de ce duel. Déjà que le fait de l'avoir lancé est une plaisanterie en soit vu notre différence de niveau et en prenant en compte mon manque d'efficacité offensive...

J'emploie une grenade fumigène, je sais plus ou moins vers où il est et j'ai deux clones avec moi. Deux ? Oui, le troisième va immédiatement se cacher dans la tortue histoire de m'assurer une chance de survie. Le plan est simple, en même temps que la suppression de la grosse carapace, je lui crache un gros jet d'eau à la figure, puis l'assaille. Deux clones pour prendre des coups à ma place et moi... Qui va tenter de lui mettre un crocher du droit... Ouais pas ma meilleure main, mais mon bras gauche ne supporterait pas un tel mouvement. Au bout de ma main se tient un parchemin explosif.

Ainsi, la protection disparait, un clone par à l'opposé et a trois on lui fonce dessus, il fait disparaitre mes deux illusions en un temps record... Bien entendu... Puis ? Il fera de même avec mon bouclier me laissant une ultime seconde pour tenter de le frapper. Je ne pense pas avoir réussi à lui porter le coup. Mais dès qu'il heurterait quoi que ce soit, que ce soit sa garde, sa lame ou une barrière de vent...

Boom

Le chant du cygne...

Je n'ai jamais était un dragon, maintenant, je suis une volaille inconsciente au sol, je n'ai même pas vu ce qui m'est tombé dessus. Mais je ne suis pas belle à voir certainement. Je suis aux portes de la mort pour des raisons stupides...

Mais il fallait le faire, pas pour lui, encore moins pour Iwa. Non, pour une fois dans ma vie, je voulais prouver que...

Je suis Shuuchuu Chiryou, digne représentante de la roche, capable de défendre mon honneur et celui de mon pays.

Être écrasé par un tigre, ce n'est pas si mal ? Même si mon sang et des morceaux de moi on du voler dans la manœuvre. Mon clone a fait ce qu'il avait à faire, employer un sceau pour appeler un médecin en urgence et éventuellement me stabiliser avant de disparaitre... Mais peu de chance qu'il ait eu le temps vu la fulgurance avec laquelle j'ai été balayée.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 16 Juil 2018 - 21:53

L’état de son corps est affligeant mais qu’importe, la jeune femme se doit de tenir bon, d’assumer ses décisions et d’aller au bout des choses. Le réflexe de se réfugier sous son dôme est une bonne chose. Sensorialité étant de mise, Takumi voit à travers la récente création puis observe le macabre spectacle auquel s’affaire Chiryou. Elle se remet de l’affrontement, se soigne. Et tandis qu’elle fait de son mieux pour se remettre d’aplomb, le shinobi aux pupilles pâles vient réfugier sa lame dans son fourreau. Il ne sera pas nécessaire de s’en servir plus longtemps. Le sang d’une nouvelle personne lui a été offert et la fausse blonde a elle aussi pu goûter à son tranchant. Aussi, l’heure approche pour la médecin et il ne désire point lui faire rendre son dernier souffle. Oui, car sur un malentendu et un excès de la part du Hyûga, elle pourrait ne pas en ressortir tout court - et non pas seulement indemne.

Fumigène, parchemin explosif, clones. Il voit tout et ce, sans aucune peine. L’effort fait honneur à la kunoichi. Un poisson qui se débat dans une eau bien trop trouble pour lui. Takumi tend le bras et effectue une pichenette dans la direction de Chiryou une fois que cette dernière est arrivée à environ un mètre de sa personne. La chûnin est alors violemment propulsée au plafond avant d’être redirigée et écrasée au sol par la pression venteuse créée. Les clones, eux, n’ont pas tenu le choc. Étalée au sol, elle a réellement triste allure. Visiblement, la blonde n’a pas besoin de soins d’urgences et alors que certaines personnes approchent du lieu de l’affrontement, le Hyûga retire son kimono et le dépose sur le corps meurtri de celle qui a tenté de le réveiller - en vain, peut-être. La pudeur, quelque chose qu’elle a ignoré a de bien nombreux moments, est une des choses qui magnifie une personne - et surtout une femme.

Il ne lui reste que son pantalon et son arme à la taille et se contente de permettre à la personne qui se doit de la soigner de pouvoir arriver. Takumi informe cette dernière de partir avec Chiryou après cela et que remboursements ainsi que des excuses devront être envoyés aux maîtres des lieux. Puis il repart s’affairer au bien de la Roche, au bien de chacun de ses habitants. Et ce, en espérant qu’il en sera de même pour celle qui vient de se faire lessiver.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Il faut qu'on parle... Sors les poings [Takumi-chan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: