Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Récupérer le dû [Mission Collectionneur]


Dim 15 Juil 2018 - 17:35
Le Collectionneur, dans sa grandeur d'âme, avait laissé à Toph une tâche plutôt que de laisser la jeune kunoichi partir les mains vides. Un Brigand l'avait floué d'un bien précieux. Il suffisait que Toph le punisse pour avoir l'autorisation de garder ce bien en question. Oh, il ne s'agissait pas d'un artefact ou d'un objet en particulier, mais d'un rouleau de technique. Sur celui-ci, Toph n'en savait pas plus, sinon qu'il avait la parle du Collectionneur qu'il l'intéresserait et que Toph avait intérêt à se faire accompagner.

Toph était jeune, mais pas stupide pour autant. Une telle mission était au-delà de ses capacités de très jeune kunoichi. Néanmoins, il s'agissait d'une excellente opportunité pour se faire de l'expérience, tant soit peu qu'elle fusse bien accompagnée. Elle avait fait une demande d'équipe, et c'était avec joie qu'elle avait rencontrée les membres attribuées chez elle.

Enfin, chez ses parents. Elle n'avait pas de chez elle, à proprement parler. Peut-être un objectif pour plus tard quand ses revenus seraient plus stables.

Kentaro et Senkû étaient des personnes aussi intéressantes que volontaires. Des bourrins avant tout, avec ce qu'il fallait de cervelle. Kentaro maitrisait la lave et le sensei maitrisait les portes célestes - une capacité légendaire qui faisait de ses détenteurs des incarnations de force surhumaine. Elle leur parla de la mission, et Senkû se proposa pour l'accompagner. Avec son sensei en support, elle se sentait nettement plus en sécurité, et ce même si toutes ses techniques à elle étaient loin d'être au point.

En fait, elle était en terme de techniques tout sauf au point. Ses parents retardaient délibéremment ses entrainements au Juken, et son doton était appris en autodidacte. Autant dire que Toph n'était pas la genin la plus puissante du village actuellement. Très très loin de ça.

Le collectionneur avait donné quelques informations de bases. Un début de piste, vraiment. L'endroit où elle avait vu pour la dernière fois ce fameux brigand. Une auberge dans le pays de la Terre, pas loin d'une route commerciale très empruntée. Toph se laissa tomber au sol - le trajet avait été long - et après un râle de trente secondes, elle sortit une gourde d'eau et but plusieurs rasades avant de se tourner vers son sensei.

On y est arrivé, Senkû-sensei !


Elle avait un sourire aux lèvres. Elle était excitée comme une puce. C'était, après tout, sa première mission. Elle avait entretenue la conversation sur tout le trajet aller, cherchant à entendre le plus de missions et d'histoire de son sensei. Elle le respectait beaucoup. Il incarnait plusieurs éléments, comme une force de la nature rendue consistante en une forme humaine.

Bon, c'est dans ce coin-ci qu'il faudra débuter nos recherches, je suppose. Avez-vous des idées, sensei ? C'est la deuxième fois seulement que je sors d'Iwa mais ce pays est si beau, c'est impressionnant.


Des montagnes. Des cailloux. De la végétation. D'autres voyageurs et bientôt...

Oui, bientôt des brigands a qui elle pourrait briser les bras. Fu fu fu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mar 17 Juil 2018 - 1:28




護送 - NOUVELLES TROUPES



« Hunter. »

◐◐

Une missive venait de lui être attribué, on pouvait entrevoir le léger rictus s’affichant sur son faciès primitif. Le natif apparaissait des plus satisfait, ravi du fait que le Sandaime ait finalement accepté sa participation quant à l’accomplissement de cette tâche. Une affaire ayant été quémandée par le Collectionneur, celle-ci avait proposer à sa jeune disciple fraîchement recrutée, d’aller laver l’affront dont elle avait été victime, en échange l’Hyûga pouvait garder le butin ayant été dérobé.

En l’occurrence, retrouver la trace du responsable ayant terni à la réputation de la sulfureuse commerçante, qui d’après le sujet de la mission octroyer, semblait être un simple brigand. Plutôt ambitieux comme bandit, sans doute possédait-il quelques notions ou plus au combat, ce pourquoi le Yaoguai s’était porter garant de son élève.

Se relevant lentement sur ses deux jambes longues et solides, le missionné descendit de l’arbre dans lequel il était perché, à la manière d’un primate, faisant preuve d’une agilité sauvage hors du commun. Il souleva un léger nuage de poussière à son atterrissage, ses pieds nus et abîmés venaient impacter le sol caillouteux de cet espace naturel qu’il affectionnait tant. Un coin reculé et paisible, positionné non loin de son modeste wigwam et du domaine des impétueux cracheur de laves, ceci expliquant cette curieuse odeur de calcination.

Le sauvageon retrouva l’adepte du Juken aux portes du village avant de sortir de celui-ci. Sans tergiverser, ils entamèrent leur périple afin de remplir le plus rapidement et avec brio, leur objectif. Une première mission importante non seulement pour Toph, mais également pour l’équipe dont ils faisaient dorénavant partie. Qui plus est, le Collectionneur saurait désormais qu’il pourrait compter sur les Iwajin et l’escouade Hachiman en particulier pour ses prochaines missives.

À la vue de la motivation de la petite Hyûga, il ne pouvait s’empêcher de sourire, la naïveté de l’apprenti se dégageait grandement chez la jouvencelle qui n’était que rarement sorti d’Iwagakure. Cette dernière prenait même les devants, suivi de près par son mentor, et suite à un cheminement conséquent, le duo Hachiman parvint sur les lieux indiqués sur le parchemin de leur cliente.

« Nous y sommes. Nous allons recueillir des informations auprès des personnes nichant dans cette auberge. N’hésite pas à user de ton Byakugan au cas où, cela pourra nous être utile. » Disait le chasseur en examinant les environs.

L’indigène patienta quelques instants le temps que la Genin retrouve un second souffle, avant de continuer sa marche presque machinale en direction de l’auberge. Il soupçonnait la possible présence de bandits à l’intérieur, là était la raison pour laquelle il avait proposer à la feu-follet qui l’accompagnait d’user de son Dojutsu. Car le brigand avait sûrement été mis au courant que sa tête se voyait être mise à prix pour son geste à l’encontre du marchand ambulant.

Poussant la porte de l’enseigne, Senkū pénétra le premier à l’intérieur laissant le soin à Toph de questionner les individus s’y trouvant. Quant à lui, il se rua directement vers le centre de la pièce principale captivant l’attention de toute la salle de par sa voix résonnante et puissante.

« Votre attention à tous ! Je cherche un homme ! Il serait apparemment connu pour avoir commis de nombreux vols dont un auprès d’un certain Collectionneur ! L’auriez vous aperçu récemment ?! Si tel est le cas, je vous prierais de bien vouloir me dire tout ce que vous savez à son sujet ! » S'écria le Yasei.

Plutôt direct comme approche et récolte d’informations, mais ce fut le seul moyen pour le moins catégorique d'engranger le plus de renseignements dans un même laps de temps. Son regard impassible se posa sur chacun des individus présent au sein de l’auberge, il ne dégageait aucune sympathie particulière, bien décidé à laisser le bandit se faire tabasser par son élève en cruel manque de violences.






_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 5 Aoû 2018 - 12:56


La voix de l'ostrogoth laisse planer un calme durant quelques instants, comme figeant ainsi dans le temps les personnes présentes. Il est clair qu'une tension est palpable, ou pas. L'activité reprend en ces lieux, aussi naturellement que possible et surtout : aussi vite qu'elle a cessé juste avant. Le Yasei n'est-il pas pris au sérieux ? Possible, c'est que les gens du coin ont la réputation d'être de sacrés gaillards après tout. Certains préfèrent l'usage de la manipulation, d'autres celui de la violence pure et dure - celle des bestiaux.

Personne ne semble disposé à vouloir aider nos braves aventuriers, rien d'étonnant à cela. Tandis que certains jouent au carte, d'autres se saoulent au snack improvisé non loin de l'accueil. Un homme, seul et placé dans l'espace détente de la pièce d'à côté, les observe. Coiffé d'un couvre-chef relevant plus d'élégance que de sauvagerie, son air relève une certaine malice.

Le tenant de l'auberge quant à lui - muet - fait signe au brutal d'approcher puis lui montre diverses annonces parlant de diverses "nuisances" : bandits à gifler, dette à récupérer, rats à exterminer... Rien de bien folichon pour celui qui a combattu des êtres surpuissants, pour sûr. Mais pour la jeune pupilles pâles, qu'en est-il ?

À cela, plusieurs choix s'offrent à eux et aucune information visant le bandit ne semble pouvoir leur parvenir. Enfin... en apparence du moins...

Vous "imposer".

Vous asseoir et commander à boire (un lait fraise par exemple).

Tenter de comprendre ce que vous dit le propriétaire des lieux.

Autre chose.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 8 Aoû 2018 - 12:46
Son maitre lui conseilla d'activer ses yeux. Elle acquiesça. Toph l'aurait sans doute fait avant d'entrer dans le bâtiment, mais un petit rappel n'était pas plus mal.

Oh, bonne idée. Byakugan.


Sa vision s'élargit. Du chakra flottait partout autours d'elle, comme des lucioles. Autour de Senku ? Il était presque aveuglant de puissance.

Ils entrèrent tous les deux dans l'auberge, tanière de malandrins comme ils se rendit compte assez rapidement. Outre l'intérieur crasseux - selon les standards Hyûga - les gens ignoraient purement et simplement Toph. C'était comme si elle était invisible en plus d'être petite et d'être une fille. Au moins, à Iwa, les gens avaient la décence de s'attarder sur son doujutsu, mais il fallait croire que ce n'était pas le cas ici. La moutarde montait déjà au nez de la kunoichi quand Senku posa une question... qui ne trouva aucune réponse.

De la fumée sortit imaginairement du nez de la princesse Hyûga. En vrai, son teint devint un peu plus rosé, sans plus.

Du calme Toph. Du calme. On va faire ça simple pour tout le monde.


Elle s'avança vers la table avec les joueurs de cartes. Elle afficha un sourire factice, et d'ailleurs, tellement factice qu'il n'y avait pas moyen de ne pas le remarquer qu'il était superficiel. Ils ne semblaient pas vraiment s'intéresser à elle, en fait. Elle déposa délicatement ses doigts sur la table - quand même haute pour sa taille à elle, il n'y avait guère que sa tête qui dépassait, ce qui était particulièrement comique - et observa quelques secondes de silence avant de dire dans une voix toute douce d'enfant, une voix de princesse.

Quand mon maitre vous pose une question...


Son pied part sans prévenir pour heurter le centre de la table. En temps normal, cela ferait tout au plus sursauter le meuble en bois. Sauf que là, la princesse Hyûga utilisa son Juken pour lancer une vague de chakra. C'était là la même tactique qu'elle avait utilisée contre le Tsuchikage. La table fut propulsée dans les airs dans un fracas impressionnant, et une envolée de cartes, de bières et d'assiettes vides retomba très gracieusement au sol dans un second fracas aux accents métalliques. Aux yeux de Toph, le spectacle en était d'autant plus beau que la myriade de chakra prenait des accents iridescents avec son doujutsu. Elle avait bien calculée son coup pour éviter que ne meuble ne retombe par erreur sur un de ces pauvres innocents joueurs de cartes.

Cette fois-ci, elle abandonna tout sourire et voix gentille pour se faire la plus intimidante qu'elle pouvait.

Vous répondez.


Elle ne changea pas sa posture, mais observa ses alentours avec son Byakugan. Il avait fort à parier que cette démonstration n'allait pas passer inaperçu et, sans doute, déclencher des hostilités. Ce n'était absolument-pas-du-tout le but recherché par Toph. Non. Je vois pas d'où vous avez eu cette idée.

Spoiler:
 




Dernière édition par Hyûga Toph le Mer 8 Aoû 2018 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 8 Aoû 2018 - 17:34




護送 - Laver l'affront



« Yare, Toph. »

◐◐

L’indigène était parvenu à attirer l’attention de l’auberge l’espace de quelques secondes, tous se turent dévisageant avec dédain le ressortissant de la faune. Sans même demeurer davantage attentif à la demande de l’Iwajin, le groupuscule nichant en ces lieux reprirent leur activité auxquelles ils s’adonnaient. Ceci tout en faisant preuve d’un culot et d’un cruel manque de considération à l’égard de l’émetteur au faciès peinturluré.

Face à cette situation, le Jônin fronça légèrement les sourcils, serrant simultanément ses puissants poings veineux en guise d’irritation. Il inspira puis expira, relâchant un bref soupir, prenant donc sur lui au lieu de laisser son sang bestial parler pour lui. L’apprentissage martial lui avait appris à maîtriser ses pulsions primitives, contenant de ce fait, ses envies naturellement irrépressible de laisser de violences et de barbaries à la moindre désillusion.

Le Yaoguai marcha en direction du tenant des lieux suite à son interpellation, victime d’un handicap l’empêchant de dialoguer oralement. L’homme d’âge mûr, tenta tant bien que mal de répondre au sauvageon au moyen de sa gestuelle, lui présentant divers paperasses, parsemées de contrats et de tâches insignifiantes en tout genre.

« Vieil homme, ai-je l’air d’un vulgaire mercenaire ? » Demandait le chasseur perplexe.

Son échange avec le propriétaire fut avorté via Toph qui cédait à l’énervement devant la nonchalance des personnes évoluant la pièce principale. Celle-ci s’affichait particulièrement agacée de la non réaction des individus qui agissaient comme s’il n’était de rien.

Senku observait son élève, mais aussi chacune des personnalités ici présente, essayant de tirer profit de l’animosité provoquer par l’Hyûga pour sonder la réaction de chacuns des clients.

« À votre place, je ferais immédiatement ce qu’elle demande. Elle n’en a pas l’air mais elle est très forte, bien plus que vous ne le serez jamais. » Ajouta l'Ostrogoth d'un air narquois.

L’autochtone vantait les mérites de son disciple, s’attendant à une démonstration de force de sa part. Le Tengu apparaissait satisfait de la jouvencelle, grâce à elle, un individu en particulier attisait sa curiosité, ne prenant pas part au brouhaha frénétique de la salle principale.

Il s’empara des fiches de l’aubergiste et se rendit dans la pièce dédié à la détente, l’ambiance y était bien plus reposante et silencieuse. S’asseyant à la table en face, il posa ses yeux avec insistance sur celui qui se situait droit devant lui. L’expression sur son visage restait impassible, zieutant l’atour singulier de cet homme qui lui paraissait plus que suspect.

Pour quelles raisons figuraient-ils dans la liste de suspect du corbeaux montagnard ? Tout simplement car les personnes nichant dans la pièce à proximité ne correspondaient pas au profil recherché. Quelqu’un qui prenait le dessus sur un individu tel que le Collectionneur se devait d’agir différemment qu’une personne lambda.

Les brutes et les soûlards n’avaient aucune chance d’établir avec tant de dextérité et de furtivité, un tel larcin. Seul un expert en la matière pouvait y prétendre. Son air malicieux, de même que son atour sensiblement dérobé, relevant de la haute société, dénonçant avec véhémence le fait qu’il était étranger et par conséquent non originaire des contrées de Tsuchi.

« Il faut de l’audace et être doté d'un certain ego pour ainsi trahir la confiance du Collectionneur. J’avoue y avoir moi même songé. Vous êtes le seul apte à me répondre dans ce trou à rat, voyez-vous un quelconque suspect parmi ces avis de recherches ? Personnellement j’en vois un, mais, il ne figure pas sur ces papiers, curieux n'est ce pas ? » Émis Senkū un tantinet moqueur.

Le guerrier balafré avait prononcé ces mots en jetant les papiers que l’aubergiste lui avait donné sur la table de l’homme au couvre-chef. Lui demandant ironiquement son avis sur le sujet alors qu’en réalité, il s’en contre fichait royalement.

« Urusai*. Garde ta salive et suis-moi dehors, nous devons parler. » Ordonnait-il sévèrement.

Ta gueule.*

Sa demande même si elle en avait tout l’air, n’en était pas une, loin de là. Interpellant Toph d’un signe de la main sans pour autant lâcher son suspect du regard, il fit signe à l’adolescente d’escorter l’homme sournois et mystérieux en dehors de l’auberge sans émettre un mot.

Résumé:
 




_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Mer 8 Aoû 2018 - 22:50


La colère de la petite boule de nerf a au moins le chic de déranger les personnes assises autour de la table. Des regards incompréhensifs les prennent tandis que certains se mettent à mâcher du tabac bon marché, de ceux que l’on ne retrouve que chez les petites gens. Donnez une réponse ? Et comment ? Répondre au caprice d’une enfant qui a tout eu dans sa vie, ses yeux témoignent de la chose, ses parures aussi. La bande déjà assez saoul comme cela se contentent de s’excuser et de continuer comme ils le peuvent leur partie de carte sur le sol. Pourquoi et comment se défendre face aux puissants qui s’en prennent aux faibles ? Allures de bandits, vies menées par l’iniquité. L’habit ne fait pas le moine, peut-être que cela pourra servir de leçon à l’avenir à la petite Hyûga Toph ? Seul l’avenir nous le dira.

Senku quant à lui a réussi à se contenir et se servit de la force des mots pour laisser transparaître ce qu’il ne souhaitait pas exprimer par la manière dont il sait le mieux le faire : par la puissance brute. Sans aucun doute un enseignement à tirer pour l’élève malgré l’encouragement du membre talentueux des assassins de la Roche. Devant l’homme aux airs louches, le sauvage s’exprime. Le bien-né se permet un petit rire faussement masqué derrière son mouchoir de fortune. Étrangeté. Et alors que le sombre de cheveux ordonne, le mesquin se lève immédiatement et se place au garde-à-vous de manière un peu trop théâtrale.

Sans faire de chichi, sans dire un mot, il suit alors son escorte dehors. Une fois à l’extérieur, il retire son chapeau afin de dignement saluer ses nouveaux amis et c’est bel et bien une calvitie de qualité qu’ils peuvent contempler sur son crâne. Un crâne sur lequel certains tatouages sont apposés, art ancestral des Meikyû. Encore que pour le savoir, il fallait en connaître. Ou alors être savant.

Que puis-je faire pour vous aider ?



Vous exprimer.

Dire que c'était un prank.

Autre chose.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 9 Aoû 2018 - 14:08
Ils murmurèrent des excuses avant de se remettre à jouer, au sol. Sans déconner ? SERIEUSEMENT ? Bon, au moins ils s'étaient excusés, ce qui leur évita la volée des 64 giffles de Toph. elle eut un air de mépris pour ces vermines humaines, tout juste bons à subir, à être des sujets et lâcha simplement.

Pathétique.


Elle se détourna de leur sort pour se concentrer sur sa mission. La vision périphérique du Byakugan ne lui avait rien rêveler d'intéressant pendant sa démonstration. Les clients de l'auberge ne s'en était pas soucié. Son doujoutsu lui avait également permis de suivre les actions de Senkû. la kunoichi savait qu'il avait d'abord discuté avec le barman avant de parler avec quelqu'un en particulier. Par contre, son ouïe ne lui avait pas permis d'écouter ce qu'il s'était dit - ce qui était quand même un peu dommage. La princesse Hyûga se fit une note mentale de régler ce problème plus tard.

Elle vit que son maitre avait décidé pour sa part de s'entretenir avec l'homme bien habillé. Il sortit sans histoire et Toph suivit son maitre. Elle était intriguée. Il semblait parfaitement serein. Un peu trop, peut-être. Surtout après sa démonstration des arts ninjas. Toph ne s'estimait pas comme étant très imposante ni très puissante. Toutefois, un quidam bien habillé sans garde du corps qui assistait à ce genre de démonstration sans sourciller ? Soit il avait des couilles en acier trempé, soit il était dinguo, soit...

... il avait une assurance que rien ne lui arriverait. Ou qu'il pouvait s'en tirer contre des ninjas. L'un supposait qu'il n'avait rien à se reprocher et qu'il s'agissait juste d'une question d'attitude. Quand à l'autre possibilité, c'était qu'il était lui-même doué dans l'art du combat ou, au strict minimum, dans l'art de fuir les combats.

Cette seconde hypothèse fut confirmé à la kunoichi alors qu'il les salua en retirant son chapeau. Toph, un peu en retrait derrière son sensei, ne vit pas que les tatouages. Ses yeux percèrent un mystère en voyant le chakra y circuler.

Comme dans un parchemin explosif. Ou un sceau de stockage. L'expérience de Toph en fuinjutsu était limité, mais elle avait eu droit à quelques cours d'initiation à l'Académie. Elle avait vu des sceaux de ses propres yeux, avec et sans byakugan. Elle avait découvert que même sans son doujutsu d'activé, elle pouvoir voir ces sceaux. Avec ses yeux blancs en plein potentiel, il n'y avait aucun doute à avoir.

Un tatouage-sceau. Tiens donc.

Elle lanca un regard à l'Ostrogoth qui ne semblait pas spécialement être doué dans les arts sensoriels. Toph pouvait se tromper, mais elle se dit que cette information pouvait être vitale.

Les tatouages sont des sceaux. Application intéressante du fuinjutsu, mes hommages à l'artiste.


Un avertissement à Senkû, plus qu'une constatation. Le dicton shinobi disait après tout qu'un shinobi avertit en vaux trois. Toph n'avait jamais entendu parlé du clan utilisateur de tatouages, aussi ne savait-elle pas ce dont ces fuinjutsu étaient capables. Et tant bien même qu'elle voyait le chakra danser le long de ces runes, leur signification ou leur application lui échappait. En un sens, elle les sous-estimait. Elle pensait qu'il s'agissait de fuin défensif, anti-genjutsu ou de stockage. Son éducation dans les sceaux étaient, pour être honnête, très imparfaite. Cela allait certainement lui revenir dans la tronche tel un boomerang d'un guerrier de la tribu du pôle sud.

La jeune kunoichi continua, se disant que son maitre était peut-être moins à l'aise dans les dialogues et les discussions.

Mon maitre et moi-même rechercons un individu qui a fait récemment affaire avec le Collectionneur dans le coin. L'affaire a mal tourné le Collectionneur n'a pas été payé. Disposeriez-vous d'informations le concernant ?


Toph scruta l'Homme en particulier, mais s'autorisait de temps-à-autre de balayer les environs avec son doujutsu. Dès fois que quelqu'un prenait la fuite de l'auberge pendant cet interrogatoire, par exemple. Moi, en tout cas, c'est le genre de distraction que je ferais. Je créé un leurre et je prends la poudre d'escampette en catimini. Après, le Byakugan n'était pas absolu, et encore moins dans les orbites d'une très jeune kunoichi à l'expérience limitée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Lun 13 Aoû 2018 - 13:11




護送 - Laver l'affront



« Yare, Toph. »

◐Round 1 : Fight !◐

Ils traversèrent l’auberge jusqu’à la porte d’entrée et de sortie sous les regards perplexes et intrigués des personnes évoluant à l’intérieur. Le brouhaha et les rires s’étaient changés en de vulgaires chuchotements et susurres. L’aborigène quant à lui, constata suspicieusement le fait, que son suspect avait daigné trop aisément le suivre à l’extérieur.

Sans émettre un mot, le barbare montagnard sonda l’individu à l’atour luxueux de ses pupilles dorés. L’observant dans ses manières de politesses exagérées, leur interlocuteur retira son couvre-chef conique dissimulant son faciès mesquin, sur son crâne dégarni de chevelure, se dessinait des inscriptions sibyllines.

Le corbeau sourcilla à la vue de ces tatouages indéchiffrables, qui ne lui inspiraient par ailleurs, rien de bon. Fuinjutsu d’après Toph, celle-ci pouvait approximativement savoir de quoi il s’agissait par le biais de son dojutsu. L’homme qui se tenait devant le duo Hachiman apparaissait loin d’être un individu lambda.

Le flair du sauvage avait eut raison de le suspecter, et plus le temps s’écoulait, et plus cela ne faisait aucun doute pour le Jônin, qui se contentait de dévisager de son air neutre, le chauve malicieux tandis que son disciple prenait la parole.

« Discuter avec lui ne sert à rien. Je l’ai justement attirer à l'extérieur car il s’agit bel et bien de l’homme que l’on recherche. » S'exclamait-il en coupant court à la conversation entre Toph et le suspect.

Sans décroiser ses bras musclés et saillants, l’ostrogoth venait de mettre fin à ce qui s’annonçait comme un long échange entre les deux partis, n’étant pas spécialement fan de la tergiversation, particulièrement lorsque le tableau s’annonçait aussi évident.

« Yare, Toph. » Ordonnait fermement le Yasei à son disciple fougueux.

Fais-le*

Le chef d’escouade invita l’Hyûga à débuter les hostilités, certain des capacités de son élève à pouvoir malmener le mystérieux individu face à eux. Dans le cas où celle-ci se verrait avoir quelques difficultés, il n’hésiterait pas à la seconder ou même à prendre les devants du combat.

Il recula de quelques pas, laissant le soin à la princesse aux pupilles blanchâtre d'ouvrir le bal, après tout, c'était à elle que le Collectionneur avait octroyé cette missive. Aucun doute concernant le crâne dépourvu de poils de son opposant, ce dernier allait être parfait pour subir le courroux de gifles de la jouvencelle. Quant au Tengu, il épiait, stoïque mais concentré, si leur proie tentait de fuir, elle ne pourrait pas, le chasseur ne lui en laisserait aucunement l'occasion.


Résumé:
 





_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Récupérer le dû [Mission Collectionneur]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: