Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Yoshi Island [Pv Yoshi]


Mer 18 Juil 2018 - 15:45
Faites que ça ne soit pas pour le prêtre que j'ai punché l'autre jour, mais il l'avait bien cherché à vouloir lapider quelqu'un ! Ou c'est peut-être le pickpocket à qui j'ai pêté le bras lundi. Pris la main dans le sac, et il a faillit l'y laisser. Ou le mac des bas-fond à qui j'ai brisé le crâne... encore que celui-là n'a probablement pas été se plaindre huhuhu. En tout cas, je ne pense pas que ça soit une intervention de mes parents, ils n'oseraient jamais demander au Kage de me donner personnellement la fessée.

Toph stressait allègrement de rencontrer son supérieur hiérarchique. Elle ignorait que tout le monde avait été convoqué - ou que tout le monde le serait bien assez tôt. Pour le savoir, il eusse fallut qu'elle s'intéressât un peu plus aux autres shinobis. Du coup, dans sa petite tête de fille de treize ans, une foule d'idée saugrenues lui traversait la tête. La plus folle étant que Tenshi n'était pas le seul fils caché du Kage, et que Yoshi avait décidé de la nommer "Princesse d'Iwa". La deuxième plus folle, c'était qu'elle avait été sélectionnée pour aller étudier la magie dans une école cachée du monde moldu. Bref, elle s'était préparé à tout et à rien en même temps, car sa débordante imagination avait dépassée la fiction.

Pour sa défense, l'annonce d'inauguration du festival avait mis la barre des révélations assez haute ! Un fils perdu, un mariage, une maitresse dévoilée.

C'était donc habillée en kimono vert et jaune pâle qu'elle était arrivée. Un examen attentif pouvait apercevoir discrètement brodé à des endroits stratégiques l'emblême Hyûga mais ce n'était pas trop voyant, pour une fois. Ses parents ne l'auraient pas laissés partir du domaine dans une tunique qu'elle arborait habituellement, surtout si elle devait visiter un si auguste personnage. En soi, elle aurait pu se soustraire à l'autorité parentale avec juste une pointe de doton bien placée, mais elle n'était pas tout à fait dans son état normale. Elle était stressée par cette convocation. Autant aller casser des mâchoires c'était amusant, autant discuter avec quelqu'un de haut placé était une situation nouvelle et complètement mystérieuse. Dans la salle d'attente, elle activa son doujutsu juste pour être certaine qu'on ne lui jouait pas un mauvais tour. Que tout ceci n'était pas une vilaine blague ni un mauvais rêve. Enfin, la porte s'ouvrit.

Elle entra et fit une révérence parfaite, selon les us et coutumes Hyûga.

Bonjour, chef... heu, je veux dire ... Kage ? Excusez mes bafouilles, je n'ai pas... c'est ma première fois en présence d'un Kage. Enfin, je vous ai vu au festival, mais...


La jeune fille préféra arrêter le massacre là. Bravo Toph. C'est comme ça qu'on fait une super bonne première impression à ton top manager. Elle s'empourpa et essaya de reprendre le contrôle de sa respiration et, par extension, de son calme. Elle cessa sa révérence et regarda droit dans les yeux son kage avant de décider de se présenter. Comme ça, spontanément.

Moi, c'est Toph du clan Hyûga ! Enfin, vous le savez sans doute... vu que la réunion était plannifiée.


Elle commençait déjà à se calmer et utilisa sa vision périphérique pour devenir encore plus sereine. Voir la situation dans sa globalité était une technique de méditation connue et pratiquée par nombre de yogi, même en-dehors de son propre clan. Ce fut ainsi qu'elle remarqua le visage familier de Yoshitsune. Elle se remémora son discours. Le lien de parenté était indiscutable. Il y a un plus qu'un air de ressemblance avec Takumi-san. Mais il n'a pas le Byakugan. Cela se saura si c'était un Hyûga, c'est donc probablement la mère de Takumi qui devait être une cousine. Elle laissa cette pensée de côté. Le fils n'est pas le père, et inversément proportionnel. Elle était désormais en pleine possession de ses moyens, le stress initial était oublié et quelque chose d'autre en prenait désormais la place - le vide appelle toujours à être comblé.

Elle sentit une pression monter à sa tempe. Son coeur accélérait. Cette fois-ci, ce n'était pas du stress, ni de la peur. Un autre genre d'excitation montait dans les veines de Toph. De l'adrénaline, l'hormone du combat et sa drogue au quotidien. Je désire connaitre le guerrier devant moi. Se dit-elle. Le guerrier et non le politicien et encore moins le bureaucrate. Elle désirait savoir comment il se bastonnait, quel était son style de combat. Takumi aimait les katana, son père était-il également un épéiste ? Elle rationalisa que c'était pour savoir ce que valait son Kage, mais en fait, c'était basé avant tout sur son amour du combat.

Ha, le pouvoir de l'Amour !

En quoi cette modeste genin peut-vous être utile, Kage-sama ?


Elle pencha légèrement la tête sur le côté, curieuse. Un léger sourire se développait sur son visage tandis qu'elle observait son adv... heu son kage. Je me demande comment je pourrais m'arranger pour lui foutre une pèche dans sa poire de pseudo-Takumi. Il n'a l'air si fort que ça. Enfin, c'est quand même un Kage, il doit cacher son jeu. Je n'ai peut-être qu'un double devant moi, avec le vrai kage dans un bunker très loin d'ici. Elle fit un effort de concentration pour écouter ce que l'auguste personnage avait à dire et, surtout, elle pris soin de ne pas prendre par inadvertance une position de combat. C'est toujours compliquer de se battre contre son propre instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Dim 22 Juil 2018 - 23:58
Silhouette inconnue et constante – parmi les grands noms de la mémoire désincarnée
La sérénité paisible de ce sanctuaire -là où il élit désormais domicile à l’existence consacrée – l’écrase. Il se sent tout à la fois – tout petit et trop grand confronté aux fastes façades du rêve humain – face à ses responsabilités qui l'accable. C’est pourtant dommage qu’avec toutes ces guerres – on puisse pas plus apercevoir le soleil souverain.
Il pense alors aux déboires que devrait affronter son village, chose parmi tant d’autres dont il se chargera – pas grave – encore une chose qui peut finalement attendre.

Autour de toutes ces réflections, une pensée s’en va à sa chère et tendre épouse qu’il n’a plus vue depuis quelque temps. Il se questionne sur son état de santé et sur l’avancée des prépatratifs du mariage qui est à venir. Mutin, il sourit. Amusé, il repense à cette promesse éternelle qui les liera l'un à l'autre.

Et tandis qu'il se saisit du prochain dossier, il a le plaisir de tomber sur une autre Hyuga. A croire que les cousins de Takumi et Sanadare sont légion. Il parcourt alors ces fichiers – se perdant parfois entre ces lignes insaisissables dont la vague précision emporte tempétueuse ses certitudes abstraites ; il se raccroche aux arabesques des mots saccadés qu’éparpillent page à page toutes ces voix graphiques – le long des sentiers de papier mais depuis toujours à l’exception de Sun-Hi et feu Kanon les signes se faufilent entre ses doigts – et les marges se meurent entre ses paumes.

Automne des sens, tandis qu'il se meurt parcourir tous ses dossiers. Comment font-ils pour faire parler ceux qui n’ont pas de parole ? Même lui ne maîtrise pas toutes les magies.

Ici – le jour décline en défilé terni toutes les successions patronymiques que brandissent les étagères. Et distraitement – il songe ailleurs – fait voyager son index le long des souvenirs consignés dans cet espèce de cimetière – un peu trop vivant. Soudain – attrape par la main l’un de ces fantômes effeuillés prêt à hanter les esprits avec force poussière "depuis combien de temps on ne t’a pas rouvert, toi ?" se demande t-il.

Et – il essaye une fois de plus de jouer à se perdre entre les lignes serrées comme des liens…
se raccrocher aux arabesques des mots acérés (mais il y a déjà trop de signes en son âme pour qu’il (s’)entende penser)

Et alors qu'il s’apprête à reconduire le spectre éconduit au seuil de son mausolée que d’autres autorités ont frappé au(x) nom(s) des considérations alphabétiques, dans la brèche ouverte par sa curiosité – un éclat aux lignes argentées projette ses reflets précieux sur les parures atones des livres alignés
Entre deux classeurs anonymes – là où sommeillait tranquillement le recueil qu’il a l’intention de rendormir – l’ombre noble de sa dévotion à l’aimée se meut entre les grands Mo(r)ts

Il entend cette porte qui s’entrouvre. Et alors il observe cette jeune fille au allure de jeune homme pénétrer dans l'enceinte de son bureau. Yoshitsune prend ainsi le temps de l'analyser d'un mièvre regard, avant de l'inviter à s'asseoir. Comme il est drôle que d'entendre la moindre pensée de ceux qu'il côtoie, jamais il ne s'en lasse ; tout comme jamais les gens n'ont de cesse de le comparer au jeune Takumi.

- J'aimerais savoir jeune Toph. Quels sont tes ambitions en tant que Shinobi ? A quoi aspires-tu ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 23 Juil 2018 - 1:50
Ainsi vint la première question du chef suprême. Toph n'attendit même pas une seule seconde pour répondre très franchement à son supérieur hiérarchique la seule réponse qui lui semblait possible.

En tant que shinobi, je n'ai aucune ambition particulière.


Les enfants, ne faites jamais ça à un entretient d'embauche. Ce fut seulement après qu'elle ait achevé sa phrase que la jeune kunoichi se mit à réfléchir. Ce n'était peut-être pas la meilleure chose à dire à son patron, en fait, et elle s'en rendait parfaitement compte. Et pourtant, c'était la stricte vérité. Se doutant que le kage n'allait pas se contenter de ce genre de rétorque pauvre, Toph se décida d'expliquer davantage et, surtout, de développer ce qu'elle voulait dire par-là.

Être shinobi est un moyen, pas un but. Enfin, pour moi. Du coup, si j'ai des objectifs personnels, ils ne sont pas liés à la fonction de shinobi mais intrinsèque à ma propre personne.


Toph a eut une éducation très privilégiée au sein de son clan. Pour son âge, elle utilisait des mots très grandiloquents et peu usités par ses pairs de son âge. Elle avait rejoint le corps Shinobi avant tout pour se libérer de son carcan familiale. Après, ce n'était pas la seule raison, bien entendu. Disons qu'elle avait joint l'utile... à l'agréable.

J'aspire à devenir forte, à devenir une maitre des arts martiaux. Je me considère comme une Iwajin jusque dans la plus petite composante de mon corps. Je suis un rocher. Je suis une guerrière, une vraie, pas une mauviette. J'aime la baston, et je n'ai jamais autant l'impression d'être vivante que quand mon poing s'écrase sur la figure de quelqu'un d'autres. Si je peux casser des bras pour Iwa et être payé pour, tant mieux.


Elle croisa les bras et afficha un sourire, fière de sa réponse. Elle ignorait ce qu'en pensait son Kage mais imaginait avec sa conception profondément tronquée du monde qu'il devait être super impressionné par son professionnalisme. Elle ne s'imagina pas vraiment l'erreur de réduire l'art shinobi à la simple violence. Pourtant, elle était également capable de subtilité, d'espionnage et de manoeuvres intelligentes. Mais ce ne fut pas ce qui lui traversa l'esprit. Ce dernier s'exprima sur ce qu'il voyait comme étant le principal et se perdait un peu en chemin.

Pour parfaire ma réponse, j'ajouterai que j'ai hâte de faire manger aux Kirijins leurs dents, par pur rétribution. Et idéalement, j'aimerais me battre avec tous les guerriers aguerris d'Iwa. Amicalement, bien sûr. Je sais que casser des bras d'Iwajin ne peut m'apporter qu'un tas d'emmerdes. Je suis violente mais pas conne.


Elle fit un sourire comme seule les petites filles de treize ans savaient faire. Un sourire plein de fausse innocence.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 25 Juil 2018 - 20:17
L’ombre d’un sourire s'immisce doucement mais surement sur le visage du patriarche Nagamasa. Après tout qu’était un guerrier ne répondant pas à l’appel guerrier ? Et à entendre le discours du jeune soldat en face de lui, il est clair que Toph possède cette étoffe ; souriant à la moindre injonction lui étant donné comme capable de la contester d’un simple coup de poing. Toujours est-il que la vision de Toph n’était pas réellement en accord avec la définition que Yoshitsune se faisait d’un shinobi ; mais pas non plus en désaccord - elle était là en parfaite harmonie entre les deux, prête à en découdre

Ce ressentiment qui semble animer le moindre de ces pores n’est pas inconnu à l’enfant du Fer qui su le dompter durant son enfance, passée à outrepasser les lois que lui eût imposées son propre paternel.
C’est celui-ci d’ailleurs maitrisé que, Yoshitsune entama en réalité ce qu’on nomme la vie. Il est vrai qu’il en surgit quelque chose de tout à fait surprenant, pour ne pas dire indicible. Un destin qui vint et qui viendra tôt ou tard défier toute imagination.

Nul n’est immuable ou armé de pied en cape, c’est à pas mesuré que chaque shinobi s’avance peu à peu vers sa destinée. Et actuellement Yoshitsune se questionnait sur cette destinée qui virevoltait autour de la jeune Kunoichi. Serait-il radieux ou bien hardi, rempli d’affrontement plus titanesques les uns que les autres.

- N’as-tu pas peur de mourir sur le champ de bataille, Toph-chan ? Après tout ce n’est pas un endroit réputé pour être joyeux tu sais.

Yoshitsune s’élève, quittant momentanément son siège et laisse tranquillement son chakra prendre place dans l’atmosphère. Il laisse transparaître son chakra assez longtemps pour que Toph puisse prendre conscience de ce qui se cache par delà les terres de la Roche ; tandis qu’il s’avance avant de tapoter sympathiquement sa tête.

- Il est vrai que certaines personnes ont l'impression d'être vivante que lors des affrontements qu’ils mènent, comme mon frère Koga. Toutefois cette “mort” n’a rien à voir avec la véritable faucheuse. Préserve t-en le plus possible. D’accord ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 26 Juil 2018 - 0:31
Le kage écouta avant de se lever de son bureau. Il posa quelques questions avant de composer une technique futon qui remplit la pièce d'une pression invisible. Toph eut d'abord l'impression que l'air était devenu aussi lourd que de la brique. Puis, assez rapidement, elle se rendit compte que c'était juste une pression sur ses poumons. Elle pouvait respirer tout à fait normalement.

Lorsqu'il eut finit, elle réfléchit quelques instants. La poitrine lourde, sa respiration était de-nouveau normale avec un minimum d'effort.

Elle serra ses poings, sous le bureau du kage. La jointure en devint presque blanche, puis elle s'autorisa à les déserrer. Elle regarda droit dans les yeux son kage. Byakugan contre ses pupilles à lui.

Pour être honnête, j'ai plus peur de mourir dans mon lit, mariée à un homme de ma propre famille que je n'aime pas, et avec pour seul accomplissement dans ma vie d'avoir générée une tripotée de doujutsu sur pattes. Etre shinobi est le moyen d'éviter ce but, précisément.


Car c'était bien, en des termes péjoratifs, le sort que lui réservait ses parents. La branche principale mariait dans la famille, pour conserver le Byakugan le plus pur et le plus puissant. En tant que fille d'un membre influent de la famille, elle avait été conçue dans le but de forger une alliance de par son mariage. Elle, un pion dans l'échiquier de la politique interne Hyûga.

Elle, guerrière dans l'âme et dans le sang, il n'y avait pas de pire punition. Non, elle avait choisit sa vie dans un acte de rébellion ouverte, et en quelques sortes, sa mort. Qui vit par le kunai périt par le kunai.

Mais sinon, pour vous rassurer je suis violente mais pas conne. J'aime pas me ramasser des baffes. Je préfère largement les distribuer.


Petit sourire espiègle.

D'ailleurs, j'ai envie d'en balancer une là. Non, en fait, trois baffes, précisément. Pas une de plus, pas une de moins. Je peux essayer ?


Son sourire devint carnassier. Après tout, combien de fois dans ma vie je pourrais demander ça au Tsuchikage ? Elle avait son plan en tête. En trois attaques elle se pensait capable de toucher le kage. Bon, comme c'était un peu l'homme le plus important du village, elle s'était dit que lui demander la permission c'était pas plus mal.

Histoire d'éviter d'être tuée par un de ses gardes par mégardes.

Après quelques secondes, elle se rendit compte qu'elle avait oublié quelque chose de super important. Après tout, c'était une fille bien élevée, de la haute société.

... S'il vous plait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Sam 28 Juil 2018 - 2:42
Il y’a ces secondes qui font saccader la nuitée, ces secondes où Yoshitsune songe morosement à un moyen de sauver la jeune Toph de cette destinée absurde vers laquelle le clan Hyuga finira par l’orienter.

L’homme de sagesse apparaissait totalement plongé dans ses pensées, plusieurs questions défilant dans son esprit hermétique suite aux événements tragiques abattu sur feu Takeshi Hyûga Il fut brusquement, tiré de ses rêvasseries chimériques par le biais de ce Genin qui se tenait là devant lui, lui indiquant ses désirs enfantin que de se confronter à plus puissant que soi.

Quand bien même un bref échange avait eu lieu entre le Kage et le genin, croisant les bras, Yoshitsune ne put s’empêcher de s’esclaffer ; voire même s'époumoner devant un tel comportement dérisoire.

Or et argent se confrontèrent dans un échange de regard grisant, et ce fut de par le biais d’une douce brise que le coup d’envoi de l’affrontement avait été donné. Les battements qui saccadent ses poumons noircis, des idées noires inhalées ; exhalées

Dans un élan magnanime, l’homme aux allures de samouraï se contenta d’observer le jeune Toph avant de lui faire signe d’approcher.

- Essaye donc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 28 Juil 2018 - 23:09
Le Tsuchikage éclata de rire à sa demande. Toph ne savait pas trop ce qu'elle devait en tirer comme conclusion. Etait-ce une bonne ou une mauvaise chose ? D'un point de vue positif, elle n'était pas encore jetée en prison. D'un autre point de vue... est-ce que le Kage prenait au sérieux son envie de se mesurer à l'apex Guerrier d'Iwa ? Il fallait croire que oui, vu qu'il accepta sa requête tout en faisant signe de s'approcher.

Le coeur bondit dans la poitrine de Toph. Toujours prête à affronter des adversaires plus forts qu'elle, la kunoichi ne risquait pas grand chose et voulait justement tester un enchainement. Elle joignit ses mains sur le bureau de son Tsuchikage - comme pour les mettre expressément en évidence. Une fausse piste, mais cela le kage le découvrirait très rapidement.

Chic ! Merci pour la permission. Et désolé pour votre bureau.


Le premier coup de pied fut pour le bureau. Toph se releva simultanément tout en étendant sa jambe. Du chakra parcourut son membre lorsqu'elle heurta l'imposant mobilier. L'impact du pied s'incrusta dedans, mais ce n'était pas l'effet principal recherchée. La proximité avec son pied lui permettait d'utiliser la pleine capacité de projection de sa technique. Sauf qu'à la place de projeter un adversaire au loin, contre un mur ou au sol... Et bien, ce fut le bureau qu'elle projeta sur son adversaire, dans un tourbillon de chakra duquel tombaient des feuilles de papier comme des feuilles d'arbres en automne.

Avec un peu de chance, cela serait la première fois que le Tsuchikage voyait une paume du Hakke produite avec autre chose... que la paume.

Continuant sur sa lancée, Toph se laissa choir au sol. Agenouillée, elle était véritablement petite. Elle porta son second coup.

Le second coup de pied fut pour les jambes du Tsuchikage. Une certaine distance les séparait, aussi ce coup-là n'aurait pas le même impact que ce que le bureau avait subit. Le but ici n'était pas de projeter le Kage. Non, le but était de le déstabiliser. La façon la plus classique pour cela est de frapper les jambes - la fondation de n'importe quelle posture. La vague de chakra accompagna le coup de pied de Toph et rasa le plancher, parallèle au sol, pour attaquer le bas des jambes de Yoshitsune.

Déposant le même pied qui servit à l'attaque au sol, Toph se releva dérechef et bondit en direction du kage et frappa le vide devant elle. Le dernier coup fut un coup de poing dirigé sur sa tête. Accompagné de chakra, encore une fois, pour délivrer cette attaque à distance.

Trois attaques - car c'était bien ce qu'elle avait demandé, trois baffes. Trois paumes du Hakke, en une simple et sacro-sainte trinité. Pas une de plus, pas une de moins. Ce n'était pas les techniques les plus puissantes du monde, mais ce qu'elle manquait en capacité de destruction, elles compensait par une certaine polyvalence. Une distraction qui ferait également office d'écran pour camoufler ses prochaines attaques. Une déstabilisation au niveau du sol, basse. Une attaque aérienne, haute. Les conditions optimales pour porter un coup à un adversaire ayant nettement plus d'expérience, de technique et de puissance.

A vrai dire, c'était la seule façon à Toph d'arriver à son objectif : celui de toucher le Tsuchikage. Si au terme de cet assaut elle n'y arriverait pas, c'était que le fossé la séparant du chef militaire d'Iwa était encore trop important. Elle s'arrêta et fit un salut à son kage pour montrer qu'elle avait finit son enchainement.

Alors, vous en pensez quoi ?


Elle hésita à se rassoir. Elle se retourna et constata que dans sa fougue la chaise s'était renversée un peu plus loin dans la pièce. Hum. Un peu embêtant de voir ce bordel dans le bureau du Tsuchikage. Toph soupira, sentant venir la mission de rang D "Range-moi ça."


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646

Mer 1 Aoû 2018 - 12:12



Cette nouvelle génération de ninjas était véritablement surprenante. Affronter le grand Yoshitsune ? Qui était assez cingle pour daigné lui tenir tête ? Vraisemblablement, Toph. Et il rit sincèrement à l’entendre s’enjouer de la sorte. Mais que tout cela soit clair, Yoshitsune ne voyait pas en lui un adversaire décent mais plutôt un jeune cadet qu’il fallait impressionner.

A vrai dire, depuis qu’il était devenu cet ombre du Village, il n’avait que trop de fois réfléchi au rôle de ce dernier ; trop de fois il avait pensé qu’il était normal que les genins craignent sa force. Et pour parfaire sa mission il n’avait pas d’autre options que d’agir différemment de son prédécesseur. La discipline est mère de succès. Dépossédé de la plupart des ninjas de cette génération incroyable dont il était issu, Yoshitsune et village se devait, afin de reprendre ses racines, de faire correspondre ses troupes avec une structure claire, lisible et optimisée. La création d'équipes serait un point essentiel de ce programme qui incombait le Tsuchikage, et il ne comptait pas se dérober à cette tâche qui, bien que chiatique, permettrait à la roche d'accroître exponentiellement sa puissance de frappe et la qualité de ses défenses et de ses interventions.

Mais Yoshitsune devait également montrer pourquoi il était le Tsuchikage, alors il observe les manigances du jeune Toph qui tente tant bien que mal de le frapper ; dans un premier temps l’enfant du Fer prit soin de sauter afin de découper la table qui se ruait sur lui puis esquivant l’offensive que Toph lui portait depuis le sol ; il en profitait pour composer les nombreux mudras de son jutsu fard. Tout cela s’orchestra très rapidement. Si rapidement que l’espace d’un instant tandis que le visage du genin s’approcha de celui de Yoshitsune, le temps fut comme figé.
« Intéressant cette utilisation du Juuken toutefois ça ne suffira pas, Toph. »

L’ombre de la terre se mit à sourire et subitement un cataclysme de vent vint se saisir de la zone. Balayant tout sur son passage, allant même jusqu’à ravager les murs, le sol. Une courant implacable en somme qui semblait repousser Toph au loin.

« Tu n’oublieras pas de venir ranger mon bureau Lundi hein ? » Scande t-il tandis qu’il regarde Toph s’envoler au loin.



Informations:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Yoshi Island [Pv Yoshi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: