Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Flocon de neige - Rakka


Mer 25 Juil 2018 - 3:33
Les dossiers de trésorerie prenaient du retard depuis que j'étais devenu genin dans le village, en effet, mon frère ayant perdu son assistante, au fil du temps ça s’accumulait, ne se géraient plus avec assez de fluidité… Ce matin-là j'étais donc retournée l’aider le temps qu’un remplaçant me soit trouvé pour le seconder. Mon premier dossier se réglait facilement, le second allait demander un petit déplacement, c’était donc avec tous les documents de successions en main que je me rendais vers le domicile de mon (feu?) client. Le domaine Yuki n’avait pas été difficile à trouver, il était surprenant qu’un clan de Kiri ait pu avoir assez d’influence d’ailleurs pour cette chose naisse ici, mais si le chef (?) de ce clan assez riche pour faire partie des clients de ma famille, rien de surprenant. C’était donc en visite officielle que je me présentais aux portes de la demeure, une pile de dossiers bien visibles entre les bras. Une jeune demoiselle ou peut-être même une petite fille, fut alors la seule à se présenter à l'entrée pour me recevoir. Elle devait se demander ce que je faisais là et me rappelant des lignes du dossier, je supposais raisonnablement qu’il s’agissait de l'héritière, Rakka Yuki ? Après un salut respectueux et m'être présenté avec mon nom, prénom et la qualité de notaire avec laquelle je venais vers elle, je passais aux interrogations d’usage.

_”Je dois régler un dossier en retard concernant la succession de Yuki Rakka, vous même j’imagine, permettez-moi de vous présenter toutes mes condoléances pour le drame qui vous touche, aucun mot ne saura être suffisant, mais ma compassion est sincère.. “
Je lui avais dit ça avec sincérité, c’était vrai, moi même ayant subi le deuil parental à son âge, je sentais une certaine empathie à son sujet, mais je me devais de rester professionnelle. “Puis-je rencontré votre tuteur légal mademoiselle pour discuter des formalités administratives ?”

Une enfant de cet âge ne devrait pas avoir à se soucier de ce genre de chose, ni même à en parler. Peut être que c’était l’heure de la journée qui m’avait donné cette sensation, mais l’endroit me semblait comme vide, presque mort lui aussi. C’était peut être d’avoir perdu le maître de maison qui avait ainsi volé l'âme des lieux, bref, ce n’était pas très gai, mais rien de surprenant. Bras croisés sur mes dossiers, sur le pas de la porte, j’attendais les instructions d’une gamine qui était le principal sujet de ma visite, ironique non ? J'espérais qu’elle avait au moins eu la chance comme moi, à la mort de son père, de tomber sur un tuteur compétent voulant s’assurer de son bien et celui de ses biens… Vous seriez surpris de voir comment l’argent pouvait changer les gens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 25 Juil 2018 - 8:57
Ce matin-là, Rakka s’était installée dans la cour de son domaine pour lire sous le soleil estival. Enfin, lire… Elle connaissait chacun de ses ouvrages par coeur et les feuilletait plus pour retrouver les souvenirs de ses instants qu’autre chose. Combien de fois s’était-elle couchée ainsi, le soleil couvrant son corps, pour attendre la fin de la tâche de sa mère ou le retour de celui qu’elle appelait son père ? Elle tournait une nouvelle page après avoir vaguement observé une illustration de chimère quand une visiteuse s’annonça.

Prise de court, l’enfant ne referma pas son livre et laissa là les quelques recueils de culture. Elle se leva, se débarrassa de la poussière gâtant sa tunique et alla ouvrir la porte non sans avoir, au préalable, extériorisé son chakra de senseuse. Posant la main sur le battant, elle cherchait à mettre un nom sur ce chakra avant de découvrir le visage de la perturbatrice. Sans lui être familière, il y avait une impression de déjà vu, sûrement une villageoise dont elle avait survolé la signature en jouant avec Sanadare.

“Bonjour, Chôkoku-san...répondit-elle mécaniquement sans trop comprendre après la présentation de la notaire.

Elle avait répondu par cette gestuelle d’usage si profondément ancrée en elle, impossible de s’en départir, qu’importait son état. Elle l’écouta ensuite et se rembrunit au fur et à mesure que la kunoichi s’avançait dans les raisons de sa venue. Crispée, Rakka demeura impolie devant la porte, sans même penser à faire entrer sa visiteuse. Elle n’en avait pas envie.

-Je n’en ai pas, répondit-elle sèchement à la requête de l’employée.”

Méfiante, l’agressivité montait doucement chez l’orpheline. Ses pupilles dorées affrontaient les iris écarlates de l’administrée : pourquoi venait-elle ici ? Réellement ? Peu habituée à ce que l’on vienne jusqu’à son antre depuis la mort de son père et la désertion de sa tante, la fillette ne pouvait faire taire sa voix intérieur.

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Mer 25 Juil 2018 - 16:06
Toujours sur le pas de la porte, je pouvais sentir le malaise qui s’installait. La gamine n’était pas contente de me voir, compréhensible, je venais remuer de mauvais souvenirs, mais je n'étais pas la pour ça, mais plutôt en qualité d'allié au fond, alors quand elle annonçait dessèchement ne pas avoir de tuteur légal je grimaçais. Cette affaire qui semblait toute simple allait être tout à coup un vrai casse-tête. Puis cette façon de me fixer dévoiler une frustration que je ne connaissais que trop bien. Celle de se sentir comme un chiot abandonné dont des gens peuvent disposer en adoption ou décider de laisser trainer les rues au petit bonheur la chance de son avenir. Reprenant un visage neutre, puis souriant, je prenais un instant pour feuilleter les premières pages de son dossier. Son âge apparaissait rapidement, aucune chance d'émancipation, l’impasse qui me demandait quelques secondes de réflexion encore avant de reprendre la parole.

_”Vous avez once ans n’est-ce pas Yuki-san ? Vivez-vous seule ici depuis ? “ Je relevais un sourcil un peu inquiète que sa réponse soit positive, mais que foutait ce village bordel ! “ Je ne doute pas de vos capacités à être autonome et vous débrouiller seule, mais avez vous déjà eu le temps d’apprendre ce qu’était une charge administrative? Gagner sa vie et survivre c’est bien, mais la vie d’adulte demande de gérer des impositions dues à la vie ou village et aux possessions. Je suis venue vous délivrer un héritage conséquent, j’ai le devoir moral envers votre père qui m’avait confié la tâche en cas de malheur de m’assurer que vos intérêts seront le mieux défendus possible. N’avez-vous pas une personne de confiance que nous pourrions aller trouver pour régler tous ses détails ?”

Aucune chance que je bâcle mon travail au point de poser quelques documents entre les bras d’une enfant qui n’y comprendrait rien juste pour classer l’affaire. Selon son sens de la coopération qui plus est, cela pouvait bien et vite se finir, encore fallait-il qu’il reste de la famille ou des connaissances de cette dernière à cette petite fille. Dans ce cas, pourquoi personne ne l’avait encore prise sous son aile ? Selon mon rapport, la mort ne datait pas d’hier… Et si elle s'entêtait ? J’imaginais qu’il faudrait remettre cette histoire entre les mains du Kage pour qu’il lui assigne un tuteur d’office, chose que je voulais éviter, elle pourrait tomber sur n’importe qui et pas quelqu’un de forcément bien intentionnés.

_”Je suis la pour aider comme votre père me l’avait demandé en cas de malheur. Voyez-moi comme une amie que vous ne connaissez pas encore Yuki-san.”

Essayons déjà de briser la glace...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 25 Juil 2018 - 17:55
Retenant la tension dans sa main, l’enfant se faisait violence pour ne pas refermer la porte au nez de l’intruse. Qu’est-ce qui la retenait ? Cette impulsion de savoir vivre profond que lui avait insufflé sa mère et qui se voyait pour une fois maintenu à flot par le civisme de son interlocutrice. Rakka n’avait pas vocation à être méchante, au contraire même. Elle ne comprenait pas ce démon qui la poussait à l’agressivité, mais qui se voyait adoucit par l’excavation de souvenirs étouffés d’avoir trop pleuré.

La fillette délia ses doigts, rafermit sa prise et fixa plus attentivement cette dame : elle était la première à lui parler de son père depuis sa disparition. C’était quelque chose qui, au-delà de leur ressemblance fortuite, avait de quoi monopoliser son attention pour quelques instants.

“Depuis le printemps, oui, approuva-t-elle après avoir hoché la tête. Qui voudriez-vous que j’héberge ? piqua-t-elle ensuite comme pour ne pas reconnaître sa solitude.

Diao poursuivit, alignant des mots qui entravaient élégamment les démons sifflant aux oreilles de la jeune fille. La Chôkoku parlait comme elle, comme sa mère, un phrasé aimable qui donnait un sens à ses paroles, un sens qui la tenait en haleine au fur et à mesure de son discours. Cependant, la joie éphémère succéda à l’angoisse, à la peine...cette réalité aussi implacable que les feuilles que la kunoichi tenait dans ses bras était ainsi : son père, malgré toutes ses promesses, avait prévu de la quitter. Cette cruauté marquait son coeur d’enfant plus que le soin avant-gardiste que pouvait mettre les adultes dans leur amour. Trop jeune, trop tôt, elle ne pouvait tout comprendre, mais répondait puisque c’était la seule chose qui lui restait, une voix propre pour se faire entendre maintenant qu’elle était seule.

-La dernière personne de confiance qu’il me restait était Akimoto-sensei.

Cette simple phrase, presque sifflée par la peine et la colère, suffisait à dévoiler l’ampleur des dégâts sur l’émotivité de la fillette. Personne parmi ceux qu’elle chérissait ne s’était inquiété de laisser une enfant de onze ans livrée à elle-même, pourquoi cette inconnue s’en souciait ? Pourquoi aujourd’hui ? Quand elle écouta la suite, Rakka explosa.

-Mon père aurait mieux fait de se concentrer sur le fait de rester en vie au lieu de préparer sa mort ! Si vous étiez son ‘amie’, vous lui auriez fait comprendre cela !”

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Mer 25 Juil 2018 - 21:12
Hum… Cela allait être aussi terrible que je l’avais ressentie au fur et à mesure, comment personne n’avait pu se soucier d’elle ? En toute une saison, personne de censé dans ce village n’avait eu l'idée de lui porter un bout d’attention ?! La colère me gagnait, mais je la refreignais, elle n’était pas dirigée envers cette petite demoiselle courageuse, mais bien envers le ramassis d’incapables d’adultes de ce village.

_”Le Nindaime n’est pas fiable, il n'a pas été dénué de ses fonctions pour rien, il ne pourra pas remplir cette tâche.”

On pouvait sentir la sévérité de mon jugement sur lui, quel genre de sensei aurait abandonné à son sort son élève dans une tâche aussi dure, pour aller s’occuper avec allégresse d’un bar dans notre cité. Incroyable.

_”Puis je n’aimerais pas que vous finissiez comme sa dernière protégée.”

L’histoire était tristement célèbre au village. Chez nous encore plus, la petite amie de mon frère étant la feue Hyuga. Mais pour l’heure, il fallait régler son amertume compréhensible concernant ma fonction et la prévention de son père, c’était à la fois triste et amusée que je me retrouvais moi même des années en arrière devant mon oncle impassible devant toute ma haine pour la situation.

_”Il n'a pas désiré vous quitter, à la base, notre cabinet l'assistait dans ses prises de décisions monétaires, car ma famille est implantée depuis longtemps dans la roche. La prévention qui m'amène ici n’est pas réellement préméditée dans son départ, elle fait partie des services d’ensembles dirons nous. Les services administratifs sont lents, je suis désolée de ne pas m'être présentée plus tôt. Et si nous marchions un peu pour rejoindre une table avec un chocolat chaud ou une glace, ça nous aiderait surement à mieux réfléchir.”

Et à elle a soufflé un peu sur tout ce que je venais de lui dire. De son jeune âge, elle ne devrait pas avoir à se soucier de ces choses la. Patientant pour voir comment elle prendrait cela, j’envisageais fissa de l’emmener sur une terrasse pour un entretien moins solennel qui je l'espérais, allait désamorcer un peu la situation.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Ven 27 Juil 2018 - 18:24
“Nidaime, corrigea la fillette.

Sourcils froncés, corps raidi, Rakka conservait les traces de sa soudaine montée de colère. Qu’importait ce qu’il n’avait pas fait, Akimoto avait suscité son admiration avant de la laisser ainsi et Rakka n’était pas des plus tolérantes par les temps qui couraient. Il était un shinobi qui avait fait ses preuves, lui au moins, au contraire de la donzelle dont l’identité ne trouvait aucune résonnance autre que celle inhérente à son clan. Pourtant, elle baissa les yeux à l’évocation du décès d’une femme qui avait compté pour la fillette. Sanadare lui manquait malgré leur premier contact assez peu conventionnel.

-Pourquoi parlez-vous ainsi ? demanda finalement Rakka d’une voix grave.

Elle sentait les griefs de la Chokoku, ses mots inavoués derrière ses sous-entendus. C’était là quelque chose qu’elle avait mis du temps à comprendre, mais la petite Yuki ne pouvait plus être dupe face à ces proces. Diao reprit et Rakka affronta son regard. Des faits, du matériel, elle voulait en discuter calmement et l’enfant, bien que méfiante, se poussa finalement pour laisser entrer son homologue, les sens aux aguets.

Pensive, la petite réfugiée accueillit sa première visiteuse depuis de longs mois et la problématique de représentait le protocole d’usage en la matière peinait à se remettre en place. Comme si les rouages sculptés par sa mère se dégrippaient, l’illégitime sentait son esprit se calmer et son corps retrouver ces gestes réflexes travaillés par tant d’années d’étiquette. Elle était plus sereine ainsi, plus souple, plus ouverte et laissa la kunoichi prendre place sur la terrasse de bois bordant la cour portant encore les affres de son entraînement matinal.

-Je n’ai pas de chocolat chaud, seulement du thé, indiqua-t-elle poliment avant de se laisser aller à un excès mesquin. Mais si vous voulez de la glace, servez-vous, acheva-t-elle en embrassant de la main les constructions fondantes ornant son jardin.”

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Dim 29 Juil 2018 - 14:05
Pourquoi lui parlais je ainsi ? Qui à part moi aujourd’hui prendrait la peine de le faire ? C’était la toute la question. Et le problème aussi.

_”Parce que tout le monde sait que l'autorité du roux était défaillante et que j’aspire à mieux pour vous, en plus de ne pas pratiquer la langue de bois.”

C’était dit, elle saurait à quoi s’attendre en m’invitant sous son toit, je n’allais pas la caresser dans le sens du poil pour lui faire plaisir, ce n’était pas mon genre, pas même pour ménager une enfant, certaines choses devaient être dites telles qu’elles étaient, comme pour le Nidaime par exemple. Mais je pouvais comprendre son attitude, son reste d’affection, visiblement, il ne restait plus grand-chose à la jeune Yuki et son âge de majorité était fort loin.

_”Merci pour l’invitation-de rentrer-.Un thé sera parfait merci, ceci est votre oeuvre Yuki-san ?” Désignais je amusée pour reprendre sa proposition glacée.

Tandis qu’elle était occupée comme une vraie maitresse du lieu, je feuilletais une dernière fois son dossier pour trouver un élément salvateur, mais à faire, la résolution se désignait peu à peu, devant le thé qui m’était servie, je tentais de rester le moins alarmante possible. Il fallait lui dire cela simplement et sans l’alarmer de préférence.

_”Une jeune demoiselle ne peut pas gérer toutes ces choses-là, nous en convenons toutes deux non ?” Entre deux gorgées, je lui souriais pour avoir l’air moins machinale. “ Techniquement, en l’absence de tutelle, je suis la gérante de votre capital.”

Vrai, on nous a mendantés pour cela après tout, tant ses finances pourront verser notre dû… Soit je laissais les caisses se vidaient, soit je m’assurais à l’inverse de les gonfler pour palier aux dépenses de mes fonctions, les siennes et conserver son capital laissé par son père. Oh je savais que trop bien ce que c’était de se faire voler son dû, comme mon tuteur l’avait fait avec moi. Pour mon bien il parait, mais j'étais sous son joug pour profiter de ma richesse, voyez-vous le genre ? Je comptais bien épargner cela à Rakka.

_”Vous serez donc ma pupille, terme désignant une sorte de filleule, aussi longtemps que nous mettrons à trouver un membre de votre famille de confiance ou bien que vous atteignez votre majorité.” Nouvelle gorgée. “ Je gère à partir de maintenant tous les détails financiers et administratifs de cette maison, au moindre problème, venez me voir. Par la même occasion…” Était-ce là une offre bien raisonnable ?... “ Je me tiens à votre disposition pour tout le reste aussi. Tant qu’à faire.” Nouvelle gorgée. “ Commençons par la base, comptez-vous vivre ici malgré l’absence d’un adulte ? “ La négociation sera dure à ce sujet. “ Et ensuite, j'écoute vos éventuelles questions.”

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Ven 3 Aoû 2018 - 3:09
Silencieusement, Rakka observa sa tasse. Elle écoutait Diao, faisait tourner ses paroles dans son esprit en maturation. Quid de ce qu’elle pensait au fond ? Cette adulte s’en moquait non ? L’enfant était ce qu’elle avait annoncé : mineure, sans famille, sans voix et sans avis. Sûrement, sa main se crispa, mais elle ne pouvait que céder. Qu’importait le village, la règle restait la même pour celles et ceux portant un bandeau shinobi en bas-âge.

“Je suis trop jeune pour décider moi-même de mon sort, mais assez âgée pour mourir en servant Iwa, déclama la fillette avec une neutralité dictée par les souvenirs.

Sa tasse se porta à ses lèvres et l’enfant évita soigneusement le regard de la Chôkoku pour se concentrer sur la bande recouvrant son poignet. Le bandeau de son père, l’aveu de ses erreurs. À quoi avait-il pensé en la laissant dans l’ignorance ? Ne se souvenait-il pas ce que c’était ce genre de mensonge qui avait rompu le lien entre elle et sa mère ?

-Avant de vous répondre, Chôkoku-san, j’aimerais comprendre quelque chose, reprit-t-elle. Comment mon père a-t-il pu vous mandater, lui qui ne signait aucun document ? interrogea abruptement la fillette en plantant son regard dans celui de son interlocutrice.

La chaleur entre ses mains lui rappelait l’épreuve pénible de son interrogatoire face à Meian. Des souvenirs qu’elle jugulait en insufflant sa glace dans cette boisson si appréciée par le défunt Yuki. Rakka sentait son esprit se délier, peut-être un sursaut d’assurance à la faveur de son domaine ? Il n’empêchait qu’elle subissait un regain d’adrénaline face à la perspective de se voir sagement attachée à celle se présentant maintenant comme sa tutrice.

-Prenez-vous ainsi sous votre aile tous les orphelins que peuvent laisser vos clients ? Qu’attendez-vous de moi pour que je mérite votre attention de la sorte ?

Pourtant Rakka ne pouvait s’empêcher de penser au plus profond d’elle-même à la joie de retrouver enfin un repère. C’était précisément cela qui l’effrayait, s’attacher encore pour être à nouveau laissée…

-Mon père a du vous prévenir que ma famille maternelle n’était pas des plus ouvertes, je ne l’ai jamais rencontrée, asséna l’enfant. Quant à ma famille paternelle : désertrice, prisonnier ou fidèle à Kiri, je crois que vos recherches seront vite limitées, expliqua-t-elle avant de reprendre. Vous ne prenez pas trop de risques à bénéficier ainsi de ma garde, me trompe-je ?

Pour reprendre ses propres termes, la Yuki réfléchit un instant. Qu’adviendrait-il si elle disparaissait maintenant ? Au fond, peut-être évitait-elle simplement le sujet de ses conditions de vie en solitaire, mais la peur légitime de l’inconnu ne s’envolait pas tout à fait face à cette main tendue.

-Vous avez dit ne pas vouloir pratiquer la langue de bois avec moi, alors je vous écoute : qu’avez-vous à gagner en vous embarrassant de ma personne ?”

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Ven 3 Aoû 2018 - 10:01
Petits rires en écoutant son premier commentaire.

_”Ne vous méprenez pas. Je ne prétends pas reprendre votre éducation ou quoi, je m’assure juste que votre argent ne sera pas lapidé. Parce que c’est mon travail. L'éthique et le devoir, ça vous parle, j’imagine. ”

Tout en continuant de boire mon thé, je l'écoutais amusée, découvrant la malice et de l'intelligence dans ses propos. La petite n’était pas dupe et même méfiante, tant mieux, voilà qui allait grandement faciliter ma tâche.

_”C’est un accord verbal et ma parole qui lui a été donnée. Cela vaut pour moi tous les documents et les signatures pouvant être apposés. “ Lui répondais je simplement en la regardant dans le blanc des yeux. Je ne mentais pas après tout.

Et j'étais la pour cela, la rassurer, me justifier sur ma tâche, régler les détails pour m’assurer que cela se passe bien.

_”Non, vous êtes mon premier cas du genre. Mais probablement que je le referais oui.”

Sourire doux, je ne lui voulais pas du mal, je voulais au final lui rendre ce que l’on avait fait pour fait moi en quelque sorte.

_”De vous, hormis votre coopération, je n’attends rien de plus.” Nouvelle gorgée. “ Non, je ne sais rien de votre famille, je n’en ai pas parlé, je ne vais pas vous mentir, vous n’étiez pour moi rien d’autre qu’un nom sur mon dossier. Peu importe que nous en trouvions ou non, vous êtes entre de bonnes mains Yuki-san et je saurais vous le prouver. Quant aux risques, effectivement je n’ai pas grand-chose à perdre, mes honoraires sont déjà prélevés. ”

La considérant un instant, je prenais en compte ce qu’elle avait à dire à nouveau.

_”Je ne sais pas ce que j’ai à gagner pour être franche. De l'expérience qui sait ? Quoi qu’il en soit, il en relève de ma réputation notamment, de quoi aurais je l’air en vous abandonnant ? “ Petit sourire.

Finissant ma tasse et alignant ma pile de dossiers je patientais quelques instants de plus pour voir si elle avait d’autres points à creuser ou autre. Une idée me traversait l’esprit, un bon moyen de lui offrir un peu de quoi se défouler.

_”Que diriez vous d’un petit échange amical Yuki-san, à moins que vous me permettez de vous appelez Rakka-san, nécessitez pas à simplement me nommer Diao.”

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Mer 15 Aoû 2018 - 22:18
L’enfant écouta et, se faisant, porta sa tasse à ses lèvres. Ce geste cachait le regard qu’elle aurait voulu lancer à la kunoichi d’intérieur, mais elle se penchait véritablement sur la mixture dans le récipient. D’ordinaire, elle finissait toujours par planter une baguette dans le liquide qu’elle gelait avant d’en atteindre le fond et dégustait ainsi la boisson millénaire. La présence de l’intruse dérangeait ses habitudes et l’amertume de la fin de tasse lui arracha une légère grimace.

“Quand bien-même vous dirais-je que je n’ai pas besoin de vous, vous n’en feriez rien, n’est-ce pas ? Je ne sais pas ce qui est bon pour moi et je comprendrai quand j’aurai votre âge, réfléchit tout haut la fillette en reposant le récipient vide devant elle.

Elle se laissait faire, non pas convaincue par le discours de la dame, mais battue par la force des choses. Si ce n’était pas Diao, cela en serait une autre et, Rakka l’avait compris dès son arrivée, elle n’avait nullement son mot à dire dans les affaires la concernant. Pourtant, elle avait beau superposer les images des deux femmes, la Chôkoku était bien différente de l’Inuzuka et la fillette lui trouvait même quelques similitudes avec son père : la blonde ne ménageait pas la Vérité.

-Que vous m’appeliez par mon prénom m’ira tout à fait, Diao-san.

De toute façon, avec qui pouvait-on la confondre aujourd’hui ? Elle était la seule Yuki d’Iwa et cette constatation lui vrillait assez le coeur pour qu’elle ne désirât pas entendre le nom de son clan plus que de raison.

-Quel genre d’échange avez-vous en tête ? demanda d’un air curieux la fillette”

Rakka se méfiait, mais était intriguée par cette soudaine proposition.

_________________

Unbowed, unbent, unbroken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1010-presentation-de-rakka-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1503-yuki-rakka

Dim 19 Aoû 2018 - 3:53
Sa réaction prévisible me soutirait un petit rire.

_”Bien résumé.”

Elle pouvait bien m’en vouloir de m'immiscer comme ça dans sa vie, c’était naturel et légitime, mais il fallait bien que quelqu’un le fasse, sans quoi dans cinq ou six ans, elle serait sur la paille, voire moins. Je voulais bien croire en la bonne volonté d’Akimoto, mais ou était-il passé depuis tout ce temps hum ? Il semblait bien qu’il était malheureusement, son seul allié dans ce village à première vue. Enfin, ça c’était jusqu’à ce que ce matin, j’ouvre son dossier et la prenne en charge.

_”Alors fais en autant Rakka, après tout, notre âge n’est pas si éloigné que ça, quelle ironie ne trouves tu pas ?”

Si quand même, mais je comptais qu’à mon âge, elle maîtrise la finance et ses affaires mieux encore que j’avais pu le faire à partir d’aujourd’hui.

-”Je pensais à un petit affrontement amical histoire de relâcher un peu les frustrations. Je sais d'expérience pour être passé par les mêmes étapes que toi, que tu dois en avoir énormément. Allons nous entraîner. “


Quelques petits bouts de mon passé qui pourraient peut-être assez attiser sa curiosité pour la pousser à réfléchir et trouver un intérêt sur nos points en commun au final. J'étais seulement là pour l’aider, mais il était légitime qu’elle doute d’une étrangère comme ça. Nous devrions apprendre à nous connaître pour le bien de cette collaboration. En soi, ce n’était pas une corvée pour moi, la gamine semblait adorable sous ses airs grognons. Qui ne le serait pas en pareille circonstance ? De plus, elle avait reçu une bonne éducation, cela se ressentait autant que je pouvais le constater. Un très bon début donc.

_”J’ai toujours été curieuse de l’art glacier après avoir entendu quelques rumeurs sur vos créations de toutes beautés à ce qu’il parait. “

Me relevant en aidant pour débarrasser, après tout nous serons amenées à être proches et familières non ? Je lui rajoutais même quelques indications sur son avenir, histoire qu’elle comprenne que je ne comptais pas l’abandonner ici seule à son sort.

_”Bien sûr tu es la bienvenue à ta guise au domaine Chokoku, mais si cela t’ennuie de t’y rendre, ce n’est pas grave, je peux passer régulièrement m’assurer de ton bien-être. C’est mon rôle désormais. Nous réglerons tous les détails au mieux de tes convenances. Avant que nous partions nous entrainer, as-tu d’autres questions ?”

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3417-chokoku-diao-done http://www.ascentofshinobi.com/t3851-le-dossier-explosif#29470

Flocon de neige - Rakka

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: