Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Quel ancêtre choisir ? [Meikyû Raizen]


Mer 25 Juil 2018 - 23:16
Fuinjutsu, ou l’art des sceaux. Au commencement, il fut inventé afin de sceller des personnes ou des créatures, puis s’est peu à peu développé jusqu’à permettre de sceller des objets en tout genre, voir même des techniques. Dans le but de progresser et de devenir plus fort, il faut que je me spécialise dans un autre domaine que le Ninjutsu et le Taijutsu. Commencer un nouveau domaine, alors que je ne maîtrise pas encore bien les deux autres, est une mauvaise idée me direz-vous. Mais j’y vois plutôt la possibilité de commencer plus tôt l’apprentissage, ou plutôt la maîtrise d’un des arts shinobi les plus complexes. Parmi toutes les connaissances que j’ai acquise durant mon éducation, l’histoire et les différentes formes que peuvent prendre les sceaux en ont fait partie. Une sorte d’introduction au Fuinjutsu. Ce qu’il me faut donc c’est un professeur avec qui je pourrai pratiquer. Un professeur qui m’enseignera les bases pratiques et qui m’indiquerait quand je fais fausse route. Quand j’ai demandé des personnes vers qui me diriger, on m’a presque toujours donné le nom d’Ikeda Sazuka. Mais c’est aussi ma directrice… et je ne suis pas à l’aise à l’idée d’en faire mon professeur. L’un des autres noms qui ressortissait était celui de Meikyû Raizen, Chûnin du village et membre du clan Meikyû. Ce clan dispose d’un à plusieurs sceaux ancestraux : des sceaux permettant de débloquer des effets uniques. Ces ancêtres sont aux nombres de 7. A chacun est rattaché un sceau dont les capacités lui sont propres :
  • Ancêtre du Renouveau : Donne la faculté, via un sceau apposé sur la main droite, de régénérer les cellules via contact.
  • Ancêtre de la Putréfaction : Donne la faculté, via un sceau apposé sur la main gauche, de détruire les cellules via contact.
  • Ancêtre de l'Insatiabilité : Donne la faculté, via un sceau apposé sur la main, d'absorber le Chakra.
  • Ancêtre de la Malice : Donne la faculté, via un sceau apposé sur l'oeil gauche, de déformer la réalité via des Genjutsu visuels.
  • Ancêtre de la Guerre : Donne la faculté d'augmenter la résistance et la force de frappe du membre sur lequel le sceau est apposé.
  • Ancêtre de l'Elévation : Donne la faculté de renforcer les capacités physiques propres du membre sur lequel le sceau est apposé.
  • Ancêtre de l'Adresse : Donne la faculté, via un sceau apposé à l'oeil droit, d'accéder à des capacités de visions spéciales.
Quoi de mieux donc, qu’un membre du clan Meikyû pour m’apprendre la maîtrise du Fuinjutsu ? Pour rencontrer mon – potentiel – futur professeur, j’ai d’abord pensé à une lettre. Mais il est facile de refuser en envoyant un papier et à contrario bien plus difficile de refuser une demande lorsque vous avez la personne en face de vous. J’ai donc abandonné cette idée et décidé de demander à avoir une entrevue avec le chûnin afin de lui soumettre ma proposition. Le rendez-vous à lieu dans quelques minutes, minutes pendant lesquels j’examine les différentes manières dont je pourrai m’y prendre pour le convaincre.

Le temps écoulé, je toque à la porte de la salle que l’on m’avait indiqué plutôt et attend que @Meikyû Raizen m’invite à entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 25 Juil 2018 - 23:36


S’il y avait bien une chose que Raizen détestait, c’était bien les convocations obligatoires. En réalité, il commençait de plus en plus à passer du temps loin du village, à planifier la suite, et ce, quelle qu’elle soit. Se devant d’avancer même si le village semblait stagner depuis un moment, il voyait de nombreuses opportunités de progresser, mais peu de gens les saisir. Ainsi, il prenait le temps de tout faire pour se développer lui-même. Ceci expliquait d’ailleurs la raison pour laquelle il était possiblement le seul chunin n’ayant pas d’équipe.

En réalité, tous les chunin ou jonin s’amusaient à entrainer une équipe de genin. Toutefois, comme Hisao à la base, il n’en avait rien à faire d’aider les autres lorsqu’il n’avait même pas le temps de faire la totalité de ce qui lui traversait l’esprit. Certes, ce n’était pas le seul problème. En fait, il n’avait trouvé aucun élève qui était suffisamment intéressant pour qu’il daigne avoir l’impression qu’il pouvait en quelque sorte l’aidé.

Ainsi, Raizen s’était présenté au lieu de rencontre en avance et attendait de manière impatiente la personne qui l’avait convoquée. En toute sincérité, il ne savait pas vraiment le motif de sa présence, mais vu le fait qu’il ne connaissait pas la personne en question, il savait que ce ne serait pas forcément quelque chose d’agréable. Après tout, pour quelqu’un visant le progrès, l’apprentissage et le développement, connaître les principaux noms des hauts gradés était important. Or, la fameuse personne l’ayant convoqué n’avait ni un nom connu dans ses souvenirs et n’était, par conséquent pas quelqu’un de prestigieux au sein de la hiérarchie de Kumo.

-Entre.

N’aimant pas ses formalités, il était l’impression d’être aussi coincé que le chef du village. Entre le fait de cogner et d’entrer sans cogner, il aurait pu gagner quelques secondes qu’il aurait pu investir ailleurs.

-Soit bref, je n’ai pas beaucoup de temps devant moi.

Le temps était compté et en précipitant un peu l’inconnu, il pourrait s’assurer d’en ressortir le plus d’information possible, le plus tôt possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Jeu 26 Juil 2018 - 10:52
« –Entre. Soit bref, je n’ai pas beaucoup de temps devant moi. »

Tels furent les mots qui m’accueillent alors que je rentre dans la salle. Le Meikyû semble être quelqu’un de froid et peu enclin à m’écouter. Le personnage colle parfaitement à ce que l’on m’avait dit sur lui. Mais loin de me laisser abattre, je reste naturel et le salue d’un léger hochement de tête. Puisqu’il me demande de ne pas perdre de temps, je vais être direct.

« –Je veux que vous m’enseigniez la maîtrise du Fuinjutsu. J’ai déjà toutes les connaissances théoriques, mais j’ai besoin d’un professeur pour m’enseigner la pratique. »

Mes propos ne laissent aucune place au doute et à l’hésitation : je suis déterminé à obtenir ce que je veux. Le plus important lorsqu’on parle avec quelqu’un, c’est d’être convaincu de ce que l’on dit. Quand on ne l’est pas cela se ressent forcément, sauf peut-être les gens qui ont des talents innés de menteurs, mais ce n’est pas mon cas.

« –Je suis déterminé à faire ce qu’il faut pour apprendre, vous ne le regretterez pas. »

Ajoutai-je pour clôturer ma demande. En temps normal, j’aurai pris plus de temps pour expliquer mes motivations, les raisons qui m’ont poussé à agir ainsi. Mais le Meikyû ne semble pas être le genre de personne à s’en soucier. Les tatouages qui parcourent son corps attirent mon regard, mais je garde mes yeux rivés dans les siens. Du coin de l’œil, je vois à ce qui s’apparente à un visage tatoué sur son torse. Est-ce là un de ces fameux tatouages ancestraux ? Si je me souviens bien, les tatouages ancestraux sont apposés sur un endroit du corps, un unique endroit. Et c’est à cet endroit seul que son pouvoir peut prendre forme. Un pouvoir puissant donc, mais donc le rayon d’action est limité. Le tatouage de l’Ancêtre du Renouveau étant forcément apposé sur la main droite, il est donc physiquement impossible de soigner son bras droit. On peut donc maîtriser les pouvoirs d’un Eisei-nin dans notre main et uniquement dans notre main. Je me demande bien quels sont les sceaux que le Meikyû a choisi de porter. Son apparence et son attitude font de lui quelqu’un d’impressionnant. Sa taille, sa musculature, sa froideur… Je parierai plus sur un sceau de putréfaction, de guerre ou d’élévation. Mais l’heure n’est pas aux suppositions et j’attends patiemment la réponse de mon interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 1 Aoû 2018 - 23:02


En voilà un qui allait droit au but pensa le Meikyû dès sa première rencontre avec l’individu. Levant les yeux vers celui-ci afin de savoir à qui il s’adressait, il pouvait bel et bien confirmé ne jamais avoir entendu parler de lui. Or, il était important pour lui de savoir à qui il avait affaire avant de vouloir leur montrer quoi que ce soit. Au risque de se tromper ou de ne pas prendre un élève intéressant sur sa garde, le jeune Meikyû était hésitant. Après tout, il n’avait rien à gagner de cela surtout que le jeune homme n’avait rien de particulier qui pouvait capter son attention.

Même s’il n’en avait rien à faire de la progression de la relève Kumojin, une chose l’intéressait et c’était de tester les gens. Ainsi, il comptait lui donner une chance ou plutôt lui en chercher une. Si parmi leurs échanges et les événements futurs, celui-ci arrivait à le surprendre, Raizen pourrait possiblement décider de l’enseigner.

-Devenir l’enseignant de quelqu’un n’est pas quelque chose à prendre à la légère, surtout quand on ne sait rien de la personne.

Se levant, il s’étira calmement avant de s’approcher de l’homme pour l’examiner.

-Suis-moi et n’hésite pas aussi à me raconter qui tu es et pourquoi je devrais t’aider. Ah et pourquoi avoir choisi le fuinjutsu...

Arquant un léger sourire, il précisa :

-Si tu le peux.

Dès lors, Raizen commença à marcher lentement en direction de la sortie. Chaque 50 mètres, il accélérait jusqu’à ce que d’un seul coup il se mette à courir à toute vitesse en direction de son terrain d’entrainement. Son premier test était simple : voir à quel type de shinobi il avait affaire. Serait-il en mesure de le suivre avec aise ou abandonnerait-il ? Dans tous les cas, s’il arrivait sur les lieux, Raizen risquait de pouvoir passer à la seconde étape.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 3 Aoû 2018 - 0:01
Le Meikyû – que je prenais pour un arrogant – semble au contraire avoir la tête sur les épaules, comme en témoigne sa réponse avisée. Être enseignant n’est en effet pas quelque chose à prendre à la légère. Il s’agit d’une responsabilité importante : en fonction de la formation est des connaissances que l’on donne à son élève, son rang social, son travail, sa vie voire même sa mort… C’est une existence que l’enseignant tient entre ses mains. Meikyû Raizen se lève puis m’invite à le suivre et à lui donner mes motivations, ainsi que mon histoire. Une pointe d’arrogance en guise de conclusion, je prends quelques instants à la réflexion pour décider ce que je vais révéler. Je n’ai pas l’habitude de me confier et encore moins dans d’être la position de celui à qui on pose des questions. Noblesse oblige, mon rang me permet depuis longtemps d’être celui qui pose les questions. Bien que je sois habitué à la hiérarchie militaire – et que je l’accepte pleinement – je ne peux m’empêcher parfois de ressentir de l’agacement.

« –Je suis Kenshin Metaru, membre du clan Metaru. Je maîtrise le métal, le Ninjutsu, le Kenjutsu ainsi que les bases du Fuinjutsu. Malgré mon âge, je ne suis encore qu’un genin. Occupé par mes obligations de nobles, je ne me suis pleinement engagé dans ma formation qu’il y a peu. Aujourd’hui, je souhaite tout faire pour rattraper le temps perdu. J’exerce de nouvelles fonctions à l’institut et ce sens, mais aussi parce que cela me passionne, je souhaite améliorer mon Fuinjutsu et devenir un maître en la matière. »

Arrivé à la sortie du bâtiment, le Meikyû se met à accélérer le pas et je fais de même pour ne pas être semé.

« –Dans ma quête de connaissance et de puissance, j’ai recherché tous ceux qui pourraient m’enseigner l’art du Fuinjutsu. Plusieurs noms m’ont été donné, dont le vôtre. Meikyû Raizen : chûnin du village, membre du clan Meikyû, a réalisé diverses missions pour le village et s’est distingué par ses capacités de combats en situation réelle. »

Encore une fois, mon interlocuteur presse le pas. Ainsi il s’agit d’un test. Un test qui décidera de si oui ou non je suis digne d’attention. Sans hésiter, j’accélère le pas et lui colle aux talons.

« –J’ai fait mes recherches sur vous et votre dossier a attiré mon attention. Je vous ai choisi car je pense que vous êtes l’un des meilleurs dans votre domaine. Et je veux apprendre des meilleurs.

D’un ton posé et lent – afin de maîtriser la discussion – mes paroles se font maintenant plus courtes et haletantes.

« –Outre votre dossier, c’est aussi la connaissance et maîtrise des sceaux ancestraux qui ont attiré mon attention. Vous êtes celui que je veux pour diriger ma formation. »

Ce petit jeu continua ainsi jusqu’à ce que nous atteignions un terrain d’entrainement. A chaque fois qu’il avait accéléré, j’avais fait de même. J’étais parvenu à dire ce que je voulais avant que le rythme ne soit trop rapide pour que je ne puisse continuer. Non pas sans un peu de fierté, je remarque que mon entrainement quotidien porte ses fruits. Ma forme physique s'est grandement améliorer et je ne ressens aucune douleur liée à l'acciodent.

Le souffle court, je reprends ma respiration tout en gardant ma stature, noblesse oblige. Plus qu’une simple lubie, je suis déterminé à faire de lui mon professeur. Je dois donc lui montrer cette détermination qu’est la mienne si je veux gagner son approbation.

« –Vous ne le regretterez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Ven 3 Aoû 2018 - 21:04


Écoutant avec attention ce qu’avait à dire l’homme qui était visiblement plus vieux que lui, le Meikyû fut tout de même surpris d’apprendre qu’il était un Metaru. Après tout, ce n’était pas comme si 80% de la population Kumojin était des Metaru. Cette estimation serait beaucoup trop exagérée, n’est-ce pas ?

Dans tous les cas, il tenta d’omettre les quelques détails sans valeurs alors qu’il avait remarqué que le souffle de son poursuivant se faisait plus court jusqu’à ce qu’ils arrivent finalement à son lieu de prédilection. Étant un vaste terrain d’entrainement, Raizen avait évité de l’amener à sa tanière personnelle. Ce n’était pas qu’il ne l’aimait pas, mais il préférait garder ce lieu secret pour le moment. Sazuka, Asami et Kaede avaient été les seules à trouver cet endroit alors qu’en réalité, il n’avait invité que Sazuka.

-Bon, c’est bien beau tout cela, mais de ce que je comprends, tu veux en savoir plus sur les tatouages ancestraux c’est ça ?

Bâillant légèrement, le Meikyû y allait droit au but. Il n’avait pas vraiment besoin des fioritures qui agissaient simplement comme données contextuelles. En réalité, il préférait se concentrer sur ce qu’il pouvait juger afin d’optimiser le temps des deux côtés.

-Alors on va faire simple. Les tatouages ancestraux sont hyper intéressants et sont bel et bien une facette qui provient de mon clan. Par contre, ce n’est pas donné à tout le monde de savoir les maîtriser tout comme ce n’est pas optimal pour tout le monde. Sinon, Kumo serait peuplé de gens tatoués au lieu d’avoir des milliers de Metaru.

Reproche indirect au clan Metaru ? Pas vraiment outre le fait qu’ils avaient parfois la flexibilité des métaux les moins flexibles.

-Alors maintenant qu’on s’est échauffé, montre-moi ce que tu sais faire. On ne va pas passer par 4 chemins. Si je trouve que ce que tu me montres est insuffisant, alors tu ne passeras pas ce test.

Eh oui, la marche rapide qui s’était transformée en course était un échauffement qui venait tout juste de mener à un début d’affrontement. Même si ce qu’il demandait pouvait sembler banal, Raizen connaissait suffisamment les facultés de son clan pour savoir que ses demandes étaient justifiées. Tout comme Itagami, cet homme s’intéressait aux sceaux qui avaient un potentiel assez intéressant. Malgré tout, il devait s’assurer de connecter avec cette personne et de voir l’utilité quelconque qu’il pourrait en faire. Autrement, il n’aurait aucunement le désir de lui montrer quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 6 Aoû 2018 - 18:22
Un rapide coup d’œil me permet de comprendre qu’il s’agit d’un terrain d’entrainement, l’un des plus grands dont dispose le village. Vaste champ dénudé de tout obstacle, il peut accueillir des combats de plusieurs shinobi en même temps, ou ceux de Junnin sans craindre que tout le village ne subisse les dégâts collatéraux.

« –Bon, c’est bien beau tout cela, mais de ce que je comprends, tu veux en savoir plus sur les tatouages ancestraux c’est ça ?
–En effet. Je désire aussi que vous me formiez au Fuinjutsu. »

Ma volonté première est de gagner en maîtrise en Fuinjutsu. L’art des sceaux ancestraux – bien que sois très intéressé à l’idée d’en savoir plus – est plus une curiosité qu’une volonté.

Le Meikyû ne semble pas bien passionné par moi, tant peut en témoigner son bâillement. Légèrement agacé, je n’en montre aucun signe et reste parfaitement stoïque. C’est alors qu’il me fait part de l’intérêt que représentent les sceaux ancestraux, ainsi que le rôle qu’a joué son clan dans leur conception. Mais selon lui, il n’est pas non plus donné à tout le monde de pouvoir les maîtriser. De même, ce n’est pas l’art le plus optimal à chacun : la synergie des sceaux avec certaines capacités spéciales peut être moyenne, voire même mauvaise. A ma connaissance aucun Metaru n’a jamais possédé de sceau ancestral. Peut-être ne suis-je pas le premier à en montrer de l’intérêt, mais si je concrétise cet intérêt, je serai le premier en maîtriser. Bien que prévoyant, je n’ai pas l’expérience de combat nécessaire afin de juger avec justesse de la synergie qu’il pourrait exister entre le Kinton et les sceaux ancestraux. Ferai-je fausse route ?

Aucun Metaru ne l’ayant jamais fait, personne ne peut témoigner. C’est donc à moi de réfléchir si je veux prendre le risque : prendre le risque de perdre plusieurs années à maîtriser un art qui au final, ne me conviendra absolument pas. Mais ce n’est là pas le moment pour réfléchir, mais celui pour agir. Monsieur Raizen me demande de montrer ce dont je suis capable. Selon ma prestation, notre histoire s’arrêtera aussi vite qu’elle a commencé. L’enjeu est primordial. J’ai passé les dernières semaines à m’entrainer, tous les matins, jour après jour. Il est temps de voir si mon entrainement a porté ses fruits.

S’il se bat avec toutes ses capacités, ce sera un combat à sens unique. Mais ce n’est certainement pas son intention. Je me place donc à une dizaine de mètres de lui puis prend quelques secondes afin de me concentrer – et finir de reprendre mon souffle – avant d’ouvrir les hostilités.

Mon adversaire excelle en Taijutsu et en Fuinjutsu. Le Taijutsu étant ma faiblesse, faire mes preuves consistera surtout à trouver des parades à ses tentatives pour s’approcher de moi. S’il parvient à me toucher et à apposer un sceau – ou utiliser l’un de ses sceaux ancestraux – alors ce sera probablement la fin du combat. J’effectue une suite de mudra puis forme dix Wakizashi que je lance aussitôt sur le Meikyû. Voyons comment il décidera d’aborder ce combat.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 7 Aoû 2018 - 2:01
Voilà une situation qui ressemblait beaucoup plus à Raizen que la précédente. Certes, il aimait converser, apprendre, observer et analyser. Malgré tout, il y avait parfois certains types de messages qu’il était plus facile de véhiculer et de communiquer à travers des gestes. Si des paroles restaient gravées dans la mémoire, ds l’étaient encore plus. Or, il ne fallait pas croire que le Meikyû avait une mauvaise mémoire. Au contraire, l’illustre personnage tatoué qu’il était avait une mémoire dans les normes. Or, vu la grande quantité d’information qu’il analysait et apprenait chaque jour, il lui arrivait parfois de vouloir minimiser ce qu’il pouvait afin de laisser de l’espace dans sa zone de stockage. Ceci lui permettait d’éviter d’être saturé lorsque viendrait le temps de rencontrer quelqu’un qui aux premières apparences ne piquait pas sa curiosité. C’était si on veut une manière pour lui de s’intéresser aux gens intéressants sans pour autant trier les autres dès la première impression.

Parlant de première impression, il devait avouer être intrigué par cette approche assez frontale et directe. Observant ainsi l’initiateur derrière cette manœuvre, il ne lisait aucune intention ultérieure suite à ce geste. Ainsi, c’était un geste sans précédent ce qui lui témoignait un possible manque de combinaison. Tout comme à ses débuts, Hisao lui avait reproché cela, chose qu’il avait travaillée pendant plusieurs mois afin de peaufiner son style.

- Une attaque sans suite est comme une approche sans attaque...

Dès lors, le Meikyû utilisa sa vitesse pour s’éclipser tout en esquivant les lames. Puis, comme si ce n’était pas assez, il chargea directement vers l’adversaire afin de le pousser dans ses retranchements.

-Inutile...

Hisao lui avait toujours enseigné à éviter de trop parler au risque que ça se retourne contre lui. Il lui avait aussi enseigné de ne pas charger trop rapidement une personne, une erreur qu’il répétait puisqu’il était clair qu’il sous-estimait son adversaire. C’était un fait réel, mais aussi ce qu’il tentait de lui communiquer afin de voir de quelle manière il réagissait sous la pression. Ainsi, il chargea promptement son adversaire sans pour autant démontrer un signe d’attaque précis. Or, vu sa vitesse de déplacement, l’instinct risquait possiblement de le faire réagir, et ce, très rapidement.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 8 Aoû 2018 - 1:57
Un adversaire maître en Taijutsu… Voilà qui me rappelle bien des souvenirs. Lors de mon premier entrainement, après ma rémission, j’ai affronté Sendai Yahiko. Cet entrainement… ou plutôt ce combat fut particulièrement enrichissant et me permit de mettre en évidence mes faiblesses au corps à corps. Bien que très bref, les blessures respectives que nous nous étions faites témoignaient de la violence de l’affrontement. Même situation mais adversaire différent. Dans ce combat là aussi mon adversaire m’avait donné l’avantage en me laissant ouvrir les hostilités. J’avais alors envoyé une salve de projectile – tout comme aujourd’hui – que mon adversaire avait paré avant de me charger tête baissée. Le Meikyû va-t-il faire de même ? Bien plus expérimenté que le Sendai, il n’a cependant aucune raison de rester à distance de moi. Me pousser dans mes retranchements, voir ce dont je suis capable, voilà ses motivations.

Les yeux rivés sur mon adversaire, je l’observe esquiver mon attaque et me prépare aussitôt à enchainer la mienne. Comme le Sendai alors il charge dans ma direction, mais cette fois-ci je suis prêt. Tout autour de moi apparaissent des lames de kinton : épées et sabres en tout genre apparaissent aussitôt que mon adversaire a déplacé sa première pièce. Au moment où il charge dans ma direction, j’envoie un torrent de lames fronde dans sa direction. Je ne me fais aucune illusion : il est presque impossible que je parvienne à le blesser. Tout au plus à l’égratigner. Si je veux prouver de quoi je suis capable, je dois combattre comme s’il s’agissait d’un combat à mort. Tuer mon ennemi doit-être ma seule préoccupation. L’expérience acquise par les quelques entrainements précédents se révèle être précieuse, bien plus précieuse que je ne l’aurai imaginé. Si seulement… Si seulement je possédais cette expérience lors de l’attaque de Suzuri Kaldea.

Dans la suite de ma contre-offensive, je reprends la main sur la première salve que j’ai envoyé : les dix projectiles qui se trouvent être plantés dans le sol, à quelques mètres dans le dos de mon ennemi. Situés dans son angle mort, j’espère ainsi le surprendre et parvenir à le toucher.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 8 Aoû 2018 - 4:49


On lui avait pourtant dit de ne pas charger de la sorte un adversaire sans avoir un plan en tête et c’est pourtant ce qu’il fit. Doutant ainsi du temps de réaction de son adversaire, celui-ci semblait avoir une très bonne idée de ce qu’il avait à faire. Coordonnant assez rapidement ses gestes, il comprit que le déluge actuel risquait d’être plus dangereux que le premier. Or, Raizen ne s’était aucunement rendu compte de l’attaque qui venait derrière lui. Par chance, il avait opté pour une technique ne nécessitant aucunement ses sceaux...pour le moment.

-Intéressant.

Répondant à cet assaut en composant quelques mudras, un violent torrent de vent se forma autour de sa personne, venant ainsi le protéger des épées fusant dans sa direction. Seules quelques unes eurent le temps de l’atteindre avant qu’il eut le temps de manifester sa technique. Or, alors que le vent se dissipait, aucune goute de sang n’était visible si ce n’était que des lames métalliques tombant au sol un peu partout alors que l’importante salve de vent venait de repousser la majorité des lames qui avaient été dirigées à son égard.

Raizen était debout et intact, comme si rien ne s’était passé. Pourtant, quelque chose était différent. Des lames avaient pourtant pénétrés sa défense, mais celles-ci jonchaient sur le sol comme si elles s’étaient heurtés à un mur

-Pas mal, j’ai dû utiliser plus de chakra que je le pensais.

Souriant face à cette réalisation, Raizen avait activé son sceau de guerre. En se positionnant de manière compacte, il avait aussi pu se prémunir des attaques du genre. De ce fait, les rares attaques ayant traversé son bouclier s’étaient heurtées à un bras assez solide pour repousser les projectiles.

-Mais bon, si tu penses m’abattre avec un déluge de lame, ce n’est pas gagné d’avance surtout que je n’ai rien vu d’impressionnant pour le moment.

Utiliser un sceau pour se protéger était en guise de bonne volonté. En réalité, alors que Raizen fonçait, il aurait très bien pu s’éclipser encore plus rapidement que la fois précédente et laisser les armes métalliques se nullifier entre elles. Or, il préférait garder les techniques de ce niveau pour d’autres moments sachant qu’il était plus instructif de montrer l’usage de son sceau sans pourtant trop en faire. Il ne servait à rien de terminer ce combat de manière précipitée.

-Si je te disais qu’à tout moment le combat pourrait être terminé, que ferais-tu ?

Parler et agir étaient deux choses différentes. Certes, provoquer était un jeu dangereux qu’il devait éviter selon plusieurs. Pourtant, dans ce genre de situation, il préférait canaliser les efforts de son adversaire en le poussant à aller puiser dans ses réserves jusqu’à ce qu’il soit apte à encaisser un vrai coup. Avant d’attaquer, Raizen devait comprendre ce qu’il pouvait lui montrer.

Résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 10 Aoû 2018 - 15:42
Mon adversaire semble bien plus bavard dans les combats que ce qu’il ne l’est à l’extérieur. Depuis le début, il ne peut s’empêcher de commenter tous mes faits et gestes… et de me provoquer. Au risque de le décevoir, les provocations n’auront aucun effet sur moi. Combien de fois ai-je dû affronter le regard et les propos de mes interlocuteurs lors de discours ou de décision. Depuis ma plus tendre enfance je vis dans un monde où la provocation est de mise. Tous les nobles sont riches et tous ont quelque chose à prouver. Que ce soit par la force, par la ruse ou par la politique, tous essayent de s’imposer et de se distinguer d’une manière ou d’une autre. Si l’on veut s’en sortir il faut devenir intouchable. Et puisque c’est impossible, il faut faire croire aux autres que l’on est intouchable.

Le Meikyû réagit à mon attaque frontale par une défense de vent. Il crée un tourbillon qui lui permet de dévier toutes les armes autour de lui. Toutes partent dans des directions diverses et s’écrasent quelques mètres plus loin sur le sol. Mais certaines eurent le temps de pénétrer le bouclier d’air avant qu’il n’apparaisse. Elles s’écrasent dans un fracas étrange sur son corps puis tombent sur le sol. Debout, indemne, le Meikyû me fixe et me félicite. Que s’est-il passé ? A cause du tourbillon et des lames qui volaient dans tous les sens, je n’ai pas pu observer ce qu’il se passait à l’intérieur… Mais quelque chose est sur : les lames ne lui ont causé aucune blessure. Possède-t-il une autre défense ? Un bouclier ? Les a-t-il contrés ? Ou est-ce le résultat de l’activation d’un sceau ? Deux peuvent avoir donné ce résultat : le sceau de la guerre et celui de l’élévation. Apposé sur un membre, ils peuvent en renforcer les capacités physiques, chacun à leurs manières. Si tel est le cas, je dois découvrir sur quel membre est apposé le sceau.

Mon adversaire m’indique qu’il faudra plus que ce déluge de lames pour l’abattre. Rien de ce que je lui ai montré jusqu’à maintenant ne l’impressionne. Si c’est de la puissance qu’il cherche en moi, il risque d’être déçu. Bien que depuis mon rétablissement je m’entraîne sans relâche, chaque jour, cela ne fait que quelques mois. En quelques mois, tout ce dont je suis capable se trouve être cela, ainsi que quelques techniques de Kenjutsu. Mais je n’ai jamais compté sur la force pour le battre ou l’impressionner, ni sur le panel de mes techniques ou l’impression qu’elles peuvent donner. Pour le battre, je dois user de la ruse. Être plus malin de lui et me servir de sa faiblesse : me sous-estimer.

« –Si je te disais qu’à tout moment le combat pourrait être terminé, que ferais-tu ? »

Provocation supplémentaire ? Ou simple vérité ? Quoi que ce soit, j’ai parfaitement confiance de cette réalité. Nos niveaux sont bien trop différents pour que je puisse espérer gagner. Mais là n’est pas – et n’a jamais été – mon objectif. A ses pieds se trouvent les armes qui se sont heurtés à sa défense. C’est là ma chance. Je réalise le signe du bélier et brise ces lames pour en faire une dizaine de projectiles. A cette distance, en plus hors de son champ de vision, je suis certain de toucher. Les lames se fendent et les morceaux aiguisés fondent sur le corps du Meikyû. Deux pour chaque membre et les deux dernières pour le torse, je suis certain d’arriver à toucher une zone de son corps qui ne sera pas protégé par un sceau.

Les actes valent mieux que les mots.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 14 Aoû 2018 - 2:47


Raizen était bien curieux de voir de quelle manière cet individu comptait s’y prendre pour mettre fin à un combat aussi vite. Peut-être voulait-il le dire en sens inverse, car en réalité, il était vrai qu’il pouvait aisément mettre fin au combat à tout moment. Pourtant, il n’en faisait rien, ce qui était un signe de patience, mais aussi une preuve qu’il ne voulait aucunement éviter de laisser des chances à son opposant.

Ayant compris que son art se basait sur le métal, Raizen ne se préoccupait même pas des lames au sol pour la simple et bonne raison qu’il n’en avait rien à faire. Bien qu’il avait réutilisé les précédentes lors de la fois passée, il ne comptait pas pour autant se déplacer, chose qu’il aurait très bien pu faire. Au contraire, il comptait profiter de ce combat pour voir de quelle manière il pouvait aider la relève Kumojin. Autrement, il se ferait reprocher de n’avoir pas donné la chance à d’autres tandis qu’il était passé par cette situation à un moment de sa vie.

-Pas mal.

Sentant une lame se planter dans son corps à bout portant, il utilisa son bras pour venir bloquer sèchement celle qui visait son torse et en balayer du même geste celle qui visait son bras droit. Quant à la gauche, les projectiles se plantèrent dans son corps ce qui n’était pas forcément agréable. Or, il avait le mérite de lui accorder ce fait : il avait bel et bien touché sa cible ce qui était intéressant.

-Ça pique quand même un peu, je dois l’avouer.

Sortant les projectiles de son corps, il se rendit compte qu’à bout portant, cette technique n’était pas forcément la plus agréable d’où la raison pour laquelle il recula de plusieurs pas.

-Si c’est tout ce que tu as à montrer, j’en ai assez vu pour la journée.

Soupirant, il tenta de songer à ce qu’il avait vu jusqu’à présent et rien vraiment n’avait capté son attention au point de trouver une bonne manière de lier ses capacités aux sceaux Meikyûs.

-Je doute qu’un sceau puisse t’aider vu ton style de combat. Si tu te bats de cette manière, tu devrais plutôt apprendre le magnétisme et te concentrer sur des sceaux magnétisants tes lames pour qu’elles suivent automatiquement la cible après l’avoir marquée.

Posant sa main au niveau des blessures, il avait vu bien pire. Son corps étant trop habitué aux blessures pour succomber de blessures mineures, et ce, même à bout portant. De plus, le fait qu’aucune zone vitale n’avait été touchée aidait aussi.

-Si c’est tout ce que tu as à me montrer, est-ce qu’il y a autre chose avec lequel je peux t’aider avant d’aller à l’infirmerie?

Sazuka devait être là à cette heure pensa-t-il alors qu’il voulait éviter que les plaies s’infectent.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Quel ancêtre choisir ? [Meikyû Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: