Partagez | 

Le havre de paix


Lun 3 Juil 2017 - 21:50
Quelques mois plus tôt...
Marécages brumeux

Elle y était enfin, l’île principale et sa superficie la laissaient sans mot. Yuri avait toujours considéré sa ville natale comme immense et l’île sur laquelle cette dernière était juchée représentait pour elle l’équivalent physique de l’immensité et pourtant, comparativement à l’île sur laquelle la jeune femme se trouvait, celle-ci était minuscule, un simple îlot. Pourtant les marins avec qui elle avait fait son voyage depuis le minuscule port de sa ville natale l’avaient prévenu, mais elle n’avait pas vraiment cru possible qu’une telle superficie de terre puisse exister et pourtant, selon les mêmes dires, l’île principale était minuscule comparativement à ce qu’ils avaient appelés le continent.
 
Lorsque l’île lui était apparue elle était restée longuement à l’observer tandis qu’elle grandissait à mesure qu’ils approchaient et puis, sans plus d’échange que nécessaire elle avait été débarquée sur une plage de galet recouverte d’une faible nappe brumeuse. D’une grande inspiration, la jeune femme contrôla la boule d’excitation naissant dans ses entrailles avant de débuter son long périple vers le village caché du pays de l’eau.
 
Plus la jeune femme avançait dans les entrailles de l’île et plus la végétation devenait marécageuse. Après seulement quelques minutes de marche, la plage de galet avait laissé place à une multitude d’arbres tordus reposants sur un sol imbibé d’eau et Yuri du ralentir considérablement l’allure pour ne pas s’enliser malencontreusement dans ce dernier. Puis un peu plus tard, sa vision déjà réduite par la rareté des rayons solaires fut obstruée par une épaisse nappe de brume, obligeant la jeune femme à passer plusieurs précieuses secondes à analyser le sol spongieux du marécage avant d’y poser le pied ce qui ralentit encore une fois de plus son allure pourtant déjà très lente.
 
Malgré toutes ses précautions, l’inévitable arriva et tandis qu’elle transférait son poids sur une branche afin de traverser une mare d’eau boueuse, celle-ci craqua et Yuri tomba lamentablement dans l’étendue aqueuse qu’elle avait si soigneusement tenté d’éviter. Cherchant un appui pour se relever, la jeune femme ne trouva que du vide et alors qu’elle s’enlisait un peu plus dans le marécage, une peur sourde lui saisit les entrailles et elle se à se débattre de plus belle et, rapidement, elle se retrouva dans l’incapacité de bouger, les eaux marécageuses de là marre l’enlaçant désormais jusque sous son menton.
 
Yuri Put…Ain… De….
 
Avant qu’elle ne termine sa phrase, l’étreinte aqueuse sembla se moduler et sans qu’elle ne comprenne ce qui se passait, cette dernière la tira vers le haut, l’extirpant de ses entraves boueuses, mais tandis qu’elle avait encore la bouche béate de surprise, un voile aqueux remonta doucement le long de son cou et vint tranquillement s’étendre sur le visage de la pauvre femme, l’obligeant à fermer la bouche pour ne pas être noyé et tandis qu’elle se débattait, une voix résonna dans son dos.
 
??? Que fais une jeune femme comme toi perdu dans les marécages brumeux?
 
Tandis que l’homme parlait, le voile aqueux lui libéra tranquillement la bouche.
 
YuriRelâche moi tout de …
 
La jeune femme ne put terminer sa phrase puisque la masse aqueuse recouvrit de nouveau sa bouche et tandis qu’elle tournait le regard vers l’origine de la voix, Yuri découvrit un homme qui la toisait du haut d’une branche adjacente, hochant négativement la tête de droite à gauche.
 
???Je t’ais posé une question donzelle, répond et je verrai si je te laisse crever aussi où si je t’escorte vers la sortie la plus proche.
 
L’homme fit un léger mouvement de la main et l’entrave relâcha de nouveau la bouche de la jeune femme.
 
YuriEspèce de sal…
 
D’un mouvement de la main l’homme la réduisit de nouveau au silence avant de lui recouvrir le visage jusqu’à la base de ses yeux et la jeune femme se retrouva dans l’incapacité de respirer sans risquer la noyade.
 
???C’est qu’elle a du caractère la donzelle, mais s’pas  s’qui va te sauver ma jolie alors répond à ma question tu veux, que fais-tu dans les marécages brumeux?
 
Un autre mouvement de l’homme et le rideau aqueux retomba à son cou et la jeune femme en profita pour prendre une grande respiration avant de partir d’une quinte de toux qui ne s’arrêta qu’après de pénibles secondes et c’est en haletant que la jeune femme toisa son bourreau.
 
YuriMais t’es quoi bordel?
 
La jeune femme crue voir, l’espace d’un instant, une lueur de surprise dans le regard de l’homme, mais celle-ci fut si fugace qu’elle se demanda si elle n’avait pas imaginé cette réaction.
 
???T’es pas du coin hein? J’aurais dû m’en douter à ton accoutrement, on dirait que tu sors tout droit d’un taudis…
 
L’homme la toisa quelques instants avant de poursuivre.
 
???Alors pour faire court, je fais partit des troupes du village caché de la Brume et je suis, comme qui dirait, affecté à la protection de cet endroit de merde. Alors maintenant que je me suis présenté donzelle, tu vas me dire ce qui amène ton joli petit cul dans ce coin de pays.
 
La jeune femme toisa son interlocuteur avec dédains. Elle n’était pas stupide, si l’homme avait voulu la tuer, il l’aurait laissé mourir dans cette mare et surtout, si ce qu’il venait de dire était vrai, ce connard qui tenait sa vie entre ses mains, était membre du village caché de la brume qu’elle cherchait justement à rejoindre.
 
YuriJe cherchais justement à rejoindre ton village de merde.
 
L’homme partit d’un rire franc avant de reporter son regard sur la jeune femme qui se sentit plus vulnérable qu’elle ne l’avait jamais été de sa vie. D’un simple geste de main, cet homme insolant pouvait la tuée et elle trouvait quand même l’affront de l’insulter. Peut-être qu’elle était stupide après tout…
 
???Non mais, c’est qu’elle en a de la rage la petite et dis-moi, pourquoi mon village de merde comme tu dis voudrais d’une petite sotte insolente comme toi?
 
La jeune femme rageait intérieurement contre sa propre stupidité. Elle n’était pas vraiment en position de force et pourtant elle n’arrivait pas à garder son sang-froid. Elle qui avait survécu plusieurs années uniquement grâce à ses talents de manipulatrice se retrouvait désormais incapable de contrôler la rage qui bouillait en elle et désormais, elle devrait jouer le tout pour le tout et tout balancer, ou presque tout.
 
YuriDisons qu’un malheureux malentendu est arrivé entre certaines personnes et moi-même et que je dois ma survie à cette putain de lame qui ce trouve à ma taille. Après j’ai cherché à en savoir un peu plus sur comment elle marchait et l’on ma parler des sabreurs du village caché de la brume. Alors voilà, content?
 
L’homme la toisa longuement, ses yeux scrutant les moindres parcelles de son corps et l’impuissance qu’elle ressentait prit un peu plus d’ampleur et un violent frisson la parcouru tandis que l’anxiété prenait doucement le pas sur le rationnel de ses pensées.
 
???Belle histoire que t'as là, par contre c’est pas à moi de décider si tu peux rejoindre nos rangs ou pas alors pas le choix, on doit se rendre au village.
 
Puis d’un signe de main, l’enveloppe aqueuse se déplaça légèrement vers la droite avant de se dissoudre dans une pluie de gouttelettes et la jeune femme s’écrasa au sol, face la première. Ses jambes tremblaient et elle sut immédiatement que ces dernières ne pourraient pas la porter.
 
???Hey merde j’y suis aller un peu trop fort. On dirait bien que jvais devoir te porter putain… Alors fais pas chier et reste calme tu veux?
 
Puis, tandis qu’il ajoutait l’acte à la parole, la jeune femme tenta de lui répondre, mais aucun son ne sortit de sa gorge et doucement un voile sombre recouvrit sa vision tandis que le sommeil venait envelopper son esprit tandis que l’homme qui l’avait mise dans cet état la portait désormais sur son dos, en direction de ce qu’elle espérait être son salut.
 
-------------------------------------------------------------------- 

Quelques mois plus tôt...
Hôpital général
 
Quelques heures plus tard, la jeune femme se réveilla dans ce qui lui sembla être un lit de fortune, beaucoup trop mou pour être confortable. Tandis qu’elle allait grommeler quelque chose, une conversation adjacente la fit s’abstenir.
 
??? Mais bordel Hichiro, combien de recrus va falloir que tu foutre dans le coma avant de comprendre que tu n’es pas obligé de les drogués pour qu’elles soient coopératives?
 
Alors l’homme qui l’avait intercepté dans le marais se prénommait Hichiro et il l’avait drogué… Ce qui expliquait en partit l’étau qui lui enserrait la tête depuis qu’elle avait repris conscience.
 
Hichiro - J’aurais jamais cru qu’une si faible dose la foutre hors combat, je voulais juste m’assurer qu’elle me plante pas son couteau dans le dos pendant que je l’escortait au village, pas que je sois obligé de la traîner jusqu’à l’infirmerie…
 
???M’enfin… Le mal est déjà fait alors dégage d’ici avant qu’elle se réveille et qu’elle te plante, avec raison, son couteau entre les deux yeux.
 
Elle attendit que les pas d’Hichiro s’éloignent avant d’ouvrir les yeux. L’afflux soudain de lumière lui soutira un profond grognement et tandis qu’elle allait se redresser, une main se posa sur sa poitrine, lui intimant d’une légère pression de rester étendu alors elle grommela de plus belle.
 
???Attention ma jolie, je vais t’aider un peu.
 
Joignant le geste à la parole, l’homme l’aida à se redresser avec douceur avant de lui tendre un verre rempli d’un breuvage verdâtre qui dégageait une odeur si infecte que la jeune femme ne put s’empêcher de repousser ce dernier.
 
???C’est pour le mal de tête. C’est infecte, mais efficace alors bois s’il-te-plaît.
 
Son mal de tête sembla empirer encore un peu et elle ne put s’empêcher de relâcher un autre grognement avant d’attraper le gobelet que l’homme lui tendait encore et de le caler cul sec avant de s’effondrer sur cette chose spongieuse qui servait de lit et tandis que le goût infecte de la mixture se frayait un chemin vers ses papilles gustatives, la jeune femme sombra de nouveau dans un sommeil sans rêve.
 
-------------------------------------------------------------------- 
 
Présent
Grand Dojo

Tandis qu’elle regardait maintenant le dojo qui l’entourait, elle se souvint s’être réveillé et avoir été escorté devant un vieil homme au regard las qui, après un questionnaire très évasif l’avait envoyé vers une bâtisse rongée par l’humidité qui allait lui servir de toit le temps qu’elle trouve un endroit plus approprié. Ce qui s’était produit quelques jours plus tard tandis qu’elle c’était vu attribuer une minuscule chambre à quelques pas du grand dojo des sabreurs. Puis le reste avait été une suite monotone de séances théoriques qui n’avait cessé que quelques jours auparavant alors qu’elle avait été officiellement promu au rang de genin du village caché de la brume et maintenant elle se retrouvait ici, dans un petit dojo mitoyen au grand dojo des sabreurs qui lui servait de sanctuaire depuis son arrivée au village.
 
En piètre état lorsqu’elle l’avait découvert, elle c’était permis de l’aménager un peu et les vieux équipements avaient été restaurés tandis que les lattes de bois du plancher avaient été sablées et reteinte. Elle s’était toutefois résigné à tenter de récupérer le tatami qui s’y trouvait et elle en avait acheté un nouveau dont elle venait tout juste d’en terminer l’installation. Son regard parcourut le restant du dojo tandis qu’une expression satisfaite naissait sur son visage. Elle se sentait enfin chez elle quelques pars.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Lun 10 Juil 2017 - 18:23
Présent - À l'aurore
Dojo - Le havre de paix

La journée avait été longue pour Yuri et lorsqu'elle passa enfin la porte de son sanctuaire, l'astre solaire terminait sa lente descente derrière la ligne d'horizon, illuminant de ces derniers rayons les volutes de brumes qui ne quittaient jamais vraiment le village de la brume. Épuisée, le corps endolori par des semaines d'entraînement sans réelle pause, la jeune femme n'avait qu'une envie et c'était de s'étendre sur le mince tapis de sol qui lui servait de couchette depuis quelques jours et d'y dormir jusqu'à l'aube. Pourtant sa journée n'était pas terminée et c'est donc de peine et de misère qu'elle prit place au centre du dojo et dégaina son sabre.

Elle avait passé ses moments libres des derniers jours à récolter de l'information sur les armes des sabreurs et plus particulièrement, sur comment ces derniers arrivaient à se servir du pouvoir de leur arme. Cet exercice s'était avéré beaucoup plus fastidieux qu'elle ne s'y était attendu puisqu'elle n'avait trouvé aucun écrit à ce sujet. Elle s'était donc résigné à espionner les conversations des sabreurs venant s'entraîner dans les alentours du dojo lorsqu'elle s'y entraînait et ce ne fut qu'aujourd'hui qu'une information intéressante lui était enfin parvenu.

En effet, alors qu'elle pratiquait ses enchaînements habituels, elle avait entendu la conversation d'un sabreur et de son disciple. Quoique n'ayant réussi à recueillir que quelques bribes de l'enseignement du maître à son disciple avant que ces derniers ne soient trop éloignés, la jeune femme ait tout de même été capable d'entendre une piste prometteuse sur l'activation du pouvoir de son arme et maintenant qu'elle y pensait, Yuri n'arrivait pas à comprendre pourquoi elle n'y avait pas pensé plus tôt.

La jeune femme prit plusieurs grandes respirations tandis qu'elle passait lentement sa main libre sur la lame nue de son sabre, laissant au passage une gaine de chakra sur celle-ci comme elle avait appris à le faire au courant des derniers mois. Puis, ayant terminé d'appliquer la gaine autour de l'arme, elle redéposa ses mains en position et entreprit de faire circuler son chakra au sein même de son arme.

L'exercice se révéla plus ardu qu'elle ne l'aurait cru et après plus d'une heure d'essais infructueux la jeune femme s'écrasa au sol, les muscles tétanisés par la fatigue. Elle ne se rappelait pas avoir déjà ressenti une fatigue aussi intense et pourtant, elle brûlait d'envie de recommencer. Pourtant elle savait pertinemment que son corps avait atteint sa limite et la jeune femme dû ce servir des dernières parcelles de force qui lui restaient pour se traîner vers le lit de fortune qu'elle avait installé derrière un paravent, au fond du dojo et tandis que son regard se perdait dans l'architecture simpliste du plafond au-dessus d'elle, Yuri s'enfonça dans un sommeil sans rêve bien mérité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Le havre de paix

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: