Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le chemin vers l'amitié [Pv : Sendai Anzu et Metaru Kenshin]


Mar 31 Juil 2018 - 1:33
Jour après jour, il revenait toujours sur ce terrain d'entraînement. Depuis sa rencontre avec les deux autres Genin, cette place avait un sens pour lui : celle d'une vérité qu'il avait découverte grâce à eux. Cette dernière lui avait certes mis un grand coup au moral le jour même, mais Yahiko préférait voir le verre à moitié plein. En effet, bien que cette nouvelle était plutôt douloureuse tant elle soulevait de nombreuses questions, elle révélait aussi la réelle identité du ninja, sa vraie famille, ses vrais pouvoirs. Tous les coups qu'il portait à ces mannequins de bois illustraient sa rage d'accomplir son Nindô, ce qui serait semblable à une vengeance sur le destin que sa fausse famille lui avait tracée. Il ne leur en voulait pas, loin de là, leur traitement à son égard avait été loin d'un traitement désagréable, ils avaient agit comme s'ils respectaient ses choix de vie... étrangement.

Au delà de ce désir de devenir plus fort et cette rage de vaincre, Anzu et Kenshin avaient aussi marqué l'esprit du jeune Genin par leur respect à son égard. En effet, si cette situation s'était déroulée pendant son enfance, il aurait été sujet de moquerie au sein de toute sa salle de classe. Mais pour eux deux, il n'en était rien, la kunoichi avait même tenté à sa manière de le soutenir moralement. Du peu qu'il avait comprit, cette dernière avait souffert elle aussi de soucis de famille, mais le Sendai n'en savait pas vraiment plus. Au delà de l'attention qu'ils lui avaient accordé, Yahiko s'était aussi attardé à essayer de lire au travers de leurs émotions. Une passion qu'il avait, aussi étrange soit-elle, qui provenait de cette fascination qu'il avait pour les êtres humains qui tenaient à se cacher derrière un masque. Un masque naturel crée par l'habitus de vie, ou un masque artificiel qui protégeait soit le plus souvent l'estime de soi, et chacun de ses compagnons en portaient visiblement un différent. Il n'en était pas sûr, évidemment, il était loin de cette prétention.

Se tournant les pouces suite à son entraînement et à la douche qu'il avait prise pour se rafraîchir, il se décida de les recontacter tous les deux. Une espèce de manière qu'il avait de les remercier, mais aussi parce qu'il voulait resserrer les liens entre lui et eux. Peut-être s'en moqueraient-ils, ou peut-être seraient-ils tentés d'accepter son invitation, mais il voulait discuter avec ces deux personnes. D'un point de vue extérieur, n'importe qui ne les aurait pas trouvé si extraordinaires, mais le respect dont ils lui avaient fait part l'avait touché dans sa sensibilité. Quelque chose qu'il n'avait pas encore rencontré dans sa vie, lui qui n'avait connu dans son enfance que rejet, critique et incompréhension.

S'apprêtant à sortir dans une espèce de restaurant qui se voulait on ne peut plus modeste et qui était à quelques pas de chez lui, il écrivit sur une petite lettre un message qu'il s'apprêtait à poster en quelques sortes chez ses deux camarades. La tâche la plus difficile était bien celle qui consistait en retrouver leur demeure, tant Yahiko prit plusieurs heures pour demander aux habitants de Kumo s'ils ne savaient pas où il pourrait retrouver ses deux camarades, description à l'appui. Une fois fait, il disposa sous la porte d'entrée son invitation pour le soir-même, en ayant bien prit soin de formuler un écrit qui ne paraissait pas familier pour que Kenshin ne se fasse pas réprimander par dieu savait qui. Ils étaient libres d'y participer ou non, et Yahiko était bien prêt à reconnaître qu'il était allé bien loin pour pouvoir réussir son rendez-vous, mais il voulait tenter sa chance de renforcer son lien avec ces deux là.

Ainsi, le soir même, il se posa à sa table, habillé tout à fait normalement, et lisant ses écrits pour patienter, le temps que ses camarades arrivent. Enfin, s'ils arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 31 Juil 2018 - 15:58
Alors qu'Anzu venait de se réveiller, elle venait de voir Yuna en train de sauter d'excitation en voyant une lettre adressé à la Sendai. Cela faisait quelques jours que la demoiselle partage son appartement avec cette pile d'énergie qu'est Nanjou Yuna, littéralement. Anzu avait profité de sa présence pour lui demander plusieurs conseils sur comment soigner son rapport avec les autres, mais aussi comment vaincre cette timidité qui s'est installé depuis un moment chez la Sendai. Et justement, il semblerait que cette invitation arrive à point nommé pour voir ce qui doit encore être améliorable ... cependant, c'était des personnes qu'elle connaissait : Yahiko c'était un peu son "élève" tandis que Kenshin elle l'avait déjà croisé sur le terrain d'entraînement, même si elle ne sait pas grand chose des deux jeunes hommes. Cela veut dire qu'ils ne sont pas si inconnus que ça, donc Anzu n'aura pas à faire à des parfaits inconnus. Cependant, elle va devoir ... changer d'habits. C'est une idée de Yuna et elle a tellement proposé cette idée qu'elle avait du mal à refuser ... enfin si, elle a refuser, mais ...

Après avoir été pomponner et coiffer, Yuna l'avait aider à s'habiller d'une belle robe de soirée qu'avait gardé Anzu pour ... aucune raison en fait. Elle traînait là parce qu'elle ... l'avait ? Elle ignore même comment elle se l'est procuré. Enfin, comme c'était très venteux en ce moment - surtout qu'on est en montagne donc forcément il y a du vent -, c'est avec très peu d'aise qu'elle se déplace dans cette tenue qu'elle n'a absolument pas porter depuis ... qu'elle est gamine. Elle sentait tout les regards des hommes se poser sur elle, si elle n'est pas sexy pour autant - faut pas déconner, elle n'est pas Metaru -, il semblerait que sa robe face belle effet. En tout cas, Yahiko avait choisi un restaurant très modeste, elle y allait de temps en temps et elle connaissait l'endroit. C'est surtout qu'il est assez proche de la bibliothèque. Enfin, elle voit Yahiko, habillé normalement ... elle le savait que ce n'était pas un rendez-vous galant ...

- Bonsoir Yahiko ...

Elle était très gênée de venir le voir dans cette tenue, elle a un peu peur qu'il se fasse des idées, du genre qu'elle a mal compris l'invitation ... mais elle comptait expliqué le pourquoi du comment.

- Ma ... colocataire est tombée sur ta lettre et pensait que c'était un rendez-vous galant et ... elle a du coup insisté pour que je mette cette tenue ...

Elle préférait encore être en maillot de bain que dans cette tenue ... quoique, c'est quoi le pire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Jeu 2 Aoû 2018 - 23:13
Encore une fois, j’ai la chance de pouvoir observer ce magnifique coucher de soleil en sortant du travail. Jour après jour, depuis mon entrée à l’institut, se sont installées des habitudes. Un nouveau quotidien, une nouvelle vie dans laquelle pour la première fois, je me sentais libre. Libre de faire mes propres choix, libre de poursuivre mes propres objectifs. Libre de vivre. Le travail est éreintant, mais palpitant. Tous les matins, je me lève puis pars m’entrainer pendant une heure. Une fois terminé, je rejoins l’institut et travaille jusqu’à ce que le soleil se couche, aux alentours de 19 heures. Parfois, au lieu de rentrer directement pour manger et me coucher, je passe du temps à la bibliothèque, puis lit un livre avant de rejoindre la demeure familiale. Des journées bien chargées, ce que je ne changerai rien au monde.

Mais ces derniers jours, je sens que quelque chose a changé… Je ne me sens plus aussi à l’aise qu’avant en rentrant chez moi. Comme si ce n’était plus chez moi. Peut-être est-ce parce que j’y passe beaucoup moins de temps qu’auparavant… ou à cause de l’accident ? Mais cette sensation me prend tous les soirs. Père et Mère ne m’ont jamais demandé de rester, mais ils n’ont pas non plus émis le souhait que je parte du domaine familial. Ainsi j’y ai toujours vécu. Comment réagiraient-ils si je déménageais ? Peut-être pourrai-je me prendre une bâtisse avec quelques servants… Ou quelque chose de bien plus simple. Bien que ma fortune personnelle soit suffisante pour m’acheter ce que je veux, je ne désire rien d’autre qu’un lieu cosy et chaleureux. Un lieu où je me sentirai en sécurité… Pourquoi est-ce que je ressens ça ? Mon accident n’a rien avoir avec la bâtisse familiale. Tous mes souvenirs, mes pleurs et mes rires… j’y ai passé toute ma vie. Toute ma vie y est…Tout mon ancienne vie y est. Cette vie que je cherche tant à changer.

Tout prend sens maintenant.

Arrivé au pas de la porte, un servant vient m’ouvrir et me tend aussitôt une lettre non cachetée, avec mon nom écrit dessus.


« –Bonsoir monsieur. Nous avons reçu ceci pour vous.
Il me tend la lettre des deux mains et je fais de même pour la prendre.
–Merci Hikio. »

J’ouvre la lettre et découvre avec surprise qu’il s’agit d’une invitation de la part de Sendai Yahiko, pour ce soir même. Si je me souviens bien, il s’agit du jeune homme avec qui je me suis entrainé il y a quelques temps. Il y avait également une jeune femme, du nom de Sendai Anzu. Le premier désirait apprendre à maîtriser son Kekkei Genkai. Après avoir répondu à ses questions, nous nous sommes entrainés ensemble puis j’étais reparti peu après. Ce sont des jeunes gens intéressant et bien qu’ils soient un peu trop jeunes à mon goût, ce ne serait pas une mauvaise idée que d’accepter son invitation. A force de ne faire que travailler et m’entrainer, je n’ai pas discuté normalement à quelqu’un depuis des jours !

L’heure approchant à grand pas, je ne perds pas plus de temps et me dirige vers ma chambre pour revêtir quelque chose de plus adapté. Arrivé dans ma chambre, je passe en revue différentes tenues… trop classe, trop riche, trop complexe. Ainsi, je me rabats sur le seul kimono qui ne mette pas trop en évidence mon rang – sans toutefois l’occulter – puis repart aussitôt vers le lieu de rendez-vous.

L’adresse me mène jusqu’à un petit restaurant, pas loin de la grande bibliothèque. Un rapide coup d’œil sur la fenêtre me fait comprendre que les deux Sendais sont déjà à l’intérieur. Un serveur s’approche de moi et s’incline avec respect avant de prendre la parole.


« –Bonjour monsieur, puis-je vous aider ?
–Deux collègues m’attendent à l’intérieur, si vous me permettez.
–Bien-sûr ! Je vous accompagne.

Pour passer inaperçu, c’est raté. Nous entrons donc le bâtiment puis allons jusqu’à leur table.
–Madame Anzu, Monsieur Yahiko, bonsoir. Veuillez m’excuser pour mon retard, je n’ai pas pu me libérer plus tôt. »


Dernière édition par Metaru Kenshin le Lun 27 Aoû 2018 - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 7 Aoû 2018 - 20:55
Il se tournait les pouces, se replongeant dans ses pensées. La décoration de l'endroit était très sobre, mais très jolie. Un endroit parfait pour recevoir les deux personnes qu'il voulait convier. Sur les murs, différents espèces de tableaux de différents "artistes", représentant plusieurs mets que le restaurant pouvait offrir. Tout était suffisamment présentable, tant l'agencement de l'intérieur que la présentation des tables, et plus encore des petites pancartes qui servaient à présenter ce qui se faisait ici. Le choix était large et varié, suffisamment pour que toute personne de toute orientation culinaire s'y retrouve. Sûrement un des meilleurs choix de restaurant, lorsque l'on voulait recevoir des personnes que l'on ne connaissait pas plus que ça. Parfait pour faire un peu plus connaissances.

L'attente était un peu longue, et plus le temps passait, plus Yahiko se demandait si ses deux convives viendraient le rejoindre. Après tout, il y avait bien plus de raisons qui pouvaient les emmener à ne pas venir plutôt que l'inverse. Peut-être étaient-ils indifférents quant à la rencontre qu'ils avaient fait avec lui, lui qui n'avait qu'été assisté pendant tout l'entraînement. Chacun paraissait plutôt préoccupé par leurs problèmes personnels plutôt que par la rencontre avec un type avec qui ils n'avaient que vivement discuté. Il attendrait encore cinq petites minutes, et se lancerait dans un repas en solitaire si personne ne pointait le bout de son nez. C'est du moins ce qu'il pensait, avant que le premier des deux invités n'arrive. C'était Anzu, dans une tenue bien plus présentable que d'habitude. Le jeune Genin n'avait à aucun moment voulu sous-entendre un quelconque désir de sa part envers elle, et il avait bien peur qu'elle ai pensé à un rencard amoureux. Il n'y avait pas quarante comportements à adopter pendant le repas si Anzu pensait à un repas en tête à tête : l'indifférence. Ne jamais sous-entendre quoique ce soit, ne jamais blaguer sur un sujet qui pourrait créer une quelconque ambiguïté...

Ses pensées furent abrégées dès qu'elle s'exprima. S'il avait essayé d'être aussi imperturbable depuis qu'il l'avait vue pour la première fois, il soupira un grand coup lorsqu'elle s'exprima pour lui expliquer les véritables raisons de son accoutrement.

-"Oh, tu me rassures ! J'avais peur que tu ai mal compris le but de l'invitation de ce soir..."

Reprenant un sourire bien plus honnête mais surtout bien plus détendu, il reprit plus naturellement.

-"Je suis content que tu sois venue, je me disais plutôt qu'il y avait plus de chance pour que Kenshin et toi ne veniez pas."

Peu de temps après qu'il lui ai dit ça, il aperçut au loin son deuxième invité, qui était toujours aussi soigneux et présentable. Il était visible à son comportement qu'il provenait d'une famille qui était loin d'être pauvre, mais ses vêtements montraient bien une volonté de paraître humble, ce qui était tout à fait respectable. Il valait mieux ça qu'un personnage arrogant et écrasant passivement les personnes avec qui il restait. Faisant un signe de tête pour montrer à Anzu que Kenshin arrivait, il lui fit un signe de main pour le saluer.

-"Tiens, je suis content que tu sois venu, toi aussi. J'ai de la chance, je m'étais persuadé que vous seriez absents tous les deux", lui dit-il d'un sourire.

Les serveurs ne les embêtaient pas tandis qu'ils s'installaient tranquillement. Il y avait tellement de chose à dire, mais inutile de se presser, ils avaient bien toute la soirée pour discuter.

-"Je voulais vous inviter pour que nous fassions un peu plus connaissance. J'ai bien aimé ce que nous avons fait au terrain d'entraînement, alors je me suis dis que vous inviter nous donnerait probablement plus de raison de recommencer ! Du moins, si cela vous tente."

Il n'avait aucun ami et aucune connaissance avec qui s'entraîner, et tout se faisait toujours tout seul. Bien qu'il ouvrait légèrement son coeur à ses deux comparses, il restait sobre dans ses paroles, et profitait de cette petite discussion pour leur faire une petite proposition. Bien qu'il ne comptait pas effectuer tous ses entraînements avec eux comme eux ne s'entraîneraient pas toujours avec lui, la puissance d'un village reposait en partie dans les liens entre les ninjas qui y habitaient, et il était bien dans l'objectif de Yahiko de raffermir ses liens avec un maximum de Genin pour s'assurer un avenir prometteur. Notamment par rapport à son Nindô.


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mar 14 Aoû 2018 - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mer 8 Aoû 2018 - 11:40
On dirait que Yahiko se faisait des idées sur son accoutrement, il devait penser qu'Anzu pensait qu'il s'agissait d'un rendez-vous galant, ce n'est heureusement pas le cas. Elle pouvait entendre un gros soupir venant de lui, le pauvre, il a dû avoir la frousse en effet. Enfin, la Sendai est ici pour voir où elle en est en ce moment, mais difficile pour le moment de communiquer alors qu'elle est embarrassée par cette tenue. Tenue qui exhibait le tatouage propre aux Sendai sur son épaule d'ailleurs, un tatouage brillant d'un vert émeraude très particulier. Elle souriait en l'entendant dire qu'il était content qu'elle soit venue, en disant qu'elle et Kenshin avait plus de chance de ne pas venir qu'inversement. Pourquoi pensait-il ça ? Sûrement parce qu'Anzu est très timide ... mais maintenant ... la voilà dans un restaurant avec une belle tenue et un bon garçon, niveau gêne ... elle est servie.

- C'est vrai que je n'aurais certainement pas pu venir, mais j'essaie en ce moment de m'améliorer niveau social, donc ça tombait à pic.

Ce rendez-vous, c'est un test, mais ça n'empêchera pas Anzu de prendre un peu de bon temps, après tout, si elle est invitée, elle mangera gratuitement, et puis, elle voudra bien en apprendre un peu plus sur le clan qui l’hébergeait, le clan Funami, elle n'en a pas beaucoup entendu parler après tout. Une fois que le serveur est venu les prévenir que Kenshin les attendait, les voilà maintenant à table, lui aussi était bien habillé, mais plus pour faire plus bonne impression qu'autre chose, enfin, c'est ce qu'elle pense. Une fois à table, Yahiko leur explique le but de cette invitation : faire connaissance entre eux.

- Je vois.

Il voulait les connaitre un peu mieux, décidément, Anzu ne pensait pas intéressée tant de gens. Déjà sa partenaire, ensuite la gladiatrice, et maintenant, Yahiko. Elle se demande ce qu'elle a d'aussi intéressant, la Sendai a du mal à savoir ce qui peut autant attirer l'oeil. En attendant, il semblerait que ce soit à elle de commencer à prendre la parole ... probablement la plus timide des trois en gros.

- Eh bien, pourquoi pas ? J'aimerais justement savoir un peu plus sur ton clan adoptif, le clan Funami.

Pour le moment, ce n'était pas le moment de prendre les commandes, donc ils ont encore un peu de temps.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Ven 10 Aoû 2018 - 20:54
Monsieur Yahiko semble agréablement surpris de ma présence, pensait-il que je ne viendrai pas ? Probablement. Bien que cela ne me gêne pas de refuser une invitation, l’idée de ne pas aller à une soirée où l’on requiert ma présence par une lettre elle me déplait. C’est justement la raison pour laquelle il est normalement très incorrect de procédé ainsi : envoyer une lettre pour le soir même sans attendre de réponse en retour. Impossible de ne pas y aller… tout du moins c’est ainsi qu’un noble penserait. J’ai cependant parfaitement conscience que le Sendai n’a pas du tout pensé à tout cela avec son invitation tardive. L’idée a dû lui venir dans la matinée, peut-être même dans la journée et il l’a donc tout naturellement concrétisée. Parfois j’envie la spontanéité et l’innocence de ces jeunes : leur monde est bien moins complexe, bien moins codifié que le nôtre.

La jeune femme porte une élégante robe de soirée violette, laissant ses bras ainsi que ses jambes – à partir de la moitié de la cuisse – apparaître. Elle est aussi bien coiffée et porte un maquillage léger la mettant en valeur. Tout cela ne semble pas lui ressembler, pas le moins du monde. Son caractère réservé de garçon manqué contraste avec sa transformation. Une amie – ou peut-être une mère – semblent être passées par là. Le jeune homme lui est habillé plus classiquement : tenue de sortie basique, ni trop habillé, ni pas assez. Avec moi pour finir le tableau, nous devons tous trois donnés une bien étrange impression, tant nos postures et nos accoutrements contrastent et je crois ressentir quelques regards curieux.

Le Sendai explique son geste par la volonté de faire plus ample connaissance avec nous. Ayant apprécié notre petite session d’entrainement d’il y a quelques temps, il a donc organisé cette soirée dans ce but. La réponse de sa cousine est froide, comme à son habitude. Si cela continue ainsi, la soirée risque d’être longue et désagréable. Un peu de bonne humeur et de légèreté devraient suffire à détendre l’atmosphère.


« –Une idée tout à fait louable Yahiko. J’ai moi-même apprécié notre entrainement et j’en ai tiré une expérience précieuse. Je vous remercie également tous deux d’avoir su tenir votre langue. »

En effet, personne n’a su, ni pour cet entrainement, ni pour les blessures. Aujourd’hui, ce n’est plus un secret que je m’entraine d’arrachepied pour devenir meilleur, mais j’avais bien besoin à ce moment-là de trouver une justification à cela. Une raison valable de me battre ainsi chaque jour au risque de me blesser. Sans quoi, je n’aurai pas pu affronter la réticence de ma famille.

Un serveur vient vers nous pour nous proposer les menus ainsi que des boissons. Je lui demande d’apporter trois cocktails en guise d’apéritifs puis écoute Madame Anzu interroger son cousin sur le clan qui l’a adopté : le clan Funami. Je ne connais moi-même rien sur ce clan. Sa réponse expliquera peut-être toutes les blessures que Yahiko semble vouloir cacher.


Dernière édition par Metaru Kenshin le Lun 27 Aoû 2018 - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Lun 13 Aoû 2018 - 15:04
Il sourit à la réponse d'Anzu, qui évoquait l'idée de s'améliorer au niveau social. Yahiko n'aurait jamais pensé que son invitation aurait été si bien perçue et aurait même servie à combattre un des plus gros démons de sa probable lointaine cousine. Il était donc bien l'occasion d'essayer de la socialiser, et Yahiko essaierait de faire de son mieux pour que lui et son autre invité se sentent aussi bien que possible en leur compagnie. Kenshin aidait par ailleurs à cette idée, tant il s'était permit de dire qu'il avait apprécié l'entraînement. Après tout, malgré les blessures à leur bras, tout s'était bien passé et les deux avaient pu se battre comme ils le voulaient. Ils avaient certes tous les deux beaucoup d'aspects à améliorer dans leur façon de combattre, mais c'était un bon point de départ.

-"Cela faisait parti de notre marché, c'est normal de ne rien avoir dit à qui que ce soit."

Autant qu'il voulait progresser lui-même, Yahiko voulait faire de son mieux pour que ses proches progressent, et il n'était donc absolument pas dans son intérêt de priver Kenshin de sa liberté, au contraire. Il préférait être un compagnon d'arme qui garderait son secret bien gardé.

Ecoutant attentivement son autre amie, il semblait que cette dernière soit très curieuse quant au clan Funami, le clan adoptif du Sendai. Un sujet qui se devait normalement douloureux, mais il était totalement normal que les deux autres ninjas ici présents veuillent en savoir plus : le Genin n'oubliait pas que c'était grâce à eux qu'il connaissait la vérité, et ils étaient parfaitement en droit d'en savoir un petit plus. Tandis qu'ils attendaient que les boissons n'arrivent, l'adolescent aux cheveux blancs se lança dans ce monologue.

-"Eh bien, si ça vous intéresse... mon clan vient d'un village à proximité de Kumo, c'est là où j'ai passé mon enfance et où je suis né. C'est un clan sans pouvoirs mais avec une très grande volonté et un très grand rêve : que le monde vive en paix, et que les ninjas deviennent suffisamment fort pour qu'elle soit durable. Un rêve idéaliste, certes, mais je ressens bizarrement ce désir aussi, même si je ne suis pas réellement leur descendant."

Il prit un instant pour reprendre son souffle, récupéra les boissons qui étaient maintenant distribuées, bu un coup, et reprit ce qu'il avait à dire.

-"Mon "père" est le chef de ce clan, il a fait passer mon pouvoir pour celui d'un héritier et a eu dès ma récupération une grande ambition pour moi : il voulait que je sois un représentant légitime de ce clan, que je le fasse connaître au travers du monde, et surtout que je devienne aussi fort que possible pour pouvoir réaliser leur rêve. Tandis que je grandissais, il faisait mes éloges à toute la famille, et comme mon village n'était pas très grand et en grande partie composé de gens de mon clan, il voulait que notre clan se répartisse partout dans le monde des ninjas et répande cette volonté. La majorité était contre, mais comme c'était son rêve et qu'il était très ambitieux, il a décidé de partir du village pour venir à Kumo, afin que je grandisse dans le monde des ninjas et que je maximise mes chances de devenir un symbole pour le clan."

Il soupira un coup, ce qu'il venait de dire était très dense. Même s'il avait mit toute la bonne humeur pour ne pas alourdir l'ambiance, ce qu'il avait à dire n'avait rien de très positif.

-"Vous avez bien comprit, toute l'ambition de mon père repose sur un mensonge qu'il a essayé de diffuser à tout mon clan. Alors je vous avoue, ça m'arrange un peu que ce ne soit pas mon vrai père, j'aurai un peu honte, haha !", dit-il en riant pour détendre un peu l'ambiance.

Même s'il avait essayé de dire ça avec tout le calme qui se doit et de la bonne humeur, rien de ce qu'il disait avait de quoi maintenir une ambiance joviale. Maintenant, ils voulaient connaître l'histoire du clan Funami, alors voilà tout ce que Yahiko pouvait leur offrir. Une triste vérité, mais rares étaient les ninjas qui avaient une histoire agréable.


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mar 14 Aoû 2018 - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Lun 13 Aoû 2018 - 18:15
Kenshin semblait ... encore effrayé d'entendre Anzu parler, sans doute trouvait-il son ton encore froid. Elle n'est pas encore parfaite là-dessus, mais c'est en cours. Cependant, elle ne pensait pas avoir pris ce ton froid habituel, comme quoi, parler aussi froidement était devenu normal, il fallait donc impérativement régler ça. Elle note donc ceci dans un coin de la tête. Après ceci, Anzu entendait le Metaru les remercier de n'avoir rien dit, la Sendai ne voyait pas pourquoi il se cachait pour s'entraîner, mis à part qu'il était blessé et donc que ses médecins allaient l'engueuler, mais de toute manière, elle avait en quelque sorte elle aussi promis de ne rien dire, mais justement, Anzu se disait qu'elle avait bien fait de les séparer après leur entraînement, s'il se retrouvait avec plus de blessures, il aurait eu du mal à trouver une excuse pour dire qu'il est parti s'entraîner.

- J'ai bien fait dans ce cas de vous séparer, tu aurais du mal à trouver une excuse si tu avais plus de blessures.

Elle lui fait un clin d’œil malicieux, ça aussi elle l'a appris avec Yuna, bien que son sourire ne va pas trop avec ça ... mais elle débute encore. Enfin, après avoir eu le droit à quelques cocktails commandé par Kenshin, Yahiko allait exaucer le souhait d'Anzu de savoir un peu plus sur le clan Funami. Il présente d'abord son clan comme étant un clan sans pouvoirs avec une idéologie, celui de faire vivre le monde ninja en paix. Elle se dit qu'heureusement que ce village était près de Kumo et pas d'un autre village caché, comme un certain village caché de la brume ... enfin, la brune garda ses commentaires pour plus tard en écoutant le monologue de Yahiko. Il présentait son père comme le chef de ce clan et voulait que Yahiko soit son successeur légitime, divagant le mensonge à son clan pour dire qu'il est son véritable fils.

- Au moins, ton "père" croit en toi dans une certaine mesure, même si ça m'a l'air pour son propre confort personnel que ça se repose. Sans doute a-t-il peur d'être déçu si ça se passait autrement.

En tout cas, Anzu comprenait un peu mieux la situation de Yahiko et pourquoi il ne connaissait pas son "clan", c'était un jeune enfant qui a été élevé pour un but bien précis et pas autrement : devenir un symbole d'un clan voulant la paix dans la monde. Ce qu'Anzu en pense ? He bien, la paix est impossible pour le moment, les idéologies sont beaucoup trop différents pour qu'une paix durable s'installe, mais au moins, il y a des améliorations, comme l'alliance de Kumo et Iwa par exemple.

- Et sait-il que tu es un Sendai ? Enfin ... tu me diras, s'il ne connait pas ce clan et vu le portrait que tu nous as fournis, il risque de voir ça comme une preuve flagrante que tu es un "fils" doué qui a appris un nouveau pouvoir.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Jeu 23 Aoû 2018 - 9:48
Le jeune homme commence donc à expliquer les origines de son clan. Yahiko est né et a passé son enfance dans un village à proximité du Village Caché des Nuages, village duquel est originaire sa famille. Clan sans pouvoir, ses membres ne sont néanmoins pas dénudés d’objectifs puisqu’ils nourrissent le rêve qu’un jour le monde puisse vivre en paix. Le jour où les ninjas deviendront assez fort pour se battre pour ce rêve, alors la paix sera possible. Yahiko lui-même avoue lui aussi ressentir ce désir, bien qu’il ne soit pas de leur sang.
Utopie.
Son père adoptif, qui est également chef du clan, a tout de suite sur saisir l’importance que représentait Yahiko. Un enfant possédant la maîtrise du chakra dans un clan qui en est dénué. Pour ceux qui nourrissent des objectifs bien au-delà de leur condition, il s’agit d’une chance inespérée. Devenir le plus puissant pour pouvoir réaliser leur rêve de grandeur et de paix. Une histoire pas si banale, que beaucoup de ceux qui ont souffert nourrissent. Tant sont ceux qui sont morts en se battant pour cette fameuse paix. La puissance… Ne permet pas d’instaurer la paix, mais de soumettre les populations. La soumission n’apportera que colère et rébellion. La paix par la force n’apportera que haine et guerre.
Désillusion.
Afin d’aller plus loin dans sa quête, le chef de clan voulait que ses membres se dispersent à travers le monde pour propager sa pensée. Afin qu’un jour enfin son rêve devienne réalité. Mais tous ne semblèrent pas de cet avis. Tous n’étaient pas aveuglés par tous ces rêves de grandeurs. Ainsi, peu semble avoir accepté. Cependant, lui décida de partir s’installer dans le village de Kumo avec sa famille. Ainsi débuta la vie de Shinobi de Yahiko. Ainsi débuta l’histoire toute tracée du jeune espoir du clan Funami.

Yahiko reprit son souffle puis termine son allocution en qualifiant l’ambition de son père de mensonge. Mais Yahiko ne qualifie là pas le rêve de son père de mensonge, mais bel et bien l’avis et les espoirs qu’il placé en lui. Yahiko ne croit absolument pas en ses capacités de Shinobi.

Cette histoire, je ne la connais que trop bien. Mon père aussi a placé en moi tous ses espoirs, souhaitant que je perpétue tous ses rêves et que je prenne la suite de son travail. Des années durant je me suis laissé faire, laisser guider vers un avenir qui n’était pas le mien, mais le sien. Qu’est-ce que cela m’a apporté ? Frôler la mort. Plus de 30 ans à me battre de toutes mes forces pour réaliser les rêves d’un homme incapable de les détacher de son fils. Je suis le fils unique, le fils prodige, le génie des Metaru, le futur du clan. Foutaises.

Mais mon père est aussi un homme sage et réfléchit. Je ne doute pas qu’il soit déçu du chemin que j’ai entrepris depuis mon accident, mais imaginer que je puisse mourir lui a aussi remis les idées en place. Depuis, les espoirs qu’il avait placé en moi ont radicalement changé. Il ne veut plus que je devienne lui, mais que je me construise. Trouver le bonheur, être en sécurité, vivre ma vie. C’est assez absurde quand on y pense puisque dans cette quête j’ai entrepris de devenir un puissant Shinobi. Mais je ne sais que trop bien que la meilleure manière de se défendre n’est pas de partir se cacher dans un coin à attendre que le sort ne s’abatte sur vous. Il faut se battre pour atteindre ses rêves, se protéger et protéger ceux qu’on aime.

Ce chemin, cette quête de moi-même m’a isolé du reste du clan. Pour eux, j’ai trahis les espoirs qu’ils avaient en moi. Qu’importe la solitude.

La jeune femme ne semble elle aussi pas dupe, comme en témoigne ses propos sur le père de son cousin clannique. Bien que timide, elle semble avoir l’esprit vif et parfaitement comprendre la situation. Yahiko lui ne semble pas saisir dans qu’elle situation il se trouve et c’est bien normal. Quand on est ainsi pris dans le flot, il est autrement plus dur d’observer les virages qu’il va prendre. En tant qu’observateur extérieur, c’est autrement plus aisé. Son père sait-il que son fils est un héritier du clan Sendai ? La question que pose la jeune femme va de soi. Mais s’il est venu à Kumo et s’il souhaite réaliser son utopie, il doit s’être longuement renseigné sur les personnages qui peuplent ce monde. Ignorer que les pouvoirs de son fils adoptif proviennent de ce clan mythique serait une preuve supplémentaire de sa folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Ven 24 Aoû 2018 - 17:56
-"Ouais, c'est vrai... D'un autre côté, je n'aime pas l'idée que l'on croit en moi pour un mensonge. Même si en soit, c'est gratifiant pour moi, bien sûr."

Anzu essayait de voir du mieux qu'elle le pouvait le positif qu'il y avait dans la situation. Peut-être était-ce pour rationaliser, peut-être était-ce parce qu'elle avait connu bien pire, qui sait ? Ça faisait bien parti des questions qu'il comptait poser à ses deux récents amis. Savait-il qu'il était un Sendai ? Aucune idée, il ne lui en avait jamais parlé. Était-il le fruit d'une simple adoption par des gens inaptes à avoir des enfants, ou était-ce pas intérêt ? Il n'en savait rien. Depuis qu'il avait apprit toutes ces nouvelles, il n'avait engagé que très peu de discussions avec ses géniteurs. Il ne savait pas où, comment, pourquoi. De ce qu'il racontait, il paraissait tout de même beaucoup plus probable que son père soit au courant de ce fait. Il avait tout intérêt à adopter un enfant qu'il savait nettement plus fort que tout son clan, le faisant passer pour un énergumène unique. Enfoiré, on ne pouvait pas tromper une lignée entière comme ça.

-"Nous n'en avons jamais parlé, mais je pense que oui. Par rapport à tout ce que je vous ai raconté, il paraîtrait logique que tout soit prévu depuis le début."

Il pensait beaucoup à son faux-père et à ses ambitions bien trop idéalistes, mais il n'avait jamais encore prit le temps de penser à son vrai père, qui lui avait accepté contre de l'argent d'échanger son propre fils. Quel genre d'enfoiré était-il, lui aussi ? Soufflant un petit coup, il se calma tout seul en se disant qu'il valait peut-être mieux pour lui qu'il n'ai pas continué sa vie aux côtés d'un père qui ne pensait probablement qu'à l'argent. Et dans tous ces cas, qu'en était-il de la mère ? L'avait-elle échangé elle aussi ? Était-elle forcée ? Il y avait bien trop de questions auxquelles Yahiko n'avait pas de réponse, mais ce qui était le plus terrible, c'était de se faire à l'idée que même s'il voulait des réponses, les Sendai étaient bien trop répartis dans le monde entier pour pouvoir espérer les retrouver. A quoi bon, si ce n'était que d'avoir une envie irrépressible de les tuer, ou au moins de se venger. Ça pouvait aussi être une motivation à devenir plus fort, quelque part.

-"Je pense bien qu'il était prêt à tout pour achever ses ambitions, je suis quasiment sûr qu'il était au courant de tout. Enfin, qu'est-ce que je peux bien y faire, je préfère me raccrocher au futur, il est beaucoup plus intéressant", dit-il d'un sourire malicieux. Il savait très bien que sans connaître leur histoire, la dernière phrase qu'il venait d'énoncer parlerait à ses deux camarades.

Il avait assez parlé de lui à son goût. Non pas qu'il n'aimait pas ça, mais il ne voulait pas que la conversation tourne autour de sa petite personne. Chacun ici avait bien le droit à évacuer ce qu'il ressentait, c'était ce à quoi servaient les amis après tout.

-"Enfin, assez parlé de moi. J'aimerai bien vous connaître un peu mieux, moi aussi ! Comment c'est, dans vos familles ? Vous aviez l'air tous les deux embêtés par ça.", dit-il à la fois curieux et aussi gêné de peut-être appuyer sur une plaie douloureuse.

Une pointe de curiosité pour que chacun ose délier sa langue, s'il le désire. Yahiko ne forçait évidemment personne, s'ils en parlaient, c'était à leur bon vouloir. Evidemment, tout était une question de confiance, mais comme il venait de se livrer, il était probablement bien placé pour les écouter à son tour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Sam 25 Aoû 2018 - 17:01
Yahiko semblait s'en vouloir de se montrer aussi ... profiteur ? Mais il n'y pouvait rien, après tout, c'est son père qui a mis tous ses espoirs en lui, ce n'est pas tant sa faute que ça. Anzu avait connu la même chose après tout avant qu'ils découvrent "l'horrible vérité" et qu'elle se fasse rejeté. Dans tous les cas, Yahiko ignore si son père connaissait le clan Sendai, ou si c'est le cas, il ne lui en a jamais parlé. Mais du coup, pourquoi ne pas avoir avertit son fils de ses pouvoirs en lui donnant l'occasion de mieux les maîtriser ? Ou mieux, allez voir d'autres Sendai à Kumo - c'est ce qu'il a fait, ils ne sont que deux sauf lui, le maître d'Anzu et elle - en leur demandant de leur donner un apprentissage sur la manipulation du chakra. C'est illogique s'il connaissait son pouvoir ... pourquoi ne pas lui en parler surtout s'il voulait qu'il devienne le chef de son clan ? Il y avait quelque chose qui cloche ... elle voulait savoir ...

- Mais dans ce cas, s'il savait que tu étais un "héritier" du "clan" Sendai, pourquoi ne t'en a-t-il pas parlé ? S'il voulait que tu sois plus fort et que tu prennes sa place, il n'aurait pas dû cacher tes pouvoirs pour te permettre de t'améliorer.

C'était illogique ... enfin, si ça se trouve, son père est juste fou et complètement aveuglé par la joie d'avoir un fils qui peut lui succéder, c'est entièrement possible ça aussi. Enfin, il voulait arrêter de parler de lui, il voulait maintenant en savoir plus sur les autres. Bien sûr, Anzu comprenait ce qu'il voulait par "s'accrocher au futur", c'est ce qu'elle a fait lorsque ...

- Mes parents m'ont renié et mis à la porte lorsqu'ils ont appris que je ne pouvais pas utiliser les affinités élémentaires et ont préféré s'occuper que de ma petite sœur en me laissant me débrouiller toute seule.


Le tact ... le sien était aussi clair et précis qu'un coup de pompe en plein dans la figure de ses deux compagnons. Anzu l'a répété tellement de fois que ça lui paraissait naturelle de dire ça. C'est sans doute pour ça qu'Anzu avait un peu de mal à le dire avec du tact, et comme elle était trop franche ... enfin, elle sentait quand même un malaise du côté des garçons en train de se créer.

- ... C'est ce genre de chose que je dois dire avec du tact ?

Oh oui, Yuna avait encore beaucoup de boulot ...

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Lun 27 Aoû 2018 - 18:58
Yahiko laisse entrevoir toute la colère et la rancune qu’il semble ressentir au fond de lui. Dissimulée sous son appararence jovial et amical se dévoile un jeune homme tourmenté par son passé. Ni lui ni son père n’ont eu de discussion à propos du clan Sendai et des origines des pouvoirs de Yahiko. Mais selon ce dernier il serait logique que son père soit au courant de tout et ait tout prévu. Alors pourquoi ne l’a-t-il pas formé à la maîtrise du chakra pur ? S’il désirait si ardemment rependre sa vision dans le monde entier et s’en donnait les moyens pour, pourquoi agir ainsi ? Beaucoup d’inconnues entourent l’histoire du jeune Sendai… Des inconnues dont seul son père semble avoir les réponses. Peut-être un jour aura-t-il la force de l’affronter en face et de lui demander la vérité. Le visage du Sendai laisse transparaître ses sentiments au fur et à mesure que sa pensée se délie. Colère, incompréhension, tristesse… Nombreuses sont les marques que son père lui a laissées… Et profondes sont les plaies qu’il lui a causées. Préférant se raccrocher au futur, il préfère aujourd’hui ne pas s’attarder sur ce lourd fardeau qu’est le sien. Vivre au jour le jour, se battre pour construire sa propre histoire… Je ne connais cela que trop bien. Bien que nos histoires et familles sont très, très différentes, le destin semble nous unir d’une bien triste manière.

Anzu pose une nouvelle question soulignant la décision de son père de ne pas lui parler de ses origines alors que son but était qu’il devienne plus fort pour prendre sa place. Mais c’est une question qui restera sans réponse tant que Yahiko n’affrontera pas son père adoptif.


« Enfin, assez parlé de moi. J'aimerai bien vous connaître un peu mieux, moi aussi ! Comment c'est, dans vos familles ? Vous aviez l'air tous les deux embêtés par ça. »

Ce à quoi répondu la jeune femme :

« Mes parents m'ont renié et mis à la porte lorsqu'ils ont appris que je ne pouvais pas utiliser les affinités élémentaires et ont préféré s'occuper que de ma petite sœur en me laissant me débrouiller toute seule. »

L’ambiance était posée. Une belle soirée en perspective ! Mais plus que de m’attrister cette situation me fit rire intérieurement. Un rire nerveux sûrement. Conscient de la maladresse dont elle venait de faire part, la Sendai nous demande si c’est le genre de chose qu’elle devait dire avec tact.

« Oui. Mais puisque nous sommes entre nous, ce n’est pas très grave. Cependant s’exprimer ainsi devant toute autre personne pourrait mal passer. Très mal passer. Pour ma part, tout va très bien dans ma famille. Mes parents ainsi que mon clan ont en effet placés beaucoup d’espoirs en moi, espoirs que j’ai toujours réalisés… Jusqu’à un accident lors de l’attaque de Suzuri Kaldea sur le village. Cette « expérience » m’a permis de comprendre qui j’étais vraiment et ce que je voulais vraiment. Récemment, j’en ai discuté avec mes parents, pas de toute évidemment mais de ma volonté de me consacrer à la voie du Ninja. Ils ont accepté, bien qu’ils aient aussi de grandes inquiétudes à ce sujet. Ce sont des gens ouverts d’esprits qui ne veulent que mon bien. C’est de ma faute si je ne me suis pas rendu compte plus tôt que je faisais fausse route en suivant le chemin qu’ils m’avaient tracé. Je le faisais certainement par confort et par fainéantise. Par simplicité. »


Dernière édition par Metaru Kenshin le Mer 29 Aoû 2018 - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 29 Aoû 2018 - 18:14
S'il savait qu'il était un héritier du clan, alors pourquoi ne lui en avait-il pas parlé, hein ? C'était une bonne question, il y avait plusieurs possibilités. Soit un don et une manie pour mentir sans arrêt, ce qui était possible, bien que ce soit la solution la moins pertinente. Autrement, ça pouvait être pour maintenir une liberté complète sur sa manière de l'éduquer. En effet, à connaître sa vraie famille, peut-être que Yahiko aurait désiré savoir comment les Sendai se seraient développés de leur côté afin de faire la même chose. L'autre raison qui émergea dans l'esprit du Genin était simplement l'idée selon laquelle toute personne qui savait qu'il était adoptée voulait retrouver ses vrais parents, ce qui ferait perdre probablement tout impact de l'éducation du père de Yahiko sur son fils adoptif. Cela faisait revenir au même résultat : le contrôle qu'avait le père adoptif de Yahiko sur l'enfant qu'il avait acheté, afin de le modeler à sa propre volonté. Il ne répondrait pas à cette question, haussant les épaules et laissant apparaître une moue sur son visage qui laissait apparaître un "aucune idée". Une conversation s'imposait avec son "père", c'était certain.

Anzu fut la première à répondre à sa question. Une voix direct, franche, qui allait droit au but. Pour un sujet sensible, cela signifiait soit qu'elle répondait de manière froide par protection envers elle-même, soit parce qu'elle n'avait jamais eu de modèle l'influençant sur les expressions à prendre selon les sujets évoqués. Du peu qu'il avait vu avec elle, c'était probablement les deux, mais Yahiko ne préférait pas jeter de plan sur la comète. Rentrer dans des à priori était la meilleure façon de fermer son esprit. Elle était donc abandonnée par sa famille lorsqu'ils apprirent qu'elle n'était pas capable d'utiliser des affinités. Stupide, c'était exactement le mot approprié pour désigner ses géniteurs. Ils devaient se dire que ne pas maîtriser d'affinité signifiait ne disposer d'aucun talent, mais aucune excuse ne justifiait l'abandon d'un enfant. Avec le temps, sans l'abandonner, ils se seraient rendus compte du potentiel qu'avait leur fille. Tant pis.

-"Le tact est intéressant quand tu dois annoncer quelque chose qui est douloureux à quelqu'un. Sinon... Enfin, ça ne me dérange pas moi", dit-il d'un petit sourire amusé.

Se tournant cette fois vers Kenshin, sans un mot, il écouta son aîné sagement. Une histoire qui paraissait bien plus paisible au départ, mais qui se transforma en ce qui devait être un cauchemar pour lui. Suzuri Kaldea ? Il n'avait jamais rencontré cette personne et il n'avait jamais entendu son prénom. Qui cela pouvait bien être ? Il était risqué de demander ceci au Metaru, tant ce souvenir pouvait être douloureux et pouvait rendre sa soirée désagréable. Ils étaient là pour en savoir plus les uns sur les autres, pas pour se rappeler à quel point ils pouvaient souffrir dans les moments les plus difficiles. Kenshin apporta tout de même quelques bonnes ondes dans la discussion, car bien que son histoire n'était pas toute joyeuse, les douleurs passées s'étaient transformées en du positif dans sa vie. Du bonheur dans son malheur, en transformant l'expérience douloureuse en une envie de se surpasser, d'atteindre ses nouveaux objectifs. C'était tout à fait respectable, et c'en devenait même admirable.

-"L'important, c'est de s'en être rendu compte, hein ?", dit-il en marquant un petit temps de silence. "Nous devrions faire la même chose quee Kenshin, Anzu. Je parle de considérer nos histoires comme des points d'appuis vers nos objectifs."

Serrant le poing devant lui, il ne cacha pas toute son envie de s'améliorer à ses deux camarades. Marquant un nouveau petit silence qui marquait un temps de réflexion, il reprit plus calmement, reposant ses avants-bras sur ses cuisses.

-"Et maintenant, c'est quoi l'objectif que vous combattez pour obtenir ? Moi, je compte bien devenir un des plus grands ninjas qui aient pu exister ! C'est naïf, ça semble impossible, mais c'est justement pour ça que c'est mon objectif !"annonça t'il d'un sourire fier qu'il ne cachait pas.

Malgré une histoire douloureuse, une envie de devenir de fiers et valeureux shinobis, voilà vers quoi il fallait tendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Sam 1 Sep 2018 - 19:24
Bon, ils ont l'air de lui pardonner le manque de tact dont elle a fait preuve, c'est au moins ça de pris ... la brune savait qu'elle devait toujours faire des efforts pour être plus sociale, mais la demoiselle avait quand même bien progresser depuis leur dernière rencontre ... enfin, la Sendai les écoutait, ils disaient que le tact était intéressant lorsque des personnes en face susceptible d'écouter et qui risquent de finir choqués en l'entendant dire aussi normalement que ses parents l'ont abandonnés. Même si elle peut comprendre que cela les choques, Anzu sait que ses parents ne s'arrêtent pas à la renié, elle a une sale réputation qui, heureusement, commence à disparaître, c'est que son implication dans le village commence à porter ses fruits. Enfin, Anzu était tout de même contente qu'ils donnent leur avis, c'est pour apprendre qu'elle est ici après tout, elle a appris un peu de Yahiko, et même un peu de Kenshin par la suite.

En effet, Kenshin, lui, semble avoir une enfance opposée à celle d'Anzu, une vie de "riche" qui a toujours eu ce qu'il voulait. Même si elle ne le montre pas, elle se sentait triste de ne pas avoir eu la même enfance qu'eux, certes, cela l'a rendu plus forte ... mais en échange, elle galère à venir vers les autres alors qu'eux discutent si naturellement ... Mais elle avait assez gâcher la soirée comme ça. Enfin, vu ce qui arrive après à Kenshin, elle se dit qu'elle n'échangerais pas sa vie pour autant avec la sienne, de toute manière, cela lui a permis de progresser à sa manière ... la demoiselle l'écoutait donc, sans trop avoir d'idée de quoi faire de tout ça, mais ça a donné une idée à Yahiko, il voulait l'utiliser comme tremplin pour atteindre son objectif. Mais Anzu n'en avait aucun ... alors comment elle peut les utiliser comme tremplin ? En parlant d'objectif ...

- J'en ai aucun.

Elle n'a ni envie de devenir la plus grande shinobi de Kumo, ni même envie d’amener la paix dans le monde. De toute manière, elle n'en a pas trouvé d'assez bon pour qu'elle le suive aveuglement. Anzu soupire, sans doute a-t-elle encore plombé la soirée ... mais bon, c'est l'idée de Yahiko de parler de ça ... et surtout de l'emmener ici.

- Tout ce que je veux, c'est me rendre utile.

Elle n'avait rien d'autres, pas de rêves à suivre ni même de modèle sur lequel se baser, juste la peur d'être inutile.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mar 11 Sep 2018 - 22:23
Poser et mesurer chacun de ses mots. Un art que je pratique depuis ma plus tendre enfance. Noblesse oblige, nous ne pouvons permettre de laisser transparaître ce que nous pensons. Nous sommes jugés par nos actes, pas nos pensées. Ainsi, il est inconcevable que ces dernières transparaissent dans nos discours ou nos gestes. Nos mondes… Sont tellement différent. J’ai rarement eu l’occasion de parler à des gens du peuple. A chaque fois j’ai trouvé l’expérience très intéressante, tant leur vie, leurs problèmes, leurs joies et leurs inquiétudes sont différentes des miennes. Comment les diriger si l’on est incapable de les comprendre ? Les lectures, les discours, les rencontres sont autant de moyens d’apprendre à les connaître. De partager un peu de leur fardeau du quotidien, comme nous en avons tous.

Le jeune homme met le point sur un quelque chose de très important. De primordial même. L’important est de se rendre compte. De prendre conscience. C’est là que réside la voie vers l’acceptation. La compréhension.
Un silence s’installe. Silence durant lequel je peux voir les engrenages s’activer derrière les yeux de mes deux interlocuteurs. Mon discours, bien que simple, semble les avoir fait réfléchir. A leur âge aussi je n’avais pas conscience de tout cela. Je n’avais pas le recul que j’ai aujourd’hui. La fougue de la jeunesse est importante. La capacité d’apprendre vite, beaucoup. Mais l’expérience de l’âge l’est tout autant. C’est un équilibre qu’il faut trouver. Un équilibre que l’on trouve en murissant. Un équilibre qui se perfectionne… puis se détériore en vieillissant. Le Sendai semble déterminé, comme en témoigne son poing fermé. Aurait-il trouvé la réponse qu’il cherche ? Son attitude tend à le confirmer. Il se détend, puis nous questionne sur l’objectif pour lequel nous combattons. En somme : notre raison de vivre. Pour lui il s’agit de devenir l’un des plus grands ninjas qui ait jamais existé. Un rêve basique, mais ambitieux. Il sera difficile de poursuivre cette voie, encore plus d’y parvenir. Quelque part dans ce monde, il existe toujours plus fort que soit, quel que soit le domaine. C’est la somme de nos maîtrises qui fait de nous ce que nous sommes. Qui fait de nous quelqu’un d’unique. La Sendai dévoile n’avoir aucun objectif. Cela expliquerait-il son comportement ? Depuis le début elle semble renfermée sur elle-même. D’une timidité extrême… Mais cela ne serait-il pas plutôt une lassitude de la vie ? Si c’est le cas à un si jeune âge, c’est un bien triste état. Il lui reste tant encore à découvrir… Et la vie et si précieuse. Son seul souhait est de se rendre utile. Pour qui ? Pour quoi ? Une personne ? Un idéal ? Une organisation ?


« Vous rendre utile… A qui ? Ou à quoi ? Voulez-vous vous rendre utile au village ? Au monde ? Ou à une personne en particulier ? »

Peut-être vais-je trop loin. Les réponses peuvent être nombreuses…. Comme il peut n’y en avoir qu’une seule. Quelques soient les siennes, elle ne semble pas les avoir encore trouvés. Pour ma part… et bien que je me refuse de l’avouer, je sais parfaitement pour qu’elle raison je me bats. Survivre. Vivre. Ne jamais recroiser la mort. Mais ce n’est pas le genre de discours que je peux tenir. A personne. Je me contente donc, avec tout le sérieux que je porte depuis le début de cette conversation, de suivre les codes.

« Pour répondre à votre question, je me bats pour ma famille, mon clan et mon village. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Jeu 13 Sep 2018 - 0:37
Aucun objectif, hein ? Il ne connaissait que trop bien. Bien trop innocent, bien trop naïf, bien trop insouciant pour tout ça, l'enfant Yahiko datant d'il y a plusieurs années était exactement comme ça. Rien ne le tirait vers le haut, il vivait car il vivait, il était heureux parce que tout se passait bien, ou il pouvait être triste car certaines choses étaient tristes. Pas de motivation quelconque, juste vivre pour vivre. C'était admirable quelque part, c'était une très bonne façon de n'avoir aucune préoccupation, aucun problème qui prenait l'esprit. Mais ne pas avoir aucun objectif lorsque l'on s'engageait dans une vie de ninja ? S'était-elle engagée par défaut, sans savoir ce qu'elle voulait, sans savoir ce pour quoi elle se battait et ce pour quoi elle s'entraînait ? C'était étrange, et ça pouvait même être dangereux.

Sans objectif, il n'y avait pas de motivation, il n'y avait ni vraie excitation, ni vrai stress, il n'y avait aucune attention portée sur des détails, juste de la surface. Ca pouvait être dangereux, une fois en mission, de ne pas avoir de motivation qui nous tirait vers le haut. Mais quelque chose changea la donne : elle voulait se rendre utile. C'était passer de rien à tout, tant elle n'évoquait pas ce pour quoi elle voulait être utile. Ce détail n'échappa pas à Kenshin qui prit l'initiative de lui poser la question. En savoir plus sur elle, creuser sa personnalité pour peut-être lui faire émerger des réponses... Après tout, quelqu'un qui voulait être utile était quelqu'un qui manquait d'attention et de reconnaissance, provenant certainement de sa famille. Au final, peut-être ne l'avait-elle pas encore réalisée, mais ses motivations et celles de Kenshin étaient relativement semblables. Comme elles étaient semblables à quatre-vingt dix pourcents des ninjas. Lorsque l'on devenait ninja, on ne le faisait pas pour soi, on le faisait pour les autres, on cherchait à être important et utile, à rendre son village toujours plus fort et impactant, chacun à sa manière.

-"Ca pourrait être un objectif, de t'améliorer pour être toujours plus utile au village !" dit-il fièrement d'un sourire, comme s'il avait trouvé une réponse à son problème.

Attendant quelques instants pour la laisser répondre, il se permit ensuite une petite pointe de curiosité pour en savoir plus sur sa lointaine cousine.

-"Tu as développé quel genre de techniques du coup pour être utile ?"

Il y avait tellement de manière d'utiliser le chakra Sendai qu'il était curieux de savoir comment elle se débrouillait et comment elle percevait ses capacités, pour peut-être qu'un jour le jeune Yahiko s'inspire du style d'Anzu afin d'affiner certaines techniques. Lui voyait un chakra Sendai solidifié pour créer des poings, des armes, des immobilisations, mais peut-être avait-elle d'autres facettes tout à fait intéressantes, comme elle l'avait démontré avec le caractère rebondissant d'une de ses techniques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Jeu 13 Sep 2018 - 20:28
Elle regarda un à un les deux garçons, Kenshin semble choqué d'apprendre qu'Anzu n'a aucuns rêves à proprement parler, pourtant, c'est bien le cas, Anzu n'a pas un idéal à suivre ou encore un objectif à atteindre. C'est même Anzu qui est choquée d'apprendre qu'on ne peut normalement pas devenir shinobi sans avoir un objectif ou un rêve, pourtant, elle est bien là, à leur table, en tant que shinobi de Kumo. Certes, ce n'est pas avec cette tenue qu'elle ira en mission, et encore, si ce n'est pas une mission d'infiltration. De l'autre, Yahiko semble vouloir dire qu'il n'y a pas de mal à ne pas avoir d'objectif et devenir plus forte pour se rendre plus utile aux villages peut en être un, pourtant, la Sendai n'a pas envie de prendre cet objectif. Pourquoi ? Car les gens sont profiteurs, l'espèce humaine est un escroc en soit, s'il a la moindre occasion de profiter d'une situation, même le plus saint des plus saint en profiterait évidemment. Elle commence donc à regarder Kenshin, le premier qui a parlé.

- N'importe qui qui a besoin d'aide.

Puis, elle regarde Yahiko, avec la même émotion neutre qu'elle a affiché en regardant Kenshin.

- Et je n'ai pas besoin de trouver un objectif à suivre, je suis très bien comme ça.

De plus, elle n'aidait pas que le village, sinon, elle ne se serait pas dépêché à libérer les esclaves lors de sa mission à Kaze no Kuni. Enfin, Anzu lâche un soupire, elle voyait qu'elle n'était pas normale, que son cas est spécial ... cela voudrait-il dire que c'est mort ? Les garçons ne la verront que comme une personne à part ?

- Je me spécialise en détection, il manque énormément de senseurs à Kumo, donc je suis ici pour équilibrer la balance en quelque sorte.

Elle n'avait pas besoin qu'on lui remonte le moral, après tout, elle avait l'air triste ? Avait-elle l'air en colère ? Certainement intérieurement, mais Anzu est bien plus forte que ça.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Ven 21 Sep 2018 - 16:15
Un mensonge… auquel je suis tellement habitué que parfois, j’ai l’impression que c’est la vérité. Mais la vérité est tout autre. Cette personne que je montre. Cette dévotion envers le village. Tous ces sacrifices. Je les ai fait pour moi.
Je suis égoïste.
Toutes ces années j’ai vécu pour les autres. J’aime ma famille, mon clan, mon village. Je veux les protéger. Les voir sourire. Le voir prospérer. Mais ce que je veux encore plus, c’est me prouver ce dont je suis capable. Me protéger moi. Vivre, pour moi.

Le Sendai me regard en souriant, puis encourage sa cousine à trouver suivre ma voie. Un geste gentil de sa part, mais également naïf. Tous ici, nous devons trouver notre propre voie. Bien que la jeune femme ne semble pas l’avoir trouvé. Elle est la seule à pouvoir le faire. Elle me regarde, le regarde et retoque aussitôt son conseil. Avec tout le tact dont elle a fait part de puis le début de ce dîner. Mais au fond, c’est plus drôle que dérangeant. Le Sendai passe tout de suite à un autre sujet et demande à sa cousine quel genre de technique elle a développé. Dans notre première rencontre… Elle avait lancé une lance de chakra. Elle doit donc soit maîtriser le Bukijutsu, soit le Taijutsu. Soit le Ninjutsu. Etant donné qu’elle était sur le côté je n’ai pas vu comment elle a créé sa lance et comment elle l’a lancée.
Sa réponse ne se fait pas attendre et est aussi concise que les précédentes. Le village étant en pénurie de senseurs, elle explique s’être spécialisée dans cette voie pour palier à cette pénurie. Une décision très honorable.
Un serveur vient enfin à notre niveau et nous sert les plats que nous avions commandé. Je le remercie, puis saisis mon verre et le lève au-dessus de la table. Puisque nous ne sommes pas ici dans une soirée mondaines, mais simplement entre collègue. Autant profiter des libertés que cela m’offre.


« Santé ! »

Le repas début et je profite de cet instant posé pour profiter du mon plat. Sans grande surprise il est plutôt bien. Rien de comparable à ce que j’ai déjà pu manger ailleurs, mais rien de moins non plus à ce que je m’attendais. Un bon plat simple. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas pu en profiter.
Mais le silence, bien que d’or, ne doit pas durer trop longtemps. Quoi de mieux alors pour le briser que d’assouvir ma curiosité. Tant envers la jeune femme que son homologue masculin.


« Vous souhaitez vous spécialiser en Sensorialité, mais de ce que pu apercevoir lors de notre première rencontre, vous avez aussi des compétences en Ninjutsu ou en Bukijutsu. N’est-ce pas ? »

Puis, ma reponse obtenue, je saute aussitôt sur ma seconde question.

« Et vous Yahiko ? Vous m’avez montré votre Taijutsu, ainsi que votre Ninjutsu. Mais le temps a coulé de puis notre entrainement. Qu’en est-il aujourd’hui ? Et qu’en sera-t-il demain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mar 25 Sep 2018 - 13:12
Pas besoin de trouver un objectif ? Voilà qui était étrange. De sa vie, Yahiko n'avait jamais rencontré quelqu'un qui n'avait pas besoin de trouver un but à se fixer. Un haussement de sourcil sourcil et un léger air d'incompréhension se traça sur le visage du jeune homme tandis qu'il essayait de comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête de sa lointaine cousine. Les objectifs représentaient toute la vie d'un ninja, ce qui le tiraient vers le haut, ce qui lui permettait de toujours plus se démener. C'était quelque part triste d'entendre ça. Se sentait-elle si vide qu'elle n'était capable de ressentir aucune excitation sur un quelconque sujet ? Il ne répondit pas, maintenant son visage à la normale même si ça le perturbait quelque peu.

-"Oh, c'est intéressant ! Je t'avoue avoir développé aussi une technique de sensorialité, mais rien de bien extraordinaire. C'est bien, d'avoir une espèce de radar à ses côtés, c'est vrai qu'il en manque..."dit-il en se renfermant sur lui-même.

Le doigt sur les lèvres, il réfléchissait vivement. Y avait-il une unité de détection à Kumo ? Si oui, il n'en avait absolument pas entendu parler, et peut-être était-ce la destinée d'Anzu, de pouvoir recruter au futur de plus en plus de ninjas qui se destinaient à la sensorialité, pour créer une unité spéciale afin qu'elle devienne une force majeur du village. Mais peut-être avait-il beaucoup trop d'ambition à ce sujet, et que la Sendai ne désirerait que se maintenir à son seul intérêt : sauver les autres. Ce qui était tout aussi honorable, au passage.

Entre temps, le serveur qui avait passé commande était venu servir les trois ninjas. Des plats typiques, mais toujours aussi bons, voilà pourquoi Yahiko s'était décidé à venir dans ce restaurant avec ses deux nouveaux amis. Levant son verre à son tour, rejoignant son camarade Metaru, il répondit lui aussi d'un "Santé !" avant de siroter le contenu de son verre tranquillement. Cette fois, plutôt que le Sendai ne lance un sujet de conversation semblable, c'était à l'autre garçon de cette table de poser quelques questions de curiosité aux autres Kumojin. Il fallait bien compter sur lui pour faire la discussion, tant Anzu ne semblait pas vraiment bavarde et "courageuse" pour s'intéresser à ses compères.

-"C'est vrai, j'ai vu d'ailleurs que tu avais donné des priorités intéressantes à ton chakra, je suis curieux de voir tout ce qu'on peut faire avec..."

La réponse d'Anzu pourrait peut-être l'aider, si elle connaissait certaines propriétés comme le rebondissement de son chakra, peut-être connaissait-elle d'autres possibilités à donner à ses techniques pour toujours plus surprendre. Peut-être que s'il était possible de le rendre rebondissant, il était tout aussi envisageable à l'inverse de le rendre collant. C'était à tester. Tournant ensuite la tête lorsque Kenshin annonça son prénom, il écouta avec attention la question de son aîné.

-"Je continue à développer mes techniques, pour en faire des offensives et des défensives. J'ai un peu de tout, je me suis fait des techniques de contrôle, d'autres qui peuvent infliger des dégâts en zone... Mais ce n'est pas encore suffisant. Je dois encore améliorer ma vitesse... et créer des techniques pouvant être mortelles. Je pense que dans notre triste monde, il nous est obligé d'envisager ce genre de techniques. On est jamais assez puissant, hein ?"

Question rhétorique, évidemment. Mais plutôt que de se lancer dans un sujet toujours aussi sombre, il préféra lui rendre la pareille afin d'en connaître un peu plus sur lui.

-"Et toi ? T'es-tu amélioré dans tes techniques de ton clan ? J'espère que tu as approfondi l'idée de profiter des matériaux d'anciennes techniques pour créer de nouvelles par dessus, c'était vraiment intéressant !"

Il se rappellerait probablement toujours de la surprise que lui avait causé le Metaru et qui lui avait causé quelques blessures au bras. Mangeant calmement son plat en écoutant ses amis, il se dit bien qu'il serait intéressant pour Kenshin et lui de continuer à s'affronter, afin de toujours se tirer vers le haut, en plus d'en savoir plus sur son clan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mar 25 Sep 2018 - 17:44
Après avoir répondu franchement aux questions des garçons, ils semblent à la fois peu compréhensible concernant la décision d'Anzu de ne pas avoir un rêve ... mais compréhensible concernant son choix de se spécialiser en Sensorialité. Pour le moment, elle est seule en course, ce qui fait d'elle ... le meilleur radar de Kumo alors qu'elle a encore tant à apprendre. Enfin, Anzu ne compte pas se reposer pour autant sur ses lauriers, elle va donc continuer à entraîner sa sensorialité ... mais aussi ses autres domaines, c'est-à-dire le Ninjutsu, après tout ... une experte en sensorialité ne peut se défendre sans user de Ninjutsu ou de Bukijutsu ou de Taïjutsu sinon ... ce serait un boulet pour l'équipe au lieu d'être d'une grande aide. Enfin, Anzu décide quand même de trinquer avec eux en disant "Santé" ... avant de boire la liqueur d'une trait ... chose extrêmement peu conseiller, surtout quand il s'agit d'alcool ... et que la personne en question n'aime pas l'alcool et n'est pas habituée à en boire, mais elle voulait montrer qu'elle était ... dans ses aises ... et malheureusement, après s'être mise à tousser, elle sentait déjà l'alcool lui monter dans le cerveau.

- Je suis bien obligé d'apprendre le Ninjutsu si je ne veux pas être un boulet pour les autres au lieu d'être une aide : si les autres doivent toujours me défendre, je ne sers pas à grand chose.

Enfin, alors que ses joues devenaient un peu plus rouge et qu'elle s'assied avec plus - voire trop - d'aise sur sa chaise, elle arrivait quand même à suivre la discussion ... qu'est-ce qu'elle regrette d'avoir fait ça ... enfin, ils parlaient entre garçons, se partageant quel entraînement ils ont fait ensemble. Bizarrement, elle commençait à se sentir délaisser, son visage neutre commençait à devenir un visage boudeur ... c'est donc vrai, l'alcool est un catalyseur de relation sociale ... elle ignorait que c'était à ce point. En tout cas, elle a profiter qu'ils parlaient entre eux pour activer une détection plus avancée.

- De ce que je détecte chez vous, vous avez fait de bon progrès.

Elle s'installe sur sa chaise, toujours avec sa moue boudeuse.

- Le chakra a quasi doublé de qualité chez Kenshin, mais l'amélioration est un poil moins flagrante chez toi Yahiko ... tu te serais pas un peu reposer sur tes lauriers toi par hasard ?

Dis-t-elle alors qu'elle se penche sur la table en direction de Yahiko, toujours avec la même mine, avant de se rassoir pour commencer à manger, se tenait la tête le coude sur la table.

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Mer 17 Oct 2018 - 20:24
Yahiko profite de l’occasion pour renchérir sur ma question et mettre en lumière les propriétés du chakra de la jeune femme. Qu’entend-il par-là ? La seule technique que j’ai pu voir de sa part fut son javelot… Une technique qui n’est rien d’autre qu’un projectile de moyenne puissance mais sa capacité à pouvoir rebondir sur les surfaces elle l’est. Un atout qu’il me serait impossible de copier en métal pour des raisons évidentes de logique et de physique. Le Ninjutsu s’est ainsi imposé comme une évidence afin de remplir son rôle sans devenir dépendant de ses alliés. Pouvoir les supporter sans pour autant devenir un poids. Une décision toute à son honneur… qui coule de sens. Tout shinobi – quelques soient ses capacités – se doit de pouvoir réaliser des missions en solitaire. La nécessité de pouvoir survivre et mener à bien une quête seule est donc une réalité. La jeune femme… s’affaisse sur sa chaise une fois sa réponse donnée. Réponse donnée sur un ton différent de ce que j’avais vu jusqu’alors. L’alcool ferait-il son effet ? La réponse de Yahiko se fait moins lacunaire. Il exprime sa volonté de développer des techniques offensives et défensives, afin d’être le plus polyvalent possible. Ainsi lui ne se dirige pas vers la voie des combats d’équipes, mais plus vers la voie du combat en solitaire. Bien qu’efficace en équipe, il sera d’autant plus redoutable seul. Ses techniques de zones touchent-elles ses alliés ? Ou peut-il en contrôler l’aire ? Peut-être aurai-je l’opportunité de voir ça un jour si nous combattons à nouveau. L’un contre l’autre ou ensemble, la probabilité ne fait laisse que peu la place au doute. Il lui reste cependant encore à améliorer sa vitesse et à développer des techniques mortelles. Cette dernière affirmation est surprenante : toute technique peut-être mortelle à condition d’être bien utilisée. Il n’y a même pas besoin de techniques pour tuer un shinobi, mais simple d’une lame ou même d’une main. L’art ne réside pas dans les techniques, mais dans la stratégie. Les techniques ne sont qu’un outil permettant de mener à bien cette stratégie. Le combat doit-être joué d’avance avant même de commencer, comme peut l’être une partie de go. Chaque coup doit être prévu et adapté en fonction de la situation afin de mener au seul objectif qu’est la victoire. Mais bien qu’il parle de cela, Yahiko n’en parle pas avec gaité de cœur. Mais celui qui cherche à répandre la paix dans notre monde n’a d’autre choix que de devenir fort afin de pouvoir la protéger et se battre pour elle. Comme il dit si bien, il existe toujours plus puissant que nous. Plus puissant que n’importe lequel du plus puissant shinobi. La quête de la puissance, si l’on en s’y brûle pas les ailes en cours de route, est une quête qui n’a de fin que la mort. Une mort… cette mort que je cherche tant à fuir. Mais je n’ai le temps de basculer dans cette pensée que la question de ma progression est posée sur la table.

« Je me suis en effet beaucoup entrainé depuis tout ce temps. Chaque jour depuis lors je m’entraine. Mon style se base aussi toujours autant sur l’enchainement de mes techniques à partir du métal déjà créer, afin de créer une synergie toujours plus puissante. »

L’une des forces du métal est sa nature même : qu’importe qu’il ne soit pas alimenté en chakra, une fois modelé il reste là jusqu’à ce que la nature ne parvienne à le ronger. Des mois… voire des années durant. Anzu semble avoir profité de ce temps pour sonder nos réserves de chakra… et détecter que les miennes ont plus que doubler. En effet, quand on compare mon niveau à celui de notre première rencontre, ce n’est en rien comparable. La jeunesse profite peut-être de ses capacités naturelles, mais je ne me peux me permettre de faire pareil. L’expérience ne comble pas le gap de vitesse d’apprentissage entre nous. Seule un entrainement régulier et rigoureux peut le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 7 Nov 2018 - 11:18
L'air amusé, Yahiko avait observé Anzu boire son alcool bien rapidement pour un si petit corps. Ca lui ressemblait bien, une attitude si innocente qui l'amenait bien souvent à dire ou faire des choses de manière bien brusque. La toux était parlante, elle découvrirait l'importance de prendre son temps lorsqu'on voulait déguster un peu d'alcool. Dans son intervention, le Sendai prit la peine de relever un mot important qui décrivait sûrement très bien son état de pensée : un "boulet". Le peu de choses qu'il savait sur son histoire était suffisant pour comprendre qu'il était tout à fait logique qu'elle ne veuille pas être un poids pour son équipe. Vouloir montrer que l'on est capable lorsque tout son entourage croyait l'inverse, c'était bien une mentalité de guerrier, et le Genin ne pouvait s'empêcher de trouver ça admirable.

Il sourit, d'ailleurs, lorsque la kunoichi lui annonçait qu'elle avait perçu des améliorations pour les deux ninjas. Il s'était beaucoup entraîné pour, mais un retour positif était toujours valorisant et agréable à entendre. Une nuance était cependant apportée : le chakra du Metaru était plus développé que celui du Sendai. Ca le piquait dans son orgueil, mais rien ne paraissait. Elle avait raison, et c'était ce qui faisait mal, n'avait-il pas fait assez ? S'était-il reposé sur ses lauriers ? S'entraînait-il de la mauvaise façon ? Plus tristement... était-il moins doué que son camarade Kenshin ? Il était si rageant de se dire qu'il était possiblement moins doué qu'un autre qu'il se promettait de ne jamais arrêter ses efforts. Les abandonner, c'était une forme de suicide, quelque part.

-"Je ne sais pas comment s'entraîne Kenshin, mais je ne me suis jamais relâché ! Peut-être que sa réserve de chakra croît simplement plus vite que la mienne."

Il fallait trouver une raison objectivement juste de ce fait, à la fois pour le défendre, mais aussi pour essayer de trouver pourquoi cette amélioration était plus conséquente chez son camarade Genin que chez lui. Peut-être que cela ne voulait rien dire, qu'augmenter sa réserve de chakra signifiait lésiner sur d'autres aspects de son art ninja et que l'équilibre se concevait de cette manière. Yahiko était tout de même curieux vis à vis de ce shinobi qu'était le Metaru. Très propre sur lui-même, mais qui ne lésinait pas à l'entraînement. Il était peut-être intéressant de voir au futur comment celui-ci se développerait, et l'affronter de temps en temps pour tester ses capacités. Son côté mystérieux le rendait intéressant, c'était ce qui plaisait au Sendai. Être discret comme il l'était signifiait pour lui qu'il pouvait renfermer une énorme puissance. Après tous, dans le royaume canin, ceux qui aboyaient le plus n'étaient que les plus petits des chiens...

-"Ah, j'apprécie beaucoup ce style de combat, je devrais peut-être m'en inspirer un peu !", dit-il en souriant légèrement.

Fort en suivant des modèles, faible pour les imaginer. Un manque de confiance en lui ? Une faiblesse de son cerveau ? Il n'en avait pas la moindre idée, mais s'inspirer des autres étaient une bien belle manière de s'améliorer, et ce dans tous les domaines. Récupérer les idées d'Anzu sur les différentes propriétés qu'elles donnaient à son chakra, récupérer l'ingéniosité de Kenshin sur son style de combat, se forger un style personnel. Sans copier, parce que tout devait venir de lui. L'inspiration n'était pas du plagiat, c'était une adaptation personnelle.

Le garçon arrivait à la fin de son repas, qu'il avait dégusté tranquillement avec ses deux compères. La soirée semblait arriver à sa fin, et alors qu'il demandait l'addition au serveur, il tâcha de conclure cette petite soirée qu'il avait apprécié avec ces deux ninjas.

-"J'ai beaucoup apprécié cette soirée avec vous deux. Si cela ne vous dérange pas, j'aimerai bien vous retrouver de temps en temps pour continuer à s'entraîner, à se battre, et peut-être qui sait faire une mission ensemble un jour !"

Se levant doucement en récupérant sa petite veste qu'il remit sur lui, il jeta tout de même un oeil curieux à Anzu qui avait un peu négligé la boisson qu'elle avait bu. Il se demandait même s'il devait la ramener chez elle, parce qu'en pleine nuit, habillée en tenue de soirée, alcoolisée, il préférait la savoir en parfaite santé et sécurité.

-"On raccompagne Anzu chez elle ? Il serait peut-être un peu insouciant de la laisser rentrer comme ça."

Dans un village ninja, normalement, cela ne risquait rien. Mais il ne s'agissait que d'une fois, pour que toute une vie soit foutue en l'air.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mer 7 Nov 2018 - 20:01
Boire ce verre d'alcool permet à Anzu de s'ouvrir un peu, de faire tomber ce masque impartial qu'elle porte en permanence et de pouvoir être un peu plus humaine que d'habitude. Bien qu'elle puisse paraître bourrée, elle n'est pas totalement ivre, il ne fallait pas déconné, elle digère très mal l'alcool, mais il faudrait qu'elle en boive un peu plus pour que le massacre commence. Dans tous les cas, la réponse offert par Anzu à propos de pourquoi elle utilise des techniques de Ninjutsu en plus de se spécialiser en Sensorialité semble leur convenir. Ne pas devoir tout le temps se faire protéger, toujours pouvoir agir de son côté sans être accompagnée d'une autre personne ... mais elle sait que la plupart de ses détections risquent de la rendre vulnérable pendant son utilisation, cependant, comme elle le savait, elle ne les utilisera pas pendant un combat. Mais elle sait que la plupart lui serons utiles pendant un combat contre une personne utilisant les clones par exemple ... C'est d'ailleurs grâce à elle qu'elle a pu déterminer leur niveau actuel. D'ailleurs, sa remarque semble avoir tilter Yahiko.

- Il est surtout partis d'une base de chakra moins qualitative que la tienne, c'est plus facile de ressentir les différences et de percevoir les efforts que toi qui a quand même eu une meilleure base.

Enfin, la demoiselle reste allongée sur sa chaise tandis que les deux hommes de la table parlent de leur style d'entrainement, partir sur une base déjà créé pour augmenter sa synergie. Pour les Sendai, c'est pratiquement toujours le cas qu'ils passent par la même entraînement, leur base, c'est leur propre chakra. Enfin, les assiettes se finissent bien vite et Yahiko les remercie d'être venus dans cette soirée, puis qu'il aimerait un jour les rencontrer pendant un combat ou une mission. Anzu ne voit pas d'inconvénients, affronter les garçons ne la dérange pas si ça la fait progresser aussi. Enfin, il paye l'addition, puis il demande à Kenshin s'il ne voudrait pas mieux qu'ils accompagnent Anzu jusque chez elle ... comme si Anzu était trop bourrée pour les entendre.

- Je t'entends tu sais.

Elle se lève, non sans tituber, elle est dans un état assez ... modérer, mais physiquement, elle est toujours impeccable. Certes, elle est en tenue de soirée, certe elle n'est pas vraiment elle-même ... mais il fallait quand même plus qu'un verre pour qu'elle soit vraiment incapable de rentrer chez elle !

- Ce n'est pas parce que je digère mal l'alcool qu'un verre va me mettre K.O. ou va réduire mes capacités, de toute manière, vous ne savez même pas où j'habite.

Dit-elle en lui tirant une belle langue, même si elle est plus ... ouverte, elle reste tout de même consciente et lucide. Mais s'ils veulent l'accompagner, c'est tout à leur honneur, tant qu'ils ne vont pas jusqu'à la porter comme une handicapée pour la ramener à la maison ...

_________________
Info inrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3314-sendai-anzu-termine

Dim 11 Nov 2018 - 18:47
Yahiko ne semble guère apprécier la remarque de notre collègue… A juste titre. Soutenant qu’il ne s’est jamais relâche dépuis notre dernière rencontre, il émet la possibilité que ma réserve de chakra ne croit plus rapidement que la sienne. Cependant, la quantité de chakra, bien qu’un atout, n’est en rien décisive d’un combat. La stratégie réside dans la capacité à prendre en comptes les faiblesses et forces de chacun pour sortir vainqueur d’une bataille, ou tout du moins d’y perdre le moins possible, pour pouvoir remporter la guerre. Ce ne sont peux ceux qui ont le plus de troupes qui remportent les guerres, mais ce qui se dévoilent en tant que stratèges brillants. Il en est de même pour le chakra, bien que certains shinobis impressionnent par leur quantité de chakra, il ne s’agit bien souvent que d’une force de plus à ajouter à leur palmarès. Dans le village nous possédons deux shinobis qui, parmis tous les autres, se démarquent par leur puissance : Metaru Reiko, la Raikage, et Akahoshi Hisao. J’ai par de rares occasions déjà pu entrevoir la première, mais jamais encore je n’ai rencontré le second. Certaines de ses capacités sont connues de tous, tant sa réputation le précède, mais mes connaissances sur lui s’arrête là. Metaru Reiko étant la chef de notre clan, en plus de son rôle de Daimyo, les occasions de la voir ou de la rencontrer sont inévitablement plus nombreuses.

Anzu, qui semble avoir compris que sa remarque avait quelque peu blessé Yahiko, rectifie ses propos en expliquant que ma base de chakra était moins qualitative que la sienne et qu’il est donc plus facile de remarquer les changements. Moins qualitative ? Que cela signifie-t-il ? Un jargon de sensoriel que je ne comprends pas mais qui sous-entend que mon chakra a augmenté en qualité depuis notre dernière rencontre. J’imagine donc que cela est positif. Yahiko avoue avoir apprécié mon style de combat, un compliment qui me fait très plaisir puisque je mets énormément d’effort à le peaufiner et l’améliorer. Arrivé à la fin de notre repas, le jeune homme nous remercie pour la soirée passée, proposant que l’on puisse se retrouver de temps en temps ainsi pour discuter, ou lors d’une mission.


« Ce serait avec plaisir, quand l’occasion se représentera. »

Peut-être nous retrouverons-nous bien des mois plus tard à observer les progrès que nous aurons tous fait. Tandis que nous nous levons, l’addition payée, Yahiko soumet l’idée de raccompagner Anzu chez elle. La jeune femme semble en effet avoir un peu trop bu, bien qu’elle ne prétende le contraire. Mais je ne pense pas que ma présence soit une bonne chose, les deux jeunes Sendai ont beaucoup encore à échanger, à communiquer. Il est temps pour moi de retirer. Cette soirée fut une très bonne soirée, bien mieux que je ne l’avais espéré.

« Je pense en effet que vous devriez la raccompagner chez elle Yahiko. Anzu, vous possédez sans aucun doute tous vos moyens mais l’on n’est jamais trop prudent. Acceptez donc ce geste de votre cousin. Pour ma part je ne pense pas que ma présence soit utile. Je vous remercie pour la soirée en vous souhaitant le meilleur par la suite. Pour sûr nos chemins se recroiseront bien assez tôt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Le chemin vers l'amitié [Pv : Sendai Anzu et Metaru Kenshin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: