Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[Terminée] Shiro Tsikuyi


Dim 5 Aoû 2018 - 19:59

Informations du personnage


Nom : Tsikuyi
Prénom : Shiro
Sexe : Masculin
Année de naissance : 182
Pays d'origine : Iwa
Capacité Spéciale : Yoi - Suiken Ryuu.

Description du personnage



Shiro est principalement défini par son apparence, et à juste titre, puisqu'il hérite de traits physiques propres à ceux de son clan -ou de ce qu'il en reste- : une carrure imposante et saillante qui vont naturellement de pair avec le panel de techniques que maîtrise Shiro. Si sa physiologie semble préméditée au combat rapproché, son profil psychologique, lui, s'est éloigné au fil du temps du goût pour le conflit pour se tourner vers d'autres passions bien plus instructives : l'art dans sa globalité mais surtout la lecture, mais aussi le voyage, le jardinage ou encore... l'alcool. Tous ces élément ont contribué à faire de Shiro un jeune érudit qui a su développer alors un esprit de tacticien.

Par ailleurs, il présente une majorité de caractéristiques propres aux travailleurs miniers d'Iwa : des traits renfrognés dus aux difficultés climatiques qui ont renforcé ses conditions physiques, des yeux sombres cachés sous une immense crinière, une carrure d'homme fort et puissant dépassant le mètre quatre-vingts mais tout de même amincie par la sécheresse et la chaleur des montagnes arides, une gestuelle et une démarche toutes les deux fières qui en disent long sur l'opinion qu'a Shiro sur lui-même. Pour autant, quelques gênes propres aux habitants de Kumo se sont mélangés à cet ensemble mélancolique et ont apporté une touche de douceur à ce qui aurait dû ressembler à un rustre totalement stéréotypé par tous ces traits rigides : sous ce visage maussade se cache un sourire franc et sincère qui incarne l'honnêteté et la fidélité dont a toujours fait preuve Shiro.




Histoire du personnage



Qu'est-ce qui a amené votre personnage dans le village ?

Nombreux sont les clans qui trouvèrent naissances dans les conflits politiques, ou au contraire, qui furent détruits en essayant de s'y opposer. C'est le cas des Tsikuyis qui, suite au coup d'état qui mit fin aux jours du Tsuchikage, s'étaient rangés du côté de ceux qui accusaient l'ancien Triumvirat d'avoir mis en place l'assassinat de Nagamasa Chôgen.

Cette crise fut rapidement matée puisqu'on exila la majorité de ces opposants qui, selon les médias, « souhaitaient faire exploser une guerre civile au sein d'Iwa ». Certains refusèrent l'exil et optèrent plutôt pour la mort, ce qui était le cas de la majorité de membres du Clan Tsikuyi, confirmant avec assurance qu'ils avaient raison et que par conséquent, leur mort causerait un changement dans le système politique du village.

A la suite de ces conflits, il ne restait que deux membres, dont un nouveau né incapable d'assurer la succession du clan avant d'avoir atteint la maturité. Koguma Tsikuyi, le père de Shiro Tsikuyi, trouva tragiquement la mort lors d'une embuscade sur les mines d'Iwa, terminant de dissoudre le Clan Tsikuyi - Shiro était trop jeune pour pouvoir reprendre le flambeau -.

C'est ainsi que Shiro hérita des richesses de son clan et leur domaine dans lequel il grandit pratiquement seul. Mais, rapidement contraint de payer les dettes qui s'accumulaient, Shiro s'inspira de son défunt père et travailla à son tour dans les mines d'Iwa pour subvenir à ses besoins et tenter de redorer le blason des Tsikuyi.


Quel regard porte votre personnage sur le reste du monde, et surtout sur les autres factions ?

Étant avant tout diplomate et favorable aux marchés florissants entre les pays, Shiro n'éprouve pas de rancœur vis-à-vis des autres régions, et ce malgré son enfance difficile et la perte de ses parents. Il souhaite que les conflits s'estompent et que l'échange naisse, afin que lui-même puisse profiter de cette opportunité et voyager sans n'avoir à craindre aucun danger. Sans son goût pour la culture qui lui a apporté cet état d'esprit pacifiste, Shiro aurait très certainement connu une haine grandissante vis-à-vis de Kiri.

Racontez un évènement marquant de la vie de votre personnage.

A l'origine, les Tsikuyis étaient une famille d'agriculteurs et de producteurs de Saké, qui, en plus d'être réputés pour leur production bien au-delà d'Iwa, avaient développé un art unique basé autour de l'Ivresse. Leur Taijutsu était très peu reconnu, mais pourtant terriblement efficace, à tel point qu'ils furent reconnus comme un clan à part, le seul capable de pratiquer le Taijutsu du Poing Ivre.

Ce Taijutsu tout autant sous-estimé que dévastateur puisait son efficacité dans sa capacité à rendre ses pratiquants ivres, par différents paliers, le dernier étant celui "d'ivre mort". Cet état d'ivresse permanente qui n'est en vérité qu'une technique comme une autre - et qui est devenue par la suite la technique héréditaire des Tsikuyis - plaçait le shinobi ivre dans un état de conscience fantasmagorique. Les attaques deviennent alors imprévisibles, mais pourtant alimentées d'une grande puissance, puisqu'elles ne sont plus intellectualisées mais bien parce qu’elles proviennent des réflexes naturels purs -ce qui les rend difficiles à prévoir-. Les disciples les plus expérimentés du Suiken Ryuu développent même la capacité à ignorer la plupart des entraves physiques : leur esprit peine à être affecté tandis que leur corps évite les attaques qui pourraient le déstabiliser.

Quelque part, ce corps est l’instrument le plus abouti désormais libéré de sa conscience. C’est seulement… qu’il n’en a pas conscience lui-même. Et c'est d'ailleurs là la principale faiblesse de ce Taijutsu : soumis aux effets de l'ivresse permanente, le shinobi ne répond plus de ses actes; son corps et sa conscience agissent seuls. Par conséquent, quand bien-même développe-t-il des réflexes surnaturels, leur esprit est incapable d'estimer le danger ni même d'anticiper les attaques qui surviennent à son encontre : tout est fait de manière si soudaine et si imprévue qu'aucune conscience humaine ne serait capable d'une telle prouesse. Par conséquent, le shinobi subit le hasard de l'ivresse, qui rend possible des situations dans lesquelles son corps ne réagirait pas et donc qu'il ne tenterait même pas d'esquiver une attaque. Leur victoire est alors souvent un jeu de hasard, lorsque l'inaction prend le dessus sur l'action, ou lorsque leurs réflexes imprévisibles s’éveillent et les rendent imbattables. Il n’est pas rare de voir l’un de ces guerriers littéralement exploser son adversaire contre une table puis s’arrêter brusquement, légèrement hagard et interrogatif, surpris d’avoir mal quelque part entre les ongles et le poignet.

Quoiqu'il en soit, leur style reste inimitable. Les observer se mouvoir avec aisance et, pour ainsi dire, presque danser, est une source constante de surprise et d’admiration. Ce serait mieux s’ils ne se sentaient pas obligés de s’arrêter au beau milieu pour se servir une nouvelle lampée.

______________

Au fil des années, et parce que la politique d'Iwa l'impose, le commerce du Saké perdit de sa valeur et fut rapidement remplacé par le commerce des matières premières. Les Tsikuyis, comme beaucoup d'autres familles, furent obligés de s'adapter à l'évolution et de s'orienter vers un tout autre métier. C'est au fil de plusieurs générations que le clan Tsikuyi s'éloigna de ses origines pour se tourner vers des techniques Dôton plus familières à la terre qu'ils minaient tous les jours. Certains d'entre eux oublièrent même leurs capacités d'Ivresse naturelle, à tel point que la famille Tsikuyi ne devint que l'ombre d'un ancien Clan Taijutsu et bâtie sur un héritage ancien.



Le goût pour l'Ivresse


« Nous allons te garder en captivité ici jusqu'à ce que tes proches payent la rançon. »

« Je n'ai plus de proches. Vous perdez votre temps. »

A cette époque, et comme depuis toujours, les brigands s'aventuraient autour des mines d'Iwa dans l'objectif de piller ou capturer les travailleurs en échange de rançons. Une stratégie certes couarde mais pourtant très efficace, notamment en période de conflit où il était difficile de gagner de l'argent. Ce jour-là, Shiro avait pris une pause pour partir s'allonger dans une forêt plus éloignée. C'est alors qu'il fut capturé sur son trajet, et qu'à sa grande surprise, d'autres travailleurs avaient été capturés avant lui.

« Tu m'as l'air bien désagréable, gamin, rétorqua le brigand tout en soupirant. C'est comme ça que ça marche aujourd'hui. Montre toi reconnaissant qu'on décide de ne pas vous tuer. »

« Donne lui un peu de Saké, ça calmera ses ardeurs, envoya l'un des autres malfrats qui se trouvait assis au pied d'un arbre. »

Accroupi face à Shiro, le premier brigand saisit alors la gourde qui était dans son sac et l'apporta délicatement jusqu'à la bouche du jeune Tsikuyi. Sa première réaction fut d'abord de détourner la tête, révulsé par l'odeur nauséabonde de l'alcool amer. Mais celle-ci eut pour effet de froisser la patience du margoulin, qui attrapa cette fois-ci brutalement la tête de Shiro pour la forcer à boire le contenu. Une, deux, puis trois grosses gorgées qui enflammèrent la gorge du pauvre captif. Lorsqu'il retira la gourde de sa bouche, Shiro se mit à tousser de dégoût, presque à en vomir, mais il ne répondit rien. Il savait que ces bandits n'étaient pas mauvais dans le fond, et qu'ils n'en arrivaient jamais jusqu'aux armes; ils avaient bien trop à y perdre. Ce commerce de "captivité" ne fonctionnait que sur le chantage. Il savait qu'ils jouaient avec lui seulement pour passer le temps jusqu'à ce que leur désir soit comblé.

Mais ce jour là était différent. Shiro semblait être tombé sur un groupe un peu plus violent que les autres, puisque non loin de lui à sa droite se trouvait une autre captive, tout autant innocente que les autres, mais qui avait eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Si les mineurs avaient le mental aussi solide que leur corps, il n'en était pas de même pour les jeunes femmes d'Iwa - exception pour les shinobis - qui étaient bien peu sensibilisées aux activités physiques et tous les risques qui s'y trouvaient (blessures et embuscades comprises). En plus d'être littéralement tétanisée par une situation dont elle n'avait jamais fait face, son beau visage avait soulevé la curiosité perverse des "geôliers" qui s'étaient agglutinés autour d'elle.

Shino refusait que du mal lui soit fait. Cette mauvaise expérience pouvait la traumatiser pour le restant de ses jours. Pour autant, alors qu'il réfléchissait à un moyen de se tirer d'ici, il sentait ses membres s'engourdir et sa tête devenir lourde, sans trop savoir pourquoi. A vrai dire, ce n'était que le cadet de ses soucis dans l'urgence de la situation. Il tentait de défaire les liens qui le retenaient, mais sans succès. Et lorsqu'il releva la tête, c'était pour voir celle de son détenteur qui approchait cette même gourde en sa direction.


« Laissez-la ! »

« Ta gueule, dit-il en enfonçant la gourde dans la bouche de Shiro. Bois, ça te fera peut-être apprécier la suite. »

Ce ne fut pas une ni deux gorgées, mais bien toute la gourde qui s'écoula dans l’œsophage du pauvre Tsikuyi. Aussitôt retirée, il s'effondra sur le sol, pris d'incontrôlables spasmes dû à sa gorge enflammée par ce Saké très concentré en alcool. Quelques minutes s'écoulèrent alors, minutes durant lesquelles la jeune femme se débattait contre les mains baladeuses, tandis que les vociférations des autres mineurs à l'égard de leurs détenteurs se faisaient plus virulentes. Shiro sentait les effets de l'alcool monter à sa tête; sa vision devint floue, son corps ne lui répondit plus et sa bouche devint pâteuse. Il allait d'ailleurs perdre conscience si quelque chose n'avait pas retenu attention.

« J'ETA... J'VOIRAIS... VROMBRE. Z'vrirais bien... cornif... pomme. »

Toutes les pupilles s'écarquillèrent à la vue de Shiro qui s'était, sans que personne ne sache comment, échappé des cordes qui le retenaient. Il était là, debout, penchant un coup à droite un coup à gauche, tandis que ses yeux à moitié fermés semblaient se focaliser sur quelque chose qu'il avait vu plus loin. Il s'avança alors, très lentement en sa direction, se battant contre lui-même pour ne pas tomber. Chaque pas était d'une grossièreté et d'une maladresse indéfinissables; personne n'était en mesure de comprendre se qui se passait. On se demandait par quel miracle il réussissait à garder l'équilibre.

« Eh, vous avez mal serré les nœuds, imbéciles. Choppez-moi ce gamin ! »

Tous les brigands s'approchèrent alors de Shiro, sans vraiment craindre quoi que ce soit venant d'un adolescent presque ivre mort. L'un d'entre eux posa sa main sur l'épaule du jeune Tsikuyi pour l'attraper, mais ce dernier effectua un mouvement de rotation inexplicable, défiant à même les lois de l'équilibre et de la gravité, se tortillant de manière distordue et désordonnée. Toujours est-il que ce mouvement fonctionna, puisque le pied de Shiro atterrit ne sait-on comment - ni dans quelle position - avec force et précision dans la joue de son assaillant, et l'envoya, dans un bruit d'os déchirés, s'écraser contre un arbre plus loin.

« ZPERSONNE... Personne m-... PERSONNE ME PRENDRA MA Z'POMME ! S'exclama-t-il tandis que tous ses adversaires se ruaient sur lui.»

_______________

« Ah, je vois que vous êtes réveillé. vous ne vous rappelez de rien? »

Lorsqu'il rouvrit les yeux, Shiro se trouvait dans l'hôpital d'Iwa. Son crâne lui faisait atrocement mal et il sentait tout son corps desséché, malgré l'hydratation régulières que lui avait administrée son infirmière.


« Vous avez absorbé plus d'alcool qu'il n'en fallait pour faire s'évanouir un cheval. J'ignore comment vous avez réussi à éviter un coma, mais toujours est-il que vous semblez avoir une résistance surnaturelle aux effets de l'alcool. Tout le monde ne parle que de vous, à l'extérieur. »

« Que s'est-il passé? Dit Shiro tandis qu'il se tenait la tête. Les prisonniers ont-ils été libérés? »

L'infirmière leva les sourcils par curiosité. Elle était sujette à une toute nouvelle expérience médicale qui n'arrêtait de la surprendre.


« Eh bien... C'est vous qui les avez libérés. »


Quel est l'objectif principal de votre personnage ?

Shiro prit plusieurs années pour découvrir et exploiter cette affinité avec le Taijutsu du Poing Ivre. Il en profita d'ailleurs pour en apprendre plus sur les connaissances oubliées de son ancien clan. Pour l'heure, son objectif est de percer les secrets de l'Histoire des Tsikuyis et de redévelopper cette branche oubliée du Taijutsu. Il est prêt à se dépasser et à effectuer les missions les plus périlleuses auprès de son équipe, et de son vieil ami Reitan, pour parvenir à ses fins.

A propos du joueur



Origine de votre avatar : Kenshiro du manga Hokuto no ken
Indiquez votre parrain, si vous en avez un : Yamanaka Reitan
Est-ce un changement de personnage ? Non
Est-ce un double compte ? Non
Quelque-chose à ajouter ? Forum très intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 7 Aoû 2018 - 12:11
Hoy!

Alors tout d'abord, ta CS "Yoi - Suiken Ryuu" ne figure pas dans la Liste des Capacités Spéciales. De ce fait, tu ne peux pas la prendre. Pour ce faire, tu dois passer par la validation de cette dernière via ce sujet.

Ensuite, je suis resté sur ma faim quant à la description de la psyché de son personnage. C'est un mineur, il a eu la vie dure et est sympathique, ce sont des détails que l'on saisit rapidement. Seulement, il y a beaucoup à dire sur une personne. Ou alors on reste sur le pur "rustre totalement stéréotypé" pour reprendre tes mots ? La chose me va, à toi de me le dire.

Concernant le coup d'état dont tu fais mention, il n'a jamais eu lieu. En effet, @Nagamasa Chôgen a été tué par @Nara Alderan et @Meikyû Yamamoto en event. Tu peux d'ailleurs le lire ici.

Le début de l'événement marquant est purement et simplement la description de ta CS. Tu peux la proposer dans ledit sujet que je t'ai passé un peu plus haut.

Concernant le reste, l'écriture simple mais fluide aide pour une lecture agréable. Rien de plus à ajouter sur ta présentation si ce n'est que ton personnage colle bien au village.

N'hésites pas à venir me voir en mp sur Discord (et uniquement Discord) si jamais tu as des questions concernant le contexte d'Iwagakure no Sato ou plus globalement Tsuchi no Kuni, même si tout devrait déjà être mis dans les annexes.

Bon courage à toi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

[Terminée] Shiro Tsikuyi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Hors role play :: Présentations :: Présentations d'Iwa
Sauter vers: