Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le Renard ne s'associe pas avec la Loutre... Mais il l'aide quand même [Pv : Hohoemi Tsuki]


Mer 8 Aoû 2018 - 21:03
Tard dans la nuit, une silhouette se tenait derrière une fenêtre. Elle regardait dehors, fièrement, les coups qui étaient portés à une espèce de punching ball. Malgré l'heure tardive, l'homme s'acharnait sur le sac de sable. Coups de poings après coups de poings, coups de pieds après coups de pieds, rien ne pouvait l'arrêter. Il s'était pourtant entraîné ce matin et cet après-midi, sans relâche, et il continuait ce soir. De petites cicatrices étaient visibles sur ses poings, qu'il cacherait sous certains bandages lorsqu'il aurait terminé. Quand aurait-il terminé ? Son "père" s'en moquait, tant que les résultats étaient là.

L'homme qui était auparavant si gentil, si respectueux et si respectable avait changé au fil des années. Peut-être était-ce l'âge ou la distance qu'avait prit Yahiko par rapport à eux depuis qu'il avait apprit qu'il n'était pas leur véritable enfant, mais le géniteur s'était transformé en un homme possessif et élitiste, qui ne prenait plus son garçon à la légère. Dans un sentiment de possession, plus l'un voulait s'éloigner de l'autre, plus l'autre voulait se rapprocher de l'un. C'était en quelque sortes ce qu'il se passait.

Le regard empli de dédain ne lâchait pas sa cible : le Genin. Pour autant, même s'il faisait de plus en plus de remarques à son fils, celui-ci s'entraînait de son propre gré. Le père Funami pouvait penser qu'il faisait ça en l'honneur de la famille, mais non, son acharnement n'était qu'une hargne par rapport à son envie d'accomplir son Nindô. Et demain encore, il recommencerait.

~~

La nuit était calme, tout le monde à la maison avait eu ce qu'il voulait avoir. Le faux père de Yahiko avait cru qu'il s'entraînait pour lui, le Sendai s'était entraîné pour lui-même. Et le matin, de bonne heure et avec une bonne nuit de sommeil, il repartit s'entraîner. Il n'était pas devant chez lui, cette fois, mais bien à son terrain d'entraînement habituel, là où il retrouverait ses autres pantins sur lesquels il était habitué à frapper.

Mais aujourd'hui, cela serait bien différent. Dans la multitude de coups qu'il donnerait, une douleur de plus en plus vive se faisait ressentir dans sa main droite. S'il s'était décidé à l'ignorer au début, la douleur se voulait de plus en plus importante, et il dû s'arrêter quelques temps. S'asseyant au sol en se laissant tomber, regardant sa main et le ciel, il soupira.

Son entraînement ne serait peut-être pas aussi intense que prévu, aujourd'hui.


Dernière édition par Sendai Yahiko le Jeu 9 Aoû 2018 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Mer 8 Aoû 2018 - 22:58
L’entraînement. La bagarre. Tsuki n’y connaît absolument rien en ces choses-là. Ses entraînements habituels consistent à chasser des animaux, donc pister et les leurrer jusqu’à leur tomber dessus. Toutefois, quand elle attrape ses proies, la blonde ne livre jamais de réelle bataille qui puisse lui apporter une quelconque expérience. Le problème, c’est que maintenant qu’elle est Genin, il lui faut apprendre. Son nouveau rôle au sein du village ne consiste pas seulement en une chasse à l’homme qui mène à l’abandon. De plus, ses adversaires ne seront plus des animaux mais bien des êtres humains, qui ont une conscience plus affûtée et une capacité à se défendre bien meilleure que celle de ses proies habituelles. Surtout que Tsuki prend en compte un détail de la plus haute importance : les ninjas contre qui elle tombera seront expérimentés et elle n’aura probablement jamais l’avantage du plan ficelé de bout en bout.

C’est donc avec cette mentalité de lâche qui ne veut pas être trop lâche que Tsuki se lève ce matin. Bien qu’elle n’ait aucune idée de la façon dont se déroule un combat de ninjas, elle est décidée à aller se dégourdir et taper sur des mannequins ! Peu importe la honte, peu importe la nullité de ses actions, la blonde livrera bataille contre les poteaux et remportera la victoire ! Oui, oui. Elle se regarde dans le miroir et hoche la tête. Petite chasseresse deviendra un jour une ninja aguerrie qui saura à la fois leurrer ses adversaires et leur mettre des coups utiles, bien placés et qui lui sauveront peut-être la vie. En bref, Tsuki doit apprendre à se bagarrer. Quelle noble activité pour une fille. Blague à part, la blonde quitte le doux cocon familial avec la ferme intention de devenir meilleure.

Sa marche jusqu’au terrain d’entraînement est pleine d’entrain et de détermination. Elle a toute confiance en ses capacités ! Elle y arrivera, parce que Tsuki est forte, non ? Oui ! Tsuki est forte, elle y arrivera. Alors pourquoi sa démarche est de plus en plus lente au fur et à mesure qu’elle s’approche du terrain ? Pourquoi la blonde donne-t-elle l’impression de vouloir fuir, si ses capacités sont aussi bonnes ? Pourquoi ? Débinée, la kunoichi tend à complètement rebrousser chemin pour retourner à ses chasses, qui sont si habituelles, si douces et si réconfortantes. Pourtant, au fond de son cœur, quelque chose lui dit que si elle abandonne maintenant, elle n’y reviendra plus jamais. Le souci de ne plus jamais y remettre les pieds reste un problème conséquent : si à cause de cette lâcheté, elle finit par perdre une bataille par manque de maîtrise ? Que fait-elle ?

Résignée mais quand même prête à faire la bagarre, Tsuki finit par se forcer et arrive près du terrain d’entraînement. Là-bas se trouve un jeune homme aux cheveux gris, proches du blanc. Il s’entraîne lui aussi. Ses coups sont rapides, puissants, mais quelque chose manque. La blonde regarde avec attention l’inconnu, intriguée par ses gestes. Gauche, droite, gauche, droite … Il ralentit. Gauche. Droite. Gauche. Il arrête. Alors il faut faire gauche, droite, mais qu’est-ce qui arrête la bataille ? La kunoichi arque un sourcil et suit du regard l’homme aux cheveux gris. Que fait-il maintenant ? Est-ce que c’est aussi dans l’entraînement ? Non, il y a un problème. Quelque chose cloche. Sa main. C’est sa main ! Tsuki se mordille la lèvre, presque peinée. Il avait l’air tellement dedans ! C’était si intense !!

La blonde se décide alors. Peut-être qu’il pourra l’aider, ou peut-être pas. Peut-être qu’il a simplement un problème, quelque chose sur le cœur ? Et surtout quelque chose sur les mains. Hm. Tsuki entre sur le terrain d’entraînement et s’approche du jeune homme, le sourire aux lèvres.
« Tout va bien ? »
Elle penche la tête, puis décide de s’asseoir elle aussi, pas trop près ni trop loin, pour pouvoir lui parler sans qu’il n’y ait de creux ni de distance non-désirée. La blonde est plutôt réservée et n’aime pas parler d’elle, mais elle sait reconnaître quelqu’un qui n’est pas forcément dans son assiette. Et s’il y a bien une chose que Tsuki ne peut pas supporter, ce sont les gens tristes. Le monde est déjà assez dangereux pour qu’on soit triste lorsque l’on est chez nous.
« Je te regardais tout à l’heure … Pour moi tu es très fort, tu sais ? Je suis incapable de mettre un coup de poing à quelqu’un ou quelque chose … », rit-elle gentiment.
Elle observe ses mains, ses pieds, puis relève les yeux vers le ciel. Tsuki n’est pas une bagarreuse, définitivement pas. Lui, par contre, a l’air de l’être. Alors que lui arrive-t-il ? Forcément quelque chose qui l’empêche de bouger et de faire quoi que ce soit …
« Si tu baisses les bras, comment font les gens comme moi ? »
Un sourire enfantin naît sur les lèvres de Tsuki. Du haut de sa petite taille, la blonde est le stéréotype même de la demoiselle maladroite ! Clairement pas une personne qu’on verrait comme ninja, ni quelqu’un qu’on emmènerait sur un champ de bataille … Et pourtant.
« Je m’appelle Tsuki ! Je suis contente de croiser quelqu’un ici … ça me force à rester ! »
La joie. Transmettre la joie. C’est important. Et si elle peut apprendre auprès de quelqu’un qui se bat correctement, c’est encore plus intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Jeu 9 Aoû 2018 - 18:30
Les jambes pendantes sur le sol, légèrement penché en arrière et ses bras tendus pour le maintenir, cette position était parfaite pour regarder les nuages et rêvasser un instant. Que pouvait-il faire de plus actuellement, de toutes façons ? Il était blessé, alors autant rester tranquille loin de chez lui. Dans les nuages, il trouvait toujours ce qu'il voulait voir. La perspective d'un autre monde, un où il se sentirait probablement plus à sa place que celui-ci. Un où il n'y aurait ni mensonge, ni trahison, ni douleur. Un où le respect serait mot d'ordre, où tout le monde pouvait vivre sereinement et heureux. De l'utopie, de A à Z, cela était bien impossible, mais ce genre de rêvasserie illustrait bien l'idée qui disait que l'herbe était toujours plus verte ailleurs. Yahiko savait bien que la lumière ne pouvait vivre que s'il y avait de l'ombre, et à l'inverse, que l'ombre devait persister tant qu'il y avait de la lumière.

Pour s'aider dans ce sentiment de solitude qui l'abritait, persuadé qu'il était probablement seul au monde à fantasmer sur de telles utopies, il s'était inventé une personnification de toutes les valeurs qu'il voulait voir. Un Dieu Protecteur, qui représenterait pour lui une image de l'homme qu'il désirait être, d'une voie à suivre, de ce à quoi il ressemblerait lorsque son Nindô serait achevé. Il était évidemment d'une force qui dépassait l'entendement et que le Sendai était incapable de posséder, mais c'était là tout l'intérêt. Quel était l'intérêt de ne plus avoir d'objectif à viser ? Il n'y en avait probablement aucun. Il devait se relever, pour poursuivre cet objectif, malgré la douleur. Mais lorsqu'il appuya sur sa main droite au sol, la douleur était plus importante que prévue. Fais chier.

Une voix féminine mit fins à ses pensées et sa tête se tourna vivement. Il ne s'attendait absolument pas à ce que quelqu'un s'intéresse à lui à ce moment là. S'il prit un très léger temps pour la dévisager, il lui répondit un peu comme machinalement.

-"Oui, ça va bien... merci."

Ce n'était pas totalement vrai, mais ce n'était pas totalement faux. Il n'était pas du genre à se victimiser ou à aimer parler de ses problèmes, mais en y réfléchissant, si elle lui demandait, c'est qu'elle l'avait sûrement aperçu au loin.

-"Je me suis juste un peu blessé à force de frapper, mais il faut dire que je m'entraîne un peu trop souvent", dit-il d'un sourire un peu gêné.

Sa bonne humeur était remarquable, elle semblait si joyeuse, si innocente, et si attentionnée. S'était-elle persuadée qu'il allait mal ? En tant que première personne qui s'intéressait comme ça à lui, il culpabilisait presque d'avoir quelques problèmes. Se changeant les idées, il se persuada de n'avoir aucune raison d'aller mal en la compagnie de la jeune fille, et plutôt que de lui causer du soucis, il préféra sourire et lui répondre avec autant de bonne humeur que possible.

-"Haha, c'est gentil ! Mais je ne suis pas encore assez entraîné", dit-il d'un sourire en coin.

Tous les objectifs qu'il avait ne pouvaient pas être ralentis à cause d'une foutue main qui en faisait des siennes. Il fallait en prendre soin et y retourner, mais comme il n'avait rien sur lui, il s'arrangerait autrement. Tendant la main vers la jeune fille, il se présenta à son tour.

-"Sendai Yahiko, enchanté. Si ça t'intéresse, nous n'avons qu'à nous entraîner ensemble. Bon je ne peux plus frapper pour le moment avec mon poing droit, mais nous pouvons quand même nous arranger pour te rendre plus forte !"

Il prit un petit instant de pause, et reprit d'une voix un peu moins excitée, mais toute aussi attentionnée.

-"Comme ça, je ne baisse pas les bras, et tu pourras t'améliorer. Qu'est-ce que tu en penses ?"

Impossible de prédire que sa journée pouvait prendre un tel tournant. Lui qui s'attendait à attendre péniblement chez lui que la douleur passe, il se retrouvait en agréable compagnie avec quelqu'un qui semblait si innocent. A première vue, elle avait l'air de quelqu'un qu'il était difficile d'imaginer dans un monde aussi cruel que celui des ninjas. D'un autre côté, le mal n'était pas inné, il était plutôt engendré. Il espérait qu'une telle gentillesse ne changerait jamais, et s'il le pouvait, il la protégerait, que ce soit celle de Tsuki, ou celle de toutes les autres personnes qui avaient encore une humanité. Une autre partie de son Nindô qui s'écrivait.


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mar 14 Aoû 2018 - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Jeu 9 Aoû 2018 - 21:57
Un battant. Un battant qui compense ? Tsuki le regarde avec autant de compassion que d’intérêt. Ce jeune homme a l’air profondément gentil, mais il a l’air d’avoir quelque chose en lui, quelque chose de dur, de brut, de mauvais. Une ombre qui cache le Soleil. À croire que Kumo porte le nom de village caché des nuages pour une bonne raison, après tout. La blonde sourit au Genin qui lui fait face. Un sourire doux et plein de tendresse. Compenser une faiblesse, quelle qu’elle soit, par trop d’entraînement, peut ne pas être bon à long terme. Cependant, Tsuki décide de ne rien dire. Elle ne peut pas encore juger ses activités et elle n’est pas en position pour parler avec lui de ce qui le travaille. Alors elle se contente de le laisser sur sa lancée, pour ne pas s’en mêler. Pas encore. Le moment viendra.
« Pas assez ?! Si toi c’est pas assez, qu’est-ce qu’on dit de moi ?! »
Tsuki tique et fronce les sourcils comme une enfant. Bien qu’elle ait une très grande expérience en matière de chasse, de proie et de prédateur, quand il en vient aux rixes en un contre un, la blonde devient une véritable novice. Du coup, voir que le jeune homme lui dise qu’il n’est pas assez entraîné, alors qu’il est blessé, est presque une offense, qu’elle prend avec amusement. La moue bougonne effacée, Tsuki saisit la main du prénommé Yahiko et se relève. Maintenant debout tous les deux, elle se rend compte de la différence de taille qui les sépare : n’y a-t-il donc aucune personne de petite taille à Kumo ? Est-elle vraiment condamnée à être une ninja miniature ? Même pas capable de toucher le mètre cinquante et ça veut faire la bagarre ?! Elle secoue la tête et retrouve toute sa joie.
« Entraînons-nous ensemble alors ! »
Un hochement de tête joyeux plus tard et la voilà aux aguets, le kunai à la main. Jusque-là, tout va bien, Tsuki maîtrise. Tenir un kunai, le remuer, le jeter : tout est bon. Quoique. Elle dresse l’arme, puis la rabaisse. À nouveau, la blonde dresse le kunai, hésitante. Un connaisseur reconnaîtrait sa façon de tenir son arme entre mille : la Hohoemi prouve son activité de chasseresse avec une facilité déconcertante qui, évidemment, la met en position de faiblesse face à un adversaire qui s’y connaît un minimum dans le domaine de la bagarre. Tsuki soupire et rabaisse le kunai. Pourquoi ne pas se satisfaire des illusions ? Pourquoi ne pas juste traumatiser quelques personnes ici et là et s’arrêter ?
« La chasse … La chasse, c’est tellement plus simple. », murmure-t-elle.
Une ombre est passée sur son visage. Elle ne sait pas comment agir, comment tenir son arme. Elle n’est même pas certaine de pouvoir mettre un coup de poing sans se casser la main au passage. Tsuki semble avoir perdu toute sa joie de vivre et est redevenue une banale demoiselle, qui se débine par manque de confiance en elle. Être ninja, ce n’est pas son domaine. Ce n’est pas sa vie. Est-ce seulement ce qu’elle veut, au fond ? La blonde baisse la tête. Ses prunelles écarlates semblent chercher des réponses sur le sol, en vain. Elle soupire. Ses yeux remontent : sur leur chemin, ils croisent le pantin, plus loin, ils font connaissance avec les arbres. Sa tête suit le mouvement, jusqu’à ce que son parcours se termine dans le ciel.
« Comment tu fais ? Comment vous faîtes, tous ? » Elle marque une pause. « C’est tellement simple avec un animal, mais ç’a l’air tellement compliqué sur des cibles humaines … »
Tsuki se mord la lèvre. Le doute la gagne, l’emporte. C’est toujours comme ça quand elle doit s’entraîner. Son enthousiasme est gigantesque, puis il s’amoindrit jusqu’à complètement disparaître. Mais elle ne doit pas faiblir ! Non ! La demoiselle range son kunai et se claque les joues.
« Non, non, non ! »
La moue bougonne est revenue, mais cette fois elle est remplacée par de la détermination, une immense détermination. Tsuki ne doit surtout pas décevoir Yahiko, parce que Yahiko est un vrai bagarreur, qui se bagarre jusqu’à se blesser ! Alors elle doit sortir de ce cercle infernal et apprendre, pour devenir suffisamment forte pour se défendre !
« Montre-moi ! », lui lance-t-elle, brusquement. Elle marque une pause. « Tu peux me montrer ce que tu veux. Je peux te prêter un kunai, si tu veux ! J’ai aussi des clochettes, mais je ne pense pas que tu en aies besoin … »
Tsuki est sortie de sa bulle, elle l’a percée et s’est hissée face à ses démons. Il est temps, grand temps de grandir et d’évoluer. Le monde ne l’attendra pas, alors elle doit aller plus vite que lui. Son nouveau partenaire semble être idéal pour l’aider à accomplir cet objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Ven 10 Aoû 2018 - 3:48
-"Oh... euh pardon, c'est pas ce que je voulais dire !" s'exclama t'il en tendant ses bras devant lui, comme quelqu'un qui voulait apaiser les tensions mais qui avait bien trop de pudeur et de respect pour entrer en contact direct avec elle.

Son expression avait changé, son visage si calme et joyeux s'était transformé une première fois en une tête énervée, et Yahiko n'était pas de ceux qui aimaient être détestés. De ses ennemis, il s'en moquait, mais pas des personnes qui ne le connaissaient pas vraiment et qui n'avaient pas vraiment de raison de le détester, surtout lorsqu'elles avaient l'air innocentes et sensibles. C'était probablement les dernières personnes à qui il voulait déplaire. Se justifier, c'était probablement la seule chose à faire pour essayer de se rattraper dans son estime.

-"J'ai de grosses attentes de moi-même, et j'estime devoir en faire beaucoup pour devenir celui que je veux, voilà tout...", dit-il d'une petite voix certes audible, mais toute aussi gênée. "Rien à voir avec toi bien sûr ! Tu es bien libre de devenir qui tu veux et de la manière dont tu le veux", tenta t'il de rattraper avec un sourire.

Avec un air toujours aussi boudeur, elle prit cependant sa main pour que les deux ninjas puissent se relever mutuellement. Le Sendai en avait bien besoin, lui qui s'était suffisamment blessé pour ne pas pouvoir s'appuyer sur sa main droite. Ce dernier fut par ailleurs quelque peu apaisé alors qu'elle accepta son invitation pour s'entraîner ensemble, signifiant qu'elle ne lui en voulait pas, ce qu'il prenait en quelques sortes comme un moyen de se racheter pour la peine qu'il avait pu lui faire. Probablement trop sensible au soucis que les autres pouvaient se faire, et trop redevable à tous ceux qui semblaient dans le besoin, mais ce n'était pas objectivement des mauvaises choses. Acquiesçant à leur accord d'un signe de tête, il observa la kunoichi sortir un kunai de sa poche et le manipuler étrangement. Elle portait bien trop attention à ce qu'elle faisait pour que ce soit normal, un kunai n'avait jamais reçu un tel intérêt de quelqu'un. Son joyeux visage avait disparu à son tour, et il l'entendit brièvement marmonner quelque chose qu'il n'avait pas réussi à entendre.

Lui adressant un regard interrogateur qu'elle ne voyait pas tant elle était préoccupée par quelque chose qu'il ne savait pas, il s'apprêta à lui demander si tout allait bien, mais elle reprit parole aussitôt. Des interrogations, qui n'étaient pas celles de quelqu'un qui savait vers où aller et comment y aller, et bien plus que ça, qui reflétait tout le sentiment d'incompétence qu'elle devait ressentir en ce moment-même. Il ne pouvait pas la laisser comme ça, son intervention ne laisserait pas le temps à ses démons de s'emparer de son esprit innocent. Il tendit alors le doigt et le tapota un coup sur son front, comme pour la ramener à la réalité.

-"Tu sais, il n'y a pas vraiment de comment... nous le faisons, c'est tout. Si tu veux voir un obstacle infranchissable, alors tu te confronteras à un obstacle infranchissable. Je pense que c'est une qu-"

Il fut interrompu par les claques qu'elle se mis sur les joues. Un bon ami l'aurait empêchée de se frapper, mais il n'était pas comme ça. Plutôt que d'essayer passivement de comprendre une peine et de l'accepter, Yahiko préférait la rediriger vers autre chose, afin que ce problème puisse se transformer en solution. Et puis, peut-être se serait-il jugé de la même manière s'il avait été à sa place. Il se tut, voyant bien qu'elle était occupée à combattre les démons qui essayaient de s'emparer de sa bonne volonté, et sourit en voyant tout son entrain revenir. Effectuant un nouveau signe de tête pour montrer son accord face à ce qu'elle lui avait demandé, il s'écarta légèrement, posa sa main à la verticale dans le vide, et créa un grand mur de chakra, qui lui servait normalement de protection contre des techniques.

-"Tu vois ce mur ? C'en est un que je crée pour contrer différentes techniques de Ninjutsu, habituellement. Sa solidité permet de contrer de nombreuses attaques, physiques ou de Ninjutsu. C'est à dire que si je frappe dessus sans toute ma force et toute ma volonté, il ne se brise pas."

Pour illustrer, il se mit en face de son mur et donna un coup de poing gauche contre celui-ci, sans entrain, sans mouvement de bassin, sans élan, sans intention de le briser. Sa main s'écrasa minablement dessus et rien ne se produisit.

-"Dans ce premier coup, je n'ai mis ni la force, ni la volonté, alors il ne s'est pas brisé. Si je mets toute ma force mais que j'ai peur d'affronter cet obstacle, je me blesserais... du coup je ne te le montrerai pas. Par contre, je peux te montrer ce qu'il se produit lorsque l'on possède la force et la hargne."

Prenant un élan bien plus conséquent qui était visible par un écartement de ses deux jambes et où l'un des deux pied servirait de point d'ancrage pour transmettre toute la force, il arma son poing gauche, et à toute vitesse, il éclata son mur en le transperçant largement. D'un seul coup, tout le mur était dissipé, et son poing n'avait aucune trace d'une quelconque blessure. Le mur n'avait rien retenu du tout. Se redressant pour se tourner vers la jeune fille, il comptait bien finir sa première petite leçon, qui en plus de s'appliquer au taïjutsu, pouvait très bien s'appliquer dans sa vie personnelle.

-"Tu vois, lorsque j'ai frappé mon mur, je n'ai à aucun moment imaginé que je pouvais échouer. Il ne représentait pas un obstacle, je n'avais pas peur de lui !", lui dit-il en souriant. "Si cela peut t'aider, imagine que ce mur représente tous tes démons. Tant que tu ne les brises pas, ils te retiendront avec eux, et tu ne pourras jamais franchir la barrière qui te sépare de celle que tu veux devenir."

Il ne savait pas vraiment si elle accrocherait à cette imagination, mais il trouvait l'exemple et l'illustration parfaitement parlant par rapport à ce qu'elle venait tout juste de vivre en observant son kunai. Sortant son propre stylo de sa poche, il écrivit sur sa propre paume de main gauche les initiales "B.B.", et le rangea aussitôt. Il tendit ainsi sa main gauche à plat vers Tsuki, le bras tendus, et s'apprêtait à la deuxième étape de sa petite leçon : la pratique.

-"Ces deux initiales signifient pour moi "soit courageux". Si ça t'intéresse, je te raconterai une anecdote à ce sujet avant que nous nous quittions, elle t'aidera peut-être. Je veux que tu gardes ça sous tes yeux à chaque fois que tu me frapperas, pour que tu n'oublies jamais ton objectif : frapper avec le plus de détermination possible, sans craindre ton obstacle. Nous verrons après pour la façon de frapper. D'abord, montre moi comment tu donnes un coup de poing."

Il ne se décidait pas du tout à partir bêtement sur la façon de donner un coup de poing. De manière générale, aux yeux de Yahiko, lorsque l'on voulait exceller au Taïjutsu, il fallait surtout croire en soi, et ne jamais percevoir une possibilité d'échec. Travailler avec la kunoichi à ce sujet était probablement la meilleure chose qu'il pouvait faire pour l'aider à réaliser son Nindô.


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mar 14 Aoû 2018 - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Sam 11 Aoû 2018 - 11:52
La différence de pratique entre les deux éclate au grand jour. D’un côté, Tsuki, chasseresse un peu spéciale mais extrêmement limitée en matière de combat, de l’autre, Yahiko, sorte de professionnel du combat. Il ne faut pas longtemps à son partenaire kumojin pour lui montrer qu’elle a encore beaucoup à apprendre. Le mur de chakra semble au début rebondir, ne rien « sentir ». Taper sans hargne, c’est donc un non. Il faut s’appliquer à mettre de la force, mais aussi de la volonté. Tsuki regarde avec attention son partenaire se placer d’une meilleure façon, prendre une posture bien différente. Cette fois, le coup de poing fait mouche, le mur se brise. Il faut donc taper à la fois avec volonté et force. La force sans la volonté blesse, la volonté seule ne fait rien. La blonde hoche la tête, admirative mais concentrée. Elle ne perd pas son objectif de vue : apprendre à se battre. Ou plutôt, apprendre à se défendre.

Les prunelles écarlates suivent le jeune homme aux cheveux gris. Le mur, ce sont les démons. Il faut empêcher les démons de vaincre, donc il faut les prendre de court et les vaincre avant eux. Hm. Tsuki prend en note, acquiesce. On dirait une enfant qui va à l’école et découvre. Les leçons sont très importantes, et elle garde particulièrement celle du mur aux démons. Cette image est tellement vraie, tellement applicable à sa situation. Ses peurs, son manque de confiance en elle et ses doutes sont une forme de mur. Tant qu’elle fuira, le mur l’écrasera et la fera reculer, de plus en plus loin de son objectif. Par contre, à partir du moment où elle dépassera ses peurs et viendra faire face, jusqu’à le détruire, elle sera capable d’avancer, grandir, devenir meilleure. Un sourire admiratif naît sur ses lèvres. Son instructeur est vraiment intéressant.

Ses pieds retombent sur terre lorsqu’il sort un stylo de sa poche. Il écrit « B.B. » sur sa paume. Tsuki arque un sourcil : pourquoi ? Que fait-il ? « Sois courageux », dit-il. La proposition d’anecdote intéresse la blonde, qui hoche la tête lorsqu’il la mentionne. Raconter des histoires après avoir travaillé dur est une très bonne idée, non ? Apprendre à connaître celui sur lequel elle s’apprête à frapper … Intéressant comme idée. Son sourire se mue en une mimique rieuse. Ne jamais oublier ces deux initiales. Être déterminée, ne pas craindre. Être courageuse. Tsuki inspire profondément.
« Sois courageuse. », répète-t-elle, pensive.
Elle ferme les yeux, puis hoche vivement la tête. Ne jamais perdre de vue cet objectif : être courageuse pour mener à bien ses projets. Devenir meilleure. Plus forte. Mais comment faut-il faire maintenant ? Lancer un coup de poing, comme ça ? Sur lui ?! Tsuki penche la tête, réfléchit. Comment faire … ? Doit-elle taper directement contre lui ? Doit-elle simplement se jeter dessus ? Comment met-on un coup de poing efficace. La blonde se mordille l’intérieur de la joue. Comment ça marche, tout ça ? Un animal, c’est différent, on ne lui met pas de coup de poing. Et, surtout, on n’apprend pas à se battre contre un animal. Alors, comment ?

Les doutes reviennent, balaient sa détermination. Puis elle ferme les yeux. Être courageuse. Ne pas craindre. Être déterminée. Mettre tous les doutes de côté et se projeter dans l’action, dans la bagarre. Ne rien laisser briser cette détermination. Être courageuse. Tsuki revoit la posture de son partenaire et cherche à l’imiter. Un pied en arrière, qui fait ancrage. Et après ? Elle fouille sa mémoire. Armer son poing et attaquer ? Oui. Elle hoche à nouveau la tête, hésite. Comment faire avec le poing aussi ? Il avait les pouces dedans ou dehors ? Plutôt dehors ? Dedans ? La posture se défait, Tsuki hésite. Être courageuse. Ne pas réfléchir, être déterminée et puissante.

Alors, elle ferme le poing, pouce dehors, et serre. Ses ongles heurtent ses paumes. Elle inspire profondément et prend une posture un peu différente, qui lui permet une approche plus rapide, plus vive. Tsuki n’a pas beaucoup de force, elle le sait, donc elle préfère réfléchir à quelque chose qui sera plus efficace plus vite. Son pied est ancré dans le sol, elle se prépare. Et enfin, Tsuki lâche.

Tout son corps semble suivre le mouvement tandis qu’elle s’élance, le poing envoyé par le dessous pour frapper sur sa cible. Être courageuse. Être courageuse. Être courageuse.
« Aaaaaah ! »
Petit corps, grande vitesse.
Qu’adviendra-t-il au moment de l’impact ? Sera-t-elle dans le bon ? Peu importe.
Être courageuse, c’est tout ce qui compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3844-100-hohoemi-tsuki http://www.ascentofshinobi.com/t3870-tsuki-carnet-de-bord

Hier à 13:43
La concentration qu'avait la jeune fille sur ce que faisait le Genin le surprenait. Il ne pensait pas qu'il aurait un jour à donner des conseils à qui que ce soit dans un quelconque domaine, lui qui avait au cours de sa vie été plus souvent un jeune homme manipulé plutôt qu'une influence pour quelqu'un. En réfléchissant à long terme, c'était pourtant ce que voulait son père, manipuler son jeune enfant influençable pour qu'il devienne un homme influençant, mais il n'en était jamais arrivé à cette étape de sa vie, il n'était qu'en cours d'accomplissement personnel. Peut-être que le destin voulait que Tsuki et lui se rencontrent afin de s'entraîner à devenir une image à suivre, mais c'était une vision bien prétentieuse des choses. Le Sendai préférait largement penser au moment présent et au plaisir qu'il avait à apprendre à quelqu'un qui en avait besoin, car après tout, il aurait bien aimé être dans sa situation dans les domaines où il était le plus en difficulté.

Sa détermination et la confiance qu'elle semblait lui confier le touchait sincèrement, ça faisait parti des premières fois qu'il rendait service à quelqu'un, et l'innocence qu'elle dégageait lui donnait encore plus le sentiment de faire quelque chose de bien. L'observant réfléchir à tout ce qu'elle avait à faire, il n'osait pas l'interrompre. Son bras était toujours tendu vers l'avant, démontrant sans cesse le signe "B.B." qu'il avait écrit sur sa paume. Il y avait deux raisons pour ceci : lui donner confiance à chaque fois qu'elle regarderait ces lettres, et se donner une longueur d'avance pour stopper le coup de poing qu'elle s'apprêtait à lui donner. Garder ses bras devant soi plutôt que le long de son corps permettait de se donner bien plus de chance d'arrêter un coup de poing, étant donné le temps de réaction, la distance qu'il fallait parcourir mais aussi la concentration musculaire qu'il fallait mobiliser. Il n'attendait ainsi qu'une chose : qu'elle s'élance, lui laissant tout le temps dont elle voulait disposer.

Lorsqu'elle le fit, elle cria. Ce n'était pas un cri où elle montrait qu'elle craignait ce qu'elle allait faire, non, elle ne pensait pas à la possibilité qu'elle avait de le blesser, elle ne voulait qu'une seule chose : le faire, à tout prix. C'était exactement ce que le Genin désirait. Ce dernier ne connaissait d'ailleurs pas sa force, mais sa rapidité était déjà plus que suffisante pour quelqu'un qui n'avait jamais pratique de Taïjutsu. Personne ne naissait avec une telle vivacité, comme si elle s'entraînait à autre chose. S'ils venaient à rediscuter plus posément, il lui poserait la question, sans aucun doute. Si la vitesse était elle au rendez-vous, Yahiko se rendit compte au moment du choc que c'était la force qui lui manquait, et ça, la détermination ne pouvait le combler, il fallait s'entraîner. Par contre, si elle ne voulait s'entraîner pour améliorer sa force, peut-être pouvait-elle profiter de son gros atout qu'était la vitesse pour l'intégrer à son style de combat.

En un rapide mouvement de bras, la paume de la main de Yahiko vient percuter le coup de poing de la jeune fille et le stoppa net, ses doigts entourant son poing.

-"Tu apprends vite, c'est exactement ce que je voulais voir", dit-il d'un sourire.

Elle n'avait certainement pas la vitesse ou la force pour avoir une chance de le toucher dans l'état des choses, mais le Sendai n'avait aucun doute sur les potentialités qu'elle avait. Il était bien trop entraîné pour risquer quoi que ce soit, mais à entraînement égal, peut-être que sa vitesse dépasserait largement la sienne.

-"Ta mentalité était parfaite lorsque tu as voulu me frapper, mais maintenant, c'est le coup de poing en lui-même qu'il faut un peu changer." Il s'écarta un peu d'elle et se mit de profil afin qu'elle puisse correctement observer son mouvement. Jambes légèrement écartées, l'une devant l'autre, le coup de poing droit armé avec les ongles rentrant dans la paume et la paume orientée vers le ciel, l'autre bras en position de garde. Il s'arrêta dans cette position.

-"Cette position, c'est celle de base avant de donner un coup de poing. Pendant que tu l'envoies, tu tournes ton avant bras pour que ton pouce soit orienté vers le bas. En fait, la rotation va permettre de gagner en rapidité et en pénétration, ce qui le rend plus efficace qu'un simple coup de poing."

Il s'exécuta devant elle, modifiant les allures pour s'assurer qu'elle puisse comprendre ce qu'il attendait d'elle. Passer d'un poing où le pouce était orienté vers le ciel à un poing où le pouce était orienté vers le sol, afin d'augmenter le pouvoir destructeur. Se redressant, il tendit sa main en avant et créa un mur de chakra bien plus fin que le précédent, plus adapté à la puissance actuelle de la jeune fille.

-"Lorsque tu te sens prête, détruis moi ce mur, ce sera l'achèvement de ce petit entraînement", annonça t'il avec un sourire amusé, en même temps curieux de savoir si elle allait le détruire du premier coup.

Le mur qui se dressait devant elle lui demandait d'avoir acquit au moins cette petite technique, mais surtout la volonté de le détruire sans avoir peur de se blesser. Avoir peur, c'était souvent la véritable cause des maux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Le Renard ne s'associe pas avec la Loutre... Mais il l'aide quand même [Pv : Hohoemi Tsuki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: