Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

[C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU


Sam 11 Aoû 2018 - 19:45
Récépissé Mission a écrit:
Une mystérieuse créature, aux proportions dites démesurées, séjournent depuis quelques jours dans une grotte située aux abords du village et terrifient la population agricole vivant dans les vallées en périphérie d'Iwa. Les quelques résidents environnants, paysans pour la plupart, n’osent plus sortir de chez eux pour travailler la terre, redoutant le courroux du dit-monstre, surnommé le Tenbatsu.

Cette cessation d’activité aura pour effet d’impacter significativement la prochaine récolte et donc, appauvrir les ressources en vivres du village caché de la Roche. Avant que la situation ne devienne critique, les autorités responsables ont missionnées une équipe de shinobis pour enquêter sur les lieux et solutionner le problème.
@AKIJI YASUO, @SAINAN GI. TENSHI et @ARIE YOORASIA HAHN / @NAGAMASA H. TAKUMI



Les missions de rang C sont rarement intéressantes, comme les rangs D, ce sont les missions qu'on donne aux sous-fifres, aux petites classes, non pour qu'elles fassent leurs preuves, les rangs B sont là pour ça, mais pour les occuper en attendant d'avoir été remarqué pour mieux. Cependant cette fois quand j'ai lu le récépissé j'ai pensé que cette mission méritait plus d'intérêt, peut-être même qu'elle était sous-classée par rapport à sa difficulté et cela me contentait. Trois genins confiés à un Chunin que je ne connaissais, cela sous-entendait que la créature en question pouvait être bien plus dangereuse que ce qu'on aurait cru de prime abord... Qu'est-ce qui pouvait encore m'étonner aujourd'hui ? Je croiserais dans ladite caverne un phoque croisé avec une licorne à queue de chaton que je ne serais même pas surpris....

Le Tenbatsu hein... Un châtiment divin. Les paysans et leurs superstitions. Nous n'avions pas le moindre descriptif de la créature si ce n'était une approximation vraisemblablement hasardeuse de sa taille. Où se trouvait exactement la caverne ? On ne savait pas non plus... Depuis quand était-elle apparue ? Encore une fois on ne savait pas. Quand je lisais, je ne me plaignais pas tellement, cela faisait presque partie de la routine de devoir chercher toutes les informations nous-mêmes, le bureau qui était en charge de prendre les missions devait être trop surchargé, ou incompétent pour penser à prendre le maximum d'informations qui nous ferait simplement gagner du temps. C'était d'une certaine façon la deuxième mission de ce genre que j'effectuais, puisque l'on m'avait déjà envoyé tué une meute de chiens sauvages qui sévissaient sur les troupeaux des éleveurs. Je comprenais bien entendu les directives d'Iwa, et selon moi, la première des priorités était bien de venir rassurer, par le verbe et notre présence, les agriculteurs que nous allions rencontrés, de toute façon je n'allais certainement pas entrer dans cette caverne sans prendre le maximum d'informations avant....

Nous n'avions pour ce que j'en savais, pas à aller bien loin, c'était déjà cela de gagner, mais je restais concentrer, une mission était une mission, aussi m'habillais-je en conséquence, c'est-à-dire tout d'armure vêtue et solidement armée, pour rejoindre à la sortie du village ceux qui me serviraient de coéquipiers. Hormis que nous étions trois genins et un chunin, on ne me décrivit pas de qui il s'agissait en revanche, alors allant à la porte, bien avance, je me figurais devoir attendre la surprise qui m'attendrait. Assis et bien droit, aussi digne que la stature de la noblesse et de l'angélisme l'exigeait, j'attendais donc de recevoir ceux avec qui je devrais parvenir à réaliser cette mission. Sans ne savoir vraiment pourquoi, j'étais relativement serein, comme si je pressentais qu'il ne pouvait rien arriver de grave. Il ne fallait présumer de rien bien sûr, mais je me sentais à l'aise et cela se ressentait autant qu'au faciès qu'au timbre que je renverrais à mes homologues shinobis.

_________________


Dernière édition par Sainan Gi. Tenshi le Mer 15 Aoû 2018 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Mar 14 Aoû 2018 - 13:07
Yasuo saisit le rouleau cacheté par un énorme C dans sa boîte au lettre. L’ordre de mission, le premier auquel le jeune adolescent allait pouvoir se confronter, exigeait qu’il retrouvât deux genins et un chunnin à la porte du village. On partait à la chasse au Tenbatsu, une créature soi-disant monstrueuse cachée dans les terres de Tsuchi. Apparemment le monstre en soi n’était pas le problème, la peur des paysans était davantage la source de l’ordre de mission : terrorisés par la bête, ceux-ci n’osaient plus sortir de chez eux. C’était un problème : avec cette privation de ressources le village risquait une situation alimentaire complexe.

L’objectif principal était donc de rassurer ces gens et d’assurer en quelques sortes leur protection. A ce sujet, le jeune garçon ne s’inquiétait pas. Même si les shinobis étaient craints, ils comptaient toutefois pour la force militaire du pays et on leur reconnaissait cette qualité. Pour ce qui était de mettre hors d’état de nuire la bête, Yasuo comptait davantage sur ses équipiers. Pas qu’il avait peur, il n’était pas fait pour la baston, tout simplement. Après peut-être que cette histoire de Tenbastu n’avait rien à voir avec une bestiole. A partir du moment où il s’agissait de peur de paysans, on savait habituellement que n’importe quelle ombre nocturne devenait sujet à fantasmes. Peut-être une farce d’enfants mal intentionnés ou bien d’un ermite misanthrope et anti-système. La mission ne mentionnait aucune agression, ce tenbatsu n’avait pour le moment rien de dangereux en soi, si ce n’est son apparence et évidemment, les conséquences de ses apparitions.

Le garçon saisit son kyûdo et attacha son carquois à sa hanche. C’était une mission, rien à prendre à la légère. Son arme contre lui le rassurait un peu aussi. Elle lui apportait le souvenir de ses méditations, le fracas des cascades en note de fond, le calme pourtant de la nature et l’odeur entêtante des embruns doux. C’était avec ce même kyüdo qu’il avait cerné la forme particulière de son chakra et la source de ses difficultés.

Quand l’adolescent aux regard d’ambre arriva à la porte, il vit son équipier Tenshi. Ils n’avaient pas encore eu l’occasion de faire de mission avec leur équipe au complet – une mission avec le Tsuhcikage en personne devait rarement avoir lieu de toute façon – ni même ensemble. Ce serait au moins l’occasion ; d’autant plus que le shinobi en armure semblait avoir une connaissance et une maîtrise du combat au corps à corps certaine. Toujours bon à prendre.

Comme à son habitude, Yasuo se para de son sourire le plus lumineux et lui fit un juvénile signe de la main avant de le saluer. Il dégageait un sentiment de paix et de confiance en lui. Sa présence semblait presque rassurante pour une première mission.

«  Tu es aussi mandaté pour la mission du Tenbatsu ? C’est une bonne chose, c’est l’occasion d’enfin travailler en équipe ! »

Il était étonnant en effet qu'eux, le village d'Iwa ou même leur senseï n'ait pas encore organisé pleinement de rencontres ou d'entraînement. Yasuo mettait cela sur le compte de sa charge de travail. On ne pouvait le reprocher à personne.

Yasuo se cala contre le mur d'un bâtiment, le troisième membre de l’équipe convoquée pour la mission n’était pas encore arrivé. Il ne restait plus qu’à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Mer 15 Aoû 2018 - 5:20
C'est bien beau de recevoir, mais il faut également savoir donner. A peine avais-je commencé à oublier le fait que j'étais un shinobi d'Iwa que le village vint réclamer sa première dette. Le jour où l'ordre de mission fut livrée à ma porte, je pensais être cible d'une arnaque un peu trop élaborée. Bien que je ne sois pas particulièrement familier avec l'administration, le cachet semblait authentique et le nom figurant sur le document était bien le mien. A ma grande déception, il était clair que ces derniers mois passés à faire profil bas n'aient pas été suffisant pour complètement m'effacer.

A la lecture du contenu du document, je ne pu m'empêcher de hausser un sourcil. Le descriptif de la mission était absurde. D'après mes standards bien évidemment, étant donné qu'il s'agissait de ma première mission. Dans l'ensemble, cette mission ne me semblait pas vraiment une brillante idée. Une bestiole mystérieuse et vraisemblablement dangereuse apparait de nul part et terrorise les gens. Clairement, il fallait agir. Envoyons donc une petite équipe de shinobis pas trop expérimentés s'en charger. Il manque une personne et tout le monde est occupé? Quelle situation difficile, envoyons donc Hahn. Ce petit veinard, il était temps qu'il reçoive sa première mission.

Haha.

Heureusement pour eux, le hasard veut qu'ils aient misés sur une valeur sûre. Je ne voudrai aucunement me montrer ingrat envers le village qui m'a recueilli. Je perfomerai le rôle qui est attendu de moi, dans la mesure du possible, et compte tenu de ce qu'Iwa m'a offert jusque là. Autrement dit, si la bestiolle est trop dangereuse je n'hésiterai pas à rebrousser chemin. Après tout je n'ai pas encore reçu quoi que ce soit d'une valeur équivalente à ma vie. Il est donc tout à fait naturel que je sois réticent à l'idée de la mettre en jeu.

Le jour du départ ne tarda pas à arriver et, bien que plus tard qu'anticipé, le trajet vers les portes du village se fit sans problème. Mon arrivée fut cependant précédée par celles de deux coéquipiers. Je ne les connaissais pas exactement, mais le fait qu'ils soient les seuls deux personnes posés près des portes me laissa supposer qu'il y avait de fortes chances qu'ils soient là pour la même chose que moi.

M'étant rapproché, les deux semblaient plus jeunes que moi. Je ne pu m'empêcher de remarquer assez rapidement que l'un d'eux portait une armure. Mes yeux ne me jouaient pas des tours, il ne s'agissait pas d'une sorte d'uniforme ou autre mais bien d'une armure. Je ne dispose pas d'une vaste expérience sur le sujet mais il en faut pas beaucoup pour savoir que shinobi et armures coexistent difficilement. A moins que ce soit une mesure contre la supposée bestiole aux proportions démesurées ? Plutôt bien pensé dans ce cas je dirai. On pourra compter sur lui pour encaisser les coups à notre place.

Ce petit détail mis de côté, le jeune homme portant l'armure était d'une beauté rare et assez particulière me rappellant ma jeunesse, quand délicatesse et innocence ne s'étaient pas encore dissipés. L'idée de le mettre dans un bocal pour l'afficher dans ma vitrine me traversa l'esprit le temps d'une seconde avant que je ne l'écarte. Il n'y avait nul besoin d'en arriver là. Je garde cependant en tête qu'un tel spécimen existe et qu'il serait une bonne idée pour moi de m'en rapprocher pour pouvoir, si l'opportunité se présente, lui offrir mon affection.

Mon arrivée à proximité des deux jeunes hommes coïncida avec l'horaire qu'on s'était fixé pour le départ. Je n'étais donc pas en retard et ne devais pas d'excuses à qui que ce soit.

"Messieurs, je suppose qu'on est tous là pour le Tenbatsu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Mer 15 Aoû 2018 - 8:56


L’équipe au complet prend conscience des acquis de chacun (ou pas ?). Peut-être se connaissent-ils, peut-être que non. Peu importe, c’est surtout leur problème. Le chef de l’escouade de bas-gradés est déjà présent, les écoute, les observe. Il connaît à peu près leurs capacités, dans les grandes lignes du moins. Initialement camouflé, il apparaît progressivement devant eux, révélant ainsi que ses capacités sont sans doute similaires à celle du jeune Yasuo. Ou bien est-ce tout simplement un genjutsu ? Allez savoir.

Moshi moshhh ! en agitant la main, sourire béant.

Le chûnin semble émettre une certaine aura, celle d’un homme sûr de lui et de ses capacités, le tout agrémenté d’un soupçon de bienveillance déposé sur son lit d’innocence (oui, on dirait une recette de cuisine).

Ijika Ousay, chef de l’équipe. Ne perdons pas de temps et mettons nous en route.

Il fait signe à ses coéquipiers du jour de le suivre. Nul autorité froide, seulement un sentiment de camaraderie certain. Sur le chemin, il invite tout de même les genins à se présenter, même sommairement. S'ils doivent combattre ensemble et compter entre eux pour se sauver les fesses, connaître les atouts de chacun sera sans aucun doute un point crucial dans la survie de certains.

Le chemin est plutôt court, une dizaine de minutes suffit à les catapulter non loin des paysans que l’on dit apeurés.

Alors, des idées ? Par où commencer ? Des réserves à émettre peut-être ?



Donner son avis/faire l'intello de service

Rester silencieux/faire le suiveur

Rebrousser chemin car vous êtes une victime

Autre chose




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 15 Aoû 2018 - 13:39
Surprise, un chef d'équipe qui était camouflé et que je n'avais pas vu ou ressentis... Alors ce coup-là je ne l'attendais pas. Je n'aimais d'ailleurs pas beaucoup cela, même si le personnage en lui-même me séduisait, car la simplicité des mots et des gestes mettaient naturellement à l'aise, du moins pour ma part. Même si j'avais toujours une certaine réserve à devoir obéir à un énième chunin, l'équipe que l'on formait pour cette mission me convenait. D'ordinaire, je préférais commander ou travailler seul, la règle qui nous interdisait à nous genin de sortir du village par exemple m'insupportait au plus au point. Cette fois cependant, j'avais un membre de ma propre équipe à mes côtés, un jeune homme que j'appréciais, et rien qu'en cela la journée et la mission débutait bien. L'autre membre de l'équipe que je ne connaissais pas m'indifférait tout simplement, son regard sur moi ne m'inspirait aucune confiance, il avait l’œil de ces gens qui ne cherchaient qu'à jouir de mon corps, comme les mâles qui guettent les femmes comme des proies et non comme des personnes. Aussi il n'aurait le droit qu'à un jeté de cheveux en bon dû forme après un court et princier salut de la tête. Le sourire forcé que je lui renvoyais était plus vrai qu'un vrai, mais ce n'était que parce que j'avais largement l'habitude de mimer des émotions à ma convenance.

Durant notre marche, toujours le casque sous le bras gauche, je me plaçais à la gauche de Yasuo pour lui prendre la nuque dans le bras droit, et le serrais contre moi tout en avançant d'un air jovial. Sans gêne je riais, je m'amusais, assez complaisant et faisant entorse à ma stature angélique pour n'apparaître plus que comme un enfant qui s'amusait. Ma séduction aujourd'hui, pour ce début de mission passait donc par la simplicité de cela, innocence et joliesse passant par des gestes et un regard sincèrement tendre en amusé.
  • -Alors comme ça on chasse de la bestiole aujourd'hui ! Tu crois que ça se mange ? Ça se trouve on va tomber sur un bijuu... Le sensei on tomberait de sa chaise c'est sûr ! Zut, j'ai oublié de prendre une laisse ! Tu sais faire des sceaux toi ? Parce qu'un coup pareil, faut faire un pacte c'est obligé !


De la plaisanterie, purement de la plaisanterie. Comme toujours, il était difficile de me saisir, tend je pouvais être aussi sérieux et froid que jovial et enfantin. Mon humeur se déplaçait sur commande selon les besoins et les envies. Pour le moment, nous ne faisions que marcher, et ne sachant pas grand chose de ce qui nous attendait, je ne pouvais réellement réfléchir à la manière d'appréhender la mission, donc je m'amusais. Yasuo était un jeune-homme tout à fait innocent, qui ne se prenait pas l'esprit dans des réflexions inutiles (du moins de point de vue), mais surtout il était le plus adapté parmi nous à une partie de notre objectif. Souriant largement, presque lui faisant un clin d'oeil, je le lui faisais d'ailleurs remarquer.
  • -C'est plutôt à toi qu'il va revenir de parler aux paysans non ? Après-tout la diplomatie, c'est ton truc ! Moi les paysans me confondent toujours avec une fille ou me prennent pour un ange, sont tellement superstitieux.... Allez va t'en fait pas je t'aiderais, avec ma gueule d'ange d'amour tout passe ! Ou presque...

  • -Alors, des idées ? Par où commencer ? Des réserves à émettre peut-être ? Nous coupait notre chef d'équipe Ijika Ousay tandis qu'il avançait devant nous.



Je me grattais la tête en lâchant le cou de Yasuo, mais sans cesser de marcher. Des idées bien sûr que j'en avais, comme si j'avais besoin d'un chunin pour en avoir... Mais je n'étais pas seul dans cette mission, ni son dirigeant, alors il était comme toujours délicat, de vouloir imposer son déroulement des choses sans encore passer pour l'insoumis de service. C'est que je commençais à avoir une certaine réputation à force de tenir tête aux gradés....
  • -Déjà nous pourrions aller à la rencontre des paysans pour avoir au moins un descriptif, voir si les témoignages concordent. Les rassurer sur ce qui va se passer, leur promettre qu'on va s'occuper de l'affaire. Ensuite, piéger la sortie de la caverne, juste avant d'y entrer, parce qu'on ne sait jamais ce qu'on pourrait y trouver et au moins comme ça, si on venait à pas pouvoir en sortir, elle non plus !


Une extrémité que je préférais éviter bien entendu. Rester bloqué dans cette caverne ne m'enchanterait pas, mais la mission était la mission, l'assurance que même si cette bête saurait nous abattre, qu'elle ne pourrait plus quitter la caverne, ce serait toujours un plus. À savoir si mes camarades pouvaient accepter cette idée c'était une autre histoire ! Je les laissais juge.


Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Jeu 16 Aoû 2018 - 19:31
Confortablement installé contre son mur, Yasuo sursauta quand il surprit une forme se détacher de celui-ci. Le chunnin qui devait les encadrer pour la mission – Ijika Ousay comme il devait se présenter plus tard – apparaissait peu à peu à côté de lui au devant des briques. L’adolescent fixait avec étonnement les traits qui lentement se donnaient à voir. Il était d’autant plus étonné qu’il n’avait pas du tout réussi à percevoir le moindre signe de sa présence – assez ennuyeux quand votre spécialité est le repérage et la sensorialité. Au moins, cela était rassurant sur la qualité technique de cet encadrant, on pourrait compter sur lui et sur ses capacités – remarque subsidiaire que se fit Yasuo : s’il fallait compter sur lui pour se cacher, ils ne seraient toutefois pas bien aidés. Enfin, l’homme semblait tout à fait confiant, la mine tranquille et le regard doux. Yasuo aimait bien ce genre de personne. Il se sentait parmi ses semblables – les doux.

Entamant leur court trajet, Yasuo commença d’abord à se placer à côté du nouvel arrivé. Juste avant l’apparition du chûnnin leur troisième coéquipier les avait rejoint pile à l’heure. Il semblait émettre une réticence particulière à être là, parmi eux, comme s’il y était par contrainte et Yasuo avait pensé qu’il aurait été de bon ton de se présenter ou du moins l’aider à apprécier cette mission qui serait certainement plus amusante qu’une « contrainte ». Ce n’était qu’une rang C après tout.

L’aboutissement de ce projet fort louable était cependant sans compter la surprenante joie et franche espièglerie de Tenshi qui tout à coup accouda son bras sur son épaule et l’enserra contre lui à la manière d’un bon pote. Pendant quelque seconde le visage de Yasuo paré de son habituel sourire se tordit en une expression subie de surprise puis de gêne. Jeune solitaire, parfois timide et plutôt considéré comme un bon élève, il n’avait jamais été confronté à ces formes de « franche camaraderie » et s’il pouvait être le plus affable des hommes – adolescent plutôt – cela comportait toujours une certaine distance, un certain espace vital laissé au soin de l’autre.

Retrouvant une contenance et s’adaptant comme tout bon shinobi à la situation, le garçon reprit son large sourire et se mit à rire de bon coeur des remarques et plaisanteries. Son coéquipier avait seulement voulu rendre cet ennuyeuse marche plus joviale et on ne pouvait pas le lui reprocher. Le jeune homme ne manqua pas toutefois la mention du bijuu.

«  Un bijuu… ? »

L’air naïf du garçonnet exprimait maintenant une forme de doute quant à la certitude absolue que cette mission fût réellement de leur niveau. Les bijuus étaient des monstruosités terrifiantes issues des contes et légendes shinobis. Leur puissance dépassait les plus puissants shinobis et ils semblaient être constitués d’un chakra pur et maléfique, source d’une haine et d’un mal infini à l’égard des hommes et du monde. Ils avaient été une source de destruction par le passé mais semblait avoir cessé d’exister aujourd’hui. Ç’aurait pu simplement passer pour une blague si on considérait ces monstres comme de purs légendes. Yasuo cependant avait lu de nombreuses choses à leur sujet et sa curiosité insatiable en était quelque peu passionnée – comme par tout ce qui avait trait au chakra, affinités et contrôle de ces derniers.

« Ce serait… IMPRESSIONANT !!! »

Le doute avait laissé place à une excitation démesurée. Ses yeux n’étaient plus qu’une nuée d’étoiles orangées tellement ils semblaient briller. Une suite de questions s’amoncela dans sa bouche sans pouvoir s’arrêter ni se formuler entièrement, donnant l’impression que le garçon marmonnait tout seul sur sa propre et simple joie de rencontrer une créature si légendaire - «  tu crois qu’on peut manger du bijuu ? et tu penses qu’une laisse ça suffit pour l’attraper ? Je n’ai pas pris de parchemin de scellement, ni même de quoi écrire, de toute façon – faudrait être beaucoup plus pour pouvoir y arriver – mais du coup on devrait pas retourner au village chercher des renforts  ? …. »

Puis quand le chûnnin lui signifia assez simplement qu’il s’agissait véritablement d’une simple plaisanterie et qu’il n’avait jamais été question d’un quelconque bijuu ou de la possibilité d’en croiser un, le jeune garçon se calma, se sentit alors très bête et rougit de sa naïveté. Il resta silencieux un petit moment après cela, jusqu’au moment où Tenshi le relança sur ses qualités et sa future utilité – toutes relatives évidemment – au regard du contenu de la mission. Effectivement, pour ce qui était de l’objectif diplomatique, Yasuo était l’homme de la situation. Encore fallait-il que les paysans le considérassent comme un homme…

« Oui, certainement. Enfin, j’espère que je ne ferai pas trop gamin pour eux. On fait pas souvent confiance à un gamin… » Ils partaient bien : comment les paysans pourraient-ils donc faire confiance à un garçonnet et une femmelette en armure rutilante ? « Imagine, ils te prennent pour une manifestation divine du Tenbatsu, on aurait l’air malin. Prêt à esquiver les fourches ? »

Il rit bêtement et se fit couper dans son rire par leur supérieur qui semblait vouloir faire le point. Tenshi exprima son opinion sur la mission qui correspondait dans les grandes lignes – du moins au début – à l’idée que c’était fait le petit blond de leurs objectifs. La suite en revanche le laissait perplexe.

« Je suis plutôt d’accord avec Tenshi pour le début. Chercher des informations et rassurer la population sur la réussite de l’entreprise me semble primordial. D’ailleurs, Hann, commença-t-il en se tournant vers son coéquipier dont il ne savait finalement pas grand-chose.Tu te débrouilles comment niveau diplomatie ? Puisque pour le moment Tenshi et moi formons un couple atypique, avec un peu de chance tu es peut-être celui qui passerait le mieux. »

En vérité, dans l’idée de rassurer des paysans, Hahn était tout bonnement le type parfait pour l’occasion. Du point de vue de Yasuo il s’agissait simplement d’un géant. Il devait avoisiner les deux mètres et paraissait particulièrement musculeux. Le garçonnet à côté de lui faisait vraiment garçonnet. Et peut-être que l’ensemble plutôt éclectique de leur compagnie pousserait davantage les paysans à rire qu’à se sentir rassurer. La question que se posait Yasuo reposait essentiellement sur l’idée de devoir prouver qu’il valait plus que ce qu’il semblait être. Cela valait-il le coup ? Son affinité particulière pour la diplomatie n’était pas fondé sur rien, mais son physique lui portait préjudice.

« Je me demande si nous ne devrions pas plutôt nous séparer en deux équipes de deux. L’une irait rassurer les paysans et se renseigner pendant que l’autre irait voir la grotte, chercher des indices, des traces qui iraient dans le sens d’une créature aux dimensions démesurées. Nous pourrions alors comparer les versions des uns et des autres. Dans le cas où nous choisissons cette façon de faire, la composition des équipes dépend de comment vous imaginez que nous pouvons rassurer les agriculteurs… Plutôt par la figure de la force ou plutôt par l’impression positive que nous savons ce que nous faisons ! Pour ce qui est de piéger la grotte, je reste assez réservé sur le principe. Même si la sécurité de chacun dépend du déroulement de notre expédition à l’intérieur, autant essayer de transmettre les informations récoltées plutôt que simplement se condamner si cela venait à mal se passer. »

Point de vue de politicien : toujours se garder une porte de sortie – et puis même, ne serait-il pas honteux de venir à mourir sur une rang C.. ?


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Aujourd'hui à 8:41
A mon arrivée succéda celle de notre lead. Ou peut-être était-il premier sur place? Son apparition de nulle part ne me fit pas sursauté. Pour autant, je n'y avais vu que du feu. A son tour de magie je veux dire.

Son geste était non nécessaire et sans goût. Mon expression resta neutre mais je n'avais guère apprécié sa manoeuvre. Il avait mille et une manières différentes de faire son entrée, et son choix n'était pas particulièrement brillant. Ses efforts apparents pour nous mettre à l'aise peuvent être salués, mais restent insuffisants. Il lui faudra plus d'efforts pour se racheter à mes yeux. Je reconsidérerai sa situation si le même tour de magie se révèle nous sauve la peau dans le cas où la situation avec la bête prend un mauvais tournant.

Le chef d'équipe prend les devants et le trajet vers la périphérie du village est entamé. Notre départ semble manquer un élément crucial, qui tient du bon sens. Peut-être s'en est-il rendu compte en même temps que moi, le lead demande à tout le monde de se présenter. Sa requête sera cependant absorbée par les bêtises que les deux jeunes hommes s'échangeaient. Ne cherchant pas à rendre la situation plus gênante qu'elle ne l'était déjà, je fis comme si je n'avais rien entendu également. Quant à l'échange de conneries qui prenait place entre mes deux coéquipiers, je pris la sage décision de ne pas en écouter par peur des possibles répercussions sur mon quotient intellectuel.

La question sur la manière dont on abordera la mission ne tarda pas à arriver. Tout le monde semblait penser que la première étape logique serait de parler aux paysans. Pour les rassurer et procéder à une récolte de renseignements. L'idée n'était pas absurde, bien au contraire. C'est également quelque chose dont je pourrai, et voudrai m'occuper. Ainsi, on ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir contribué. J'avais l'avantage par rapport à coéquipiers sur ce coup là vu qu'un adulte inspirait à coup sûr plus de confiance que des adolescents.

"Pas de soucis de mon côté, je peux m'en occuper. Je suppose qu'Ousay peut également le faire. Toutefois, j'aimerai recommander une approche un peu plus conventionnel et simple pour les aborder. Ce serait une mauvaise idée d'essayer de rassurer des gens en apparaissant subitement là où ils s'y attendent le moins."

C'était du bon sens , mais j'avais trouvé l'opportunité parfaite pour faire des reproches au chef d'équipe et je ne comptais pas la ratée. Je comptais prendre un ton débordant de sérieux, le but étant de donner l'impression d'une personne pas trop futée qui cherchait tout simplement à faire les choses biens. Mais cela n'aurait pas rendu le message assez évident.

Au-delà de parler aux paysans, mes coéquipiers contemplaient également d'autres possibilités comme piéger la "supposée" grotte où la "supposée" bestiole se réfugiait. Ou encore se séparer en deux groupes pour pouvoir également aller investiguer la bestiole. Certaines propositions étaient moins bonnes que d'autres, mais dans l'ensemble, elles étaient toutes viables. A ce stade de la mission, il n'y avait tout simplement pas de mauvaises réponses.

"Bien que je n'aie rien contre un peu d'anticipation, piéger la sortie de la grotte me semble excessif à ce stade. Je pense que nous devrions rester dans la simplicité en attendant d'en savoir un peu plus."

Piéger la grotte impliquait beaucoup trop de variables. Je doute que l'on puisse mettre en place quelque chose d'élaboré. Et l'efficacité de notre piège dépendra forcément de la bestiole. Le minimum serait de se procurer une description de la bête.

"Se séparer en deux équipes n'est pas une mauvaise idée si l'on prend en compte le facteur efficacité. Ceci dit, interagir à 4, plutôt que 2, avec les paysans est sûrement plus rassurant pour eux. De plus, je suis d'avis à penser que le scénario à éviter serait qu'une des deux équipes se retrouve en tête à tête avec la bestiole. Sans vraiment savoir de quoi elle est capable, il faudra absolument l'engager avec notre effectif complet. Efficacité ou sûreté? Ce sera à Ousay de trancher."


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

[C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: