Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

» Présentation de Nozomi Ryû (en cours de commencement)
Aujourd'hui à 10:27 par Nozomi Ryû

» Le loup et la chasseuse [PV Hohoemi Tsuki]
Aujourd'hui à 10:11 par Nobuatsu Saji

» [Mission libre D] Le chat chapardeur
Aujourd'hui à 10:10 par Akane Ito

Partagez | 

[C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sam 11 Aoû 2018 - 19:45
Récépissé Mission a écrit:
Une mystérieuse créature, aux proportions dites démesurées, séjournent depuis quelques jours dans une grotte située aux abords du village et terrifient la population agricole vivant dans les vallées en périphérie d'Iwa. Les quelques résidents environnants, paysans pour la plupart, n’osent plus sortir de chez eux pour travailler la terre, redoutant le courroux du dit-monstre, surnommé le Tenbatsu.

Cette cessation d’activité aura pour effet d’impacter significativement la prochaine récolte et donc, appauvrir les ressources en vivres du village caché de la Roche. Avant que la situation ne devienne critique, les autorités responsables ont missionnées une équipe de shinobis pour enquêter sur les lieux et solutionner le problème.
@AKIJI YASUO, @SAINAN GI. TENSHI et @ARIE YOORASIA HAHN / @NAGAMASA H. TAKUMI



Les missions de rang C sont rarement intéressantes, comme les rangs D, ce sont les missions qu'on donne aux sous-fifres, aux petites classes, non pour qu'elles fassent leurs preuves, les rangs B sont là pour ça, mais pour les occuper en attendant d'avoir été remarqué pour mieux. Cependant cette fois quand j'ai lu le récépissé j'ai pensé que cette mission méritait plus d'intérêt, peut-être même qu'elle était sous-classée par rapport à sa difficulté et cela me contentait. Trois genins confiés à un Chunin que je ne connaissais, cela sous-entendait que la créature en question pouvait être bien plus dangereuse que ce qu'on aurait cru de prime abord... Qu'est-ce qui pouvait encore m'étonner aujourd'hui ? Je croiserais dans ladite caverne un phoque croisé avec une licorne à queue de chaton que je ne serais même pas surpris....

Le Tenbatsu hein... Un châtiment divin. Les paysans et leurs superstitions. Nous n'avions pas le moindre descriptif de la créature si ce n'était une approximation vraisemblablement hasardeuse de sa taille. Où se trouvait exactement la caverne ? On ne savait pas non plus... Depuis quand était-elle apparue ? Encore une fois on ne savait pas. Quand je lisais, je ne me plaignais pas tellement, cela faisait presque partie de la routine de devoir chercher toutes les informations nous-mêmes, le bureau qui était en charge de prendre les missions devait être trop surchargé, ou incompétent pour penser à prendre le maximum d'informations qui nous ferait simplement gagner du temps. C'était d'une certaine façon la deuxième mission de ce genre que j'effectuais, puisque l'on m'avait déjà envoyé tué une meute de chiens sauvages qui sévissaient sur les troupeaux des éleveurs. Je comprenais bien entendu les directives d'Iwa, et selon moi, la première des priorités était bien de venir rassurer, par le verbe et notre présence, les agriculteurs que nous allions rencontrés, de toute façon je n'allais certainement pas entrer dans cette caverne sans prendre le maximum d'informations avant....

Nous n'avions pour ce que j'en savais, pas à aller bien loin, c'était déjà cela de gagner, mais je restais concentrer, une mission était une mission, aussi m'habillais-je en conséquence, c'est-à-dire tout d'armure vêtue et solidement armée, pour rejoindre à la sortie du village ceux qui me serviraient de coéquipiers. Hormis que nous étions trois genins et un chunin, on ne me décrivit pas de qui il s'agissait en revanche, alors allant à la porte, bien avance, je me figurais devoir attendre la surprise qui m'attendrait. Assis et bien droit, aussi digne que la stature de la noblesse et de l'angélisme l'exigeait, j'attendais donc de recevoir ceux avec qui je devrais parvenir à réaliser cette mission. Sans ne savoir vraiment pourquoi, j'étais relativement serein, comme si je pressentais qu'il ne pouvait rien arriver de grave. Il ne fallait présumer de rien bien sûr, mais je me sentais à l'aise et cela se ressentait autant qu'au faciès qu'au timbre que je renverrais à mes homologues shinobis.

_________________


Dernière édition par Sainan Gi. Tenshi le Mer 15 Aoû 2018 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Mar 14 Aoû 2018 - 13:07
Yasuo saisit le rouleau cacheté par un énorme C dans sa boîte au lettre. L’ordre de mission, le premier auquel le jeune adolescent allait pouvoir se confronter, exigeait qu’il retrouvât deux genins et un chunnin à la porte du village. On partait à la chasse au Tenbatsu, une créature soi-disant monstrueuse cachée dans les terres de Tsuchi. Apparemment le monstre en soi n’était pas le problème, la peur des paysans était davantage la source de l’ordre de mission : terrorisés par la bête, ceux-ci n’osaient plus sortir de chez eux. C’était un problème : avec cette privation de ressources le village risquait une situation alimentaire complexe.

L’objectif principal était donc de rassurer ces gens et d’assurer en quelques sortes leur protection. A ce sujet, le jeune garçon ne s’inquiétait pas. Même si les shinobis étaient craints, ils comptaient toutefois pour la force militaire du pays et on leur reconnaissait cette qualité. Pour ce qui était de mettre hors d’état de nuire la bête, Yasuo comptait davantage sur ses équipiers. Pas qu’il avait peur, il n’était pas fait pour la baston, tout simplement. Après peut-être que cette histoire de Tenbastu n’avait rien à voir avec une bestiole. A partir du moment où il s’agissait de peur de paysans, on savait habituellement que n’importe quelle ombre nocturne devenait sujet à fantasmes. Peut-être une farce d’enfants mal intentionnés ou bien d’un ermite misanthrope et anti-système. La mission ne mentionnait aucune agression, ce tenbatsu n’avait pour le moment rien de dangereux en soi, si ce n’est son apparence et évidemment, les conséquences de ses apparitions.

Le garçon saisit son kyûdo et attacha son carquois à sa hanche. C’était une mission, rien à prendre à la légère. Son arme contre lui le rassurait un peu aussi. Elle lui apportait le souvenir de ses méditations, le fracas des cascades en note de fond, le calme pourtant de la nature et l’odeur entêtante des embruns doux. C’était avec ce même kyüdo qu’il avait cerné la forme particulière de son chakra et la source de ses difficultés.

Quand l’adolescent aux regard d’ambre arriva à la porte, il vit son équipier Tenshi. Ils n’avaient pas encore eu l’occasion de faire de mission avec leur équipe au complet – une mission avec le Tsuhcikage en personne devait rarement avoir lieu de toute façon – ni même ensemble. Ce serait au moins l’occasion ; d’autant plus que le shinobi en armure semblait avoir une connaissance et une maîtrise du combat au corps à corps certaine. Toujours bon à prendre.

Comme à son habitude, Yasuo se para de son sourire le plus lumineux et lui fit un juvénile signe de la main avant de le saluer. Il dégageait un sentiment de paix et de confiance en lui. Sa présence semblait presque rassurante pour une première mission.

«  Tu es aussi mandaté pour la mission du Tenbatsu ? C’est une bonne chose, c’est l’occasion d’enfin travailler en équipe ! »

Il était étonnant en effet qu'eux, le village d'Iwa ou même leur senseï n'ait pas encore organisé pleinement de rencontres ou d'entraînement. Yasuo mettait cela sur le compte de sa charge de travail. On ne pouvait le reprocher à personne.

Yasuo se cala contre le mur d'un bâtiment, le troisième membre de l’équipe convoquée pour la mission n’était pas encore arrivé. Il ne restait plus qu’à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Mer 15 Aoû 2018 - 5:20
C'est bien beau de recevoir, mais il faut également savoir donner. A peine avais-je commencé à oublier le fait que j'étais un shinobi d'Iwa que le village vint réclamer sa première dette. Le jour où l'ordre de mission fut livrée à ma porte, je pensais être cible d'une arnaque un peu trop élaborée. Bien que je ne sois pas particulièrement familier avec l'administration, le cachet semblait authentique et le nom figurant sur le document était bien le mien. A ma grande déception, il était clair que ces derniers mois passés à faire profil bas n'aient pas été suffisant pour complètement m'effacer.

A la lecture du contenu du document, je ne pu m'empêcher de hausser un sourcil. Le descriptif de la mission était absurde. D'après mes standards bien évidemment, étant donné qu'il s'agissait de ma première mission. Dans l'ensemble, cette mission ne me semblait pas vraiment une brillante idée. Une bestiole mystérieuse et vraisemblablement dangereuse apparait de nul part et terrorise les gens. Clairement, il fallait agir. Envoyons donc une petite équipe de shinobis pas trop expérimentés s'en charger. Il manque une personne et tout le monde est occupé? Quelle situation difficile, envoyons donc Hahn. Ce petit veinard, il était temps qu'il reçoive sa première mission.

Haha.

Heureusement pour eux, le hasard veut qu'ils aient misés sur une valeur sûre. Je ne voudrai aucunement me montrer ingrat envers le village qui m'a recueilli. Je perfomerai le rôle qui est attendu de moi, dans la mesure du possible, et compte tenu de ce qu'Iwa m'a offert jusque là. Autrement dit, si la bestiolle est trop dangereuse je n'hésiterai pas à rebrousser chemin. Après tout je n'ai pas encore reçu quoi que ce soit d'une valeur équivalente à ma vie. Il est donc tout à fait naturel que je sois réticent à l'idée de la mettre en jeu.

Le jour du départ ne tarda pas à arriver et, bien que plus tard qu'anticipé, le trajet vers les portes du village se fit sans problème. Mon arrivée fut cependant précédée par celles de deux coéquipiers. Je ne les connaissais pas exactement, mais le fait qu'ils soient les seuls deux personnes posés près des portes me laissa supposer qu'il y avait de fortes chances qu'ils soient là pour la même chose que moi.

M'étant rapproché, les deux semblaient plus jeunes que moi. Je ne pu m'empêcher de remarquer assez rapidement que l'un d'eux portait une armure. Mes yeux ne me jouaient pas des tours, il ne s'agissait pas d'une sorte d'uniforme ou autre mais bien d'une armure. Je ne dispose pas d'une vaste expérience sur le sujet mais il en faut pas beaucoup pour savoir que shinobi et armures coexistent difficilement. A moins que ce soit une mesure contre la supposée bestiole aux proportions démesurées ? Plutôt bien pensé dans ce cas je dirai. On pourra compter sur lui pour encaisser les coups à notre place.

Ce petit détail mis de côté, le jeune homme portant l'armure était d'une beauté rare et assez particulière me rappellant ma jeunesse, quand délicatesse et innocence ne s'étaient pas encore dissipés. L'idée de le mettre dans un bocal pour l'afficher dans ma vitrine me traversa l'esprit le temps d'une seconde avant que je ne l'écarte. Il n'y avait nul besoin d'en arriver là. Je garde cependant en tête qu'un tel spécimen existe et qu'il serait une bonne idée pour moi de m'en rapprocher pour pouvoir, si l'opportunité se présente, lui offrir mon affection.

Mon arrivée à proximité des deux jeunes hommes coïncida avec l'horaire qu'on s'était fixé pour le départ. Je n'étais donc pas en retard et ne devais pas d'excuses à qui que ce soit.

"Messieurs, je suppose qu'on est tous là pour le Tenbatsu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Mer 15 Aoû 2018 - 8:56


L’équipe au complet prend conscience des acquis de chacun (ou pas ?). Peut-être se connaissent-ils, peut-être que non. Peu importe, c’est surtout leur problème. Le chef de l’escouade de bas-gradés est déjà présent, les écoute, les observe. Il connaît à peu près leurs capacités, dans les grandes lignes du moins. Initialement camouflé, il apparaît progressivement devant eux, révélant ainsi que ses capacités sont sans doute similaires à celle du jeune Yasuo. Ou bien est-ce tout simplement un genjutsu ? Allez savoir.

Moshi moshhh ! en agitant la main, sourire béant.

Le chûnin semble émettre une certaine aura, celle d’un homme sûr de lui et de ses capacités, le tout agrémenté d’un soupçon de bienveillance déposé sur son lit d’innocence (oui, on dirait une recette de cuisine).

Ijika Ousay, chef de l’équipe. Ne perdons pas de temps et mettons nous en route.

Il fait signe à ses coéquipiers du jour de le suivre. Nul autorité froide, seulement un sentiment de camaraderie certain. Sur le chemin, il invite tout de même les genins à se présenter, même sommairement. S'ils doivent combattre ensemble et compter entre eux pour se sauver les fesses, connaître les atouts de chacun sera sans aucun doute un point crucial dans la survie de certains.

Le chemin est plutôt court, une dizaine de minutes suffit à les catapulter non loin des paysans que l’on dit apeurés.

Alors, des idées ? Par où commencer ? Des réserves à émettre peut-être ?



Donner son avis/faire l'intello de service

Rester silencieux/faire le suiveur

Rebrousser chemin car vous êtes une victime

Autre chose




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 15 Aoû 2018 - 13:39
Surprise, un chef d'équipe qui était camouflé et que je n'avais pas vu ou ressentis... Alors ce coup-là je ne l'attendais pas. Je n'aimais d'ailleurs pas beaucoup cela, même si le personnage en lui-même me séduisait, car la simplicité des mots et des gestes mettaient naturellement à l'aise, du moins pour ma part. Même si j'avais toujours une certaine réserve à devoir obéir à un énième chunin, l'équipe que l'on formait pour cette mission me convenait. D'ordinaire, je préférais commander ou travailler seul, la règle qui nous interdisait à nous genin de sortir du village par exemple m'insupportait au plus au point. Cette fois cependant, j'avais un membre de ma propre équipe à mes côtés, un jeune homme que j'appréciais, et rien qu'en cela la journée et la mission débutait bien. L'autre membre de l'équipe que je ne connaissais pas m'indifférait tout simplement, son regard sur moi ne m'inspirait aucune confiance, il avait l’œil de ces gens qui ne cherchaient qu'à jouir de mon corps, comme les mâles qui guettent les femmes comme des proies et non comme des personnes. Aussi il n'aurait le droit qu'à un jeté de cheveux en bon dû forme après un court et princier salut de la tête. Le sourire forcé que je lui renvoyais était plus vrai qu'un vrai, mais ce n'était que parce que j'avais largement l'habitude de mimer des émotions à ma convenance.

Durant notre marche, toujours le casque sous le bras gauche, je me plaçais à la gauche de Yasuo pour lui prendre la nuque dans le bras droit, et le serrais contre moi tout en avançant d'un air jovial. Sans gêne je riais, je m'amusais, assez complaisant et faisant entorse à ma stature angélique pour n'apparaître plus que comme un enfant qui s'amusait. Ma séduction aujourd'hui, pour ce début de mission passait donc par la simplicité de cela, innocence et joliesse passant par des gestes et un regard sincèrement tendre en amusé.
  • -Alors comme ça on chasse de la bestiole aujourd'hui ! Tu crois que ça se mange ? Ça se trouve on va tomber sur un bijuu... Le sensei on tomberait de sa chaise c'est sûr ! Zut, j'ai oublié de prendre une laisse ! Tu sais faire des sceaux toi ? Parce qu'un coup pareil, faut faire un pacte c'est obligé !


De la plaisanterie, purement de la plaisanterie. Comme toujours, il était difficile de me saisir, tend je pouvais être aussi sérieux et froid que jovial et enfantin. Mon humeur se déplaçait sur commande selon les besoins et les envies. Pour le moment, nous ne faisions que marcher, et ne sachant pas grand chose de ce qui nous attendait, je ne pouvais réellement réfléchir à la manière d'appréhender la mission, donc je m'amusais. Yasuo était un jeune-homme tout à fait innocent, qui ne se prenait pas l'esprit dans des réflexions inutiles (du moins de point de vue), mais surtout il était le plus adapté parmi nous à une partie de notre objectif. Souriant largement, presque lui faisant un clin d'oeil, je le lui faisais d'ailleurs remarquer.
  • -C'est plutôt à toi qu'il va revenir de parler aux paysans non ? Après-tout la diplomatie, c'est ton truc ! Moi les paysans me confondent toujours avec une fille ou me prennent pour un ange, sont tellement superstitieux.... Allez va t'en fait pas je t'aiderais, avec ma gueule d'ange d'amour tout passe ! Ou presque...

  • -Alors, des idées ? Par où commencer ? Des réserves à émettre peut-être ? Nous coupait notre chef d'équipe Ijika Ousay tandis qu'il avançait devant nous.



Je me grattais la tête en lâchant le cou de Yasuo, mais sans cesser de marcher. Des idées bien sûr que j'en avais, comme si j'avais besoin d'un chunin pour en avoir... Mais je n'étais pas seul dans cette mission, ni son dirigeant, alors il était comme toujours délicat, de vouloir imposer son déroulement des choses sans encore passer pour l'insoumis de service. C'est que je commençais à avoir une certaine réputation à force de tenir tête aux gradés....
  • -Déjà nous pourrions aller à la rencontre des paysans pour avoir au moins un descriptif, voir si les témoignages concordent. Les rassurer sur ce qui va se passer, leur promettre qu'on va s'occuper de l'affaire. Ensuite, piéger la sortie de la caverne, juste avant d'y entrer, parce qu'on ne sait jamais ce qu'on pourrait y trouver et au moins comme ça, si on venait à pas pouvoir en sortir, elle non plus !


Une extrémité que je préférais éviter bien entendu. Rester bloqué dans cette caverne ne m'enchanterait pas, mais la mission était la mission, l'assurance que même si cette bête saurait nous abattre, qu'elle ne pourrait plus quitter la caverne, ce serait toujours un plus. À savoir si mes camarades pouvaient accepter cette idée c'était une autre histoire ! Je les laissais juge.


Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Jeu 16 Aoû 2018 - 19:31
Confortablement installé contre son mur, Yasuo sursauta quand il surprit une forme se détacher de celui-ci. Le chunnin qui devait les encadrer pour la mission – Ijika Ousay comme il devait se présenter plus tard – apparaissait peu à peu à côté de lui au devant des briques. L’adolescent fixait avec étonnement les traits qui lentement se donnaient à voir. Il était d’autant plus étonné qu’il n’avait pas du tout réussi à percevoir le moindre signe de sa présence – assez ennuyeux quand votre spécialité est le repérage et la sensorialité. Au moins, cela était rassurant sur la qualité technique de cet encadrant, on pourrait compter sur lui et sur ses capacités – remarque subsidiaire que se fit Yasuo : s’il fallait compter sur lui pour se cacher, ils ne seraient toutefois pas bien aidés. Enfin, l’homme semblait tout à fait confiant, la mine tranquille et le regard doux. Yasuo aimait bien ce genre de personne. Il se sentait parmi ses semblables – les doux.

Entamant leur court trajet, Yasuo commença d’abord à se placer à côté du nouvel arrivé. Juste avant l’apparition du chûnnin leur troisième coéquipier les avait rejoint pile à l’heure. Il semblait émettre une réticence particulière à être là, parmi eux, comme s’il y était par contrainte et Yasuo avait pensé qu’il aurait été de bon ton de se présenter ou du moins l’aider à apprécier cette mission qui serait certainement plus amusante qu’une « contrainte ». Ce n’était qu’une rang C après tout.

L’aboutissement de ce projet fort louable était cependant sans compter la surprenante joie et franche espièglerie de Tenshi qui tout à coup accouda son bras sur son épaule et l’enserra contre lui à la manière d’un bon pote. Pendant quelque seconde le visage de Yasuo paré de son habituel sourire se tordit en une expression subie de surprise puis de gêne. Jeune solitaire, parfois timide et plutôt considéré comme un bon élève, il n’avait jamais été confronté à ces formes de « franche camaraderie » et s’il pouvait être le plus affable des hommes – adolescent plutôt – cela comportait toujours une certaine distance, un certain espace vital laissé au soin de l’autre.

Retrouvant une contenance et s’adaptant comme tout bon shinobi à la situation, le garçon reprit son large sourire et se mit à rire de bon coeur des remarques et plaisanteries. Son coéquipier avait seulement voulu rendre cet ennuyeuse marche plus joviale et on ne pouvait pas le lui reprocher. Le jeune homme ne manqua pas toutefois la mention du bijuu.

«  Un bijuu… ? »

L’air naïf du garçonnet exprimait maintenant une forme de doute quant à la certitude absolue que cette mission fût réellement de leur niveau. Les bijuus étaient des monstruosités terrifiantes issues des contes et légendes shinobis. Leur puissance dépassait les plus puissants shinobis et ils semblaient être constitués d’un chakra pur et maléfique, source d’une haine et d’un mal infini à l’égard des hommes et du monde. Ils avaient été une source de destruction par le passé mais semblait avoir cessé d’exister aujourd’hui. Ç’aurait pu simplement passer pour une blague si on considérait ces monstres comme de purs légendes. Yasuo cependant avait lu de nombreuses choses à leur sujet et sa curiosité insatiable en était quelque peu passionnée – comme par tout ce qui avait trait au chakra, affinités et contrôle de ces derniers.

« Ce serait… IMPRESSIONANT !!! »

Le doute avait laissé place à une excitation démesurée. Ses yeux n’étaient plus qu’une nuée d’étoiles orangées tellement ils semblaient briller. Une suite de questions s’amoncela dans sa bouche sans pouvoir s’arrêter ni se formuler entièrement, donnant l’impression que le garçon marmonnait tout seul sur sa propre et simple joie de rencontrer une créature si légendaire - «  tu crois qu’on peut manger du bijuu ? et tu penses qu’une laisse ça suffit pour l’attraper ? Je n’ai pas pris de parchemin de scellement, ni même de quoi écrire, de toute façon – faudrait être beaucoup plus pour pouvoir y arriver – mais du coup on devrait pas retourner au village chercher des renforts  ? …. »

Puis quand le chûnnin lui signifia assez simplement qu’il s’agissait véritablement d’une simple plaisanterie et qu’il n’avait jamais été question d’un quelconque bijuu ou de la possibilité d’en croiser un, le jeune garçon se calma, se sentit alors très bête et rougit de sa naïveté. Il resta silencieux un petit moment après cela, jusqu’au moment où Tenshi le relança sur ses qualités et sa future utilité – toutes relatives évidemment – au regard du contenu de la mission. Effectivement, pour ce qui était de l’objectif diplomatique, Yasuo était l’homme de la situation. Encore fallait-il que les paysans le considérassent comme un homme…

« Oui, certainement. Enfin, j’espère que je ne ferai pas trop gamin pour eux. On fait pas souvent confiance à un gamin… » Ils partaient bien : comment les paysans pourraient-ils donc faire confiance à un garçonnet et une femmelette en armure rutilante ? « Imagine, ils te prennent pour une manifestation divine du Tenbatsu, on aurait l’air malin. Prêt à esquiver les fourches ? »

Il rit bêtement et se fit couper dans son rire par leur supérieur qui semblait vouloir faire le point. Tenshi exprima son opinion sur la mission qui correspondait dans les grandes lignes – du moins au début – à l’idée que c’était fait le petit blond de leurs objectifs. La suite en revanche le laissait perplexe.

« Je suis plutôt d’accord avec Tenshi pour le début. Chercher des informations et rassurer la population sur la réussite de l’entreprise me semble primordial. D’ailleurs, Hann, commença-t-il en se tournant vers son coéquipier dont il ne savait finalement pas grand-chose.Tu te débrouilles comment niveau diplomatie ? Puisque pour le moment Tenshi et moi formons un couple atypique, avec un peu de chance tu es peut-être celui qui passerait le mieux. »

En vérité, dans l’idée de rassurer des paysans, Hahn était tout bonnement le type parfait pour l’occasion. Du point de vue de Yasuo il s’agissait simplement d’un géant. Il devait avoisiner les deux mètres et paraissait particulièrement musculeux. Le garçonnet à côté de lui faisait vraiment garçonnet. Et peut-être que l’ensemble plutôt éclectique de leur compagnie pousserait davantage les paysans à rire qu’à se sentir rassurer. La question que se posait Yasuo reposait essentiellement sur l’idée de devoir prouver qu’il valait plus que ce qu’il semblait être. Cela valait-il le coup ? Son affinité particulière pour la diplomatie n’était pas fondé sur rien, mais son physique lui portait préjudice.

« Je me demande si nous ne devrions pas plutôt nous séparer en deux équipes de deux. L’une irait rassurer les paysans et se renseigner pendant que l’autre irait voir la grotte, chercher des indices, des traces qui iraient dans le sens d’une créature aux dimensions démesurées. Nous pourrions alors comparer les versions des uns et des autres. Dans le cas où nous choisissons cette façon de faire, la composition des équipes dépend de comment vous imaginez que nous pouvons rassurer les agriculteurs… Plutôt par la figure de la force ou plutôt par l’impression positive que nous savons ce que nous faisons ! Pour ce qui est de piéger la grotte, je reste assez réservé sur le principe. Même si la sécurité de chacun dépend du déroulement de notre expédition à l’intérieur, autant essayer de transmettre les informations récoltées plutôt que simplement se condamner si cela venait à mal se passer. »

Point de vue de politicien : toujours se garder une porte de sortie – et puis même, ne serait-il pas honteux de venir à mourir sur une rang C.. ?


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Dim 19 Aoû 2018 - 8:41
A mon arrivée succéda celle de notre lead. Ou peut-être était-il premier sur place? Son apparition de nulle part ne me fit pas sursauté. Pour autant, je n'y avais vu que du feu. A son tour de magie je veux dire.

Son geste était non nécessaire et sans goût. Mon expression resta neutre mais je n'avais guère apprécié sa manoeuvre. Il avait mille et une manières différentes de faire son entrée, et son choix n'était pas particulièrement brillant. Ses efforts apparents pour nous mettre à l'aise peuvent être salués, mais restent insuffisants. Il lui faudra plus d'efforts pour se racheter à mes yeux. Je reconsidérerai sa situation si le même tour de magie se révèle nous sauve la peau dans le cas où la situation avec la bête prend un mauvais tournant.

Le chef d'équipe prend les devants et le trajet vers la périphérie du village est entamé. Notre départ semble manquer un élément crucial, qui tient du bon sens. Peut-être s'en est-il rendu compte en même temps que moi, le lead demande à tout le monde de se présenter. Sa requête sera cependant absorbée par les bêtises que les deux jeunes hommes s'échangeaient. Ne cherchant pas à rendre la situation plus gênante qu'elle ne l'était déjà, je fis comme si je n'avais rien entendu également. Quant à l'échange de conneries qui prenait place entre mes deux coéquipiers, je pris la sage décision de ne pas en écouter par peur des possibles répercussions sur mon quotient intellectuel.

La question sur la manière dont on abordera la mission ne tarda pas à arriver. Tout le monde semblait penser que la première étape logique serait de parler aux paysans. Pour les rassurer et procéder à une récolte de renseignements. L'idée n'était pas absurde, bien au contraire. C'est également quelque chose dont je pourrai, et voudrai m'occuper. Ainsi, on ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir contribué. J'avais l'avantage par rapport à coéquipiers sur ce coup là vu qu'un adulte inspirait à coup sûr plus de confiance que des adolescents.

"Pas de soucis de mon côté, je peux m'en occuper. Je suppose qu'Ousay peut également le faire. Toutefois, j'aimerai recommander une approche un peu plus conventionnel et simple pour les aborder. Ce serait une mauvaise idée d'essayer de rassurer des gens en apparaissant subitement là où ils s'y attendent le moins."

C'était du bon sens , mais j'avais trouvé l'opportunité parfaite pour faire des reproches au chef d'équipe et je ne comptais pas la ratée. Je comptais prendre un ton débordant de sérieux, le but étant de donner l'impression d'une personne pas trop futée qui cherchait tout simplement à faire les choses biens. Mais cela n'aurait pas rendu le message assez évident.

Au-delà de parler aux paysans, mes coéquipiers contemplaient également d'autres possibilités comme piéger la "supposée" grotte où la "supposée" bestiole se réfugiait. Ou encore se séparer en deux groupes pour pouvoir également aller investiguer la bestiole. Certaines propositions étaient moins bonnes que d'autres, mais dans l'ensemble, elles étaient toutes viables. A ce stade de la mission, il n'y avait tout simplement pas de mauvaises réponses.

"Bien que je n'aie rien contre un peu d'anticipation, piéger la sortie de la grotte me semble excessif à ce stade. Je pense que nous devrions rester dans la simplicité en attendant d'en savoir un peu plus."

Piéger la grotte impliquait beaucoup trop de variables. Je doute que l'on puisse mettre en place quelque chose d'élaboré. Et l'efficacité de notre piège dépendra forcément de la bestiole. Le minimum serait de se procurer une description de la bête.

"Se séparer en deux équipes n'est pas une mauvaise idée si l'on prend en compte le facteur efficacité. Ceci dit, interagir à 4, plutôt que 2, avec les paysans est sûrement plus rassurant pour eux. De plus, je suis d'avis à penser que le scénario à éviter serait qu'une des deux équipes se retrouve en tête à tête avec la bestiole. Sans vraiment savoir de quoi elle est capable, il faudra absolument l'engager avec notre effectif complet. Efficacité ou sûreté? Ce sera à Ousay de trancher."


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Jeu 23 Aoû 2018 - 17:12

L'efféminé s’exprime, donnant certaines idées de son cru. Avisées pour certaines, obscures pour d’autres. Ousay se contente de l’écouter se grattant le menton, attentif quant à ce que lui dit le genin.

L’idée d’aller leur parler est bonne, cela va de soi même. Une présence militaire de la Roche ne peut que se vouloir rassurante.

Le chûnin entend à ce qu’a à dire Yasuo à son tour. Ca, pour former un couple atypique, on peut dire que c’est le cas oui. Le côté suicidaire ne semble point plaire à ce dernier, point en commun avec le chef d’équipe donc. Ousay remet simplement ça sur la fougue de la jeunesse, ce cher Tenshi en pleine force de l’âge a sûrement des choses à prouver, ce qui est compréhensible.

Piéger la grotte peut s’avérer assez dangereux en effet.

Et enfin, le plus âgé. À l’évidence, plus le fruit est mûr, plus il est bon. Non non, il ne fait pas cette remarque pour son physique, cela serait outrageux. Il fait évidemment référence à la façon de penser - qui paraît comme la plus responsable - du troisième genin. Le fourbe au sourire amical se gratte les cheveux avant de s’exprimer à son tour sur la chose.

Nous allons y aller progressivement pour les villageois. Montrons nous tous les quatre puis séparons nous en groupe de deux. Je serais avec Hahn tandis que vous autres ferez équipe. De là, nous nous séparerons à nouveau. La présence sera assurée au même titre que l’efficacité, ne jouez pas les héros durant le moment où vous serez seuls, nous cherchons uniquement des informations.

Un léger silence est volontairement laissé afin que ses coéquipiers puissent assimiler les informations, sans pour autant les prendre pour des débiles bien entendu.

Et en fonction de ce que nous récupérerons, nous aviserons.

Faisant signe aux membres de la mission de le suivre, Ousay se dirige vers le hameau et regroupe proprement les habitants du coin, certains restent quand même craintifs et semblent ne pas vouloir sortir de chez eux. Un porte-à-porte s’imposera donc pour les participants à la mission. L’essentiel est là : la présence est assurée et ceux qui les ont vu leur ont donné quelques informations sur la chose. Rien de folichon : certains parlent d’une chimère, d’autres d’une divinité, le reste mentionnent la chose comme étant un canular de très mauvais goût. Le doute est là, la peur de certains aussi.

Les deux équipes sont rapidement formées et la première maison à laquelle frappe Ousay fait découvrir une femme d’une trentaine d’années au physique somme toute banale. Une personne sans trop de signes distinctifs donc. La parole est laissée au genin à la crinière argentée, le supérieur est surtout là pour montrer que la cohésion est de mise ainsi que la confiance en son coéquipier.

De leur côté, Tenshi & Yasuo tombent sur un vieillard aveugle mais pas - encore - sénile. Assis sur une rocking chair, il laisse le vent la faire basculer, doucement, d’avant en arrière. Et alors qu’il entend approcher les deux jeunes gens, il frappe le sol de sa canne en bois et tourne le regard vide vers eux, faisant se stopper progressivement les mouvements de son siège. Il attend. Paroles ou actes, peu importe.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 24 Aoû 2018 - 16:45

Assez rapidement finalement, nous tombions tous d'accord sur la marche à suivre, surtout parce que notre meneur d'équipe tranchait dans le vif le débat. Je n'étais guère étonné que nous commencions bêtement par interroger des villageois. Il me semblait que notre chef d'équipe au tempérament quelque peu excentrique savait au moins déceler des affinités particulières entre les shinobis sous sa commande. Ainsi nous mandait-il, Yasuo et moi de notre côté pour que nous allions prendre la température auprès des habitants pendant que lui et l'autre shinobi se rendraient de leur côté.

Mais avant de nous séparer, il tenait à ce que nous arrivions tous les quatre en même temps dans le village. Pourquoi pas, je ne l'avais pas envisagé autrement même. Une façon de faire la démonstration d'une véritable présence. Nous devions parfois oublier qu'Iwa était finalement très récente. Le pays n'avait peut-être pas eu encore complètement le temps de s'y faire. Je ne savais pas trop en fait. Je savais en revanche que jouer une partie diplomatique ne me gênait en rien. La preuve que les shinobis n'étaient pas fait que pour des confrontations directes, ce qui était très encourageant pour l'avenir. Yasuo avait pour but de devenir une sorte de diplomate, alors que je comptais bien lui laisser les commandes de cette partition, pour ne servir que de support à son entreprise. S'il y avait une chose que je savais faire, c'était rassuré et séduire, il n'y avait qu'à me regarder pour le comprendre. Ce n'était certes pas la partie la plus passionnante dans les missions (encore qu'on pouvait avoir de bonnes surprises), mais cela nous apprenait à nous les shinobis, que nos attributions dépassaient parfois le domaine martial.

Pour ma part je ne répondis pas quand notre supérieur ordonnait, mon silence était, comme le disait le dicton — mon consentement. J'étais satisfait de partir de notre côté avec Yasuo qui plus est, car notre autre partenaire ne m'inspirait décidément pas confiance. Quelque chose chez lui éveillait en moi une naturelle méfiance. Ce n'était pas qu'il me paraissait hautain ou arrogant, plutôt que je pressentais chez lui la possibilité de tous nous sacrifier en cas de besoin. Venant de moi c'est l’hôpital qui se fout de la charité diraient certains, oui, c'était vrai, mais ce n'était pas que j'avais mes raisons que les siennes étaient de meilleures valeurs. Restant jovial et assez enfantin, quand nous pénétrions dans le village je changeais du tout au tout. Capable de passer d'une émotion à l'autre sur commande, je redevenais l'être lumineux et immaculé que je savais être quand je le décidais. Passant d'un pas trottinant à un pas gracieusement élancé sous le trait d'une véritable élégance, je m'affairais à observer d'abord la réaction des villageois qui nous apercevraient. Le paraître angélique n'avait point pour unique but de faire de rendre éclatant ma personne aux yeux qui s'égaraient sur moi, mais de rassurer ceux-ci par la vision d'une chaleur aussi lumineuse que douce et sereine. Un homme arpentant un chemin avec un air sombre ne sera pas accosté par l'âme en peine, alors que le prince à l'allure orale inspirera immensément plus confiance. Les hommes sont ainsi faits que leur cerveau ordonne selon ce qu'ils voient de saint, ou de malsain.


Nous n'étions pas accueillis en grande pompe. L'air ici était lourd et malsain justement. La peur transpirait du sol comme si nous marchions sur le sillage du Styx. En vérité, on aurait trouvé plus de gaieté dans un cimetière qu'ici... Si la créature était réellement une plaisanterie, l'auteur de cette plaisanterie avait fort bien manœuvré... Les gens s'enfermant et nous déambulant, nous en venions enfin à nous séparer en deux groupes, pour être plus efficace et couvrir plus de terrain. Je n'étais alors plus très loquace, parce que le temps n'était plus à la raillerie mais à l'écoute active et l'observation. Nous débouchions face à une maison où il y avait enfin quelqu'un qui ne s'enfuyait pas à l'intérieur de sa maison... Sauf que, pas de bol, il s'agissait d'un vieillard aveugle... Il ne pourrait donc certainement pas avoir vu ladite créature, mais d'un signe de tête, je proposais à Yasuo de tout de même nous rendre à lui pour discuter un peu, savait-on jamais s'il n'avait pas une information à nous offrir.

M'approchant, je remarquais qu'il percuta notre présence et nous recevait en frappant sa canne sur le sol. Pouvoir d'aveugle ? Je restais aussi serein que bienveillant, même s'il ne me voyait pas, pour que le timbre que je lui offrais exprima tout autant de sérénité que l'apparence qui l'accompagnait.
  • -Bonjour. Nous sommes des Shinobis d'Iwa, je m'appelle Sainan Gi — Tenshi, commençais-je mélodieusement. Et voici Akiji Yasuo. Auriez-vous un peu de temps à nous accorder ? Concluais-je en souriant tendrement même s'il ne pouvait le remarquer.



Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Ven 31 Aoû 2018 - 9:29

Il est clair que le vieillard en impose, d'ailleurs le jeune Yasuo prend ses jambes à son cou et fuit en direction du village caché par les roches. Manque de confiance en soi ? Diarrhée explosive en chemin ? Peu importe la raison, le jeune homme lâche ses coéquipiers. Tenshi se retrouve donc seul pour remplir la part de sa mission. Plus compliquée donc, oui. Mais plus méritante, aussi.

L'homme toise alors l'élégant de son regard vide puis il se laisse aller au jeu du sourire, la sagesse vient avec l'âge - certes - mais le jeune individu semble en posséder un minimum. Cela pourrait bien se révéler être utile pour le shinobi.

Salutations, militaire d'Iwagakure no Sato.

Le vieillard inspire longuement et puissamment. Non pas par exaspération ou tout sentiment similaire mais plutôt une conséquence de sa réflexion quant à la raison de la venue du blanc de cheveux. Le Tenbatsu sans aucun doute.

Faites à votre aise mais soyez bref, une antiquité comme moi n'a plus beaucoup de temps devant elle et le repos m'est d'or.

Une façon d'esquiver la discussion ou argument véritable et solide ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 2 Sep 2018 - 0:44
Ousay considère les options et étale, sans trop d'hésitation, le plan à suivre. Encore une fois, il n'y avait pas vraiment de mauvais choix. A défaut d'avoir l'occasion de vérifier si le leader était un idiot, on sait au moins qu'il n'est pas un indécis éternel. Ce qui, certains diraient, n'est pas trop mal. Pour avoir retenu ma recommandation, je dirai même que tu n'es peut être pas si mal que ça, Ousay. Tu remontes lentement mais sûrement dans mon estime.

Nous devions donc faire une démonstration de forte présence avant d'aller à la pêche aux informations. Plan tout à fait logique sur papier, sauf que notre arrivée eut moins d'impact que prévu. Les villageois prirent note de notre présence, mais sans plus pour certains. Bien qu'un nombre respectable ait pris le temps de participer, le bilan de nos échanges n'était pas exactement positif. Pour dire la vérité, sans chercher à embellir la situation, nous n'avions rien appris d'utile. Les témoignages n'étaient pas cohérents, se contradisaient, et le village me donnait de plus en plus l'impression d'être un abri pour troublés psychologiques. Essayer de donner du sens à cette farce était la première étape logique de la mission, celle qui paraissait la plus banale mais qui se révèle être la plus ardue. Le porte-à-porte, aussi désagréable qu'il puisse être, semblait être notre unique alternative.

Point positive par rapport à ça, je n'ai pas à me trimballer un des gamins avec moi. Cela aurait facilement pu devenir la goutte qui fait déborder le vase. Y avait-il une raison particulière derrière le choix de groupes? J'aurai tendance à penser que oui. Si je trouve les gamins chiants et irritants, il en est sûrement de même pour mon bonhomme Ousay. Hah, qui aurait cru. On a plus de points en commun qu'on pourrait le croire. Et en bonus, comme un adulte inspire de manière naturelle plus confiance qu'un gamin, il serait dommage de ne pas maximiser cet effet en faisant deux groupes mélangeants différentes tranches d'âge. Win-win donc, pour moi et pour le déroulement de la mission.

Nos pas, Ousay et moi, nous mènent chez une madame faisant la trentaine et qui semble être... une mère au foyer? Son apparence ne laissait pas vraiment de marge pour la spéculation. Une chose était presque sûre ceci dit, il ne fallait pas espérer grand-chose de sa part. Autant donc en finir rapidement.

"M'dame, désolé vous déranger. Nous sommes shinobis d'Iwa."

Du regard, je pointais le bandeau enroulé sur mon bras et sur lequel était ciselé l'emblème du village. Il était important de se débarrasser de toute once de doute et partir sur une base solide, même si les chances d'avoir quoi que ce soit d'utile de la part de la dame étaient assez minces.

"Le village a eu écho des récentes pertubations ici et nous a envoyés pour y mettre fin. Nous avons encore du mal à saisir exactement ce qui se passe, mais plusieurs personnes nous ont parlé d'une...mystérieuse créature? Une chimère?"

M'entendre prononcer ces mots là fut bien plus embarrassant que prévu.

"Auriez-vous des informations à partager avec nous? Même les détails les plus insignifiants peuvent se révéler utiles."




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Dim 2 Sep 2018 - 14:47
  • -Je ferais aussi concis que possible. Je comprends que le temps soit précieux, quelque soit l'âge qui le porte. Lui répondais-je tendrement.


Je m'approchais un peu plus, mais conservais vers lui une distance de politesse raisonnable. Militaire d'Iwa m'avait-il qualifié quand Yasuo, sans que je ne comprisse pourquoi, avaient pris ses jambes à son cou... Une réaction très étonnante de sa part, mais je ne m'en formalisais pas et me concentrais sur la conversation qui m'intéressait maintenant. Au-delà de la mission, ce bon monsieur inspirait je ne savais quoi de plus élevé que la moyenne, ce qui n'était pas pour me déplaire.
Une certaine hauteur de sagesse peut-être. L'homme sage est permanent comme le soleil ; le fou change comme la lune. À côté de cet homme, alors que je me pensais aussi haut que le soleil, je me trouvais être la lune. Pas d'offense pour cela, aucune, il y a des forces qui s'imposent tranquillement, face auxquelles on se soumet de bon gré, parce que notre bien y réside si naturellement qu'on y trouve une conviction.

Je m'asseyais quand je fus suffisamment proche, assez élégamment et gracieusement, je me sentais bien près de lui, comme en sécurité, et j'en éprouvais le besoin de lui renvoyer le même sentiment par le verbe et le timbre. Je n'oubliais pas cependant qu'il voulait que j'aille vite, alors sans perdre de temps je continuais.
  • -Vous n'aimeriez guère que je tourne autour du pot je suppose. Alors j'irais droit au but. Le Tenbatsu. Je suis ici avec des compagnons pour cette créature, qu'elle existe ou non. Pouvez-vous m'en dire plus à son sujet ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Mer 12 Sep 2018 - 17:37
La trentenaire écoute Hahn tout en nettoyant son petit chez-soi. Elle s’attendait à ce genre de questions, oui. Les bandeaux de la Roche et leurs précédentes manœuvres ont trahi leurs intentions. Ce n’est pas un mal non plus, elle répond sans (visiblement) intonation de tromper dans sa voix.

Personnellement, je ne l’ai jamais vu. Ce qui revient le plus est une bête difforme qui apparaît les nuit où la Lune se fait le plus discrète. Certains affirment avoir entendu des murmures sans pouvoir rapporter exactement les paroles entendues. Mon avis importe peu, je ne pense pas que ce soit quelque chose de bien sérieux mais je reste tout de même chez moi. On ne sait jamais, le monde est rempli de bien des mystères après tout.

La femme se permet de proposer un petit thé à ses hôtes - si jamais ils désirent rester -, Ousay montre sa retenue quant au breuvage proposé et se contente d’observer les environs. À part des murs lézardés et le sol, les escaliers, qui grincent, rien à déclarer. Rien de suspect, de prime abord du moins.

Du côté de Tenshi, c’est un sourire aimable qui rejoint la fin de sa phrase. Son approche ne rencontre pas la moindre méfiance de la part du vieil homme. Sa vie ayant déjà été vécu, cela ne le dérangerait pas plus que ça de disparaître aujourd’hui et ici même. La question de l’iwajin tranche et vient imposer un silence de quelques secondes, la seule chose nécessaire à une courte réflexion de la part de son aîné.

À défaut de pouvoir apporter une certitude avec mes yeux, mes autres sens, eux, peuvent vous être d’une certaine aide. L’un d’entre qui disparaît signifie bien souvent que le manque se retrouve être comblé par les autres. Mon ouïe affirme dès lors que les chasseurs font circuler des racontars. Entre peur et folie, ils décrivent une bête difforme qui sévit dans les sentiers où se mêlent végétation luxurieuse et roches sculptées avec élégance.

Le lieu dont il parle, les habitants d’Iwagakure no Sato le connaissent mais très peu s’y rendent : un autel ayant pour but de déposer des offrandes pour une divinité locale. Un être dont tous ont oublié le nom et l’apparence, et fatalement, tout le monde a aujourd’hui arrêté de le vénérer.

Tenter d'en apprendre plus

Vous regrouper et traiter les informations récupérés

Autre chose


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 15 Sep 2018 - 21:09
Assez bizarrement, la cible de notre interrogatoire nous reçoit chez elle. Aurait-elle mal interprété nos intentions? Nous étions là pour récolter des informations, rien de plus. Note départ sera fera la minute où il sera décidé qu'il n'y avait plus rien d'intéressant à écouter. Peut-être pensait-elle que nous la suspections de quelque chose? Pourtant, aucune de nos actions jusque- là ne laissaient penser que les villageois faisaient partie de la liste des suspects. Certes, nous n'avions pas exclut la possibilité encore. Ceci dit, il serait bizarre pour des personnes pas trop rôdés, comme l'est clairement le cas des gens vivant ici, d'avoir l'esprit assez vif pour deviner que leur status de victime était perpétuel.

Incapable de savoir si je les méprisais un peu trop ou si ma tendance à trop réflechir à tout avait resurgi, je décide de laisser les choses suivre leurs cours. Au pire, Ousay saura recadrer s'il en ressent le besoin. Ainsi, nous nous retrouvons devant une tasse de thé à écouter ce que la dame à nous dire. Sans surprise, elle n'apporte rien de nouveau à la table. Son témoignage résumait l'ensemble des informations qu'on avait obtenu, sans plus.

Je pris la peine d'attendre quelques secondes, pensant qu'Ousay aimerait intervenir. Clairement, ce n'était pas le cas. Il semblait un peu trop occupé à...rêvasser? Je ne savais pas exactement ce qu'il avait en tête, mais peu importe. Le silence ne pouvait durer plus longtemps. Après tout, on ne gagnait rien à faire perdre du temps à la dame. Et si le thé venait à refroidir, il serait dommage qu'elle le remarque et prenne la peine de nous reservir.

En parlant du thé, Ousay n'avait pas l'intention d'y toucher. Pour quelqu'un de fourbe comme lui, je suppose qu'il est tout à fait normal de s'attendre à ce que le reste du monde le soit aussi. Aussi infime qu'elle pouvait l'être, la possibilité que ce thé soit empoisonné était présente. Pour ma part, je m'étais retenu pour la simple et bonne raison qu'un thé fait par une campagnarde n'allait sûrement pas être à la hauteur de mon palais. J'aurais pu le boir pour vérifier s'il était empoisonné ou pas, ce qui aurait grandement fait progresser la mission. Cependant, soyons honnête un instant. Ma vie valait beaucoup trop pour la mettre en danger de cette manière.

Après avoir attendu assez longtemps pour ne pas interrompre les réflexions d'Ousay, qu'elles soient utiles ou pas, je me levai pour me diriger vers la porte.

"Des villageois, avec qui on avait brièvement échangé quelques mots, avaient pointé votre maison du doigt en nous assurant que vous déteniez des informations importantes. Mon collègue et moi étions assez confiant en venant vous parler. Je ne peux m'empêcher d'être déçu, mais on n'y peut rien si vous n'en savez pas plus m'dame."

Bien évidemment, c'était un mensonge. Rien de ce que j'avais dit à l'instant n'était vrai. Je voulais simplement m'assurer qu'elle n'avait rien de plus à rajouter.

"Je vous remercie pour votre accueil. Nous ferions au mieux pour que vous n'ayez pas à vivre dans le doute et la peur un instant de plus. En attendant, si vous ne vous sentez toujours pas en sécurité ici, je vous recommenderai d'aller au village et de vous y réfugier quelques jours. Après tout, si la bête qu'on nous a décrit existe rellement, je doute que rester ici soit une bonne idée."

Je m'en foutais un peu qu'elle soit en sécurité ou pas, mais j'étais actuellement en mission en tant que shinobi d'Iwa. Se préoccuperer des autres, même si ce n'était qu'une façade, faisait partie du métier.

"Ah, une dernière chose avant de partir. Vous n'aurez pas une idée par hasard de qui d'entre les villageois a le plus de chance d'en savoir plus?"

Ousay et moi allions nous regrouper avec les deux autres gamins. Juste au cas où ils reviennent bredouille également, je préférerai me garder une piste supplémentaire sous la main.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Lun 24 Sep 2018 - 13:32
Mais quel imbécile !

Yasuo revenait en courant en direction de la maison du vieillard. Complètement focalisé sur l'écoute et l'observation des villageois pendant que son inversé homonyme les rassemblait, l'adolescent assis sur son rocher avait bêtement laissé son arc. Et c'est au moment de la présentation du vieil homme qu'il s'en était rendu compte... Evidemment même si la mission était le plus important, son arc était sa seule défense contre qui que se fut et il lui était d'une valeur inestimable. Il ne s'agissait pas de n'importe quel arc, et sa qualité était aussi liée à son prix. Il n'avait pas les moyens d'en obtenir un autre d'une telle facture. En poussant un juron à moitié murmuré, il avait du quitter le seuil de la maison au pas de course, récupérer l'arc d'entre les mains des enfants qui étaient tombé dessus et revenait maintenant auprès de son camarade Tenshi.

Par chance, tout cela se fit malgré tout fort rapidement et facilement. Tenshi avait du faire les présentations. Il n'avait donc pas à s'en préoccuper. Reprenant son souffle, il montra l'arc à son partenaire afin de justifier sa soudaine fuite puis se tourna vers le vieillard qui finissait, à son arrivée, d'obscures histoires de racontars de chasseurs et d'un lieu depuis longtemps oublié. Un autel païen à l'égard d'une divinité quelconque. Yasuo ne croyait pas aux histoires de divinité. Il croyait seulement au sentiment de foi qui obnubile bien plus souvent le regard des hommes par de trompeuses images.

« Salut à vous, pardonnez mon écart précédent. Il n'avait pas besoin des justifications, lui. Faites vous référence à cet autel perdu de... Hm... Ce trou de mémoire était fort malencontreux à ce moment. Il avait complètement oublié le nom de cette divinité, preuve du peu de cas qu'il faisait de ce culte. Peu importe son nom - enfin j'espère - vous pensez que la bestiole se trouverait vers là bas ? Aucun chasseur ne semble vous avoir mentionné de grotte ou ce genre de choses ? »

Effectivement, l'autel pouvait être un lieu à aller observer, peut-être y trouverait-on des indices sur la bête en question, mais si les chasseurs ne mentionnaient pas la grotte, cela pouvait être n'importe quoi. Un lapin, une belette, les deux... L'autel était perdu dans un coin de forêt, de nombreuses bestioles y circulaient. Et ce n'étaient pas dans les yeux des chasseurs qu'il fallait particulièrement faire confiance à ce sujet. C'était donc fort peu d'informations à ramener à leur compagnon, Yasuo aurait souhaité en apprendre un peu plus avant de repartir là bas. Il se tourna vers Tenshi et l'interrogea du regard. Devrait-on se contenter de cela et retrouver les autres ou bien fallait-il creuser davantage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Lun 24 Sep 2018 - 16:18
Je dois dire que la réponse de ce vieil homme ne me satisfait aucunement. L'être en lui-même ne m'inspirait rien, ni sympathie, ni antipathie, il n'avait pas l'air d'être le vieux sage qu'il voulait se faire paraître, et quoique je demeurais, par force d'acte et de conviction, dans une allure aimable et sereine, je commençais déjà à me demander si insister servirait réellement à quelque chose.

Je me mettais plus à l'aise, et laissais passer le temps court d'un silence qui obligeait à la réflexion. Des on-dit de braconniers, des racontars, des anecdotes, rien de tout cela ne me donnait assez de matières à moudre pour me faire une véritable idée de ce qui nous attendait. Je saisissais donc l'instant pour me laisser aller à un peu de complaisance et de fainéantise, glissant la joue sur un poing lui-même reposé par le coude sur un genou, ma conversation déviait l'air de rien sur un autre sujet, sans pour autant négliger la mission, bien que l'apparence pût suggérer le contraire.
  • -Vos oreilles traînent beaucoup ? Les miennes ont cette tendance à vagabonder aussi. Sauriez-vous m'indiquer au moins de quels sentiers il s'agit ? Car l'on m'avait supposé une grotte, non un chemin. Les mots se confondraient-ils ?


Le pauvre homme n'avait cependant pas vraiment le temps de répondre, puisque l'intervention de Yasuo qui nous rejoignait, en plus de me rassurer et de me faire plaisir, complétait mes propres intentions par des questions que je m'étais préparé moi-même à lancer. Une histoire trop peu clair à mon goût, ce qui devait être équivalant aux autres je suppose, assez pour que nous ne nous élancions pas plus loin sans avoir un semblant de réelles informations.


Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Mer 26 Sep 2018 - 19:12
La jeune femme hausse un peu les sourcils en entendant le discours du genin. Quelqu'un l'a désigné ? Elle ne voit pas qui. À moins que...

Ah, désolée du dérangement alors, ça doit être Hajime qui me fait une mauvaise blague. Ne faites pas attention à lui. Pour cette créature, je crains de ne pas pouvoir vous aider plus en effet. Vous savez, la bête fait peur mais elle n'a attaqué personne, et personne ne l'a vraiment vu. Je doute que vous trouviez quiconque capable de vous informer plus que moi, et pourtant je ne sais pas grand chose. Sauf peut-être le vieux grincheux sur sa rocking chair. Il est aveugle mais ses oreilles traînent partout. Vous le trouverez un peu plus loin en vous enfonçant dans le hammeau. Et lorsque vous croiserez cette bête, si vous ne lui faites pas de mal, je doute que vous risquiez grand chose. Bon courage pour faire cesser ces troubles mlagré tout.

La trentenaire les salue, ne les retenant pas plus puisqu'ils semblent souhaiter partir. Elle referme la porte de sa maisonnette puis retourne à son thé, l'après-midi étant assez chaude. Ousay s'étira un peu, regardant son camarade.

Bien, je propose qu'on rejoigne les autres, on en apprendra pas beaucoup plus semblerait-il.

Du côté de Tenshi et de Yasuo qui a fini par retrouver son arc après une course pleine d'émotions et de rebondissements, le vieillard s'est mis à table, leur expliquant ce qu'il sait. Il écoute les réponses et questions du duo, le regard droit devant lui, droit dans le vide. L'homme hoche un peu la tête puis il est prit d'une quinte de toux qui laisse croire qu'elle sera la dernière pendant de longues secondes. Il se calme cependant et reprend la parole.

Hmmm... Je pense qu'il s'agit des deux, selon toutes les histoires que j'ai pu entendre. La grotte pour dormir un peu plus loin d'ici pendant la nuit, les sentiers le jour, autour de l'autel pour je ne sais quoi. Enfin, voilà tout ce que je sais. Bonne journée à vous et bonne chance.

L'homme recommence à se balancer tranquillement. La conversation est finie, il n'a plus rien à dire. C'est vers ce moment là qu'Ousay et Hahn reviennent, rassemblant les informations entre vous pour débattre de la suite de la démarche à adopter.

Continuer les investigations au village

Aller à la grotte

Aller à l'autel

Autre chose


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 28 Sep 2018 - 0:53
Je me sentais presque dans un remake de Sleepy hollow. Ce vieux bonhomme pourrait je crois foutre la chair de poule à un enfant ou une personne un peu sensible, à fixer droit devant alors qu'il ne voit rien, ou encore donner l'impression qu'il allait clamser ici et maintenant sans crier gare.
Assis à côté de lui, je soupirais d'entendre des réponses, qui, une fois de plus, n'apportaient strictement rien — de plus. Quoi j'étais un peu dur, nous apprenions que des braconniers pouvaient être mêlés à cette histoire, et les trouver eux, avant de notre rendre vers la grotte ou le sentier désigné pouvait nous être bénéfique.

Cela n'empêchait en rien de tourner mon visage vers Yasuo pour lui envoyer un œil septique et dubitatif. Les "supersens" du vieillard pouvaient peut-être le remarquer, mais vu ce qu'il avait à nous offrir, je doutais qu'il s'imagine que nous danserions la nouba....
Fixant Yasuo, j'hésitais à lui demander d'insister avec ce vieil homme, car même s'il nous congédiait poliment, j'aurai bien aimé au moins savoir où les trouver ces fameux chasseurs colporteurs de rumeurs...

Me redressant, saisissant le casque je conservais sous le bras, je soupirais, et fis un petit clin d’œil à Yasuo, avec le recul, je me disais qu'il ne servait à rien d'insistant plus que cela, et me préparant à nous séparer de cet homme, lui faisant nos adieux, je cherchais tout de même, juste au cas où à savoir où nous pourrions trouver les chasseurs. Il me semblait qu'ensuite, la seule chose qui nous restait à faire serait de rejoindre nos camarades et de savoir ce que notre chef d'équipe aurait à faire des informations que nous lui apporterions, et que lui et Hahn auraient trouvé aussi d'ailleurs.

Conservant ma voix douce et mélodieuse, je n'omettais pas de faire résonner ainsi dans le timbre la déférence et la politesse dû au grand âge qui renvoie, au moins en apparence, tant l'obligation du respect que la sagesse.
  • -Je vous remercie, vous nous avez été infiniment utile. Une dernière question avant que nous vous laissions à vos occupations. Pourrions-nous savoir où trouver ces fameux chasseurs ? Il serait intéressant pour nous d'avoir leur version des faits.

Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Dim 30 Sep 2018 - 17:35
La réponse évasive du vieil homme semblait indiquer qu'il n'avait rien de plus à donner ni aucun intérêt à répondre davantage aux deux jeunes gens face à lui. L'heure du repos devait certainement l'appeler. Qu'y pouvaient-ils ? C'était un vénérable aveugle, il ne fallait pas en demander trop. Le regard de Tenshi était plus qu'évocateur de l'ennui et de l'incrédulité que produisait chez lui les paroles du vieillard. Il était assez frustrant en effet de se dire qu'ils ne tireraient pas davantage de cet homme dont l'ouïe censément prodigieuse avait remplacé la vue.

L'adolescent ne souhaitait pas davantage perdre de temps à ce travail ennuyeux. Il était temps d'aller retrouver les autres et de réfléchir à une disposition efficace du groupe pour aller à la fois à la grotte ainsi qu'à l'autel. Comme la journée était avancée sans toucher pour autant à sa fin, il y aurait bien plus de chance de potentiellement croiser la créature - si encore elle existait - qu'à la grotte. Peut-être de fait qu'aller à la grotte avant permettrait d'obtenir davantage d'indice que de s'y confronter... En vérité, au regard de l'absence de la moindre victime déplorée jusqu'à présent, peut-être même était-il inutile de se rendre à la grotte. Il faudrait toutefois en discuter plus tard.

Le soupir de son camarade sortit Yasuo de ses pensées et après un clin d'oeil, celui-ci sembla penser qu'il était temps de retrouver leurs alliés. Se redressant, il posa ainsi une dernière question portant sur les-dits chasseurs. Effectivement, il était assez malin de sa part d'essayer de trouver d'autres personnes à interroger. Peut-être apprendraient-ils davantage et même s'il s'agissait encore de racontars et rumeurs infondées et infondables sur une peur légendaire et fantasmée, celle-ci serait toujours pertinente à croiser avec les autres informations récoltées.

Sur le pas de la porte, prêt à partir, le blondinet tendit alors l'oreille tout en remerciant poliment le vieillard et en le saluant selon le respect et la coutume que tout un chacun prêtait aux anciens. Il fallait rejoindre ensuite le groupe. Ousey et Hahn devait certainement les attendre maintenant.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Dim 30 Sep 2018 - 21:34
Nous étions de retour à l'extérieur, devant la maison de la dame. La conversation avait pris fin sur la farce peu appréciée de Hajime, la piste d'un vieux grincheux qui malgré son handicap était susceptible d'en savoir plus ainsi qu'une pièce d'information qui remettait un peu en cause tout ce que la dame nous avait raconté. Il était temps de faire le point.

Hajime était victime de mon mensonge. Un sacrifice nécessaire, il n'y avait donc nul besoin de s'attarder dessus. La piste de l'homme aveugle pouvait attendre, encore fallait-il qu'il existe réellement. Ce que je retiens de l'échange avec la dame, au-délà de ces quelques bouts d'informations éparpillées par ci et par là, est que son histoire se contredisait. Nous étions désormais au point de rendez-vous et les gamins n'étaient pas encore revenus. Le moment parfait pour évoquer cette incohérence, pour ne pas dire gaffe.

"La dame préfère rester chez elle, par mesure de précaution. Cependant, au vu de ses derniers propos, elle ne semble pas exactement convaincue de la dangerosité de la bête. J'ai l'impression que les propos qu'elle tient contredise un peu ses actions. En arriver au point d'être contraint à ne plus sortir de chez soi est quand même quelque chose de majeure. Je doute que qui ce soit ne tolère une telle chose à moins qu'on lui force la main. Et cette dame n'avait pas forcément l'air d'être dans ce cas-là."

Pendant que l'échange avait lieu, j'aperçus au loin les deux gamins qui avaient sûrement fini de leur côté.

"Je me fais peut-être des idées. Mais si l'on épuise toutes les autres possibilités, il serait intéressant de lui rendre visite une deuxième fois. On devra se montrer un peu plus convaincant cette fois, je suppose. "

Nous étions les intrus ici, dans ce village. Idéalement, je préférerais ne pas avoir à malmener ses habitants. L'idée qu'un des villageois soit impliqué dans toute cette histoire était improbable. Mais comme l'avait si bien dit la dame, le monde est rempli de bien de mystères. Je n'étais pas exactement très enjoué par cette mission, mais le suspens commençait à se faire ressentir. Maintenant que j'en étais arrivé là, je n'allais pas rentrer chez moi sans connaitre toute l'histoire. Si la cible de nos recherches se révèle être un fanatique portant un costume et s'amusant à errer autour du village, je ne pense pas m'en remettre avant un bout de temps.

Les gamins avaient nous avait désormais rejoints, complétant ainsi l'équipe. Ils semblaient être revenus de la direction que la dame nous avait indiquée. Avec un peu de chance, les deux auront déjà explorés la piste qu'on avait obtenu après notre échange avec la femme au foyer.

"Vous n'aurez pas croisé un vieux grincheux sur une rocking chair à tout hasard? De notre côté, on n'a rien appris d'intéressant si ce n'est que s'il y a bien quelqu'un qui peut détenir des informations, c'est cette personne-là."


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Lun 1 Oct 2018 - 21:04


Le vieillard - au regard absent, mais à la sagesse aussi présente qu’il avait vécu - continuait de se balancer sur sa bien étrange chaise, tandis qu’il répondait aussi sommairement que l’envie de se reposer était présente. Sous les grincements du bois, la réponse escomptée par l’espiègle personnage fut donnée. Le jeune éphèbe à la crinière immaculée venait très certainement d’extraire la toute dernière goutte d’information qu’il pouvait obtenir de son interlocuteur.

Les chasseurs sont dans un petit village pas très éloigné. Vous trouverez leurs cabanes et leur atelier de tannerie à deux bonnes heures de marche vers l’est. Ils passent quelquefois dans notre beau hameau afin de proposer les produits de leur chasse.

Fallait-il croire un vieillard qui semblait-il ne devait pas souvent se balader sur les bucoliques chemins de traverse incarnant les entrailles de la flore ? Il suffisait certainement de demander la direction à l’un des autochtones, afin de situer la direction à prendre pour arriver à bon port (ou à bonne grotte, si ce n’est autel).

Alors que Tenshi était contenté d’une réponse - plus ou moins - claire, le jeune Yasuo faisait ses adieux à l’énergumène qui continuait à faire désagréablement couiner les lattes du plancher en se balançant comme un pendule. C’était très certainement la dernière fois qu’ils croiseront ce mystérieux aveugle dont la flamme menaçait de s’éteindre dans un futur dangereusement proche.

Pendant ce temps du côté de l’amatrice de thé, la collecte d’information semblait avoir aussi porté ses fruits, bien que peu fructueuse au goût du fourbe Iwajin. D’ailleurs, le pauvre Hajime allait sans doute connaître le courroux de la femme qui avait gobé le mensonge habile du Shinobi. Cependant, Hahn paraissait ne pas être satisfait - ou plutôt perplexe - quant aux réponses qu’il obtint durant l’entretien qui prit place autour du breuvage parfumé. La campagnarde avait-elle agrémenté les feuilles et l’eau chaude de quelques épices empoisonnées ? La réponse demeurerait un mystère, car ni l’un ni l’autre ne trempa ses lèvres afin de vérifier cette hypothèse.

Ousay affichait un air mystérieux, prenant une attitude bien plus sérieuse qui contrastait terriblement avec celle précédemment arborée. Apparemment, quelque chose ou quelqu’un le troublait… Ou était-ce simplement une habitude d'être particulièrement appliqué en présence de civils, afin de ne pas faire de tort à l’image du village caché ?

Après avoir profité de l’hospitalité de la dame et de tout ce qu’elle avait de plus beau à leur offrir (du moins au niveau informatif), il ne restait plus qu’à se regrouper. Hahn profitait de l’occasion pour exposer ses doutes sur la villageoise. Ousay se gratta la tête, puis répondit avec une franchise déconcertante. Rendre à nouveau visite à la maisonnée aux fragrances envoûtantes de thé pourrait s’avérer fructueux, mais surement pour une motivation toute autre que le solennel cadre de la mission.

Les femmes et les hommes pensent bien souvent de manière différente. C’est pourquoi, collecter des informations est un art bien plus profond et subtil qu’il ne paraît aux premiers abords.

Le Chûnin regardait son comparse et frère d’arme dans les yeux, tout en lui répondant d’une voix chaleureuse et bienveillante. Il s’agissait sûrement du conseil le plus avisé qu’il pouvait donner sur ce genre de mission. Alors que l’archer et le chevalier les rejoignaient, Ousay les laissa recouper les informations sans mot dire, arborant un large sourire.

Une fois que les idées et que les informations furent échangées (toutes ?), le gradé fixa quelques instants les trois Iwajin à tour de rôle, avant de dire quelques mots.

Nous avons largement le temps d’aller enquêter auprès du village des chasseurs avant que le manteau de la nuit ne couvre le ciel.

Ne donnant pas trop son avis, le Chûnin se contentait de voir si la décision de ses comparses serait avisée ou non. Un trajet de deux heure pour un civil se transformait aisément en quelques minutes pour les pas agiles et rapides de Shinobi entraînés.


Rejoindre le village des chasseurs

Aller trouver et inspecter l’autel

Retourner questionner l’amatrice de thé

Autre chose


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Oct 2018 - 22:25
Était-il, en toute sincérité, illégitime de se demander si cette mission méritait finalement véritablement son classement en rang B ? Me dirigeant vers nos deux autres camarades d'infortune avec Yasuo à mes côtés, je songeais à la force qu'il me fallait pour ne pas simplement tout plaquer et retourner au village. C'était à se demander si j'étais vraiment fait pour travailler sous l'égide d'un village. Je pouvais encore me tromper, mais de ce que nous avions récolté, et de ce que m'inspirait cette mission, quatre Shinobi pour prendre des informations, cela me paraissait aussi gros qu'ennuyeux.

Il allait me falloir une certaine patience doublée d'un grand élan, pour ne pas perdre de ma constance et conserver l'entrain à cette mission, tout du moins, si celle-ci ne finissait par promettre quelque chose de plus croustillant à se mettre sous la dent. Pour le moment, de ce que nous avions d'information, je ne savais réellement que penser, en espérant que les autres auraient de meilleures trouvailles à nous offrir. Je commençais pour ma part à me dire, tandis que nous avancions avec Yasuo, que j'allais devoir demeurer dans l'expectative. La piste des chasseur était peut-être quelque chose de plus concluant, ou l'autel, mais rien de tout cela ne m'inspirait vraiment pour le moment.

Déjà prêt à me montrer plus conciliant avec notre chef d'équipe et à appliquer bêtement les ordres, je ne voyais plus que cela à faire car pour une des ces rares fois, je ne voyais qu'est ce qui pouvait être la meilleure décision à prendre. Et si l'on me disait incontrôlable et hautain, quand je ne sais pas, je ne sais pas, j'avais au moins le mérite d'admettre cela.

Peu après l'exposition de chacune de nos informations, lorsque nous avions finit par nous regrouper pour faire le point, j'étais grandement surpris que notre chef d'équipe choisisse de plutôt aller voir les chasseurs que de retourner voir la dame que Hahn avait évoquée. Ainsi, la seule idée que je trouvais à peu près utile était celle admise par notre maître sans que je n'eusse à en défendre les bienfaits.


Casque sous le bras, et l'air impassible, je ne pouvais retenir une inclinaison de la tête vers Oursay, semblable à un salut, qui silencieusement exprimait plutôt dans le cas présent un semblant de gratitude. Peut-être n'était-ce pas tellement nécessaire pour si peu de choses, mais lorsque j'avais désir je l'assouvissais, ce qui me jouait le plus souvent de mauvais tours d'ailleurs. Ceci fait, et le timbre angéliquement monocorde, je répondais donc à Oursay, sans ne savoir encore ce que pensait les Hahn et Yasuo de ce qu'il décidait, pas plus de ce que j'allais avancer moi-même.
  • -Peut-être que l'un de nous devrait rester en retrait pour agir par surprise au cas où, dissimulé et prêt à intervenir. Je sais que nous n'allons pas leur parler pour causer des problèmes, mais une assurance en plus ne fait jamais de mal. Quelque soit votre décision je vous suis de toute façon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Ven 5 Oct 2018 - 0:08
Pas à pas, les lattes grinçantes s’éloignaient elles laissaient au sein de l’adolescent une empreinte d’angoisse. Elles cristallisaient dans leur crissement monotone l’inquiétante impression qui le traversait depuis l’instant où leur groupe était entré dans ce village lugubre. Etant retourné auprès des leurs, ils avaient rassemblé et croisé leurs informations. Hahn et Ousey avaient été aussi chanceux qu’eux : la jeune femme à laquelle ils avaient eu à faire semblait s’être contredite, de la même manière que leur vieillard se fondait essentiellement sur des racontards de chasseurs. Ils n’avaient pas vraiment bien avancé… Mais il fallait pourtant continuer d’avancer. Il s’agissait tout de même que d’une mission de rang C, ce n’était pas une mission sur laquelle ils étaient censés perdre du temps.

Leur responsable proposa qu’ils aillent tous à la rencontre des chasseurs énoncés plus tôt. Cette proposition était fort pertinente d’autant qu’ils avaient tout à fait le temps d’aller les voir avant la fin de la journée et de leurs investigations. Toutefois, le blond songea qu’il aurait été bon d’aller inspecter l’autel ou la grotte, histoire de voir l’état des lieux, des choses, des racontars… Sauf qu’à force de se disperser ils perdraient juste davantage de temps et d’efficacité. Il fallait mettre un terme à cette histoire qui n’en finissait pas de s’étendre. Le jeune homme retint alors sa proposition et écouta celle de son camarade Tenshi. Il pensait déjà stratégie et il avait raison. On n’était jamais sûr de l’intention de chasseurs ou de braconniers qui jusqu’à présent s’étaient trouvés absolument inefficace sur une créature sensément « menaçante ». Ils étaient aussi, du moins en partie, l’origine de ces rumeurs plus ou moins prouvées ainsi que la source certaine des contradictions des villageois.

Yasuo, avant même de les avoir vus, partait avec un certain a priori. Il ne leur faisait pas confiance. Des pièces manquaient pour l’instant et ce n’était ni satisfaisant ni rassurant. La possibilité que le tout ne soit qu’une frayeur de paysan était certes reconnaissable, mais cela pouvait aussi être plus grave, pouvait cacher des choses. Quand un village entier n’est pas capable d’une coopération directe et honnête sans contradiction, il est parfois de bon ton de se méfier de l’ensemble du village. Mais peut-être était-ce seulement des soupçons prématurés.

« Je suis assez d’accord avec Tenshi. Je n’arrive pas à faire confiance à ce village. Tout leur semble bien trop flou pour vraiment croire à une menace qui, rappelons le, a décidé d’arrêter tout travail par peur. »


Le blondinet avait aussi remarqué un changement d’attitude de la part de son supérieur. Etait-ce dû à l’ennui ? Etait-ce de la méfiance ? Un trouble était visible. De la même manière que Tenshi était, lui, parfaitement ennuyé par l’enchaînement de raté qu’ils venaient de subir, Ousey avait pris l’air mystérieux, presque grave ; un genre d’indéfinissable froncement de sourcil qui arquait son visage.

« Vous semblez troublé Ousey-sama, quelque chose ne va pas selon vous ? »


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3457-akiji-yasuo-lueur-au-fond-des-yeux

Dim 7 Oct 2018 - 14:52
    Les femmes et les hommes pensent bien souvent de manière différente. Heureusement. Ceci dit, la logique reste un trait commun à la race humaine peu importe le sexe. Quoique certains sauront toujours, à raison, justifier que les femmes ne démontrent pas la même affinité avec la logique que les hommes. Il y a cependant une limite à cela. Et le discours tenu par la dame était suspect peu importe comment on le voyait.

    Ce n'était pas cependant une raison pour revenir la revoir de suite. C'était plus en dernier recours. D'autant plus que maintenant que le groupe était au complet et que l'échange d'informations avait pris fin, la piste des chasseurs semblait bien prometteuse. Tout laissait à croire qu'ils avaient croisé déjà la bestiole par le passé. A plusieurs reprises même. La mission allait sûrement avoir trois tournants, et le premier était imminent maintenant que la décision d'aller à la rencontre des chasseurs avait été prise. Les deux autres, si je devais m'avancer dessus, allaient être neutralisé la bestiole ainsi qu'essayer de retracer son origine. Mère nature pouvait en effet donner naissance à des créatures bien étranges. Ceci dit, je doute que celle qu'on cherche aujourd'hui soit d'origine naturelle. Le fait qu'il y ait une ou plusieurs personnes quelque part capable de créer de telles bestioles n'était pas forcément une mauvaise chose. A moins que je ne me trompe, il serait question dans ce cas-là d'un nouveau savoir avec une pléthore de potentielles applications dont l'évidente utilisation militaire.

    Le village des chasseurs allait donc être notre prochaine destination. Les membres du groupe ne manquèrent pas de partager leurs réservations avant notre départ. Ne pas faire confiance à qui que ce soit était une bonne attitude à avoir, mais je ne pus m'empêcher de penser qu'il était un peu trop tard pour avoir cette discussion. Le village était suspect, les chasseurs étaient suspects, et si dans la minute qui suit l'on venait à rencontrer une nouvelle personne, elle nous donnera l'impression d'être suspecte également à son tour. Telle était la nature de la situation dans laquelle on était.

    Haussant les épaules, je pris la parole après avoir attendu que les membres de l'équipe épuisent leur dialogue.

    "Si vous souhaitez que l'un d'entre nous se dissimule au cas où les choses prennent un mauvais tournant, pourquoi pas. Je n'ai pas d'avis particulier par rapport à cela. Si vous me dites que vous vous sentirez plus à l'aise ainsi, je n'ai pas vraiment raison de refuser. Ceci dit, commençons par entamer le trajet. Nous aurons amplement le temps pour discuter de comment nous organiser en chemin, du moment que nous restons simples bien évidemment."


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3496-arie-yoorasia-hahn

Lun 8 Oct 2018 - 2:14


Le groupe était réuni au complet, permettant de recouper les divers témoignages glanés auprès des autochtones. Finalement, les informations échangées n’apportèrent que de très maigres indices sur le fameux Tenbatsu qui terrorisait la région. Personne n’avait constaté de ses propres yeux - et surtout pas le vieil homme au regard absent et vitreux n’ayant rien à envier à celui d’un Hyûga - l'existence de la chimère, qui devait pourtant bel et bien être une réalité. Il ne s’agissait pas d’un mauvais rêve, car tous les habitants - à l’unanimité - étayaient l’histoire qu’une monstruosité rodait dans les parages. L'hypothèse d’une hallucination collective semblait peu probable, bien que la bête n’avait vraisemblablement -et contre toute attente - commis aucun méfait, du moins pour le moment.

La décision du groupe de shinobi sur leur prochain mouvement commençait à se dessiner, bien qu’ils commençassent tous à se poser de questions sur la bonne foi des paysans. Le doute était palpable, la méfiance redoublait.

Quelques propositions vinrent agrémenter le débat qui se déroula calmement. Tenshi proposait de la prudence, tandis que Yasuo s’enquerrait des pensées d’Ousay, et que Hahn proposait d’entamer sans plus tarder la route en direction du village des chasseurs.

Le chûnin se frotta l’arrière de la tête, puis répondit brièvement à chacun, sans se montrer trop autoritaire, bien qu’il fût en charge de la mission qui devait absolument être menée à bien. Il fallait que les paysans reprennent leur activité de récolte au plus vite, afin que les ressources agricoles puissent de nouveau remplir les réserves du village caché. Une pénurie alimentaire, provoquant un rationnement et le mécontentement des Iwajin, était le pire scénario, et il fallait à tout prix l’éviter. Si la mission se soldait par un échec, c’était l’ensemble de la roche qui allait en subir les conséquences. Ousay en était conscient, et c’était la raison expliquant que son visage enjoué avait pris une coloration plus sérieuse que jamais. La mission devait être une promenade de santé, mais plus ils enquêtèrent sur le Tenbatsu, plus la vérité sembla se dérober.

Être prudent n’est pas une mauvaise idée. Je ne pense pas que ce village de chasseurs soit dangereux. Au cas où, si l’un de vous désire rester en retrait afin d’intervenir en cas de nécessité, je n’y vois aucun inconvénient. S’adressant au porteur d’armure qui venait de prouver qu’il était un homme prévoyant. Si je parais troublé, c’est parce que le Tenbatsu n’a visiblement pas causé de tort aux habitants ou le moindre grabuge, si ce n'est le bruit de sa présence. Ne trouvez-vous pas étrange qu’un monstre terrorisant les paysans n’ait pas pris la peine de les attaquer une seule fois ? Répondant à l’archer en affichant un air pensif. Vous avez raison. Nous perdons notre temps. Un temps précieux. Allons à ce village de chasseurs sans plus tarder, nous y obtiendrons sans doute des informations plus pertinentes. Acquiesçant aux paroles avisées du genin impatient et pressé d'en terminer.

La fine équipe ne perdit pas plus de temps à débattre, prenant la route vers la prochaine destination. Filant tel le vent, la vélocité de leurs pas permit de rejoindre rapidement le bastion des chasseurs. Il s’agissait d’un petit regroupement de cabanes au cœur de la forêt, où s’érigeait un bâtiment plus imposant que les autres, servant certainement d'entrepôt, ainsi qu'une seconde structure disposée un peu plus à l'écart, incarnant de toute évidence l’atelier de tannerie.

Étant arrivé à proximité de la tanière de manière plutôt discrète en évitant délibérément le sentier principal, les shinobi avaient l’occasion de repérer un peu les lieux en se tapissant dans la flore luxuriante et touffue.

Un groupe de quelques chasseurs était attroupé en plein milieu du petit village autour d’un grand feu de camp. Ils étaient en train de rôtir à la broche une pièce de viande fraîchement chassée. Certains d’entre eux riaient à gorge déployée, tandis que d’autres lampaient goulûment des gourdasses emplies de vinasse. Une ambiance chaleureuse et à la bonne franquette, qui inspirait la plus élémentaire sympathie. Il n'y avait aucune raison de ne pas leur faire confiance. Il y avait les bons et les mauvais chasseurs, et il suffisait de voir leur faciès guilleret pour comprendre immédiatement qu'il s'agissait de chasseurs bien sous tout rapport. Ou alors, ils cachaient bien leur jeu.

Un peu plus loin, un homme à la barbe drue et des plus fournie s’affairer à dépecer avec le plus grand soin des cadavres d’animaux. Surement le tanneur qui s’occupait de récupérer les peaux afin de les traiter et de les transformer.

Apparemment, le petit village des adeptes de la chasse et de mère nature était tout ce qu’il y avait de plus normal.

Ousay regardait l’endroit avec attention, mais rien ne lui parut suspect. Il se tournait alors vers ses coéquipiers, afin de voir ce qu’ils décidaient de faire. Adopter la prudence en laissant l’un d’eux en retrait au cas où cela déraperait, ou bien y aller tous ensembles et simplement enquêter comme ils l’avaient fait avec les paysans.

Je pense que nous pouvons y aller sans crainte, mais à vous de décider si l’un de nous doit rester en retrait. Vu que la furtivité est ma spécialité, je peux m’en occuper.


Laisser Ousay en retrait par mesure de sécurité (option facultative 1).

Laisser un des trois genin en retrait par mesure de sécurité (option facultative 2).

Ne laisser personne en retrait (option facultative 3).

Aller à la rencontre du groupe de chasseurs et leur demander la permission de festoyer en leur compagnie.

Aller voir le groupe de chasseurs et leur poser des questions sur le Tenbatsu en se présentant officiellement comme shinobi.

Infiltrer discrètement le village des chasseurs et récolter des indices en se tapissant dans les ombres.

Autre chose



PS : Les trois premières options ne comptent pas vraiment, il faudra donc en choisir une, puis exploiter l'une des quatre autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: