Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

Les gosses...de vraies plaies ! [Pv : Metsu Jin]


Mar 4 Juil 2017 - 16:03
Encore une nouvelle journée dans la nouvelle vie de Sayuri, quelque temps après qu'elle soit devenue une Genin de Kiri. Cela faisait bizarre d'être à nouveau une arme, mais de manière différente. En effet, c'était pour servir une cause, protéger un village, un pays, des innocents et compagnies. Certains avaient même des objectifs, très ambitieuse pour beaucoup se croyant au-dessus de tout, car ils possèdent du ninjutsu ou des capacités spéciales que d'autres n'ont pas. Avant d'en arrivée à eux, la jeune albinos se sentait moins oppressée et moins prisonnière, contrairement à sa vie passée. Là, personne ne l'obligeait de tuer quelqu'un pour le plaisir, au contraire, elle devait tuer à présent, c'était par nécessité et légitime défense. Or, la jeune Kaguya le savait très bien que ça personnalité sauvage et violente ne l'avait pas quitté du jour au lendemain, qu'elle sera toujours amenée à tuer pour le plaisir ou à blesser les gens par satisfaction personnelle. C'est pour cela qu'elle avait envie de s'améliorer et devenir un peu plus humaine et non un monstre, cependant, le monde était difficile malgré sa nouvelle vie. Les regards des autres, les moqueries des enfants, les messes basses ou autres, il y avait presque cela à son égard. Sois Sayu y faisait abstraction ou parfois elle se laissait guider par sa rage et réprimander violemment ces individus. La vie n'était pas simple, l'albinos pensait qu'en sortant de ce sous-sol humide et de sa vie d'esclavage et de bête de foire que tout allait être mieux, mais cela allait prendre bien plus de temps qu'elle imaginait.

Pour une fois, Sayuri avait su dormir sans se réveiller en pleine nuit ou très tôt dans la matinée, pas de cauchemars à cause de son passé. Cela lui arrivait de temps en temps, mais elle était habituée à la longue. Or il allait falloir qu'elle y fasse quelque chose pour trouver un meilleur sommeil sinon cela pourrait peut-être empirer sur sa fatigue ou son mental. Cependant, la jeune Kaguya n'était pas du genre à se confier à qui ce soit sur ces cauchemars et problème de sommeil. Elle connaissait peu de personnes même parmi le clan des Kaguya, ce n'était pas celle qui se confiait à tout bout de champ à n'importe qui. Ses sautes d'humeur pouvaient être en partie à cause de cela ou pas, c'était peut-être ancré dans sa personnalité. De toute façon, Sayuri assumait ce qu'elle était, sa mentalité, son physique unique, son passé et son Kekkei Genkai. Elle avait du sang sur les mains, de nombreuses vies ont été retirés de cette planète de ses mains et parfois, elle se disait d'être chanceuse d'être encore en vie. Peut-être que c'était une seconde chance, qu'elle devait la saisir pour une rédemption pour les crimes qu'elle avait commis même si elle n'était qu'une arme entre les mains d'un malfrat. Les excuses de ce qu'elle était auparavant n'allaient nullement changer ce qui a été fait, heureusement, elle n'était pas connue sous l'identité de Kaguya Sayuri lors de ses massacres ou combat en arène.

Errant dans Kiri, la tête en l'air en train de penser à tout ceci, elle ne faisait pas gaffe aux regards des civils ni même aux messes basses. Trop préoccuper à réfléchir à son passé et ses soucis de sommeil passager. Arrivant dans un coin d'une rue, elle reçut une balle sur la tête, chose qui la sortie de ses pensées. Sayuri se demandait même ce qui venait de faire cette erreur monumentale de lui avoir jeté cela. Soudain, elle voit un groupe d'enfants lorsqu'elle se retourne, ces derniers jouaient. Ne voulant pas se montrer trop méchante, elle le leur rend sans un mot, mais en ayant un regard assez noir à leur encontre. Cependant, les gosses d'aujourd'hui n'avaient plus peur de rien tant qu'ils n'étaient pas confrontés à la peur. Des gamins inconscients et stupides, l'albinos détestait les enfants, car dans ce bas monde, les plus cruelles n'étaient pas les adultes, mais les gosses. L'un d'eux se mettait à se moquer du physique de Sayuri, trop blanche, yeux rouges, il allait même dire qu'elle faisait trop peur pour se faire des amis. Les autres s'y mettaient aussi et ça, devant les yeux de certains adultes qui passaient par-là. La jeune genin recevait même des surnoms du style : Blanche-Neige, coton-tige ou l'affreuse. Un soupire s'échappe de la bouche de la kunoichi en se demandant quoi faire même si intérieurement, ça commençait à bouillir. Serrant les poings, elle s'adresse à eux.

« Si vous continuez, je vais vous faire comprendre la signification de la souffrance et de la peur, bande de sale singe. »

Des grimaces, des insultes et des moqueries, les menaces de la genin n'avaient rien eu comme effet, du coup, il fallait passer aux actes. Habituellement, elle les aurait laissé se faire remarquer bêtement devant tout le monde, mais ce genre de comportement à son égard l'énervait de plus en plus. Il était tant qu'elle se fasse tout de même respecter et elle s'en fichait royalement si ce n'était que des gosses en face de sa personne. La prochaine fois, ils apprendront le mot respect et crainte en la voyant dans leur champ de vision. Évidemment, la Kaguya n'allait pas sortir des os pour les martyriser, ça ne serait pas jouissif, car il n'y aurait pas de challenges. Du coup, elle ira avec ses compétences en arts martiaux et les humiliera à sa manière. Si leur parent n'était pas capable de bien les éduquer, ils ne peuvent que s'en prendre qu'à eux-mêmes. Fonçant dans le tas avec une certaine vitesse et suit d'un bon réflexe, elle en chope un, le plus moqueur, ça tombait bien. Sayuri lui met une droite et lui inflige une balayette pour le faire tomber au sol. Suite à cela, elle en savate deux autres avant de choper un dernier par la gorge, son pied écrasant le visage d'un de ses amis. Bien sûr, aucun d'eux n'était mort, elle imposait juste sa domination sur l'affrontement si facile et prévisible. Le gamin qu'elle avait dans la main gauche, elle le soulève comme si ce n'était que du papier. Ses yeux rouges se plongent dans les yeux marron du gamin, elle le fixe d'un air mauvais et froidement comme si elle allait le tuer.

« Et maintenant, les oiseaux moqueurs, vous avez encore envie de m'insulter, de me rabaisser, de vous moquer de moi ? Personnellement, j'ai envie de vous tuer, vous brouillez, vous déchiqueter, bande de petit con ! »

Le gamin sanglotait, il était terrifié et apeuré devant Sayuri qui était menaçante et effrayante. Il était facile d'impressionner les gamins à leur âge quand il s'agissait de se montrer violent et très dur. Cependant, face à un adulte ninja, ça n'aurait pas été la même chose, mais bon, Sayuri aurait agi de manière différente et avec une approche toute autre. Pendant ce temps-là, les autres gamins qui avaient pu fuir, demander de l'aide, mais personne n'osait leur répondre ou venir avec eux pour faire face à une Kaguya en colère. Soudain, elle entend un mouvement derrière elle, à quelques mètres de sa position. Un sourire s'affiche sur son visage.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t332-kaguya-sayuri-la-bete-osseuse

Mer 5 Juil 2017 - 11:44
Il ferait presque bon vivre... Le temps est pour une fois assez clément, les oiseaux chantent, les passants sont souriants. J'ai décidé de faire un tour au marché, après tout, même un "shinobi" a besoin de se remplir le ventre et j'ai l'avantage de pas trop mal me débrouiller au fourneau. Les marchands ne sont pas encore légions mais le peu d'entre eux à être présent me paraissent bien sympathiques, le seul défaut, finalement, ça doit être les produits sur les étales. Je dis pas que la bouffe qu'on vend est mauvaise, je dis juste que niveau variété on est assez limité ici, à Kiri. Se retrouver en plein milieu d'un archipel éloigné de l'océan ça aide pas vraiment à découvrir des plats sensationnels. Enfin bref, tout ça pour dire qu'on se croirait presque au cœur d'un petit village tout à fait normal et non pas en plein dans l'une des forces militaires les plus imposantes et les plus dangereuses de la planète.

Mon évasion aura été de courte durée... Alors que j'étais entrain de renifler un poisson pour décider de mon souper, j'entends une agitation de malade dans mon dos, des gens qui gueulent à des gamins de faire attention, qui les insultent de sales gosses et aux enfants de répondre à leur tour par des cris à réveiller un mort.

- Elle est complètement TARÉE ! C'est un monstre ! C'est une folle ! Sur le coup j'y accordais pas plus d'attention que ça, à force on s'habitue aux bandits en devenir du village de la Brume qui ont pas de respect et qui croient que la rue leur appartient.

- Pitié... Je vous en supplies... A L'AIDE ! Là, le mioche m'a fait frissonner. Je me revoyais à son âge, implorant l'aide de personnes qui n'en avaient rien à faire, le jour où on me l'a retiré. Je pouvais pas fermer l’œil là dessus. Impossible.

Je me tournais vers l'endroit d'où arrivait le petit groupe effrayé puis je remontais la piste vers cette "folle" dont ils parlaient et il m'a pas fallut bien longtemps pour la retrouver. Elle avait l'air si frêle si... chétive, je voyais mal comment un si petit bout de femme pouvait inspirer tant de peur et faire preuve de tant de violence.

- Comment veux-tu qu'on ne te traite pas de monstre, si tu agis comme tel, hum ? Je m'étais positionné juste derrière elle. Faut dire que je sais y faire avec les entrées en matière, j'avais les bras croisés, le dos bien droit et quand elle a tourné la tête vers moi, je l'ai fixé de mon seul et unique œil avec dédain. Elle a fini par lâcher le pauvre petit gars qui, à en juger par la tâche sur son pantalon, venait d'avoir la peur de sa vie. Va-t'en petit. Je décroisais les bras, les poings serrés. Et toi... Je te laisses le choix : Soit tu m'expliques ton problème, soit t'as pas encore eut ta dose de violence et dans ce cas là je suis ton homme.

La fille s'était jusque là contentée de me regarder en souriant, sans dire un mot. Valait mieux que je reste sur mes gardes au cas où elle déciderait de me foncer dessus, j'avais pas vraiment l'air d'être le plus amical du village dans cette posture semi-défensive mais je préférais ça au fait de me faire péter la mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Les gosses...de vraies plaies ! [Pv : Metsu Jin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: