Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Team Building [Aux Metaru(s) dispo(s) !]


Mar 14 Aoû 2018 - 2:48
La veille, Mû s'endormait avec des idées et projets plein la tête. Le matin fut un peu compliqué. Fort heureusement il n'était pas appelé par ses tâches shinobi aujourd'hui. C'était d'ailleurs pour ça qu'il s'était permis de traîner à la Bibliothèque et c'était également pour ça qu'il se permettrait une visite à la Raffinerie le jour-même.

Les premières heures suivant le réveil fut compliqué. Puis la petite routine matinale de préparation lui permit de s'éveiller, reprenant pleine conscience. Son esprit regagna sa vivacité et l'entrain de la veille. Alors qu'il parachevait sa tenue habituelle, il s'observa dans la glace de sa modeste salle de bains et prit quelques minutes pour se focaliser sur son objectif. Puis sa destination lui rappela le ridicule de ses habits au vu de l'endroit qu'il comptait visiter aujourd'hui.

Il délaissa donc son costume habituel pour une tenue traditionnelle shinobi. Qu'au moins il ne soit pas confondu avec le premier clampin venu. Il tenait à aborder du monde et espérait converser avec certains des maîtres des lieux. Les Metaru avaient la responsabilité de la Raffinerie où se concentrait l'essentiel de la réalisation des éléments nécessaires à la recherche et à l'armement. L'endroit idéal pour les projets du jeune Mû. Il avait enfilé sa tenue militaire avant de quitter les lieux. D'un saut, il rejoignit les toits pour se rendre plus rapidement aux forges.

La fougue avait remplacé la paresse éphémère de son réveil. Il avait repris son fil de pensées où il l'avait abandonné pendant la nuit en s'endormant. Projets, modèles et promesses d'argent lui revenaient dans la tête. Rien n'était joué bien sûr, mais il était important pour lui de se projeter afin d'avancer, quitte à aller trop loin. C'était sa manière à lui de progresser. En même temps qu'il allongeait ses sauts pour arriver plus vite aux ateliers Metaru, il commença à réfléchir à ce qu'il pourrait dire pour rallier certains à son projet. De quoi tempérer ses ardeurs et lui permettre de ralentir un peu avant son arrivée.

Il posa les pieds au sol quelques mètres avant l'entrée de la Raffinerie. Un contrôle préalable de sécurité vite écourté lorsqu'il laissa son bandeau bien en vue lui permit de se frayer un chemin parmi la masse de travailleurs qui s'attelaient à leurs occupations. Il devrait faire preuve de tact pour se faire comprendre et s'allier avec certains de ces hommes, ou femmes se rectifia-t-il au passage de l'une d'elles. Ils venaient de deux mondes différents mais cela lui importait peu. Il tenait juste à ce que chacun profite de sa part du gâteau. Même si leurs intérêts n'étaient pas similaires, il était persuadé qu'il pouvait trouver quelqu'un ici disposer à l'aider. Ou au moins à lui parler déjà ?

Ménestrel a écrit:
Oyez oyez ! Si vous êtes Metaru et que vous êtes intéressé pour RP avec un newbie, n'hésitez pas à poster suite à ce message !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3834-mu-terminee

Jeu 23 Aoû 2018 - 23:58

- Pourquoi donc es-tu venue si c'est pour fainéanter ?
>> Parce que la Vieille m'a forcé !
- Un peu de respect envers aya-sama ou je te plonge dans la chaufferie, impertinente !

L'homme qui te faisait des reproches finit par se planter devant toi alors que tu étais confortablement assise au bord d'une fenêtre ouverte depuis laquelle tu pouvais regarder l'extérieur. Contempler le paysage n'était pas vraiment un de tes passe-temps mais actuellement c'était ce que tu avais trouvé de mieux à faire dans cet endroit où tu avais été forcée de se rendre. Enfin, "forcer" n'était sans doute pas vraiment adéquat comme mot car le vieille Aya, chez qui tu logeais depuis ton intégration dans le clan Metaru, t'avait juste conseillé de te rendre ici car tu pourrais beaucoup apprendre sur ton aptitude innée avait-elle dit. Seulement, tu avais fait le tour de la raffinerie et tu ne voyais rien qui pourrait améliorer ta maîtrise ou ta connaissance du kinton en ce lieu.


- Pourquoi ne rentres-tu donc pas ?
>> Pourquoi tu ne me fous donc pas la paix ?
- Parce que j'aimerais que tu débarrasses le plancher. Ce n'est pas une salle de détente ici alors si tu n'as rien à faire, va-t'en !

L'homme qui jusque là avait gardé son calme tout en restant poli envers toi avait haussé le ton. Tu conçois alors que ta présence l'importunait réellement et pour une raison que tu ne comprenais pas vraiment. Tu ne faisais rien certes mais tu ne dérangeais personne non plus. Tu restais silencieusement dans ton coin. Sans doute était-il un des ces nombreux êtres qui ne supportaient même pas ta présence. Ne désirant pas lui faire plaisir, tu l'ignores en regardant dehors. Il reste là tout en te foudroyant du regard un instant puis, comprenant sans doute qu'il ne servirait à rien d'insister, il finit par s'en aller.

Tu pourrais partir en effet mais tu ne savais pas quoi faire. Tu étais exemptée de tes devoirs d'apprentie kunoïchi aujourd'hui et tu étais lasse de t'entrainer seule. Comme toujours, tu étais motivée pour un combat, même "amicale", mais c'était un passe-temps qui n'était plus aussi libre d'accès pour toi depuis que tu es arrivée à Kumo. En effet, les quelques bagarres que tu avais déclenchées ne t'avaient apporté que des problèmes et cette Vieille sorcière de Raïkage t'avais fait bien comprendre qu'un mauvais pas de plus de ta part et tu seras bonne pour la prison et pour longtemps. Chose qui compromettrait ton dessein. Alors, pour le bien de ton projet personnel, tu réprimais tes ardeurs.

Le temps coule lentement, très lentement. Tu finis par bailler de lassitude et plusieurs fois. Tu décides alors de partir finalement. Tout en marchant vers la sortie, tu t'étires afin de dégourdir ton corps qui n'était pas habitué à paresser. Alors que tu longes le couloir du niveau juste au-dessus du rez-de-chaussée, tu vois un homme qui avait l'air perdu parmi les membres du personnel de la raffinerie en bas. Vu son attitude, il était forcement un étranger ici.

Ton regard encore un tantinet endormi s'illumine soudain alors qu'une idée plutôt fielleux traverse ton esprit détraqué. Tu t'accoudes alors sur la rambarde métallique pour le regarder un court instant puis tu effectues une pichenette puis une seconde et une troisième en direction de l'inconnu. Des gestes faits dans le vide et qui paraissaient donc insignifiants mais en réalité tu venais de lui envoyer trois petits morceaux de métal brut très acérés. Ne souhaitant pas le blesser car cela pourrait t'apporter des ennuis, chose dont tu aimerais éviter en ce moment, tu l'avais visé de sorte à juste trouer ici et là ses vêtements …


_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Metaru G. Yamiko le Jeu 6 Sep 2018 - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Ven 24 Aoû 2018 - 2:30
Déjà plusieurs minutes qu'il était là et Mû pourrait presque commencer à désespérer. Mais c'était mal connaître le futur business man. Il était bien trop enjoué à l'idée de ses idées qu'il ne comptait pas se laisser déstabiliser par l'accueil qui lui était fait. En effet, il essaya d'adresser la parole à quelques shinobis passant à sa portée mais il était toujours éconduit, de manière plus ou moins polie selon les individus. Même si dans ce clan, la politesse ne semblait pas de même acabit que celle qu'il connaissait.

Qu'à ne cela ne tienne, il n'était pas prêt d'abandonner. Il tentait à chaque fois d'aborder quelqu'un pour lui communiquer la raison de sa présence ici. Le plus avancé de ses entretiens avait été de dépasser les formules d'usage de salut et à partir du moment où il commençait à simplement dire "Je suis ici pour discuter..." son interlocuteur s'en allait sans prendre congé. Des mœurs qui lui apparaissaient bien étranges mais qu'il ne pouvait juger. Chacun avait sa façon de voir les choses et si les membres de ce clan ne s'empêtraient pas des politesses, il n'était personne pour les juger. Il restait toujours cordial malgré les nombreux rejets qu'il essuyait. Seul la bonne tenue de son projet lui importait. C'est pour cela qu'il était là et il ne partirait avant d'avoir pu obtenir ne serait_ce qu'une discussion constructive, même si cette dernière était négative. Il ne pouvait se construire en un jour et il allait forcément essuyer des échecs avant de parvenir à ses fins. Mais il savait qu'il y parviendrait dans tous les cas.

Commençant à arrêter de virevolter à droite à gauche pour accoster telle ou telle personne, il s'arrêta un instant pour essayer de réfléchir à une nouvelle manière de faire. Instant de stratégie rapidement perturbé par un petit sentiment de froid au niveau du bras. Il surveilla l'origine de cette sensation sans en distinguer la cause. Il allait reprendre sa mise en place de stratégie mais une nouvelle sensation se déclara au niveau de son genou. Il baissa les yeux et remarqua cette fois-ci un petit trou par lequel l'air se faufilait sous sa tenue. Tâtant son bras, il reconnut le même genre de trou. Puis un troisième sembla se déclarer au niveau de l'épaule. Il semblait provenir d'une même origine au vu de l'angle par lesquels les trous s'étaient formés.

Il fit volte-face pour inspecter ses arrières car c'était de là que semblait provenir ses mystérieux perçages. Il ne trouva rien de notable, si ce n'est un élément tout particulier qui attrapa ses yeux dès qu'ils l'aperçurent. Depuis qu'il était ici, il n'avait véritablement croisé aucun vrai regard. Jusqu'à cet instant. On distingue toujours un regard qui nous fixe malgré une foule bondée. C'était le cas en ce moment-même. Plusieurs personnes passaient dans son champ de vision mais il ne les discernait qu'à peine. Son œil avait conscience de leur présence mais ça s'arrêtait là. Mais pas cette femme. Il l'avait bel et bien vu, et c'était réciproque. Son regard n'avait pas seulement conscience de sa présence : il en allait de même de son existence. C'était peut-être ce genre de regards qui lui manquait depuis le début de ses prospections. De toute façon, il était là pour tenter sa chance.

Il s'approcha de la jeune femme, aux formes voluptueuses et à l'allure légèrement autoritaire. Ou plutôt rebelle, il ne savait le dire. Toujours est-il qu'il était plus concentré sur son but que sur l'apparence de sa future interlocutrice. Il n'avait cure de ça à vrai dire. Lorsqu'il fut à portée de voix, sans avoir non plus besoin de crier, il salua d'une révérence la jeune femme et lui adressa un sourire radieux :

- Bien le bonjour, chère madame. Pardon de vous déranger et permettez moi de me présenter. Je me nomme Mû. Je suis ici aujourd'hui car je voudrais m'entretenir avec un membre du clan Metaru. Je souhaiterais avoir une petite discussion concernant un projet personnel.

Intérieurement il se maudissait. Il avait clos sa phrase par les mêmes mots qui lui avaient valu des rejets les autres fois. Espérons que ce ne serait pas de nouveau le cas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3834-mu-terminee

Mer 29 Aoû 2018 - 15:39
Il est grand temps que cette journée se termine. Dans cette routine qu’est devenue la mienne, les journées semblent s’allonger toujours plus, partagées entre mes entrainements, mon rôle de shinobi et mes reponsabilités à l’institut. Un double jeu qui commence à me peser, tant le temps que je dois y consacrer augmente. J’aurai dû m’en douter, plus on me donnera de responsabilité, plus la quantité de travail augmentera… Mais je n’ai pas le choix. Je ne veux me passer ni de l’un, ni de l’autre et de toute façon, j'y suis habitué.

Arrivé devant ma porte, je remarque une lettre posée sur le palier. Une lettre signée de la doyenne Aya. Je me penche pour la saisir puis la retourne pour vérifier le cachet.
C’est bien elle.
Je prends mes clés puis ouvre la porte. Mon sac déposé sur le meuble à l’entrée, la porte se referme lentement tandis que j’ouvre la lettre pour en découvrir son contenu.


Metaru Aya a écrit:
Watake, j’ai envoyé la jeune Yamiko à la raffinerie pour qu’elle découvre un autre monde que celui dans lequel elle est confinée. Mais je crains que personne là-bas ne s’occupe d’elle. J’en suis même persuadée. Pourrais-tu la rejoindre et t’en occuper ?
Je ne t’y oblige en rien. Préviens-moi juste le cas échéant, que je puisse trouver une solution.
Ta grand-mère Aya.

Je souris à la lecture de ces mots. Evidemment que j’accepte. Je m’y suis engagé, tant pour toi que pour elle.

______________________________________
Le lendemain matin.

Vêtu de la tenue familiale – une tenue noble qui nous distingue des autres familles du clan – je me dirige vers le lieu de rendez-vous indiqué par la doyenne. En chemin, nombreux furent les Metaru qui me saluèrent et nombreuses furent mes réponses... A tel point qu’une douleur naissante me pris au cou.
Je ne regrette pas d’avoir laissé tout ça derrière moi, bien qu’un jour je le sais, je devrai reprendre le flambeau une bonne fois pour toute.
Sur le pas du portail, j’observe les différents bâtiments qui composent le complexe. Yamiko doit déjà se trouver dans l’un d’eux… Le premier, le plus imposant ? Probablement. Je reprends ma marche et arrive à l’entrée du bâtiment. Tous en me voyant me saluent avec politesse, ce que je le rends une nouvelle fois. Un homme vient à ma rencontre.


« –Bonjour Watake. Que nous vaut l’honneur de votre présence ici ?
–Bonjour. N’auriez-vous pas vu une jeune femme arriver ? Cheveux noirs, la vingtaine, l’air rebelle.
–Si, elle se trouve là-bas.
Il me pointe du doigt une barrière sur laquelle est avachie la Metaru.
–Merci. »

Tandis que je m’avance vers elle, je remarque qu’un jeune homme l’interpelle. Je ne l’ai jamais vu et il ne semble pas être d’ici. Pour sûr ce n’est pas un Metaru. Qu’est-ce qu’un étranger vient faire en ces lieux ? Bien que le complexe ne soit fermé à personne, il est tout à fait inhabituel que quelqu’un y vienne. Il s’agit du domaine des Metaru et tous sont au courant. Arrivé à leur niveau, mes yeux se posent sur les vêtements troués de l’inconnu… Un costume banal et troué en prime… Qu’est-ce qu’il vient faire ici ?

« Bonjour Yamiko. Comment vas-tu aujourd’hui ? Je me retourne vers l’homme, l’air suspicieux. Et vous, vous êtes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Jeu 6 Sep 2018 - 16:19
L’homme remarque ta présence mais au lieu de l’ignorer pour feindre ton innocence, tu continues de le fixer, un air amusé se peignant sur ton faciès alors que tu continues de t’accouder sur la rambarde métallique du premier niveau. Puis l’étranger se précipite pour te rejoindre. Curieuse de savoir ce qu’il te voulait, tu le laisses arriver jusqu’à toi sans bouger de ta position.

Tel un gentleman, image qu’il renvoyait malgré les trous que tu avais infligés à ses accoutrements, il se présente à toi. Tu étais sur le point de lui répondre lorsque tu aperçois un autre homme se diriger vers vous. C’était un des tiens et sans doute celui qui en savait le plus sur ton passé en dehors de la vieille Aya.

Tu l’accueilles avec un beau sourire bien que tu ne fusses pas vraiment ravie de le voir. Tu savais qu’il désirait juste t’aider à t’insérer dans le clan Metaru que tu avais rejoint que récemment. Tu savais que c’était un homme bon qui ferait tout pour ton bien, seulement tu n’appréciais guère être soutenue de la sorte. Tu étais une personne plutôt arrogante qui détestait l’aide d’autrui car cela te donnait l’impression d’être une incapable.


>> Bonjour Monsieur le baby-sitter. Je me porte très bien comme tu peux le constater et heureuse de voir que toi aussi. La vioque t’envoie me surveiller ? … Ha oui, je te présente mon petit ami, Mû. Il aimerait s’entretenir avec un Metaru concernant un projet personnel. Je pense que tu ferais très bien l’affaire.

Tu venais de faire passer cet homme que tu rencontrais pour la première fois pour ton petit ami à Kenshin. Initiative bien frivole de ta part mais tu étais prête à tout, même à adopter le comportement d’un enfant de bas âge, pour se payer la tête de ton entourage ; surtout de ton « cousin » …

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Team Building [Aux Metaru(s) dispo(s) !]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: