Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Mission libre B] Choc nécrotique (pv Shuuchuu Chiryou)


Mar 14 Aoû 2018 - 17:35




Choc Nécrotique



Shin se levait tranquillement, des cernes sous les yeux comme bien souvent ces derniers temps, à force d’étudier de fond en comble les textes sur la nécromancie qu’il avait pût accumuler avec le temps. Il soupira un peu et se prépara calmement, observant l’horizon d’un regard vide, se disant qu’il devait se motiver, après tout, la mission qu’il s’était vu confiée, était pour le moins attirante. En effet, celle-ci tournait autour d’un mort, enfin, d’un mort qui ne veut pas rester mort. Aucun doute qu’un nécromancien était impliqué dans cette affaire, mais la question était qui, et pourquoi. Quel que soit la réponse, il était évident que la capture de cet énergumène lui serait utile dans l’accomplissement de son objectif qu’est la maîtrise de la nécromancie.

Il enfila donc sa veste sombre et pris le chemin vers les porte du village, mettant sur sa tête sa capuche afin de se dissimulé du regard des autres, n’aimant pas vraiment être vu. Ceci expliquait pourquoi il partait si tôt pour le rendez-vous au lieu donner pour la mission, ainsi que son côté reclus. Il en venait quand même parfois à se dire que la prison lui manquait dans le fond. Même s’il avait pût trouver une maison assez éloigné du centre-ville, il n’était pas rare qu’il tombe sur des gens. C’était ce point précis qui lui faisait envi la prison. Au moins la bas, il était au calme, aucun dérangement si ce n’est pour avoir son repas. Mais d’un autre côté, il n’avait pas accès à ses recherches, ce qui constituait un gros point noir. Donc il apprenait à faire avec la présence de gens dans le voisinage.

Arrivant au lieu de rendez-vous, il s’installa sur la branche d’un arbre, lisant tranquillement un livre à l’aspect effrité, prouvant son ancienneté et son vécu. C’était d’ailleurs plus un carnet avec une couverture en cuir usé qu’un véritable livre, c’était SON carnet. Un manuscrit abimé par le temps et l’utilisation, où il prenait note de tout et n’importe quoi. De la nécromancie, aux expériences sociales, en passant par les gens qu’il rencontre. Tout était couché sur papier dans ce papier jauni par la vieillesse. Il relisait quelques notes qu’il avait prises, et notait par moment les observations qu’il faisait par rapport aux habitants qui passaient. Leurs habitudes, les zones qu’ils visitent le plus souvent, ce genre d’information qui étaient, pour lui, d’une utilité sans pareil. Il faut dire qu’avec ces précieuses informations, il pouvait esquiver les bains de foule et remplir son frigo. D’ailleurs, cela lui faisait penser qu’il était presque vide. Lâchant un long soupire, il ferma les yeux quelques secondes pour se concentrer sur la mission à venir, rangeant le carnet en entendant des bruits de pas non loin de lui. Il baissa alors les yeux, remarquant une jeune femme qui se démarquait du lot vis-à-vis de la populace normale. Sûrement sa partenaire de mission, avait-il déduit. Il faut dire que la présence d’un bandeau similaire au sien, et le fait qu’elle se dirigeait vers le lieu du rendez-vous, en disait long sur sa présence ici.

Retirant alors sa capuche, il sauta de la branche de l’arbre où il était, et atterrit presque sans un bruit non loin de la blonde, l’observant de bas en haut avec intérêt, comme pour l’analysée. Son regard perçant semblait même être fendu verticalement, bien que ce ne soit que simplement dût au jeu de lumières, cela lui donnait un air presque félin, tel un prédateur observant les mouvements de sa proie pour mieux prédire ses déplacements et tendre une embuscade. Même si l’absence d’intention meurtrière disait le contraire.

- Vous devez être celle que je dois accompagner pour cette mission, si je ne me trompe pas…

Sa voie était grave et semblait vide, un peu comme une voie préenregistré, aucun timbre d’émotion, rien. En fait, s on devait comparer le nécromancien à un objet du quotidien, ce serait un couteau. Tranchant, froid et sec.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Mer 15 Aoû 2018 - 18:16
Un autre jour, de nouvelles obligations. La vie sur le territoire des Chokoku est agréable, je n'ai pas à regretter, pas un instant d'avoir accepté la proposition de Diao. En même temps, quand elle l'a faite j'ai sauté sur l'occasion. Je m'occupe d'elle, elle est ma nouvelle patiente personnelle et ça me va très bien. Mais pour aujourd'hui et les jours à venir, je ne vais pas m'occuper ni de ma chérie, de mes mes enfants mignons tous pleins. Une fois prête je les laisses avec un bise et un câlin chacun. Laissans Diao à son clan et mes petits à mes parents.

Bon, j'ai relu la mission, on a affaire à un mort qui ne l'es pas assez ou trop ? Bref, qui refuse de rejoindre sa sépulture depuis deux décennies. C'est vilain, absolument pas naturel non plus. Décidément j'attire les nécromants tout de même, pour une fois ce n'est pas ma faute d'ailleurs... La première fois non plus en fait ? Bref ! Moi ça m'arrange, puisque je souhaite étudier leurs arts !

Je mets une tenue civile, un beau kimono. Je garde sous le coude ou plutôt sous sceau mon uniforme de Iryô-nin. Je pars tôt pour le rendez-vous, j'ai la tendance assez régulière, presque rituelle d'arriver très en avance et de lire. Je ne sais pas si mon coéquipier est du genre à prévoir à l'avance ou non, du coup j'ai pris deux repas et des collations pour deux. On n'est jamais trop prudent et c'est mon instinct de mère qui prend le dessus. J'aime les gens, j'en croise pleins ! Mais j'aime surtout mes proches et je vais en croisier forcement moins puisqu'on part... Mais ce n'est que pour un temps, ce n'est pas comme si je n'allais jamais revenir.

Tiens, au hasard mon rendez-vous ne serait pas avec monsieur ? Un homme dans un arbre qui cache au maximum son apparence, c'est un peu le stéréotype d'une personnalité sombre non ? Enfin, il n'y a qu'un moyen de le savoir. J'observe l'ouvrage qu'il a entre les mains avec un mélange de curiosité et de respect. Le savoir est pouvoir, la vie un éternel apprentissage. Ah ? Il le range, dommage, enfin il faudrait peut-être que je l'interpelle, non ?

"Karasuma Shin ? Je suis Shuuchuu Chiryou, Chunin et Iryô-nin. Vous êtes la personne avec qui je dois effectuer une mission ?"

Il saute de sa branche, retire sa capuche... Geste poli que j'accueille avec un sourire. Il confirme ce que je pensais.

"Effectivement, si vous êtes plus à l'aise avec une capuche, n'hésitez pas à la remettre. De manière générale je ne m'offusquerai pas de vos habitudes, n'hésitez pas à me préciser si mes actions vous posent problème également, nous allons cohabiter et collaborer et je ne souhaite pas être une source de stress."

Si j'étais rapide à juger et jauger sur les apparences, il me semble un chouia handicapé socialement... Mais ce serait vilain de le placer dans une case aussi vite.

"Autant fixer tout de suite vos limites : vouvoiement ou tutoiement ? Des contre-indications sociales ou physiques ? Je suis très tactile, mais je sais me tenir et si vous me dites que vous refusez que je vous touche ou vous approche je saurais me tenir. Par contre qu'on soit d'accord, en cas de conflit je ne me gênerai pas de vous toucher si c'est pour vous soigner."

Je préfère rapidement mettre les pieds dans le plat, au moins ça sera fait.

"De mon côté, il ya peu de chance que vous réussissiez à me pousser à mes retranchements... Enfin tant que vous ne me demandez pas quelque chose comme sacrifier un de mes enfants... Désolé mauvaise expérience avec une de vos... "consoeurs" il ya peu de temps. "


rappel de la mission:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mer 15 Aoû 2018 - 19:30




Choc Nécrotique



Il observa la femme calmement, son expression vide ne bougeant pas d’un poil tandis qu’il la détailla silencieusement, comme pour glaner la moindre information utile à son sujet. Il lâcha un faible soupire et secoua un peu la tête quand elle parla de remettre sa capuche. C’était assez… Avenant, de sa part, mais inutile. Enfin, il ne ferait pas de réflexion aussi désagréable à haute voix, elle ne faisait qu’être sympathique, chose qui le perturbait un peu, il faut dire qu’il n’en avait pas trop l’habitude. Il reporta alors son regard sur elle, reprenant d’une voie calme afin de ne pas la brusquée.

- Ce n’est pas nécessaire, il n’y a pas assez de monde à cette heure-ci pour que mon agoraphobie me joue des tours.

Il croisa alors les bras calmement semblant voyagé léger. Il faut dire que la plupart de ses techniques ne nécessitaient qu’un simple sceau. Inutile donc de s’encombrer d’un tas d’affaire qui prendraient très certainement une place trop imposante, même si d’un autre côté, avoir un sac bien remplie pouvait servir à merveille dans certaines situations. Il remarqua ensuite une autre question plutôt pertinente pour le coup, l’utilisation du « vous » ou du « tu » lors de leurs discussion. Il était clair que cela faciliterais la communication de savoir si il était nécessaire de parler avec l’utilisation d’une personne en particulier.

- Vous pouvez me tutoyer, je ne suis que Genin après tout. De plus je n’ai que 23 ans. Quand à.. Votre tacticité… Je ne suis pour ma part pas un exemple de sociabilité et donc de contact par extension, néanmoins si le besoin s’en fait ressentir, je peux prendre sur moi, donc ne vous gênez pas pour ma personne.

Enfin, il disait surtout cela parce que d’habitude, les gens ne se gênaient pas pour être « tactile » avec lui. Un léger frisson traversa sa colonne vertébrale en reprenant d’ailleurs à cela, mais il préféra chasser bien vite cela de son esprit. Il portait d’ailleurs des vêtements plutôt long dans ce but, cacher les marques de son passer, même si en y regardant, on pouvait voir diverses cicatrices sur ses avant-bras et ses mains, ainsi que même sur son cou. Des marques diverses et variés. Lacération, brulures.. Même des traces de perforations au niveau des poignets, comme s’il avait était littéralement planté dans un mur avec des maillets. Ce qui n’était pas totalement loin de la réalité en un sens mais bon. Si il pouvait juste éviter d’en parler ce ne serait pas plus mal, même s’il se doutait bien qu’il n’aurait pas vraiment le choix si elle venait à l’interroger, se disant que ce serait très certainement pour une bonne raison que cela arriverait de toute façon, surtout venant d’une « alliée ».

Il avait encore du mal à considérer ce village et ses habitants comme un nouveau foyer, une nouvelle famille… Mais il fallait bien se faire une raison, d’une façon ou d’une autre, ce village lui était venu en aide, c’était indéniable, et il ne l’oublierait pas de sitôt. Néanmoins, une partie de lui se disait qu’il devait rester méfiant, ne pas échanger ses chênes contres d’autres plus jolies. Lui qui était un enfant soldat, voir même selon certains, un esclave former à la guerre par une troupe de mercenaire sans vergogne. Il ne pouvait que penser que ce ne serait pas si surprenant que certain ne voit rien d’autre que cela en lui mine de rien, un outil. C’était comme si cela lui collait à la peau, comme si c’était son destin que de n’être qu’un objet bon à être jeter une fois inutile. Enfin, il n’était ni le lieu, ni le moment de penser à cela, il avait une mission sur les bras, et il comptait bien la mener à bien.

Il pris donc la route vers la sortie du village de la roche, avec une certaine appréhension mine de rien, en y repensant, cela faisait depuis son arrivé qu’il n’avait pas franchi ces portes massives. Il avait pensé une bonne partie de sa vie au village dans les prisons, par mesure de sécurité, et avait était libéré depuis peu. Peut-être était-ce un test pour juger de son utilité pour le Tsuchikage ? Il n’en savait trop rien, mais c’était l’occasion de montrer qu’il n’était pas qu’un simple ex-prisonnier du village de la roche, et qu’il pouvait se montrer très utile.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Ven 17 Aoû 2018 - 12:41
Agoraphobie hein ? Je le note dans un coin de mon esprit et devrai, j'espère, me rappeler de prendre cela en compte pour la mission à venir. Puisque nous allons aller dans un petit village, il ne devrait pas y avoir assez de personnes pour que ce soit un gros problème. Enfin j'imagine. Il semble voyager léger aussi, enfin la différence est que pour moi c'est une simple impression, un ninja senseur me verrai comme un sapin de Noël, j'ai des sceaux de stockage un peu partout et j'ai un peu tout et n'importe quoi sur moi.

Je l'écoute, il va prendre sur lui, ses termes son suffisent pour me calmer et me réduire au strict minimum... Enfin, au minimum après avoir mis une main amicale sur son bras un très court instant.

"Je m'assurerai de ne pas abuser de ta patience."

En tout cas, pas consciemment. On prend la route vers la sortie, je m'assure d'éviter et il le fait tout aussi naturellement, les routes les plus bondées et encombrer. L'avantage d'être shinobi c'est que les routes sont beaucoup plus ouvertes et nombreuses quand on peut s'attacher, adhérer à toute surface et même marcher sur l'eau.

Pendant qu'on se déplace, je vais dire une chose évidente, mais nécessaire de mon point de vue.

"Je ne suis pas douée pour la dissimulation, pas plus qu'un ninja sortant de l'académie sans particularité. On a trop peu d'information pour agir, on essaye tout de même de récolter des indices discrètement ou on va directement voir la famille pour poser des questions ?"

Le temps du voyage, on aura de toute manière tout le temps de réfléchir à comment procéder. Le responsable ne va pas nous attendre au milieu de la place avec une pancarte "je suis ici, capturez-moi !", maintenant la question est de savoir quel sera le pourcentage d'utilisateur de chakra dans les environs et donc les gens susceptibles de percer un henge ou toute autre technique de camouflage ? Enfin, c'est un peu tôt pour faire des plans sur la comète, déjà on va devoir l'atteindre ce village.

"Si on l'aide avec ses "regrets" peut-être que le chef de village sera plus enclin à être coopératif ? À moins qu'il ne soi qu'une marionnette dont les fils soient tirés par une main dans les coulisses ?"

Je dois avouer que je suis encore novice dans le domaine, est-ce qu'un mort-vivant peut avoir une volonté propre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Ven 17 Aoû 2018 - 15:01




Choc Nécrotique



Il marcha calmement, écoutant les dires de sa comparse, certains étant assez intéressant, d’autres farfelus. Les « regrets » n’étaient pas vraiment d’actualité chez un mort, donc inutile de dire que ça ne leur serait d’aucune utilité. Il secoua un peu la tête suite aux dires de la Chûnin, la regardant en marchant à ses côtés, afin de ne pas avoir à la regarder par-dessus l’épaule, ce qui n’était pas d’une extrême politesse. Il la regarda, calmement, puis pris finalement la parole.

- Les cadavres que nous, nécromanciens réanimons, ne sont pas bien plus « humain » qu’une marionnette de bois. Elles n’ont aucun contrôle, aucune volonté, rien. Ce ne sont que des marionnettes de chair et de sang. Tenter de raisonner un mort, revient essayer de persuader une poupée de ne pas se laisser manipuler par un enfant. Croyez moi, j’ai essayé de régler ce soucis, afin de ressusciter les morts, plutôt que les contrôler, et pour le moment, tout ce que j’ai essayé s’est solder par un échec cuisant. Toutefois, si cet homme avait réussi d’une manière ou d’une autre à régler ce « problème », je serais le premier à vouloir connaitre son secret, soyez en sure.

Il secoua un peu la tête, pour le moment, tout cela n’était que pure fantaisie, un comble dans un monde où l’homme est capable de contrôler les éléments à sa volonté grâce au chakra. Mais là n’était pas la question, aussi loin qu’il avait pût mener ses recherches, il était totalement impossible de ressusciter un mort, il ne pouvait que réanimer son corps, et le manipuler. Il aimerait pouvoir ressusciter les morts, sa famille pour commencer, mais c’était aussi réalisable qu’un voyage aller/retour dans l’autre monde. Il sorti le livre qu’il tenait en main à l’arrivée de la konoichi, et l’ouvrit un peu, à une page contenant un bon nombre d’écriture, ratures, et croquis en tout genre.

- Ceci est le fruit de mes recherches, aussi loin que j’ai pût les réalisées en tout cas. Cela va de mes connaissances théoriques, à celles pratique. De la réanimation d’animaux mort, à celle d’être humain, et bien entendu, ce qui en résulte.

Il tendit le livre à la femme, vu qu’elle semblait elle aussi intéressée par le domaine. De plus, il se disait qu’un peu d’aide dans ses recherches ne serait pas de refus. Plus ils seraient nombreux sur le sujet, plus vite le sujet épineux, séparant réanimation de résurrection, serait à même d’être résolu. Il reprit la parole par la suite, calmement, regarda la femme du coin de l’œil sans pour autant cesser la marche.

- J’ai appris que j’étais en mesure de réanimer les cadavres de tout ce qui était jadis en vie. Mais aussi l’état dans lequel les ramener. Je peux les réanimés tel quel, à savoir décomposé, voir même squelettiques, tout comme je suis en mesure de les faire revenir dans l’état précédent leurs morts, soit indemne. J’ai aussi remarqué que je pouvais réanimer seulement certaines parties du corps, par exemple, par le passé, lors de ma première tentative de nécromancie, je n’ai réanimé que la tête de ma mère. Par la suite, je l’ai réanimé avec ma famille en entière, mais j’ai remarqué l’absence d’âme si on peut dire. C’était… Comme si je n’avais devant moi que des marionnettes, copie conforme de mes parents. Mon objectif serait d’être capable de les réanimés, et pas seulement leurs corps physiques.

Il réfléchit un peu, se disant qu’il s’égarer, complètement, ce qui était vrai en un sens. Il s’éloignait du sujet de la mission. Enfin, en parti seulement. Il expliqua donc à sa partenaire que selon lui, la meilleure méthode serait pour le moment de se faire passer pour un couple de voyageur, ou quelque chose du genre, afin de se mêler à la foule et soutirer autant d’information que possible.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Sam 18 Aoû 2018 - 1:07
"Donc, l'option numero 2."

Cela veut dire que depuis vingt ans ce nécromancien n'a rien de mieux à faire ? C'est forcement un membre ou un proche de la famille. Il faudra voir qui à tout intérêt que le chef de village reste à sa place. Il va définitivement falloir que l'on enquête sur place, bon en même temps je comptais bien le faire de base quoi qu'il arrive.

Je l'écoute, je bois ses paroles, il me parle de son expérience, me montre même des choses qui sont on pourrait dire... Intime ? Pas dans le mauvais sens du terme pour peu qu'il y en ai un. Il s'ouvre a moi d'une manière que je n'aurais pas cru possible, surtout vue nos présentations. Je me sens honoré par sa confiance, lié à lui par un secret que j'irai casé gratuitement dans le secret médical pour ne pas avoir a en parler tout en ayant une sérieuse excuse pour ne pas le faire.

Il s'attend peut-être à être jugé ? Il pourra attendre longtemps, je peux comprendre le pourquoi de ses expériences et je suis certainement la première qui ferait les mêmes si j'avais ses capacités. D'ailleurs, j'ai encore l'envie et l'objectif de ramener parmi nous certaines personnes...

"Cela me touche que tu m'en dises autant sur toi."

Oui, sincerement. J'essayerai de me montrer digne de cela.

"On en revient au même point, il va être important d'enquêter et on a certainement au moins autant envie qu'Iwa de retrouver ce Necromancien et le ramener en un seul morceau pour longuement discuter de son savoir-faire et de ses connaissances."

Enfin bon, on peut en discuter autant qu'on en veut, tant que l'on n’aura pas vu la situation sur place, nous n'avancerons pas beaucoup. D'ailleurs en parlant d'avancer... On va où ? Je sors une carte du pays de la roche et une série de cartes plus précise, puisque me focalisant sur des parties de la carte plus générale.

"Il est où ce village d'ailleurs ?"

J'ai étalé le tout sur... Une table que je viens de faire apparaitre de la même manière. Commence à les observer en cherchant ce celui-ci. Je me demande combien d'heure ou de jours il faudra pour l'atteindre. Ah !

"Ah oui quand même, il ya une trote. Bon au moins l'avantage, c'est qu'avec ce cher Jinjakame... Une de mes invocations pour que tu sage de qui je parle. Donc, grâce à lui nous dormirons dans un minimum de confort ce qui n'est pas plus mal. Mais je dirais qu'on en a pour trois bons jours de voyage aller et trois de plus retours. Sans compter le temps de la mission elle-même, on va être absent une a deux bonne semaines minimums."

Heureusement que j'ai prévenu ma famille. Pour lui, la question est vite réglée, je pense.

"Par contre, le tour se fera vite, il y a moins de cent âmes... Donc pour enquêter ça va être dur, on va être directement fiché comme les étrangers qui mettent leurs nez ou ils ne le veulent pas."

Sauf si on triche avec le chakra bien sûr. Enfin soit, on a de la route.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Sam 18 Aoû 2018 - 10:39




Choc Nécrotique



Shin écouta attentivement sa camarade de route, la laissant exposer les faits. Il est vrai que son idée de se fondre dans la masse ne serait pas très efficace pour un aussi petit village… Il sembla réfléchir alors de nouveau, se tenant le menton entre le pouce et l’index. Il avait bien une autre petite idée, même s’il ignorait si ce serait efficace. Enfin, il disait cela, mais en soit, ce serait déjà plus efficace que son idée de base. Il relâcha alors son menton et regarda alors la femme, calmement, avant de prendre à son tour la parole, observant un peu la carte, il désigna un point, un peu éloigné, vers ce qui semblait être une petite chaine de montagne.

- Il n’est pas rare de trouver des grottes dans ce genre d’endroit, on pourrait y établir un camp, si possible dans une grotte surplombant le village, ce serais parfait. Pour l’observation, je peux envoyer un oiseau réanimé en repérage. L’avantage, c’est que je peux le réanimé à l’état d’avant mort, il ne sera donc pas bien différent d’un oiseau lambda. Ainsi nous pourrons voir sans être vu.

Pour ce qui était de l’observation et la collecte d’information, c’était déjà chose faite du coup, rester à savoir l’approche à choisir après avoir obtenu tout ça. L’idéal serait de capturer vivant l’homme, afin de pouvoir obtenir des informations cruciales sur la nécromancie, en espérant que ce n’est pas un amateur qui ne faisait tout ça que par pur plaisir de manipuler les morts. Il serait très probablement extrêmement déçu dans ce cas-là, mais il avait autre chose à penser. Trois jours de marche, donc au moins deux nuits à partager avec cette femme. Il ne savait pas trop quoi penser de tout cela, il avait l’habitude de dormir en groupe, à cause de son passé d’enfant soldat, mais c’était… Différent. Il n’avait pas vraiment le choix, et puis, c’était des hommes. En y repensant, c’était même la première fois qu’il se retrouvait seul avec quelqu’un du sexe opposé, et en tant qu’homme, il était bien sur attiré, d’une certaine façon. Mais une autre partie de lui se disait e que cela changeait, ce que cela faisait d’être avec une femme. Il lâcha un léger soupire et balaya cette idée d’un léger mouvement négatif de la tête, puis reporta son intention sur la femme.

- Hm… Comment dire sans paraitre brusque. Ne m’en veuillez pas si je suis un peu.. Mal à l’aise ? C’est bien la première fois de ma vie que je me retrouve seul avec quelqu’un du sexe opposé. Pour ne pas dire avec quelqu’un tout court.


Il observa la carte, le regard vide. Si, être seul avec quelqu’un lui était déjà arrivé, et il préférait ne pas s’en souvenir. Il lâcha alors un profond soupire, secouant légèrement la tête en parlant de nouveau, d’une voie à peine audible, serrant légèrement son poing droit contre la table, laissant sa peau devenir blanche a force de serrer.

- Enfin, si mais c’était soit pour être torturer, soit pour être violer…

C’était fou ce que l’être humaine pouvait ne pas valoir mieux qu’une bête quand il se retrouve sans loi ni personne pour les juger. De véritables monstres qui ferait jalouser les monstres de comptes pour enfant. Lui-même avec sa capacité à manipuler les morts se considérait comme moins effrayant que ses anciens « maîtres » si on pouvait les appeler de la sorte, enfin, c’était très certainement le terme le plus approprié. Il passa ensuite la main sur sa peau, redressant sa manche droite, révélant ainsi de nombreuses cicatrices, mais surtout, une sorte de tatouage. Il passa la main sur celui-ci et invoqua une gourde d’eau, qu’il se mit à boire tranquillement, avant de la tendre à la demoiselle, l’invitant donc à boire aussi si elle avait soif.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Sam 18 Aoû 2018 - 19:39
"Merci."

Pourquoi ? Bah, simplement pour sa proposition de s'occuper de la reconnaissance préliminaire avec un oiseau. C'est sûr qu'à la hauteur où il volera il n'y aura pas de risque d'être perçu comme étant un outil ninja et ça nous permettra de prendre la température au loin. Du coup.

"Je vais m'occuper du campement alors."

Il faut bien qu'on se répartisse les tâches tout de même. Ce n'est pas parce que je suis plus gradé que je compte me tourner les pouces ou mettre les pieds sous la table. Ce n'est pas mon genre.

D'ailleurs pendant que j'y pense...

"Désolé si la question va paraitre un peu idiote, mais tu as besoin de préparatifs particuliers pour utiliser ton art ? Je veux dire, j'ai des morts dans des sceaux de préservation dont je m'en sers pour mes études de médecine... Tu pourrais t'en servir ? De la même manière, si je les rends présentables, aussi "frais" qu'un humain par chirurgie esthétique ça ferait une différence ?"

Bah oui, je ne veux pas présumer de ses capacités et encore moins de sa manière de s'en servir. Si tout va bien, je compte être comme a mon habitude un soutient et pouvoir lui fournir de la... Matière première est une forme de soutient. Il en fera ce qu'il souhaite ou non de ma proposition.

Pourquoi demander ça ? J'imagine que pour un temps court et après un peu de reconnaissance, si j'arrive à mettre le visage de certains autochtones sur mes golems de chair, on pourrait s'en servir pour collecter d'autres informations par la suite. C'est une option comme une autre, j'ai aussi un henge plus puissant qui se maintient même quand on reçoit dommage ou on est déconcentré, c'est tout aussi utile. Je pourrais aussi envoyer une petite tortue transformée en petit chat ou chien pour tendre l'oreille ? Bref, on verra bien sur place.

On a un autre souci, ça va être la première nuit. Pourquoi parler de soucis ? À cause de ce qu'il vient de me révéler. Donc, pas de contact avec le sexe opposé, mais surtout, il a vécu certains drames personnels. Encore une fois, le fait qu'il m'en parle aussi ouvertement fait bondir mon coeur, j'ai une telle impression de confiance qu'il m'accorde que j'ai presque du mal à réagir à celle-ci. En fait, si j'acouté mon corps, je l'aurais pris dans mes bras pour le réconforter et le rassurer... Mais je n'ai pas envie de réveiller un traumatisme. Je bois à la gourde qu'il me tend. Si on est amenés à collaboré et vivre ensemble le temps de la mission je dois faire quelque chose à ce propos.

Je range les cartes et la table dans des sceaux, puis l'invite à me suivre, nous repartons. Il ne se passera rien de particulier avant le soir.

Le camp du soir, un tiers de la route, mais ce moment va être important pour notre collaboration future. J'entends par la notre mission et je l'espère, le fais de nous revoir pour parler de son art après celle-ci. J'invoque donc le grand Jinjakame. Plus grand qu'une demeure, en portant une sur son dos. Je le salue d'une révérence bien basse et le remercie une fois encore pour sa bienveillante hospitalité. Je monte dans la maison, retire le matériel médical et le remplace par quelques meubles et un nécessaire à thé que je lance. J'en profite pour ressortir des repas froids, pas forcément exceptionnel, mais consistant, que j'ai préparés le matin même.

J'invite mon coéquipier à me rejoindre, à partager un repas et du thé. J'attends qu'il ait fini de se sustenter, de boire tranquillement avant de mettre les pieds dans le plat comme on dirait, une fois tout ranger.

"Je suis désolé pour ce que tu as vécu, mais tu te doutes bien qu'on ne peut pas laisser ça te handicaper ? "

Honetement, ma voix est chaleureuse et douce, j'ai plus l'attitude d'une grande-soeur que d'un officier supérieur. Je m'approche de lui, puis lentement viens prendre une de ses mains dans les miennes.

"Est-ce que tu te sens oppressé quand je m'approche de toi ? Tu vas bien."

Je ne fais rien de plus, s'il retire sa main je le laisse faire. J'essaye de créer une proximité, mais je ne lui impose pas. Si on doit vivre ensemble, agir ensemble, combattre ensemble, autant en profiter maintenant pour créer, établir de bons liens.

"On est tout les deux adultes, je ne verrai aucun inconvénient à ce que l'on dorme dans la même pièce. Mais, si tu le souhaites, si c'est trop tôt pour toi, j'ai de quoi créer une séparation aussi. Je ne veux pas envahir ton intimité, ton espace vital. Sache par contre que je suis très ouverte, si tu as envie ou besoin de me toucher ne te gêne pas. Je ne suis ni pure, ni innocente, je ne vais pas rougir pour si peu."

Je viens tendrement caresser une des cicatrices visibles sur son avant-bras.

"Si tu as peur de ma réaction quant à ce que tu as vécu, l'état de ton corps, n'oublie pas que je suis médecin. Je pourrais même faire disparaitre tout ça si tu le souhaites. D'un autre côté, si tu es pudique, je ne me dévêtirai pas plus que tu ne peux l'accepter, d'accord ?"

À lui de poser ses barrières et de montrer sa tolérance ou non. Je ne suis pas contraignante, j'essaye de ne pas l'être en tout cas.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Sam 18 Aoû 2018 - 20:17




Choc Nécrotique



Shin se contente de marcher calmement, pensif, plonger dans ses pensées, tout du moins jusqu’à ce qu’il fût tirer de celles-ci par la blonde. Il reporta son intention vers elle, calmement, secouant légèrement la tête à la mention de préparation pour l’utilisation de son art. Il n’en avait pas vraiment, pas pour autant qu’il sache en tout cas. Il sembla néanmoins réfléchir à sa seconde question, qui avait le mérite d’être posée.

- Hm… Pas besoin de les modifier, comme je te l’ai dit, je peux leurs faire prendre un apparence humaine sans soucis.. Enfin, ils seront un peu pâles, mais bon. Sinon pour les utiliser, ce n’est pas un souci, tant que ce ne sont pas des humains créer de façon artificielle, bien que je n’ai jamais pût essayer, donc je n’ai aucune garantie que ça ne fonctionnerait pas. Je pense que tant que c’était « vivant » il m’est possible d’en faire usage

Le reste du trajet se passa sans véritable soucis, Shin observait les lieux avec un certain attrait, il faut dire que dans sa jeunesse, il n’avait jamais eût l’occasion de simplement observer le paysage sur le chemin, il n’en avait ni le temps, ni la pensée. Ses pensées étaient plutôt tourner vers sa survie au milieu de cet enfer. Ils arrivèrent par la suite jusqu’à une clairière plutôt ouverte, assez grande en tout cas pour accueillir une tortue géante que la jeune femme venait d’invoquer. Celle-ci portant même une petite bâtisse sur son dos, chose qui ne manqua pas de surprendre le jeune nécromancien. De toute sa vie, c’était bien la première fois qu’il voyait une tortue, non, un animal aussi grand.

La femme entra alors dans la bâtisse, laissant le Genin qui n’osait pas vraiment la rejoindre tant qu’elle ne le lui proposerait pas, chose qui arriva bien plus vite qu’il ne l’aurait cru. Un air surpris se voyait sur son visage, c’était bien la première fois depuis qu’il avait quitté le foyer familiale qu’une personne était si bonne avec lui. Était-elle ainsi naturellement, ou bien avait-elle pitié de lui ? Il n’en savait rien, mais ce qu’il savait, c’est que cela éveillait en lui un sentiment encore inconnu, un sentiment de sécurité, le sentiment d’avoir un foyer, une personne qui tient à soi. Il avait du mal à dire si c’était la chaleur que dégageait la femme, ou le simple fait qu’elle était une femme, mais il se sentait à l’aise, et ce qu’elle lui disait le mettait plus en confiance encore.

Néanmoins, il se senti reculer un peu quand elle toucha sa peau, l’air horrifié sur le visage pendant quelques instants. Il secoua la tête et souffla un coup avant de se replacer près d’elle, lui redonnant son bras, souriant, très faiblement certes, mais un sourire tout de même. Il avait décidé de prendre sur lui, après tout, que risquait-il avec du recul ? S’il ne s’ouvrait pas aux autres, il ne se soignerait jamais, et il en était conscient.

- Faire disparaitre mes cicatrices ne servirait à rien, je doute que vous puissiez faire disparaitre celles de l’âme. Mais.. Je vais vous parler de mon passé, si tu veux bien l’entendre. Pour ce qui est de dormir ensemble etc... On en reparleras plus tard si vous voulez bien.

Il lâcha un soupire et baissa un peu les yeux, la regardant par la suite droit dans les yeux, il sera un peu les poings, la regardant. Il prit alors une profonde inspiration et souffla ensuite avant de reprendre la parole tranquillement.

- Je suis né dans un petit village, à Hi no Kuni… La vie y était agréable, malgré la guerre civile qui rongeait le pays.. Enfin, c’était le cas jusqu’à ce qu’elle vienne frapper à notre porte. Je devais avoir une dizaine d’année, quand une troupe de mercenaire est venu au village amener des enfants à former. Ceux refusant se faisaient exécuter. J’ai donc suivit pour leurs épargner ça et suit devenu un enfant soldat. La vie au camp était dure, très dure. Ceux désobéissant se faisaient privé de nourriture, au mieux. Au pire, c’était la torture jusqu’à ce que l’on soit brisé mentalement et physiquement. On a eût droit à des méfaits sexuel, mais on ne disait rien, par peur de se faire tuer si l’on désobéissait… C’est devenu notre quotidien, à tous. Torture, viol, entrainement acharnés, jusqu’à épuisement total.. Puis quelques années plus tard, notre troupe a était embaucher pour participer à l’attaque d’Iwa, j’avais pour mission de surveiller les autres enfants avec quelques hommes rester sur place, j’avais gagné leurs confiances, au prix de mon sang et celui de mes compagnon et ami d’enfance. J’ai profité de l’occasion pour tuer les gardes, libéré mes amis, mais l’épuisement cumulé à eût raison de moi, je me suis donc présenter à Iwa, dans l’espoir d’y être accepté, et je fût emprisonner, jusqu’il y a peu, où l’on m’as permis de rejoindre l’académie et devenir Genin de la roche. La suite, vous la connaissez.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Lun 20 Aoû 2018 - 15:59
Mignon d'innocence, décidément je ne rencontre que des extrêmes. D'une manière ou d'une autre on va dire, cela ne concerne pas que ce sujet en particulier. Si le fait qu'il m'avoue avoir subi certains abus m'avait refroidi, le fait qu'il me raconte sa vie la tout de suite placé dans la zone de l'amitié, juste à côté de mon instinct maternel, prêt à l'épauler et le soutenir.

"Décidément, tu n'as pas l'impression de t'ouvrir trop facilement à une inconnue ?"

Étrangement, cette manière de me raconter sa vie, de me faire confiance, indirectement ça le rend si mignon. Pas dans le sens... Bref. Je lui réponds d'un sourire tendre, avec une pointe d'amour, mais ça... C'est parce que j'aime mes proches de manière intenses, je ne l'aime pas plus ou pas moins que mes enfants, mes parents ou mes élèves.

Je lui prends ses joues avec me mains, le tire vers moi et dépose un baiser sur son front, avant de l'entourer de mes bras et de le blottir contre ma poitrine.

"Arrête de me vouvoyer, j'ai l'impression d'être une vieille dame. "

C'était un peu autoritaire, mais bon, j'essaye de... Ah ?!

"Tu veux que je te lâche ? J'espère sincèrement que tu ne vas pas me dire que tu profites de la situation, sinon je risque de le prendre très mal. Je t'offre mon affection et ma tendresse en toute connaissance de cause et puis un câlin en tout bien tout honneur ne tue personne."

Évidemment, s'il préfère écourter l'étreinte je ne lui en voudrais pas. Enfin soit, il va être temps de nous coucher. Je me mets en petite tenue avec ou sans séparation visuelle suivant ce qu'il en dira et prépare deux futons que je colle l'un à l'autre. Il est assez grand pour les séparer et mettre un paravent qu'il le souhaite, moi je ne le ferais pas.

"Je considère et considérerai que tout ce qu'on se dira surtout dans cette pièce relèvera du secret médical. Donc, si tu as envie ou besoin de parler, n'hésite pas. Si tu souhaites ou as envie de simplement discuter de tout et de rien, ou juste d'échange un peu de tendresse sans ambiguïté, je serais un peu comme ta petite-soeur débordante de tendresse et un peu trop collante. Ou une amie si c'est trop tôt ?"

Je ne pense pas qu'il cherche forcément une famille de substitution, mais parfois ça fait du bien de se laisser aller, nous sommes des Shinobi, mais nous sommes aussi humains. Tant que cela n'entre pas en conflit avec la mission, on a le droit de penser à nous.

En tout cas, la nuit passera sans problèmes, nous repartirons certainement au petit matin, à moins qu'il ait encore envie ou besoin de quelque chose ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 20 Aoû 2018 - 16:26




Choc Nécrotique



Sans trop comprendre ce qu’il se passait, Shin se retrouva avec les joues compressées entre les mains de sa compagne de route, la regardant dans les yeux avec les lèvres en « o », lui donnant un air assez… Disons peu crédible sur le visage. Le regard perdu, il avait l’air de s’interroger. Que faire dans ce genre de situation ? Il n’en avait aucune idée. Il avait l’impression de se noyer, dans une eau chaude et agréable, portant une main sur son visage après qu’elle l’est relâché, il constata une eau chaude.. Des larmes ? Depuis quand ? Il n’en savait rien, mais manifestement, le soutien de la femme l’affectait plus qu’il ne voulait bien le laisser voir. Il essuya sa larme, comme s’il avait une poussière dans l’œil, avant de se retrouver nicher contre la poitrine de la médecin. Une sensation douce et chaude l’envahi, une sensation qui lui était inconnue, ou en tout cas, si lointaine qu’il n’en avait aucun souvenir.

Son corps se figea, tandis qu’il se laissa aller dans les bras un moment avant de reculer par lui-même, par gêne ou par peur, il n’en savait trop rien. Il ne comprenait plus rien, déboussolé comme jamais. Tous les êtres humains n’étaient donc pas des monstres ? Ou bien faisait elle exception à la règle ? Une partie de lui avait bien sûr peur de se faire manipuler, mais une autre, plus présente, lui hurlait de se laisser aller. D’oublier sa douleur et accepter cette douceur qui lui tendait pour une fois les bras. Combien de temps cela allait-il durer ? il n’en avait pas la moindre idée, mais dans le fond, il s’en fichait, il voulait être égoïste et simple profiter de ce moment, pour une fois.

Elle le laissa donc, préparant le « lit », avant de se dévêtir, restant en tenue pour ne pas dire légère, ne la couvrant que peu. Il se senti rougir, sa peau de naturel pâle, presque cadavérique, rendant tout ceci bien plus visible. Il ne savait pas trop où se mettre, ni comment réagir face à cela, mais aucun doute que son corps lui le savait. Il se sentait se réchauffer, mais mettait ça sur le coup de la gêne plutôt que de l’excitation. Il secoua donc la tête et se dévêtit donc à son tour, n’étant pas du genre pudique, il avait pourtant un peu de mal. Possiblement son manque d’expérience ?

Il déposa ses affaires, pliées au carré, sur le bord de son futon, ne voulant pas ou plutôt n’osant pas, repoussé la demoiselle en décalant son matelas. Il s’approcha ensuite, la légère lumière dévoilant son corps, qui pour certaines personnes fragiles, pourrait être un véritable film d’horreur. Brulures, coupures, marque au fer rouge, et bien d’autres joyeusetés recouvrant chaque parcelle de son corps, maintenant exposé à la vue de la Konoichi. Il était bien sûr musclé, de par ses entrainements physiques quotidiens, mais ce n’était pas sa musculature qui rattraperait le spectacle quasi morbide qu’offrait son corps marqué. Il lâcha un soupire silencieux, avant de s’assoir près de la femme, essayant de se vider un peu la tête. C’était certes la première fois qu’il avait un instant… Privilégié avec une femme, mais il ne devait pas laisser ça prendre le dessus. Il se devait de rester de marbre, de ne pas s’affoler. Et puis, il ne pouvait ignorer cette partie de lui, cette partie curieuse, qui voulait en savoir plus, en voir plus… Il s’allongea alors en regardant le plafond, faisant le vide dans sa tête, essayant de ne pas trop lorgné sur le corps si peu couvert allongé à ses côtés.

Aucun doute qu’un homme lambda lui aurait sûrement sauté dessus comme un prédateur, tel qu’il avait pût le voir mainte et mainte fois par ses supérieurs lorsqu’ils pillaient des villages… Mais il n’était pas eux, et aussi tentant que cela pourrait être, il se refusait d’être un homme aussi méprisable qu’eux. Il ouvrit alors les yeux lentement, se rapprochant un peu d’elle pour lui faire comprendre qu’il ne fuirait pas, et affronterait ses peurs.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Mar 21 Aoû 2018 - 15:19
Une situation tendancieuse ? Peut-être, mais je sais pourtant pertinemment qu'il ne passera pas la zone de non-retour et je ne l'y pousserai pas plus. Je suis certaine que si j'étais un peu plus "agressive" je pourrais sans doute échanger une nuit de luxure. Mais je n'en ai pas plus envie que ça et ce n'est pas ce dont il a besoin. Je n'ai pas envie de démolir le peu de confiance qu'il laisse aux autres en une nuit. Il a de profondes blessures et pour les refermer il a besoin de sentir qu'il n'est pas un jouet pour tous ceux qui l'entourent.

Ainsi, alors qu'il semble prêt à se perdre à nouveau, je me contente de lui mettre une pichenette sur le front, de lui tirer la langue avant de rire. Puis je le tire contre moi sans vergogne, le blotit tendrement et lui caresse les cheveux.

"Bonne nuit grand-frère."

Insister sur le côté famille, c'est mettre en place une relation forte, mais qui ne sera pas "déviante". Il a besoin d'amour, de tendresse, mais pas de manière romantique, je serais sa famille de substitution. Une petite soeur collante et suraffectueuse qui ira mettre son nez la où ça ne la regarde pas à terme.

Autant dire que les deux nuits suivantes ressembleront énormément à celle-ci, toujours plus de câlins, de petites attentions, sans tourner à l'érotique et encore moins au sexuel.

Et si je me trompe et que finalement ses bas instincts ou simplement son vide profond sentimental le poussent à se laisser aller ? Hé bien Hikaru Sanadare Kaoru Kanon auront un petit frère ou une petite soeur et... Peut-être un papa s'il assume ses responsabilités. Tout le monde n'est pas Yuki Noah après tout. Enfin, je ne lui conseille vraiment pas de pousser le bouchon dans cette direction, il n'est pas prêt à supporter une mère célibataire en manque de tendresse et sexuellement hyperactive qui vulgairement, se la met derrière l'oreille depuis près d'un an... Oh non il n'est pas prêt.

Bref !

Le matin du troisième jour. Grâce à son oiseau, du parchemin et de l'observation, on a une vision assez claire de la l'agencement des lieux.

Spoiler:
 

Il y a deux choses, enfin trois, qui font survivre ce village. Si on exclut le relief assez méchant et très aigu qui rendrait la moindre attaque infernale pour des non-utilisateurs de chakra pour qui les murs et les pentes ne sont rien. Sa mine de salpêtre, qui fournit à Iwa de la matière première pour ses explosifs, plus particulièrement pour la poudre noire. Elle se fournit en nourriture par la chasse et des rizières et elle à une carrière de pierre de petite stature, mais qui semble bien active. Rien de bien exceptionnel, ni folichon, mais ça assure assez d'entrer pour qu'ils puissent importer ce qui leur manquerait. En tout cas, vu la taille et le luxe de la demeure du chef de village on peut imaginer que c'est le cas.

"Notre bon nécromant ne se refuse rien... Bon, c'est certainement une conjecture, mais j'ai la vague impression que ce gros bâtiment central n'a pas plus d'une ou deux décennies."

Deux concentrations de maisons modestes, avec au centre un pic ou passe un tunnel et sur le devant de celui-ci une belle demeure avec un grand torii. À voir qu'elle sera le prochain pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mar 21 Aoû 2018 - 17:13




Choc Nécrotique



Une nuit pour ne pas dire perturbante. Blotti contre la femme toute la soirée, il avait chaud, mais pas le genre de chaleur qui vous ferez crever de chaud et regretter de ne pas avoir une source de vent frais, non, une chaleur agréable, qu’il n’avait pas envie de quitter. Un instinct primaire qui sommeillait au fond de lui très probablement. Il avait donc passé une nuit pour le peu agréable, mais préférait le garder pour lui. Il faut dire qu’il n’avait pas vraiment l’habitude où les connaissances pour exprimer son ressenti vis-à-vis de cela. La seule chose dont il était sûr, c’est que plus le temps passait, plus il se sentait à l’aise avec la blonde, chose qu’il n’aurait jamais cru possible si on le lui avait dit deux jours plus tôt.
Les deux jours suivant se passèrent bien, mieux qu’il ne l’aurait espérer en tout cas. Le rapprochement entre les deux se faisait sans encombre, et Shin semblait plus en plus à l’aise avec la blonde. Chose qu’il ne pouvait contrôler et échappait totalement à son contrôle. Même si cela le perturbait les deux premiers jours, il avait pris sur lui par la suite, et se disait qu’au final, c’était peut-être une bonne chose. Bon, il y avait certes eût quelques « incidents » durant ces trois jours, rien de bien méchant cependant. Par exemple, la veille, il l’avait surprise sous la douche, il ne savait pas si elle l’avait vu et évitait le sujet, ou si elle n’avait rien remarqué, mais la tête qu’il avait fait à ce moment-là aurait très probablement fait rire le plus sérieux des hommes.

Ils arrivèrent donc finalement devant la zone de mission, se dirigeant donc vers les hauteurs, comme prévu initialement. Shin localisa une grotte, enfin, tout du moins un renfoncement dans la montagne suffisamment profond pour que les habitant ne voit pas la lumière du feu, et assez haut pour avoir une vue d’ensemble du village. Il observa donc calmement, camouflé derrière une roche en semblant réfléchir. Il ne voyait pour le moment rien d’anormal, le nécromancien derrière tout ça restait planquer dans sa forteresse luxueuse. Ils auraient pût foncer et l’attrapé, mais Shin préférait avoir une meilleure topographie du terrain, ainsi qu’un véritable état des forces de la ville. Il serait stupide de se faire attraper par une armée de zombie, de squelette, ou même de simple soldat de garde.

- Hm.. On devrait rester ici pour cette nuit et observer, on n’est jamais trop prudent, de plus… Je suis curieux de savoir si le seigneur n’est qu’un coup d’essai, ou si c’est un nécromancien vétéran.

Sans un mot, le shinobi de la roche saisi un kunai à sa ceinture et faucha un oiseau en vol avec celui-ci, qui retomba à ses pieds. Parfait, c’était exactement ce dont il avait besoin. Il composa une série de signe et murmura calmement un simple mot, Sosei, qui signifiait Réanimation. L’oiseau sembla pris de spasmes, et se redressa, de façon saccadée, presque mécanique, avant de battre un peu des ailes. Shin le laissa grimper sur son avant-bras, qu’il leva par la suite, laissant l’animal prendre son envol et survoler le village. Il se retourna ensuite vers la blonde, calmement, lui souriant, pour la première fois, d’un véritable sourire.

- Il va repérer les lieux pour nous, si il repère le seigneur, il le prendra en filature, et nous guideras vers le nécromancien, il tournera en rond au-dessus de lui. Mais si tu veux mon avis, je doute qu’il sorte maintenant. Je pense qu’il sortira plutôt de nuit, donc on a le temps de préparer un plan d’action, et d’autres choses si l’envie t’en viens. Nous ne sommes pas pressés, je préfère le capturer vivant.

Il embrassa sa joue droite calmement, après avoir pris son courage à deux mains, se disant qu’il pouvait bien se permettre de lui rendre un peu de la tendresse qu’elle lui offrait, même si il ignorait comment agir, il se contentait donc de suivre son instinct. Ce soir, serait la première fois qu’il agirait en tant que ninja, et pour la roche. Il devait donc être prêt, mentalement, comme psychologiquement. Il alla donc s’assoir dans la grotte, en tailleurs, fermant les yeux, commençant à méditer calmement, afin de vider son esprit et se concentrer sur une stratégie à adopter le moment venu, au moins le temps qu’elle décide de son côté de la marche à suivre.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Jeu 23 Aoû 2018 - 19:10
La nuit, les nuits sont donc passées. Agréable on va dire. Début de la mission à proprement parler, on commence à collecter des informations. Mon collègue propose de faire de la surveillance, en soi c'est un peu ce que je pensais, donc forcément.

"Je n'ai pas mieux à proposer, de toute manière dans notre monde l'information est pouvoir."

Et je n'ai pas envie de finir dans une marre de mon propre sang éventré par une armée de zombies ou de créatures innommable. Tant qu'on ne sais pas qui est derrière tout ça et sa puissance relative, y aller la fleur sur le fourreau serait stupide et on en est tous les deux conscient.

"Je te propose de nous relayer pour les tours de garde, au besoin je peux utiliser des clones pour allonger les miens."

Il fauche un oiseau, je hausse les épaules et dis simplement.

"J'en avais en stock sinon ? Enfin soit, ce n'est pas grave."

Effectivement, ça ne l'est pas, par contre avant qu'il ne le fasse redécoller.

"Une seconde, je vais retirer le sang et le recoudre, ça sera moins voyant surtout si on a un nécromancien aussi en fasse."

Oui bon a la hauteur d'un oiseau ce serait un comble qu'il le voit, mais une goutte de sang qui tombe au mauvais endroit par contre. Bref, il s'envole et notre espion a plume est dans les airs. Ensuite, il me dit des évidences, mais de bonnes évidences. J'opine du chef pour préciser que je suis aussi d'accord. Même si en fait.

"Je pense qu'une petit rapt sur ses affaires, surtout lié à na Nécomancie ne fera pas de mal."

Puis le gentil et joyeux fourbe me vol un bisous avant de partir se mettre en tailleur. Je viens caresser ma joue en souriant, puis me mets à rire.

"Hé ! Ce n'est pas du jeu."

Oui bon, quitte à passer des heures, des jours ensemble à récupérer des informations, autant joindre l'utile à l'agréable. Je viens m'installer juste derrière lui, assise derrière lui, m'assurant que mon ventre et ma poitrine soit en contactent avec lui sans pour autant le pousser, le prenant dans mes bras, puis posant ma tête sur son épaule sans appuyer dessus, juste en contact, joue contre joue. Je forme des mudras, trois clones, puis trois supplémentaires s'installent à des points clefs et surveille à la fois notre campement et la ville, enfin le village.

"Fais ce que tu veux de cette information, mais je suis célibataire. Ah ! Et j'ai une place dans mon équipe aussi, si tu te sens seul après la mission, dis-toi qu'il y a bien des possibilités qui existent, certaines plus intimes que d'autre."

Bon je joue un peu la, le taquiner ? Pas plus que ça, cela voudrait dire que je ne suis pas ouverte a... Mais non, déjà, laissons-le s'ouvrir, ce premier bisou rendu était une bonne chose et j'espère bien l'aider à se sociabiliser. Pendant ce temps-là, le village s'affaire, constitué de membres comme autant de petite fourmi. Pour le moment, aucun indice particulier, tout ne semble normal. La mine de salpêtre n'a pas de mouvement inhabituel, je la surveille particulièrement, car, une mine pourrait être une cache. Il faudrait aussi fouiller le tunnel qui relie les deux blocs de maison, je ferais ça au soir et sous henge, un petit animal que se perd dedans cela ne sera pas si suspect tant que ce n'est ni trop longtemps, ni trop de fois.

En fait, le fait qu'il n'y ait rien de suspect est étrange en soit, c'est presque trop calme par rapport aux risquent de guerres et...

"Je sais qu'on n'est qu'à trois jours d'Iwa, mais tu ne trouves pas étrange qu'ils n'aient pas la moindre défense ou soldat visible ? Même pas une arme... Enfin d'ici je n'en vois pas ton oiseau nous le confirmera."

Peut-être qu'ils sont en discussion, en commerçant avec les brigands des environs ? En tout cas, pas de conjecture, mais ce sera une piste à sonder par la suite. On peut aussi se dire que la grande demeure puisse aussi faire office de caserne, c'est aussi une possibilité, étrange, mais possible. Autant attendre la nuit et le retour éventuel de l'oiseau et en attendant ? Je continue de le coller, je ne me permets pas de passer mes mains sous le tissu pour toucher sa peau, en tout cas pas pour le moment... Chichi ? Non ! On pense à la mission et on ne traumatise pas le pauvre et gentil monsieur !

D'ailleurs, pendant qu'on y est.

"Je ne te l'ai pas encore dit, il me semble ? J'étudie la nécromancie. Pour le moment je ne pratique pas, je suis amateur. Je ne veux pas que tu te sentes obligé ou contraint de me montrer quoi que ce soit, c'est juste pour te dire que si on trouve des documents sur ce sujet, je souhaiterais les consulter également. Tu auras la priorité en tant qu'expert dans le domaine. Enfin voilà. Ah et, encore une fois, si tu veux que je te laisse un peu d'espace ou autre, n'hésites pas à le dire je... Suis un peu envahissante"

Dis-je alors que je suis littéralement collée à lui.

"De la même manière, si je vais trop loin dans mes actions ou mes paroles par rapport à ton espace personnel ou ton intimité, pareillement, dis-le ou réagi, je ne dois pas te contraindre ou d'harceler, même inconsciemment."

Enfin, je ne le souhaite pas personnellement, mais je ne suis pas aussi sûre de moi et certaine de mes actions que je le montre, pas toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 23 Aoû 2018 - 21:06




Choc Nécrotique



Shin réfléchissait. Sa comparse allait soulever un point qui pouvait sembler sans importance, mais qui faisait pourtant toute la différence, un sujet qui traversait déjà son esprit durant sa pseudo méditation. Pas d’armes, pas de gardes, rien, aucune défense. Il n’avait pas cinquante options dans sa tête. Soit le village était tenu par des pillard, et le nécromancien était l’un d’eux, soit le ménage avait déjà était fait par celui-ci, et il jugeait inutile toute protection. Il ne savait pas trop quoi penser de cela, et se dit qu’il y avait bien une raison x ou y derrière le manque de défense, il ne pouvait pas savoir cependant si le village était ainsi de base, ou bien si c’était une conséquence de l’arrivé du… Oulah. Il fût littéralement éjecter de ses pensées en sentant la poitrine moelleuse et chaleureuse de la demoiselle se pressée contre son dos. Il rougit très légèrement, frissonnant un peu au contact, mais pour une fois, pas un frisson de peur, mais tout le contraire. Il se tendit un peu en la sentant plaquée contre son dos, se disant qu’il se retrouvait avec une mission bien plus agréable qu’il n’aurait cru aux premiers abords. Puis, elle lui annonça dans le plus grand des calmes une information qui marqua son esprit comme une bombe. Elle était célibataire. Était-ce… Elle le draguait ? Non ? Elle s’amusait peut-être à le taquiner ! Il n’en savait rien, il était perdu. Aucun doute que si ses yeux pouvaient exprimer son ressenti, ils formeraient une spirale bien chaotique.

- Je… Suis aussi célibataire. Qui ça surprend ? Levez la main.

Il haussa les épaules en lâchant un léger rire, se disant qu’il n’y aurait personne pour lever la main, et que donc, il passerait bien pour un abruti fini. Elle évoqua aussi le fait qu’elle avait une place dans son équipe. Autant l’idée d’être dans une équipe ne lui plaisait pas plus que cela, autant, dans sa tête, une pensée le traversa. Il serait forcément intégrer tôt ou tard à une équipe, si ce n’est pas en tant que membre, ce serait en tant que chef quand il aurait gagné assez d’influence au sein du village pour être promu. Dans les deux cas, il serait laissé sans choix. Alors que là, il avait la possibilité d’être avec la blonde qu’il commençait à apprécier… Vraiment beaucoup. Il se dit qu’il réfléchirait plus en profondeur à la chose, et répondrait à sa demande sur le chemin du retour. En parlant de demande, l’affirmation qu’il était célibataire ne risquerait pas de passer pour une déclaration ? Il rougit vivement sans même vraiment s’en rendre compte, et secoua la tête légèrement afin de chasser cela. Mais il était perdu. Une partie de lui voulait dire que ce n’était pas ça, qu’il trouvait seulement naturel le fait de répondre ce genre de chose après une telle annonce, et une autre.. Eh bien, disons qu’elle voulait laisser la femme donner libre court à son imagination. Plonger dans ses songes, il aurait presque manqué la déclaration de la femme, lié à la mission. Il se gratta alors un peu le menton, réfléchissant de nouveau à la question.

- Et si c’était la stratégie de l’étau ? Tu laisses l’adversaire entrer dans la ville, en lui faisant croire que tu n’as rien pour te défendre, pendant que tes forces sont cachées… Puis tu le prends en cisaille.


Il appuya un peu sa joue contre la sienne. Il s’étira un peu ensuite et voulu se lever, mais d’un autre côté, il n’avait pas envie de quitter cette étreinte si agréable. Il décida donc de rester comme ça, un moment, avant de se laisser doucement glisser, s’allongeant calmement sur le dos aux côté de la Chûnin,. C’était quand même intriguant cette absence de défense.. Un piège ? C’était sûrement l’option la plus probable, ça, où le nécromancien était beaucoup trop confiant en ses capacités. Une troisième option était présente, plus inquiétante. Il avait déjà fait le ménage. Si c’était le cas, il faudrait se méfier, il serait bien plus fort que ce qu’il voudrait bien laisser croire.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Ven 24 Aoû 2018 - 13:34
Ah ! Ses réactions sont toutes si adorables. À se demander s'il a vraiment vingt-trois ans, il est définitivement à croquer. Mais c'est parce qu'il l'est que je me dois d'arrêter de lui tourner autour comme une harpie qui apprend que sa proie faiblisse pour mieux la dévorer.

"Pauvre Shin, tu as vraiment du courage de me supporter."

C'est admirable en fais, pas que tous les hommes soient des bêtes libidineuses, mais tout de même i lest à un tout autre niveau. On me dit libertine, croqueuse d'hommes, allumeuse. Oui je suis jolie et ne m'en cache pas, mais ce n'est pas pour autant que je couche à droite et à gauche. Bon, ce n'est pas que je n'essaye pas, mais disons que je vise certainement trop des personnes hors de ma portée. M'attache aux mauvaises personnes, échoue, puis recommence le même processus ailleurs. Finalement, le seul qui aura réellement cédé est... Le père biologique de mes enfants. Difficile à croire hein ? Surtout vu mon attitude général et pourtant.

Peut-être qu'il ya eu une ou deux aventures ici et la ? Même si ça devait être le cas, ce serait très ponctuel, rare, loin de l'idée reçue.

Enfin je vois bien qu'il tente désespérément de changer de sujet, de revenir à l'origine. Il s'allonge, je me bouge un peu, soulève sa tête et viens la placer sur mes cuisses, lui caressant tendrement et lentement la joue.

"Je n'y avais pas pensé, il faudrait pouvoir sonder le sol pour voir s'il n'y a pas des surprises cachées dedans... Au hasard des cadavres prêts à l'emploi ?"

L'étude de loin va pour l'instant, mais il va clairement falloir approcher par la suite. Mais, comme les chasseurs, un ninja sait attendre sagement. Pas besoin de se presser, si on va trop vite on se fera repérer. Mais de toute manière ça ne change pas grand-chose, ni a notre postulat, ni a notre stratégie. Observer, puis infiltrer et le tout en mettant suffisamment de délicatesse dans nos actions pour éviter de nous faire repérer.

"Dans tous les cas, il faut attendre le retour de son éclaireur et la nuit."

Enfin la nuit, pas forcement la nuit qui arrive, peut-être qu'un ou deux jours d'observation seraient bénéfiques ? Après, à voir si le gentil Shin supportera ma présence aussi longtemps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Sam 25 Aoû 2018 - 10:00




Choc Nécrotique



Shin laissa calmement faire sa compagne de voyage, commençant mine de rien à s’habitué à sa tacticité, commençant même un peu à l’apprécier. Il faut dire qu’ils étaient un peu comme deux opposés, l’eau et le feu. Et ensemble, ils faisaient de la vapeur. Blague à part, c’est vrai qu’en y regardant de plus près, ils étaient drastiquement différent. Lui était solitaire, froid même selon certains, peu de contact… Elle, elle était tactile, joyeuse et sociale. Bien entendu, le proverbe « les opposés s’attires » n’arrangeait en rien la situation, dont Shin essayer de garder le contrôle tant bien que mal. Néanmoins, il se redressa d’un coup, se retournant vers la femme en la fixant droit dans les yeux. Il venait de tiller, le manque de défense, le village ouvert… Ce n’était pas une technique d’étaux, c’était une tombe. Il se dirigea vers la sortie de la grotte et observa l’extérieur, où il commençait à faire nuit. Bingo. En observant le village, il pouvait voir que certains bâtiment n’avait eût aucun signe d’activité, les lumières n’étaient même pas allumées. C’était très vraisemblablement ce qu’il craignait. Si ce n’était qu’un seul bâtiment comme ça, il ne dirait rien, mais non. Il en comptait au moins quatre.

- Chiryou… Ce n’est pas le stratagème de l’étau.

Il la rejoignit en lâchant un soupire, s’asseyant face à elle, il plongea on regard d’un mauve pâle, presque gris, dans celui de la femme, l’éclairage léger donnant même l’impression que celui-ci étant fendu verticalement, lui donnant un faux air de démon, tandis qu’il reprit la parole par la suite. Il avait compris, pourquoi il n’y avait pas pensé plus tôt ? C’était pourtant évident… Le point centrale tape à l’œil, les quatre bâtiments inactif de jours comme de nuit, dispersés aux points ‘entré du village…

- C’est un piège à ours avec un délicieux appât au milieu. Le domaine luxueux au centre du village est là pour attirer l’intention, pendant ce temps, des cadavres sont stockés dans des bâtiments aux points d’entrée du village, il laisse les pillard, bandit ou autre se dirigé vers le centre, puis relâche son armée de zombie qui les encercles et profite du surnombre. Regard nous par exemple, sans observation approfondi, on jurerait que notre homme vis dans la villa de luxe, et c’est le premier endroit qu’on aurait visé, pas vrai ? Les pillard pareil, c’est l’endroit visiblement le plus riche.. Donc il laisse entré les pillard, les tues avec ses zombies, et renforce son armée. C’est pour ça qu’on à pas vu une seule activité de pillard dans le coin. Ils se sont déjà faits exterminés.

Il était sûr de lui, certain signe ne trompait pas. Mais là.. Il remarqua la proximité avec la blonde, et rougit jusqu’aux oreilles, en sentant une envie bien étrange se réveiller en lui, regardant les lèvres de la femme face à lui, il secoua un peu la tête. Il voulut chasser ses idées étranges de sa tête mais… Une forte bourrasque de vent pénétra la grotte et poussa l’homme en noir, qui chuta sur sa collègue, ne s’y attendant pas. Leurs lèvres se retrouvèrent coller l’une contre l’autre, tandis que Shin faisait les gros yeux, se relevant en reculant précipitamment contre le mur le plus proche, s’y écrasant de tout son poids en se massant l’arrière du crâne, s’accroupissant en se tenant la tête en lâchant un grognement de douleur. Il tenait l’arrière de sa tête entre ses mains et la relâcha, puis constata un peu de sang. Rien de bien méchant, il s’était amoché en se cognant la tête contre la paroi rocheuse, pas assez fort pour lui causer des dommages bien sévères cependant.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Mer 29 Aoû 2018 - 1:52
Bon nous sommes fixé, apparemment c'est bel et bien un guet happent. Effectivement, la plupart des personnes penseraient à aller fouiller le gros bâtiment central et luxueux plutôt que de faire une a une les petite maisons des paysans. Je dois avouer que c'est malin, maintenant je me demande bien qu'ils ont accepté sciemment d'avoir des cadavres chez eux où s'ils sont contraints.

"Cela change bien des choses, c'est sûr."

Bon, du coup ? Je ne suis pas spécialisé en sensorialité, je ne vais pas fouiller les maisons une par une tout de même et... Les champs, je n'en parlerai pas. Mais les chances pour qu'ils se cachent aussi loin de son armée sont assez faibles. Si ce n'est pas dans la demeure luxueuse, alors ?

"Cela ne nous indique pas où est le marionnettiste... Enfin le nécromancien, les utilisateurs de marionnette ça existe aussi. Donc ? Le centre ? Une maison, une cave à moins qu'il ne soit dans la mine de salpêtre ?"

Un accident, un baiser échangé et une petite blessure à la tête. Je me lève calmement, vais vers lui et concentre du chakra formant une petite aura coloré autour de ma main pour soigner son écorchure. Puis je nettoie la plaît pour m'assurer que cela ne va pas s'infecter. Je lui caresse un peu la joue et m'assure de crever l'abcès avant que cela ne le travaille.

"Tu ne vas pas te sentir coupable pour un simple accident n'est-ce pas ? Puis ce n'était qu'un simple contact entre nos lèvres, ce n'est pas comme si nous avions échangé un vrai baiser."

Sous-entendu avec la langue, enfin moi je le comprends ,lui ? Ce n'est pas un enfant non plus. Certes, un baiser et un baiser, mais ce n'est pas moi qui en parlerai a d'autre et je suis sur qu'avec le temps on en rira même. Enfin, sauf si par la suite notre relation d'approfondi et... On en rira en fait tout autant, cela ne changera rien.

"Les villageois seront faciles à éviter avec un peu de chakra et de discrétion. Je vais vérifier les maisons classiques à la faveur de la nuit. Surveille d'ici s'il y a le moindre mouvement suspect, si notre mystérieux personnage est aussi senseur je n'échapperai certainement pas à sa vigilance et tu pourras intervenir avec toues les cartes en mains."

Je vais servir de reconnaissance, mais aussi de leurre. La nuit tombée, je mets une tenue sombre, couvre au maximum mon corps pour être le moins visible et juste avant de mètre un masque en tissus noirs sur mon visage, lui vole un baisé, puis reculant rigole en lui tirant la langue.

"Voilà, un chacun, même si moi ce n'est pas un accident."

Puis je me fonds dans la nuit, profitant de l'obscurité et du fait qu'à une telle heure pratiquement tous les habitants dorment. Une a une, en sachant que j'ai un preux protecteur qui me surveille au cas où. J'en profite pour vérifier une chose, j'entre à pas de loup dans la chambre d'une famille, ils sont vivants puisqu'ils ont un souffle, pas d'odeur étrange... Ils ne semblent pas particulièrement tendus.

Bon, ça exclut une prise en otage du village, en même temps s'il leur permet d'éloigner les brigands et les bandits, j'imagine sans mal pourquoi ils accepteraient une personne de cet acabit. À trois jours d'un grand village ninja, rejeter ou diaboliser un utilisateur de chakra serait ridicule. J'ai l'impression qu'on risque d'avoir une foule en colère avec torche et fourches qui va nous chasser s'il ou elle est bien leur protecteur. Mais ça... On le saura qu'en continuant de progresser.

J'étais sur le point de m'introduire dans une autre demeure, quand... Une main sur mon épaule. Je me fige, alors qu'une fois graves, portant le poids d'une très, très longue vie, ampli d'une certaine douceur et sagesse m'apostrophent.

"En voilà des manières mademoiselle."

Bon, en même temps vu mes formes pas étonnant qu'il ait reconnu mon genre sans difficulté. Un homme étrangement vêtu pourtant je ne ressens dans ses paroles et sa posture aucune agressivité. Je n'ai pas besoin de voir son visage pour comprendre qu'il est certainement proche du siècle d'existence et pourtant il garde une fort belle stature et je suis certaine que sa faux pourrait me faucher comme les blés. Le fait que je n'ai reçu aucune attaque et qu'il se montre sans aucun technique, sceau ou autre activé en dit long sur ses intentions dans un certain sens.

"Je m'excuse, je ne fais que mon travail."
"J'imagine que vous n'êtes pas monte-en-l'air, je suis certain que vous n'avez rien emportez."

Bon, l'échange est courtois, néanmoins au cas où, je dois m'assurer de faire trainer cela en longueur pour donner le temps à Shin de faire ce qu'il souhaits faire.

"En parlant de manière..."

Je sors mon bandeau frontal et le lui montre, ses yeux brillants d'une lueur verdâtre, certainement insufflée de chakra l'observent.

"Je suis Chunin de la roche, le fait que le chef de ce village ne rejoigne pas la terre à éveiller la curiosité de mes supérieurs."
"C'était le souhait de mon frère de veiller sur les siens jusqu'a ce qu'une certaine organisation, enfin une bande... Une meute ? Je m'égare, que certaines personnes dangereuses ne disparaissent de ces terres."

Le fait qu'il me dise tout cela est... Pourquoi ils sont tous si... Bah ils parlent aussi facilement quoi ? Après Shin, lui bientôt je vais rencontrer le chef de la bande et il va me faire un monologue de grand vilain ?

"Allons droit au but, que faites-vous ici... Mademoiselle ?"
"Vous demandez à une kunoichi en mission de se présenter ?"

Malgré son masque, au déplacement des rides sur le peu de peau que je vois je suis certaine qu'il a souri.

"En plus, on se présente à une demoiselle avant de demander son nom, monsieur."

Je découvre mon visage, je n'ai pas a un seul moment sorti ni arme, ni levée les bras ou tout autre signe de soumission. Shin aura certainement compris que s'il se passe bien quelque chose, pour le moment c'est de manière civilisée, ou en tout cas ça en a bien l'air. Le monsieur réfléchi en se grattant le menton, emet un petit soupire amusé et finalement.

"Je suis Nakamura Shīdo, le frère de feu Shushi."
"Je suis Shuuchuu Chiryou."

Il hausse un sourcil, enfin il me semble... Je pense oui. Surtout qu'au moment de répondre j'ai découvert mon visage et mes cheveux.

"J'étais persuadé que vous déformeriez au moins un peu la réalité, je me retrouve bien bête."
"A quoi bon mentir à un senseur, en plus ce ne serait pas très amical n'est-ce pas ? Nous sommes bien dans une discussion calme entre personnes de bonne compagnie ?"
"Pourquoi ai-je la vague impression que vous vous seriez tout de même identifié même sans cela."

Je réponds d'un simple sourire, d'une manière ou d'une autre... Bref, et pourquoi je ne fais pas de commentaire sur son nom ou son identité ? Dans tous les cas, ma mission est de le ramener donc pour ce que ça change même s'il ment.

"J'imagine que si je vous demande de venir avec moi bien gentiment, vous ne me suivrez pas ?"
"Dans l'imédiat, ce ne sera pas possible j'en suis désolé. Par contre, si vous m'aidez à débarrasser la terre d'un groupe de personne pourrie jusqu'à l'os et me juriez de faire envoyer des troupes pour protéger le village à ma place,ce serait une autre histoire."

Il ne semble pas avoir tiqué quand j'ai dit moi et non nous, il ne doit pas savoir que Shin est présent, ou alors il s'en fiche.

"Oh ! Mais c'est tout à fait négociable. Je suis heureuse que l'on puisse trouver un arrangement aussi vite."

Bon, c'est joli d'éviter que l'on parte dans un combat à mort au milieu d'un village, mais ça n'exclut pas un massacre futur.

"Parfait, je vous propose de nous reposer pour la nuit et d'en discuter au petit matin ?"

Bon, à voir qui sont les individus qu'il souhaite voir disparaitre. Je ne compte pas sauter à la gorge aveuglément des premiers venu juste par ce qu'il est poli. Par contre, s'ils sont vraiment criminels, ce sera une autre histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mer 29 Aoû 2018 - 10:56




Choc Nécrotique



Le nécromancien observait le village depuis les hauteurs, tout de même inquiet de laisser sa camarade seule dans ce traquenard, il avait ordonné à son oiseau éclaireur de la suivre discrètement. Ainsi, en cas de pépin, il pourrait la rejoindre rapidement, ce qui le soulagerait. Après ce qu’il venait de se passer ces derniers jours, il n’avait simplement pas le cœur à la laisser seule face à cet ennemis énigmatique. Il resta donc ainsi, à observer, calmement, essayer de garder la situation, ou tout du moins ses sentiments, sous contrôle. Néanmoins… En observant une personne à l’allure n’inspirant que peu la confiance, il senti son sang bouillir. C’est donc sans attendre qu’il le suive du regard, certain d’avoir localisé la cible. Il se figea à un instant précis, celui où et homme tomba sur sa collègue. Il lâcha un léger grognement et pris la direction de l’endroit, sans se faire prier.

Après quelques minutes de courses, il atterrit sur un toit derrière l’homme, l’orage ayant commencé à gronder entre temps, révéla sa présence suite à un éclair bleuté traversant le ciel. Le Genin de la roche observait l’autre nécromancien avec dédain, son oiseau éclaireur se posant sur son épaule droite, tandis qu’il plissa un peu les yeux. Il fût soulager de voir qu’elle n’avait rien, mais n’était pas encore certain des intentions de cette homme à l’allure douteuse. Il sorti un kunai de la sacoche à sa cuisse et le pointa vers l’homme, le regard aussi froid qu’une nuit d’hiver, tandis qu’il prit la parole, d’une voie forte, ne laissant place à aucune sorte de négociation possible.

- Recule… On à pour ordre de te ramener si possible vivant… Mais si tu touches à un de ses cheveux, je n’hésiterais pas à t’offrir une mort lente et douloureuse.

Comme pour appuyer ses dires, le corbeau zombie lâcha un croassement, regardant lui aussi l’homme avec ses yeux brillant d’une légère teinte rouge, presque surnaturelle. Il n’hésiterait pas, et cela pouvait se ressentir, même sans être senseur. La prise sur le kunai était ferme, si ferme d’ailleurs que sa peau blanchissait à vue d ‘œil. Il n’avait aucunement l’intention de laisser un autre être cher se faire avoir par une personne aux intentions douteuses, sans qu’il ne puisse rien y faire. Cette fois, il avait la capacité de pouvoir agir, alors il ne resterait pas les bras croiser, surtout après ce qui était possiblement les trois meilleures nuits qu’il avait eût droit de voir depuis une bonne décennie, au bas mot.

Il ne laisserait plus les choses lui être arrachées ainsi sans combattre, plus jamais, quitte à y laisser la vie, il s’en fichait. Mais le fait qu’elle n’avait rien ne laissait trahir un certain bon sens de la part de la cible. Comment expliquer cela… Peut-être avait-il comprit qu’il était en infériorité numérique ? Ou bien n’avait-il vraiment pas l’intention de se battre ? Il n’en savait rien, pas sans utiliser de technique de sensorialité, mais s’il pouvait éviter d’user inutilement du chakra… Il garda donc le kunai pointé vers cet homme, se fichant de la pluie commençant à claquer sur sa peau, ce qui était bien le cadet de ses soucis à l’heure actuelle. Il ne fit cependant rien de plus, acceptant de laisser le doute de la sincérité à cet homme, il n’avait après tout rien fait à la blonde qui donnerait envie à Shin de l’éviscérer sur place. Une bonne chose pour lui d’ailleurs, car niveau torture, le jeune homme en connaissait un rayon. Peut-être même plus qu’il ne voudrait bien l’admettre si on lui posait la question.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Ven 31 Aoû 2018 - 15:42
C'est sur ses entrefait que mon gardien approche, avec une attitude franchement hostile, bien que mesurée par rapport à la situation. Je tourne la tête vers lui, l'homme lui n'a pas fait un geste, attendant sagement la suite. Je fais un sourire à Shin et lui fais signe de baisser son arme.

"Tout va bien, on va rentrer je vais tous t'expliquer d'accord ?"

Je ne lui laisse pas réellement l'occasion de répondre, je saute vers lui et lui prends la main. Il peut alors sentir que malgré mon masque de calme apparent, celle-ci tremble subtilement. Je suis beaucoup moins assurée que je ne le prétant, mais un ninja dois savoir garder la face et masquer ses véritables intentions et sentiments.

"Nous nous retrouverons au matin pour discuter monsieur Nakamura."
"Soit, au vu des circonstances je ne peux pas vous en vouloir de décliner mon hospitalité pour la nuit. Reposez-vous bien."

Un simple signe de tête, il marche calmement pour rejoindre tout aussi tranquillement une des maisons, en tout cas il semble le faire. Je presse Shin, le pousse à partir avec moi. Une fois de retour à notre campement, le masque se craquelle... Je perds toute assurance et me jette à son cou, tremblante comme une petite fille un soir d'orage, le serrant fort et me blottissant contre son cou.

"J'ai eu si peur... Merci d'être intervenu."

Exagérer ? J'étais a moins de deux mètres d'un homme qui aurait pu me décapiter ou l'équivalent en termes de mortalité a n'importe quel moment, instant, fraction de seconde même. Si notre conversation semblait courtoise, ce n'en était pas moins oppressant, tendu, malsain indirectement et je ne saurais pas exactement dire pourquoi. Préjuger ou instinct, peut-être les deux. D'une manière ou d'une autre, c'est un homme dangereux, mais nous avons un accord donc, tant qu'il n'y a pas de mauvaise surprise il ne sera pas un obstacle à l'accomplissement de notre mission.

Une fois un peu calmée, je lui fais un résumé de notre discussion, insistant bien sur le fait que si j'ai semblé accepter, je veux d'abord voir qui est le fameux groupe avant de prendre une réelle décision. S'il s'agit que de quelques personnes un peu perdue ou méchante perdues dans un village, je ne vais pas les tuer à vu juste pour faire plaisir à monsieur. Si par contre ils sont vraiment "pourris jusqu'à l'os" comme il le prétend, alors je n'aurais aucun scrupule.

La nuit passera, j'aurais demandé à Shin de dormir avec lui. Ce n'est pas le visage d'une demoiselle en fleur que j'aurais à ce moment, mais celui d'une enfant effrayée, perturbée... De toute manière, même s'il refuse, je me glisserai contre lui pendant la nuit donc au petit matin...

"Bonjour Shin-chan."

Dis-je, littéralement coller contre lui en sous-vêtement, en profitent pour frotter ma joue à la sienne.

"Meric pour hier et cette nuit... Cet homme sans être hostile m'a vraiment perturbé... Je n'ai même pas pensé à Kaï, il a peut-être une aura genjutsu qui m'a mis dans un tel état..."

Maintenant que j'y pense, c'est même très probable. Avec le temps, il l'utilise peut-être même instinctivement face à des inconnues d'ailleurs, Shin la entendu, donc pas le son... Ses yeux lumineux ?

"Ne le regarde pas dans les yeux, c'est certainement ainsi qu'il m'a eu hier. Je ne pense pas qu'il recommencera, mais..."

Mon air est bien moins joyeux d'un coup et pour cause.

"D'une manière ou d'une autre, le sang va couler... Ce sera pas forcement le sien ou le nôtre. Idéalement on débarrasse le pays de la terre d'ordure, s'il a menti, il faudra le ramener de force."

Autant que ce soit clair... Juste avant d'aller préparer le petit déjeuné, je lui vol un baiser d'un air coquin, ayant retrouver la forme apparemment après cette nuit de réconfort.

"C'est pour te remercier, après si tu veux remettre les compteurs à zéro je t'attends."

Puis lui tire la langue. Un peu de légèreté avant de retourner dans la réalité, notre monde d'ombre et de mort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Ven 31 Aoû 2018 - 19:47




Choc Nécrotique



Il fût soulagé.. Soulagé de voir qu’elle n’avait rien. Il ne comprenait pas lui-même pourquoi il avait réagi ainsi, pourquoi il avait réagi au quart de tour, lui qui est habituellement d’un calme olympien. Il constata alors le frisson, léger mais bel et bien présent de la femme quand elle prit sa main, en temps normal, il aurait était perturbé par ce contact, mais là, il était perturbé. En colère. Contre cet homme mais surtout contre lui-même, pour n’être arrivé que ce qui aurait pût être trop tard. Il lança un dernier regard à l’homme par-dessus son épaule avant de partir, un regard à vous donner des frissons dans le dos, montrant bien l’intention de tuer de l’ex mercenaire, qui n’hésiterait pas une seule seconde à éparpiller les tripes de cet homme dans les rues de son domaine s’il redonnait cette désagréable sensation qu’il ressentait dans sa main. Il ferma un peu les yeux dans sa marche, ayant un peu serré la main de la médecin dans la sienne dans un geste qui se voulait réconfortant bien que maladroit. Elle avait parlé d’un possible genjutsu, possiblement dans son regard. Il l’aida donc à s’assoir et la fixa dans les yeux, le regard aussi froid qu’une nuit d’hiver, sa voie étant plus grave, témoin de sa rage bouillonnante bien que plus ou moins contenue.

- Si ce n’est que ça, je lui arracherais les yeux de ses orbites s’il tente quoi que ce soit contre toi.

Elle lui avait demandé de dormir avec lui, chose qu’il accepta, n’ayant pas le cœur à lui refuser vu son état de choc marqué, non sans avoir fait garder l’entrée de la grotte par son oiseau néanmoins, on est jamais trop prudent après tout. Il alla onc s’allonger dans ce qui serait pour le coup un lit commun pour la nuit, l’air pensif. Il la laissa donc prendre ses aises en regardant le plafond, calmement, essayant de faire un peu le vide et se calmé, afin d’éviter toute bêtises lié à son sang devenu bouillant. Il lâcha un faible soupire et ferma les yeux, pour sombrer dans un profond sommeil. Sa nuit fût paisible, merci à la « méditation » qu’il avait faite avant de s’endormir, sinon aucun doute que son rêve aurais était aussi sanglant que ses pensées.

- Qu ?!

Il ouvrit les yeux pour remarquer la blonde collée à lui, quasi peau contre peau, en vue du peu de tissus la couvrant. Elle était déjà si peu vêtu quand il s’était endormi ? Il n’avait pas vraiment fait attention, mais avec du recul, il est vrai qu’il avait un peu chaud cette nuit-là. Là n’était pas la question, bien que perturbé, il était néanmoins content de voir qu’elle allait bien. Il la laissa donc faire… Il ne savait pas ce qu’elle faisait en fait. Elle se prenait pour un chat ? Bah, peu importe. Il se releva et s’étira, avant de se faire voler un baiser, non accidentel cette fois. Il resta figé quelque minute, se touchant les lèvres en regardant la femme avec un regard pour le moins surpris sur le visage, les joues rosies par la gêne et l’incompréhension.

- Qu.. Je… Tu… Heiiin ?

Elle avait vraiment un don pour le perturbé, et il ne savait pas encore s’il aimait cela ou non, mais cela lui faisait définitivement quelque chose. Il secoua la tête et se cacha un peu les yeux en regardant sur la droite lâchant un long soupire.

- C.. Commence par enfiler quelque chose avant d’attraper froid ! Il faudra qu’on parle ensuite de la marche à suivre… Et je doute être capable de me concentrer sur un plan d’action en te voyant si.. Peu couverte.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Lun 10 Sep 2018 - 21:31
"Laisse ses yeux où ils sont pour le moment, tant qu'on peut le garder coopératif..."

Enfin, si les gens qu'il souhaite voir disparaitre ne sont pas innocents, enfin, l'innocence est une notion floue. On va dire s'ils sont réellement dangereux et/ou criminels, ce sera plus juste. Je profite de cette nuit de repos, peut-être un peu trop, je pense que je pousse la limite entre la taquinerie amicale et le harcèlement sexuel un peu trop loin encore. Mais bon, ce n’est pas ma faute si je ne tombe que sur des hommes prudes et honorables aussi... Enfin, ça m'arrange aussi, je n'ai pas envie de pousser le vice jusqu'à être cette femme frivole et aux moeurs légères que les gens imaginent que je suis. Quand je pense que ma dernière ... Autre sujet, peu importe.

Je me décolle, un petit frotti-frotta avec sa joue contre la mienne et à sa demande vais me rhabiller.

"J'aurais peut-être dû le faire avant de te réveiller en fait... Mauvaise habitude tout ça."

J'essaye de me convaincre, mais même moi je ne suis pas aussi dupe. Je commence à préparer le petit déjeuné, que je fais copieux pour pouvoir tenir le voyage et éventuellement la dose d'action qu'il va y avoir... Non, pas celle que je pourrais aimer qu'il y ait, celle qui fait de vilaines taches et arrache la vie avec des cris de terreur et des râles de douleurs.

"On ira voir ces fameux problèmes par acquit de conscience. Mais s'il nous a roulés dans la farine ou s'ils sont si mauvais qu'il me prétend, ça risque de devenir sanglant quoiqu'il arrive. C'est malheureux, mais je ne vois pas d'autres... Enfin si, idéalement les capturer et les emmener en prison pour qu'ils soient jugés. Même si la fin sera globalement la même, ce serait moins barbare et je n'ai pas envie de jouer le rôle du juge, du jury et du bourreau si tu vois ce que je veux dire."

Pas plus maintenant que ce ne fut le cas avec cette fameuse nécromante qui a mené la vie de mes enfants... Vaut mieux pour elle qu'on ne se croise pas d'ailleurs. Puisque contrairement à mon collègue, je suis globalement sans défense à moyens et long terme face aux genjutsu, je vais le laisser se mettre en avant cette fois-ci d'ailleurs.

"Bon, je garde mon sceau de Kaî à porté de main, mais reste vigilant même face à ton... Confrere. Enfin toi tu es digne de confiance et adorable, mais tu vois ce que je veux dire."

Je ne mets pas tous les nécromanciens dans le même panier en somme, il y en a comme Shin, loyaux et gentils, d'autres criminels et hautains, comme une certaine autre nécromante... Et il y a ceux qui ne sont pas encore définis comme dans un cas ou dans l'autre. Enfin bref. Une fois qu'on a fini je range mes a faire puis renvoie mon ami à carapace pour ne laisser aucune trace.

Il va être temps d'affronter ou de suivre... Le vieux démon ? Ou juste l'excentrique face à deux ogres allez savoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mar 11 Sep 2018 - 7:59




Choc Nécrotique



Soupirant de soulagement en la voyant se changer, il commença alors à se détendre, lentement mais sûrement. Non pas que la vue était désagréable, loin de là, mais il ne voulait pas passer pour un homme incapable de se contenir devant une jolie femme. D’un autre côté… Elle n’avait pas vraiment l’air gênée à l’idée qu’il cède, ce qui faisait en lui un conflit bien embêtant. Devrait-il succomber à ses instincts primaires, ou bien rester humble face à la tentation ? C’était une question qui avait mérite d’être posée, et à laquelle le jeune nécromancien n’avait pas de réponse juste. Il secoua un peu la tête et s’assit donc avec elle pour parler du plan, l’enlaçant machinalement, comme si c’était devenu naturel, tout en posant sa tête sur son épaule droite après l’avoir prise sur ses genoux.

- Si on parvient à avoir suffisamment d’informations je veux bien, mais je n’ai aucune confiance en lui… Si son histoire est vraie, pourquoi avait-il besoin d’utiliser ce genjutsu ? Et puis, avec tous les cadavres qu’il a à disposition, il devrait aisément pouvoir s’occuper de ces malfrats lui-même… Ca ne tourne pas rond, un truc cloche dans son histoire… J’ai laissé mon oiseau en surveillance, si tu veux mon avis… Toute cette histoire c’est du bidon. Il n’est pas assez bon en combat pour nous prendre tous les deux, alors il nous envoie sur une autre piste pour prendre la fuite pendant ce temps. A mon avis, il savait déjà qu’on était deux, c’est pour ça qu’il n’as rien fait… Il a dût comprendre qu’on était des shinobis, et n’ayant pas envie de se mettre un village à dos et une prime sur la tête… Il a joué la carte de la ruse.

Il sembla réfléchir, calmement. Son histoire tenait la route, mais pourquoi demander de l’aide à deux inconnus, sans même avoir une garantie aucune, qu’ils ne l’embarqueront pas à la fin… Il ne semblait même pas être venu à l’esprit de cet énergumène que le duo pouvait faire partie de ce groupe dont il veut se débarrassé… C’était louche, très louche, tant et si bien que Shin restait perplexe, ses mains se posant sur la taille de sa partenaire sans vraiment faire attention. Il lâcha un profond soupire et secoua un peu la tête, rouvrant les yeux calmement.

- C’est louche… C’est soit ça… Soit il à besoin de temps pour préparer l’affrontement, et essaie donc de faire diversion… Possiblement même nous prendre en traitre, mais je ne pense pas qu’il sache où on est… J’ai couvert nos traces… Donc à mon avis, il doit être en train de tenter de nous localiser cette là. Si son groupe existe vraiment, je doute qu’il aurait filé une affaire aussi délicate a deux parfaits inconnus. Aussi attrayante que tu puisses être, je doute qu’une personne puisse être assez bête pour t’accorder une confiance aveugle à peine rencontrée. Non, à mon avis, il à peur, et cache cette peur sous son genjutsu… C’est probablement pour cette raison qu’il t’a plongé dedans, il avait peur que tu remarques sa frayeur, et qu’on ne l’attaque ensuite. Je me trompe peut-être, mais tout ça reste très louche pour moi.

Il plongea son regard dans celui de la femme médecin, puis embrassa ses lèvres calmement, lui souriant par la suite.

- Petite remise des compteurs à zéro, Chiryou-chan.

Il se releva en la déposant sur la chaise avec un sourire et lui fit un clin d’œil, après quoi, il se dirigea vers l’entrée de la grotte, fixant droit devant à l’horizon, scrutant le village avec détail, cherchant son oiseau de l’œil, remarquant que celui-ci bougeais un peu, dessinant des cercles au-dessus d’un groupe de personne à l’allure peu rassurante.

- Il ne mentait peut-être pas finalement… Prépare toi, on a un groupe hostile en approche du village par le sud est… Ils sont armés, et n’ont pas l’air de ninja.. Mais ils sont nombreux.

Soudain le shinobi se figea et recula, le regard effrayé, s’adossant au mur en respirant fort d’un coup, secouant un peu la tête. Non, impossible, il devait dormir encore. De toutes les personnes possibles, il fallait que ce soit LUI ? Genji… Le chef de son ancienne troupe de mercenaire.. Il avait disparu après l’attaque d’Iwa, enfin, en tout cas Shin n’avait jamais vu son corps… Que faisait-il ici ? Il s’était reconverti dans le pillage ? Non, là n’était pas le problème… Il fallait qu’il tombe sur lui en mission… Les images défilèrent dans sa tête.. La voie grave de l’homme résonna, les séances de tortures, son arrogance… Shin serra le poing droit, presque à sang, grognant un peu en se redressant, le regard maintenant empli d’une haine sans nom, il fixa le groupe. Il ne pouvait pas se tromper.. Un grand homme chauve avec un grosse hache dans le dos…

- Je vais le buter…. Désolé Chiryou… Mais lui ne passeras pas la case du jugement… Il va mourir ici et pas plus tard qu’aujourd’hui… Lentement…






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

Ven 21 Sep 2018 - 12:55
Shin, tu as raison, mais... Pas totalement.

"Tu pars du principe qu'il est en pleine forme et qu'il n'a pas d'attache. Ce n'est pas forcement faux, maintenant voyons ça d'un autre angle : S'il sait que nous avant la possibilité et l'ordre de le faire venir avec nous. Il cherche a défendre ce qui lui tiens a cœur et le faire en usant de ce qu'il a dans la manche. "

J'hausse les épaules, tant qu'a être dans la théorie, autant aller jusqu'au bout.

"Il est peut-être moins vaillant qu'il ne laisse le montrer et même autrement, il ne semble pas vouloir s'éloigner de ce village. Peu importe qui est son opposant, il ne doit pas être si loin pour qu'il reste autant dans sa tanière. "

Tanière est une image, mais avec ses pièges et ses préparations.

"Ruse il y a certainement, maintenant il va falloir chercher a comprendre dans quel sens. "

Il me casse toute réflexion en me sautant aux lèvres... Décidément, quand je pense qu'il se refuse a moi et par la suite me prend en traitre. Je le regarde et émet un "Mais... Heu..." un peu stupide. On est en plein délibération sur un sujet sérieux, je ne pensais pas qu'il le ferait maintenant ou même tout court. Ce vilain... Plus il me repousse, plus il est respectueux et plus il m'attire. S'il avait cédé, alors j'aurais certainement esquivé le lit comme avec les autres qui sont trop faciles. Mais plus il me repousse, plus il tient cette frontière et plus il se montre appétissant, affriolant... Désirable. Je suis un peu tordu, pas qu'un peu parfois... Le cœur à ses raisons que la raison ignore.

Cassant court à toute réponse possible... Il m'apprend que finalement, un groupe au sud. Décidément la conjecture sur le "vieux" un peu gâteux et/ou faible qui essaye de garder un minimum de superbe et s'assure d'avoir des allier face aux circonstances reste probable. Mais pas obligatoirement la bonne, on ne sait jamais. Maintenant je comprends aussi pourquoi il n'a pas insisté sur le fais que l'on soit accueilli parmi les siens, on sera plus à même de faire une vilaine surprise cachée comme on l'est.

Je comprends un peu son coup de sang, mais il n'est pas un mercenaire, plus... Il a des ordres, un devoir à accomplir, je vais lui tenir le bras d'un air sévère.

"Si il passera par la case jugement et tu vas prouver que tu es un ninja d'Iwa, pas un chien fou incapable de se contrôler."

Je forme une bulle d'eau dans ma main, puis lui passe sur le visage sans hostilité et évidemment pas soudainement pour ne pas le noyer. Je l'aide à se rafraichir les idées de manière gentille, mais si je remarque qu'il compte partir à l'assaut sans ménagement, je n'exclus pas d'utiliser une manière bien moins passive. Mais plutôt que d'en arriver la, usant plutôt d'éloquence. J'ai de bons arguments sous la manche pour le calmer.

"Si tu le tues maintenant, non seulement tu lui donneras une fin plus rapide et nette, mais en plus tu vas envoyer le mauvais message à notre hiérarchie. Crois-moi, s'il finit en prison a Iwa son sort sera bien pire que tu ne peux le concevoir, l'imagination et le savoir-faire des interrogateurs ninja est d'un niveau qu'il est difficile d'imaginer sans l'avoir expérimenté, s'il ressort un jour, ce sera tellement brisé qu'on ne pourra même plus le qualifier d'humain... Pour peu qu'il le soit encore... Tu vois ce que je veux dire ?"

Je le prends par le bras, je le regarde dans les yeux avec un mélange d'air sérieux et en le suppliant à la fois de se calmer.

"Si tu veux vraiment mettre la main à la pâte, tant qu'il est vivant je pourrais le réparer, mais garde-le vivant. Dis-toi qu'en tirant sur les bonnes cordes, on pourra toujours s'assurer plus tard que tu puisses le voir en tête à tête pour régler tes comptes. Si tu le tues, tu lui feras une faveur que personne ne souhaite que tu lui rendes."

Je ne veux pas qu'il fasse une erreur regrettable sur une montée de sang, je veux qu'il se calme, juge et jauge la situation en bon Shinobi. Je le prends dans mes bras, encore une fois.

"Tu vas te calmer, puis tu agiras en bon shinobi, car, c'est la meilleure chose à faire. Il ira en prison où il sera passé à la question et affrontera les conséquences de ses actes. Un ninja n'est pas juge, jury et bourreau... Évidement il va se défendre, donc, tu vas l'attaquer, mais je ne te laisserai pas y aller tant que tu ne m'auras pas juré que tu ne le tueras pas. Une fois que ce sera fait, je te laisserai toute la latitude pour aller l'interpeler avec une violence raisonnée, mais nécessaire et resterai en soutien."

J'ai tellement peur qu'il laisse la haine le détruire, le broyer, pas une fois encore... Non, pas lui ! Alors je le tiens, attends qu'il se calme et quand il sera prêt le laissera accomplir son devoir et non pas sa vengeance...

"C'est malin, je m'accroche à toi comme à un proche... Tu es officiellement plus qu'un coéquipier à mes yeux... Désolé."

Je n'ai pas réfléchir avant de le dire. Mais c'est vrai pour le coup. Un ami ? Plus ou moins ce sera a voir, mais une personne que je considère comme proche, pas un simple "frère" Iwajin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Ven 21 Sep 2018 - 15:15




Choc Nécrotique



Shin soupira en se faisant rappeler à l’ordre par sa camarade. Soit, il s’occuperait des larbins… Il la regarda du coin de l’œil, autant dire que sa soif de sang était là, il faut dire que toute son enfance durant, il avait était alimenté avec ça, former pour combattre. Il était une arme vivante, rien de plus, rien de moins. Il sorti un rouleau et le déroula sur le sol rocheux, avant de composé une série de signe rapide et invoquer une nuée de corbeau morts. Il composa ensuite une nouvelle série de signe et redonna vie aux oiseaux, un nuage sombre composé des oiseaux morts se dirigea vers le groupe de personne en amont, leurs tournant autour en croassant de façon sinistre, comme une annonce funeste qui s’apprêtait à s’exécuter, tandis que le nécromancien composa une ultime série de signe en levant ensuite la main droite vers le ciel pour l’abaisser ensuite.

- Shitai-gun….

Les oiseaux fusèrent sur le groupes, lacérant les chaires, arrachant les yeux et bien d’autres joyeusetés en tout genre. Le nuage de plume mortel continua son œuvre tandis que le shinobi de la roche bondit jusqu’au groupe, observant le spectacle sans scrupule. Après plusieurs minutes de hurlements, il ferma le poing, dispersant les oiseaux qui repartir former un cercle au-dessus des lieux. La plupart des hommes étaient morts, et ceux qui ne l’étaient pas, et bien disons qu’ils n’étaient plus vraiment en état de combattre. Le chef du groupe lui, avait un œil arraché, et les tendons des jambes picoré à vif, il rampait au sol dans l’espoir de fuir, tandis que le nécromancien se plante devant lui, le fixant de toute sa hauteur, un corbeau avec le bec couvert de sang se posant sur son épaule droite.

- Comment on se retrouve ?...

Le regard de l’homme se figea de terreur, aucun doute qu’il reconnaissait le monstre qu’il avait lui-même façonné par le passé, ce monstre qui avait brisé ses chaînes et se retournait maintenant contre son créateur. Il se débattit en hurlant, puis se mit à défier du regard le genin, le fixant de son œil valide en serrant les dents.

- Alors comme ça t’es devenu le toutou du village qu’on à attaquer jadis ? T’oublie à qui t’as affaire gamin ! Jsuis ton maître ! T’es rien du tout sans moi microbe !

Cette fois, ce fût au tour du nécromancien de rire, un rire froid, tandis qu’il tendit sa main vers l’homme, le corbeau fusant vers lui pour lui picoré le bas du dos de cet infâme personnage. Il continua, entre les hurlements de douleur et de rage du mercenaire, et le rire froid de Shin qui semblait prendre un plaisir malsain à torture celui qu’il considérait comme son bourreau. Il claqua ensuite des doigts, l’oiseau revenant sur son épaule droite, laissant le loisir au criminel de se rendre compte que l’oiseau venait de le picoré jusqu’aux os, l’immobilisant ainsi, en tout cas tout le bas de son corps. Il hurla de frappant ses jambes qui ne répondaient plus à ses commandes, avant de fixer de nouveau Shin.

- Tu vois le problème avec les monstres « maîtres »… C’est que si tu les brises trop, ils vont avoir un haine bouillonnante chaque jours en eux, et un beau jour.. Poof, elle éclate, et le monstre va se défouler contre son créateur. T’as pris ma vie, mon innocence… Mon humanité… Alors ne m’en veut pas, mais je vais te ramener avec moi à Iwa… Et tu va gouter à ta propre sauce. Le karma est vraiment une véritable saloperie, tu ne trouves pas ? Qui aurait cru que durant ma première mission hors du village, je tomberais sur ta tronche de rat décomposé ? Je remercie les dieux qui t’ont amené ici, qu’ils soient bon ou mauvais… Maintenant, dort.

Le nécromancien donna un coup dans le ventre du vieux mercenaire, assez fort pour l’assommer, sans lui briser une ou deux côtes. Il s’en alla ensuite enfermer les cadavres dans des sceaux qu’il mit dans sa sacoche, et se retourna vers la partenaire de mission qui revenait vers lui. Il venait de faire une petite démonstration de sa force, et maintenant, il lui montrait qu’il allait obéir aux règles.

- On fait quoi des survivants ?








techniques utilisées:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u560

[Mission libre B] Choc nécrotique (pv Shuuchuu Chiryou)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: