Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Echappée caprine [K. Lua]

Invité

Mer 15 Aoû 2018 - 0:17
Le Soleil avait repris ses droits sur le paysage et le village s'éveillait doucement. Mû avait passé une journée éreintante la veille à remplir des contrats destinés aux Genins comme lui. Des petites courses par ci par là pour aider les habitants, allant du jardinage à du sauvetage de chaton, il avait cavalé un peu partout. Son jour de repos lui ferait du bien. Quoique, la vie de shinobi n'était pas ainsi faite. Lorsque le devoir l'appelait, il se devait d'y répondre. Ce qui pouvait arriver à n'importe quel moment.

Son intuition lui indiqua pourtant que cette journée se déroulerait sans accroc. Un pressentiment qui le motiva à se lever et à se préparer. Un petit sourire en coin, il enfila ses plus beaux habits et prit la direction des portes du village. L'Arche Grise comme ils l'appelaient. Un coin qui devait respirer la sérénité de si bon matin. Tout guilleret, il traversait les rues en saluant quelques commerçants qu'il commençait à connaître dans son quartier. Un petit hochement de tête ou un signe de main et il continuait sa progression. Il se maudit de ne point avoir pris sa canne qu'il aurait aimé faire virevolter dans les airs. Un instant il hésita à faire demi-tour pour la récupérer. Il faisait beau et ce serait idiot de retourner dès maintenant en intérieur !

Arrivé à l'Arche Grise, il se calma, respectant le sérieux des gardes qui pouvaient surveiller l'endroit. Il se promenait, piétinant sans vraiment avancer dans sa marche. Un sentiment plutôt agréable. Il se serait presque mis à siffloter, si un cri n'avait pas retentit non loin de là. Accourant vers le point d'origine du bruit, il se précipita vers une pauvre vieille dame toute tremblante. Il n'eut pas le temps de lui demander ce qu'elle avait, sa voix sèche le devançant :

- Mes pauvres enfants se sont échappés je n'ai pas pu les retenir ! Ramenez les moi !

Un peu chevaleresque comme demande mais il aurait été bien impoli de refuser. Ce qui n'était pas dans les habitudes du gentilhomme. Il n'avait d'ailleurs pas manqué d'observer qu'il n'avait pas été le seul à accourir. Une jeune femme s'était également présentée, semblant prête à aider aussi. Mû lui adressa une révérence :

- Bien le bonjour. Je me présente : Mû. Il semblerait que le Hasard nous ai amené à aider cette dame. Un petit coup de main ne serait pas de refus je pense, dit-il avec un léger sourire.

Quitte à ce que cette femme retrouve ses bébés chéris, autant que ce soit le plus rapidement possible. Ils seraient tout de suite plus efficaces à deux. Puis un rapide souvenir de ce matin tirailla le jeune homme qui étouffa un soupir. Son bon sentiment que la journée se déroulerait sans problème était faussé. Et il n'était pas encore au bout de ses peines.


@KINU LUA
Revenir en haut Aller en bas

Mer 15 Aoû 2018 - 22:01
ECHAPPEE CAPRINE
MÛ & LUA

Un peu trop d'action ces derniers temps, dont une escapade dans les hauteurs, qui m'avait couté beaucoup d'énergie et des blessures. Quelques bandages un peu planqués sous mes fringues sombres. Un style sobre, qui s'était usé avec le temps et que je remplaçais au fur et à mesure que je trouvais de quoi le faire. Je n'ai jamais été trés matérialiste. A quoi cela me servirait si c'était pour devoir mourir demain? Trop de biens impliquait aussi le fait de ne pouvoir voyager comme on le veut et ce qui faisait un de mes traits de personnalité était mon absence d'attache. N'être relié à rien ni personne. Juste de quoi me saper, me défendre, quoi que vu mes compétences, mes vêtements étaient mes armes. D'autant plus frustré d'être bien habillé si c'était pour les tacher en permanence. Je redoutais le jour où je devrais utiliser trop de tissu à mon insu pour vaincre un adversaire, et que ma pudeur en prendrait un coup, mais pour le moment ce n'est pas arrivé.

La seule qui m'aie arrivé, je ne sais comment d'ailleurs, c'est de me paumer quelque part... des murs. Des ruines? Des murs en tout cas. De la végétation et ... "bêeeeh!" He? Une... chèvre? Mince, je suis dans une propriété privée? Il est où le panneau que j'ai loupé? Je suis à peine shinobi que je me paume déjà, et que je fais des effractions sans le savoir. Aucune envie de me manger un blâme pour une truc aussi absurde! Et puis... ça aurait une chèvre au sol, passe encore, mais là, elle est... à 5 mètres du sol. Je parcours des yeux le potentiel chemin suicidaire qu'elle a du parcourir pour arriver juste là haut. Comment dire que vu l'escapade infernale que je me suis farcie dans les hauteurs sauvages des alentours de Kumo y'a quelques jours, j'ai un peu de mal à ... apprécier cette perspective caprine? M'enfin, si ça l'éclate! Je ne vais pas la déranger. C'est ça. Ressortir d'ici et faire comme si de rien n'était. Et si demain cette chèvre a trépassé c'est qu'il en sera ainsi? C'est pas un peu lâche? Ou bien c'est la loi de la nature? Je soupire, mes bras devenus limite plus longs que la normale, vu comment ils s'affaissent le long de mon corps, les yeux rivés vers la chèvre. C'est pas vrai, dites moi que je vais pas faire ça...

Une minute. Deux. Je grimpe et elle saute. La blague. Elle a sauté! Toute seule! Pourquoi je me suis inquiétée.... j'aurais du la laisser se suicider. Elle me lorgne avec son regard globuleux, un oeil qui louche vers l'extérieur. Quelque chose me dit que tous ses sauts ne se sont pas tous bien passés quand elle était petite. Est-ce que ça veut dire moi aussi je vais loucher plus tard si je foire un saut en temps que ninja? La corrélation est aberrante, tout comme le fait que je sois perchée ici. C'est n'importe quoi.

Je suis redescendu et la chèvre me lâche plus. J'ai rien à mangé. Je m'éloigne, elle va peut-être me lâcher. Que neni, la voilà qui me traque et essaie de bouffer la bande de tissu qui dépasse de ma cuisse. Je vais la frapper. J'ai trés envie, là. Tout de suite. Elle bêle et j'entends une vieille juste à coté de moi à l'angle du mur. Et un homme se confond en révérence et... je crois que... j'ai rien compris à ce qui arrive. Prise au dépourvu avec la chèvre qui pousse avec le plat de mes cornes sur mes fesses, m'obligeant à sourire, et à répondre positivement. Il se passe quoi? Je ne sais même pas à quoi j'ai dit oui, mais la vieille choppe la chèvre par les cornes et l'emmène dans l'enclos, me dévoilant que je ne suis pas dans une propriété privée mais que les chèvres se sont visiblement barrées toutes seules en revanche. Euh, le hasard? Non, pas pour moi. Ce qui m'a amené ici... c'est ... une chèvre. Il a fait une révérence. Purée... on m'en a jamais fait. Ça fait bizarre. Je me sens gueuse à coté de lui. J'ouvre de grands yeux surpris, essayant de faire comme si le destin avait une raison dans tout ça... (si j'avais si que le destin c'était une chèvre, j'aurais eu moins de principes) .

"Euh. Lua." dis-je en levant la main doucement, alors que la même chèvre repasse à fond devant nous. Visiblement, elle ne veut pas rester avec la vieille. Elle leur fait quoi pour qu'elle se barre comme ça? J'ai comme un doute sur le fait de lui ramener mais je me dis que ce serait un entrainement comme un autre. "Je sais pas si c'est le Hasard, mais celle-là s'en fiche j'crois..." J'ai un sourire. C'est comique si on regarde pas la tête effarée de la petite mamie.

"Mais ne restez pas planter là! On va me les voler! Pire, elles vont se faire écraser par une charette ou se noyer dans l'étang voisin!"

Y'a un étang pas loin? C'est balo. Je passe mes mains gantés sur mes hanches, en gonflant les joues, du style: on est bien barré, pourquoi je me suis foutu la dedans moi? C'en suit un sourire timide. Bon bah quand faut y aller hein. Je me dirige vers le dit étang et la route où elles sont sensées être parties. On commence à distinguer la petite étendue d'eau et quelques chèvres y sont rentrés aux genoux. "Ah... vous avez vu?" Je ne me presse pas, elles ne sont pas suicidaires si? Et puis bon, si elles me font la même chose que l'autre badasse sur sa pierre là, pas la peine de courir pour qu'elles se tirent et que je finisse la tête dans l'eau.
Un bruit m'arrête et je vois en coin un type qui a attrapé une des chèvres et qui la tire , du moins qui essaie de la charger dans sa charette. C'est pas vrai. Quel lourd. "Hey ! Vous! Lachez cette chèvre!"

Serieux. Est-ce que je viens vraiment de dire ça?



_________________

⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳theme3⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3888-termineekinu-lua-etoffe-perdue
Invité

Jeu 16 Aoû 2018 - 2:11
La demoiselle sembla un peu désarçonné par l'accostage de Mû, un peu direct sur l'instant, au même titre que la demande de l'octogénaire. Mais le malheureux ne pouvait agir autrement que comme il avait été éduqué. Son ancien statut de bourgeois privilégié avait laissé des traces. La dénommé Lua parvint tout de même à sourire de la situation en jouant sur les propos du gentleman. Un sourire naquit sur ses lèvres à lui aussi mais les cris de la vieille achevèrent de les convaincre de se lancer à la poursuite de ce qui était en réalité un troupeau de chèvres.

Quelle idée de les appeler "ses enfants". Mû se visualisait une bande de pauvres bambins et le voilà à traquer des chèvres aux abords du village. Si un supérieur passe par là, il se gausserait de leur malheur. D'ailleurs il ignore tout de celle qui l'accompagne. Si ça se trouve elle est bras-droit du Raïkage et le voilà à lui proposer une chasse caprine. Un soudain sentiment de gêne se distille en lui. Il se mit à espérer de toutes ses forces que ce ne soit pas le cas.

Voilà néanmoins le duo en route vers un étang où les bêtes seraient parties. Au loin, certaines sont visibles. Sa partenaire du jour ne manque pas de lui indiquer. Il accueillit sa demande d'un hochement de tête, un regard et un sourire. Puis il scrute de nouveau l'horizon à la recherche d'autres fugitives. L'une d'elles semble prisonnière d'un gueux un peu trop courageux profitant de l'occasion. La kunoichi l'accompagnant l'accosta immédiatement. Mû partait pour lui emboîter le pas mais une paire de cornes lui effleure les fesses avant de se sauver plus loin. Le bougre n'a pas l'air bien dangereux et il préféra tenter sa chance avec la chèvre. Celle répondant au nom de Lua semble bien armé pour faire face à un bouseux. Mais au moins avant de s'éclipser, le gentleman prévint sa collègue :

- Un instant je rattrape celle-ci je reviens !

S'ensuivit une course parfaitement ridicule. L'animal se baladant et sautillant de pierre en pierre, poursuivi par un Mû déjà au regret d'avoir pris conscience des dires de la vieille. Un simple déni l'aurait aidé à passer une bonne journée. Elle s'annonçait finalement infernale. Profitant tout de même de ce que l'évolution des espèces lui a conféré, il finit par bloquer sa proie contre des buissons épineux. Il s'approcha délicatement pour la prendre sur bras. Son retour vers son point initial fut d'une affligeante idiotie. Lui essayant de maintenir son paquet sous le bras, fesses de la chèvre pointant vers sa direction : Lua et le paysan. Il est temps de voir si elle a réussi à régler ce problème. Auquel cas il lui viendrait en aide.

Mais c'était sans compter sur la fougue de la bête sous son bras. Un coup de sabot dans les côtes et il termina face contre terre, fesses en l'air, un affreux goût de poussière dans la bouche. Cette fois il se jura que ces animaux payerait le prix de leur escapade.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 3 Sep 2018 - 15:22
ECHAPPEE CAPRINE
MÛ & LUA

Peu après avoir entendu la perspective d'initiatives de ma rencontre fortuite de la journée, je me dis que j'aurais du échanger avec lui. Homme contre homme en général, ça finit toujours plus rapidement. Là, à coup sûr, il y aurait des dégâts collatéraux, à cause d'un possible machisme de la part du voleur. D'abord, il me traiterait de gamine, puis me demanderait ce que je compterais faire avec mes petits biscotos, je devrais du coup le frapper ou le traîner par une oreille, au risque de lui arracher, et pour finir... non rien pour finir. Tout ceci me faisait râler en avance mais je devais... sauver... cette chèvre. Pourquoi je dois le sauver! On a déjà du mal à les attraper , ça veut dire qu'elles peuvent se débrouiller seules non? En fait, je réalise qu'on ne fait pas ça pour les chèvres, mais pour que la vieille aille crier partout que des kumojin ont refusé de l'aide et aussi possiblement épargner les voisins des cris d'une octogénaire déjanté qui veut juste récupéré son bétail. Maintenant elle connait nos tête en plus. Qui nous dit qu'elle est pas capable de nous suivre jusqu'à nos chambres pour nous harceler en bas de la fenêtre? Y'a de drôles de spécimen des fois. Je me dis que vivre dans la montagne, c'est quand même moins compliqué. Maman... heureusement que t'es une motivation suffisante, sinon je serai devenue une éleveuse d'escargot des brumes dans les sommets de la région.

Je me retrouve alors en face d'un type tout maigre, à la ceinture de biais et aux vêtements tout usé. Ça me fait de la peine, il n'a pas l'air de courir sur l'or, mais est-ce que je peux pour autant lui laisser cet animal, qui n'a d'ailleurs pas envie de rester avec lui. "Vous devriez lâcher cette chèvre, elle a pas l'air de vous apprécier... " lui conseille-je en fronçant un peu le nez. Je n'ai pas envie de lui faire du mal. Il a l'air gentil dans le fond, juste pas gâté par la vie et ça peut arriver, malheureusement. Je suis bien placée pour savoir qu'on ne choisit pas où on naît. Tout en observant le jeune type se battre contre la fougue de la chèvre qui semble avoir une sacrée, je me frotte la joue, perplexe. D'un coup le type soulève la grosse chèvre du sol et la balance dans sa charrette. La chèvre gueule, soit outrée, soit blessée. "Hey! Non! Je vous ai dit qu'elle avait dit déjà une propriétaire!"
"J'm'en fiche! Elle n'a pas un gosse à nourrir elle, et personne veut m'embaucher!"
"Bah j'y peux rien moi! Mais cette chèvre n'est pas à vous! Et puis pourquoi vous demandez pas à ... " Je réfléchis deux minutes, alors que la chèvre charge son agresseur à grands coups de tête. Il finit de cul par terre et je le laisse se débrouiller avec sa chèvre, qui le piétine énervée. "Pourquoi vous demandez pas à la vieille si vous pouvez travailler pour elle? Elle arrive pas à garder ses chèvres toute seule. Peut-être qu'avec un peu de ... chance, elle accepter..." Je me coupe sans le vouloir à la chute de mon partenaire de chasse improvisée, qui lui aussi visiblement peine avec sa chèvre. Mince, c'est de vrais diables ces cornues!

Un coup de main. Un sourire en coin, je m'approche et l'aide à se relever, souriant un peu plus amusée. Il a le nez tout terreux, le pauvre. Et la chèvre, elle, s'est de nouveau éloignée, mais pas trop loin. Je me dis qu'il est peut-être temps pour moi de monter d'un créneau. "Euh... Mû... dis... tu crois que tu arriverai à convaincre la vieille dame d'embaucher cet homme? Il a pas de travail, c'pour ça qu'il vole des chèvres..." dis comme ça, c'est ridicule, faut le reconnaître, mais qu'est-ce que je peux dire d'autre!

En même temps, je déroule de longues bandes de tissu de mes avant bras, et me concentre un peu pour réussir mon petit tour de magie... Meumeunant une petite chanson, j'approche la chèvre échappée et je lance la bande de tissu vers la chèvre qui commence à se carapater, mais la liane se faufile entre ses pattes et je tire net. Pouf par terre. Je souris fière de moi et me redresse! "Hop!"

Je regarde le sol. De l'herbe partout et pas de grosses pierres sur le chemin. Bon bah. Je hisse la bande de tissu par dessus mon épaule et me met à tirer la chèvre au sol, derrière moi comme une demi stère de bois. Un homme peut porter cette grosse chèvre à la mamelle dilatée, mais pas moi, alors j'invente la chevreluge.

Je passe à coté des deux autres hommes avec un petit sourire, leur faisant comprendre que mon acte est tout à fait normal, et que je compte bien faire pareil avec les autres si elles sont trop grosses. Vu qu'elles veulent pas me suivre debout! La chèvre ne bêlent même pas, trop occupée à attraper les touffes d'herbes qui passent à portée de sa bouche. Et quand j'arrive enfin devant la vieille, elle me fixe, horrifiée comme si la chèvre s'était transformé en un jambon mort.
"Elle va bien, vous inquiétez pas... elle est juste trés tétue et un peu violente..."
"Mais... mais... mais..." se met-elle à begayer.
Elle va pas faire un malaise j'espère... je remets la chevre debout en l'attaquer solidement à une corde, récupérant rapidement ma soie autour de mon bras. La chèvre me file un coup de pied, et je la fixe en fronçant le nez. Ingrate! Tu veux que j't'en mette un de coup de pied? Je grogne en silence et m'éloigne , visant une autre chèvre, que je ramène à son tour, par terre, sans la blesser. Je souris au trio en revenant. Et rebelotte. Sauf que la troisième, elle est dans l'eau et qu'elle se barre en courant. "Hey! Reviens!"

Et c'est là que j'apprends que mes bottes ne sont plus vraiment étanches.


_________________

⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳theme3⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳⊳
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3888-termineekinu-lua-etoffe-perdue

Echappée caprine [K. Lua]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: