Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

» Présentation de Nozomi Ryû (en cours de commencement)
Aujourd'hui à 10:27 par Nozomi Ryû

» Le loup et la chasseuse [PV Hohoemi Tsuki]
Aujourd'hui à 10:11 par Nobuatsu Saji

» [Mission libre D] Le chat chapardeur
Aujourd'hui à 10:10 par Akane Ito

Partagez | 

[B/Libre/Iwa] Les voies du Bushido sont impénétrables


Mer 15 Aoû 2018 - 16:08
Les voies du Bushido sont impénétrables
Hoshino... Voilà bien un nom que je n'escomptais plus entendre prononcé dans cette contrée. Après la traîtrise de celui qui osait se présenter comme notre cousin, à Yoshitsune et moi, j'ai toujours au travers de la gorge ce nom qui pourtant n'est pas des moindres au Pays du fer. Un clan mineur de samourai, officiant en temps normal sous le nôtre, bien plus grand et prestigieux. Après tout, n'est-ce pas mon oncle qui est le shogun ? Un prestige mérité au fil des années, à faire valoir notre art et le bushido que nous tentons de respecté scrupuleusement et pourtant... Pourtant en dessous de nous, il a eux, ceux arborant ce nom et qui non visiblement aucun respect pour le cheminement du Bushido. Un irrespect total de nos valeurs. Watari, j'ose espéré que ce n'est pas lui le rônin qui ose se promener sur les terre de la Roche. Quelle folie ça serait là, s'il osait revenir ici, après sa double trahison, voir même triple trahison. Déserteur de la brume, puis de la roche, mais plus encore, il a retourné sa lame contre l'ombre qu'il se devait de protéger. Un hérétique comme on en fait plus. Un incapable, un être méprisable et voilà que son infamie revient à mes oreilles alors que les rumeurs de ce rônin arrive dans le village et avant que cela ne puisse interpeller d'autre personne, j'étais aller quérir mon aîné afin de lui demander l'autorisation de mener l'enquête sur cette histoire. Ce fut une étrangement une réponse favorable qu'il m'avait donné. Son discours sur mon interdiction de quitter le village semblait bien loin maintenant, bien qu'il avait toujours parlé d'avoir son accord et maintenant avec son role d'ombre, je suis obligée de l'avoir... Un soulagement pour lui, une angoisse pour moi, car je me doute qu'il serait bien plus prompt à me dire non.

D'ailleurs, il avait même joué de sa position pour ne pas que je me retrouve seule dans cette mission, me faisant ainsi me retrouver avec un jeune homme issus du clan Yamanaka, l'un des clan originaire du pays du feu. Faisant dés lors parvenir une missive au genin pour l'informer du départ en mission imminent, je lui donne dés lors rendez-vous près des portes.

Profitant du délai accordé pour que le genin reçoivent la missive, mais également le temps qu'il s'apprête, je fais de même, passant au domaine du clan pour prendre un sac avec des vivres pour le trajets et également enfilé une tenue un peu plus adéquate que mon kimono d'entraînement, même s'il s'avère pratique, il n'en reste pas moins usée et pour mener l'enquête, il est préférable d'être d'une certaine façon, présentable, décent.

L'heure étant maintenant au rendez-vous, je gagne rapidement l'entrée du village pour attendre le jeune Hijins en espérant que celui-ci ai bien reçu la missive et qu'il ne soit pas du genre à être un retardataire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 16 Aoû 2018 - 8:57
Reitan avait pris le temps de se reposer depuis sa dernière mission à Kusano, aux frontières du pays de la Terre. Il avait été touché par les arcanes de protection inscrites sur le Fuinjutsu d’un parchemin que lui et son équipe avaient ouvert et s’était endormi plusieurs heures durant. Heureusement, il s’en était sorti indemne et le succès de leur contrat avait été salué. Malgré l’incident, le Yamanaka était plus confiant que jamais quant à ses capacités en mission. Il avait d’abord permis à une première équipe de se sauver d’une embuscade ennemie, grâce à la maîtrise de son talent héréditaire. Et puis, la semaine passée, ses qualités stratégiques avaient permis de neutraliser ce Chûnin de Kiri en espionnage aux portes du pays. Le jeune homme était conscient de ses points forts, lucide sur ses faiblesses et avait reçu sa dernière missive contractuelle sans éveiller chez lui d’appréhension particulière.

Cette fois-ci, c’était avec un samurai qu’il faudrait traiter. Le village suspectait un maître du bushido issu d’une famille mineure de ne pas respecter son pacte d’exil et de continuer ses pérégrinations à travers les terres protégées par Iwa. Plusieurs échos étaient remontés jusqu’à la table du Tsuchikage jusqu’à ce que la mission soit décidée. Il revenait donc à Reitan ainsi qu’à sa cheffe d’équipe, une certaine Mikazuki du clan Nagamasa, de lever le doute et, le cas échéant, faire cesser le trouble.

Lui ne connaissait pas grand-chose aux Nagamasa. Il avait, bien évidemment, rencontré le Tuchikage il y a quelques jours qui était lui-même issu de cette lignée illustre du village. Il savait, tout du moins, que ce clan perpétuait la tradition ancestrale du bushido et que son art redoutable était respecté à travers le monde entier. Mais c’était finalement peu d’informations. Peut-être aurait-il l’occasion d’en apprendre davantage à leur sujet, en discutant avec celle qu’il accompagnait ?

De nature ponctuelle, Reitan ne se fit pas attendre à l’heure du rendez-vous. Il était correctement vêtu, comme à ses habitudes, arborant des vêtements propres et le visage à moitié caché par une capuche qui lui servait de protection contre la pluie qui commençait tout juste à tomber. Ses cheveux d’un blond éblouissant et ses yeux azur s’arrêtèrent devant Mikazuki. Reitan la fixa un instant.

[Reitan] « Reitan Yamanaka, Genin, au rapport. »

Un marchand passa juste à côté avec une petite échoppe ambulante. Il vendait différents plats et poissons qui sentirent si bon que Reitan s’excusa un instant pour aller acheter de quoi se remplir le ventre. Il prit aussi quelque chose à offrir à la Chûnin, pour ne pas être pris en défaut de politesse.

[Reitan] « Vous faites partie du même clan que notre Kage n’est-ce pas ? Lui aussi est un Nagamasa. »

Il termina de manger et reprit.

[Reitan] « Je vous suis, à vos ordres. Cette mission m’a l’air moins risquée que ma dernière. Si cet homme a signé un pacte d’exil, il ne devrait pas avoir de mal à comprendre qu’on le reconduise à la frontière je suppose. Dans le cas contraire, et bien nous aviserons… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

Lun 20 Aoû 2018 - 21:55
Les voies du Bushido sont impénétrables
Un fin sourire prend place sur mes lèvres alors que les traits de votre visage apparaîsse à mes yeux. Vous êtes à l'heure, à la bonheur ! Vous écoutant vos présenter et surtout vous mettre à ma disposition pour la mission, j'incline respectueuse la tête. "Nagamasa Mikazuki, tentons d'être efficace ensemble." Parce que si ce n'est pas le cas, cela sera problématique dans le futur à cause de cette demande de mon frère de prendre ce jeune homme et de former une équipe avec. Je me demande bien où il a vu que j'étais capable de cela alors que j'estime encore avoir un niveau plus que médiocre. Je suis monté en grade trop vite à mes yeux, je ne devrais qu'arboré le grade de genin là encore... L'académie m'a permit d'apprendre la théorie, mais la pratique fut moindre par exemple, alors j'ai pas mal de lacune et les heures d’entraînements que je fais actuellement ne m'aide pas à rattraper/combler le retard.

Votre question fuse alors et mes iris vous détailles un instant. "Le tsuchikage est mon aîné en effet." Mon aîné, pour dire mon frère, mais cela j'ignore si vous réinterprétée de la sorte. Peut-être vous imaginerez-vous simplement que je dis cela parce qu'il est plus vieux que moi, après tout, je devrais pouvoir dire cela de Jotarô aussi par exemple, car il est plus âgé que moi si je ne me trompe pas et dés lors est mon aîné dans le clan.

Ecoutant une nouvelle fois les propos du jeune homme, je l'invite d'un mouvement de tête à se mettre en route, tendant les papiers nous autorisant à quitter le village pour réaliser cette mission.

"Il ne faut pas se fier aux apparences, une mission peut avoir l'air simple et pourtant être dangereuse. Puis concernant, les Hoshino, le dernier qu'Iwa à vu a tenté de tuer le Nidaime Tsuchikage, alors je doute que l'on puisse réellement penser qu'il partira sans broncher..." Après tout, il devait être au courant des événements de Hi où Yuki Ayuka et Hoshino Watari, deux des déserteurs de Kiri qu'Iwa à receuilli sous l'ère de mon autre frère, Chôgen, la première ombre de la roche, se sont retourné contre le Raikage et le Tsuchikage de l'époque.
Dis de la sorte, ça semble lointain et pourtant, ça remonte à quelque lune seulement...Un événement ayant précédé la chute d'Akimoto de sa place de kage et ayant conduit un autre de mes frères à devenir ombre de la roche. D'une certain façon, je suis inquiète qu'il finisse comme Chogen, mais en même temps, cela vengerait père et je ne pourrais qu'être ravie. Pourtant, même si je suis désireuse de le voir mort, je ne peux me résigner à cette éventualité. Serais-je réellement heureuse de ne plus avoir cet autre frère ? Même s'il est assez désagréable avec moi et me gifle bien trop facilement, je tente de me convaincre qu'en réalité, il désire mon bien... D'une étrange façon, mais qu'il le désire quand même...

"La dernière fois qu'il a été vu, c'était dans le village d'Ainokura, il est à un peu moins d'une journée de marche, cela va nous permettre d'en apprendre un peu plus l'un sur l'autre. Vous avez fait une mission précédemment ? En quoi consistait-elle ?" Un moyen de savoir peut-être un peu comment vous vous comportez en mission, si bien entendu, vous allez dans les détails. Chose que j'espère sinon, la route risque d'être assez longue, que ça soit pour vous et moi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 21 Aoû 2018 - 11:34
[Reitan] « Ma dernière mission consistait à me rendre avec mon équipe à la frontière de notre pays. Là-bas, des villageois mis au courant des problématiques frontalières avaient envoyé à Iwa plusieurs signaux d’alarme quant à l’incursion supposée d’éléments étrangers sur nos terres, intuitions qui se sont révélées bonnes puisque nous avons eu à affronter un shinobi ennemi, probablement un chûnin. J’étais accompagné d’un Hyûga et d’un Inuzuka, notre chef d’équipe. »

Les terres de la Roche commençaient à être arides. Probablement pas autant que les septentrionales contrées du Sable dont on lui avait parlé à l’Académie Hashira mais suffisamment pour que déjà à dix heures du matin le soleil ne devienne une problématique de laquelle on cherchait à s’abriter. Reitan et Mikazuki avançaient d’un pas correct, profitant des chemins un tant soit peu ombragés pour soulager leurs peaux brunies par l’astre ardent qui avait asséché une partie notable de la flore locale. L’été était bien là.

Le Yamanaka repensait à ce que lui avait dit la jeune femme. Il la relança au sujet de sa famille.

[Reitan] « Votre aîné ? Dois-je comprendre que le Tsuchikage est votre grand-frère ? »

Comme celle-ci avait manifesté le souhait d’en apprendre davantage l’un sur l’autre, le jeune homme entreprit de lui raconter un peu l’histoire de sa courte vie. Elle semblait à l’écoute et inspirait suffisamment confiance pour qu’on ait spontanément envie de lui parler. C’est donc tout naturellement, et sans vraiment s’en rendre compte, qu’il reprit.

[Reitan] « Je suis arrivé à Iwa il y a trois ans, après avoir éveillé auprès des miens les premiers signes des talents héréditaires Yamanaka. Notre famille a la particularité d’accéder aux pensées des autres via l’utilisation du chakra. En poussant notre entraînement dans ses retranchements, les meilleurs d’entre nous sont capables de contrôler l’esprit de quelqu’un et de communiquer avec lui mentalement. »

Reitan marqua une courte pause, manifestement absorbé par ses pensées. Ses yeux fixaient le vide et après un court instant d’interruption il poursuivit son récit.

[Reitan] « En général, ceux de mon clan rejoignent le village d’Iwa. Ema Yamanaka était une kunoichi de renom dans notre village, elle était ma cousine. Grâce à notre don naturel, la plupart d’entre nous sommes affectés à des tâches spécifiques liées de près ou de loin à l’espionnage et au soutien des équipes, la télékinésie étant une arme redoutable dans ces perspectives. »

Sa voix se fit plus noire.

[Reitan] « Certains d’entre nous empruntent des voies différentes des villages cachés. Vous avez peut-être eu vent de Rei Yamanaka, un shinobi errant issu de mon clan. Il n’a juré allégeance à aucun Gakure. D’autres encore, qui se font plus rares, choisissent d’utiliser notre Kekkai Genkai pour dominer les autres et détruire. Ceux-ci deviennent très souvent des ninjas redoutables car ils ne posent aucune limite à l’utilisation du contrôle de l’esprit. Pour cette raison le clan compte dans ses rangs une poignée de shinobis, les Kagayakis, dont les talents Yamanaka sont inégalés et qui ont la responsabilité d’éliminer ceux qui portent tort à notre nom de famille. C’est la courte ligne sur laquelle un Yamanaka se tend en permanence en équilibre. Le proverbe dit qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Chacun des miens se doit à chaque instant de se demander quel est l’usage juste de nos capacités. C’est en tout cas ce que ma famille m’a transmis avant de rejoindre Iwa. »

Le jeune homme leva les yeux vers Mikazuki et sembla interrogatif.

[Reitan] « Et vous ? Qui sont exactement les Nagamasa ? Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre Iwa ? »

Au loin l’on pouvait distinguer un village. Nous arrivions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

Mar 21 Aoû 2018 - 20:59
Les voies du Bushido sont impénétrables
Rapidement et conformément à ma demande, vous vous mettez à me parler de votre précédente mission, allant un peu dans les détailes pour me parler de celle-ci et de son déroulement, bien que restant assez vague sur la finalité de celle-ci, même si en vu de vos précédents dires, je peux facilement comprendre qu’il s’agit là d’une mission qui est arrivée à terme. L’ennui, c’est que vous en venez à sous-estimer un peu notre mission, mais je ne vais guère me répéter à nouveau, je vous ai mis en garde quant à la fourberie des Hoshino et dès lors, je compte sur vous, pour ne pas agir impunément parce qu’une mission peut être facile, mais devenir compliqué avec un manque de communication dans le duo que nous formons et dès lors être mise en peril. Néanmoins, j’espère bien que ça ne sera point le cas et c’est un peu pour cela que je veux apprendre à vous connaître un peu plus, profiter du trajet pour en apprendre sur vous, que ça soit pour cette seule mission tout comme pour le fait que mon aîné ai eu la brillante idée de me mettre une équipe dans les pattes…

Chef d’équipe, j’avais hallucinée quand il m’avait annoncée cela, néanmoins, je ne lui avais rien montré de ça, acceptant simplement sa demande même si le doute avait prit place dans mon être. Après tout, je ne m'estime pas assez forte, ni même avoir eu assez d’expérience sur le terrain pour prétendre à ce titre et voilà que par manque de chûnin ou bien par une recrudescence de genin, je ne sais pas trop, je me retrouvais à devoir jouer à la cheffe d’équipe. Une idée farfelue de mon aîné.

Oui, Yoshitsune-sama est mon frère aîné, tout comme Chogen-sama l’était également.” Chogen, la première ombre et Yoshitune la troisième ombre. A croire que le destin des Nagamasa d’Iwa est de soit mourir pour la roche, comme Koga ou bien en devenir le dirigeant. J’espère néanmoins, ne pas finir comme le plus jeune des trois et disparaître dans les méandres de l’oubli sans avoir pu honorer le nom que je porte. “Néanmoins, j’espère que cela ne va pas changer votre façon de vous comportez avec moi.” Parce que savoir que j’étais la soeur du Tsuchikage changeait bien trop souvent la donne, des personnes se montrant dés lors plus agréables, voir trop agréable avec moi en espérant probablement que je les vantes auprès de mon aîné. Une perte de temps pour eux, comme pour moi.

Vous me parler alors de votre passé, mais surtout de votre clan et les responsabilités qui inclues à votre pouvoir. Je vous écoute dès lors d’une oreille plus que attentive, allant même à être surprise d’apprendre que vous semblez connaître la célèbre Ema personnellement, la présentant comme votre cousine. Ne pipant aucune mot durant vos palabres, je me contente de marcher et vous laisser poursuivre votre salve qui est des plus intéressante. Jusqu’au moment où vous me questionner sur mon clan.

Tournant un peu la tête vers vous, je vous observe un instant. “Je ne pense pas être la mieux placée pour vous répondre, néanmoins, je vais tenter de le faire du mieux que je peux.” Vous informais-je doucement sans préciser le pourquoi je dis cela, car il ne s’agit pas d’une preuve d’humilité à cet instant. “Nous sommes origine de Tetsu, le pays du fer où notre clan est l’un des plus important, le Shogun est mon oncle pour tout vous dire. Alors notre nom est respecté. Néanmoins, mon père, dans sa quête de puissance, je crois, à décidé de venir s’installer dans le pays de la terre afin de prouver sa valeur et à ainsi fait venir ses enfants avec lui. Ils ont participé à la construction d’Iwa, bien qu’à l’époque, son nom était encore Rokkusu. Enfin, je me doute que je n’ai pas besoin de t’expliquer l’histoire d’Iwa.” Plaisantais-je doucement avant de poursuivre. “Nos facultés, quand à elles sont liés à notre arme, nous sommes des manieurs de lame, un peu comme les épéistes de kiri, à la différence que nos armes n’ont pas de pouvoir spectaculaire, nous nous illustrons dans la rapidité et la précision de nos gestes, mais également dans la voie du Bushido que nous tentons de respecter.” Résumais-je doucement.

Sinon, d’un point de vue plus personnelle, je suis venue à Iwa pour rejoindre ma famille, mon père m’ayant envoyé à l’académie du rempart assez tôt, dès lors, contrairement à mes frères et ma soeur, je n’ai point participé à la concrétisation d’Iwa, c’est également pour cela que je ne suis pas la mieux placée pour te dire le pourquoi on est venu à Iwa, car quand j’ai quitté le pays du fer, mon père ne projettais aucunement de quitter le domaine que nous avions.” J’hausse alors un peu les épaules, navrée de pouvoir vous en dire plus en réalité… J’espère néanmoins avoir satisfait un peu votre curiosité quand à notre clan.

Relevant le regard, j’observe les premières habitations se dessiner devant nous. “As ton avis, quelle approche devrions nous avoir ? Les habitants de ce village apprécient les Iwajins, mais avec la présence d’un potentiel ennemi, quelle méthode adopterais-tu ?” Mise en situation en lien avec le contexte, je veux savoir votre analyse et surtout, vos méthodes, une façon d’apprendre à vous cerner et savoir si l’on pourrait faire du bon travail d’équipe encore une fois…Le plus simple pour apprendre tout cela aurait dû être lors d’un entraînement, pas en pleine mission, mais mon frère avec ces idées bizarres parfois…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 21 Aoû 2018 - 22:43
La Kunoichi lui était sympathique. Au fur et à mesure qu’ils avançaient en direction du village et qu’ils apprenaient à se connaître davantage, Reitan se sentait de plus en plus à l’aise avec sa cheffe d’équipe. Après qu’il avait pris le temps de lui conter un peu l’histoire de son clan et ses particularités, le jeune homme prêta une oreille attentive à ce que lui expliquait Mikazuki au sujet des Nagamasa. Elle n’avait pas l’air d’être passionnée par l’histoire de sa famille, ni de se sentir investie d’une mission particulière vis-à-vis d’elle. De ce qu’elle lui disait, elle était simplement là parce que sa place était ici. Il n’y avait pas de raison particulière à son statut de shinobi d’Iwa. Qu’importe, le destin fait souvent les choses à lui seul. A cet instant, Reitan n’excluait pas une seconde que cette femme venue au village caché pour suivre les siens puisse un jour devenir l’un des éléments les plus redoutés de leur Gakure. De son jeune âge et sa courte expérience, ce qu’il savait au moins c’est qu’aucun chemin prédéfini ne mène au succès.

Rapidement, les premières toitures se firent plus nettes et l’odeur de quelque restaurant commençait à embaumer l’air d’un doux parfum de ramen. Cela creusait le ventre du Yamanaka qui aurait bien à cet instant troqué sa mission contre un bon déjeuner. Mais il balaya aussitôt cette idée de sa tête, se répétant qu’il était avant tout un ninja et qu’il devait toujours faire passer son contrat en priorité sur ses envies personnelles. Un peu avant de pénétrer le village à proprement parler, la Nagamasa l’interrogea. Elle voulait connaître son avis voire son analyse quant à la stratégie à adopter une fois arrivée à bon port.

Sans trop hésiter et confiant dans ses capacités d’appréciation, Reitan ne tarda pas à lui répondre.

[Reitan] « Et bien si ces gens nous apprécient et qu’ils entretiennent des liens solides avec le village, peut-être qu’un passage de prime abord auprès de leurs chefs serait une initiative appréciée. Après tout, notre présence soudaine chez eux peut réveiller des inquiétudes et susciter des interrogations. Justifier notre venue et informer les responsables des lieux de la situation, y compris de l’activité potentielle d’un ennemi dans les environs, me semble la meilleure option. »

Il attendait désormais de savoir si son idée conviendrait à la jeune femme. Au moment où il termina ses paroles, le duo pouvait distinguer très clairement ce qui semblait être la demeure du conseil du village, là où se réunissaient les notables qui décidaient justement de la politique quotidienne de la bourgade. Si Mikazuki validait son idée, c’est donc par ici qu’il faudrait passer en premier.

Autour d’eux, plusieurs habitants de la petite localité les dévisageaient. Le questionnement pouvait se lire sur leurs faciès. Que faisaient ici, en cette belle journée, deux ninjas arborant les deux rochers d’Iwagakure ? Il faudrait dans tous les cas couper l’herbe sous le pied à tout sentiment de panique collective et s’assurer que chacun continue de vaquer tranquillement à ses occupations. La meilleure manière de mettre la mission en péril et de se faire repérer c’était de briser les habitudes du village.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

Mer 22 Aoû 2018 - 18:14
Les voies du Bushido sont impénétrables
Je dois reconnaître que votre analyse est plutôt bonne. Il s’agit là d’une approche plutôt bienveillante et dés lors, j’accepte de la suivre. Pour ma part, je serais bien plus vite partie sur l’option d’infiltration, pour récolter des informations et éviter de faire fuir l’individu, si effectivement ils se trouvent encore là, mais ça aurait pu prendre plus de temps également…

Marchant dès lors dans le village sous le regard des paysans qui semblent perturbés par notre présence, on se dirige vers le centre de celui-ci où se tient le bâtiment de réunion du conseil, un peu comme à Iwa avec le palais du Tsuchikage. Observant brièvement la bâtisse, je vous invite à me suivre afin que l’on se présente le plus rapidement possible et ainsi obtenir dans les informations concernant cette rumeur qui nous est parvenu.

Martelant doucement la porte de mon poing pour signaler notre présence aux civils à l’intérieur, on vient rapidement nous ouvrir. Observant rapidement l’homme d’un âge assez avancé qui se présente devant nous, j’incline respectueusement la tête.

Bonjour, je me présente, Nagamasa Mikazuki, chûnin de la roche et voici Yamanaka Reitan, nous sommes missionné dans votre village suite à des rumeurs qui nous sont remonté concernant la présence d’un membre du clan Hoshino dans votre contrée.” Une présentation rapide, mais respectueuse. Je relève la tête, posant mon regard clair dans le sien. “Pouvez-vous nous faire par des informations que vous avez ?” Demandais-je alors calmement alors qu’il nous invite à entrer dans le bâtiment pour parler probablement de façon un peu plus officielle et surtout de façon à laisser les villageois reprendre leurs activités et cessez de nous dévisager sans comprendre, probablement, la raison de notre présence.

Restant debout alors que l’homme reprend place parmi ses comparses, vous avez quand à vous le choix de vous asseoir, pour ma part, je ne préfère pas, j’ai envie de tout cela soit assez concis et ne pas perdre trop de temps en divagations inutiles et le fait de rester debout, les motiveront peut-être à faire cela assez rapidement.

- Je crois que ça à commencé il y a plus ou moins une semaine.
- Neuf jours pour être exacte.
- On a remarqué un étranger aux abords du village, vu son immobilité certains l’ont pris pour un éventail, mais le lendemain matin, il n’était plus là.
- Et aucun de nos fermiers n’avait mit d’épouvantail à cet endroit, on a mené l’enquête !
- Oui, parce qu’il n’y a pas de plantation à cet endroit, juste des moutons. Et on a pas besoin de faire peur aux oiseaux pour protéger les moutons.
- C’est pas comme si il y avait des dragons quoi.


J’arque un sourcil à cette remarque pas du tout constructif, mais ne bronche pas, ne trouvant pas réellement cela comique.

- Et là, il y a des vols de nourritures qui se font, et on arrive pas à trouver le coupable.
- Certains disent que l’ombre est dans les rocher à l’est de la vie.
- Pour ma part, j’ai entendu vers le Nord, un peu plus dans les sommets, vous savez la grotte du Diable.


La grotte du Diable ? Un nom peu encourageant, mais peut-être justement l’endroit à vérifier en premier, par si cela porte un nom sinistre, c’est que les villageois ont peur de ce lieu et ne s’y aventure pas. Si effectivement il y a un errant dans le coin, ça devrait être la meilleure planque. Du moins, c’est comme ça que je raisonnerai pour ma part… Mais la question qui reste est, est-ce qu’il a connaissance du nom ? D’ailleurs, comment les villageois en sont venu à penser qu’il s’agissait là d’un membre du clan Hoshino ?

Ils continuerent encore à parler (je te laisse voir si tu veux fournir des informations en plus ou non) et pour ma part, je continuais d’écouter, appréciant assez peu l’humour qui pouvait parfois pointé le bout de son nez. Après tout, avec les Hoshino, je ne préférais pas agir à la légère et en rire.

Laissant ainsi après de longue minutes d’écoute le conseil, je quitte la bâtisse. “Vous en pensez quoi ? La grotte du Diable semble l’un des premiers lieux à vérifier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 22 Aoû 2018 - 23:49
Nous avions donc le topo. Les champs et une grotte. Un environnement somme tout assez approprié à l’endroit où nous étions. Après avoir attentivement écoute les explications des maîtres des lieux, Reitan et Mikazuki s’essayèrent à quelques questions supplémentaires. Malheureusement celles-ci ne rencontrèrent pas de succès puisque les habitants ne savaient pas grand-chose de plus que ce qui venait de leur être dit. La monotonie de leur quotidien leur permettait d’être certain que ce qu’ils avaient pu apercevoir ou tout simplement ressentir d’anormal était bien réel. Chaque villageois ici avait pour habitude d’effectuer les mêmes taches, de se rendre aux mêmes endroits, d’emprunter les mêmes trajets. Tout élément inconnu dans ce décor qui leur était trop familier était aussitôt visible. Et puis le bruit d’un Hoshino avait filtré, jusqu’à devenir une inquiétude collective. Le problème, se disait bien Reitan, c’est qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. Une rumeur n’apparaît jamais sans fondement ; un nom n’est jamais évoqué par hasard.

A la question de Mikazuki, Reitan esquissa un rictus.

[Reitan] « Comment ça Sensei ? Un endroit dangereux auréolé de sombres rumeurs ? Evidemment que nous y allons. »

Il sourit. En réalité, le jeune homme était téméraire plus qu’il n’était courageux. Il s’était rendu compte au fil des années passées à l’Académie puis en tant que Genin que l’attrait du danger provoquait chez lui un sentiment étrange. Il se sentait plus vivant que jamais lorsqu’il sentait qu’il risquait sa vie. Ce trait de caractère s’affirmait de plus en plus au fil du temps. Reitan se disait souvent ces temps-ci qu’il devrait travailler à corriger cette psychologie car elle altérait son jugement face au danger et remettait presque en cause le code du shinobi d’Iwa énoncé dernièrement par Borukan Muramasa. Le garçon se rappelait bien les paroles prononcées. « Règle numéro vingt-quatre ; Un Shinobi ne doit partir en mission que lorsque tous les avantages possibles sont de son côté ».

Les deux shinobis se rendirent donc au Nord du village et ne tardèrent pas à tomber bientôt sur l’entrée de la grotte. Elle était effectivement assez sombre d’apparence et n’inspirait pas vraiment confiance. Mais bien souvent la réalité nous fait peur à cause de l’imaginaire qu’on s’en fait. En tant que Yamanaka et adepte du Genjutsu, cet état de fait parlait à Reitan plus qu’à quiconque. Sans s’épouvanter d’aucune sorte, le garçon continua sa route à la même allure jusqu’à s’enfoncer dans la noirceur de la cavité rocheuse. On n’y voyait presque rien.
Tout à coup, le jeune homme s’interrompit net. Il sentait la présence de quelqu’un, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute. Parmi les capacités héréditaires des Yamanaka celle qui leur permettait de percevoir la présence d’individus aux alentours était souvent employée dans les missions de reconnaissance. Les meilleurs membres du clan, en projetant leur esprit dans l’environnement autour d’eux, y voyaient presque avec omniscience. Tel n’était pas son cas et sa maîtrise de ce don se voyait souvent interrompue ou coupée, comme si ses forces étaient encore trop faibles pour manier avec adresse cet art subtile de l’esprit. Mais cette fois-ci, il sentait bel et bien quelqu’un. Tout droit, légèrement sur sa gauche.

Usant de sa télépathie, le jeune homme informa la Kunoichi sans plus attendre.

[Reitan] « Sensei, quelqu’un est ici. A 30° de notre position d’après mon estimation. Je n’arrive pas à percevoir davantage. »

Le cliquetis d’un sabre, si familier aux Nagamasa, se fit entendre un peu plus loin et résonna dans la grotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

Jeu 23 Aoû 2018 - 18:54
Les voies du Bushido sont impénétrables
Votre réaction me surprend un peu.J’avoue que je ne m’attendais pas à un tel enthousiasme de votre part pour aller visiter cette grotte. Néanmoins, je me trompe peut-être quand à ce que vous éprouvez là. Pour ma part, j’avoue être curieuse quand à savoir pourquoi cette grotte porte ce nom, peut-être aurais-je dû demander ? Non, cela nous aurait fait perdre encore du temps. Je pourrais demander après quand notre mission sera finie par pure curiosité, si bien entendu, je n’ai pas la réponse de moi-même quand nous y serons tout deux.

Quittant donc le village pour nous rendre un peu plus au nord et aller à la recherche de cette orifice naturel dans la roche. Il nous faut quand même une dizaine de minutes pour nous y trouver et scrutant l’intérieur de celle-ci, je ne puis m’empêcher de redouter l’intérieur. Comme un frisson dans le dos, un souffle glaciale, probablement à cause de tous les romans que j’ai pu lire. Cela n’encourage à rien, néanmoins, je ne suis point faible, posant ma main sur la garde de ma lame, redoutant de réellement tomber face à un autre adepte du bushido, aussi bancal puisse-t-il être, je me tiens prête à riposter tout en marchant à vos côtés. Les sens en alerte bien entendu.

Votre voix se manifeste alors dans ma tête pour confirmer ce que je sentais déjà via ma technique de détection, et ce de façon un peu plus précise. Néanmoins, je n’ai pas le temps de répondre que je ne puis m’empêcher de réagir au bruit prenant d’un peu plus loin. “Je me présente, Nagamasa Mikazuki, ne soyez pas fou et ne brandissez pas votre lame face à un membre d’un clan majeur, Hoshino-san.” Lançais-je pour tenter de le dissuader d’agir, parce que s’il venait réellement à brandir sa lame contre moi, cela lui vaudrait réellement le statut de rônin et il ne pourrait dès lors plus vagabonder à sa guise. Car si de base on tolérait qu’il reste en vie tant qu’il ne s’approchait plus du territoire de la roche, avec un tel acte, cela ne sera plus la même chose.

Toutefois, ses pas se font entendre, rapide, cherchant à parcourir la distance qui nous sépare, non pas pour m’attaquer moi, mais bel et bien vous, qui êtes là en ma compagnie et m’aider à lui bloquer la voie de la sortie… “Bouge !” Hurlais-je à votre attention pour ne pas que sa lame puisse vous atteindre !




Dernière édition par Nagamasa Mikazuki le Jeu 23 Aoû 2018 - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 23 Aoû 2018 - 19:31
Le Genin se projeta immédiatement sur le côté. Il s’y élança si vite et si fort qu’il vint se fracasser contre la paroi de la grotte dans un bruit sourd qui provoqua un long écho. Le Yamanaka ne savait pas où se trouvait celui qui venait de leur porter une attaque et dont, à cet instant, ils ignoraient s’il s’agissait de la cible. Peut-être affrontaient-ils un simple bandit qui avait élu domicile ici et n’entendait pas être dérangé par deux trouble-paix. Privé de ses sens les plus déterminants dans cet environnement totalement noir, le jeune homme usa une seconde fois de sa technique de détection. Il allait s’y fier et se faire confiance entièrement cette fois-ci. La résonnance de son esprit contre les murs de la cavité lui indiquait une position légèrement derrière lui.

Rassemblant sa force mentale, Reinta cibla la direction et effectua une série de mudras en direction de l’endroit qu’il avait pressenti. Il fallait espérer que cela fasse mouche.



L’homme se mit à râler, comme si une douleur ou une gêne devenait pénible dans sa tête. Il venait aussi de trahir sa position en poussant ce léger cri de désagrément. Le Yamanaka avait réussi à l’avoir.

[Reitan] « Nous ne sommes pas venus ici pour t’affronter Hoshino. Toi et les tiens ont passé un accord avec Iwa, un accord qui engage votre parole. Respectez-le, quittez ces terres et nous considérerons notre mission comme accomplie. C’est tout ce que nous exigeons de vous.

[Hoshino] – Jeune idiot. Tu crois vraiment que j’ai pris ces risques durant des semaines pour repartir aussitôt ? Hors de question de quitter Tsuchi. Lorsque nous avons subi l’exil, beaucoup d’entre nous ont été chassés à l’extérieur des frontières par les villages shinobis d’autres pays qui voyaient notre exode comme un danger sur leur territoire. Nous avons erré partout, pleuré la mort de trop d’entre nous. Ma propre fille, Itena, a été kidnappée. J’ignore aujourd’hui où elle est. Iwa n’a pas pris seulement l’honneur de notre clan ; vous nous avez condamnés et vous le saviez pertinemment. Si je dois mourir aujourd’hui, je le ferai en homme libre.

[Reitan] – Tu n’es pas obligé. J’ignore ton histoire et celle des tiens mais tu devrais investir ta colère dans la recherche de ta fille.

[Hoshino] – C’est trop tard désormais. Je vais reprendre à Iwa ce qu’ils m’ont volé. Une vie contre la vôtre. »

Immédiatement, le même cliquetis résonna dans la grotte. Reitan pouvait entendre des pas légers et véloces approcher de sa direction. Il avait confiance en Mikazuki. Il décida de rester en position et de servir d’appât. Si la Kunoichi était bien la Chûnin talentueuse dont le Kage lui avait parlé quelques jours auparavant, elle saurait tirer parti de la situation pour déclencher une attaque que l’ennemi ne verrait pas venir. Il comptait en tout cas là-dessus, sans quoi il finirait transpercé dans quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

Jeu 23 Aoû 2018 - 19:56
Les voies du Bushido sont impénétrables
Ai-je donc manqué une partie de l’histoire d’Iwa et où de Tetsu ? Je fronce les sourcils aux paroles du samourai ennemi, alors qu’ils nous accusent de tout ses maux, faisant ainsi fit de son honneur, crachant sans vergogne sur la voie du bushido qu’il est pourtant supposé suivre. Les yeux fermés, dans le noir de cette grotte les garder ouvert ne serre strictement à rien et cela me permet de me centrer un peu plus. De cette façon, alors que vous échangez avec lui, je peux me permettre de me déplacer dans la pénombre, profitant toujours de ma technique de sensorialité pour éviter de me manger un mur comme ce fut le cas pour vous quand vous avez soudainement esquiver l’attaque du rônin.

Il tente alors de se remettre en marche, probablement un peu titubant à cause de votre technique et les bruits de ses pas qui sont au final peu rassuré, ou plutôt d’un rythme saccadé, comme un pieds plus lourd que l’autre, un équilibre précaire et pourtant, il tente de revenir vers vous, sa lame hors de son fourreau. Votre immobilité non feinte, je réalise bien que vous vous attendez à ce que j’interviennes, jouant l’appât pour faciliter sa capture. Concentrer sur vous, sous la colère, il ne semble d’ailleurs plus faire fit de moi, ce qui me permet de m’approcher de lui sans autre soucis que la pénombre. Dégainant ma lame à mon tour, annonçant ma présence juste à côté de vous deux, je ne laisse guère plus de temps pour réagir à l’un comme à l’autre, ma lame vient bloquer la sienne, l’empêchant de vous atteindre avant de le désarmer d’un mouvement de ma lame afin de me saisir de son katana de mon autre main. Ma lame quand à elle vient laisser sentir son tranchant sur sa gorge. “Tetsu, notre terre d’origine vous aurait accueilli contrairement à votre cousin Watari. Iwa ne voulait plus de vous à cause de la traîtrise de l’un des vôtre, mais retourner sur nos terres natales vous auraient évité une vie d’errance. Ne blâmer pas Iwa pour votre manque d’honneur et de réflexion.” Sifflais-je agacée d’avoir entendu de tel propos. “Sortons de la grotte maintenant.” Lançais-je alors, déplaçant légèrement ma lame sur le côté de sa gorge sans l’en écarter trop, afin de le pousser vers la sortie afin de retrouver la lumière du jour petit à petit.

Vous avez dès à présent trois choix, laver votre honneur en vous faisant seppuku, périr sous ma lame ou bien continuer votre vie d'errance.” Cruelle et froide, voilà telle que je peux apparaître à cet instant alors que je parle de la mort sans sourciller, le visage inexpressif et en fixant l’homme droit dans les yeux, ma lame ayant un peu entaillé sa gorge.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 23 Aoû 2018 - 23:39
La Kunoichi avait anticipé la situation et avait agi avec beaucoup de dextérité. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire son sabre vint croiser le chemin de celui du Hoshino. Le fer des deux lames cogna fort, provoquant un énième écho dans la caverne. Reitan, quant à lui, n’avait toujours pas bougé. Il était juste en face de cet adepte du bushido qu’ils affrontaient. Il pouvait sentir la chaleur de ses expirations à chacun de ses soupirs, et savait donc parfaitement où diriger ses mudras si la situation s’envenimait. En l’état actuel des choses, Mikazuki avait engagé de nouveau la conversation, dans une dernière tentative de raisonner l’individu. Elle tenait les rênes bien en main et laissait, dans le même temps, la possibilité à Reitan de prendre toute initiative maintenant que l’attention de son adversaire se focalisait sur celle qui venait de parer son coup.

[Hoshino] « Je crois avoir déjà répondu à votre question, Nagamasa. Votre lignée a toujours observé les miens avec dédain et condescendance, nous reléguant sans cesse au statut de famille mineure. Pourtant, vous comme moi savez pertinemment que notre maîtrise du sabre égale bien souvent la vôtre. Vous m’accusez de renier le code du bushido ? Je vais l’honorer de la plus belle des façons en choisissant de vous vaincre ou de mourir par ce sabre qui constitue mon identité. »

Aussitôt, la lame de Mikazuki le désarma et déporta le combat en dehors de la grotte. Elle ne lui laissait aucune chance. Dans un sursaut de combativité, le Hoshino effectua une série de pirouettes acrobatiques qui lui permirent de s’éloigner. Quelques instants plus tard, l’homme fendit l’air avec rapidité et parvint à saisir son arme au sol, prenant les deux équipiers de vitesse. Reitan eut tout juste le temps d’effectuer une série de mudras issus d’une école inconnue du grand public. Il s’agissait de signes de mains traditionnels employés par les Yamanaka seulement.
Alors qu’il tentait de porter une nouvelle offensive avec son sabre, en direction de sa cheffe d’équipe, le jeune homme parvint à bloquer son mouvement en s’introduisant dans son esprit et en brisant sa volonté de frapper.

[Reitan] « Nous vous avons offert une chance de vous en sortir par le haut, que vous avez rejetée à deux reprises. Il ne faudra vous en prendre qu’à vous-même. »

Déjà, voyait Mikazuki se rapprocher de leur ennemi commun. Lui porterait-elle le coup de grâce ou, au contraire, déciderait-elle de l’épargner au risque de voir cet individu jusqu’ici invisible se retourner contre eux au moment opportun ? Lui, en tout cas, ne s’en sentait pas capable. En réalité, et ça il ne l’avait jamais dit à sa toute récente sensei, le Yamanaka était l’héritier de la branche la plus noble de son clan, porteuse aussi de la tradition ancestrale la plus compliquée à concilier avec la vie de shinobi. Reitan, comme ceux de sa branche, avait prêté le serment de ne jamais ôter la vie d’une autre personne. Lorsqu’on y songeait bien, ceci pouvait peut-être expliquer l’origine de l’incroyable pouvoir des Yamanaka, si souvent pointé du doigt et trop souvent regardé avec méfiance. Si les siens avaient développé ces traits, ces capacités à faire leur les esprits des autres, c’était dans le but ultime de n’avoir jamais à tuer. Briser la conscience de l’adversaire, s’emparer de son for intérieur, plutôt que de sceller à jamais son destin. Tel était le serment secret de la branche principale des Yamanaka.

Alors qu’il était en mesure de neutraliser définitivement le Hoshino, Kunai à la main, Reitan s’interrompit. La Kunoichi, mobilisant ses techniques de perception du chakra, pouvait probablement le voir se raviser dans son mouvement. Reitan rangea son arme à son fourreau.

[Reitan] « S’il faut lui ôter la vie, je ne peux le faire. Je vous laisse vous en charger. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3824-yamanaka-reitan-presentation-terminee?nid=1#29478

[B/Libre/Iwa] Les voies du Bushido sont impénétrables

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: