Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Mainmise religieuse / Mission Rang B


Lun 20 Aoû 2018 - 19:45
« Mainmise religieuse »



Spoiler:
 


Les ninjas d'Iwa avaient voyagé toute la journée et ne c'était reposer qu'une heure ou deux avant d'enfin arriver sur les lieux de leurs missions. Vêtu comme des civils, ils parcouraient le sentier qui les conduisaient jusqu’à leurs destinations. Après avoir gravi une dernière montée, ils tombèrent nez à nez avec un homme vêtu d'un plastron d'armure ainsi longue bure noir à capuche qui ne laissait pas apercevoir son visage. A ses pieds, un petit monticule de cranes. Il attendit patiemment que les ninjas arrivent à son niveau, les mains délicatement posés sur sa hache avant de prendre la parole.





[Garde] - "Nombreux sont ceux qui se sont aventuré jusqu'ici mais rare sont ceux qui ont pu accéder à la lumière rédemptrice offert par l'archonte. Soyez digne ou mourrez." Dit-il froidement, le regard droit devant lui.

Le chûnin s'avança et fit face au garde qui ne bougea pas d'un poil.

[Taki] – "Je suis Taki, J'ai conduit ce troupeau d'agneau égaré depuis bien trop longtemps. Le mensonge et l'obscurité de notre monde ont aveugler leurs jugements. Je me tiens face à vous aujourd'hui pour qu'ils puissent enfin connaitre la lumière et servir notre seigneur à tous."

Le ton se voulait prophétique, un illuminé n'aurait pas fait mieux. Le garde daigna tourner la tête pour poser son regard sur le chûnin qui ne voyait qu'une capuche emplie de noir.

[Garde] – "La marche des vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l'œuvre du Malin. Béni soit-il l'homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre, de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés…Veuillez me suivre acolytes."

Le garde empoigna sa hache puis la posa sur son épaule. Il emboita le pas et conduisit le groupe jusqu'au village. Ils n'eurent pas à marcher très longtemps, a peine avait-il gravit une seconde montée qu'ils furent arrivés.

[Garde] - "Ils arrivent" Dit-il avant de tourner les talons et repartir vers son lieu de guet.

L'endroit donnait froid dans le dos. Une plaine désertique sur laquelle était posé un ensemble de chaumière en bois délabré. A de rare endroit on pouvait remarquer quelques habitations saccagées, les fenêtres brisés. Les portes de ces mêmes maisons étaient taguées "Hérétiques" d'un rouge vif. Tantôt on pouvait voir des fanions portant un emblème religieux. Un village fantôme dans lequel s'est implanté une secte religieuse. A moins que tout ceci ne soit la conséquence de leurs venu.

Le ton était donné.

Un groupe de trois hommes vinrent à leurs rencontres habillées de tunique sombre à capuche. Qu'allaient-ils leurs arriver ?



@Fujiwara Tsubaki @Ashikaga Gabushi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mar 21 Aoû 2018 - 22:56
C’était ma première mission avec des membres autres que mon équipe. Outre le chûnin qui nous accompagnait il y avait Kami, un Hyûga de la branche secondaire que j’avais déjà eu l’occasion de rencontrer. L’autre personne était une nouvelle genin un peu plus jeune que moi. Nous étions tous arrivés en tenue de civils, mais le Hyûga n’avait pas ôté son masque pour l’occasion.
Nous étions vite arrivés au dit village où se trouvait la secte que nous devions combattre. Un gigantesque garde nous avait bloqué l’entrée avant de nous laisser passer suite à la tirade de notre chûnin.
Il m’avait impressionné sur le coup. Mais le garde nous avait laissé passer sans faire d’histoire. Et pourtant le Hyûga portait un masque en forme de smiley !
L’homme encapuchonné nous mena jusqu’à un village délabré où nombre de portes étaient « décorée » du signe de mort. Divers fanions ornés du symbole de la secte voletaient ça et là au gré du vent.

Trois personnes encapuchonnées avancèrent vers nous. Leurs tuniques d’un rouge sombre enveloppaient l’intégralité de leurs corps tant et si bien qu’on ne pouvait discerner s’il s’agissait d’hommes ou de femmes. L’encapuchonné qui se trouvait au centre s’avança d’un pas et retira sa capuche. Il s’agissait d’un jeune homme d’une trentaine d’années à la beauté irréelle. Ses cheveux d’une belle couleur acajou contrastaient avec ses yeux bleu azur. Il nous passa tous les quatre en revue. Il resta un instant à regarder Gabushi et lui souris.

« Bienvenue dans la maison de Dieu, mes frères, mes sœurs. Vous avez prouvé votre foi et votre pureté en vous présentant devant moi. »

Les deux acolytes de l’homme baissèrent eux aussi leur capuche. A sa droite se tenait un vieil homme aux cheveux gris et au visage marqué par le temps. L’autre était une femme ronde dans la fleur de l’âge au visage doux qui inspirait confiance au premier regard.

L’homme aux yeux bleus s’avança encore vers Gabushi. Il approcha sa main de son visage comme pour lui caresser la joue.

« Vous êtes d’une beauté angélique ma sœur. Une fois instruite par l’enseignement de notre seigneur et maître vous ferez une excellente épouse. »

Et moi je sens le poney !?

Je me retournais vers lui violemment.

« Bien, mes sœurs veuillez suivre mère Hana. Mes frères, vous suivrez père Ban. Vous apprendrez à vivre en accord avec les lois du tout puissant mes enfants. »

Il recula d’un pas et baissa respectueusement la tête.
On allait être séparés !
La grosse dame nous pris toutes les deux par le poignet et nous tira vers elle.
« Venez mes filles, nous allons vous préparer à rejoindre les rangs de notre Dieu tout puissant. »
Je cherchais le regard de Gabushi mais en vain. Elle regardait toujours le rouquin qui ne cessait de la fixer.

J’ignore totalement ce qui advint à Taki et Kami. La grosse Hana nous tirait fort par le poignet. Elle nous tirait avec force malgré le fait que nous soyons toutes deux des genins. Elle nous emmena avec elle vers une grande bâtisse délabrée. Elle nous guida avec force dans le bâtiment sombre. Elle nous mena dans une grande pièce où se trouvaient des centaines de jeunes filles. Vêtues de tissus larges et de longs voiles, elles nous fixaient toutes du regard.
La grosse Hana se pencha sur moi et sortis un mouchoir de sa poche. Elle prit mon visage dans sa main et essuya vivement le rouge à lèvres que je portais.

« Pas de ces attraits de pécheresse ma fille… » Sa voix contenait clairement sa haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Mer 22 Aoû 2018 - 19:26
C'était sa première mission !
Elle d'un naturel calme trépignait d'excitation devant la lettre qu'elle tenait dans les mains. C'était enfin une mission qui était arrivé jusque chez elle, et elle était plus que prête à affronter le monde extérieur. L'impatience resta jusqu'au moment du rendez-vous avec les autres membres de l'équipe composé pour la réussir, il y eut juste un bref "tout le monde est là ? On y va" et c'était parti.

Le voyage fut court et non propice à l'échange, là où Gabushi aurait aimé laisser place à sa curiosité, elle resta plutôt sage et discrète suite à la première impression de la rencontre. Puis ils se retrouvèrent tous les quatre devant une espèce de gardien à l'allure macabre qui faisait vraiment froid dans le dos. Ah, alors c'était "ce" genre de secte là. Ça s'annonçait assez mal, pensait Gabushi en étudiant le garde avec un léger froncement de sourcil.
Taki, le chuunin qui les accompagnait, avait fait preuve d'une incroyable persuasion que l'Ashikaga trouvait admirable. Si elle n'avait pas passé la journée à marcher à côté de lui, elle y aurait probablement cru aussi. Oui, car le garde tomba dans le panneau et les mena à jusqu'au village sans plus de difficulté. Chouette, au moins le garde à la hache qui fait peur, on le passe sans difficulté.

Le village était désolé et désolant, ce qui contrastait avec les trois personnes étranges qui avaient l'air plus qu'heureuses d'accueillir des nouveaux venus. Elle retint de l'échange qu'un type roux voulait la marier, et cette idée n'était pas vraiment pour lui plaire. Elle le regarda avec un mélange étrange de respect simulé et de grimace de dégout bien réelle, qui donna juste une mini-grimace sur son visage. Jusqu'à ce qu'elle se fasse empoigner avec l'autre genin par la grosse dame.
Allez hop, elle se faisait embarquer de force loin du chuunin qui avait la responsabilité de sa vie de genin toute fraiche et elle ne pouvait pas faire grand-chose pour empêcher ça. Plus que ça, elle devait même simuler le fait qu'elle était volontaire pour cette folie qui habitait le village, quelque part elle aurait préféré un affrontement digne, elle s'était préparé à ça toute sa vie. Alors que l'espionnage, elle n'avait que les leçons de l'académie et c'était bien maigre pour faire face à ces fanatiques.

Elle préféra jouer la jeune fille soumise et se laissa guider. Les figures d'autorité comme la grosse dame qui les avait pratiquement kidnappé les laisseraient bien toutes seules avec les civils au bout d'un moment, c'est à ce moment-là qu'elle parlerait d'un plan d'action avec sa coéquipière.
Bon, Tsubaki c'était faite remarqué avec son maquillage et se faisait passer un savon "plus ou moins littéralement" par Dame Hana. Elle attendit que la tempête terrible finisse de s'abattre sur l'autre genin et s'en aille, pour enfin lui parler.


- Tsubaki-san, tu vas bien ? S'enquit-elle soucieusement. Si elles voulaient se sortir de là, il fallait être alerte. Si tu as une idée, je prends. Je suis complètement perdu et j'aimerais si possible éviter de finir mariée jeune. Dit-elle en chuchotant, évitant de se faire repérer par les oreilles indiscrètes.

Elles étaient toujours observées par la masse de jeune fille qui était entassée dans la grande pièce. Quelque minute s'était passé depuis leurs entrées, si bien que la plupart s'étaient remis à leurs occupations.
Certaine semblait se morfondre à l'idée du sort qui leur était réservé, d'autres étaient en train de se faire belle, insouciante quant à leur situation. Un petit groupe était apparemment en train de prier, ce qui ne rassurait pas Gabushi sur l'état de leur mission.
Certains semblaient avoir embrassé plus facilement le nouveau culte en ville que d'autres, peut-être que la difficulté ne serait pas de les libérer du joug de la secte, mais bien d'éviter une guerre civile.

_________________


Dernière édition par Ashikaga Gabushi le Lun 27 Aoû 2018 - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Lun 27 Aoû 2018 - 12:43
« Mainmise religieuse »



Bon, jusqu'ici tout s'était déroulé comme sur des roulettes, les ninjas avaient réussis à infiltrer le village mais n'avait pas vraiment eu de contact avec la population locale (Mis à part le black knight). Mais les choses allaient s'accélérer et ce n'était peut-être pas une bonne chose. Un groupe de trois pèlerin était à leurs hauteur, engageant la conversation, celle-ci dériva rapidement sur des envies de mariage concernant une kunoichi du groupe. C'est vrai qu'elle en avait sous le capot la petite mais de là à demander sa main de suite…Bref. Cela dit la jeune femme découvrirait son futur époux plus tard, les deux autres pélérins respectivement nommé, frère Ban et sœur Hana, prirent chacun un groupe de ninja et les emmenèrent.

Hello darkness my old friend… Les deux kunoichis partaient à l'opposé de leur collègue masculin. Impossible de connaitre leurs futurs emplacements, les choses se compliquaient. Le frère Ban du haut de son mètre quarante avait une poigne digne des plus grands bodybuilder et parvint à tirer les deux Iwajin jusque dans une petite chapelle gardé par deux gardes similaire à celui de l'entrée du sentier. Ouvrant les portes de la chapelle, un filet de lumière traversa l'immense salle de prière où s'était regroupé plusieurs fidèle agenouillé qui se retournèrent simultanément pour fixer les deux jeunes hommes qui prenait désormais place au milieu de la pièce. Le frère repartit aussitôt, murmurant en refermant les portes derrières lui "Laissez la foi vous pénétrez…"

Les lourdes portes se refermèrent dans un bruit sourd. Les fidèles continuaient de fixer les deux shinobis plutôt mal à l'aise. Kami s'approcha de l'oreille de son partenaire et chuchota.

"Je sais pas toi mais je n'ai pas vraiment envie que quelque chose me pénètre."

Oncle Eugène était autrefois pasteur. Le confessionnal était le pire des endroits pour Kami, pourquoi fallait-il que 'oncle Eugène refasse surface aussi souvent. Taki regarda Kami et eu un sourire en coin avant de répondre.

[Taki] - "Les voies du seigneur sont impénétrable et les nôtres le resteront aussi je t'assure."

Kami haussa les épaules, Taki faisaient bien ce qu'il voulait de ses voies. Du moment que celle du jeune Hyuga restait une voie d'évacuation et non une entrée de service cela lui allait. Une voix résonna dans la salle. Une voix roque et étouffé par l'âge. Un vieillard apparu du haut d'une estrade.

[Prêtre] - "Mes frères, le seigneur ne nous a-t-il pas enseigné le pardon auprès de nos confrères pécheurs ? Ne jugez pas ces âmes tourmentées par le poids de leurs erreurs passé. Laissez la foi les transcender et remplir leurs cœurs !"

Le vieil homme descendit de son perchoir et s'approcha des deux hommes en tendant les bras. Il enlaça Taki avant de lui faire une bise baveuse sur la joue puis fit de même avec Kami.



Taki se mit à feindre une sorte de malaise puis se releva difficilement.



[Taki] - "Oh wow…Mais qu'est-ce qu'il m'arrive…je…Je me sent…différent!"

Il pinça discrètement Kami qui étouffa son petit cri de douleur.

"Ah…Ah oui ça y est maintenant je l'a sent maintenant ! OUI ÇA Y EST ! DIEU EST EN MOI !!!"

Le prêtre eu un petit sourire, il posa sa main sur l'épaule de Kami puis lui chuchota "Chaque chose en son temps jeune homme, il y a du monde qui passera avant lui". Kami crut de régurgité son dîner. Le vieillard tourna les talons et reparti lentement à son estrade. Taki se releva et secoua Kami comme pour le tirer d'un mauvais. Il demanda au genin s'il se sentait bien, le jeune hyuga tournis la tête pour regarder le Chûnin.

"Si on sort pas d'ici rapidement on va se faire empaler. Au sens propre comme au sens figuré."

Devenu blanc comme son masque, le jeune homme s'assit sur un banc en bois et attendit les instructions de son collègue. Espérons que les filles s'en sortent mieux qu'eux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mer 29 Aoû 2018 - 21:25
A peine arrivée dans l’espèce de « salle commune », la grosse dame s’était tournée vers moi avec une grande vivacité. Elle avait enlevé mon maquillage avec une dextérité qui montrait un entrainement régulier.
Je sentis ensuite la petite brune qui m’accompagnait se resserrer contre moi. Elle dit quelque chose à mon oreille et je lui répondis ceci :
« Sois coopérative ! Jouons leur jeu pour l’instant. Nous aviserons après. »
Je continuais à fixer les filles de la salle. L’air sérieux et concentré, certaines tissaient. Je fis tomber le manteau que je portais sur mes épaules qui tomba à mes chevilles. Personne ne sembla le notifier. Dessous je n’avais qu’un kimono simple de couleur coquelicot. Je m’accroupis un peu plus loin en face des femmes qui tissaient. La plus jeune releva la tête mais la baissa aussitôt, imitant ses ainées qui faisaient comme si je n’existais pas.
« Je peux vous aider ? »
Elles ne me répondirent rien.
« Elles ne parlent pas aux impures. » retentit une voix forte derrière moi.
La grosse dame qui nous avait menées ici me regardait froidement. Je me relevais et me tint devant elle.
« Venez, je vais vous préparer. »
Elle me prit sauvagement le poignet et fit signe à Gabushi de nous suivre. Elle nous mena en dehors du bâtiment par une porte dérobée à l’arrière de celui-ci. Sa poigne était à la limite de me faire mal.
Nous faisions un bout de chemin dans la gadoue de l’arrière du bâtiment de pierre. Elle nous emmena non loin dans un bâtiment richement décoré de mosaïques étrangère. Deux lourdes portes de bois en barraient l’entrée. Dame Hana s’arrêta sous l’arche en pierres bleues de l’entrée et poussa la lourde porte avec une facilité étonnante. Elle s’écarta et nous poussa toutes les deux dans l’enceinte de la grande pièce se dévoilant.
A l’intérieur, l’intégralité des murs et des sols étaient recouverts de mosaïques. Formant des arabesques et autres pirouettes colorées, certains symboles rappelaient ceux que portaient les fanions à l’entrée du village. L’ouvrage avait dû prendre des années à réaliser !

Dame Hana claqua la lourde porte de bois dans notre dos. Quelques jeunes filles apparurent de derrière un mur. Chacune d’entres elles étaient légèrement vêtues de voiles transparents. Elles portaient des couleurs vives comme de l’orange, du rose, du violet et arboraient un large sourire. Elles vinrent vers nous joyeusement en riant. Elles n’hésitèrent pas à nous tripoter les cheveux et la peau. Même si j’avais une très grande envie de les frapper je me retins : il ne fallait briser notre couverture tout de suite.
Les filles se mirent à tirer sur mes vêtements, si fort qu’elles finirent par les arracher complètement. Lorsque les lambeaux de mon kimono tombèrent entre leurs mains, je vis tomber au sol mes rouleaux militaires.
Heureusement que je n’avais pas de kunaïs sinon…
Une des filles ramassa mes rouleaux et les regarda comme si elle n’en avait jamais vu. Elle les prit dans ses bras et après un signe de tête de la part d’une des autres filles, elle s’en alla avec.
Mes rouleaux !
Cette pauvre fille venait de prendre mes invocations !


Les filles voilées nous déshabillèrent entièrement. Je tournais la tête pour éviter de croiser le regard de ma coéquipière. Cette situation s’avérait être très gênante.
Les filles nous prirent pas la main avec une délicatesse étonnante. Elle nous mena chacune vers un bassin d’eau claire. Elles nous firent entrer dans l’eau en y allant avec nous. Leurs voiles colorés flottaient délicatement dans l’eau comme les nageoires de poissons exotiques. Certaines des filles qui étaient restés au sec s’étaient munies de paniers de fleurs et nous jetaient des pétales au visage. Les autres s’étaient approchés de bols de terres cuites qui reposaient sur les bords du bassin. Dedans s’y trouvaient des huiles parfumées que je ne connaissais pas. J’avais beau y réfléchir, je ne parvenais pas à identifier une seule senteur. Les composants de ces onguents devaient être originaires d’un pays lointain.

Elles en prirent dans leurs mains et je pus ainsi admirer leur texture liquide et leurs jolies couleurs fleuries. Elles nous en mirent dans les cheveux, sur les bras et relativement sur tous le corps. Certaines d’entre elles n’hésitaient pas à nous tirer les cheveux ou les poignets pour nous étaler leurs fluides. Elles rigolaient entre elles mais sans dire un seul mot. Elles se jetaient de l’eau comme si tous cela n’étaient qu’un jeu pour elles. Même les filles agenouillées sur le bord du bassin semblaient prendre un malin plaisir à nous jeter les pétales en pleine figure. Elles se collaient à notre peau et à nos cheveux avec l’aide des étranges crèmes qu’on nous mettait.

Mais qu’est-ce qui se passe ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Ven 31 Aoû 2018 - 10:39
Coopérative ? Sérieusement ?

On avisera après, oui non mais d'accord mais après quoi ? Gabushi était sorti de son échange furtif avec sa camarade qu'avec plus de questions à ses interrogations. La mission était simple, on s'infiltre dedans et on les vire du village. Elle n'allait quand même pas se marier pour de vrai pour sa couverture et rester là-dedans pendant des jours, des semaines... Des mois ? Ah non !
Utiliser la violence qu'en cas de force majeure, oui d'accord. Mais enfin, vu comment le culte était implanté profondément dans le village, elle ne voyait pas vraiment comment faire ça de manière pacifique et ce sans botter quelques trains. C'est qu'ils étaient quand même particulièrement atteint dans le coin.

Les deux jeunes filles qui semblaient être laissées libre d'agir pour le moment dans cette grande pièce, se dirigeaient vers les autres d'un pas non assuré. Il était temps d'aller à la pêche aux infos et comprendre un peu mieux ce qui se passait dans ce maudit village. Mais à peine avaient-elles approché les autres demoiselles qui s'activaient à leurs différentes tâches qu'elles se faisaient rappeler à l'ordre par Dame Hana. Finalement, elle n'était pas si loin que ça la grosse, toujours à promener son regard inquisiteur sur tout le monde.


- Venez, je vais vous préparer. Ajouta Hana avec son regard désapprobateur.

Attendez une minute, préparer à quoi ? On repart déjà ? Oh non, on y retourne.
Hana utilisa sa technique incroyable du "Viens par là" no Jutsu sur Tsubaki, faisant signe d'un regard mauvais à Gabushi qui s'empressa de les rejoindre. Elle ne voulait de toute façon pas se retrouver toute seule dans cette situation, ça aurait été la seule façon d'empirer les choses.

Elles se promenaient à présent dans le village, pour se diriger vers ce qui semblait être un bain public de luxe qui contrastait légèrement avec le reste du décor. Et l'intérieur n'était pas mieux, elle avait l'impression d'avoir vraiment changé de lieu. Peut-être était-ce une construction déjà présente ? Peut-être était-ce une lubie du tyran en place, tout en haut du culte ? Allez savoir. Gabushi se fit brutalement tiré de ses observations par la grande porte qui venait de claquer brutalement. Dame Hana les avait tous les deux jetées dans la battisse pour retourner à ses affaires et avec un peu de chance, elles auraient en face des gens un peu plus commodes.

Et bien ce n'était pas tout à fait ce qu'avait imaginé la genin. Genre vraiment pas.
Invasion d'autres donzelles de la pièce où elles étaient, tripotage de cheveux et analyse complet de sa personne. L'Ashikaga était complètement figé, une expression d'incompréhension sur le visage. Sa queue de cheval, son hakama traditionnelle et ses affaires personnelles, tout y étaient passé dans ce raid continu de mains manucurés.
Elle était un peu blasée de tout ça, se disant que si les garçons n'avaient pas trouvé un moyen de les sortir toutes les deux de là rapidement, il faudrait peut-être revoir ses plans de carrière et considérer rester dans ce village perrave pour une durée indéterminée. Ce n'était pas très réjouissant.

Les deux genins avaient fini, elle ne savait pas trop comment, nues dans un bain public et entouré de maniaques qui les badigeonnaient d'elle ne savait pas trop quoi. À défaut de pouvoir se rebeller de la position où elle se trouvait, elle ruminait en se laissant faire, toujours de marbre. Elle glissait des regards interrogateurs de temps à l'autre genin, se demandant si elle avait enfin "avisé" de quelque chose, ou si la mascarade devait encore continuer longtemps.

Au bout d'un temps qui ne passait que trop lentement pour Gabushi, qui à défaut d'être pudique était vraiment très impatiente de sortir de là, le groupe de jeune fille les traina à l'intérieur pour apparemment les déguiser comme elles. C'était peut-être à la mode, les voiles et les petites tenues dans le coin, mais la genin n'en avait pas vraiment conscience n'étant pas vraiment coquette.
Au bout de quelques instants gênants plus tard, le résultat était là. Tsubaki et Gabushi étaient habillés comme les autres jeunes filles qui étaient apparemment plus que fières d'avoir converti deux nouvelles recrues à la sororité. Apparemment, sa nouvelle vie de membres du culte allait être d'un orange vif et fait de tenues minimalistes.

Elle ne pouvait contenir plus longtemps un très, très, très long soupire d'agacement une fois que la bande de tarée multicolore s'était désintéressée des deux nouvelles venues. Reportant son regard sur sa camarade qui était plus ou moins logée à la même enseigne, elle ne cachait pas son impatience pour Tsubaki, contente de pouvoir être franc avec quelqu'un dans les environs.


- Bon, tu as un moyen de contacter les garçons ? Qu'est-ce qu'on attend ici ? Tu as déjà fait ce genre de chose ? Tu as une idée pour nous sortir de là ? dit-elle, la voix pleine d'espoir de voir enfin la fin de ce cauchemar éveillé. Parce que moi, non. Ajouta-t-elle, un peu paniquée.

Elle enchainait les questions, visiblement dans l'attente de voir le bout du tunnel d'une façon ou d'une autre.
Et dire qu'elle ne voyait pas comment la situation pouvait empirer, il y a de ça dix minutes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Dim 2 Sep 2018 - 19:05
« Mainmise religieuse »



Le prêtre s'en allait rejoindre de nouveau son perchoir tandis que Kami continuait à mouiller son pantalon de peur de devoir le rejoindre seul dans le confessionnal. Dieu seul sait ce qu'il pourrait se passer si jamais le vieillard le coinçait entre la pendule et la bibliothèque et vous n'avez pas envie de savoir non plus. Tandis qu'il avançait lentement, le vieil homme se retourna légèrement et fit signe de la main pour que les deux ninjas le suivent. Ils échangèrent un regard puis Taki ouvrit la marche suivit de Kami qui transpirait à grand seau.

Au fur et à mesure qu'il rejoignait le vieil homme, les différents fidèles refermèrent la marche derrière eux ne leurs laissant aucune échappatoire. Arrêté devant une porte en bois, le vieil homme attendit que les deux shinobis soit à quelques mètres pour donner un coup de clef qui déverrouilla l'accès à une petite salle. Un léger voile de poussière se souleva lorsque la porte s'ouvrit en grinçant.

[Prêtre] - "D'abord vous puis ensuite ce sera à votre tour…" Dit-il calmement en Taki puis Kami

Le Chûnin entra puis la porte se referma lorsque le prêtre le suivit. Le genin resta sagement derrière la porte sous les yeux des fidèles qui ne cessaient de le fixer. Plusieurs minutes passèrent, toujours pas de Taki. Qu'est ce qui se passe à l'intérieur. Soudain la poignée se tourne et la porte s'ouvre, laissant s'extirper Taki. Plusieurs regards interrogatoires sont envoyés au Chûnin qui tapota l'épaule de Kami avant de lui chuchoter.

[Taki] - "Rassure-toi, joue la comédie, passe serment et tout ira bien."

Sans vraiment être rassuré Kami entra dans la pièce à son tour renfermant la porte derrière lui. Au milieu de la pièce se trouve le prêtre livre saint en main. Il invita le jeune homme à s'agenouillé devant lui et répété après lui. Le ninja s'exécuta, il ploya le genou et répéta le charabia dicté par le vieillard. Après quelques minutes, le long discours cessa. Toujours agenouillé, Kami sentit une main se posé sur le sommet de sa tête. Elle caressa lentement sa chevelure en bataille.

[Prêtre] - "Tu est mon préféré…Je vais te récompenser comme il se doit pour avoir prêté serment."

Le sang du jeune hyuga se glaça. Il était prêt à donner sa vie pour son village…Sa vie mais pas son cul, oh non ! Son allégeance envers Iwa avait des limites. Tandis que le prêtre déboutonnait sa robe de cérémonie de tout son long, le jeune homme cherchait une solution pour s'en sortir. La robe tomba aux chevilles du prêtre qui commençait à arborer un sourire. Oh boy…Pour sa santé mentale Kami ne leva pas les yeux, il continua de regarder le sol. Le vieillard se racla la gorge avant d'inviter Kami à se lever. Il ne s'exécuta pas. Il n'avait aucune solution pour se sortir de ça et il ne devait pas griller sa couverture…Alors que faire ?

Le vieil homme haussa le ton. Attrapant violemment Kami par le col pour le relever pour ensuite le plaquer face contre le bureau. Ça y est, il allait passer à la casserole. Finir fourrer comme une dinde de noël ne serait pas glorieux et ce n'est pas le genre d'histoire que l'on raconte à ses enfants. Mais pour garder sa couverture intacte c'était surement la seule solution…Cependant à peine le vieil homme apposa une main aux fesses de Kami pour tâter le terrain qu'il se retourna brusquement et frappe le prêtre en plein cœur à l'aide de sa paume.

L'homme s'effondra raide mort. Le choc de son corps contre le plancher résonna dans toute la bâtisse. Kami resta figé quelques secondes tandis que l'écho du choc se propageait dans l'édifice. Il ne fallut pas plus d'une seconde avant que Taki pénètre dans la pièce en quatrième vitesse avant de découvrir le corps nu du vieille homme, robe au pied allongé sur le sol. Il regarda Kami d'un air bizarre avant de chuchoter à haute voix.

[Taki] - "Whoa c'est quoi ça ?! Pourquoi t'a fait ça ?!" Dit-il en tendant une main en direction du cadavre.

"Ah parce que tu crois qu'il était disposé à discuter peut-être ?! Tu vois pas qu'il est nu et même mort qu'il est toujours au garde à vous pour m'enfiler jusqu'au trognon ?! …"

Taki agita la main comme pour m'effacer ce qu'il venait de dire.

[Taki] "Ça va ça va j'ai compris…*soupire*…On est mal là tu le sais ?..Comment on va expliquer à tous ces zombies qui nous attendent dans la chapelle qu'on vient de dézinguer leurs chefs et peut-être même leurs amant parce que tu n'a pas voulu te plier à sa volonté ?"

Kami haussa les épaules. La horde de fidèle qui les attendaient était le cadet de ses soucis. Il venait de se sortir d'un problème bien plus important, l'insatiable prêtre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mer 5 Sep 2018 - 2:14
Finalement les filles frivoles nous avaient sorties du bain, nous enfilant des robes de tulle et de soie colorées. Gabushi accueilli ses vêtements avec soulagement bien que le orange vif ne semble pas lui plaire. Ma robe était quant à elle, d’une belle couleur violette que j’appréciais beaucoup.
A peine les filles parties, ma collègue iwajin se jeta sur moi, au bord de la panique.

« Bon, tu as un moyen de contacter les garçons ? Qu'est-ce qu'on attend ici ? Tu as déjà fait ce genre de chose ? Tu as une idée pour nous sortir de là ? »

Je la saisis par les épaules et la secouais un peu.

« Reprenez-vous soldat ! Un ninja ne doit en aucun cas laisser ses émotions perturber le déroulement de la mission ! »

Mais qu’est-ce qu’il lui prenait tout à coup ?! J’avais limite envie de la gifler pour la réveiller. Elle perdait complètement de vue l’objectif de la mission !

Les filles revinrent entourant une dame plus âgée habillée de blanc. Elle sourit en nous voyant.
« Maintenant que vous êtes pures, vous êtes dignes de parole mes filles. »
Elle repositionna une mèche derrière son oreille. Les filles vêtues de voiles colorés étaient surexcitées. Elles n’attendaient qu’une chose : que leur cheffe finisse ce qu’elle avait à faire pour pouvoir se jeter de nouveau sur les deux nouvelles.
La cheffe posa son regard glacé sur ma collègue qui n’osait plus parler.
Puis elle me regarda, moi.

« Votre vie est ici maintenant, vous ne garderez rien de votre ancienne vie, ni vos affaires ni même votre nom. »
Elle fit un pas vers moi.
« Ma fille, vous rejoindrez dès maintenant vos nouvelles sœurs. Vous seriez pleinement acceptée dans notre modeste communauté quand vous aurez fait vos preuves. »
Je hochais la tête sans rien dire. Les filles rigolaient entre elles.
La femme plus âgée s’approcha de Gabushi. Elle la regarda de bas en haut.

« Vous êtes chanceuse ma fille. Monseigneur m’a demandé expressément de vous préparer pour votre mariage. J’espère que vous mesurez l’honneur qui vous est fait alors qu’hier seulement vous étiez une païenne ! »

Sa voix laissait clairement transparaître une pointe de jalousie. Elle avait sans doute souhaité toute sa vie épouser ce prêtre que nous avions croisé plus tôt.
Je regardais Gabushi, décidément elle n’était pas au bout de ses peines.
La vieille partit. Les filles se jetèrent sur nous, nous adressant la parole pour la première fois. Elles parlaient toutes en même temps, tantôt à nous tantôt entre elles.
Les filles me mirent des bols d’huiles colorées entre les mains. En la reniflant de plus près, la mixture était… du beurre fondu. Littéralement.
Je regardais mes nouvelles collègues, elles tartinaient toute la pauvre Gabushi de la mixture. Le beurre était coloré avec diverse plante mais sentait bien le gras…
Je les imitais et tartinais la jeune kunoichi à mon tour.
Elle devait hurler dans sa tête la pauvre….
Mais après le lourd tartinage, les filles colorées m’emmenèrent chercher de beaux voiles colorés, brodés dans des matières nobles.

La jeune mariée en fût rapidement parée par toutes nos petites mains. L’une des filles me glissa à l’oreille ceci :
« Dès ce soir elle sera mariée au grand prêtre ! Quelle chance ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Dim 9 Sep 2018 - 15:03
La jeune Iwajin se retrouvait à se faire secouer par sa camarade, ne comprenant pas vraiment pourquoi.

Blablabla émotion, blablabla déroulement de la mission. Jusqu'à preuve du contraire, ils n'avaient pas avancé d'un pouce depuis qu'ils étaient parvenus à rentrer plutôt facilement dans l'enceinte du village. Ils n'avaient pas de réunions avec les opposants au régime, ils n'avaient pas prévu de renverser quoi que ce soit, ils n'avaient absolument rien fait qui permettait de dire qu'ils étaient dans le bon "déroulement de la mission". Elle se retint de renchérir sur les paroles de Tsubaki, apparemment elle n'était ni inquiète ni soucieuse du sort qu'elles partageaient toutes les deux. Ça pouvait signifier qu'une chose, elle avait probablement un plan. Elle était genin depuis plus longtemps que Gabushi, forcément qu'elle préparait quelque chose au sujet de la mission. L'Ashikaga trouvait juste étrange qu'elle ne partagea pas ses informations pour la rassurer un au minimum.

Dans un soupir de résignation, elle reporta son attention sur la pièce qui l'entourait et à peine avait-elle oublié le contexte dans lequel elle était coincée, qu'un nouvel attroupement de greluches étranges vint à leur rencontre.

Une autre, nouvelle, figure d'autorité venait à leur rencontre. Une vieille dame qui semblait faire grande impression sur les filles multicolores à côté d'elle. Gabushi et Tsubaki restaient silencieuses, laissant la personne se présenter.
Ou pas, apparemment dans ce pays, ils ne connaissent absolument pas les politesses basiques. Cela faisait soupirer la jeune fille qui avait été élevé dans le plus grand respect des traditions et de l'étiquette, quelque chose qui manquait sensiblement dans le coin.

" Vous êtes pure... blablabla... dignes... blablabla. gardez pas vos affaires ou votre nom. "

Elle avait écouté d'une oreille distraite le discours de l'ancienne. Essayant de rassembler les pièces du puzzle sur leurs situations, comment pouvaient-elles agir sur la secte s'ils attiraient autant l'attention en tant que nouvelle recrue ? Ils auraient peut-être dû s'infiltrer de manière bien plus subtile et silencieuse, éliminer les gens à la tête du culte et mettre en place des personnes tout en haut qui étaient contre ce culte débile. Mais c'était trop tard, et elle n'aurait jamais osé contredire les plans du chuunin qui les accompagnait de toute façon.

" Vous êtes chanceuse ma fille. Monseigneur m’a demandé expressément de vous préparer pour votre mariage. J’espère que vous mesurez l’honneur qui vous est fait alors qu’hier seulement vous étiez une païenne ! "

Que de quoi ? Gabushi cligna plusieurs fois des yeux dans l'incompréhension totale, sans prendre la mesure des paroles qui venaient d'être annoncé à son propos. Comment ça, marier avec "Monseigneur" ? Elle avait fait si forte impression que ça . Cela allait être bien plus difficile d'accomplir cette mission. Elle resta de marbre, presque blasé du destin qui l'attendait.
Hop, ni une ni deux elle disparut. L'ancienne s'était éclipsé après cette annonce sordide, la laissant aux bons soins du troupeau coloré qui lui fit sa fête pendant les heures suivantes.

Une petite ellipse plus tard, où elle eut le temps de bien prendre les informations pour elle, Gabushi était prête à marier, littéralement.
Grande robe farfelue et encore orange fluo, apparemment la tenue minimaliste ne suffisait pas pour ce grand événement, elle se dirigeait à présent vers la chapelle du village, entouré du troupeau de donzelle multicolore et de sa camarade qui jouait son rôle à la perfection.

Oui, blasé était le bon mot. S'ils jouaient la comédie pour accomplir une mission, tout ça n'était qu'un mauvais moment à passer. Et même si elle avait de gros doute quant à l'efficacité de l'accomplissement de cette dit mission, elle les garderait pour elle. Il fallait subir le moment prochain qui de toute façon ne comptait pas.

L'attroupement rejoignit donc l'église et sa foule de personnes, Gabushi quant à elle devait de rendre jusqu'à l'autel où l'attendrait le prêtre et son futur époux. Allez en selle, que le spectacle commence.

_________________


Dernière édition par Ashikaga Gabushi le Dim 9 Sep 2018 - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Dim 9 Sep 2018 - 16:19
« Mainmise religieuse »





Hrp : Au vue du pavé, la mise en page sera "classique" pour cette fois

Le vieux prêtre gisait au sol. Encore nu comme un ver, son petit oiseau fripé continuait de narguer Kami qui cherchait à remonter du bout des doigts la robe du vieillard afin de cacher cette horreur. Un instant plus tard ce fut chose faite. Taki faisait les cent pas pour trouver une solution à un problème bien plus important. Sortir de cette pièce sans éveiller le moindre soupçon auprès des fidèles posté derrière la porte. Au fur et à mesure qu'il parcourait la pièce en long, large et travers il examinait les petits détails qui composait l'endroit. Quelques rideaux par-ci, des cordages par-là…Il y avait peut-être un subterfuge à monter. Mais il fallait la jouer fine. Il s'arreta et se tourna vers Kami.

[Taki] - "Okay j'ai peut-être une solution…On va d'abord cacher le macchabé dans une armoire, ensuite tu créeras un clone qu'on attachera à une chaise avec les cordages qui se trouvent là-bas. Quant à toi tu te changeras en prêtre grâce à ta métamorphose. On devrait réussir à déjouer leurs vigilances…J'espère."

Kami acquiesça de la tête, l'idée était bonne quoiqu'un peu risqué mais c'était un risque à prendre. Il composa les mudras nécessaire et fit apparaitre un clone qui s'assit aussitôt sur la chaise, attendant d'être muselé. Tandis que le Chûnin s'occupait d'attacher le faux Kami à son siège, l'originel examina de nouveau le cadavre du prêtre pour n'omettre aucun détail qui pourrait compromettre son déguisement. Il se concentra et composa de nouveau des mudras avant de disparaitre dans un nuage de fumée puis réapparaitre ressemblant comme deux gouttes d'eau au vieillard refroidi jonchant le sol.

[Taki] – "Impeccable, maintenant il faut le planquer. Aide-moi à le porter."

L'attrapant par les jambes et Taki par les bras, le jeune Hyuga aida son supérieur à porter le cadavre. Ils le ballottèrent jusque dans une grande armoire au coin de la pièce. Bien. Le plan était en place, il ne restait plus qu'à traverser la longue chapelle pour sortir. Les ninjas échangèrent un regard puis Kami ouvrit la porte. Le visage des fidèles se décrispa à la vue du prêtre. Suivie par Taki, ils sortirent de la pièce en prenant soin de laisser quelques instant la porte afin que les fidèles remarquent le clone de Kami bâillonné.

"Cet hérétique va rester à l'isolement jusqu'au levé du jour. Je m'occuperais moi-même de lui plus tard mes enfants. Que personne n'entre en contact avec cet homme ou bien il devra répondre de ses actes ! Quant à moi…Je dois régler quelques affaires en compagnie de notre nouvel acolyte" Dit-il en tentant d'imiter le ton du prêtre.

Les fidèles acquiescèrent de la tête. Le cœur de Kami battait à cent à l'heure. Il traversa la foule accompagnée de Taki qui tentait tant bien que mal de cacher son appréhension. Mais dupé ces zombies n'était pas très compliqué, ils vouaient une loyauté sans nom au prêtre. Le plus dur restait à faire, retrouver les filles sans compromettre la mission. Il ne savait vraiment pas comment faire pour sortir de ce bourbier sans utiliser la force. Kami poussa les lourdes portes de la chapelle et fut ébloui quelques secondes par la lumière. Refermant derrière lui une fois que Taki fut sorti, Kami voulut descendre les escaliers gardés par les deux molosses vêtus de noir mais son Chûnin le retint.

[Taki] - "Non…On a eu de la chance de trompé un premier garde et les fidèles. Ne soyons pas trop gourmand et jouons la sécurité sur ce coup-ci…" Glissa-il dans l'oreille de Kami.

"Ta une idée en tête ?"

[Taki] - "On va retrouver les filles et accomplir notre mission. Avant notre séparation j'ai réussi à placé des mouchards sur vous. Je vais pouvoir utiliser une sorte de sonar doton. J'entrerais en résonance avec les filles et pourrais les localiser. Étant également d'assimilation de l'élément terre, je vais pouvoir me dissimuler dans le sol et me déplacer avec facilité pour les rejoindre. Tu seras seul pour ensuite nous rejoindre. Nous retrouver sera relativement facile avec ton Byakugan mais pas d'imprudence ! Les ennemis verront que tes yeux ne sont pas ceux du prêtre alors utilise le avec parcimonie."

Kami acquiesça. Il n'était toutefois pas serein de devoir endosser le rôle d'un prêtre seul. Si sa couverture venait à tomber il serait vraiment dans de sales draps. Taki tapota l'épaule du Genin comme pour lui souhaiter bonne chance puis fondit peu à peu dans le sol silencieusement. Kami descendit les escaliers et à peine eut-il atteint le sol poussiéreux qu'une grosse dame en robe vint à sa rencontre en courant, manquant plusieurs fois de s'emmêler les pieds et chuté.

[Sœur Bertha] - "Oh mon prêtre vous voila ! DIEU SOIT LOUÉ ! La cérémonie va commencer il n'y a plus une minute à perdre !"

Bertha la grosse attrapa le faux prêtre par la main et le tira au pas de course.

"Mais voyons…Qui a-il donc de si pressant ?!"

[Sœur Bertha] - "Le mariage mon père ! ILS VONT S'UNIR !"

Kami sentit sa gorge se serrer. Une petite pensée lui vint pour Gabushi. Espérons qu'il réussisse à la tirer de là avant la nuit de noce. Ils s'empressèrent de rejoindre l'église. Enfonçant les lourdes portes d'un coup d'épaule digne de Jonah Lomu, la grosse Bertha s'écria ensuite.

[Sœur Bertha] - "HALLELUJA ! J'ai retrouvé père Séraphin !"

Dans un sens sa mission avait été facilité grâce à cet amas de chair, toutefois il ne pensait qu'il allait devoir marier Gabushi. C'est toujours avec le même entrain que Bertha fit traverser la longue allée de l'église bordé de plusieurs personnalité surement haut placé venu assister à la cérémonie.


Désormais sur le présentoir, le jeune homme était face à Gabushi en robe de marié et de son futur mari qui avançait pas à pas suivie des demoiselles d'honneur. Gabushi avait une mine terrible, son maquillage commençait à dégouliner. La chaleur surement. Merde…Tsubaki en demoiselle d'honneur c'était quelque chose de particulier aussi… Décidément ils allaient devenir vachement proche à la fin de cette opération.

Enfin arrivé à la hauteur Kami, il tendit les bras.

"Nous somme ici réunis pour unir Ashikaga Gabushi et…Cet homme…Par les liens sacrés du mariage. Si quelqu'un souhaite s'opposer à ce mariage, qu'il se manifeste ou se taise à jamais…"

Il insista sur ces mots en regardant Gabushi avec insistance. Mais l'homme à coté de Gabushi fronça les sourcils.

[Tyrael] - "Excusez-moi mon père mais…Vous ne m'avez pas appelé, le protocole exige que mon nom soit clairement prononcé afin que cette femme devienne mon due et celui de nul autre…"

"Bien sur ! Où avais-je la tête…Mais je crois que ma mémoire me joue des tours…Je ne suis plus vif d'esprit qu'autrefois…Vous êtes ?"

[Tyrael] - "Je suis celui qui dirige ce village, je doute qu'il soit très respectueux d'oublier mon nom…D'ailleurs cette charmante jeune femme n'a jamais ouvert la bouche pour prononcer son nom…Comment ce fait-il que vous le connaissiez ?"

Ça ne sentait pas bon mais pas bon du tout…Il fallait désamorcer cette situation au plus vite. Et par désamorcer il entendait par là le cas de force majeur pour utiliser la violence…Bien que Kami l'ai déjà utilisé. La genin semblait ne pas très bien comprendre ce qu'il se passait.

"Allons Allons…Je ne faisais que vous Taki…Taquiner…Je ne pensais pas que ceci aurait l'effet d'un Tsubaki euh d'un Tsunami…"

Pourvu qu'elle comprenne….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Ven 14 Sep 2018 - 22:09
J’accompagnais Gabushi vers l’Eglise. Avec les autres filles, nous l’avions couverte d’une longue robe créée à partir de plusieurs voiles de différentes teintes de orange. Ne présentant aucune résistance je finis par croire que la jeune genin avait entendu mes conseils et avait décidée de se reprendre !
J’émis un sourire fier. Une kunoichi ne devait pas se laisser aller à la peur ou à toute autre émotion.
En réalité ce mariage était une aubaine que l’archère n’avait pas l’air de saisir. Elle allait avoir la chance de vivre à proximité de leur chef ! Elle allait pouvoir se promener à côté de lui sans éveiller le moindre soupçon.
Elle avait un vrai boulevard devant elle pour agir contre cette secte ! A peine eut-on finit de l’habiller qu’une femme vient la chercher. Cette Dame Bertha comme l’appelaient les autres filles était venue nous chercher. En poussant vivement Gabushi pour la forcer à avancer, nous sortions de la pièce. Arrivées dehors, il nous attendait. Le fameux rouquin était lui aussi habillé en tenue d’apparat. Les cheveux parfaitement coiffés, il prit la main de sa promise et la baisa tendrement. La regardant tendrement, le prêtre lui glissa ces mots :

« Vous êtes magnifique. »

Il nous conduisit ensuite dans l’église où le mariage avait lieu. Comme les autres demoiselles d’honneur, je portais la traine de ma coéquipière. Je l’emmenais avec son nouveau propriétaire jusque devant l’autel. Là-bas un vieux prêtre dégarni semblait être dans tous ses états.

Dès que le prêtre et sa promise approchèrent, le prêtre joignit les mains. Il balbutia ces quelques mots :

"Nous somme ici réunis pour unir Ashikaga Gabushi et…Cet homme…Par les liens sacrés du mariage. Si quelqu'un souhaite s'opposer à ce mariage, qu'il se manifeste ou se taise à jamais…"

Attends… Il vient de l’appeler Ashikaga Gabushi ? Mais ce n’est pas possible ! Personne ici ne peut connaître son vrai nom, elle ne l’avait dit à personne, j’étais avec elle depuis le début !
Il n’y avait que deux explications possibles : soit le prêtre était medium ce qui était possible, soit il s’agissait d’un des garçons qui s’était métamorphosé. Non… Ce n’était pas un iwajin, un shinobi n’aurait pas fait cette erreur grotesque.
Le roux fit une remarque après ces paroles.

"Bien sur ! Où avais-je la tête…Mais je crois que ma mémoire me joue des tours…Je ne suis plus vif d'esprit qu'autrefois…Vous êtes ?"

Pardon ? On peut laisser tomber la théorie du medium…

"Allons Allons…Je ne faisais que vous Taki…Taquiner…Je ne pensais pas que ceci aurait l'effet d'un Tsubaki euh d'un Tsunami…"

Reprit-il après une autre remarque du roux. Cette fois c’était clair… Bien que la médiocrité du jeu d’acteur me laisse pantoise il ne pouvait s’agir que d’un de mes coéquipiers ! ca ne pouvait être que… Kami ?! Qu’avait-il bien pût faire pour atterrir là ?! Je le regardais avec une expression faciale… étonnée ?
Je roulais des yeux, déjà fatiguée par ce qu’il se passait. Ma couverture de parfaite petite acolyte allait voler en éclat à cause de lui !
Je secouais la tête fortement et m’avançais vers le prêtre, lâchant la traîne de Gabushi.
Je m’arrêtais juste à côté de « Kami ».

« Monseigneur ! Vous ne vous sentez pas bien ? Vous devriez aller respirer un peu d’air frais, ça vous ferais du bien. »

Certaines des filles habillées de couleurs vives se regardaient entre elles. Certaines m’entourèrent, prenant le prêtre par le bras.

« C’est cela, faites-le sortir ! » cria le rouquin, agacé.

Nous emmenâmes donc Kami à la porte de l’église. Deux des filles tirèrent les lourdes portes vers elles pour nous laissez passer.
Je tenais mon collègue par le bras en l’emmenant.
Je lui murmurais à l’oreille : « Qu’est-ce que tu as foutu ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Lun 17 Sep 2018 - 0:39
C'était trop.

Plusieurs heures déjà que la kunoichi était sous la torture qui n'allait apparemment pas terminé de si tôt. Elle ne savait pas comment elle s'était retrouvé dans cette situation mais il y avait quelque chose ou quelqu'un qui était parti complètement en cacahuète. Taki peut être, qui voulait passer par la grande porte au lieu d'une infiltration discrète ? Peut être. Dans tous les cas, si la mission était accomplis un jour, c'était probablement dans des mois sous couverture avec une torture mentale permanente. Pendant que dieu sait qui retournerait le cerveau des adeptes qui n'était pas vraiment prêt à laisser tomber le culte pour le moment.

Gabushi était une fille simple, une paysanne. Venant du fond du pays de la roche, d'un village paumé et tranquille. Elle n'était qu'une pratiquante des arts martiaux qui voulait voir du pays et apprendre, d'où son inscription en tant qu'académicienne. Elle n'était clairement pas préparé à l'épreuve que constituait la mission et l'infiltration d'un village de fanatique. Mais les événements avaient décidés de pousser encore, petit à petit, au fils du temps. Le destin poussait la patience de Gabushi qui était encore bien jeune et possédait une limite certaine.
Le prêtre avait une gaffe et même l'esprit un peu embrouillé par la colère et l'aigreur, Gabushi avait reconnu Kami sous les traits du prêtre qui était en fasse d'elle. Déjà parce qu'il venait de prononcer son nom à haute voix, alors que c'était une mission d'infiltration. Et puis parce que pour enchainer les bourdes comme ça, cela ne pouvait être qu'un autre genin. Tsubaki étant à ses côtés, paf, Kami.

Un soulagement minime d'avoir retrouvé un autre membre du groupe, qui fut bientôt balayé par les événements. Les fanatiques aidé par Tsubaki étaient entrain d'évacuer son compagnon, laissant l'Ashikaga seule fasse à l'autel et son destin futur.
Non, ce n'était pas bon du tout ca.

Elle se mit à paniquer et dans son désarroi qui se transforma presque instantanément en colère sourde, elle leva la main vers son "futur époux".
Une grande déferlante de vent souleva soudainement le guru de la secte, qui non préparé à cette soudaine attaque, s'éleva pour s'écrasé en bas des marches de l'autel dans un bruit d'os brisé.

Il y eu un grand silence qui n'en finissait pas, faisant retombé la colère soudaine qui s'était emparé de la jeune kunoichi à la pensée de se retrouver toute seule. Les cultistes qui l'entouraient se mirent à la huer et certain, plus entreprenant, s'était déjà armé pour punir l'hérétique. Gabushi était désarmé, son yumi ne l'avait pas accompagné dans sa mission et elle n'avait aucun moyen de répliquer à une attaque frontale dans cette situation.

Une hache siffla dans sa direction, bien trop tôt, elle n'était simplement pas préparé à faire face à qui que ce sois. Mais elle fut tout de même dévié. Clignant des yeux plusieurs fois, Gabushi releva la tête qui s'était abaissé dans un réflexe de survie basique, pour voir Taki qui s'était retrouvé entre elle et ses agresseurs.


[Taki] Cas de force majeur !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Mar 18 Sep 2018 - 16:57
« Mainmise religieuse »




Nous laissions donc Gabushi seule…Qui sait ce qu'il pourrait lui arriver maintenant que la couverture s'était fissurée ? Tsubaki demanda des explications à Kami. Il haussa des épaules. Il aurait aimé la voir à sa place. Il avait paniqué, perdu ses moyens devant la colle que l'homme venait de lui poser. Il avait beau avoir eu quelques missions à son actif, il n'en restait pas moins qu'un Genin. Il suait comme un goret qu'on faisait cuire à la broche, il fallait désamorcer cette situation. Tandis qu'il reprenait haleine, Kami jeta un coup d'œil à l'intérieur de la chapelle par l'entrebâillement des portes.


Gabushi ne semblait pas à l'aise du tout. Elle s'agitait et cherchait le soutien de ses camarades désormais à l'extérieur. Les yeux de Kami s'écarquillèrent quand il vue le chef de la secte volé à la suite d'une technique de la jeune femme. Et merde…Un silence assourdissant résonna dans la chapelle. Les fidèles s'amassèrent autour d'elle. Arme au poing, prêt à lui rendre la monnaie de sa pièce. Un projectile fut envoyé dans sa direction. Une fraction de seconde plus tard, Taki sorti du sol dans sa forme d'assimilation et dévia la hache.


Un contingent de trois gardes vêtus de noir et d'énorme hache pénétra dans l'église au pas de course. Kami se tourna vers Tsubaki. Ça sentait mauvais. Il fallait entrer et porter assistance à leurs collègues. Il se releva précipitamment et accouru pour entrer dans l'église désormais théâtre d'un affrontement sans précédent. Brisant son sort de métamorphose Kami se tourna vers l'extérieur.

"Tsubaki ! Ta entendu le chef ! CAS DE FORCE MAJEUR !"

Deux des trois gardes venus prêter main forte se retournèrent au milieu des combats. Niveau discrétion on repassera. Il avait au moins limité les renforts mais lui aussi était bloqué ici pour le moment. Gabi et Taki allaient devoir s'en sortir avec les fidèles et le dernier garde. Kami et Tsubaki allaient devoir neutraliser leurs cibles avant de pouvoir les rejoindre.

"Tsu…Tsubaki…A l'aide…"

Tandis que la nécromancienne rejoignit Kami. Taki repoussait tant bien que mal les fidèles fondant sur eux. Gabushi étant complétement désarmé, elle allait avoir du fil à retordre. Tsubaki désormais aux coté de Kami ils allaient pouvoir attaquer les deux gardes leurs barrant la route. Avant de lancer les hostilités, Kami créa trois clones élémentaires qu'il envoya porter soutien à Gabushi afin de la protéger. Confus par la création de trois autres Kami, les clones prirent de courent les gardes et réussirent à passer. Au tour maintenant de Tsubaki d'entrer en jeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mer 3 Oct 2018 - 0:18
Mais quelle bande de nuls ! On dirait qu’ils se font un malin plaisir à détruire notre couverture. Maintenant deux gardes bloquaient notre passage vers l’église et nos deux coéquipiers.

« Vous vous êtes mis d’accord pour pourrir mon plan !? » Hurlais-je à Kami.
Mes les soldats se jetaient déjà sur nous.
J’effectuais mes mûdras à la vitesse de la lumière. Des cadavres sortirent aussitôt de terre. Des mains griffues attrapèrent les chevilles des gardes par le sol.
Une dizaine de morts s’éveillèrent ainsi. Je fus d’abord choquée par l’état de ces morts : ils étaient étonnamment frais et en bon état. Il n’y avait que des adultes qui ne devaient pas être morts depuis bien longtemps.
Les gardes furent horrifiés par cette apparition de cauchemars. Ils hurlaient à s’en rompre les cordes vocales. Je ne pus réprimer un sourire, ces prétendus guerriers étaient pathétiques.
Les hommes en noir sortirent leurs épées, tremblant. Les morts qui se dirigeaient vers eux les terrifiaient. En bon soldat ils restèrent devant la porte, morts de peur.

« Sorcière ! Au bûcher ! » Hurlait l’un d’entre eux. Ceci m’irrita au plus haut point. En un ordre trois de mes créatures se jetèrent sur eux. Le premier garde en noir dressa son épée et l’abattit sur un zombi. Celui-ci para le coup avec son propre bras. L’épée s’enfonça dans sa chair putréfiée et se bloqua contre l’os. Le zombie enfonça ensuite ses doigts osseux dans l’orbite du garde qui hurla de douleur. Son coéquipier se rua sur le zombi pour le décoller de sa proie. La créature tomba au sol. Deux autres zombis arrivèrent pour les attaquer tandis que les deux derniers se tenaient devant Kami et moi pour nous protéger de diverses attaques.
Le premier garde se tenait le visage, en sang.

« Mon œil ! »
Le deuxième se débattait au sol avec le premier zombi qui enfonçait ses phalanges dans son armure de cuir.

« Tu vas le payer ! » Hurla le blessé se jetant sur nous. Les deux zombis qui s’étaient approchés pour attaquer lui bloquèrent la route, s’accrochant à son corps, le griffant, le mordant de toute part.
Le garde fonça contre le mur de l’église, se cognant de plus en plus fort pour tenter de déloger les créatures démoniaques.

« Après toi.. » dis-je lacement. Les deux gardes étaient aux prises avec mes créatures.
J’avançais vers la porte.
« Tu n’iras pas plus loin ! »
Hurla aussitôt le deuxième garde.
Mais à peine avait-il tendu son épée qu’un des zombis restant se plaça devant moi pour prendre le coup à ma place. Le zombis qui l’attaquait revint de plus belle, suivit par la créature qui venait de me protéger.

« Bon, on y va. » Dis-je.
Je saisit alors la poignée de la porte de l’église..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Mer 10 Oct 2018 - 11:51
L'apparition du chuunin était un soulagement, déjà parce qu'il venait de s'interposer entre la jeune fille et une arme qui lui aurait probablement coupé quelque chose auquel elle tenait, mais aussi parce qu'elle n'était plus seule et abandonner à son triste sort dans la lugubre église. Elle admirait les prouesses de Taki au combat qui arrivait à tenir les cultistes hors de portée de l'Ashikaga pour le moment. Mais cela n'allait pas durer in-définitivement, il n'était pas tant à l'aise que ça pendant le combat de part le nombre des attaquants qui criaient et juraient leur colère envers le duo de shinobi.

Il fallait trouver un moyen de se sortir de là au plus vite, leurs vies étaient bien plus importantes que cette mission qui sentait le traquenard depuis le début. Ses pensées ne faisait que se confirmer quand le chuunin lui adressa la parole, anxieux mais professionnel dans ses propos.

- Trouves une échappatoire, je vais couvrir ta retraite. Retrouves les autres Gabushi.

L'objectif était simple et limpide et surtout pas si compliqué. Kami et Tsubaki étaient probablement encore à l'entrée de l'église et il fallait juste traverser l'édifice pour remplir l'ordre donné par le supérieur. Bien sûr, il fallait prendre en compte les cultistes en colère qui étaient entre elle et la sortie, mais elle avait déjà une idée en tête pour contourner littéralement le problème. Une inspiration pour retrouver son calme, une esquive d'une torche qui était brandit contre elle maladroitement et elle se mit à courir à l'opposé de la grande porte de l'église pour passer derrière l'autel. De là, l'archère utilisa la technique académique de marche sur les murs pour passer au dessus de la foule en colère, qui ne pouvait faire grand chose d'autre que la regarder bêtement en proférant des menaces et autres noms d'oiseaux. Ce n'était pas si facile, l'architecture étrange de la battisse n'aidait pas à la progression, elle arriva cependant rapidement à l'entrée au moment où les deux autres genins ouvraient la porte.

- Restons pas là, partons ! dit Gabushi dans la précipitation en descendant du mur.

Les adeptes du culte qui l'avait suivi des yeux chargeaient en direction des trois jeunes, ils ne lâcheraient pas le morceau facilement. Taki lui se débrouillait bien mieux maintenant qu'il n'avait pas à protéger Gabushi des assauts maladroits des différentes armes improvisées. Il s'éclipsa dans le sol exactement comme il était apparu une fois que sa distraction eu permis aux trois jeunes de se rassembler. A coup sûr il les retrouverait plus loin et ne voulait pas se retrouver coincé dans l'église.
Gabushi se mit donc à courir en direction de la sortie du village, celui-ci s'était brusquement réveillé de sa torpeur et de ses rites étranges pour chasser en cœur les intrus. Plusieurs personnes sortaient des maisons ici et là pour alimenter la foule de mécontent. Le mot d'ordre était donné, ils étaient indésirables.

Mais une autre menace était présente et la jeune fille n'y pensa pas immédiatement dans sa course pour la survie. La sentinelle qui n'avait rien des adeptes incultes du combat les attendait de pied ferme, séparant de son imposante stature les genins de la liberté. Gabushi eut juste le temps de s'arrêter pour se tourner vers ses camarades, la foule n'était pas encore sur eux. Peut-être pouvaient-ils se concerter sur la situation rapidement avant de continuer ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Ven 19 Oct 2018 - 12:19
« Mainmise religieuse »




C'était un sacré foutoir. Chacun combattait comme si sa vie en dépendait car effectivement leurs vies en dépendaient ! D'un coté nous avions Tsubaki et Kami tentant d'interpeller les deux gardes. De l'autre Gabushi et Taki qui étaient constamment assailli pour les fidèles. Malheureusement pour garder sa couverture intacte elle n'avait pris son redoutable arsenal. Elle était démunie. Toutefois le Chuunin faisait un travail remarquable.

Du coté de l'Hyuga et la nécromancienne le travail portait également ses fruits. Les deux gardes furent stoppés par les créatures de Tsubaki. Ils avaient gagné du temps, c'était le principal. Inutile de dire qu'ils n'étaient pas de taille pour combattre toute une armée à eux seules. Ils devaient partir, la mission ne sera pas un succès mais le village pourra très bien renvoyer un commando d'élite pour finir le job qu'ils ont commencé. Ils ont pu récolter de précieuses informations.

Tandis que Gabushi s'était échappé en parcourant la cathédrale, elle somma ses compagnons de la suivre et partir. Il ne fallait pas le dire deux fois. Ils s'exfiltrèrent de l'enceinte de la cathédrale en quatrième vitesse alors que la population locale commençait à sortir de leurs bidonvilles pour pourchasser les trois genins. Taki s'était volatilisé via son assimilation. Nul doute qu'il allait les attendre à la sortie du village. Foulant la terre poussiéreuse du sentier qui les avait menés au village au début de leur périples. Ils furent tous étonné lorsqu'ils tombèrent nez à nez avec le géant gardant la fin du sentier. Ils avaient d'ailleurs retrouvé Taki…A la merci de son bourreau. Visiblement les deux personnes venaient de combattre. Certaines parties de la bure du géant était coupé et quelques lambeaux jonchaient le sol.

A terre, le colosse tenait en respect le chuunin en écrasant son torse de tout son poids. Il tentait désespérément de se débattre. En vain. Sous la pression, des côtes cédèrent. Il lâcha un râle d'agonie tandis que du sang s'éjecta de sa bouche. Tous restèrent paralysé par la scène qui se déroulait sous leurs yeux. La lourde hache fut brandie. Taki légèrement la tête tandis que ses dernières heures avaient sonné.

[Taki] – "Fuyez…Pauvre fou."

La lame de l'imposante hache s'abattit…

Allait-il vraiment mourir comme ça sans que personne ne bouge ? Non ce n'était pas leurs façons de faire. Ils étaient tous des guerriers. Ils avaient tous le sens de l'honneur et du devoir. Quitte à mourir, autant le faire dans la plus belle des manières. Mieux vaux mourir debout que de vivre à genoux ! Les bras noueux du colosse furent stoppés en pleine élan. Des chaines rocheuses s'étaient entremêlées entre ses bras et pieds. Il était immobilisé. Mais pour combien de temps ? Tentant de s'en sortir via sa force brute les chaines lâchèrent des bruits de craquèlement. Il allait rompre la technique ce n'était qu'une question de temps. Il fallait sortir Taki de là et vite ! Kami tourna la tête.

"On extirpe Taki et on s'occupe de ce connard ensuite !" Lâchât-il d'un ton sérieux qui était rare.

Ce n'était plus l'heure de prendre les choses avec légèreté. Il fallait se mettre au boulot avant que tout le village ne rapplique pour les empaler…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Ven 16 Nov 2018 - 12:04
Quelle déception de finir la mission ainsi.

Cette pensée éphémère traversa l'esprit de la jeune kunoichi pendant la course des trois genins vers la sortie de cette endroit maudit. C'était en grande partie sa faute, aucun doute là dessus mais il y avait probablement une version du scénario où elle ne s'était pas retrouvé coincé seule dans un destin funeste. Peut être que la foule en colère derrière eux reviendrait à des mœurs plus raisonnable sans le leader du culte, peut être qu'ils en érigeront un nouveau et que le village reviendrait terminer la situation de façon un peu plus expéditive. Elle ne savait pas vraiment comment les choses tourneraient ici après leur départ et elle n'avait finalement pas le temps d'en débattre. Les trois genins du village d'Iwa se devaient de fuir immédiatement sous peine d'y laisser la vie.
D'ailleurs Taki était sur le point de la perdre face à la lourde sentinelle qui gardait l'entrée qui était à présent la seule sortie de cet enfer. Il fut sauvé de justesse par Kami qui eu le réflexe de faire sortir des chaines de terre pour immobiliser la silhouette sombre dans son mouvement pour donner le coup finale au chuunin. Mais il était toujours en grand danger et ce n'était que temporaire. La jeune fille rageait intérieurement de ne pas avoir son arc sous la main, une bonne flèche calmerait le gardien immédiatement sans plus de discussion. Mais elle était dans l'impossibilité d'utiliser tout son panel de technique offensif pour l'instant.
Kami s'exclama avec tout le sérieux du monde de mettre Taki à l'abris avant de s'occuper de la sentinelle. Gabushi lui lança un regard en biais, légèrement paniquée.

- Je vais essayé de le sortir de là, mais je suis pour qu'on file vite après.

Décidément, elle se promit à cet instant qu'elle ne referait plus jamais de mission où elle ne pouvait pas emporter son arc avec elle. L'infiltration et tout ce genre de chose n'était clairement pas sa prédilection, elle était bien trop inutile et désavantager sans son fidèle compagnon et ses années d'entrainement à le manier. D'ailleurs cela rendrait la tâche pour récupérer le chuunin plutôt délicate.
Elle se mit à courir vers le bourreau et le condamné d'un pas décidé et elle réussit à atteindre son camarade avant que le colosse en noir ne brise ses chaines. Elle traina aussi vite qu'elle pu Taki hors de portée de l'arme de celui-ci, mais il se libéra finalement des chaines de Kami dans un grand bruit de terre qui se brise. Un rapide mouvement pour une arme aussi imposante lança la lame vers la kunoichi. D'un réflexe rapide, elle esquiva plutôt proprement la lame qui ne fit que la frôler. Il préparait déjà une autre attaque, c'était impressionnant avec quelle dextérité il arrivait à manipuler une arme aussi imposante, peut être que c'était la seule entité du lieu à savoir réellement se battre. Qui était-il ? Pourquoi était-il ici ? C'était un grand mystère qu'ils n'allaient pas résoudre pour le moment.
D'un mouvement de main, l'Ashikaga envoya une impulsion de vent qui déstabilisa la personne dans l'armure. Une telle rafale aurait probablement fait voler quelqu'un d'autre, mais la lourdeur des pas du gardien ne trompait pas, il devait probablement être bien plus lourd qu'une personne standard. Il ne fit que tomber lourdement sur son postérieur, c'était très peu mais il fallait saisir l'occasion.


- Partons !

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3923-terminee-chosokabe-gabushi

Lun 19 Nov 2018 - 20:52
« Mainmise religieuse »



Son cœur frappait sa poitrine avec force. Le stress le gagnait. Il maintenait sa technique d'immobilisation mais le colosse allait très bientôt se libérer de ses entraves. Gabushi eut à peine le temps de libérer leur chef d'équipe que le garde fut de nouveau libre. L'homme en noir jouait de sa hache avec aisance malgré son poids et sa taille démesuré. D'un mouvement fluide et assuré, la jeune femme fit valdinguer le garde. Son arrière-train chuta lourdement sur le sol. Tel une tortue que l'on venait de mettre sur le dos, le goliath avait du mal à se relever. L'Ashikaga ordonna de s'en aller. Il ne fallait pas le dire deux fois. Kami accompagné de Tsubaki suivirent de prés leurs camarades. L'amas de chair se releva péniblement mais les shinobis était déjà loin. Dans un hurlement il laissa entendre sa rage qui glaça le sang de Kami. Cette horreur était enfin finie…Il était temps de rentrer au pays…

// Quelques jours plus tard //

Le voyage fut éprouvant. Les shinobis arrivèrent aux portes du village exténué. Ils s'étaient relayés pour porter à tour de rôle Taki qui était encore dans un sale état. Un détachement de ninja vint accueillirent les genins qui s'effondrèrent à peine leur chuunin entre de bonne main. Kami reprit haleine péniblement.

"Il…Il faut que l'on fasse notre rapport…Il faut envoyer une équipe d'intervention plus qualifié pour mener à bien cette mission."

En effet. Le Gage saura surement comment régler ce problème. Le village était bien plus corrompu qu'ils ne le pensaient. Regardant tour à tour ses camarades, Kami entama d'un pas boiteux sa route vers le bureau du Kage suivit par ses amis. Ensemble ils allaient débrief cette opération et peut-être allait-ils se rencontrer de nouveau pour une mission. Qui sait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3351-hyuga-kami-le-cannibale-masque http://www.ascentofshinobi.com/t3730-hyuga-kami http://www.ascentofshinobi.com/u705

Mainmise religieuse / Mission Rang B

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: