Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

P6. FUJIWARA TSUBAKI contre MINAMOTO HAKU


Jeu 23 Aoû 2018 - 0:12

Premier tour : FUJIWARA TSUBAKI contre MINAMOTO HAKU


Quelques semaines après la rébellion populaire qui renversa le Premier Cercle, pouvoir fanatique gouvernant jusqu'alors le Pays du Vent, le nouvel ordre Kazejin cherche définitivement à tourner la page. Afin d'afficher cette volonté et pour des raisons plus politiques, les nouveaux décisionnaires décidèrent d'organiser un événement retentissant : le premier tournoi international où n'importe quel shinobi ou guerrier pourrait participer. En l'espace de quelques jours, la nouvelle et l'invitation fit le tour du Grand Continent et de ses îlots et peu de temps après : des centaines d'inscrits étaient prêts à en découdre en plein coeur du mythique Colisée, bâtisse où les esclaves du Premier Cercle combattaient jusqu'alors.

Les phases de sélections - des batailles dites "royales" entre dix combattants - se succédèrent le premier jour de la semaine du tournoi, et confirmèrent la puissance des shinobis des villages cachés : sur les trente-deux finalistes, quasiment tous étaient Iwajins, Kirijins ou Kumojins. Et le lendemain de leur qualification pour la phase finale, les duels les attendaient, devant des centaines et des centaines de spectateurs venus du monde entier.

En ce mardi après-midi, le premier tour officiel du tournoi (les seizièmes de finale pour certains) démarre avant même l'arrivée des combattants : en effet, les organisateurs du tournoi ont prévu différents terrains pour chaque combat !

Pour ce combat opposant @FUJIWARA TSUBAKI et @MINAMOTO HAKU, c'était un terrain inattendu pour un pays désertique qui allait servir de théâtre. Une véritable forêt remplissait la quasi-totalité de l'arène, avec des arbres tous plus ou moins grands et robustes. Seule une clairière au centre, celle-la même où les combattants allaient se saluer, faisaient office d'espace libre.

Les combattants entrent alors en scène, encadrés par l'arbitre, @HAYAI TAISHI, tous acclamés par une foule en délire. Le combat peut commencer !


Voici les règles et indications à suivre :
  • Le combat peut commencer dès le premier tour, donc l'utilisation de techniques est autorisée dès le début !

  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 48h pour répondre.

  • Une seule fois durant le combat vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour l'arbitre :
  • L'arbitre peut poster en premier s'il y arrive.

  • L'arbitre peut poster à tout moment s'il le juge nécessaire (les instructions qui lui sont données sont néanmoins simples : empêcher la mort d'un candidat).

  • L'arbitre doit au minimum poster une fois pour annoncer/officialiser le vainqueur du combat.

Règle(s) spéciale(s) pour les spectateurs :
  • Tout personnage non-participant qui s'est réellement déplacé au Colisée (dans les règles) à Kaze no Kuni peut assister à un seul combat à chaque tour.

  • Pour officialiser le fait qu'il assiste au combat, il doit poster une fois (à n'importe quel moment du combat) un RP où il observe l'affrontement.

  • Les participants au tournoi qui perdent deviennent de possibles spectateurs pour les tours suivants (respecter les règles du dessus).

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
FUJIWARA TSUBAKI
MINAMOTO HAKU
L'arbitre de ce combat est : HAYAI TAISHI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Ven 24 Aoû 2018 - 18:34
Il faisait une chaleur écrasante lorsque je me présentais devant l’arène. Sous 30 degrés sous le soleil brûlant de Kaze. Ayant entendu parler de ce fameux tournois international, ma mère m’avait « forcé » à y participer. Entendre le nom de Fujiwara briller dans une arène ferait de la publicité à notre commerce, etc. Elle n’eut pas à user de beaucoup d’arguments, je voulais déjà y participer. Ce tournoi me permettrait de montrer l’étendue de mon talent à mon nouveau sensei. Si je m’y prenais bien je pourrais même me venger de cette Shuuchuu Chiryou en toute légalité…

Je ricanais dans les vestiaires. On m’y avait emmené juste avant mon futur combat. J’étais assise sur un banc en métal. J’entendais ici les clameurs des spectateurs et le bruit du terrain qui changeait littéralement de place ! Toph m’avait prévenu qu’il y aurait plusieurs terrains vu qu’elle y avait pris part. Toph était ma coéquipière, c’était une Hyûga de petite taille spécialisée en baffes. Nous nous sommes déjà rencontrés quelques fois bien sûr mais la mini-kunoichi ne m’avait pas encore vue à l’œuvre.
Ce qui me donnait un certain avantage… Et oui car si je gagnais ce combat et qu’elle gagnait également le sien…
Je devrais l’affronter…
Un sourire carnassier s’afficha entre mes lèvres. Les deux élèves de Senku Yaoguaï s’affrontant, ça risquait de donner quelque chose de très intéressant.
Mais pour ça il fallait remporter ce combat !
Ca ne sera surement qu’une formalité.

Je ne connaissais rien de mon futur adversaire, à par qu’il venait de Kumo. Un village de faibles perdu dans le pays de la Foudre.
Lui ne savait rien de moi. Lors du premier tour j’avais bien fait attention à ne rien montrer de mon talent.
Lors de cette fameuse bataille royale je m’étais vite écartée des feux du combat. Je m’étais caché derrière un gros balourd d’amateur qui ne venait même pas d’un village caché. Je l’avais poignardé dans le dos et m’étais cachée derrière son corps. J’avais ensuite attendu que les autres s’entretuent. Quand enfin il n’en resta plus qu’un, celui-ci était fatigué et complètement dérouté de ne voir aucun autre adversaire. La sonnerie annonçant la fin du combat ne retentissait pas et il semblait être le seul debout. Je m’étais ensuite levée et n’eut pas grande difficulté à vaincre un adversaire épuisé, même en n’utilisant que mes compétences de base en taïjutsu.
C’est ainsi que je devins l’une des 32 élus à poursuivre la compétition. Je fus surprise de voir que ma jeune coéquipière était aussi arrivée à ce stade de la compétition.

Chiryou aussi est là…

J’espérais pouvoir l’affronter.

Ca y est la sonnerie annonçant le début du combat retentissait !
J’ouvris mes grands yeux rouges. Je me mis debout et me dirigeais vers l’entrée de l’arène. Je découvris enfin le terrain…. Une forêt !

Je ne pouvais pas rêver mieux !

Je souris en silence. Ca s’annonçait bien pour moi. Le nukenin qui faisait l’arbitre était droit comme un i au centre de l’arène dans la petite clairière. Je ne jetais aucun regard au peuple en folie. J’étais concentrée sur mon adversaire. Un jeune homme blond d’à peu près mon âge.
Le kumojin se nommait Minamoto Haku et était genin.

Dès que le gong sonna je m’éloignais de lui aussi vite que possible. D’un bond aidé par une poussée de châkra je partis vers les arbres et alla me terrer au milieu des bois.
Je pris de la hauteur, me perchant sur des hautes branches fournies qui me laissaient toute fois voir la clairière où se trouvais Haku. D’ici seul un utilisateur du byakugan pourrait me trouver facilement.

Allez mon petit, montre moi ce que tu sais faire~

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Dim 26 Aoû 2018 - 4:52
L'arbitre avait sonné le début de la rencontre. Dix personnes étaient sur le point de s'affronter dans une bataille plus que démesuré. Chaque shinobi livré à lui-même affrontant neuf adversaires en même temps. À la fin de ce combat atypique, il ne pouvait en rester qu'une. Une seule et unique personne aurait le privilège d'accéder aux seizièmes de finale. Haku n'était pas venu ici pour beurrer les tartines et il voulait absolument être parmi ces 32 shinobi à disputer le vrai tournoi de Kaze no Kuni. Ne connaissant rien de ses adversaires, il s'était d'abord reculait de l'affrontement pour observer et peaufiner sa stratégie. De ce qu'il pouvait voir, le niveau n'était pas si relevé que ça. La plupart des combattants maîtrisaient peu ou mal leur chakra, ce qui donnait un avantage non-négligeable pour le Minamoto. Ce dernier resta dans son coin et neutralisa les quelque aventureux qui venaient tenter leur chance. Après quelques minutes d'affrontement, il n'était déjà plus que trois et Haku comptait en finir rapidement. Il se rapprocha de ses adversaires et les neutralisa avec une série de coups au corps-à-corps. Il fut déclaré victorieux sous une foule bien agitée. Il avait dû utiliser une quantité non-négligeable de chakra pour finir le combat rapidement et cela pouvait jouer en sa défaveur. Après tout, il devait de nouveau combattre le lendemain et cette fois-ci, contre un shinobi qui, comme lui, était le dernier debout.

La nuit avait été agitée de par la chaleur et le stress, mais le jour fatidique était arrivé. La tête blanche était à quelques minutes de commencer son combat sous le soleil brûlant du pays du vent. À son arrivée, le genin avait consulté le tableau récapitulant les participants et il se retrouvait face à une Iwajin répondant au nom de Fujiwara Tsubaki. Totalement inconnu au bataillon, le bougre tenta de se renseigner auprès de ses camarades, mais aucune information ne semblait disponible. Étant une genin, son nom n'était pas encore très connu et de ce fait, peu de gens pouvaient renseigner Haku. C'était une situation qui lui déplaisait fortement. Ne rien savoir de son adversaire était un handicap réel. Anticiper et établir une stratégie adéquat relevaient de l'impossible. Il allait devoir compter sur sa rapidité d'esprit et sa capacité d'adaptation. Qui sait de quoi la jeune demoiselle est capable ?

Le manipulateur du Dokuton avait déjà imaginé ce qu'il pouvait se passer s'il gagnait. Il pouvait se trouver contre un homologue Kumojin maîtrisant le Kinton, Metaru Kaishyko. Si son compère perdait, il se retrouverait de nouveau contre une Iwajin avec cette fois-ci un avantage puisque son nom de famille en dit long sur sa capacité. Hyûga Toph. Voilà peut-être son prochain adversaire. Cependant, avant cela, il fallait prévaloir sur Tsubaki. Le Kumojin était ni confiant ni défaitiste. Les deux combattants semblaient être du même niveau et celui le plus avantagé par le terrain et ses capacités innées gagnera. La foule s'agita de nouveau comme la veille. Il était temps de débuter.

Sous les cris, le Minamoto entra dans l'arène, clope à la couche. Il salua discrètement la foule et riva rapidement ses yeux sur la rive d'en face pour apercevoir son adversaire. Taille et gabarit équivalent au sien, il évaluait déjà son adversaire pour anticiper son style de combat. Il jeta un coup d'oeil à l'arbitre qui se tenait au milieu. Il n'y avait pas besoin de scruter son chakra pour voir qu'il était fort... Bien plus fort que moi, qu'elle et nous deux réunis. Le terrain particulier de cet affrontement était une sorte de minie forêt composée de plein d'arbres feuillus. Une petite clairière avait été aménagée au centre pour y placer les shinobis avant le début du combat. Une fois chacun à sa place, Haku salua son opposant avant de lui adresser quelques mots.

« Fujiwara Tsubaki, c'est un honneur de comb... »

Le combat avait député et la jeune avait déjà plié les talons pour se réfugier dans les arbres. Un peu désappointé, le Kumojin regarda la direction qu'elle avait prise avant de regarder autour de lui en se grattant la tête. Il n'imaginait pas un début de combat comme celui-ci, mais après tout pourquoi. Seul à côté de l'arbitre, le genin continua à fumer le reste de sa clope avant de la lancer par terre et de s'adresser à son adversaire.

« Si c'est une partie de cache-cache que tu veux... »

À son tour, Haku se retourna et partit à toute allure dans la direction opposée de la demoiselle. Sur son chemin, il ramassa quelques branches mortes jonchant le sol et les lança aléatoirement dans les arbres pour simuler du mouvement. Il essayait de brouiller les pistes comme il pouvait. S'étant assez éloigné, il se plaqua contre un tronc et sortit un kunai. Pour l'instant, il n'avait pas besoin de localiser précisément son adversaire, mais il avait hâte de pouvoir le charger et lui coller quelques mandales pour l'avoir interrompue pendant sa prise de parole. Le combat avait officiellement commencé et spectateurs, spectatrices, j'espère que vous êtes prêt à observer ce combat de planqués, car ça promet, croyez-moi !

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 26 Aoû 2018 - 19:19
Après mon départ, mon adversaire se trouvait fort décontenancé. Apparemment il avait tenté de me parler. Mais j’étais tellement absorbée dans mes mouvements que je ne l’avais même pas entendu.
Il cracha la fin de sa cigarette sur le sol et partis lui aussi en direction de la forêt. Tiens ?

Mon adversaire n’avait pourtant pas l’air de combattre à distance… Pourquoi cherche-t-il à se cacher ?

Je plissais des yeux pour voir où il se dirigeait. Dès qu’il disparu j’entendis le bruit des broussailles se déplacer sur son passage. Il en fait du boucan pour lui tout seul, il espère me leurrer aussi facilement ?
Mais malgré le fait que sa ruse était de bas étage, elle avait marché.

Hors de question que je me déplace !

J’effectuais quelques mudras simples et me concentra. Du pied de mon arbre, j’aperçus une petite patte surgir du sol. Alors qu’est-ce que c’est ?~
Une petite créature à moitié décomposée sortis de terre. Le peu de fourrure qu’il lui restait était brune de terre. Ses petits os étaient rattachés par quelques ligaments rescapés à la décomposition.
Un écureuil ? Pas mal.
L’animal grimpa sur le tronc à une vitesse scandaleuse. Très intéressant. Le petit animal était très à l’aise avec ce terrain, normal puisqu’il y vivait autre fois. L’écureuil grimpa sur mon épaule, attendant sagement mon ordre.
Je le regardais tendrement et lui chuchota ceci : « Trouve-le. »
Ce terrain forestier était peuplé d’être vivants, oiseaux, rongeurs et même d’autres écureuils. Ma petite créature ne se ferait pas remarquée parmi les autres animaux d’ici.

Sitôt ordonné, sitôt exhaussé. L’écureuil réanimé partis comme une flèche, courant sur les branches et sautant d’arbres en arbres.

Brave petit.

Moins de trois minutes plus tard, l’animal revint. Il était exactement dans le même état qu’il était parti. Une fois arrivé sur ma branche il griffonna quelques signes sur l’écorce.

« Bien, maintenant tu iras à cet endroit. » Je lui indiquais la direction à prendre.
« Ensuite tu attendras mes ordres. »

L’animal partis immédiatement. Je me penchais vers les gribouillis qu’il avait griffonnés. Brave bête.
Je savais maintenant dans quel secteur je le trouverais.
Bien. Je me levais sur ma branche. Je sortis un rouleau de mes affaires et en fis sortir mon arme de prédilection.

Je le saisis d’une main ferme et le noua dans mon dos. Je rangeais mon rouleau et regarda dans la direction que l’écureuil m’avait indiqué. Je sautais de ma branche et atterris sur l’arbre d’à côté.

Je dénouai le grand sac que je portais sur moi. J’effectuais les mêmes mudras que tout à l’heure. Des bandelettes qui formaient mon sac à dos sortis une main squelettique. Un squelette humain légèrement plus grand que moi en sortis et se tourna vers moi.
Si les cadavres sans larynx ne pouvait parler j’avais appris à celui-là à utiliser le son du vent dans ses cavités osseuses pour former quelques mots qui pourrais s’avérer utiles un jour.
C’était mon squelette personnel, je l’avais entrainé personnellement et il me servait même à effectuer une attaque que lui seul pouvait faire. J’en étais particulièrement fière.
D’un simple coup de tête je lui indiquais de partir dans la direction d’où venait mon petit écureuil. Je partis dans l’autre sens.
Je ne pus m’empêcher de sourire.
J’imaginais déjà sa petite tête terrifiée de voir un squelette se tenir devant lui. Hihi~
Le squelette se dirigea vers le dénommé Minamoto Haku. Moi je déambulais dans la forêt, courant dans l’autre sens.
Bientôt mon cher serviteur arriverait à destination.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Mar 28 Aoû 2018 - 18:58
Les spectateurs du combat faisaient retentir leur plus fort cris d'encouragement pour les deux adversaires. Depuis hier, il avait la chance d'assister à des combats de haute voltige. Même si les batailles royales rassemblaient des combattants de tout niveau, cela restait plaisant à regarder. Les seizièmes de finale étaient un cran au-dessus ce qui expliquait ce public galvanisé. Même ces personnes étaient inconnues pour Haku, l'effet procurait par cette foule n'était pas négligeable. Lorsque des centaines de personnes vous encouragent, vous avez fatalement envie de tout donner pour ne serait-ce que satisfaire la foule.

Cependant, les bruyants spectateurs allaient bientôt déchanter. Ce combat prenait une tournure intéressante niveau stratégique, mais en revanche, niveau spectacle et sensation forte, le niveau était très bas. Deux jeunes shinobis se cachant aux extrémités de l'arène en attendant que l'autre fasse quelque chose, ce n'est pas divertissant. La foule le faisait savoir en arrêtant les encouragements. Bientôt, la mésentente allait régner dans l'audience et c'est une variable qu'il faudra prendre en compte pour nos deux adversaires afin de ne pas être déstabilisé.

Finalement, la demoiselle décida d’agir. Elle exécuta une série de mudra et un écureuil sortit des entrailles de la terre. Ce dernier semblait dans un état de putréfaction notable, car en effet, il venait de revenir à la vie. La jeune demoiselle possédait le don de réanimer les morts et elle venait de le faire sur la faune locale. Bien entendu, Haku ignorait tout ceci et sa réaction face à cette capacité allait être très intéressante. L’animal décédé reçu l’ordre de trouver le Minamoto pour que la jeune nécromancienne connaisse la position du bougre. L’écureuil partit en chasse instantanément et trouva assez rapidement la tête blanche planqué derrière un arbre, un kunai à la main. Le Kumojin discutait tout seul sur la stratégie qu’il allait mettre en place pour se défaire de cette situation. Elles étaient nombreuses, mais sans l’information des capacités de la jeune femme, Haku tournait en rond. Il revenait toujours sur les mêmes constats et il allait devoir prendre des risques pour découvrir ce que cache la jeune femme. Il était loin de se douter qu’une créature réanimée se trouvait tout proche de lui en train de l’observer.

L'invocation retourna voir son maître pour lui transmettre l'information et un nouveau combattant entra dans l'arène. Pesant environ quatre kilogrammes, un squelette animé sortit d'un rouleau déployer par la nécromancienne. D'un simple geste, elle ordonna à sa création de se rendre où l'écureuil était et par extension, là où Haku est. Ce dernier s'était un peu déplacé verticalement pour prendre de la hauteur et tenter d'observer les environs. Le feuillage épais des arbres n'aidait pas réellement pour localiser son adversaire. Il resta un temps avant d'entendre un bruit suspect dans l'arbre d'à côté. Armant son kunaï, il s'apprêtait à le lancer quand un oiseau sortit de l'arbre. Soufflant, il redescendit sur la terre ferme pour reprendre sa position et il se retrouva nez à nez avec un squelette. Je vous laisse imaginer la réaction.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ! »

De peur, Haku fit quelques bons en arrière avant d'effectuer un mudra et mimer avec sa main droite un pistolet. Une goutte modelait par son chakra sortit des pores de son doigt et il la propulsa en visant les jambes pour au moins réduire sa mobilité s'il ne pouvait pas le détruire. Dans la foulée, le Minamoto reprit de la hauteur pour se calmer et reprendre ses esprits. C'était la première fois qu'il voyait ce genre de créature et ça l'avait grandement surpris.

« Elle est donc capable d’invoquer des squelettes et en plus de ça, elle a rapidement repéré ma position. Rester dans l’ombre ainsi me désavantage beaucoup trop. La prochaine attaque par surprise pourrait me coûter cher. Je dois à minima avoir de la visibilité sur mon environnement, quitte à prendre des risques. »

Sans attendre, la tête blanche fonça rapidement dans la direction de la clairière où le combat avait officiellement débuté. Il pouvait entendre au loin les rires des spectateurs, mais il les ignorait pour rester concentré sur son combat. Regagnant la clairière, il avait une meilleure visibilité puisqu’elle était bien dégagée. Il croisa le regard de l’arbitre avant de s’adresser à Tsubaki en se tournant vers l’autre partie du terrain.

« Je pense que la partie de cache-cache a assez duré. Je te laisse trois secondes pour sortir de ta cachette, sinon je te ferais sortir de force ! »

Le genin fit une pause avant de lever la main avec seulement l’index en l’air.

« Un... »

Voyons si cette stratégie allait porter ses fruits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 29 Aoû 2018 - 0:45
Avant que ma chère invocation ait pu avoir le temps d’attaquer sa cible, le petit blond le remarqua. Poussant un hurlement de terreur il s’enfuit sans demander son reste.
Quel pleutre…
Avec sa réaction de gamin il avait anéanti ma stratégie ! Je voulais l’attaquer par derrière. J’avais d’ailleurs fait tous le tour le l’arène pour le prendre à revers. Mais ce poltron avait hurlé de terreur et s’était enfui dans les jupes de l’arbitre.
C’est pitoyable…
J’étais cachée dans un arbre non loin du lieu où il était.
Qui plus ait il avait défoncé mon petit squelette adoré ! Je m’empressais de sauter de ma branche et de rejoindre mon petit Akio. Akio était le nom de mon squelette, du moins de son vivant. Ce barbare lui avait arraché la jambe. Son jet d’eau n’avait pas brisé ses os mais avait déboité sa jambe gauche qui avait roulé à quelques mètres de lui. Pendant que le kumojin faisait son show devant les spectateurs je m’approchais de mon squelette. Ramassant sa jambe, je la remboitais dans son orifice originel.
Quelle brute !
Mon petit Akio se releva. Mais maintenant ma proie était au centre de l’arène, en sécurité.
Bien sûr…
« Qu’est-ce que je peux bien faire ? »
Alors complètement à découvert je ne pouvais sortir des bois. Je ne pouvais risquer d’être vue. Je suis une invocatrice, pas une combattante au corps à corps.
Je dénouais le nœud que j’avais fait dans mon dos. J’attrapais ma hallebarde d’une main et je la donnais à Akio. Il comprit immédiatement ce que je voulais. Normal, je l’avais dressé pour. Il ne fallait pas que je reste au même endroit trop longtemps. Pendant ce temps là mon écureuil ne chômait pas. Vu comment le kumojin avait hurlé en voyant Akio il n’avait pas du remarquer le petit rongeur qui le surveillait. C’est déjà un bon point.
Je partis en courant sur la terre ferme. Pour la technique que je m’apprêtais à faire, il fallait malheureusement que je reste au sol.

Mon squelette marcha vers la clairière. Moi je m’arrêtais entre deux saules pleureurs, complètement à la merci du premier ennemi venu. Encore heureux que mon adversaire était trop occupé à faire son intéressant devant le public, je l’entendais d’ici ! Je m’agenouillais sur le sol. Après avoir fait quelques mûdras je sentis leur présence… Pas mal.
Je me relevais et me percha sur une branche basse. En prenant appui dessus je me perchais encore plus haut dans les arbres.
Pendant ce temps, mon squelette se montrait dans la clairière. Portant fièrement ma hallebarde dans sa main il s’approcha de l’arbitre et de mon adversaire.
Il s’arrêta face à lui.
Jouant avec le vent passant à travers ses orifices il arriva à parler :

« Abandonne… Ou… Meurt… »

Sa voix venant du vent n’avait plus rien d’humain. Je ricanais. A ma distance, je ne pouvais pas l’entendre mais je savais très bien ce qu’il disait. Au moindre mouvement de mon adversaire il attaquerait.
Pendant ce temps, j’effectuais mes mûdras. Pendant que le blondinet se focalisait sur la menace qui se trouvait à quelques mètres, il ne ferait pas attention à celle qui naissait dans le sous-bois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Jeu 30 Aoû 2018 - 23:48
« DEUX... »

Le public était de nouveau galvanisé par ce qu'il venait de voir et surtout d'entendre. Le Minamoto avait sorti le grand jeu pour provoquer son adversaire. Des paroles assez pathétiques de son point de vue, mais il se devait d'être un autre homme aujourd'hui. Il devait jouer le jeu du combattant assoiffé de sang pour triompher face à cette demoiselle qui contrôle des abominations. Néanmoins, un fond de vérité se cachait dans ses dires. La partie de cache-cache avait assez duré. Aucun des deux combattants n'allait gagner à rester dans son coin et rien faire. Même si la nécromancienne profitait de cette situation pour envoyer ses sbires mortuaires, Haku aurait continué à les abattre un par un et ce duel serait seulement devenu un duel de chakra ce qui aurait endormi le public et les opposants par la même occasion.

« Il ne me reste plus qu’à attendre maintenant. Respire Haku, tu sais comment tu dois réagir, prépare toi et tout se passera bien. »

Le silence régnait en maître après le décompte du deux. Les deux doigts en l'air, la tête blanche était prête à lever le troisième doigt et ainsi passer à l'assaut. Même si les trois secondes étaient largement passées, il laissait un instant de pause avant d'abattre son verdict. Soudainement, un bruit de pas se fit entendre. Le Kumojin focalisa son regard dans la direction du bruit et vit peu à peu, la fameuse créature qu'il avait seulement abîmé plus tôt. C'était parfait pour notre jeune combattant. Sa stratégie avait fonctionné, pas forcément de la manière dont il avait espéré, mais cela fera l'affaire. Le squelette avança assurément vers le genin et celui-ci fit plusieurs pas en arrière pour ne pas être pris en traître comme la dernière fois. Portant fièrement une arme massive, la créature s'arrêta nette avant d'utiliser le vent et ses cavités pour former des sons s'apparentant à des mots. La prouesse était notable, le discours, beaucoup moins. Abandonner ou mourir. Il y a un certain brun ténébreux à côté du Minato qui ne laissera pas la deuxième option se produire. Quant à la première, elle n'était même pas envisageable pour le manipulateur du Suiton.

Souriant légèrement au squelette, Haku fit un bon sur le côté en composant des mudras basiques et en plaçant sa main en forme de pistolet. De nouveau, il projeta une goutte chargée en chakra, mais cette fois-ci, il prit un angle différent. Au lieu d'attaquer en frontal, il fit le choix de la contre-plongée pour que la goutte traverse de part en part le squelette pour définitivement le mettre hors d'état de nuire. Dans l'élan, le bougre ne s'arrêta pas là. Il effectua une série de mudras et concentra son chakra tout en se dirigeant dans la direction d'où venait l'invocation. Il avait enfin obtenu une information, vague ,mais suffisante sur la position de son adversaire. Le squelette avait une jambe en moins et aucune arme, il revient debout sur ses pieds avec une hallebarde. Son maître était forcément passé le voir et il devait encore se trouver dans le coin au vu du bruit qu'il entendait un peu plus loin dans la forêt.

Montant sur le premier arbre qu'il trouva dans la direction voulue, il se posa sur une branche et stabilisa de nouveau son chakra. Ces poumons se gorgèrent d'un gaz verdâtre très néfaste pour quiconque allait le respirer, hormis son utilisateur, cela va de soi. Les joues de l'empoisonneur gonflèrent rapidement avant que ce dernier projette, dans la direction de son adversaire, ce fameux gaz. S'il était inhalé, la nécromancienne serait victime de vertige et aura bien dû mal à maintenir en vie ses abominations revenues à la vie.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 31 Aoû 2018 - 19:30
Je ne reste jamais au même endroit. Dès que j’avais réparé Akio je m’étais enfuie vers un autre endroit de la forêt. C’est plus loin que je m’étais posée pour préparer mes invocations. Une attaque d’un rang supérieur m’avait légèrement fatiguée. Mais sitôt fait j’avais sauté sur les branches supérieures pour m’asseoir un peu.
Je savais que je devais partir vite. Mes invocations allaient se disperser dans les bois.

Pendant ce temps dans la clairière. Usant encore de son attaque suiton il visa mon Akio. Cette fois il le toucha en plein centre, pulvérisant une ou deux vertèbres au passage. Ca je ne pouvais pas le voir bien sûr mais je le ressentis. Quand un de mes « enfants » mourrait je ressentais une légère douleur là où il avait été touché. Là je sentis une gêne dans mon dos et je sus tout de suite ce qu’il s’était passé.
Mon Akio est blessé !
Je tournais la tête vers la clairière. Je brûlais d’aller l’aider, le réparer. Mais je ne pouvais pas. Je devais continuer de fuir pour me préserver.
Je me relevais alors de ma branche, il fallait que je parte.

Pendant ce temps Akio avait lâché la hallebarde. Son bute était au sol, rampant vers sa cible à l’aide de ses bras. Ses jambes continuaient à courir droit devant lui vers l’arbre où s’était perché Haku.
Il était bien occupé à cracher son nuage empoisonné.

De mon côté je me relevais et recommença à courir entre les branches. Tournant la tête derrière moi, j’entraperçu au loin un nuage de gaz frapper l’arbre où je me reposais tout à l’heure. Ca ne pouvait être qu’une attaque de mon adversaire. Je pouvais supposer avec une certitude de 80% qu’il devait être empoisonné. J’ai déjà vu des ninjas utiliser ces techniques auparavant. Heureusement que j’étais partie, mais il s’en est fallu de peu. A l’avenir je serais plus prudente.

Mes invocations étaient sorties de terre maintenant. Mon adversaire ignorait leur nombre et leurs capacités. J’avais encore tout à gagner.

La première invocation qui sortit du bois était le corps d’un shinobi. Ses vêtements permettaient de le dire. Il était à peine décomposé, il ne devait pas être là depuis bien longtemps, c’était une vraie aubaine de l’avoir trouvé ! Il sortit de la forêt à travers le nuage de fumée. Il saisit la hallebarde qu’Akio avait fait tomber et courut vers le shinobi. Lorsque celui-ci crachait encore son nuage mortel, la créature sauta en l’air avec une force qui aurait arraché les tendons d’Achille à n’importe quel être vivant. Il arriva à la hauteur du blondinet, se prenant toujours le nuage toxique de plein fouet. Ses poumons devaient être complètement carbonisés à l’heure qu’il était, heureusement que les morts n’ont pas l’utilité de respirer ! Le zombie portait encore les marques de sa mort, un kunaï était planté jusqu’au manche dans l’arrière de son crâne. D’un geste puissant il abattit sa lame, telle une guillotine vengeresse vers le shinobi. Haku allait-il prendre le coup de plein fouet ? Pourrait-il le parer ? S’enfuirais-t-il ? Rien n’est moins sûr. Car non loin derrière lui se trouvait une femme. Etais-ce Tsubaki, c'est-à-dire moi ? Rien n’est aussi sûr. S’il tente de fuir, de reculer il le découvrira bientôt.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Dim 2 Sep 2018 - 19:15
La situation n’était pas réellement avantageuse pour le jeune genin de la foudre. Cette supériorité numérique constante qu'amener l’invocatrice devenait de plus en plus dérangeante. Le jeune Haku ne possédait pas encore la puissance et les capacités nécessaires pour venir à bout d’une horde d’ennemie, qui plus est non humaine. Son don de shinobi ne lui servait pas grand chose de ce cas, puisque le poison ne fait guère d’effet contre ce qui est déjà mort. Enfin, ce n’était pas totalement vraie. Disons que l’arsenal de poison que manipulait Haku n’était pas adapté à ce combat. Nous sommes plus proche de la vérité avec ce genre de parole.

Le Minamoto avait bien conscience de tout ceci. Cependant, l’espoir subsistait. Un shinobi se cachant derrières une multitude d’invocation et d’arbres devaient forcément être relativement faible d’un point de vue défense et résistance. Une ou deux attaques directement dans sa mouille pouvait terminer le combat. Même si pour l’instant, elle était inatteignable, rien n’était figé dans cette affrontement. Tôt au tard, Haku aura un visuel sur l’invocatrice et il n’hésitera pas à décocher sa meilleure attaque pour la terrasser.

En attendant, la tête blanche avait tenté de déstabiliser la nécromancienne avec un gaz de sa préparation personnelle, mais il ignorait réellement où elle était. Il devait s’en remettre aux informations qu’il avait et tenter sa chance. Le gaz s’étalait peu à peu dans la forêt, mais un détail destabilisa le shinobi des nuages. Il vit un homme habile et rapide se déplacer dans son champ de vision. Un kunai planter dans la tête, l’inconnu ne devrait pas pouvoir se déplacer de la sorte. Haku en conclut rapidement que c’était l’oeuvre de Tsubaki et il devait réagir au plus vite. Il annula sa technique de gaz, vu que dans tous les cas, le cadavre l’avait traversé sans broncher. Il se prépara de nouveau son chakra depuis sa branche quand le cadavre sauta dans direction pour lui asséner un coup d’hallebarde. Le Kumojin bondit de la branche dans un réflexe de survie en évitant une partie du coup. Son flanc gauche se fit légèrement taillader par l’attaque, mais rien de grave. En l’air, il pointa son index vers les jambes du cadavre avant de lui envoyer une goutte d’eau boosté au chakra. Avec ça, il n’attaquera pas avant longtemps.

Le genin n’avait pas eu le temps de préparer sa chute et il tomba n’importe comment sur le sol. La chute était rude, mais la tête blanche se releva rapidement, car à tout moment, une autre abomination pouvait arriver. Se tenant légèrement le flanc, il reprit son souffle et se dirigea vers l'arbitre et le milieu de la clairière pour avoir une meilleure vue sur la forêt. Sur son chemin, il vit une femme qui ne semblait pas réellement amicale.

« Encore ? Je n’ai même pas le temps de souffler... »

Exécutant la même série de mudra, il braqua la jeune femme de son doigt pour envoyer sur elle une goutte d’eau galvanisée au chakra. Son but était encore les jambes de sa cible pour réduire la mobilité de ces monstres. Après tout, inutile de viser la tête de quelqu’un qui est déjà mort.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 3 Sep 2018 - 0:12
La scène suivante, je ne la voie pas.
Après avoir attaqué l’ennemi à grand coup de hallebarde, celui-ci était tombé de son arbre. Légèrement blessé et sonné par sa chute il avait réussi à atteindre ma créature. D’un coup de son attaque suiton il toucha l’homme au kunaï. Plus rapide et destructeur qu’une flèche, la goutte d’eau laissa un trou béant dans la cuisse de l’invocation. Perturbé dans son saut, le pauvre s’éclata le museau par terre. Sa jambe se retrouva pliée dans un angle improbable qui aurait fait hurler le plus aguerri des shinobis. La hallebarde tomba lourdement à côté de lui. Haku s’échappa rapidement, s’enfuyant vers le centre de l’arène et s’éloignant encore plus de moi. Quelque part ça m’arrangeait, plus il était loin et plus j’étais en sécurité.
Le zombi finit par se relever difficilement, reprenant l’arme au passage. Il tangua dangereusement et tourna la tête vers le lieu où s’était enfuit sa proie.

Moi ? Je sautais toujours d’arbres en arbres. Mais je n’étais pas toute seule. Il y avait quelqu’un avec moi. C’était un zombi qui avait reçu l’ordre de me protéger. Il me collait au train et sa présence me rassurait.

Pendant ce temps… Dans le sous bois, une femme apparut près du shinobi au kunaï. Morte depuis apparemment peu de temps, elle avait le crâne fracassé et encore tâché de sang. Comme tous les zombis elle était couverte de terre et de poussière. Très peu vêtue, les lambeaux de ses vêtements ne laissaient aucune place à l’imagination.

Au centre de la piste les jambes du squelette de tout à l’heure continuaient de courir en cercle, déclenchant une avalanche de rires de la part du public.

D’un geste brusque le zombi mâle remit sa jambe dans le sens… du moins du mieux qu’il pouvait. Il était maintenant debout mais ne pouvais clairement plus être aussi rapide. La femme au crâne brisé apparut derrière lui. Elle avait sur elle un kusarigama que je lui avais préalablement donné.

Elle se dressa sur la route d’Haku pendant que l’autre zombie tentait de se relever. Elle fût touchée dans le mollet elle aussi, par la même attaque qui avait déstabilisé son collègue. Elle tomba au sol, à genoux. Elle sortit le kusarigama de sa manche de kimono encore intacte. Haku devait penser qu’elle ne pouvait plus marcher. Mais d’un œil expert la fraichement tuée parvint à enroulé la chaîne autour d’une des chevilles de sa proie. D’un coup sec elle tira dessus des deux mains. Espérant le faire tomber, le zombi au kunaï s’approcha d’eux clopin clopant. Il leva l’arme lourde au dessus de sa tête, près à l’asséner sur l’ennemi de sa bienfaitrice.

Quelque part dans la forêt… Moi et mon garde du corps s’arrêtèrent. Si le mort-vivant n’était pas fatigué, sa maîtresse si. A force de courir je commençais à m’essouffler. Je m’asseyais un moment sur une branche haute. Le garde restait debout à scanner les environs pour moi.

Résumé du tour:
 


Dernière édition par Fujiwara Tsubaki le Mer 5 Sep 2018 - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Mar 4 Sep 2018 - 20:27
Le sang commençait lentement à perler sur la plaie du jeune shinobi. Même si la blessure était légère, la douleur ne pouvait être ignorée. La hallebarde affutée avait bien apeuré le Kumojin. Un mouvement en trop, quelques centièmes de secondes de retard sur son esquive et Haku perdait peut-être un membre voire la vie. Même si c’était un tournoi encadré, il comprit finalement tout l’ampleur d’être un shinobi dans ce monde. Le danger rôdait à chaque coin et malgré la foule et l’arbitre, la mort pouvait arriver très vite, d’un côté ou de l’autre. Depuis quelques minutes, la tête blanche manipulait son eau à haute pression sans se soucier des dégâts que cela pouvaient occasionnés. Après tout, il combat des entités déjà dans l’au-delà. Il n’avait pas à se retenir, mais est-ce qu’il aurait agi de la sorte s’il se trouvait face à un adversaire dit « vivant » ? Aurait-il combattu avec la même hargne ? Lui-même ne sait pas…

Le souffle un peu coupé, le bougre regardait le public s’exalter devant toute l’action qui se déroulait devant leurs yeux. Ils étaient aux anges ! Du sang, des cadavres, des techniques impressionnantes, ils étaient gâtés ! Néanmoins, du point de vue d’Haku, c’était une bien triste peinture qui se dessinait devant lui. Une humanité criant de joie en observant de la violence et en redemandant encore et toujours plus. Lui qui était habitué au calme de ses livres, le manipulateur du Dokuton se sentait bien mal à l’aise face à cette scène. Des tas de sentiments divergents le parcouraient. Il y a quelques minutes, il était prêt à tout donner dans ce combat pour l’emporter, mais cette blessure, ce spectacle lui fait remettre les choses en perspective. Il avait avant tout choisit la vie de shinobi pour peaufiner ses connaissances et en apprendre plus sur le Yuukan, par pour vivre et assister à tout ceci. Néanmoins, il ne pouvait se dérober de cette partie et il devait l’accepter et la surmonter. Jusqu’où supportera-t-il tout ça ? Lui-même ne sait pas…

Ce qu’il savait, en revanche, c’était que ces cadavres devaient être annihilés s’il voulait avoir une chance d’atteindre l’invocatrice. Ils étaient plus tenaces que prévu et le Kumojin allait devoir sacrifier du chakra dans l’histoire. Se tenant le flanc, il observa les dégâts qu’il avait pu provoquer. Les cadavres voyaient leur mobilité réduite suite aux différents trous dans leur jambe. La goutte d’eau renforcé par le chakra du Minamoto était une technique simple, mais sa vitesse, sa pression et sa précision pouvait la rendre très utilise dans diverse situation. Néanmoins, il allait devoir passer au niveau supérieur.

La jeune réanimée qui venait de plier genou à terre suite à sa blessure sortit une sorte de chaine qu’elle envoya rapidement sur le genin des nuages. Celui-ci vit l’attaque venir, mais au moment d’esquiver, la douleur sur son flanc s’amplifia et il se fit attraper. La demoiselle terreuse tira un coup sec renversant Haku qui termina dos contre terre. Dans la foulée, l’autre shinobi entama une course, hallebarde en main pour coupeur en deux le jeune combattant à la chevelure blanche. Heureusement pour le Minamoto, sa mobilité étant réduite, il eut le temps de voir l’attaque venir et de se tourner sur le côté au dernier moment. La hallebarde plantait dans la terre à côté de lui, il ne perdit pas de temps et appliqua une stratégie coûteuse, mais efficace d’après ses prévisions. Par surprise, il tira avec sa jambe entravée un coup sec pour amener la shinobi dans sa direction. Il composa une série de mudra avant de cracher rapidement un jet d’eau à haute pression. Avec sa tête il fit un mouvement horizontale partant de la fraichement réanimée jusqu’au manieur d’hallebarde. Le but était simple. Couper en deux les cadavres pour les mettre hors d’état de nuire. Il se libéra par la suite de ses liens avant de récupérer la chaîne et la hallebarde qui traina par terre. Il était judicieux d’éviter qu’un nouveau cadavre réutilise encore et toujours ces armes problématiques. Les mettant au niveau de l’arbitre, il le regarda quelques secondes avant de se reconcentrer sur les alentour et préparer son chakra pour une prochaine offensive.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 5 Sep 2018 - 17:19
Le shinobi aux cheveux blancs chuta une fois de plus. La chaîne de la jeune morte s’était enroulée autour de sa cheville, l’entravant dans sa course. Il tomba lourdement sur le dos. Le zombi à la jambe tordue s’était avancé vers lui, levant haut son arme pour l’abattre contre son ennemi au sol. Celui-ci roula sur le côté, esquivant sans peine le coup. Il se mit à préparer ses mûdras. Ceux-ci alertèrent immédiatement les zombis. L’ennemi avait déjà effectué des signes avant de les attaquer. D’un réflexe pavlovien ils se mirent sur leur garde. Le kumojin leur cracha un jet d’eau bouillante à haute pression. La femme tenta de sauter en arrière, malgré la belle tentative elle se fit tout de même tranchée en deux. L’autre par contre… S’apprêtant à esquiver, sa jambe tordue le gêna, le faisant tomber à la renverse. Le jet d’eau atteint sa cible, lui arrachant littéralement le côté droit au passage.
C’était un spectacle bien sanglant qui se dessinait devant le peuple de Kaze. Les mères cachaient les yeux de leurs enfants, mêmes les guerriers expérimentés détournaient les yeux devant une telle violence.
Dans son élan de fuite, la femme lâcha son arme qui se retrouva en possession du genin de Kumo. D’un geste rapide il prit le kusarigama et la hallebarde pour les jeter vers l’arbitre.
Encore à l’orée de la forêt l’adversaire s’était relevé.

Pendant ce temps, une petite créature observait le combat d’Haku. Un petit rongeur, perché au dessus des branches basses les regardait. Il était perché à plus de six mètres du sol mais ne perdait pas une miette de ce qu’il se passait. En le regardant de plus près on pourrait remarquer que sa fourrure pleine de terre pendant à des lambeaux de chair par endroit. Une fois qu’Haku eut jeté les armes, le rongeur disparu. Courant à travers la forêt à une vitesse déconcertante il atterri près de sa bienfaitrice. Une fois de plus il griffonna quelques symbole, non sur l’écorce cette fois mais sur la chair du zombi l’accompagnant.

Moi ? Je n’étais plus vraiment dans la forêt. Je m’étais assise à la cime des arbres bien en évidence. Sur une branche haute, en plein dans le champ de vision des spectateurs je me reposais là. J’avais ouvert un livre que je lisais depuis quelques minutes déjà. Mon gardien observait les alentours à ma place. Le public était mort de rire. Entre des jambes de squelettes qui courraient en rond autour de l’arbitre, son haut du corps qui se traînait comme un sac depuis dix minutes, et un des combattant qui était littéralement en train de lire les jambes croisées ; il y avait de quoi rire. Le public s’amusait et riaient du dindon de la farce, le pauvre kumojin qui se donnait à fond dans cette comédie.

Je vis l’écureuil de tout à l’heure revenir. Mon gardien tendis son avant bras à la créature qui enfonça ses griffes dans la chair putréfiée. Une fois fini il me montra l’œuvre d’art de l’animal. D’un geste de la main la petite bête s’enfuit. Le rongeur retourna dans les bois, l’autre se serrait encore plus près de moi. La bestiole faisait son travail. Il allait réveiller les deux derniers monstres. Ceux-ci étaient toujours dans la forêt, attendant tranquillement leur tour d’agir.

L’homme au kunaï ? Il était bien mal au point, il tentait de se relever depuis de longues minutes, sans grand succès. Les créatures s’agitaient. L’écureuil était venu les trouver un par uns, aidé par un même chakra les unissant tous. Mais ceux-ci n’allèrent pas courir dans la gueule du kumojins. Si les attaques frontales ne lui font pas grand effet, il suffisait de changer de façon de faire.

Quelques minutes plus tard, l’écureuil revint, se perchant sur mon épaule. Il n’y resta pas longtemps, il repartit immédiatement suivre ma proie. Je ré-ouvris mon livre là où je l’avais laissé. Je ne risquais rien et tout se déroulais comme prévu. Je me remis ensuite dans ma lecture, n’en ayant clairement plus rien à faire du combat qui se jouait en bas.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Jeu 13 Sep 2018 - 23:33
Le pari était risqué. Cette action pouvait rapidement se retourner contre le jeune Minamoto. Tirer ainsi son ennemi vers soit peut apporter son lot de problème. Heureusement pour Haku, celui-ci avait agi avec intelligence et précision. La surprise était l’élément clé de tout cette manoeuvre. Malgré son faible corps, il avait injecté tout son énergie et sa volonté tirer avec violence la chaîne depuis sa jambe. Il ressentit une légère douleur dans la cheville accompagné par sa plaie ouverte qui le lançait de nouveau. Néanmoins, il ne cédait, pas maintenant en tout cas. La série de mudra s'effectua comme convenu et le jet partit pour découper du macabé. Dans une tentative inespérée, la demoiselle fit un bond en arrière, mais bien trop tard. Le jet galvanisé au chakra passa sans difficulté à travers la peau terreuse du cadavre. Le mouvement ne fut en aucun interrompue. Le corps de l’invocation se sépara brutalement en deux, laissant les boyaux et autres organes se répandent sur le sol. Du sang gicla dans tous les sens, allant même se loger sur les vêtements et le visage du Kumojin. De nombreux cris se firent entendre dans l’arène, certains de joie, d’autre d’horreur. Le spectacle avait le mérite d’être intéressant, même si la barbarie était de mise. L’autre pestiféré ne s’en sortit guère mieux. Il disposait de plus de temps pour se défaire de cette attaque. Cependant, sa jambe meurtris lui joua des tours et il termina comme son homologue, en deux.

Le manipulateur des poisons ne perdit pas de temps et leva pour récupérer les armes et les éloigner des abords de la forêt. Il traîna avec difficulté cette hallebarde, beaucoup trop lourd pour lui. Il n’était vraiment pas fait pour ce genre d’armement. Un cerveau et du chakra, ça lui suffisait amplement ! Toutes ses armes semblaient trop primitive pour le genin. L’humain possède un potentiel incroyable en manipulant le chakra, pourquoi se contenter d’arme et de manipulation de chakra via son arme ? C’était réducteur pour Haku. Le chakra permettait de faire tellement d’autre chose plus belle, plus puissante, plus intéressante.

La tignasse blanche se secoua pour reprendre ses esprits. Ce n’était pas le moment de penser à tout ceci. Déposant les armes aux pieds de l’arbitre, il regarda les alentours pour observer ne serait-ce qu’un mouvement de branche pour distinguer une position quelque chose. Son adversaire ne faisait que se cacher et il n’avait aucun moyen de la repérer. Il commença à se résigner d’aller aléatoirement dans la forêt pour la chercher, mais c’était dangereux. Il fallait avant tout qu’il se soigne brièvement. Il arracha la manche gauche de sa chemise pour la transformer en une sorte de garrot autour de son buste. Il voulait compresser sa blessure pour éviter tout saignement intempestif.

Relevant la tête, il regarda avec un sourire en coin les deux partie du squelette originel qui luttaient tant bien que mal. Une paire de jambe gigotait dans tous les sens tandis que le haut du corps ramper encore et toujours. Les spectateurs riaient de bon coeur et le Minamoto avait bien envie de les rejoindre. Néanmoins, il devait souffler un peu. L’enchaînement de ces dernières minutes était intense et pour un jeune genin comme lui, c’était déjà trop. Il s’asseya sur le sol près de l’arbitre pour respirer quelques secondes. Son regard tournait vers l’arbitre, il ne pu s’empêcher de lui parler.

« Venir à Kaze no Kuni pour combattre dans une forêt… Pas fou comme dépaysement »

En réalité, c’est surtout que cette forêt l’embêter bien, l’empêchant d’agir à sa guise. Se motivant, le bougre se releva avant de scruter les alentours. Au loin, il entendait des bruits bizarres, indiquant que quelque chose se préparait. Il devait être prêt à tout et surtout, à combattre la mort.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 14 Sep 2018 - 18:48
L’adversaire ne fit rien. Littéralement. Il semblait trop fatigué pour attaquer. Il reprit de la contenance en parlant nonchalamment à l’arbitre. Pendant ce temps, mes créatures s’agitaient dans les bois. Il en restait encore deux. Je ne pouvais pas le laisser tranquillement se soigner sans rien faire ! Si ce poltron ne voulait pas venir à moi il fallait que j’aille le chercher moi-même ! Enfin presque…
En une fraction de seconde à peine, une créature surgit des fourrés. Toutes griffes dehors, ce qui autrefois était un fauve, n’étais plus qu’un amas de chair putride et de fourrure souillée. Hurlant comme un diable il rua vers son adversaire. La distance qui séparait Haku des bois d’où sortait l’animal fut bien vite traversée. Telle une furie, l’animal se jeta sur Haku en un bond prodigieux.

Sur la cime des arbres… Tsubaki, c'est-à-dire moi, était tranquillement assise sur sa branche. J’attendais que le combat se finisse. J’en avais clairement mare de ce combat qui n’en finissait pas. Vivement que mon adversaire finisse par succomber !
Le mort qui se tenait à mes côtés ne bougeait pas d’un poil. Seuls ses cheveux gris voletaient au gré des bourrasques. Je tournais délicatement les pages de mon livre pour en connaître la suite. Il s’agissait d’une histoire se passant dans un autre univers que le nôtre, un monde où le châkra n’existait pas. Je lisais plutôt vite et à ce rythme j’arriverais bientôt à la moitié de l’œuvre.

Pendant ce temps, une autre créature s’activait dans les fourrés. Tournant dans le dos de sa proie, il attendais sagement son moment.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

Dim 16 Sep 2018 - 18:20
Ce combat commençait à agacer notre cher Haku. Depuis le début du combat, il n’avait eu aucune confrontation directe avec son adversaire. Il ne faisait qu’affronter les divers sbires qu’on lui envoyait. L'invocatrice ne daignait même pas pointé le bout de son nez. Est-ce qu’elle considère que son adversaire est tellement insignifiant qu’elle n’a pas besoin de faire le déplacement ou bien pense-t-elle, au contraire, qu’il ne faut pas le sous-estimer et qu’elle doit rester à distance ? La question avait le mérite de se poser, mais elle ne faisait en rien avancer ce combat qui trainait en longueur.

La tête blanche avait eu le temps de reprendre son souffle et il devait maintenant partir à l’offensive. Sur le long terme, il serait perdant à affronter les abominations une par une. Il devait absolument remonter jusqu’à la source pour éradiquer le mal qu’il subissait depuis le début du combat. Une tentative désespérée, mais pas irréfléchi. La nécromancienne ne devait pas être très compétente si elle ne fait que se cacher derrière ses créatures. C’était un pari risqué, mais Haku devait le prendre pour saisir sa chance de gagner le combat.

Entendant au loin des cris abominables, le genin de la foudre sortit un kunaï de sa besace et commença à courir en direction des cris. De là, un féroce animal fraîchement revenue à la vie sortit de la forêt touffue. La monstruosité semblait être un fauve prêt à en découdre avec le petit shinobi des nuages. L’invocation fit un bond prodigieux en direction du manipulateur de poison qui était en pleine course. Calculant rapidement l’angle d’attaque du fauve, Haku fit une glissade sur terre afin de passer en dessous de l’abomination et lui ouvrir l’abdomen et répandre ses tripes sur le sol.

Revenant rapidement sur ses deux pieds, le Minamoto reprit de plus belle sa course dans direction d’où venait le fauve. Il accéléra le pas malgré la douleur et commença à attacher une note explosive sur le kunaï ensanglanté. Le bougre entra dans la forêt en se déplaçant d’arbre en arbre. Il était important de ne pas rester au sol pour éviter les mauvaises surprises. Le Kumojin concentra son chakra pour appliquer les principes de bases qu’on lui avait enseigné à l’académie. Même s’il n’était pas un as de la détection, les enseignements de l’académie lui servirait à au moins détecter grossièrement la position de son adversaire si elle n’avait pas dissimulée son chakra. Une chance pour Haku, c’était le cas. Il ressentit légèrement le chakra de Tsubaki dans la forêt et il pouvait maintenant se diriger sans hésitation vers elle.

L’instant fatidique arriva. Il pouvait enfin la voir visuellement, de loin certes, mais c’était un début. Le bougre n’avait pas essayé d’être discret, il voulait surtout l’atteindre rapidement, il ne perdit pas de temps et lança le kunaï explosif dans direction avant de concentrer son chakra pour utiliser la même technique qui avait découper les cadavres. Cette fois-ci, il visait la créatrice de morts-vivants et il était bien déterminé à la blesser. Un jet d’eau à haute pression prêt à tout découper une kunaï explosif, qu’allait faire la jeune nécromancienne ?

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aujourd'hui à 11:07
Ma créature se jeta sur l’adversaire. D’un bond extraordinaire elle arriva à sa hauteur. D’un geste vif digne d’un ninja, il passa sous le ventre de la bête et le taillada. Quand l’animal atterrit sur la terre ferme, sa blessure avait déjà déversé ses boyaux qui trainaient sur le sol.

Un cri indigné souleva en masse le public. Mais l’animal ne semblait pas sentir grand-chose ou même prendre sa nouvelle condition en compte. Il se retourna d’un bond, se lançant à la poursuite de mon adversaire. Ses tripes traînaient sur le sol avec la grâce d’un tuyau d’arrosage.
Haku se dirigeait vers la forêt. Le lion était derrière ses talons, courant à sa suite. Lorsque celui-ci sauta dans un arbre, l’animal tenta de l’imiter. Réussissant à s’agripper aux branches, ses boyaux s’accrochèrent quelque part et se firent arracher sur le champ en compagnie d’un autre organe putréfié. Ne semblait pas avoir remarqué qu’il avait perdu un petit quelque chose, la bête sauta de branche en branche pour poursuivre son adversaire. Sa grande taille l’handicapait dans ce terrain aérien mais il gardait une distance convenable avec le blond.

J’entendis des bruits dans les fourrés. Je me relevais, sur mes gardes. Mon adversaire ne souhaitait pas être discret apparemment. Après tout quand un lion mort-vivant te poursuit tu n’as sans doute pas très envie de t’arrêter devant lui. Rangeant mon livre, je me positionnais derrière le zombi qui m’accompagnait. Je m’apprêtais à partir quand je le vis arriver. Il eut à peine le temps de m’entrapercevoir qu’il me cracha son jet d’eau bouillante ! Le jet arriva sur moi à une vitesse que je n’avais pas prévue… Il est vrai que l’écureuil m’avait rapporté cette attaque mais vu que les zombis n’étaient pas très vifs en général j’étais loin d’imaginer que cette attaque soit si rapide. J’étais prise au dépourvu. Puis je basculais sur le côté. J’en fus d’abord étonnée, j’avais un équilibre parfait ! Puis je compris quand je sentis la douleur arriver. Le jet d’eau bouillante m’avait touché à la main gauche, juste sous le doigt. Le zombi m’avait poussé pour que je ne sois pas blessée. Lui, par contre… le jet l’avait littéralement détruit. Une partie du haut de son corps démembré tentait vainement de m’agripper pour chercher de l’aide.

« Grrr.. Attaque ! » Hurlais-je.
Ca y est. Le lion l’avait rattrapé. Comme une ombre dans son dos, il n’était qu’à deux mètres tout au plus de sa proie. Totalement vidé de ses entrailles, il plongea vers Haku la gueule grande ouverte.
Derrière moi, surgit la dernière invocation, un shinobi fraichement mort qui portait encore des traces de sang. Dégainant son katana il se jeta sur mon adversaire. Brandissant son sabre il s’apprêta à lui porter un coup fatal qui mettrait définitivement fin à ce combat. Profitant de l’attaque de mes créatures, je me laissais glisser à travers les branchages pour m’évader. Atterrissant plusieurs mètres plus bas, je partis en courant pour m’éloigner le plus possible de la zone de combat.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3722-fujiwara-tsubaki-screugneugneu?nid=1#29086

P6. FUJIWARA TSUBAKI contre MINAMOTO HAKU

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Tournoi n°1 : Kaze no Kuni :: 1er tour
Sauter vers: