Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Dans les décombres - Libre


Jeu 23 Aoû 2018 - 11:08
Dans les décombres...
L’odeur putride de la chair cramée… Des décombres par dizaine, pour ne pas dire centaine en vue de la gueule de nos remparts. L’assaut aussi court fut-il ne fut pas sans dommage… Combien de mort ? Combien de blessés ? De disparu ? Dans un camps comme dans l’autre ? Je soupire face à ce paysage plus que sinistre. Kiri la belle, dans un état de ruine. Une vision que même en cauchemar je n’aurais aimé voir et pourtant, elle se dresse là devant moi…

Pourquoi ?” Voilà la question qu’il était légitime de se poser et que je me posais maintenant. Pourquoi tant de violence ? Quand on avait attaqué la roche, en aucun cas, nous n’avions fait autant de dégât, on était resté, d’une certaine façon, assez courtois, même s’il est assez étrange de dire cela d’un assaut… Mais là, il n’y a eu aucun civil d’épargner, aucune chance pour laisser fuir les innocents. Ils avaient attaqué sans sourciller et pire encore n’avait probablement aucun remords sur cela…

Du dos de la main, je frotte mon front, essuyant ainsi les quelques trace de sueurs y perlant encore alors que je regagne les abords du villages, mon regard cherchant celui de Zen’ le sabreur ayant combattu avec moi aujourd’hui, ainsi que les autres kirijins maintenant présent, ayant mit les ennemis en fuite, bien que certains, blessés, furent capturés ou achevés (dans les cas extrêmes et insoignable) par les ninjas de la brumes.

Restant maintenant silencieuse, je n’arrive pas à briser à nouveau ce lourd silence, bien que jonché par les crépitements des feux provoqués par ma propre technique qui s’est retourné contre nous. Un mauvais jugement, mais néanmoins, elle a permit de réduire drastiquement les troupes ennemies alors je ne puis totalement regretter son usage. Néanmoins, au fur et à mesure que mes pas me rapproche des dommages de tout cela, je ne puis m’empêcher d’être malaisée et surtout, ne pas savoir où poser réellement mon regard. Entre la femme qui pleure son mari, l’infante qui serre sa peluche dans un coin ayant probablement cessé de pleurer depuis longtemps, la peur la tétanisant…

Et dans ma tête, cette même question résonne encore et encore. Pourquoi ? Quelqu’un saura-t-il me donner la réponse et me sortir de cet effroi qui me serre les tripes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Ven 24 Aoû 2018 - 13:12
Inquiétude. Personne ne lui avait dit ce qui s’était passé en ces lieux. Mais tout le monde se fichait bel et bien de son ascendance. Comme si Yuki Eiichiro, son Héros, n’existait pas. Comme si personne ne le connaissait. L’angoisse le prenait brutalement à la gorge. Car alors qu’il avançait dans la Cité de la Brume, cette dernière se découvrait sous ses yeux. Décombres. Silence. Quelques pleurs le rompaient de temps en temps. Regard ébahi, yeux à la recherche, oeil perdu. Il n’était plus chez lui et cette réalité, aussi vraie que brutale, lui rappelait qu’il était bien loin du Thé. Bien loin de sa maison. Bien loin de sa mère. Bien loin, aussi, de ses vieilles habitudes qui avaient toujours protégé sa vie. Tournant sur lui-même, il cherchait un repère, un indice qui lui aurait rappelé son Père. Quelque chose pour lui dire qu’il n’était pas tout seul. Mais l’angoisse était là. Dans sa gorge. Tombant dans son estomac.

Respiration haletante, il tentait de retrouver le calme perdu. Coeur battant à la tempe, la gorge serrée, il s’inquiétait. N’avait-il pas fait là un mauvais choix ?

_ Est-ce que je peux faire quoi que ce soit ? … »

Avait-il dit d’une voix cassée à une personne qui passait à côté de lui, sans même véritablement le voir, ni tenter un seul regard. Ses doigts serrés sur la garde de la lame maternelle, il voulait comprendre ce qui s’était passé. Son souffle court, marchant solitairement dans les décombres de la Cité paternelle, il y cherchait l’ombre de son Clan, autant que l’Ombre qui dirigeait ce monde dévasté. Yeux perdus dans le néant, son visage baissé, il découvrait là, sous la roche sur laquelle son pied se posait, la main pleine de sang d’un homme mort. Et, effrayé, il reculait encore. Ni Yuki ici. Ni Mère. Seulement cette désolation inquiétante. Angoissante. Et sans prévenir, se tournant sur lui-même, une main à l’estomac, il remettait les restes de son dernier repas. L’odeur de la mort. La vision de la mort. Cette sensation désagréable que la guerre n’était pas faite pour lui. Et tandis que l’inquiétude se transformait en angoisse, l’enfant de la Glace regrettait sa venue. N’était-ce pas là une erreur ? Pleurant les morts. Pleurant sa mère. Pleurant sa solitude. Les larmes perlaient et se mélangeaient aux défunts restes de son estomac retourné par l’horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3657-yuki-suzaku http://www.ascentofshinobi.com/t4275-yuki-suzaku-jeunes-neiges

Mar 28 Aoû 2018 - 23:14
HRP : Suite de ce RP

Direction la muraille de Kiri. Plus précisément la brèche, puisqu’au final la muraille entoure la ville, donc quel que soit l’endroit où on va, on fait face à la muraille. Sauf pour la zone portuaire, bien entendu. Impossible de se perdre sur la route. Une immense colonne de fumée permet au shinobi de se repérer. Il y en a plusieurs similaires, certes, mais pour un kirijin, la confusion est impossible. Rempart que l’on pensait insurmontables, tels les marécages brumeux. Si les envahisseurs ont pu trouver leur chemin dans ce dédale d’eau et de brouillard, c’est qu’ils avaient bien préparés leur coup. Les intrus ont réussi à parvenir jusqu’ici en nombre sans problèmes. Et un mur ne peut rien face à un Akimichi dopé.

Wutu-Fuku retrouve le paysage désolé qu’il a quitté quelques minutes auparavant. Un relent d’odeur de mort lui cause un haut-le-cœur. Surmontant son odorat, il atterrit sur ce qui était il y a encore peu de temps un champ de bataille. Prêt à se mettre au travail, le genin se dirige vers des ruines pour les inspecter. Malgré le fait que son attention soit concentrée sur ses recherches, il ne peut s’empêcher de remarquer qu’il est seul. Pas seul dans le sens où il y a des gens sous les décombres. Mais aussi pas seul puisqu’il y a de nombreux shinobis autour de lui. Mais ces derniers n’agissent pas et ne disent rien. Ils sont dans leur monde, en train de ressasser les derniers événements dans leur tête, certainement. Chercher des justifications, des explications à cette attaque…

Mais ce genre de réflexion doit attendre. C’est une question de vie ou de morts. Et Wutu-Fuku comptent bien mettre au boulot les kirijins inactifs. N’importe quoi pour les sortir de leur léthargie. Le jeune Kaguya repère une pile de débris sur laquelle il monte à l’aide d’un saut dont les ninjas ont le secret, ayant de balayer les environs de son regard. Il ne trouve d’ailleurs aucun regard pour soutenir le sien. Il va falloir attirer l’attention de tout ce beau monde.

-Kirijins !

A-t-il seulement déjà hurlé aussi fort ? Certainement pas. Mais à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

-Ceux qui ont succombé ne peuvent plus être sauvés, mais nous ne les oublieront pas. Ce qui a été détruit pourra être reconstruit…

Il inspire pendant quelques secondes.

-Ceux qui peuvent être sauvés vous attendent. Ce sont eux, que vous avez fait le serment de protéger. Que vous avez protégé, aujourd’hui, contre un envahisseur lâche et sans pitié. Sous un débris, sous la poutre de leur maison qui s’est effondrée, ils vous attendent, car vous êtes les seuls à pouvoir agir, maintenant, présentement. Pour qu’ils puissent se reconstruire. Pour que nous puissions nous reconstruire. Personne ne le fera à notre place…

Le Kaguya descend de son tas de débris servant de scène improvisée.

-…alors au travail !

L’assemblée est certainement composée de ninjas d’élites. Des supérieurs hiérarchiques, certainement que ça lui vaudrait un séjour aux geôles s’il parlait de cette manière à des ninjas gradés en temps normal. Mais parfois, il faut savoir dépasser les règles. Joignant la parole à l'acte, Wutu-Fuku commence à générer des piliers d'os pour l'aider à soulever des décombres, à la recherche de blessés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine

Dim 23 Sep 2018 - 10:16
Dans les décombre
L’akimichi fut stoppé et arrêté, un nouveau prisonnier pour la brume et pas le moindre. Néanmoins, je ne pouvais aucunement me satisfaire de cela. Ainsi, alors que l’hijins est conduit vers les geôles où il séjournera pour le reste de sa vie, sauf si Hakyô en décide autrement, je regagne à mon tour petit à petit la brèche dans nos remparts, ignorant toujours la raison de cet assaut, le pourquoi de tout cela. Et cette question tourne dans ma tête, alors que mon regard se pose tout autour de moi, constatant avec effroi, les conséquences de cet assaut et de mon manque de jugement quand à mes choix de techniques…

Incapable de donner des ordres, de sortir les autres de cette même léthargie que la mienne, je ne peux aucunement m’empêcher de revoir ce qu’il s’est passé, ce que j’ai fait en mal et ne peut me contenter d’un on a réussi à les repousser malgré tout, parce que oui, on peut considérer cela comme une victoire, mais est-ce réellement le cas quand on voit les ravages ? Je n’y arrive pas… C’est pour cette raison que quand un jeune homme questionne un peu plus loin un autre ninja pour savoir ce qu’il peut faire pour aider, je ne dis rien. Que pourrais-je dire ? Aider quoi ? Qui ? Comment ? Je ne vois que l’échec de nos défenses, pas le reste, je n’arrive pas à faire la part des choses… Après tout, c’est le premier assaut contre Kiri que je vis, là, où d’autre en ont déjà vécu…

Et puis, une voix s’élève, un peu plus loin, pour appeler tout le monde à porter secour… Je tourne la tête et m’approche du garçon qui continue de parler, le laissant poursuivre son discours et donner des ordres à sa guise. Il est visiblement le plus apte à le faire à cet instant et son monologue est fondé, important plus encore. Néanmoins, connaissant son statut de genin, et visiblement, je ne suis pas la seule, plusieurs autres ninjas ne réagissent pas. “Cherchez les survivants !” Répétais-je alors, espérant ne pas avoir une voix vacillante, confirmant les ordres du jeune, mais en vue de mon identité, ses dires seront maintenant prit un peu plus au sérieux.

Et tandis qu’il va chercher à soulever une plate forme sans même savoir s’il y a quelqu’un en dessous, je m’approche de lui. “Merci de ton intervention.” Soufflais-je doucement. “Je vais allez voir si je trouve le Mizukage, alors je te confies cette tâche. Il y a un autre garçon un peu plus loin qui demandait comment aider, essaie de le retrouver, il pourrait fortement t’aider je pense… Plus que les autres à mon avis, il n’était pas blessé contrairement au trois quart des hommes présents ici.” Une information peut-être utile pour le Kaguya, mais allait-il réellement partir à la recherche du Yuki pour ensuite mettre en oeuvre cette mission improvisée et aucunement confiée par l’ombre de la brume.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Dans les décombres - Libre

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: