Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[RANG S] IL EST VENU L'HEURE DE RENTRER - RETOMBÉES


Sam 25 Aoû 2018 - 17:30


Sous une tente, une hijins jouait avec la fumée s’échappant de son thé, elle baillait quelques choses sous le regard perplexe du duo de mercenaires qui la connaissaient que trop bien. L’irou est populaire dans le coin, surtout pour ses soins gratuits et ses bonnes compétences en la matière, bon elle fait un peu la moue aujourd’hui parce les récents affrontements ont saccagés un peu de sa zone de service,mais bon... Elle coopère quand même, pas pour eux, mais parce qu’elle est une femme de parole, le contrat sur les Hyûga, un bout la concerne, celle qui l’avait fait paraître il y a déjà longtemps, l’avait mandaté parallèlement pour une tâche qu’elle est en train d'exécuter.

“Combien de temps cela va te prendre ? “

S’interrogeait l'assimilation du vent, la sortant ainsi de ses pensées.


“Hum ? Je vais le garder dans un coma curatif quelques semaines, pourquoi ça vous intéresse ? “


“C’est long.”


S’impatiente Uyai restée avec la bande. L’irou hausse ses épaules, s’ils ont un meilleur médecin sous la main, libre à eux de l’emporter à ce dernier. Si c’est elle qui le soigne, cela sera fait à sa façon. Le chantier des soins est monstrueux, elle s’est déjà débattue plusieurs jours pour le garder en vie. Son chakra et son énergie à elle ne sont pas illimités. Non seulement elle le soigne, mais en plus étant reliés par les mystères des arcanes du fuinjutsu, c’est son chakra à elle qui empathie dans cette histoire. Quand son état s'éloignera d’une mort certaine, elle pourra reconstruire son corps massacré. Autant régler les détails de son bras… Quant à ses yeux… Dans quelques semaines elle le réveillera et ils discuteront à ce sujet. La femme ne peut pas choisir pour lui.

Le temps défile donc, les soins, le campement s’offre de plus en plus de confort au milieu de cette forêt, la chasseuse de prime ne comprend pas très bien pourquoi ils restent tous là au lieu de rentrer chez eux. On dirait que c’est cet effronté qu’ils attendent tous. Enfin, elle ne va pas s’en plaindre, on la nourrit et effectue toutes les sales besognes à sa place pour améliorer l’efficacité de son travail. Sanadare avait toujours eu le don de s’entourer de gens aussi surprenant qu’étrange, son employée n’est pas vraiment surprise que la situation soit surréaliste encore avec cette folle à la base de toute l’histoire.

Jour J. Le jeune Hyûga se réveille de lui même, on ne l’espérait peut-être plus. La femme aux cheveux violets lui laisse un peu de temps pour revenir à lui, prendre ses marques, il est aveugle après tout et malgré ses drogues qui lui épargneront le gros des douleurs, les traumatismes n’ont pas fini de le faire souffrir, son corps trop longtemps en sommeil ne lui obéira plus avant un moment. Quand le moment est opportun, elle s’adresse à lui.

“Ne te débats pas, c’est normal que plus rien ne te réponde. Tu as dormi longtemps, très longtemps. On peut presque dire que tu es revenu d’entre les morts.”

Rien de plus, c’est elle la médecin, elle qui décide quand ils peuvent discuter ou non, quand il s’agite trop elle l’endort, c’est aussi simple que ça, entre temps, elle répare toujours ce corps, bientôt bien que fragilisé et épuisé, il pouvait au moins, bien que sagement se mouvoir lui même. Tant mieux, l’irou aimerait passer à autre chose. Deux jours après son réveil, elle lui a autorisé les visites de ses acolytes, de la compagnie ne lui ferait aucun mal. Quand il en avait trop en revanche, elle les chassait. En ce soir d’été qui s’achève, elle vient se poser à côté du Hyûga devenu son patient, lui dépose une boîte scellée entre les mains. Il peut parfaitement reconnaître l’essence qui s’en dégage.

“ Sanadare n’avait pas précisé que tu étais son frère quand elle m’a engagé pour ce contrat. “

Cette femme-là n'aime pas les mystères, pourtant si elle vient de lui rendre les yeux de sa soeur, celui qu’elle gardait et celui qu’elle à récupérer sur Fukamura qui composait sa paire, elle ne lui parlera pas de la fille de la Hyûga. Cet homme-là n’est pas adéquat pour un enfant. La petite fille est mieux sous sa protection que la sienne à lui. Au moins, Aimi ne fera pas d’elle une orpheline une nouvelle fois.

“Je m’en suis rendu compte en étudiant la compatibilité de ses yeux avec toi.”

Il était dès assez malin pour choisir quoi demander ou non.


“ Je te laisserais partir dans une semaine ou deux si ton état reste stable. Pour eux, tu comptes faire quoi ? “







Dernière édition par Narrateur le Sam 25 Aoû 2018 - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 25 Aoû 2018 - 17:44

Tiré d’une torpeur de laquelle personne n’est censé se réveiller, Takumi expire soudainement et fortement, montrant alors qu’il est - semblerait-il - revenu d’entre les morts. L’obscurité le fait paniquer, sa respiration s’accélère et il tente de faire bouger son corps, ce dernier n’a visiblement pas envie de lui répondre. Serait-il devenu paraplégique ? Non, les sensations sont bel et bien présentes. Ce sont ses forces qui font tâches, elle sont absentes. D’ailleurs, il n’arrive pas bien à malaxer son chakra mais parvient à détecter du monde dans le coin sans précisément ressortir de l'exercice avec quelque chose d’utile. Quelqu’un est à ses côtés et lui adresse même la parole. Une femme.

..? - un silence - Dis moi qui tu es et ce qui m’est arrivé.

Le Hyûga n’aime pas attendre mais cette fois-ci, sa voix n’est pas animé par la suffisance dont il fait - à l’accoutumée - preuve. Sa respiration devient plus régulière, la réponse est attendu et il semble plus calme que ce qui devrait être, que ce que Takumi aurait l’habitude d’être du moins.

Quand les visites arrivent, il ne reconnaît pas toutes les signatures chakratiques mais ses souvenirs lui murmurent qu’il a déjà été à proximité de chacun, d’une manière ou d’une autre et peu à peu sa mémoire lui revient sur ce qu’il s’est produit. Le rythme est lent et chacun semble habité par une certaine inquiétude en ce qui concerne le pupilles pâles. Un réconfort dont il a du mal à saisir l’entière substance. Au début, il fuit la chose et se renferme dans son habituelle solitude. Mais au fil des jours, des discussions, des échanges et des témoignages de chacun… La reconnaissance atteint finalement le coeur de l’iwajin et le sourire lui revient, doucement mais sûrement.

Une boîte déposée dans le creux de ses mains le fait réagir. Adossé contre le lit, son regard vide et inexistant est déposé sur cette dernière. Ses doigts s’y balade et l’aura qui en ressort lui permettent de se rendre compte qu’il s’agit des yeux d’un fantôme de son passé. Mais la nouvelle qui tombe vient forcer la surprise sur son visage. Une lèvre se mord puis il soupire en restant silencieux. Il aurait demandé des explications en temps normal mais là… Ça commençait réellement à faire beaucoup, beaucoup, beaucoup trop.

Ceux qui recherchent le Bien sont toujours ceux qui sont le plus victime du Mal.

L’information est dure à encaisser mais elle ne change pas grand chose au schéma, elle l’accablera juste plus fortement en ce qui concerne le fait qu’il ait tué non pas sa cousine mais bel et bien sa soeur. Et ce, après l’avoir torturé de longues heures. Après l’avoir envoyé en prison. Après avoir enquêté sur elle. Malheur après malheur, il faut croire que c’est un peu (complètement) l’histoire de sa vie. Ainsi soit-il donc.

Je vois. - en serrant un peu plus la boîte - Si tu parles des byakugans de ma… soeur…

La réflexion le prend. Si elle n’avait été que sa cousine, il les aurait simplement enterrés avec sa carcasse. Et encore, il ne sait même pas où se trouve cette dernière. Sans aucun doute voudrait-il alors les déposer dans le temple de leur mère. À l’abri de la folie de l’Homme, dans une place paisible et contrastant parfaitement avec la Hyûga. Mais pour accomplir ses dernières volontés, il va devoir se passer de tout sentimentalisme et devenir quelqu’un.

Je les veux. Qu’ils remplacent ceux que j’ai perdu contre mon oncle. - il cherche d’une main le meuble près du lit puis y dépose la boîte ; ses bras se croisent - Si tu parles des… rescapés ? - soufflement de nez - Ils n’ont pas l’air de vouloir me lâcher. - incroyable de se dire que les hijins sont plus reconnaissants que les iwajins, pourtant Takumi n’y a opéré qu’une fois - Ils sont bien libres de faire ce que bon leur semble. Je rentre à Iwagakure no Sato dès que possible, je ne peux me permettre de faire attendre certaines personnes plus longtemps. - son père, sa femme ; il se gratte la tête en souriant doucement - Ils doivent me croire mort, ahlala… - un silence puis il revient au sujet principal - Qu’ils viennent avec moi si ça leur chante.

Il le masque, peut-être mal, mais c’est ce qu’il souhaiterait. Ils y seraient en sécurité et il pourrait continuer à échanger avec eux. Tous plus intéressants les uns que les autres, à croire que seuls ceux qui ont connu le désespoir sont capables de faire preuve de reconnaissance.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 25 Aoû 2018 - 18:33


Qui elle est ? L’irou soupire, au moins avec une attitude aussi directe, il lui ferait gagner du temps.

“ Ton médecin ici jusqu’à ce que tu sois remit sur pieds Takumi.”

Devait-elle lui en dire plus ? Pourquoi, elle ne lui devait rien, lui non plus d’ailleurs, quelqu’un avait grassement payé la facture en avance et il était presque certain qu’il ne saurait jamais que sa survie, il ne la devait pas à sa chance, mais bien à de bonnes anticipations. Avoir de bons alliés c’est utile, mais d’expérience elle sait que ces derniers ne sont pas prêts à tout sacrifier pour n’importe qui. Bénéfice du doute est alors accordé au jeune homme dont elle connaît le nom depuis fort longtemps- sans jamais l’avoir vu avant cette tragédie prévue d’avance.

“ Tu demanderas à ta petite armée de groupies les explications, quand je suis arrivée le vieux Hyûga te sortait d’un grand trou au sol. Je suis une médecin avant tout, j’ai accompli mon devoir pour empêcher ta mort, même si pour tout te dire, il la pleurait déjà.”

Cela aurait probablement était le cas s'il n’avait pas aussitôt était pris en charge par la kunoichi-en retard. Peu importe, elle fait son travail, les détails lui importe peu tant que tout reviendra dans l’ordre au final.

Pendant l’échange concernant les yeux, elle remarque bien sa réaction et s’en surprend qu’à peine, il a subi une dure épreuve quelque part sur les terres du feu, pourtant quand elle y repense, son employeur l’avait défini comme un petit arrogant, un fougueux ingrat inconscient. Alors, pourquoi assurer autant ses arrières ? On lui avait répondu simplement qu’il y avait du potentiel. Là dessus la nukenin n’avait rien à redire, il lui a ôté une belle épine du pied en la débarrassant de ce cancer de Fukamura, le même qu’elle s’est réjoui d’arracher l’oeil manquant. Uyai encore avait récupéré son corps. Maratori boude dans son coin depuis qu’elle lui avait flanqué une raclée, leur petit secret, il semblerait. Officiellement, il est revenu bien gentiment après avoir fui simplement le combat comme un lâche.

“ Très bien, quand ton corps sera en état, c’est à dire dans quelques jours, je les placerais, mais je ne te garantis pas que tu pourras directement ou même tout court te servir du Byakugan. Encore que la proximité du donneur va aider leur adaptation… Il faudra être patient. “

La suite la déride un peu, mort dit il…

“ Probablement, la joie de ton retour inespéré sera d’autant plus grande. Dans ce cas, dis-leur ce que tu comptes faire d’eux, j’ai l’impression que leur nombre grandit chaque jour.”

Qu’il lui vide Hi de ses shinobis ne la dérange pas, bien au contraire, moins de problèmes pour elle.

“Repose toi, dans les prochains jours, je me chargerais de ta demande.”

Et l’irou tient sa promesse, fait de son mieux, elle n'a jamais procédé avant, pourtant elle sait reconstituer un bras alors bon, cela ne devrait pas être plus dur. Au prochain réveil, le Hyûga sera ébloui, il lui faudra quelques jours pour s’habituer, quelques heures encore où il devra vivre dans le noir, mais l’irou n’est pas inquiète, ses supporters se succèdent pour s’occuper de lui. Au passage tout en faisant les soins pour sa vue, l’irou prodigue les derniers manquants pour un corps requinqué. Ce n’est pas qu’elle veut vite s’en débarrasser, en fait si, mais elle a d’autres chats á fouetter elle aussi. Le dernier jour de leur collaboration est enfin là après sept semaines qu’il a passées à ses côtés. Dernière chance pour une quelconque demande.

“Te voilà fin prêt. Maintenant dégagez et ne revenez plus. “

Qu’elle lui dit avec le sourire pour les inciter à défaire le campement et partir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 25 Aoû 2018 - 18:48

Sacré Uyai, le neveu de ce dernier soupire en souriant un peu. Pleurer sa mort hein ? Imbécile vas. L’inconnue accepte sans broncher la greffe demandée, bien. De toutes façons, si ça n’avait point été elle, ç'aurait été quelqu’un d’autre. Oui, ce ne sont pas les iryônins qui manquent au sein de la Roche, surtout cette dernière à vrai dire. Et Takumi ne doute pas du tout de leurs capacités à être efficaces, c’est même tout le contraire. Le détail apporté par le médecin fait doucement rire le Hyûga puis un mouvement de tête à moitié probateur est réalisé de son côté : “à voir”.

Sans doute. Leur nombre grandit tu dis ? - étonnement puis haussement d’épaules - Grand bien leur fasse, je les préviendrais alors.

C’est la moindre des choses après tout. “L’ordre” est visiblement celui de se reposer, encore. Exaspération exprimée, tous les médecins ont ce petit côté “blblbl, laisses moi faire et ne discutes pas”. M’enfin, il ne va pas non plus s’en plaindre. Au moins, il est en vie et les autres sont saufs. Quant à Fukamara, il a rendu l’âme et sa dépouille est toujours en sa possession. Tout semble être bien qui finit bien donc. Le repos est de mise dorénavant.

Le jour vient et des pupilles lui reviennent. Quand le bandage lui est retiré, la moindre lumière lui donne l’impression de regarder l’astre rayonnant lui-même. C’est dans une certaine obscurité qu’on le place, les passages se succèdent d’ailleurs sous la tente où il se trouve et chacun vient profiter (ou l’inverse ? ou bien les deux, non ?) de sa présence. À l’évidence, il n’a pas besoin de se présenter, Uyai a déjà vanté ses exploits à tout le monde. Une bonne chose quelque part, Takumi n’aime pas beaucoup parler avec les inconnus à la base, donc bon. La vue lui revient peu à peu, il ne tente même pas de se servir de ses pupilles. Recouvrer un sens aussi important (pas si important si on en croit le combat contre Fukamara) est déjà une aubaine, il ne compte pas faire le gourmand. Pas pour l’instant du moins et sûrement pas sans médecin à proximité. Sans doute faudra t-il brider ses yeux pour ne pas qu’il se fasse du mal lui-même en attendant de pouvoir en faire quoi que ce soit. Enfin, en considérant bien évidemment qu’il puisse véritablement ré-activer ces iris légendaires un jour dans sa vie. Nébuleux.

Le dernier jour, celui du départ, il aperçoit les traits de ce qui se révèle être finalement une nukenin de la Roche. Même si aux premiers abords il grimace, il n’en fait finalement rien. Ce n’est pas comme si il ne s’était pas jeté sur Taishi et comme dit à ce dernier, tout n’est pas blanc ou noir mais bel et bien uniquement des nuances de gris - certaines plus sombres que d’autres et inversement. Il semblerait que la femme à la tête d’aubergine soit animée d’une volonté semblable à celle du pupilles pâles, celle de vouloir aider les autres et désirer leur bien. Takumi se contente de se gratter un peu les cheveux puis prend la parole.

Un instant. - dernière requête donc, celle de la patience - Ce ne sera pas long.

Après s’être laissé tomber sur un coussin confortable sous lequel de la tapisserie est posée, il se retrouve assis en tailleur, sourire aux lèvres tout en invitant Uyai à le rejoindre. L’homme s'exécute, un peu surpris, le reste observe la scène silencieusement. Le Hyûga rejoint donc son neveux et se pose ses genoux à même la tapisserie et soutient du regard son cadet. Quelques secondes de silence laissent planer non pas un sentiment de doute mais plutôt de bienveillance de la part du maître sur son subordonné. Takumi vient doucement effleurer le front de son semblable avec son index, faisant voler en éclat le fuinjutsu imposant la soumission, celui de la Bunke. Surpris, Uyai se met lui aussi à sourire.

Faisant amener une large coupe remplie de sake, c’est deux coupelles qui viennent compléter la scène. L’alcool placé entre les deux individus, le jeune shinobi regarde à nouveau celui qu’il vient de libérer de la servitude.

Un rite qui ne t’est probablement pas inconnu, Uyai. - un homme cultivé ; adopté et accepté au sein de la caste samuraï, Takumi ne fait que perpétuer une certaine tradition - Tu ne sembles dorénavant plus attiré par celui qui détient le plus mais le mieux. As-tu quelque chose à redire là-dessus ? - il hoche négativement de la tête - Dis moi. - il écoute - Quels sont tes objectifs à présent ? - un silence - Vraiment ? - un autre ; Takumi soupire et plonge la coupelle dans la coupe de sake et tend son bras vers le Hyûga, ce dernier marque un temps de réflexion puis il fait de même ; le bleu (nouveau) des iris du plus jeune se dépose dans le pâle du plus vieux ; un sourire (partagé) ; les bras se croisent puis le breuvage est ingurgité.

Un court instant après, Uyai vient se placer derrière son neveu. Le Nagamasa échange un regard amusé au duo de mercenaires qui observent aussi ce qu’il se passe et ces derniers comprennent bien vite de quoi il est question, ils miment ce que vient de faire le premier à avoir rejoint Takumi. Leur sceau est aussi retiré et le sake est aussi partagé puis ils rejoignent Uyai. De longues minutes s’écoulent alors et le jeune iwajin semble tranquillement patienter tandis que ses subordonnés et la foule se questionne. Brisant le silence dont personne n’ose s’affranchir, il vient percer les ténèbres entourant un être qu’il connaît aussi.

Approches.

Sortant de son coin, là où il boudait jusqu’alors, Maratori - surpris - vient à son tour. Moment de silence, encore, quand il se trouve devant son semblable. C’est la première fois qu’il voit un Hyûga ayant subi une greffe de byakugans, la chose tenait plus de fantaisie qu’autre chose pour lui malgré les folies de Fukamara. La vision de l’impossible, d’un idéal qu’il a recherché jusqu’aujourd’hui. Contemplation, quelque part. L’oeuvre qu’il n’a pas pu atteindre en somme. Takumi lève son bras puis approche sa main du visage de son oncle et ce dernier semble de plus en plus nerveux à mesure que les doigts s’approchent de lui. Frôlement semblable aux trois autres précédent, sa soumission s’arrête dès à présent.

Mais cette fois, l’iwajin ne plonge pas sa coupelle dans la boisson, il la dépose sur le côté et laisse l’homme disposer. Ce dernier se bloque et n’est pas décidé à bouger. Il se saisit même seul de quoi en boire et tend le bras vers le jeune Hyûga. Rictus, le geste est rendu et le pacte est passé. Une fois placé derrière Takumi, il reste silencieux comme les trois autres et attend patiemment. Le seigneur Hyûga regarde le grand nombre de spectateurs et s’exprime alors.

Je compte rentrer à Iwagakure no Sato dès maintenant. - il se lève puis se place devant la foule en souriant - Que ceux qui souhaitent me suivre le fassent.

Quant aux autres… Ils sont bien libres de faire ce qu’ils souhaitent. Apparemment, la question ne se pose pas réellement. Tout le monde a déjà préparé ses bagages, ayant eu vent de la date du départ de Takumi. Les personnes présentes commencent d’ailleurs déjà à défaire le campement, les quatre lieutenants du Hyûga les aidant sans avoir besoin d’ordre pour cela.

Une fois la chose faite et toute la population prête pour cet exode digne d’il y a plusieurs dizaines d’années à l’image des pupilles pâles quand ils sont partis de Hi no Kuni, le second du Kage se met en marche, épaulé dans sa démarche par ses compagnons de combat.

Allons-y.




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

[RANG S] IL EST VENU L'HEURE DE RENTRER - RETOMBÉES

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: